Vittorio Caprioli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vittorio Caprioli

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vittorio Caprioli, dans La Governante (1974).

Nom de naissance Vittorio Caprioli
Naissance 15 août 1921
Naples (Campanie)
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Décès 2 octobre 1989 (à 68 ans)
Naples (Campanie)
Profession Acteur
Réalisateur
Scénariste
Films notables Zazie dans le métro
Le Sexe des anges
L'Aile ou la Cuisse
Le Magnifique

Vittorio Caprioli est un acteur, réalisateur et scénariste italien, né le 15 août 1921 à Naples, ville où il est mort le 2 octobre 1989. Il apparaît dans 109 films, surtout italiens mais également français, entre 1946 et 1990. Le grand public français le connaît notamment pour le double rôle de l'éditeur Charron et de son alter-ego de fiction, le colonel Karpov, dans Le Magnifique de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo.

Carrière[modifier | modifier le code]

Vittorio Caprioli entre très tôt à l'Académie nationale d'art dramatique de Rome, d'où il sort diplômé et entame aussitôt sa carrière théâtrale en 1942 chez Carli-Racca dans une pièce de William Saroyan aux côtés de Vittorio De Sica, Nino Bezossi et Vivi Gioi. Dès sa première prestation, il affiche dans son jeu une certaine amertume, de l'ironie voire de l'agressivité, des traits de caractère qui vont aller crescendo tout au long de sa carrière de comédien et d'acteur.

Vittorio passe ensuite dans la compagnie du Piccolo Téatro de Milan avec lequel en 1948, il participe, sous la direction de Giorgio Strehler, à la pièce de William Shakespeare, La tempête et immédiatement après en 1949 dans celle de Carlo Gozzi Il corvo.

Il se risque aussi dans des revues puis dans des comédies musicales et l'année suivante, en 1950, une année phare pour sa carrière, il fonde avec le comédien Alberto Bonnucci et la comédienne Franca Valeri (qui devient sa femme par la suite), Le Téatro dei Gobbi. Lequel va proposer des spectacles subtilement satiriques, contenant des gags sournois, chafouins et des répliques mordantes, d'autant plus spontanées que ses pièces sont totalement dépourvues de textes écrits.

Caprioli apparaît pour la première fois au cinéma dans le film de Giacomo Gentilomo, O sole mio, en 1946 mais de manière si furtive que la plupart des filmographies situent ses véritables débuts au cinéma dans la première réalisation de Fellini associé à Lattuada Luci del Varieta (Les Feux du music-hall) sur le thème du monde du spectacle et dans lequel, il donne une première composition remarquée en interprétant, sous le nom de Caprioli, un numéro comique dans un night-club.

Puis, il enchaîne dans ce qui sera le dernier film de Laurel et Hardy, Atoll K de Léo Joannon. À cette période, Caprioli se partage entre la scène où il fait salle comble et les plateaux de tournage dans des rôles encore modestes mais de bonne composition comme dans Le Carrousel fantastique (Carosello napolitano) et surtout dans Zazie dans le métro de Louis Malle en 1960.

Entre-temps, il joue dans la pièce de Beckett En attendant Godot et signe sa première réalisation avec La Catacombe dont le scénario est écrit par sa femme, Franca Valeri. Il se lance dans la réalisation en 1961 avec Leoni al sole (Lions au soleil) et se met en scène lui-même dans une satire mordante et amère du vitellonisme de Fellini qui est, en fait, un mélange de nostalgie des vieux tréteaux de cirque misérable d'avant-guerre et de l'ennui qu'éprouvent les curistes d'une station thermale très prisée de la Belle Époque, comme le fut la station de Vittel, qui donna son nom à la stylistique fellinienne.

Il réalise un second film avec un scénario considéré comme remarquable avec Splendori et miserie di Madame Royal en 1970 dans laquelle il fait une exploration sensible et intelligente du milieu homosexuel.

En voulant échapper à la vieille commedia dell'arte napolitaine qui a conduit au néoréalisme, son œuvre personnelle se caractérise surtout par une vision très confidentielle de la société italienne, abordant le plus souvent le cinéma par son côté critique et satirique. Il n'a atteint que partiellement son but. En France, il travaille avec une douzaine de réalisateurs dont Louis Malle et Trintignant qui le mirent en valeur. Les autres réalisateurs n’utilisèrent de lui que le personnage de l'« Italien » type parfois démesuré ou le plus souvent stéréotypé comme Gérard Oury dans Le coup du parapluie en 1980 dans le rôle d'un « Don Barberini ridiculisant avec un cynisme non feint, la mafia sicilienne (on se rappellera du point noir sur la glace sans tain) ».

Caprioli, doté d'une étoffe de dramaturge, a connu son heure de succès dans les années 1960, mais la suite des années 1970 est une période où il tourne un peu n'importe quoi comme en 1973 et 1975 où il joue dans des films de Sergio Martino et Nando Cicero qui l'emploient à contre sens dans des films érotiques.

Lorsqu'en 1980, il tourne pour la télévision, l'homme de scène qu'il est est confronté à une difficulté majeure, celle de l'absence de public ; il retourne alors au théâtre.

Vittorio Caprioli meurt en 1989 à Naples d'une crise cardiaque.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur

Liens externes[modifier | modifier le code]