Guerre franco-anglaise (1627-1629)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Guerre Franco-Anglaise de 1627-1629 intervient dans le contexte de la guerre de Trente Ans. Il s'agit essentiellement d'opérations navales. La couronne d'Angleterre apporte son soutien aux huguenots français dans leur lutte contre les forces royales françaises de Louis XIII. Sans grand succès, puisque le débarquement sur l'île de Ré est un échec et la flotte anglaise ne parvient pas à faire lever le siège de La Rochelle. La France, cependant, est défaite en Amérique du Nord avec la chute de Québec, mais la ville est rendue lors du traité de Paix.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'alliance anglo-française de 1624 est consacrée par le mariage de Charles Ier avec Henriette, la sœur de Louis XIII. L'Angleterre recherche alors un allié pour lutter contre le pouvoir des Habsbourg. En 1625, Richelieu, arrivé au pouvoir l'année précédente, s'appuie sur les navires de guerre anglais pour vaincre les huguenots et récupérer de l'île de Ré. Cette opération déclenche l'indignation des puritains en Angleterre.

En 1626, la France conclut une paix secrète avec l'Espagne. Parallèlement, elle se lance dans la construction d'une puissante marine indisposant les Anglais.

En juin 1626, Walter Montagu est envoyé en France pour contacter les nobles protestants, et à partir de mars 1627 ces derniers organisent la rébellion. Le plan anglais consiste à envoyer une flotte pour soutenir la rébellion huguenote conduite par Henri, duc de Rohan et son frère Soubise.

L'expédition sur l'île de Ré[modifier | modifier le code]

Charles Ier confie à son favori, George Villiers, 1er duc de Buckingham, une flotte de 80 navires. En juin 1627, Buckingham débarque sur l'île de Ré avec 6.000 hommes pour soutenir les huguenots.

Matgré ce débarquement, l'Île de Ré reste fidèle au roi de France. Les Anglais tentent de prendre la ville fortifiée de Saint-Martin-de-Ré défendue par Toiras. Les bateaux français réussissent à approvisionner la ville malgré le blocus anglais. Au bout de trois mois de siège, l'armée de Buckingham est affaiblie par les maladies. Schomberg réussit à débarquer sur l'île pour prêter main forte à Toiras[1]. Buckingham subit de lourdes pertes et décide de lever le siège et regagner l'Angleterre en novembre 1627.

Le siège de La Rochelle[modifier | modifier le code]

Charles Ier a envoyé deux nouvelles expéditions pour soutenir La Rochelle. La première dirigée par William Feilding, comte de Dengbigh en avril 1628 retourne à Portsmouth sans combattre. Feilding se justifia en déclarant « qu'il n'avait pas mission de mettre en danger les vaisseaux du roi dans un combat incertain. ». La seconde, organisée par Buckingham, juste avant son assassinat, a été confiée en août 1628 à l'amiral de la flotte, le comte de Lindsey. Elle était composée de 29 navires de guerre et 31 navires marchands. Après avoir bombardé les positions françaises et essayé en vain de forcer la digue, la flotte anglaise dut se retirer. La ville se rendit le 28 octobre 1628.

La prise de Québec[modifier | modifier le code]

En marge de la guerre en Europe, David Kirke monte une expédition sur le Saint-Laurent pour s'emparer de Québec au nom de l'Angleterre[2]. Après un premier échec en 1628, Québec passe aux mains des Anglais l'année suivante. L'Angleterre rendra la colonie à la France par le traité de Saint-Germain.

Conclusion[modifier | modifier le code]

Après ces défaites, l'Angleterre met fin à sa participation à la guerre de Trente Ans et négocie un traité de paix avec la France en 1629. Un autre traité est signé avec l'Espagne en 1630. L'Angleterre se désintéresse des affaires européennes, au grand dam des forces protestantes sur le continent.

En Angleterre même, un conflit oppose la monarchie et le Parlement qui va conduire à la guerre civile des années 1640. La France, au contraire, accroit sa puissance et sa marine va rivaliser avec celle de l'Angleterre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Bély, Les relations internationales en Europe - XVIIe-XVIIIe, PUF 1992, p.88
  2. http://www.mcq.org/place-royale/themes.php?id=3&ver=1

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]