Serena Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Williams.
 Ne pas confondre avec Venus Williams, sa sœur aînée, également joueuse de tennis.
Serena Williams
Serena Williams
Serena Williams à l'Open d'Australie en 2015.
Carrière professionnelle
1995
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (34 ans)
Drapeau : États-Unis Saginaw
Taille / poids 1,75 m (5 9) / 70 kg (154 lb)
Prise de raquette Droitière, revers à deux mains
Entraîneur Patrick Mouratoglou
Gains en tournois 80 899 060 $
Palmarès
En simple
Titres 71
Finales perdues 20
Meilleur classement 1re (08/07/2002)
En double
Titres 23
Finales perdues 1
Meilleur classement 1re (07/06/2010)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (6) V (3) V (7) V (6)
Double V (4) V (2) V (6) V (2)
Mixte F (1) F (1) V (1) V (1)
Médailles olympiques
Simple 1
Double 3
Titres par équipe nationale
Fed Cup 1 (1999)
Hopman Cup 2 (2003, 2008)

Serena Jameka Williams est une joueuse de tennis américaine née le à Saginaw (Michigan).

Elle a, à ce jour, remporté 38 tournois du Grand Chelem :

Elle a également remporté quatre médailles d'or olympiques : trois en double dames avec sa sœur aînée Venus (2000, 2008 et 2012) et une en simple remportée le 4 août 2012 à Wimbledon, lors des J.O. de Londres. L'ensemble de ces résultats font d'elle la première joueuse de l'histoire à avoir tout gagné en carrière, tournois du Grand Chelem et Jeux olympiques, en simple comme en double.

Serena Williams est considérée comme l'une des plus grandes joueuses de l'histoire. Monica Seles a dit de Serena Williams, en mars 2010, qu' « elle a le potentiel et les attributs pour être la meilleure joueuse de tous les temps. Elle a un grand service, un bon retour, un mouvement fantastique et une incroyable puissance. Si cela n'est pas encore suffisant, aucune joueuse n'est aussi forte qu'elle »[1].

Sur deux années en 2002-2003, elle décroche les quatre tournois de Grand Chelem à la suite, performance inédite depuis Steffi Graf neuf ans auparavant qui lui vaut d'occuper la place de numéro 1 mondiale au classement WTA pendant 57 semaines consécutives. Relativement plus irrégulière de 2004 à 2007 pour cause de blessures et de manque de motivation, elle retrouve ce rang à trois autres occasions par la suite, en septembre 2008 et en février 2009, au bénéfice à chaque fois d'un nouveau succès en Grand Chelem (à l'US Open puis à l'Open d'Australie), puis à partir de février 2013 dans la foulée de son triplé Wimbledon-Jeux olympiques-US Open en 2012, un rang qu'elle conserve toujours en 2016.

En s'imposant à Wimbledon en 2016, Serena Williams porte à 22 son total de titres en simple en Grand Chelem et égale le record de Steffi Graf dans l'Ère Open. Elle réalise par ailleurs pour la deuxième fois, à douze années d'écart, l'exploit de remporter les quatre Majeurs à la suite sur deux saisons, des séries baptisées « Serena Slam ».

Serena Williams, qui est la sœur cadette de Venus Williams, également numéro 1 mondiale en 2002. Serena s'est imposée dans quinze de leurs vingt-six confrontations sur le circuit, depuis début 1998. La rencontre les opposant en finale de l'US Open 2001 est la première finale de Grand Chelem de l'ère Open à voir s'affronter deux sœurs. Ce sont également les seules joueuses à s'être affrontées dans quatre finales de Grand Chelem consécutives. Fin juillet 2015, Serena Williams dépasse les 250 semaines cumulées à la première place du classement de la WTA.

Sommaire

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Serena Williams au service lors du tournoi de Sydney en 2002.

Son jeu est fondé sur un service et des coups de fond de court très puissants. Serena et sa sœur ont été parmi les premières joueuses à utiliser les frappes puissantes et risquées de fond de court. Elles ont également surpris avec des préparations très tôt en coup droit comme en revers. Serena aime prendre le contrôle des échanges après une bonne première balle et cherche à faire le point en quelques coups de raquettes. Son service est considéré comme l'un des meilleurs du monde car elle peut le frapper fort sur la première balle et jouer très lifté en seconde, ce qui donne une balle avec beaucoup de mordant. Son revers est puissant et souvent frappé à plat avec beaucoup de consistance. Son coup droit est également très puissant, cependant, elle a tendance à faire beaucoup de fautes en coup droit en début de match ou lorsqu'elle est sous pression. Sa volée est sûrement son point faible, même si elle s'est beaucoup améliorée ces dernières années. Lorsque c'est nécessaire, Serena est désormais capable de venir conclure les points au filet.

Ce type de jeu s'exprime à merveille sur surface dure, mais connaît quelques difficultés sur terre battue même si, peu importe la surface, elle est crainte par toutes les joueuses.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

Débuts sur le circuit WTA et premier titre du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Serena Williams débute sur le circuit professionnel à l'âge de 14 ans, en septembre 1995 au tournoi de Québec. Cependant elle échoue en qualifications, battue par sa compatriote Annie Miller sur un double 1-6.

Elle fait son retour sur le circuit en octobre 1997 où elle entre pour la première fois dans le tableau final d'un tournoi WTA à Moscou. Elle est éliminée dès le premier tour par la récente quart de finaliste de l'Open d'Australie Kimberly Po, en deux manches. Néanmoins, elle réussit par la suite le premier coup d'éclat de sa carrière au tournoi de Chicago. Bénéficiant d'une wild card, elle affronte Elena Likhovtseva au premier tour et la bat en deux sets 6-3, 7-5. C'est sa première victoire sur le circuit WTA. Au second tour, elle élimine Mary Pierce, tête de série no 5 et 7e joueuse mondiale, encore en deux sets 6-3, 7-6. Elle continue son parcours en éliminant Monica Seles no 4 mondiale en quart de finale (4-6, 6-1, 6-1). Alors 304e à la WTA, Serena Williams bat deux top 10 et se qualifie pour la demi-finale du tournoi pour affronter Lindsay Davenport, no 5 mondiale[2]. Son parcours s'arrête là, battue 4-6, 4-6 par son adversaire qui gagnera le tournoi. Elle termine l'année pour la première fois dans le top 100, à la 99e place.

Elle commence la saison 1998 sur les mêmes bases. À Sydney elle se qualifie pour les quarts de finale où elle retrouve Lindsay Davenport. Cette fois-ci, Serena Williams prend sa revanche et se qualifie 1-6, 7-5, 7-5 pour sa deuxième demi-finale. Elle est dominée par la future lauréate Arantxa Sánchez Vicario (2-6, 1-6). Elle participe ensuite à son premier tournoi du Grand Chelem, à l'Open d'Australie. Elle est éliminée au second tour par sa sœur Venus 64-7, 1-6 après avoir éliminé la tête de série no 6 Irina Spîrlea en trois sets. Elle confirme en atteignant les quarts de finale à Miami avant de logiquement s'incliner face à la no 1 mondiale Martina Hingis en la poussant au tie-break dans la troisième manche. Elle se qualifie à nouveau pour les quarts de finale à Rome, battue à nouveau par sa sœur (4-6, 2-6). Elle atteint les huitièmes de finale à Roland-Garros, battue par Arantxa Sánchez (6-4, 5-7, 3-6) qui remportera le titre. Elle s'incline au 3e tour à Wimbledon devant Virginia Ruano Pascual. Mais elle remporte son premier titre du Grand Chelem en double mixte avec Max Mirnyi. La paire remporte ensuite l'US Open. Elle réalise une progression impressionnante et finit l'année no 20 mondiale à 17 ans.

La saison 1999 signe le début d'une moisson de titres au fil des années. Après avoir atteint le troisième tour à l'Open d'Australie, éliminée par Sandrine Testud (2-6, 6-2, 7-9), elle remporte son premier titre WTA à l'Open Gaz de France en éliminant pas moins de 4 Françaises, Nathalie Tauziat, Julie Halard-Decugis, Nathalie Dechy puis Amélie Mauresmo en finale 6-2, 3-6, 7-6. Puis elle enchaîne à Indian Wells où elle élimine notamment Lindsay Davenport (6-4, 6-2), tête de série no 2 et Mary Pierce (7-5, 7-6), tête de série no 6 avant d'affronter Steffi Graf tête de série no 5 en finale[3]. Breakée dans la troisième manche, Serena parvient à prendre le match à son compte et gagne en trois sets (6-3, 3-6, 7-5), ce qui reste comme l'une des rares confrontations entre les deux joueuses les plus titrées en Grand Chelem de l’ère Open. Elle continue sa série d'invincibilité en atteignant la finale à Miami en écartant Seles no 3 (6-2, 6-3) et Hingis no 1 (6-4, 7-6). Après 16 matchs remportés de suite, elle s'incline à nouveau face à Venus 1-6, 6-4, 4-6.

En Grand Chelem, elle déçoit à Roland-Garros où elle est éliminée au troisième tour par Mary Joe Fernández. Blessée, elle ne participe pas à Wimbledon. Elle revient néanmoins en forme puisqu'elle remporte le tournoi de Los Angeles, battant Arantxa Sánchez, Hingis et en finale Julie Halard-Decugis le tout en deux manches. Elle se retrouve alors dans de bonnes dispositions pour l'US Open qu'elle commence en tant que tête de série no 7. Elle bat au premier Kimberly Po facilement, avant de commencer à éprouver des difficultés sur son parcours en perdant à chaque fois un set contre Kim Clijsters au troisième tour, Conchita Martínez et la tête de série no 4, Monica Seles en quart. Elle affronte et bat à nouveau la tête de série no 2 Lindsay Davenport (6-4, 1-6, 6-4) pour se qualifier pour sa première finale en Grand Chelem. Lors de cette finale, elle supporte la pression à domicile, et réussit à battre la no 1 mondiale, Martina Hingis (6-3, 7-6) remportant ainsi le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière[4],[5].

Victoires en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Elle débute ses victoires en Grand Chelem à l'US Open, qu'elle remporte en 1999 face à Martina Hingis. Puis elle gagne Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open consécutivement en 2002. Par la suite, elle gagne à Melbourne en janvier 2003. C'est ainsi qu'elle complète le Serena Slam. Elle devient la neuvième femme de l'histoire à conquérir les quatre tournois du Grand Chelem, mais aussi la cinquième seulement à avoir remporté les quatre prestigieux tournois consécutivement. Cette même année, en 2003, elle empoche le tournoi de Wimbledon.

C'est à l'Open d'Australie, que Serena s'illustre durant les saisons suivantes, puisqu'elle s'y impose en 2005 face à Lindsay Davenport et 2007 face à Maria Sharapova. Elle remporte son 9e titre du Grand Chelem à l'US Open face à la Serbe Jelena Janković en 2008. À partir de 2007-2008 sa carrière bénéficie des retraits précoces de la compétition de Martina Hingis et surtout de Justine Henin (joueuse à cette date aussi titrée qu'elle bien que plus jeune). Elle enchaîne à l'Open d'Australie 2009 son 10e titre du Grand Chelem et son deuxième d'affilée face à la Russe Dinara Safina. Puis elle gagne début juillet son onzième titre face à sa sœur à Wimbledon. En 2010, elle parvient à conserver sa couronne à l'Open d'Australie, en battant Justine Henin (brièvement sortie de sa retraite et qui y retourne sur blessure). Quelques mois plus tard à Wimbledon, elle remporte le tournoi sans concéder le moindre set, battant en finale Vera Zvonareva. C'est sa 13e consécration en simple en Grand Chelem.

En 2012, Serena Williams remporte son 14e titre de Grand Chelem à Wimbledon en battant la Polonaise Agnieszka Radwańska et son 15e titre à Flushing Meadows contre la Biélorusse Victoria Azarenka. En 2013, Serena Williams no 1 mondiale s'impose en finale de Roland-Garros face à Maria Sharapova pour son 16e titre de Grand Chelem et à l'US Open pour son 17e titre face à Victoria Azarenka. En 2014, pour sa 18e victoire, elle garde son titre à l'US Open en battant Caroline Wozniacki. En 2015, elle gagne son 19e titre en Grand Chelem en s'imposant face à Maria Sharapova en deux sets à l'Open d'Australie ensuite son 20e à Roland-Garros en disposant de Lucie Šafářová et enfin son 21e à Wimbledon face à l'Espagnole Garbiñe Muguruza.

Victoires face à (et avec) sa sœur[modifier | modifier le code]

Lorsqu'elle remporte consécutivement les quatre tournois du Grand Chelem, elle a dû battre sa sœur Venus Williams lors des quatre finales.

Mais leur histoire n'est pas faite que de rivalité. En double, les deux sœurs remportent treize titres en Grand Chelem : Roland-Garros en 1999 et 2010, l'US Open en 1999 et 2009, Wimbledon en 2000, 2002, 2008, 2009 et 2012 et l'Open d'Australie en 2001, 2003, 2009 et 2010. Elles réussissent donc le Grand Chelem en remportant les quatre tournois de suite de Wimbledon 2009 à Roland-Garros 2010.

Ainsi, lorsque Serena a remporté Wimbledon en 2002 et l'Open d'Australie en 2003, elle a dû battre sa sœur en finale du simple le samedi après avoir remporté le double avec elle le vendredi.

En 2008, cinq ans après sa dernière victoire en Grand Chelem (en double), Serena glane son troisième Wimbledon avec sa sœur, alors que quelques heures plus tard elle allait perdre la finale en simple dames contre Venus sur le score de 7-5, 6-4. Elle décroche par la même occasion en août 2008 sa seconde couronne olympique à Pékin (huit ans après celle de Sydney).

En 2009, six ans après sa dernière victoire à l'Open d'Australie, les sœurs Williams survolent le tableau de double féminin et remportent leur troisième Open d'Australie contre la paire Ai Sugiyama - Daniela Hantuchová en deux sets : 6-3, 6-3. Le lendemain, Serena remporte le titre en simple. Le 4 juillet 2009, elle remporte son troisième Wimbledon 7-6, 6-2 face à Venus.

2000 à 2001 - Confirmation en Grand Chelem et montée en puissance[modifier | modifier le code]

2002 à 2003 - Au sommet du tennis, Grand Chelem sur deux années et numéro 1 mondiale[modifier | modifier le code]

Serena Williams commence la saison 2002 après une saison 2001 un peu décevante, bien qu'elle soit 6e mondiale. Serena arrive en finale au tournoi de Scottsdale, en ayant battu la tête de série no 2 Martina Hingis en trois manches, puis vainc également en trois manches la tête de série no 1 Jennifer Capriati prenant ainsi de la confiance pour la suite.

Vers fin mars, elle remporte le tournoi de Miami en tant que tête de série no 8, en battant facilement (6-4, 6-0) la Suissesse Martina Hingis en quart, puis sa sœur Venus (6-2, 6-2) en demie[6], et enfin à nouveau Jennifer Capriati (7-5, 7-64), ne perdant aucun set du tournoi et confirmant sa bonne forme.

Serena Williams lors de la Family Circle Cup à Charleston en 2002.

L'Américaine commence sa saison sur terre battue à Charleston, où elle perd en quart de finale contre Patty Schnyder, alors qu'elle était menée d'une manche. Serena participe ensuite au tournoi de Berlin où elle profite en quart du forfait d'Amélie Mauresmo pour arriver facilement en finale, où elle perd (2-6, 6-1, 65-7) face à Justine Henin. Elle poursuit en s'alignant à Rome où elle parvient à prendre sa revanche en finale contre Henin (7-66, 6-4), en ayant battu au préalable Anastasia Myskina en quart, et Jennifer Capriati (6-2, 3-6, 7-5) en demi-finale dans un match compliqué.

Serena se présente donc à Roland-Garros comme l'une des favorites à la victoire finale après ses bons tournois de préparation et en tant que tête de série no 3. Elle déroule dans ses trois premiers matchs, avant de rencontrer en huitièmes de finale la Russe Vera Zvonareva qu'elle bat malgré la perte du premier set (4-6, 6-0, 6-1). En quart, elle domine la Française (6-1, 6-1) Mary Pierce, puis peine en demi-finale à nouveau contre la tenante du titre et tête de série no 1, Jennifer Capriati. Elle remporte finalement son match (3-6, 7-62, 6-2) et se qualifie pour sa première finale aux Internationaux de France. Elle fait face à sa sœur Venus Williams tête de série no 2, qu'elle arrive à battre (7-5, 6-3) en 1 h 31 malgré un premier set serré, remportant le 2e tournoi du Grand Chelem de sa carrière et le premier à Roland-Garros[7].

Elle remporte dans la foulée face le tournoi de Wimbledon en battant en finale à nouveau Venus Williams, tête de série no 1, (7-64, 6-3). En ayant dominé sa partie de tableau, en quart contre Daniela Hantuchová (6-3, 6-2) et en demi-finale, Amélie Mauresmo tête de série no 9, (6-2, 6-1)[8].

Pour le dernier tournoi du Grand Chelem à l'US Open, elle enchaîne à nouveau en tant que tête de série no 1. Elle se qualifie facilement jusqu'en demi-finale où elle affronte Lindsay Davenport tête de série no 4, qu'elle bat (6-3, 7-5) et se qualifie pour la finale sans perdre de set. Elle bat à nouveau sa sœur Venus tête de série no 2, (6-4, 6-3). Elle remporte ainsi son 3e titre du Grand Chelem de la saison, et le deuxième à Flushing Meadows après l'édition 1999[9].

Par la suite, elle remporte coup sur coup en deux semaines deux tournois à Tokyo en battant en finale (2-6, 6-3, 6-3) Kim Clijsters, puis à Leipzig en battant Justine Henin en demi-finale (6-4, 6-2) et enfin (6-3, 6-2) en finale la Russe Anastasia Myskina.

Pour le dernier tournoi de sa riche saison, elle participe au Masters. En tant que grande favorite, elle bat en demi-finale Jennifer Capriati en trois manches mais perd (5-7, 3-6) face à Kim Clijsters[10].

Elle termine l'année pour la première fois à la 1re place mondiale, ce qui signe le début du règne des sœurs Williams.

Elle démarre la saison 2003 par l'Open d'Australie en tant que tête de série no 1. Elle éprouve des difficultés dès le premier tour contre la Française Émilie Loit mais finit par s'imposer en trois manches (3-6, 7-65, 7-5). Cette victoire difficile lui permet de jouer sereinement par la suite. Elle domine ses adversaires jusqu'en demi-finale. À ce stade, elle affronte la Belge Kim Clijsters qui l'avait battue au Masters. L'Américaine en vient à bout (4-6, 6-3, 7-5) très difficilement et se qualifie pour la finale où elle fait face à la tête de série no 2 Venus Williams. Elle la bat (7-64, 3-6, 6-4) dans un match également compliqué, montrant sa force de caractère et de soif de titre. Elle remporte pour la première fois le titre à Melbourne, et s'offre un Grand Chelem réalisé sur deux années.

En février pour l'Open Gaz de France, elle s'invite tranquillement en finale, et bat la Française Amélie Mauresmo en deux sets secs. Vers fin mars, elle réussit à conserver son titre au tournoi de Miami en perdant seulement un set en finale (4-6, 6-4, 6-1) contre sa compatriote, Jennifer Capriati dans un match plutôt serré, alors que durant tout le tournoi Serena déroulait face à ses adversaires.

L'Américaine commence sa saison sur terre battue à Charleston comme l'année précédente, se qualifiant pour la finale en éliminant [Lindsay Davenport]], mais perdant en deux manches contre Justine Henin. Elle ne participe pas à Berlin, mais s'inscrit à Rome où elle parvient jusqu'en demi-finale et perd contre Amélie Mauresmo en trois manches.

Alors tenante du titre à Roland-Garros, elle remporte facilement ses premiers matchs, prenant sa revanche de Rome contre Mauresmo en quart, mais perd (2-6, 6-4, 5-7) en demi-finale dans un match compliqué contre la Belge Justine Henin, future lauréate.

Enfin pour son dernier tournoi de l'année à cause d'une blessure qui la contraint à déclarer forfait pour le reste de la saison, elle participe à la défense de son titre à Wimbledon en tant que tête de série no 1. Elle bat d'abord Elena Dementieva en huitième, puis à nouveau Jennifer Capriati (2-6, 6-2, 6-3) et en demi-finale Justine Henin tête de série no 3, (6-3, 6-2) assez facilement pour arriver jusqu'en finale[11]. Là, elle fait à nouveau face à sa sœur Venus Williams tête de série no 2, qu'elle bat (4-6, 6-4, 6-2) lors d'un combat acharné surtout dans les deux premières manches, remportant ainsi son deuxième titre à Wimbledon[12].

Déclin sur le circuit 2004 à 2006[modifier | modifier le code]

Serena, opérée du genou gauche en 2003, a progressivement changé de priorité, passant d'une vie totalement dédiée au tennis à une attitude beaucoup plus fashion ou show-biz qui n'a cessé de faire jaser[13].

Elle commencera la saison 2004, en gagnant plutôt facilement le tournoi de Miami, en évinçant Maria Sharapova et pulvérisant (6-1, 6-1) en finale Elena Dementieva[14].

À Roland-Garros alors tête de série numéro 2, elle perd en quart de finale (3-6, 6-2, 3-6) contre sa compatriote Jennifer Capriati[15].

Elle atteint la finale à Wimbledon en écrasant toute la concurrence, prenant sa revanche en quart (6-1, 6-1) contre Capriati, puis éprouvant plus de difficultés puisqu'elle perd son premier set du tournoi (64-7, 7-5, 6-4) mais parvient à s'imposer contre Amélie Mauresmo[16]. Elle perdra sèchement (1-6, 4-6) contre la nouvelle super star du tennis, la Russe Maria Sharapova de tout juste 17 ans[17].

Au cours de cette période, elle reste malgré tout une joueuse incontournable du monde tennistique. On notera son quart de finale disputé à l'US Open en 2004 face à Jennifer Capriati (6-2, 4-6, 4-6), au cours duquel les décisions d'arbitrage en sa défaveur sont légion. Trois fautes grossières d'arbitrage interviennent dans le seul dernier jeu alors que Jennifer Capriati sert à 5-4 pour le match. De toute évidence Serena aurait dû égaliser à 5 partout, ce qui aurait relancé complètement le match. Jennifer Capriati reconnaîtra le forfait à demi-mots lors de l'interview finale. Serena se sentira volée, et l'arbitre de chaise du match sera exclue de la quinzaine new-yorkaise. Ce match a d'ailleurs beaucoup contribué à la mise en place de l'arbitrage vidéo dans le tennis[18].

Elle remporte en septembre le tournoi de Pékin en battant Svetlana Kuznetsova en trois manches[19]. Enfin au Masters de Los Angeles, elle ne perd qu'un match de poule contre Lindsay Davenport (6-3, 5-7, 1-6) mais ne lui empêchera pas de se qualifier pour les demies, où elle battra la Française Amélie Mauresmo (4-6, 7-62, 6-4) dans un match très serré. Elle sera vaincue en trois manches (6-4, 2-6, 4-6) à nouveau par Maria Sharapova qui l'avait battue à Wimbledon[20].

Ses écarts médiatiques ne l'ont cependant pas empêchée de décrocher un improbable titre à Melbourne en 2005 face à Lindsay Davenport tête de série numéro 1 (2-6, 6-3, 6-0) lors de la finale[21]. En ayant battue sur son chemin la tête de série numéro 2 Amélie Mauresmo (6-2, 6-2) en quart de finale[22], puis en demi-finale dans un match titanesque de 159 minutes contre Maria Sharapova tête de série numéro 4, finit au bout du suspense (2-6, 7-5, 8-6) qui marquera son grand retour en Grand Chelem, alors qu'elle était menée 2-6, 4-5[23].

Mais elle accumule alors les forfaits, les amendes (400 000 dollars pour l'instant) et les kilos en trop. « J'ai besoin de temps supplémentaire pour jouer à mon meilleur niveau » assène-t-elle à ceux qui remettent en question ses ambitions sur le circuit.

En 2006, elle vient défendre son titre à l'Open d'Australie sans aucun match de préparation et chute au 3e tour face à Daniela Hantuchová (1-6, 65-7). Son classement dégringole alors au-delà de la 50e place mondiale, et elle déclare forfait pour les tournois d'Anvers, Dubaï et Miami. Après s'être retirée du tournoi de Charleston (Tier I), elle sort du top 100 pour la première fois en presque neuf ans[24]. Elle annonce peu de temps après qu'elle ne participera pas à Roland-Garros ni à Wimbledon en raison d'une blessure chronique au genou. Elle annonce son retour pour la fin de l'été, citant les ordres des médecins.

Retour sur le circuit (juillet 2006)[modifier | modifier le code]

Serena a participé à l'Open de Cincinnati en juillet, ce qui représentait son retour sur le circuit. Elle a remportée ses trois premiers matchs assez facilement, (6-2, 6-2) face à Anastasia Myskina (tête de série numéro 2 et 10e mondiale) au premier tour[25], puis (6-3, 6-1) face à Bethanie Mattek au deuxième tour; (6-2, 6-2) face à Amy Frazier en quarts de finale, avant de chuter (2-6, 3-6) face à Vera Zvonareva en demi-finale, future lauréate. Ce retour gagnant est de bon augure pour Serena, qui malgré sa défaite en demi-finale, a prouvée au monde du tennis qu'elle était encore capable de gagner des matchs, dont un face à une joueuse du top 10[26].

Ces résultats lui permettent de faire un bond de 31 places dans le classement WTA. De la 139e place, elle grimpe à la 108e place mondiale. Puis elle atteint une nouvelle fois les demi-finales au tournoi de Los Angeles, où elle bute sur Jelena Janković. À l'US Open, Serena bénéficie d'une wild-card et est éliminée au 4e tour face à Amélie Mauresmo (no 1 mondiale) (4-6, 6-0, 2-6), après avoir battue Daniela Hantuchová 7-5, 6-3 et Ana Ivanović 6-4, 6-2 aux 2e et 3e tours[27]. À noter que dans la première manche de son match contre Hantuchová, Serena était menée 5-2 avant de remporter les 5 jeux suivants et la manche. Elle est maintenant au 87e rang mondial. Elle décide de ne pas jouer la fin de la saison pour guérir certaines blessures.

2007 - Retour au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Sans titre depuis sa victoire à Melbourne en 2005, Serena se montre plus assidue à la tâche et participe au tournoi d'Hobart, préparatoire aux Internationaux d'Australie. Elle y est éliminée dès les quarts par la modeste Sybille Bammer (6-3, 5-7, 3-6).

En janvier 2007, Serena Williams participe donc à l'Open d'Australie, et remporte à cette occasion le 8e titre du Grand Chelem de sa carrière en simple, le 3e à Melbourne. Pendant la quinzaine, elle pratique un tennis de rêve en battant en huitième Jelena Janković (6-3, 6-2), passant prêt de l'élimination (3-6, 6-2, 8-6) en quart contre Shahar Peer[28], puis la tête de série numéro 10 Nicole Vaidišová (7-65, 6-4)[29]. Enfin notamment en finale contre Maria Sharapova tête de série numéro 1, qu'elle bat sèchement en 63 minutes (6-1, 6-2). Elle marque ainsi son retour au plus haut niveau, atteignant après son succès le 14e rang mondial, et démontre qu'elle n'est pas encore une joueuse « finie » comme plusieurs le prétendaient[30].

De même, le 1er avril, elle remporte le tournoi de Miami en sauvant deux balles de match contre Justine Henin en finale (0-6, 7-5, 6-3), non sans avoir préalablement balayé Maria Sharapova en huitièmes (6-1, 6-1) : elle remporte là son 4e titre sur l'île de Key Biscayne et le 28e de sa carrière[31].

L'Américaine commence sa saison sur terre battue à Charleston, où elle est contrainte à l'abandon dès son premier match face à Chan Yung-Jan, alors qu'elle était menée 3-5 dans la première manche à la suite d'une blessure aux adducteurs.

Serena semble être rétablie pour jouer le premier tour de la Fed Cup face à la Belgique aux côtés de sa sœur Venus Williams. La cadette des sœurs donne un point aux États-Unis en battant Caroline Maes en deux sets 6-1, 6-4. Serena ne pourra pas jouer son deuxième match étant blessée.

Serena renonce aussi à jouer au tournoi de Berlin à cause de sa blessure à l'aine mais s'aligne à Rome où elle s'arrête en quarts de finale, battue en trois sets par Patty Schnyder (3-6, 6-2, 65-7).

Serena se présente donc à Roland-Garros comme l'une des favorites à la victoire finale. Dès le 1er tour, l'Américaine peine face à la jeune Bulgare Tsvetana Pironkova, s'en sortant cependant en 3 sets 5-7, 6-1, 6-1. Le 2e tour sera plus convaincant face à Milagros Sequera, puisqu'elle l'emportera en deux sets 6-0, 7-63 malgré une belle résistance de la Vénézuélienne. Au 3e tour, Serena connaît quelques difficultés mais s'en sort finalement en 2 sets face à la néerlandaise Michaëlla Krajicek 6-3, 6-4. Elle déroule en huitièmes de finale face à la Russe Dinara Safina qu'elle bat en deux sets secs 6-2, 6-3[32], mais s'incline en quarts de finale face à la Belge Justine Henin en deux sets (4-6, 3-6) qui aura tout déroulée sur son passage[33]. Serena déclarera qu'elle n'a jamais aussi mal joué dans un quart de finale en Grand Chelem.

Elle sera aussi battue en quarts par cette même Justine Henin à Wimbledon (4-6, 6-3, 3-6) et à l'US Open (63-7, 1-6), mais étant blessée et arrivant sans préparation, elle ne pouvait pas jouer le tennis qu'on lui connaît, tout en n'acceptant pas ces défaites[34].

Au tournoi de Moscou, elle arrive jusqu'en finale en ayant battue Kuznetsova mais perdra (7-5, 1-6, 1-6) contre Elena Dementieva.

En Novembre: les Masters à Madrid : Serena abandonne sur blessure au milieu du 1er match. Elle est remplacée par la 10e mondiale, la Française Marion Bartoli, qui sera battue 6-0, 6-0 par Justine Henin.

2008 - Un retour au premier plan et la place de numéro 1 retrouvée[modifier | modifier le code]

Lors de l'Open d'Australie, elle atteint les quarts de finale où elle s'incline 3-6, 4-6 face à la Serbe Jelena Janković, numéro 4 mondiale[35].

Elle remporte ensuite coup sur coup le tournoi de Bangalore contre Patty Schnyder et le tournoi de Miami en battant Janković en finale (6-1, 5-7, 6-3), après avoir battue en quart Justine Henin et en demi-finale Svetlana Kuznetsova en trois manches[36], égalant ainsi le record de cinq trophées jusque-là détenu par l'Allemande Steffi Graf dans ce même tournoi[37].

Serena Williams au service lors d'un match au tournoi de Wimbledon en 2008.

Elle continue sur sa lancée et remporte pour la première fois de sa carrière le tournoi de Charleston en battant en finale la Russe Vera Zvonareva en 3 sets (6-4, 3-6, 6-3) et s'annonce donc comme outsider importante pour le titre Porte d'Auteuil. Après treize victoires consécutives, elle s'incline en quart de finale à Berlin, battue au tie-break du troisième set face à Dinara Safina (6-2, 1-6, 65-7), future gagnante du tournoi[38]. Puis à Rome, elle déclare forfait avant son match en quart contre la qualifiée Alizé Cornet. À Paris, elle déçoit énormément en s'inclinant au troisième tour face à la Slovène Katarina Srebotnik sur le score de (4-6, 4-6)[39].

À Wimbledon, Serena échoue en finale contre sa sœur Venus sur le score de (5-7, 4-6), mais n'avait pas perdu un seul set avant d'atteindre la finale[40]. Elle remporte dans la même journée le titre en double avec sa sœur[41].

Revenue sur le circuit pour le tournoi de Stanford, Serena abandonne lors de son match des demi-finales face à Aleksandra Wozniak à cause d'une blessure au genou. Elle arrive à cours de préparation pour disputer les Jeux olympiques, seule épreuve qu'elle n'a jamais remportée en simple. Après deux premiers tours convaincants, elle souffre face à la Française Alizé Cornet (3-6, 6-4, 6-4), puis s'incline en quarts de finale face à la future médaillée d'or olympique, Elena Dementieva (6-3, 4-6, 3-6). En revanche, elle glane une nouvelle médaille d'or en double aux côtés de sa sœur, comme à Sydney en 2000[42].

L'US Open débute sur un fait inédit : 6 joueuses peuvent devenir no 1 mondiale à l'issue de ce tournoi, dont Serena, classée 3e. Déjà double gagnante à New York, elle se qualifie aisément pour les quarts de finale, où elle retrouve Venus pour leur 18e confrontation. Serena l'emporte en 2 sets très disputés (7-66, 7-67) dans un match de très grand niveau et d'une très grande intensité. Serena aura sauvé 10 balles de sets contre sa sœur[43]. En demi-finale, Serena bat facilement Dinara Safina (6-3, 6-2). En finale, elle remporte le titre en s'imposant (6-4, 7-5) face à Jelena Janković, contre qui elle avait perdu en quarts à l'Open d'Australie. Cette victoire lui permet de redevenir numéro 1 mondiale le 8 septembre, cinq ans après avoir quitté cette place. Avec ce 9e Majeur, elle devient aussi la 8e joueuse la plus titrée en Grand Chelem de l'histoire, ex æquo avec Maureen Connolly et Monica Seles[44]. Elle annonce après ce titre qu'elle veut arriver à un nombre à deux chiffres en Grand Chelem dès 2009[45].

Elle fait son retour à la compétition lors du tournoi de Stuttgart où elle perd au premier tour à la surprise générale contre Li Na sur le score de 6-0, 1-6, 4-6. Elle perd ainsi sa place de numéro 1 mondiale au profit de Jelena Jankovic, future lauréate de l'épreuve.

À la suite d'une légère blessure au genou, Serena ne reviendra à la compétition qu'aux Masters de Doha. Elle remporte son premier match aisément contre Dinara Safina (6-4, 6-1) mais est ensuite battue par sa sœur 7-5, 1-6, 0-6. À la suite de cette défaite, elle déclare forfait à cause d'une blessure aux abdominaux, terminant l'année sur un forfait comme l'année précédente. Elle finit la saison 2008 à la place de numéro 2 mondiale.

2009 - Meilleure saison depuis 2002-2003 et joueuse la plus riche de l'Histoire[modifier | modifier le code]

Serena Williams à l'Open d'Australie en 2009.

Serena Williams débute l'année à Sydney. Elle s'incline en demi-finales contre la future vainqueur Elena Dementieva (3-6, 1-6) après avoir sauvé des balles de match au premier tour contre Samantha Stosur (6-3, 64-7, 7-5) et en quart contre Caroline Wozniacki (65-7, 6-3, 7-63)[46]. Elle remporte ensuite l'Open d'Australie pour la quatrième fois de sa carrière. Après trois tours passés facilement, elle est bousculée par la Biélorusse Victoria Azarenka, qui remporte la première manche 6-3 mais qui doit abandonner au second set, touchée par une forte insolation. En quart, elle frôle l'élimination puisqu'elle est menée 5-7, 3-5 par Svetlana Kuznetsova, mais elle s'impose finalement 5-7, 7-5, 6-1[47]. En demi-finale, elle retrouve Dementieva et cette fois, Serena prend sa revanche en s'imposant (6-3, 6-4)[48]. En finale, elle retrouve Dinara Safina en quête de son premier succès en Grand Chelem, mais le match tourne court puisque Serena s'impose 6-0, 6-3 en moins d'une heure. En plus de remporter son 10e tournoi du Grand Chelem, elle redevient numéro 1 mondiale à l'issue de ce tournoi[49].

Elle enchaîne avec deux demi-finales à l'Open Gaz de France (forfait) puis à Dubaï (défaite face à sa sœur Venus) : 1-6, 6-2, 63-7, future vainqueur[50]. Absente à Indian Wells, tournoi qu'elle boycotte depuis 2001, elle fait son retour à Miami, tournoi qu'elle a déjà remporté à cinq reprises. Après un parcours difficile avec notamment des victoires en trois sets contre Zheng Jie (7-5, 5-7, 6-3), Li Na (4-6, 7-61, 6-2) et sa sœur Venus (6-4, 3-6, 6-3), elle perd en finale face à Victoria Azarenka dans un match où Serena était blessée à la cuisse gauche[51].

Sa saison sur terre battue européenne est catastrophique puisqu'elle ne gagne pas un seul match en trois tournois. À Roland-Garros, elle parvient malgré tout en quart, mais s'incline face à la future gagnante Svetlana Kuznetsova après un match très disputé (63-7, 7-5, 5-7)[52].

À Wimbledon, elle passe facilement les premiers tours puis prend sa revanche sur Azarenka en quarts (6-2, 6-3). En demi-finale, elle doit sauver des balles de match contre Elena Dementieva mais elle s'impose au finish et au mental 64-7, 7-5, 8-6[53]. En finale, elle retrouve sa sœur, qui est double tenante du titre. Elle prend sa revanche sur la finale de l'année passée (7-63, 6-2), remportant ainsi son troisième titre à Wimbledon[54]. Elle complète ce succès avec une victoire en double aux côtés de sa sœur.

Après une tournée américaine moyenne par son statut, elle arrive à l'US Open, elle se qualifie aisément pour les demi-finales. Elle rencontre Kim Clijsters, qui a fait son retour pendant l'été à la compétition après une absence pour cause de maternité. Cette dernière s'impose en deux sets (4-6, 5-7) face à une Serena à son meilleur niveau, même si ce match sera marqué par un incident qui vaut à Serena d'être éliminée à la suite d'un point de pénalité[55],[56].

Au tournoi de Pékin, elle s'incline au 3e tour face à Nadia Petrova. Elle remporte ensuite le Masters pour la deuxième fois de sa carrière après une victoire sur Venus Williams (6-2, 7-64) en finale, après avoir remportée tous ses matchs précédent[57]. Grâce à ce succès, la cadette des sœurs Williams devient la tenniswoman qui a empoché le plus gros montant de gains en carrière[58]. Elle reprend également la place de numéro 1 mondiale à Dinara Safina et termine ainsi l'année au sommet du classement pour la première fois depuis 2002. Grâce à deux titres du Grand Chelem en simple et trois en double, Serena Williams devient la première joueuse depuis Martina Hingis en 1999 à être désignée championne du monde à la fois en simple et en double[59].

2010 - Les sœurs Williams au sommet[modifier | modifier le code]

Serena Williams pendant le tournoi de Roland-Garros en 2010.

À l'image de la saison précédente, Serena Williams démarre par le tournoi de Sydney, où elle s'incline nettement face à Elena Dementieva (3-6, 2-6) en finale, après avoir frôlé la défaite en demi-finale face à la Française Aravane Rezaï qu'elle a battue 3-6, 7-5, 6-4 en étant menée 3-6, 2-5.

À l'Open d'Australie, elle déroule jusqu'en quart, où elle retrouve Victoria Azarenka. Après avoir été dominée pendant un set et demi (4-6, 0-4 pour la Biélorusse), elle renverse la vapeur et finit par s'imposer 4-6, 7-64, 6-2[60]. En demi-finale, elle passe l'obstacle Li Na au terme de deux tie-breaks. Elle retrouve en finale la revenante Justine Henin, pour une quatorzième confrontation face à la joueuse Belge, mais la première en finale d'un Grand Chelem. En sortant victorieuse de son duel face à Henin (6-4, 3-6, 6-2), Serena décroche son douzième titre majeur, égalant Billie Jean King[61]. Aux côtés de sa sœur Venus, elle conserve également son titre en double, en battant la paire numéro 1 mondiale Black-Huber en deux sets (6-4, 6-3). Elle devient également la première joueuse depuis Martina Navrátilová à remporter au moins un titre du Grand Chelem au cours de trois décennies différentes, et ce en simple comme en double[62].

Blessée au genou, elle s'absente du circuit pendant près de trois mois. Elle déclare en effet forfait pour les tournois de Paris, Dubaï, Miami, Charleston et Marbella.

Serena Williams fait son retour sur le circuit à Rome, où elle atteint les demi-finales. Elle perd néanmoins à ce stade contre Jelena Janković sur le score de 4-6, 6-3, 7-65 en faveur de la Serbe, qui a dû effacer des balles de match au passage. À Madrid, Serena Williams joue, au second tour, le plus long match de sa carrière en éliminant la Russe Vera Dushevina (62-7, 7-65, 7-65) après 3h26[63]. Elle cède toutefois en huitièmes face à Nadia Petrova, 6-4, 2-6, 3-6. Elle a également pris part à ce tournoi en double avec sa sœur afin de se préparer pour Roland-Garros. La paire triomphe sans perdre le moindre set et de ce fait se classe no 2 au monde, leurs ultimes adversaires étant l'équipe tête de série numéro 8 composée de Gisela Dulko et de Flavia Pennetta.

À Roland-Garros, Serena Williams est sortie en quarts de finale par Samantha Stosur, tombeuse de Justine Henin au tour précédent, sur le score de 2-6, 7-62, 6-8[64]. Par ailleurs, grâce à la victoire obtenue en finale du double dames, elle occupe conjointement avec sa sœur Venus la première place mondiale en double dès la fin de la deuxième levée du Grand Chelem[65],[66].

Le 4 juillet, elle remporte pour la quatrième fois le tournoi de Wimbledon en battant (6-3, 6-2) la Russe Vera Zvonareva, et après avoir battue la Chinoise Li Na tête de série numéro 9 en quart (7-5, 6-3) puis Petra Kvitová en demi-finale également en deux manches[67],[68].

À la suite d'une blessure au pied début juillet (débris de verre dans un restaurant), Serena Williams est obligée de déclarer forfait pour toute la tournée américaine ainsi que pour le dernier Grand Chelem de la saison[69]. Cependant, la défaite de Caroline Wozniacki en demi-finale de l'US Open lui permet de conserver son rang de numéro 1 mondiale. Elle perd sa place de numéro 1 pendant le tournoi de Pékin au profit de Caroline Wozniacki et finit l'année à la 4e place mondiale[70].

2011 - Complications médicales et retour gagnant[modifier | modifier le code]

Serena Williams subit un début de saison 2011 difficile dans le circuit WTA. Ne s'étant toujours pas remise de sa blessure survenue en juillet 2010, elle est obligée de déclarer forfait pour la Coupe Hopman ainsi que l'Open d'Australie, et rétrograde de la 4e à la 12e place mondiale au classement WTA faute de n'avoir pu défendre son titre.

Le 2 mars, Serena Williams est hospitalisée d'urgence à cause d'un hématome faisant suite à un traitement pour une embolie pulmonaire diagnostiquée quelques jours avant[71].

C'est en juin qu'elle annonce son retour. Tout comme sa sœur Venus, les deux ex-stars du circuit WTA retrouvent enfin le chemin des courts lors du tournoi d'Eastbourne, préparatif à Wimbledon. Elle y chute dès le deuxième tour face à Vera Zvonareva, alors 3e joueuse mondiale, au terme d'un match de plus de trois heures.

À Wimbledon, Serena alors tenante du titre s'incline dès les huitièmes de finale face à Marion Bartoli (3-6, 66-7). L'Américaine chute alors à la 175e place au classement WTA en juillet[72].

Au tournoi de Stanford (Premier Event) fin juillet 2011, Serena retrouve sa forme habituelle. Elle y remporte son premier titre depuis Wimbledon 2010 après avoir dominé notamment Maria Sharapova (6-1, 6-3), Sabine Lisicki (6-1, 6-2) et Marion Bartoli (7-5, 6-1) en ne perdant qu'un set du tournoi[73].

Elle confirme son retour gagnant en remportant quinze jours plus tard l'Open du Canada (Premier Event 5) à Toronto face à Samantha Stosur (6-4, 6-2), seule joueuse du top 10 avec Azarenka (en demie 6-3, 6-3) qu'elle aura dû affronter lors de cette édition. C'est seulement son deuxième titre dans le plus important tournoi canadien, dix ans après sa victoire contre Jennifer Capriati[74].

À l'US Open, Serena élimine la tête de série no 1 Caroline Wozniacki en demi-finale (6-2, 6-4), après avoir battue la 5e Victoria Azarenka au troisième tour (6-1, 7-65) et retrouve de nouveau l'Australienne Samantha Stosur 10e mondiale, en finale[75]. Mais contrairement à Toronto deux semaines auparavant, l'Américaine ne parvient pas à mettre son jeu en place et perd vite son sang froid, invectivant l'arbitre à plusieurs reprises. Elle perd sa 17e finale de Grand Chelem en deux sets (2-6, 3-6), mais progresse au 14e rang mondial en septembre 2011[76],[77].

2012 - Quadruplé Wimbledon, JO, US Open et Masters en simple[modifier | modifier le code]

Elle se montre plutôt convaincante durant les trois premiers matchs qu'elle dispute à l'Open d'Australie, mais subit une cruelle défaite en huitième de finale (2-6, 3-6), face à la Russe Ekaterina Makarova, 56e joueuse mondiale[78].

Elle participe ensuite au tournoi de Miami, où elle s'incline en quart de finale (4-6, 4-6) face à Caroline Wozniacki[79].

À Charleston, elle remporte facilement le tournoi en battant Lucie Šafářová (6-0, 6-1) en finale. C'est son quarantième titre sur le circuit WTA.

À Madrid, sur la terre battue bleue, elle réalise une semaine impressionnante, évinçant Caroline Wozniacki (1-6, 6-3, 6-2) et Maria Sharapova (6-1, 6-3) en quart, et remporte le titre face à la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka (6-1, 6-3)[80].

À Rome, elle continue d'impressionner mais déclare forfait peu avant sa demi-finale face à la Chinoise Li Na, souffrant dans le bas du dos.

Serena Williams lors de Roland-Garros en 2012.

À Roland-Garros, elle perd après plus de 3 heures d'affrontement face à la Française Virginie Razzano au 1er tour du tournoi (6-4, 65-7, 3-6). Il s'agit de sa première défaite lors d'un premier tour d'un tournoi du Grand Chelem[81]. Deux jours après cette défaite, elle décide de s'entraîner avec le français Patrick Mouratoglou[82].

Lors du tournoi de Wimbledon, elle remporte son 14e titre du Grand Chelem en 3 sets, 6-1, 5-7, 6-2, face à la Polonaise Agnieszka Radwańska 3e mondiale[83]. Après avoir éliminée la 4e mondiale Petra Kvitová en quart et la no 2 mondiale, Victoria Azarenka (6-3, 7-66)[84]. Elle remporte le même jour son 5e Wimbledon en double avec sa sœur Venus[85]. Il s'agit de son 13e Grand Chelem en double. Au cours du tournoi, elle bat le record du nombre d'aces chez les femmes au cours d'un match (24 en demi-finale contre Azarenka) et au cours du tournoi (102 au total)[86].

Serena Williams remporte le tournoi de Stanford juste après avoir remporté Wimbledon, en battant en finale l'Américaine Coco Vandeweghe (7-5, 6-3), une Lucky Loser. C'est sa quarante-troisième victoire sur le circuit WTA. Elle rejoint ainsi sa sœur Venus.

Elle participe aux Jeux olympiques d'été de Londres et réalise un parcours exceptionnel. En tournoi simple, elle bat au premier tour Jelena Janković, numéro 1 en 2008, (6-3, 6-1). Elle bat ensuite au 2e tour Urszula Radwańska (6-2, 6-3). Au troisième tour, elle affronte Vera Zvonareva et s'impose 6-1, 6-0. En quart de finale, elle rencontre l'ex numéro 1 Caroline Wozniacki dont elle se défait facilement (6-0, 6-3). En demi-finale, elle joue contre la numéro 1 mondiale, Victoria Azarenka mais ne lui laisse aucune chance et remporte le match (6-1, 6-2)[87]. Elle se retrouve alors en finale face à Maria Sharapova qu'elle bat (6-0, 6-1). Elle remporte ainsi la médaille d'or des Jeux olympiques 2012[88]. Serena fait également un parcours sans faute en double dames qu'elle joue avec sa sœur Venus Williams. Elles se hissent jusqu'en finale en écartant la Roumanie (Sorana Cîrstea et Simona Halep), l'Allemagne (Angelique Kerber et Sabine Lisicki), l'Italie (Sara Errani et Roberta Vinci) tête de série numéro 2 et la Russie (Maria Kirilenko et Nadia Petrova) pour atteindre leur troisième finale du double dames des Jeux olympiques en trois participations. Les sœurs conservent leur titre olympique dans le double dames des Jeux de Londres, en battant les Tchèques Andrea Hlaváčková et Lucie Hradecká en deux sets 6-4, 6-4, à Wimbledon. C'est le troisième titre pour les sœurs Williams qui avaient été sacrées à Sydney en 2000 et à Pékin en 2008[89],[90]. De plus, elle devient aussi la première joueuse de tennis à remporter les 4 tournois du grand chelem en simple, en double ainsi que l'or olympique en simple et en double.

Au tournoi de l'US Open, Serena Williams défait toutes ses adversaires, sans égarer un seul set et en ne perdant seulement que 19 jeux en 6 matchs (presque 3 jeux par match en moyenne !), avant d'affronter en finale la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka. C'est la revanche des dernières demi-finales du tournoi de Wimbledon et des Jeux olympiques de Londres, au cours desquelles Serena Williams avait battu facilement la joueuse Biélorusse[91]. Au premier set, Serena prend d'entrée le service de son adversaire pour mener rapidement 3-0. Elle reprend ensuite un second service d'Azarenka pour finalement emporter ce set 6-2. Malmenée dans le deuxième set qu'elle perd 6-2, elle se retrouve tout près de la défaite lorsque V. Azarenka mène 5 jeux à 3 dans le set ultime. Serena Williams parvient finalement à s'imposer (7-5), elle remporte ainsi son 4e US Open et son 15e titre en Grand Chelem. Par ailleurs, elle devient la troisième joueuse de l'ère Open à réaliser le triplé Wimbledon-JO-US Open après Steffi Graf en 1988 et sa sœur Venus en 2000[92],[93].

Aux Masters d'Istanbul, elle arrive en grande favorite. Elle gagne ses trois matchs de poule, contre Angelique Kerber (6-4, 6-1), Li Na (7-62, 6-3) puis la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka (6-4, 6-4), malgré un jeu assez décevant, avec un service moins performant qu'à son habitude en 2012. En demies, elle élimine sans difficulté Agnieszka Radwańska 6-2, 6-1 en tout juste une heure, avant de remporter en finale son troisième Masters en battant Maria Sharapova (6-4, 6-3) en une heure et demi qui a toujours autant de mal à battre l'Américaine[94].

2013 - Retour à la première place mondiale et triplé Roland Garros, Us Open et Masters en simple[modifier | modifier le code]

Williams commence sa saison par le tournoi de Brisbane. Elle balaye successivement Varvara Lepchenko (6-2, 6-1), Alizé Cornet (6-2, 6-2), Sloane Stephens (6-4, 6-3) avant de bénéficier du forfait de Victoria Azarenka en demi-finale. Elle s'adjuge le tournoi en battant Anastasia Pavlyuchenkova (6-2, 6-1) et sans concéder le moindre set de la semaine.

Elle arrive donc en favorite à l'Open d'Australie. Lors de son premier tour, elle élimine Edina Gallovits (6-0, 6-0) mais se tord violemment la cheville dans le premier set[95]. Au tour suivant, elle évince Garbiñe Muguruza (se blessant au passage la lèvre en se donnant un coup de raquette). Elle écrase ensuite Ayumi Morita (6-1, 6-3) et Maria Kirilenko (6-2, 6-0) et avance en quarts de finale. Pour la première fois de sa carrière, Williams s'incline contre une joueuse Américaine plus jeune qu'elle, en la personne de Sloane Stephens (6-3, 5-7, 4-6) en 2h17, après s'être une nouvelle fois blessée, au dos cette fois-ci[96],[97]. La victoire d'Azarenka en finale l'empêche alors de devenir numéro 1 mondiale.

Williams participe ensuite au tournoi de Doha. Malgré une défaite en finale face à la tenante du titre et numéro 1 mondiale Victoria Azarenka (66-7, 6-2, 3-6), elle reprend sa place à cette dernière au sommet de la hiérarchie du tennis féminin[98]. Puis, du 19 au 30 mars, elle participe à l'Open de Miami, qu'elle remporte pour la sixième fois de sa carrière après une longue finale contre Maria Sharapova (4-6, 6-3, 6-0) en 2h08, confortant ainsi sa place de numéro 1 mondiale. Lors de cette semaine, elle battra Dominika Cibulková en trois manches, la tête de série numéro 5 Li Na (6-3, 7-65) en 1h50 et Agnieszka Radwańska tête de série numéro 4. Cette victoire de Serena Williams est un nouveau record que la joueuse affiche à son tableau de chasse. En effet, elle est la première joueuse à emporter six fois le tournoi de Miami, dépassant ainsi le record de cinq victoires qu'elle détenait avec Steffi Graf[99].

Elle enchaîne ensuite sur la terre battue verte du tournoi de Charleston dont elle est tenante du titre. Un tournoi marqué par deux matchs en une journée pour Serena ainsi que pour Vénus. Les deux sœurs se retrouvent en demi finale Serena s'impose très facilement en laissant seulement 3 petits jeux à son aînée. En finale, elle bat Jankovic en trois manches (3-6, 6-0, 6-2) en 1h55. Elle s'impose pour la deuxième fois de suite à Charleston.

Serena Williams est de retour sur la terre battue ocre de Madrid avec sa place de numéro 1 mondiale en danger. L'Américaine montre un niveau de jeu satisfaisant battant Yulia Putintseva avec un tie-break, Lourdes Domínguez Lino et Maria Kirilenko avant d'affronter l'Espagnole Anabel Medina Garrigues. Un match de grande intensité où Williams encaisse un 6-0 dans la deuxième manche mais s'impose 7-5 au troisième set, passant à deux points de la défaite à 4-5, 30-30[100]. En demi finale, elle bat Sara Errani (7-5, 6-2) et rencontre Maria Sharapova en finale avec la place de numéro 1 en jeu. C'est la troisième confrontation de l'année entre les deux joueuses qui tourne une nouvelle fois à l'avantage de Williams. Elle s'impose en deux sets 6-1, 6-4 en 1h18, et conforte sa place de numéro 1 mondiale.

Elle remporte ensuite le tournoi de Rome face à Victoria Azarenka (6-1, 6-3) en 1h33, 11 ans après sa seule et unique victoire à Rome[101].

Serena Williams au tournoi de Roland-Garros en 2013.

Elle participe aux Internationaux de France qu'elle n'a remporté qu'une seule fois, en 2002, face à sa sœur Venus Williams. Elle passe facilement le premier tour en éliminant la Géorgienne Anna Tatishvili par 6-0, 6-1, en 51 minutes. Au deuxième tour, elle bat la Française Caroline Garcia, s'impose au troisième tour face à la Roumaine Sorana Cîrstea et évince l'Italienne Roberta Vinci en huitièmes de finale. En quarts de finale, elle bat en trois sets la Russe Svetlana Kuznetsova (6-1, 3-6, 6-3), lui proposant pour la première fois du tournoi de la résistance[102]. En demi-finale, elle affronte l'Italienne et cinquième joueuse mondiale, Sara Errani, qu'elle domine 6-0, 6-1 en 46 minutes. Elle atteint ainsi pour la première fois depuis onze ans la finale du tournoi parisien[103], où elle retrouve la Russe et deuxième joueuse mondiale, Maria Sharapova, qu'elle bat (6-4, 6-4) en 1 heure et 46 minutes en concluant par un ace à 198 km/h sur la balle de match[104]. Elle remporte ainsi son deuxième titre à Roland-Garros et son 16e titre du Grand Chelem en simple, à 31 ans[105]. Serena Williams comptabilise à ce moment 31 victoires consécutives[104].

Alors qu'elle semblait promise à un sixième sacre sur le gazon londonien, elle est éliminée à la surprise générale en huitième de finale par la tête de série no 23, l'Allemande Sabine Lisicki future finaliste, sur le score de (2-6, 6-1, 4-6) qui aura réalisée un excellent match. Elle arrête ainsi une série de 34 victoires consécutives[106].

Par la suite, elle remporte deux nouveaux tournois. D'abord, à Båstad mi-juillet, sur terre battue, elle ne perd aucun set et bat Johanna Larsson en finale[107]. Puis, le 11 août, elle remporte la coupe Rogers[108], également sans concéder un seul set du tournoi ; au bénéfice de ce 54e succès, elle surpasse Monica Seles au nombre de titres remportés sur le circuit WTA[109].

Aux ESPY Awards, Serena Williams est élue meilleure athlète féminine de l'année[110] ainsi que meilleure joueuse de tennis de l'année.

Elle enchaîne ensuite par le tournoi de Cincinnati où elle se hisse encore en finale où elle doit s'incliner contre sa dauphine, Azarenka, en finale (6-2, 2-6, 66-7) en deux heures et demi de jeu[111].

Elle remporte donc les US Open Series devançant notamment Azarenka et Radwanska.

À l'US Open, Williams dispose facilement de Schiavone, Voskoboeva et Shvedova. En huitième de finale, elle prend sa revanche sur sa compatriote Sloane Stephens (6-4, 6-1), avant d'écraser Carla Suárez Navarro (6-0, 6-0) puis la 6e mondiale, Li Na (6-0, 6-3). Elle retrouve une nouvelle fois Victoria Azarenka en finale, pour un remake de la finale de 2012[112]. Elle s'impose en trois sets (7-5, 66-7, 6-1) après 2h45 d'un combat tendu et acharné, remportant ainsi son 17e Grand Chelem et son 5e US Open. Elle empoche par la même occasion un chèque record de 3,6 millions de dollars. Il est à noter que Williams barre pour la troisième fois consécutive la route vers le titre à Flushing Meadows à Azarenka[113],[114].

Elle s'adjuge son 10e titre de la saison en dominant en finale du tournoi WTA de Pékin la Serbe Jelena Janković, 6-2, 6-2. Il s'agit du 56e tournoi gagné en simple par la cadette des sœurs Williams et son troisième Premier Mandatory consécutif de la saison.

Serena Williams achève sa saison par un sacre au Masters, son quatrième. En poule elle bat tranquillement ses adversaires qui sont : Angelique Kerber, Agnieszka Radwańska et Petra Kvitová. En demi-finale, elle éprouve plus de mal, puisqu'elle perd un set (6-4, 2-6, 6-4) contre Jelena Janković en plus de deux heures, et en finale contre Li Na en également deux heures (2-6, 6-3, 6-0) et perdant un deuxième set. Elle bat son propre record, en étant la joueuse la plus âgée à remporter le Masters en simple, à 32 ans[115],[116]. Il s'agit de la meilleure saison de sa carrière, avec un total de onze titres glanés, terminant logiquement l'année au premier rang de la hiérarchie mondiale. Cette saison, elle a gagné 78 de ses 82 matchs, soit un pourcentage de victoires de 95,1 %.

2014 - 200 semaines à la place de numéro 1 et 18e Grand chelem[modifier | modifier le code]

Serena Williams débute l'année par le tournoi de Brisbane, épreuve dont elle est tenante du titre. Elle y remporte le trophée pour la deuxième année consécutive après des victoires sur Maria Sharapova en demi-finale (6-2, 7-67)[117] et sur la no 2 mondiale Victoria Azarenka en finale (6-4, 7-5)[118]. À 32 ans, l'Américaine ajoute à son palmarès un 58e titre. À l'Open d'Australie, elle s'incline en huitièmes de finale devant la Serbe Ana Ivanović, tête de série no 14, en trois sets 6-4, 3-6, 3-6[119].

Elle déclare ensuite forfait pour le tournoi de Doha en raison d'une blessure au dos contractée à l'Open d'Australie.

Une semaine après Doha, Serena Williams profite d'une wild card pour participer au tournoi de Dubaï. Elle élimine successivement Ekaterina Makarova et Jelena Janković, mais échoue en demi-finale face à Alizé Cornet (4-6, 4-6). En conférence de presse, Serena Williams dira regretter sa participation au tournoi, sa blessure au dos n'étant pas complètement guérie[120].

Serena Williams entame ensuite le tournoi de Miami dont elle est tenante du titre et remporte son 7e titre sur l’ile de Key Biscayne (record absolu hommes/femmes confondu) en éliminant successivement Yaroslava Shvedova, Caroline Garcia (6-4, 4-6, 6-4) de 20 ans, la qualifiée Coco Vandeweghe, Angelique Kerber (6-2, 6-2) tête de série numéro 5 et la tête de série numéro 4, Maria Sharapova alors quelle était menée 4-1 au premier set (6-4, 6-3) en 1h37. En finale, elle rencontre la no 2 mondiale Li Na. Serena Williams commence très mal le match jusqu’à être menée 5-2 au premier set mais l'emporte finalement en deux sets 7-5, 6-1 et deux heures de jeu[121].

Serena Williams démarre la saison sur terre battue par une défaite cuisante au second tour du tournoi de Charleston dont elle était tenante du titre. Blessée à la cuisse, elle ne peut rien faire face à la jeune Jana Čepelová qui remporte le match sur le score de (4-6, 4-6). Serena Williams déclare en conférence de presse qu'elle se retire du circuit pendant quelques semaines pour faire le point sur sa santé physique et mentale. En effet, ces deux dernières années, Serena Williams a enchaîné les tournois et se dit fatiguée mentalement et physiquement[122].

Elle fait son retour au tournoi de Madrid où elle est double tenante du titre. Serena Williams se promène lors des premiers tours, mais déclare forfait pour les quarts de finale qui devaient l'opposer à Petra Kvitová, à la suite d'une blessure à la cuisse.

Serena Williams au tournoi de l'Open de Madrid en 2014

La no 1 mondiale reprend du service à Rome pour défendre son titre. Elle remporte son 60e titre et devient triple championne du tournoi après ses victoires en 2002, 2013 et 2014. Pour réussir cela, elle s'est défaite d'Andrea Petkovic, Varvara Lepchenko et Zhang Shuai avant de retrouver Ana Ivanović en demi-finale qui l'avait sortie en janvier à l'Open d'Australie. Williams prend sa revanche en trois sets (6-1, 3-6, 6-1) en 1h36. En finale, elle rencontre Sara Errani qu'elle bat facilement en deux sets 6-3, 6-0 et 1h11[123].

À Roland-Garros, où elle est favorite et tenante du titre, elle perd au second tour contre la jeune Espagnole Garbiñe Muguruza en deux manches sèches (2-6, 2-6), ce qui est une grosse surprise[124].

À Wimbledon, où elle est très attendue après ses deux défaites prématurées à l'Open d'Australie et Roland-Garros, elle bat facilement Anna Tatishvili au 1er tour et Chanelle Scheepers au second, mais chute au troisième tour face à Alizé Cornet (6-1, 3-6, 4-6). C'est la 1re fois depuis 2006, que Serena Williams est éliminée trois fois de suite avant les quarts de finale en Grand Chelem[125]. Et en double avec sa sœur Venus, lors de leur match de double au deuxième tour, Serena est victime d’un étrange malaise la contraignant à abandonner[126].

Serena remporte ensuite le tournoi de Stanford en battant l'Allemande Angelique Kerber (7-61, 6-3) alors bien mal embarquée dans le premier set, après avoir perdu un set (2-6, 6-3, 7-5) et des difficultés contre Ana Ivanović en quart. À Montréal, elle échoue en demi-finale face à sa sœur Venus en trois sets : 7-62, 2-6, 3-6 en un peu plus de deux heures[127] en éprouvant beaucoup de mal à mettre son jeu en place cette semaine. Serena retrouve son meilleur niveau à Cincinnati en remportant son 62e titre face à Ana Ivanović (6-4, 6-1) en tout juste une heure. Menée 3-1 dans le premier set, elle remporte 7 jeux consécutifs pour le gain du premier set et déborde complètement Ivanović pour conclure 6-1 dans le deuxième. Dans ce tournoi, elle éprouvera encore du mal à battre Caroline Wozniacki à nouveau en trois manches et dès son premier match contre Samantha Stosur conclu en deux tie-breaks[128]. Serena remporte donc les US Open Series pour la troisième fois et bénéficiera d'un bonus d'un million de dollars en cas de victoire à Flushing Meadows. Tournoi qu'elle remporte effectivement le 7 septembre (6-3, 6-3 lors de la finale l'opposant à son amie Caroline Wozniacki 11e mondiale) sans perdre le moindre set et n'éprouvant aucune difficultés en écrasant la concurrence[129],[130].

De ce fait, Serena Williams remporte son sixième US Open (record initialement détenu par Chris Evert), le troisième consécutif et surtout son 18e Grand Chelem, ce qui fait d'elle l'égale de Martina Navratilova et Chris Evert. Elle empoche un chèque record de 4 millions de dollars, 3 pour le titre à Flushing Meadows plus 1 million bonus des US Open Series[131].

À Wuhan, elle abandonne lors de son second tour face à Alizé Cornet alors quelle mène d'un break 6-5. Prise de fièvre et nauséeuse, elle tombe pour la troisième fois (sur abandon cette fois) sous Cornet. C'est la première fois depuis Justine Hénin en 2007 que Serena perd trois match contre la même joueuse dans une même saison[132].

Quelques jours plus tard à Pékin, elle déclare forfait avant son quart de finale face à Samantha Stosur en raison d'une blessure au genou[133].

Elle commence ensuite le Masters de fin de saison WTA à Singapour par une belle victoire sur la Serbe Ana Ivanović (6-4, 6-4). Mais elle se fait surprendre dès son deuxième match de poule où Simona Halep ne lui laisse que deux jeux (0-6, 2-6). Ainsi, Serena perd un match pour la première fois au Masters depuis 2008, mais il s'agit surtout de la première fois depuis 1998 qu'elle ne marque pas plus de deux jeux dans un match ayant été à son terme[134]. Le lendemain, elle retrouve sa forme habituelle et bat nettement Eugenie Bouchard en 57 minutes (6-1, 6-1). Combiné aux résultats des autres joueuses de sa poule, Serena parvient finalement à se qualifier pour les demi-finales du Masters. Elle y rencontre Caroline Wozniacki, arrivée en tête de l'autre poule : après un début de match catastrophique (seulement 3 des 15 premiers points remportés), la no 1 mondiale a petit à petit rectifiée le tir face à une excellente adversaire et a conclu le match sur sa 3e occasion (2-6, 6-3, 7-66) après plus de 2 heures de jeu[135].

Williams retrouve Halep en finale le 26 octobre sur le terrain du Singapore Indoor Stadium, et prend sa revanche par rapport à leur rencontre du premier tour, s'imposant (6-3, 6-0) en 1h11. Elle est la première à remporter le Masters pour la troisième fois de suite depuis Monica Seles (1990-1992)[136].

Serena est élue meilleure joueuse de l'année pour la sixième fois de sa carrière par la WTA. En simple, elle totalise 64 titres et termine sa saison avec 9 millions de dollars de gains en tournois.

2015 - Un « Serena Slam » à deux matches du Grand Chelem de tennis[modifier | modifier le code]

En 2015, Serena Williams démarre sa saison non pas par un tournoi de préparation comme lors des trois années précédentes, mais par une exhibition, la Hopman Cup, avec une victoire sur Flavia Pennetta mais en se prenant un 6-0, une défaite sèche contre Eugenie Bouchard et une victoire à l'arrachée contre Lucie Šafářová, montrant son début d'année compliquée et un peu inquiétant. En double avec son coéquipier John Isner, ils gagnent leurs trois matchs. Ils se qualifient quand même pour la finale mais perdent 2-1 contre les Polonais.

Elle participe à l'Open d'Australie qu'elle n'a plus remporté depuis 2010. Elle élimine successivement Alison Van Uytvanck, Vera Zvonareva (7-5, 6-0) et Elina Svitolina avant de retrouver en huitièmes de finale l'Espagnole Garbiñe Muguruza. Serena Williams prend sa revanche par rapport à sa défaite l'année précédente à Roland-Garros en trois sets (2-6, 6-3, 6-2). Elle bat ensuite en quart de finale Dominika Cibulková (6-2, 6-2) pour ensuite sortir la jeune Américaine Madison Keys (7-65, 6-2) lors de la demi-finale en grande patronne[137]. Elle retrouve la numéro deux mondiale Maria Sharapova en finale qu'elle bat pour la 16e fois consécutive en deux sets (6-3, 7-65). Elle remporte son dix-neuvième tournoi du Grand Chelem et son sixième à Melbourne (record de l'ère Open), dépassant ainsi Martina Navrátilová et Chris Evert en termes de victoires en Grand Chelem (18 chacune)[138],[139].

Elle participe ensuite à la Fed Cup en Argentine mais se voit contrainte d'abandonner après son premier match, affaiblie par un virus contracté en Australie et dont elle n'est toujours pas guérie.

Au mois de mars, Serena Williams dispute Indian Wells, après quatorze ans de boycott à la suite des sifflets du public lors de la finale qui lui reprochait le forfait de sa sœur Vénus contre qui elle aurait dû jouer en demie. Elle tente donc de tourner la page et déclare : « Je suis impatiente d'être de retour sur ce central pour montrer au monde entier qu'il ne faut pas se soucier de l'hostilité qu'on peut rencontrer ou susciter »[140],[141],[142]. Elle quitte le tournoi en demi-finale, déclarant forfait à cause d'un genou douloureux[143].

Lors du tournoi de Miami, elle élimine au troisième tour (6-1, 6-1) en moins d'une heure la jeune Américaine Catherine Bellis de seulement 15 ans[144], puis Svetlana Kuznetsova au tour suivant et en 1/4 de finale l'Allemande Sabine Lisicki (7-64, 1-6, 6-3) en deux heures de jeu et signe là sa 700e victoire sur le circuit professionnel[145]. Elle retrouve ensuite la numéro trois mondiale Simona Halep en demi-finale, et remporte le match en trois sets (6-2, 4-6, 7-5) avec beaucoup de mal en un peu plus de deux heures[146]. Au cours de sa dixième finale à Key Biscayne, elle domine complètement l'Espagnole Carla Suárez Navarro (6-2, 6-0) en moins d'une heure, pour remporter son 3e titre d'affilée et son huitième au total[147].

Serena Williams avec son trophée victorieuse au tournoi de Wimbledon en 2015.

Afin de préparer la saison sur terre battue, elle décide de participer à la Fed Cup mais cette fois sans sa sœur (Venus Williams déclare forfait une semaine avant la rencontre pour problème personnel). Serena remporte ses deux matchs face à Camila Giorgi et Sara Errani mais échoue en double, laissant ainsi l'Italie se qualifier pour le groupe mondial.

Le 27 avril, elle entame sa 115e semaine consécutive au sommet de la hiérarchie mondiale. Elle dépasse ainsi sa compatriote Chris Evert, qui avait occupé ce rang durant 113 semaines d'affilée entre mai 1976 et juillet 1978.

C'est à Madrid qu'elle perd son premier match de la saison face à Petra Kvitová, en deux sets (2-6, 3-6) en demi-finale et 1h13 de jeu[148]. Elle avait éliminé au second tour la jeune Madison Brengle (6-0, 6-1) et Victoria Azarenka après avoir effacé 3 balles de match (7-65, 3-6, 7-61) dans un match d'une pure folie, où pour trouver trace d'un succès de Serena Williams après avoir sauvé des balles de match, il faut remonter à Sydney 2009[149].

À Rome, alors qu'elle est double tenante du titre, elle se voit contrainte de déclarer forfait juste après son second tour vainqueur face à Anastasia Pavlyuchenkova (6-1, 6-3) à cause d'une blessure au coude contractée à Madrid la semaine précédente.

Le 6 juin, elle remporte pour la troisième fois le tournoi de Roland-Garros et son 20e Grand Chelem face à la Tchèque Lucie Šafářová après plus de 2 heures de lutte acharnée (6-3, 62-7, 6-2)[150]. Pour ce faire, elle a bataillé presque toute la quinzaine : au second tour face à l'Allemande Anna-Lena Friedsam (5-7, 6-3, 6-3), au troisième tour face à Victoria Azarenka (3-6, 6-4, 6-2) en jouant vraiment avec le feu[151], et au quatrième tour à trois points de la défaite elle se défait non sans mal de la jeune Sloane Stephens (1-6, 7-5, 6-3)[152]. Puis en demi-finale, alors qu'elle est malade, l'emporte sur la Suissesse Timea Bacsinszky 24e mondiale, (4-6, 6-3, 6-0) en presque deux heures[153]. Lors de la finale elle renverse la vapeur à 0-2 dans le troisième set pour l'emporter (6-3, 62-7, 6-2). Elle est la première joueuse à s'adjuger les deux premiers majeurs de la saison depuis Jennifer Capriati en 2001[154],[155].

Elle remporte ensuite le troisième tournoi du Grand Chelem de la saison à Wimbledon en battant en finale l'Espagnole Garbiñe Muguruza 20e mondiale, (6-4, 6-4) en une heure et demi, qui disputée sa première grande finale[156],[157]. Elle a précédemment perdu un set contre Heather Watson (6-2, 4-6, 7-5) au troisième tour passant non loin de la sortie[158], puis écartée sa sœur Venus en huitième de finale en deux manches. À partir des quarts, elle affronte Victoria Azarenka revenant tout doucement à un bon niveau (3-6, 6-2, 6-3) mais gagnera contre elle malgré beaucoup plus de difficultés et plus de deux heures, et la Russe Maria Sharapova en demie (6-2, 6-4) en 1h19 seulement, montrant sa suprématie. Il s'agit de son 6e titre à Wimbledon et de son 21e titre du Grand Chelem. Elle réalise également le Grand Chelem sur deux ans, étant tenante du titre des quatre tournois majeurs. Ces deux séries à douze années d'écart (elle avait réalisé le même exploit en 2002-2003) ont gagné l'appellation Serena Slam[159],[160].

À Båstad, elle se voit contrainte de déclarer forfait après son premier tour et de faire l'impasse sur Stanford à cause d'une blessure au coude qui la gène depuis Madrid. Au 20 juillet, elle atteint la 250e semaine au sommet de la hiérarchie mondiale, le quatrième meilleur total derrière Graf, Navratilova et Evert[161].

À Toronto, elle perd seulement son deuxième match de la saison en se hissant en demi-finale malgré un service moyen face à la jeune Belinda Bencic sur le score de : 6-3, 5-7, 4-6[162].

Elle remporte son cinquième titre de la saison à Cincinnati en éliminant en finale la numéro trois mondiale Simona Halep : 6-3, 7-65, où la seule joueuse à lui avoir pris un set sur cette semaine est Ana Ivanović en quart de finale. En défendant son titre elle devient la première joueuse à remporter ce tournoi à deux reprises[163].

À l'US Open, Serena Williams, triple tenante du titre, a la possibilité de réaliser le premier Grand Chelem de tennis sur une année depuis Steffi Graf en 1988 et de la rejoindre avec 22 titres du Grand Chelem en simple à l'ère open. Après un troisième tour difficile face à Bethanie Mattek-Sands en passant pas loin de sortir, puis avoir éliminée sa sœur Venus en quart de finale en trois sets (6-2, 1-6, 6-3) en 1h40 dans un beau match[164]. Elle chute à la surprise générale en demie le 11 septembre face à l'Italienne Roberta Vinci, alors 43e joueuse mondiale (6-2, 4-6, 4-6) en tout juste deux heures de jeu[165],[166]. Entre 2011 et 2015, les huit défaites de Serena Williams en Grand Chelem l'ont toutes été face à des joueuses classées au-delà du top 10 au classement WTA[167].

À la surprise générale, elle met fin à sa saison en déclarant forfait pour le tournoi de Pékin et le Masters dont elle est triple tenante du titre[168]. Elle réalise cependant une saison exceptionnelle avec 5 titres dont trois grand chelem et termine la saison une fois de plus à la tête du classement WTA.

2016 - Deux finales perdues en Grand Chelem, 7e titre à Wimbledon et 14e en double[modifier | modifier le code]

Serena Williams commence sa saison 2016 par la défense de son titre à l'Open d'Australie. Elle atteint sans encombre la finale, battant notamment Maria Sharapova en quarts de finale pour la 18e fois de suite[169], et en demi-finale la Polonaise Agnieszka Radwańska, lui infligeant une bonne correction. Elle y affronte Angelique Kerber 6e mondiale, qui remporte le titre après un match disputé (4-6, 6-3, 4-6) en plus de deux heures, où Williams a commis beaucoup de fautes avec une gestuelle tendue par l'événement[170],[171]. Et signifiant sa déception et son incompréhension en conférence de presse[172].

Fiévreuse, elle se voit contrainte de déclarer forfait pour les tournois de Dubaï et Doha. Le 8 février, Serena Williams domine le classement de la WTA pour la 280e semaines dans sa carrière, mais surtout la 157e consécutive, une marque qui dépasse celle de Martina Navrátilová (156) et qui la rapproche de Steffi Graf (180).

Un an après son retour dans le désert californien, Serena Williams reprend du service pour tenter de devenir la première joueuse à remporter le tournoi d'Indian Wells pour la troisième fois. Elle remporte tous ses matchs en deux sets (après avoir battue notamment Simona Halep en quart et Agnieszka Radwańska en demi-finale qui aura montrée un bon niveau) pour atteindre la finale face à Victoria Azarenka, mais s'incline (4-6, 4-6) en 1h28[173]. À Miami la semaine suivante, elle peine à trouver son jeu de jambes ainsi que son service et son mental. Elle est sortie dès les seizièmes de finale par la 19e joueuse mondiale Svetlana Kuznetsova (7-63, 1-6, 2-6) et met fin à une série de 20 victoires consécutives à Miami[174].

Serena Williams au tournoi de l'Open de Rome en 2016

Malade, elle fait l'impasse sur le tournoi de Madrid et commence donc la saison sur terre battue à Rome. Elle remporte alors son 70e titre et le 4e à Rome face à sa compatriote Madison Keys (7-65, 6-3) sans perdre le moindre set, en ayant battue et pris sa revanche en quart contre Svetlana Kuznetsova.

Lors du tournoi de Roland-Garros, elle se qualifie pour la finale sans réelle surprise. Mais en ayant éprouvée des difficultés à battre Kristina Mladenovic au troisième tour, puis la première surprise Yulia Putintseva 60e mondiale, en perdant un set lors des quarts[175], et la Néerlandaise Kiki Bertens en demi-finale, l'autre surprise (7-67, 6-4) en 1h38 dans un match également tendu[176]. Elle s'incline (5-7, 4-6) en 1 h 43 face à la 4e mondiale Garbiñe Muguruza, perdant ainsi deux finales de Grand Chelem consécutives[177],[178]. Elle devient cependant la même année la sportive féminine la mieux rémunérée au monde devant Maria Sharapova et Ronda Rousey avec 25,4 millions d'euros de gains cumulés sur les douze derniers mois (de mai 2015 à mai 2016)[179].

La saison sur herbe se résume à la défense de son titre à Wimbledon. Elle passe facilement la qualifiée Amra Sadiković au premier tour, avant d'être un peu bousculée par Christina McHale (67-7, 6-2, 6-4) au second tour. Elle se qualifie ensuite facilement pour les huitièmes de finale, et signe par la même occasion sa 300e victoire en carrière dans un tournoi du Grand Chelem[180]. Le lendemain (4 juillet), elle entame sa 300e semaine au sommet de la hiérarchie mondiale. Sur les trois matchs suivants, elle affronte trois Russes, Svetlana Kuznetsova tête de série no 13 (7-5, 6-0) en lui infligeant un score sévère au deuxième set, puis Anastasia Pavlyuchenkova tête de série no 21 en quart, qu'elle bat (6-4, 6-4) en 1h13 sans être inquiétée. Avant d'infliger en demi-finale une correction à la surprise du tournoi Elena Vesnina (6-2, 6-0), bouclé en 48 minutes (17 minutes juste pour le dernier set). Elle atteint ainsi la finale pour la troisième fois consécutivement en Grand Chelem cette saison où elle affronte la no 4 mondiale Angelique Kerber, pour le revanche de la finale de l'Open d'Australie[181]. Elle remporte la finale (7-5, 6-3) en 1h21 et entre un peu plus dans la légende en égalant à cette occasion la marque de Steffi Graf avec un 22e titre majeur[182],[183],[184]. Quelques heures plus tard, elle remporte avec sa sœur Venus le double pour la 6e fois de leur carrière en battant (6-3, 6-4) en 1h27 la paire Tímea Babos/Yaroslava Shvedova. Elles totalisent 14 victoires en Grand Chelem en autant de finales disputées (aucune défaite)[185].

Palmarès et classements WTA[modifier | modifier le code]

Pour les tableaux récapitulatifs :

  • 0 : au moins une participation dans la catégorie et sur la surface
  • — : aucune participation
  • total de titres (total de titres en intérieur)

En simple dames[modifier | modifier le code]

Serena Williams a remporté 71 titres dont 22 Grand Chelem en simple. Elle est la 5e joueuse la plus titrée de l'ère open et co-détentrice du nombre de Grand Chelem (avec Steffi Graf).


Serena Williams a perdu 20 finales en simple dans sa carrière :

En double dames[modifier | modifier le code]

Serena Williams a remporté 23 titres en double dont 14 du Grand Chelem, tous avec sa sœur aînée Venus Williams. Ce qui fait d'elles la 2e (ex-aequo avec Natasha Zvereva & Gigi Fernández) meilleure paire de double féminin de l'ère open en Grand Chelem.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Classements en simple à l’issue de chaque saison (1997-2015)
Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Rang 99 en augmentation 20 en augmentation 4 en diminution 6 en stagnation 6 en augmentation 1 en diminution 3 en diminution 7 en diminution 11 en diminution 95 en augmentation 7 en augmentation 2 en augmentation 1 en diminution 4 en diminution 12 en augmentation 3 en augmentation 1 en stagnation 1 en stagnation 1

Source : (en) Classements de Serena Williams sur le site officiel du WTA Tour


Classements en double à l’issue de chaque saison (1997-2015)
Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Rang 121 en augmentation 36 en augmentation 10 en diminution 54 en stagnation 54 en augmentation 25 - - - - - 28 en augmentation 3 en diminution 11 - 31 en diminution 63 en diminution 133 -

Source : (en) Classements de Serena Williams sur le site officiel du WTA Tour


Serena Williams, avec plus de 300 semaines au sommet du classement WTA est la 3e joueuse à avoir passé le plus de temps n°1 mondiale après Steffi Graf (377 semaines) et Martina Navratilova (332 semaines).
Elle est de plus à quelques semaines de battre le record du plus grand nombre de semaines consécutives actuellement detenu par Steffi Graf (186 semaines).

Périodes au rang de numéro un mondiale
# Précédée par Dates Suivie par Nombre de
semaines
Cumul
1 Drapeau : États-Unis Venus Williams 08/07/2002 - 10/08/2003 Drapeau : Belgique Kim Clijsters 57 57
2 Drapeau : Serbie Ana Ivanović 08/09/2008 - 05/10/2008 Drapeau : Serbie Jelena Janković 4 61
3 Drapeau : Serbie Jelena Janković 02/02/2009 - 19/04/2009 Drapeau : Russie Dinara Safina 11 72
4 Drapeau : Russie Dinara Safina 12/10/2009 - 25/10/2009 Drapeau : Russie Dinara Safina 2 74
5 Drapeau : Russie Dinara Safina 02/11/2009 - 10/10/2010 Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki 49 123
6 Drapeau : Biélorussie Victoria Azarenka 18/02/2013 - en cours ? 180 303

Dernière mise à jour : 25/7/16

Parcours dans les grandes compétitions[modifier | modifier le code]

Serena Williams co-détient le record de 28 titres majeurs en simple (22 Grand Chelem, 5 Masters et 1 J.O. à égalité parfaite avec Steffi Graf). Ci-dessous ces résultats dans les tournois majeurs par année :

Parcours en Grand Chelem, au Masters et aux Jeux olympiques
Année 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Open d'Australie 2e T 3e T 1/8 1/4 - V - V 3e T V 1/4 V V - 1/8 1/4 1/8 V F
Roland-Garros 1/8 3e T - 1/4 V 1/2 1/4 - - 1/4 3e T 1/4 1/4 - 1er T V 2e T V F
Wimbledon 3e T - 1/2 1/4 V V F 3e T - 1/4 F V V 1/8 V 1/8 3e T V V
US Open 3e T V 1/4 F V - 1/4 1/8 1/8 1/4 V 1/2 - F V V V 1/2 -
Masters - - - V F - F - - RR RR V - - V V V - -
J.O. N-O - N-O - N-O 1/4 N-O médaille d'or, Jeux olympiques N-O -

En Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Au Masters[modifier | modifier le code]

Aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » sont les "descendants" des Tier I qui existaient de 1988 à 2008. Elles constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

En Fed Cup[modifier | modifier le code]

Grands faits de carrière et records[modifier | modifier le code]

  • Serena est la 5e joueuse de l'histoire à remporter les 4 tournois du grand chelem en simple et en double (après Doris Hart , Shirley Fry , Margaret Court et Martina Navrátilová) et la 1re à remporter les 4 tournois du grand chelem et l'or Olympique (appelé "Grand Chelem doré") en carrière en simple et en double.
  • Elle est la 3e joueuse dans l'histoire (après Helen Willis en 1924 et Venus Williams en 2000) à remporter l'or Olympique en simple et en double la même année (en 2012).

En simple[modifier | modifier le code]

  • Première joueuse à remporter le Masters (créé en 1972) dès sa 1re participation (en 2001).
  • Elle remporte un tournoi du grand chelem sans être tête de série, classée n°81 à la WTA au début de l'Open d'Australie 2007.
  • Seule joueuse à avoir remporté 3 grands chelem en sauvant des balles de match [188]:
    • 2 balles de match en demi finale contre Kim Clijsters à l'Open d'Australie 2003
    • 3 balles de match en demi finale contre Maria Sharapova à l'Open d'Australie 2005
    • 1 balle de match en demi finale contre Elena Dementieva à Wimbledon en 2009.
  • En remportant l'Open d'Australie en 2003, elle devient la 6e joueuse (ère Open) à réaliser le grand chelem en carrière et la 2de (après Steffi Graf) de l'histoire à réaliser le grand chelem doré en carrière.
  • Elle co-détient le record (ère Open) de 6 titres à l'US Open (avec Chris Evert).
  • Elle détient le record (ère Open) de 6 titres à l'Open d'Australie
  • Elle est l'unique personne dans l'histoire (hommes et femmes) à avoir remporté au moins 6 fois trois des tournois du grand chelem en simple.
  • Elle est l'unique personne dans l'histoire (hommes et femmes) à avoir remporté au moins 10 titres du grand chelem en simple sur deux décennies (10 de 2000 à 2009 et 11 depuis 2010).
  • 2e joueuse de l'histoire (après Martina Navrátilová) à remporter des titres du grand chelem en simple sur 3 décennies différentes (1990's, 2000's et 2010's).
  • Seule joueuse de l'ère Open à avoir remporté plus de 60 matchs dans chaque tournoi du grand chelem en simple.
  • Plus vieille joueuse de l'histoire à avoir détenu les 4 tournois du grand chelem en simple (33 ans et 11 mois avant le début de l'US Open 2015).
  • Seule personne (hommes et femmes) à avoir réaliser un grand chelem doré en carrière après 30 ans (Wimbledon en 2012, l'or Olympique en 2012, l'US Open en 2012, Roland Garros en 2013 et l'Open d'Australie en 2015).
  • Elle a remporté 304 matchs en grand chelem en simple en carrière, c'est la 2e meilleur marque de l'histoire, juste derrière Martina Navrátilová et ses 306 victoires.

En double[modifier | modifier le code]

Note : Serena Williams ne joue en double qu'avec sa soeur ainée Venus. Tous les faits et records concernent donc cette paire.

  • En remportant l'Open d'Australie en 2001, elles forment la 5e paire réalisant le grand chelem en carrière dans l'histoire du tennis et la 1re à réaliser le grand chelem doré.
  • 1re paire dans l'histoire (hommes et femmes) à réaliser un double grand chelem doré en carrière : (l'Open d'Australie en 2001 & 2003, Roland Garros en 1999 & 2010 , Wimbledon en 2000 & 2002 , U.S. Open en 1999 & 2009 et l'or Olympique en 2000 & 2008).
  • Seule paire de l'histoire (hommes et femmes) à avoir 3 titres Olympiques.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.welovetennis.fr/wta/21048-seles-la-meilleure-joueuse-de-tous-les-temps.
  2. (en)« Serena Williams Adds Seles to Upset List », sur http://articles.latimes.com/ (consulté le 8 novembre 1997)
  3. (en)« PLUS: TENNIS -- INDIAN WELLS; Serena Williams Reaches Final », sur nytimes.com (consulté le 13 mars 1999)
  4. (en)« Serena Williams Wins First Major, Makes History At U.S. Open On This Day In 1999 », sur newsone.com
  5. « US Open - Rétro : 1999 et le premier Majeur de Serena », sur tennisactu.net (consulté le 28 août 2015)
  6. « Serena Williams - Jennifer Capriati, un classique en finale », sur Le Parisien (consulté le 30 mars 2002)
  7. « Génération Serena », sur sport.fr (consulté le 8 juin 2002)
  8. (en)« Serena fulfils promise », sur bbc.co.uk (consulté le 6 juillet 2002)
  9. (en)« Serena downs Venus in straight sets », sur http://usatoday30.usatoday.com (consulté le 7 septembre 2002)
  10. « Masters 2002: Le premier succès majeur de Kim Clijsters », sur rtbf.be (consulté le 16 octobre 2014)
  11. (en)« Serena routs Henin-Hardenne », sur bbc.co.uk (consulté le 3 juillet 2003)
  12. (en)« Serena claims Wimbledon glory », sur bbc.co.uk (consulté le 5 juillet 2003)
  13. « Serena "affamée" », sur Eurosport (consulté le 17 mars 2004)
  14. (en)« Nature of Serena's victory a warning to stars », sur Eurosport (consulté le 4 avril 2004)
  15. (en)« Capriati hits champions form against Serena », sur Eurosport (consulté le 1er juin 2004)
  16. « Pour un dos mal accordé... », sur Eurosport (consulté le 1er juillet 2004)
  17. « Sharapova donne le tournis », sur Eurosport (consulté le 3 juillet 2004)
  18. (en)« Williams Receives Apology, and Umpire's Open Is Over », sur nytimes.com (consulté le 9 septembre 2004)
  19. « Serena stoppe Kuznetsova », sur Eurosport (consulté le 26 septembre 2004)
  20. « Sharapova, cette Princesse », sur Eurosport (consulté le 16 novembre 2004)
  21. « Serena au septième ciel », sur Eurosport (consulté le 29 janvier 2005)
  22. « Mauresmo, le blocage », sur Eurosport (consulté le 25 janvier 2005)
  23. « Le grand retour de Serena », sur Eurosport (consulté le 27 janvier 2005)
  24. « Serena, la dégringolade », sur Eurosport (consulté le 11 avril 2006)
  25. « Serena, quel retour ! », sur Eurosport (consulté le 17 juillet 2006)
  26. (en)« Zvonareva ends Serena Williams' comeback bid in Cincinnati », sur usatoday.com (consulté le 23 juillet 2006)
  27. « Mauresmo avec la manière », sur Eurosport (consulté le 5 septembre 2006)
  28. « Le retour de Serena », sur sport.fr (consulté le 23 janvier 2007)
  29. « Serena veut la cerise sur le gâteau », sur Eurosport (consulté le 26 janvier 2007)
  30. « Serena se joue de Sharapova », sur Eurosport (consulté le 27 janvier 2007)
  31. « Serena, la plus forte », sur Eurosport (consulté le 31 mars 2007)
  32. « Henin-Williams, quatre ans après », sur Eurosport (consulté le 4 juin 2007)
  33. « Justine Hénin: «Entre Roland-Garros et moi, c’est une belle histoire» », sur 20 minutes (consulté le 5 juin 2007)
  34. « Serena l'a mauvaise », sur Eurosport (consulté le 5 septembre 2007)
  35. « Jankovic frappe un grand coup », sur Eurosport (consulté le 22 janvier 2008)
  36. « Serena résiste au choc », sur Eurosport (consulté le 3 avril 2008)
  37. « Serena, le retour en grâce », sur Eurosport (consulté le 7 avril 2008)
  38. « Safina confirme face à Serena », sur Eurosport (consulté le 9 mai 2008)
  39. « Les Williams éclipsées », sur Eurosport (consulté le 30 mai 2008)
  40. « Cinquième étoile pour Venus », sur Eurosport (consulté le 6 juillet 2008)
  41. « Réunion de famille à Wimbledon », sur Eurosport (consulté le 5 juillet 2008)
  42. « Federer et les sœurs Williams se consolent en double », sur Le Parisien (consulté le 15 août 2008)
  43. « US Open: Serena Williams héroïque face à sa sœur Venus, rencontrera Safina en demie », sur La Dépêche (consulté le 4 septembre 2008)
  44. « Le jackpot pour Serena », sur Eurosport (consulté le 8 septembre 2008)
  45. Interview d'après match de S. Williams - 07/09/2008.
  46. « Dementieva et Safina sont toujours là », sur Eurosport (consulté le 15 janvier 2009)
  47. « Open d'Australie: Serena Williams bat Svetlana Kuznetsova et va en demi-finale », sur La Dépêche (consulté le 28 janvier 2009)
  48. « Serena, une championne à part », sur Eurosport (consulté le 30 janvier 2009)
  49. « Serena sans rivale », sur Eurosport (consulté le 31 janvier 2009)
  50. « Venus Williams bat sa sour Serena en demi-finale à Dubaï », sur 7sur7.be (consulté le 20 février 2009)
  51. Victoria Azarenka, la belle surprise à Miami - 04/04/2009.
  52. « Kuznetsova, valeur sûre », sur Eurosport (consulté le 3 juin 2009)
  53. (en)« Wimbledon 2009: Serena Williams reaches final after classic with Elena Dementieva », sur telegraph.co.uk (consulté le 2 juillet 2009)
  54. « Serena: "N.2, c'est mon rang" », sur Eurosport (consulté le 6 juillet 2009)
  55. US Open : le coup de sang de Serena - 13/09/2009.
  56. « US Open : Kim Clijsters sort Serena Williams et s'offre une finale », sur Le Monde (consulté le 13 septembre 2009)
  57. « Serena décroche le Masters », sur Eurosport (consulté le 1er novembre 2009)
  58. « Tennis : Serena Williams établit le record de gains sur une saison », sur Le Monde (consulté le 3 novembre 2009)
  59. « Federer et Serena Champions du monde 2009 », sur RTS (consulté le 30 décembre 2009)
  60. « Serena, une classe d'écart », sur Eurosport (consulté le 26 janvier 2010)
  61. « Serena, la "King" attitude », sur Eurosport (consulté le 29 janvier 2010)
  62. « Serena Williams : Joie double avec sa sœur et... séquence glamour ! », sur purepeople.com (consulté le 31 janvier 2010)
  63. (en)« Serena staves off Dushevina in Madrid », sur espn.go.com (consulté le 11 mai 2010)
  64. « Stosur fait le ménage », sur Eurosport (consulté le 2 juin 2010)
  65. « Les sœurs Williams remportent le double à Roland-Garros », sur La Presse (consulté le 4 juin 2010)
  66. « Serena Williams numéro un mondiale dès lundi », sur 7sur7.be (consulté le 5 juin 2010)
  67. « Serena épanouie pour la 4e fois », sur Eurosport (consulté le 4 juillet 2010)
  68. « Serena relativise », sur Eurosport (consulté le 3 juillet 2010)
  69. « Serena blessée au pied », sur Eurosport (consulté le 17 juillet 2010)
  70. « Serena Williams rechute », sur francetvsport.fr (consulté le 11 octobre 2010)
  71. « Tennis : Serena Williams hospitalisée pour une embolie pulmonaire », sur Le Monde (consulté le 2 mars 2011)
  72. « Bartoli détrône la reine », sur Eurosport (consulté le 27 juin 2011)
  73. « Bartoli s'est écroulée », sur Eurosport (consulté le 31 juillet 2011)
  74. « Toronto: Serena Williams beaucoup trop forte pour Samantha Stosur », sur sudinfo.be (consulté le 14 août 2011)
  75. (en)« US Open 2011: Serena Williams beats Caroline Wozniacki in semi », sur bbc.com (consulté le 11 septembre 2011)
  76. « Serena sera là l'an prochain », sur Eurosport (consulté le 12 septembre 2011)
  77. « Serena : "Si je vous vois dans le couloir..." », sur Eurosport (consulté le 12 septembre 2011)
  78. « Williams prend chaud », sur Eurosport (consulté le 23 janvier 2012)
  79. « Miami: Wozniacki élimine Serena Williams », sur dhnet.be (consulté le 28 mars 2012)
  80. « Tennis: Serena Williams lamine Victoria Azarenka à Madrid », sur L'Express (consulté le 13 mai 2012)
  81. « Roland-Garros : Razzano crée la surprise en sortant Serena Williams », sur Le Parisien (consulté le 29 mai 2012)
  82. « Serena Williams, vraiment intouchable ? » (consulté le 26 mai 2013).
  83. « Williams à nouveau Reine », sur Eurosport (consulté le 9 juillet 2012)
  84. « Serena sans rivale ? », sur Eurosport (consulté le 6 juillet 2012)
  85. « Serena Williams fait coup double », sur Eurosport (consulté le 7 juillet 2012)
  86. « "Ma carrière n'est pas finie" », sur Eurosport (consulté le 7 juillet 2012)
  87. « Serena Williams tient sa médaille », sur Eurosport (consulté le 3 août 2012)
  88. « JO 2012: Serena Williams sacrée championne olympique », sur L'Express (consulté le 4 août 2012)
  89. « Sister acte 3 », sur Eurosport (consulté le 5 août 2012)
  90. « Les Williams seront à Rio », sur Eurosport (consulté le 5 août 2012)
  91. « Serena, la touche finale », sur Eurosport (consulté le 8 septembre 2012)
  92. « La reine, c'est bien Serena », sur Eurosport (consulté le 10 septembre 2012)
  93. « Serena a tout fait », sur Eurosport (consulté le 10 septembre 2012)
  94. « Serena, patronne jusqu'au bout », sur Eurosport (consulté le 28 octobre 2012)
  95. « Tennis - Open d'Australie : grosse frayeur pour Serena Williams », sur RTL (consulté le 15 janvier 2013)
  96. « Tennis - Open d'Australie : Sloane Stephens fait tomber Serena Williams ! », sur RTL (consulté le 23 janvier 2013)
  97. « Serena Williams dit avoir vécu ses deux pires semaines », sur Eurosport (consulté le 23 janvier 2013)
  98. « WTA Doha : Victoria Azarenka bat Serena Williams avant de lui céder la première place », sur Eurosport (consulté le 17 février 2013)
  99. « WTA Miami : Sixième titre pour Serena Williams face à Maria Sharapova (4-6, 6-3, 6-0) », sur Eurosport (consulté le 30 mars 2013)
  100. « Williams s'en sort », sur L'Équipe (consulté le 10 mai 2013)
  101. « Serena Williams, quatre à la suite », sur Eurosport (consulté le 19 mai 2013)
  102. « Roland-Garros 2013 : Serena Williams se fait peur contre Kuznetsova pour retrouver Errani », sur Eurosport (consulté le 4 juin 2013)
  103. « Roland-Garros 2013: Serena Williams écrase Sara Errani (6-0, 6-1) et retrouve la finale », sur Eurosport (consulté le 6 juin 2013)
  104. a et b L'équipe.fr Carole Bouchard, "Serena onze and après", mis en ligne et consulté le 08/06/2013.
  105. « Serena Williams remporte la finale dames de Roland-Garros », sur Le Monde (consulté le 8 juin 2013)
  106. « Wimbledon 2013 - Serena Williams s’éclipse à son tour, battue par Sabine Lisicki », sur Eurosport (consulté le 1er juillet 2013)
  107. http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Williams-finit-en-trombe/387396.
  108. Williams intouchable sur le site de L'Équipe. Mis en ligne le 11 aout 2013.
  109. (en) United Press, « Serena Williams coasts to Rogers Cup title », sur upi.com,‎ .
  110. http://www.eurosport.fr/tennis/s.-williams-sacree-meilleure-athlete-feminine_sto3848181/story.shtml.
  111. « WTA Cincinnati: Victoria Azarenka bat Serena Williams en finale », sur Eurosport (consulté le 19 août 2013)
  112. « Serena-Azarenka, revanche attendue », sur Eurosport (consulté le 7 septembre 2013)
  113. « US Open 2013: Serena Williams domine Victoria Azarenka et s'offre son 17e titre du Grand Chelem », sur Eurosport (consulté le 9 septembre 2013)
  114. « Azarenka n'a pas saisi sa chance en finale face à Serena Williams », sur Eurosport (consulté le 9 septembre 2013)
  115. http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Serena-williams-evidemment/412378.
  116. http://www.eurosport.fr/tennis/wta-championships/2013/masters-wta-2013-serena-a-sa-place-parmi-les-legendes_sto3982605/story.shtml.
  117. http://www.7sur7.be/7s7/fr/1513/tennis/article/detail/1767569/2014/01/03/Serena-Williams-s-offre-Maria-Sharapova-a-Brisbane.dhtml.
  118. http://www.eurosport.fr/tennis/wta-brisbane/2014/tournoi-de-brisbane-serena-williams-demarre-2014-par-un-trophee_sto4073316/story.shtml.
  119. « Open d'Australie : Serena Williams éliminée en huitièmes de finale par Ana Ivanovic », sur Eurosport (consulté le 19 janvier 2014)
  120. « WTA Dubaï: Alizé Cornet bat Serena Williams et va en finale », sur Eurosport (consulté le 21 février 2014)
  121. « Vainqueur de Na Li, Serena Williams s'impose à Miami pour la septième fois », sur Eurosport (consulté le 29 mars 2014)
  122. « WTA Charleston - Serena Williams éliminée d'entrée par Jana Cepelova (6-4, 6-4) », sur Eurosport (consulté le 2 avril 2014)
  123. « Serena Williams conserve son titre à Rome et enlève son 60e trophée WTA en carrière », sur Eurosport (consulté le 18 mai 2014)
  124. « Roland-Garros 2014 - Simple dames: Serena Williams éliminée par Garbiñe Muguruza (6-2, 6-2) », sur Eurosport (consulté le 28 mai 2014)
  125. « Wimbledon : Tombeuse de Serena Williams, Cornet s'offre l'exploit de la première semaine », sur Eurosport (consulté le 28 juin 2014)
  126. « L’INCROYABLE MALAISE DE SERENA WILLIAMS », sur sport24.lefigaro.fr (consulté le 1er juillet 2014)
  127. « Venus Williams domine Serena et file en finale », sur L'Équipe (consulté le 9 août 2014)
  128. « Cincinnati : Serena Williams annonce la couleur avant l'US Open », sur Eurosport (consulté le 17 août 2014)
  129. « US Open 2014 : Serena Williams bat Caroline Wozniacki (6-3, 6-3) et remporte son 18e titre en GC », sur Eurosport (consulté le 8 septembre 2014)
  130. « US Open 2014 – Serena Williams empoche le plus gros prize money de l’histoire du tennis hommes et femmes confondus », sur sportbuzzbusiness.fr (consulté le 8 septembre 2014)
  131. « US Open - Avec 18 titres majeurs, Serena Williams vise maintenant les 22 de Steffi Graf », sur Eurosport (consulté le 8 septembre 2014)
  132. « WTA Wuhan - Alizé Cornet profite de l'abandon de la N.1 mondiale Serena Williams au 2e tour », sur Eurosport (consulté le 23 septembre 2014)
  133. « Serena Williams déclare forfait à Pekin et émet des doutes sur sa fin de saison », sur Eurosport,‎ .
  134. « Dévorée par Halep, Serena Williams tombe pour la première fois depuis 2008 », sur Eurosport,‎ .
  135. « Masters WTA : Serena Williams se qualifie pour la finale en battant Caroline Wozniacki », sur Eurosport,‎ .
  136. « Serena Williams décroche son 5e Masters aux dépens de Simona Halep », sur L'Équipe (consulté le 26 octobre 2014)
  137. « Open d'Australie 2015 : Williams est encore la patronne et elle le prouve », Eurosport,‎
  138. « Open d'Australie : Serena Williams bat Maria Sharaova en finale (6-3, 7-6) », Eurosport,‎
  139. « Serena Williams, les chiffres d'une légende », L'Équipe,‎
  140. « Racisme à Indian Wells : Serena Williams a tourné la page | Jérôme RASETTI | Tennis » (consulté le 2 avril 2015).
  141. « WTA : Retour triomphal et émouvant pour Serena Williams à Indian Wells », Eurosport,‎
  142. « Tennis : Serena Williams de retour à Indian Wells là ou elle avait été conspuée », Le Monde,‎
  143. « Serena Williams a déclaré forfait » (consulté le 2 avril 2015).
  144. « Serena Williams corrige la jeune CiCi Bellis à Miami », sur La Presse,‎ (consulté le 29 mars 2015)
  145. « Tennis: à Miami, 700e victoire pour Serena Williams », sur Challenges (consulté le 2 avril 2015).
  146. « WTA Miami : Face à Simona Halep, Serena Williams a été bousculée mais elle a répondu », Eurosport,‎
  147. « WTA Miami : Serena Williams corrige Carla Suarez et remporte le tournoi pour la 8e fois », Eurosport,‎
  148. « On attendait Sharapova - Serena, on aura Kuznetsova - Kvitova », Eurosport,‎
  149. « Serena Williams élimine Victoria Azarenka à Madrid », L'Équipe,‎
  150. « Troisième sacre pour Serena Williams à Roland-Garros », L'Équipe,‎
  151. « Serena est passée près de la correctionnelle », Eurosport,‎
  152. « Serena s'est encore fait peur... », Eurosport,‎
  153. « Serena Williams est allée au bout d'elle-même pour s'offrir une nouvelle finale », Eurosport,‎
  154. « Serena Williams réussira-t-elle le Grand Chelem? », sur lapresse.ca,‎ .
  155. « Serena Williams : "Ce serait fabuleux de remporter les quatre titres majeurs cette année" », Eurosport,‎
  156. « Appelez-la Serena Slam ! », Eurosport,‎
  157. « Statistiquement, Serena Williams n'était pas loin de réaliser son plus mauvais match », Eurosport,‎
  158. « Miracle à la Serena », Eurosport,‎
  159. « Williams : "Si je suis capable de faire le Serena Slam, je peux faire le Grand Chelem" », sur Eurosport,‎ (consulté le 13 juillet 2015)
  160. « Pour Serena Williams, rattraper Steffi Graf n'est désormais plus un rêve inaccessible », Eurosport,‎
  161. « Serena Williams, 250e semaine au sommet », L'Équipe,‎
  162. « Surprise par la sensation Bencic, Serena Williams connait son 2e accroc de l'année », Eurosport,‎ (consulté le 16 août 2015)
  163. « Serena Williams reste insatiable en finale et annonce la couleur pour l'US Open », Eurosport,‎
  164. « Serena Williams écarte sa sœur Venus et poursuit sa quête de Grand Chelem », Eurosport,‎
  165. « L'impensable s'est produit : Serena Williams sortie par Roberta Vinci », Eurosport,‎ (consulté le 11 septembre 2015)
  166. « Serena Williams: "Je ne veux pas parler de ma déception, si vous avez d'autres questions, posez-les" », Eurosport,‎
  167. « US Open: Pas de Grand Chelem pour Serena Williams éliminée en demi-finale par Roberta Vinci », L'Équipe,‎
  168. « Pas de Masters pour Serena Williams qui met un terme à sa saison », Eurosport,‎
  169. « Open d'Australie : Serena Williams comme toujours face à Maria Sharapova », sur L'Équipe (consulté le 26 janvier 2016)
  170. « Finales dames : Angelique Kerber signe une énorme sensation en battant Serena Williams », sur Eurosport (consulté le 30 janvier 2016)
  171. « En servant moins bien et commettant trop de fautes, Serena Williams ne pouvait pas faire pire », sur Eurosport (consulté le 30 janvier 2016)
  172. « Serena Williams : "J'aimerais vraiment être un robot, mais je ne le suis pas" », sur Eurosport (consulté le 30 janvier 2016)
  173. « Victoria Azarenka mate Serena Williams et signe son grand retour », sur Eurosport (consulté le 20 mars 2016)
  174. « WTA Miami : Serena Williams est tombée contre Svetlana Kuznetsova en 8e de finale (6-7, 6-1, 6-2) », sur Eurosport (consulté le 28 mars 2016)
  175. « Williams a mis un peu de temps à trouver les solutions, Bertens a encore surpris », sur Eurosport (consulté le 2 juin 2016)
  176. « Serena Williams bat Kiki Bertens (7-6, 6-4) et rejoint Garbine Muguruza en finale », sur Eurosport (consulté le 3 juin 2016)
  177. « Roland-Garros : Garbine Muguruza déboulonne Serena Williams et s'offre son premier Grand Chelem », sur Eurosport (consulté le 4 juin 2016)
  178. « Patrick Mouratoglou : "Cela prendra le temps qu’il faudra, mais Serena remportera ce 22e majeur" », sur Eurosport (consulté le 4 juin 2016)
  179. « Serena Williams, sportive la mieux payée du monde », sur Stratégies
  180. « Serena Williams signe la 300e victoire de sa carrière en Grand Chelem », sur Eurosport (consulté le 3 juillet 2016)
  181. « Serena sans pitié pour Vesnina », sur Eurosport (consulté le 7 juillet 2016)
  182. « Cette fois, Serena Williams tient sa 22e couronne et égale Steffi Graf », sur Eurosport (consulté le 9 juillet 2016)
  183. « Après Graf, Serena Williams peut désormais s'attaquer au vrai record tenu par Court-Smith », sur Eurosport (consulté le 9 juillet 2016)
  184. « 22, v'la Serena à la hauteur de Graf », sur Eurosport (consulté le 9 juillet 2016)
  185. « Serena Williams fait coup double en remportant le double dames avec Venus », sur Eurosport (consulté le 9 juillet 2016)
  186. a, b, c et d Épreuve organisée par l'ITF.
  187. <À la suite de son abandon, Serena Williams est remplacée par Marion Bartoli.
  188. (en) « SERENA & MARGARET: AN UNMATCHABLE FEAT? », sur www.wtatennis.com,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serena Williams et Daniel Paisner (trad. Julie Grelley), Sur la ligne, Paris, Éditions Michel Lafon, , 330 p. (ISBN 978-2749910758)

Navigation[modifier | modifier le code]

Classements WTA (25 juillet 2016)
Simple
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : États-Unis Serena Williams 8 300
2 en stagnation Drapeau : Allemagne Angelique Kerber 6 500
3 en stagnation Drapeau : Espagne Garbiñe Muguruza 5 482
4 en stagnation Drapeau : Pologne Agnieszka Radwańska 5 335
5 en stagnation Drapeau : Roumanie Simona Halep 5 071
6 en augmentation Drapeau : États-Unis Venus Williams 3 960
7 en diminution Drapeau : Biélorussie Victoria Azarenka 3 761
8 en stagnation Drapeau : Italie Roberta Vinci 3 525
9 en stagnation Drapeau : Espagne Carla Suárez Navarro 3 010
10 en augmentation Drapeau : Slovaquie Dominika Cibulková 2 956
Double
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : Suisse Martina Hingis 10 790
1 en stagnation Drapeau : Inde Sania Mirza 10 790
3 en stagnation Drapeau : France Caroline Garcia 6 605
4 en stagnation Drapeau : France Kristina Mladenovic 6 220
5 en stagnation Drapeau : Kazakhstan Yaroslava Shvedova 5 820
6 en stagnation Drapeau : Taipei chinois Chan Yung-Jan 5 510
6 en stagnation Drapeau : Taipei chinois Chan Hao-Ching 5 510
8 en stagnation Drapeau : Russie Elena Vesnina 4 420
9 en stagnation Drapeau : République tchèque Lucie Hradecká 4 395
10 en stagnation Drapeau : République tchèque Andrea Hlaváčková 4 270
Voir et éditer