Maria Sharapova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maria Sharapova
Image illustrative de l'article Maria Sharapova
Maria Sharapova lors de l'Open d'Australie 2016
Carrière professionnelle
2001
Pays Drapeau de la Russie Russie
Naissance (29 ans)
Drapeau : URSS Niagan
Taille / poids 1,88 m (6 2) / 59 kg (130 lb)
Prise de raquette Droitière
Revers à deux mains
Entraîneur Sven Groeneveld
Gains en tournois 36 484 486 $
Palmarès
En simple
Titres 35
Finales perdues 23
Meilleur classement 1re (22/08/2005)
En double
Titres 3
Finales perdues 1
Meilleur classement 41e (14/06/2004)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (1) V (2) V (1) V (1)
Double 1/16 1/16
Mixte 1/4
Médailles olympiques
Simple 1

Maria Yourievna Sharapova[1] (en russe : Мари́я Ю́рьевна Шара́пова, translittération internationale : Marija Jurjevna Šarapova), née le à Niagan en Sibérie, est une joueuse de tennis professionnelle russe.

Elle est la première Russe à réussir plusieurs performances majeures sur le circuit féminin. Tout d'abord, elle est la première Russe à remporter Wimbledon lors de l'édition 2004. Le 22 août 2005, elle devient la 16e joueuse de l'histoire et la première Russe à devenir no 1 mondiale au classement WTA[2]. Elle est ensuite la première joueuse de son pays à s'imposer à l'Open d'Australie lors de l'édition 2008. Enfin, elle est la 10e joueuse de l'histoire (la 6e de l'ère Open) et la première Russe à remporter les quatre tournois du Grand Chelem en simple durant sa carrière : Wimbledon en 2004, US Open en 2006, Open d'Australie en 2008 et Roland-Garros en 2012 et 2014. Elle est la meilleure joueuse russe de l'histoire du tennis et elle compte également à son palmarès une médaille d'argent olympique remportée à Londres en 2012.

Le 8 juin 2016, Maria Sharapova est suspendue pour deux ans par la Fédération Internationale de Tennis, après avoir été contrôlée positive au meldonium en janvier, lors de l'Open d'Australie, suspension finalement ramenée à quinze mois.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

San Diego 2006.

Ses parents (Youri et Elena Sharapov) sont originaires de Gomel, Biélorussie, mais ont fui en Russie en 1986, peu avant la naissance de Maria, au lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl (RSS d'Ukraine)[3]. Lorsque Maria a eu deux ans, la famille déménage à Sotchi où son père se lie d'amitié avec Alexandre Kafelnikov (le père de Ievgueni Kafelnikov), qui offrira à Maria sa première raquette de tennis pour ses quatre ans. Elle est par la suite initiée à ce sport par Iouri Ioudkine[4]. Deux ans plus tard, elle se rend à une manifestation sportive donnée par Martina Navrátilová à Moscou et a l'occasion d'échanger quelques balles avec elle. La grande championne, qui voit en Maria un grand potentiel, recommande à son père de l'envoyer en Floride dans le célèbre camp d'entraînement de Nick Bollettieri[5]. Elle part finalement aux États-Unis en 1995[6] et est prise en charge par Robert Lansdorp[7].

Youri Sharapov emprunte la somme nécessaire et ils partent aux États-Unis en 1994. Des restrictions de visa empêchent sa mère de les suivre, ce qu’elle fera deux ans plus tard. Arrivant en Floride avec des économies de 700 $ US, le père de Sharapova a pris divers emplois peu rémunérés, y compris la vaisselle, pour financer ses cours jusqu'à ce qu'elle soit assez âgée pour être admise à l’académie. En 1995, elle a été signée par IMG, qui a accepté de payer les frais de scolarité annuels de 35 000 dollars pour permettre à Maria de rester à l'académie, lui permettant enfin de s'inscrire à l'âge de 9 ans.

Maria Sharapova est ambidextre et a joué de la main gauche jusqu'à l'âge de 11 ans[8].

Elle passe professionnelle en 2001 alors qu'elle est tout juste âgée de 14 ans. En 2003 après deux ans d'apprentissage et à seulement 16 ans elle remporte ses deux premiers tournois (Tokyo et Québec) . L'année suivante, elle confirme les espoirs placés en elle en s'adjugeant à nouveau le tournoi de Tokyo, puis ceux de Séoul et de Birmingham. Maria s'empare de la 13e place mondiale fin mai 2004.

Mais sa carrière prend une tout autre tournure au début de juillet 2004. À 17 ans et un peu moins de trois mois, elle devient la troisième plus jeune joueuse de l'histoire, après Martina Hingis (à 16 ans et 9 mois en 1997) et Lottie Dod (à 15 ans et 9 mois en 1887), et la première Russe à remporter le célèbre tournoi de Wimbledon[9]. Maria prend alors subitement le statut d'une superstar du sport féminin. Grâce à ses gains tennistiques ainsi qu'à ses nombreux contrats publicitaires[10], dus autant à son physique qu'à sa notoriété, elle est élue en 2014, pour la dixième saison consécutive[11], sportive la mieux payée du monde selon le magazine Forbes. Cependant elle ne perd pas pour autant de vue le tennis, remportant à ce jour cinq tournois du Grand Chelem еt de nombreux autres tournois.

Après un net déclin en 2009-2010 dû à des blessures à répétition, notamment à l'épaule ce qui handicape son service, elle revient en 2011, ne perdant à Wimbledon qu'en finale, et en reprenant la 1re place mondiale en 2012. En 2012 et en 2014, elle remporte le tournoi de Roland-Garros.

Sur le court, elle est connue pour ses cris à chaque frappe de balle et sa queue-de-cheval, et un curieux petit recueillement au fond du court entre chaque point.

En août 2012, elle lance sa propre marque de bonbons qu'elle appelle "Sugarpova"[12],[13], en référence à son nom.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Zurich - 2006.

Maria Sharapova développe un jeu d'attaque de fond de court qui n'est pas sans rappeler celui de Lindsay Davenport[14],[15].

Elle a un profil typique de la joueuse des années 2000 : athlétique, puissante et agressive. L'intensité de ses frappes lui permet en toutes circonstances de déborder soudainement son adversaire, aussi bien en revers qu'en coup droit. Adepte d'un tennis à haut risque, elle cherche rapidement le coup gagnant mais hésite à terminer les points au filet. Jamais attentiste, elle se comporte en rouleau compresseur et a pour habitude d'asphyxier sa rivale, l'empêchant ainsi d'installer son jeu. La plupart de ses frappes sont jouées en profondeur et très tendues bien qu'elle maîtrise également les coups courts croisés[16],[17]. Comme un symbole de sa volonté perpétuelle de diriger les échanges, elle ponctue chacune de ses frappes de cris stridents[18], à l'instar de Monica Seles à son époque. Elle s'avère être une redoutable serveuse lorsqu'elle n'est pas gênée par des blessures à l'épaule, soucis physiques qui ont particulièrement écorné ses résultats durant sa carrière[19],[20].

Maria Sharapova est friable dès qu'il s'agit de défendre. Sa modeste vitesse de déplacement et les approximations de son jeu de jambes en faisaient une joueuse peu efficace sur terre battue. Mais elle a fait de nombreux efforts pour progresser dans son jeu de jambe et sa défense et devenir une meilleure joueuse sur terre battue.

Elle n'est pas une volleyeuse naturelle et exécute la plupart de ses volées comme des coups de fond de court à bonne distance du filet avec un effet lifté[21]. En conséquence, elle monte rarement à la volée mis à part quand il s'agit de terminer un échange déjà bien engagé en sa faveur[22]. Son coup droit, dont la technique est parfois décriée[23], est à l'origine de fautes directes lorsqu'elle n'est pas à son pic de forme[24].

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

2001 – 2002 : début de sa carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova devient le jour de ses 14 ans l'une des plus jeunes joueuses professionnelles de l'histoire du tennis. Elle dispute son premier tournoi ITF à Sarasota et fait forte impression sur le circuit Junior où elle remporte un titre dès sa première apparition. Elle parvient en finale de l'Open d'Australie (défaite contre Barbora Strýcová), de Wimbledon (battue par Vera Dushevina) en 2002. À l'issue de ce tournoi, elle est numéro 6 mondiale junior. Cette même année, la Russe découvre le circuit WTA à Indian Wells, où lui est délivrée une invitation, à 14 ans et 10 mois (vaincue au second tour par Monica Seles), et remporte trois ITF (Gunma, Vancouver et Peachtree City), gagnant au passage son premier match face à une joueuse du top 50 (Amy Frazier). Elle est parmi les 200 meilleures joueuses du monde, à seulement 15 ans.

2003 : Premiers titres sur le circuit[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova dispute en 2003 ses premiers tournois du Grand Chelem à Melbourne et à Paris où elle est battue à chaque fois au premier tour après s'être extirpée des qualifications. Elle glane au passage le dernier titre ITF de sa carrière, à Sea Island.

Elle impressionne sur le gazon de Birmingham où elle se défait de nombreuses joueuses de premier plan comme Nathalie Dechy et Elena Dementieva, alors numéro 15 mondiale. Elle doit cependant céder en demi-finale contre Shinobu Asagoe. Désormais dans le top 100, Sharapova entre directement dans le grand tableau de Wimbledon et se fait connaître du grand public en parvenant en huitième de finale à seulement 16 ans et 2 mois. Elle élimine au passage deux têtes de série, Elena Bovina et Jelena Dokić, classée 12e au classement WTA. La Russe ne perd qu'en trois sets face à sa compatriote Svetlana Kuznetsova.

L'année 2003 est également celle de ses premiers titres. Tout d'abord, dans son jardin japonais, à Tokyo (contre Anikó Kapros), puis à Québec (face à Milagros Sequera). Elle remporte également deux titres en double gagnés en compagnie de la Thaïlandaise Tamarine Tanasugarn. Elle est la plus jeune joueuse à remporter un trophée sur le circuit WTA en 2003[25].

À la fin de l'année, la Sibérienne pointe au 32e rang mondial avec deux titres WTA à son actif, à 16 ans et 7 mois, et est élue « Débutante de l'année » par la WTA.

2004 - Éclosion précoce au plus haut niveau et premier titre du Grand Chelem à Wimbledon[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova parvient au troisième tour à Melbourne, défaite contre Anastasia Myskina 7e mondiale, (4-6, 6-1, 2-6).

La Russe est également performante dans les tournois plus « secondaires », avec un dernier carré à Memphis, perdue contre la tête de série numéro 1, Vera Zvonareva (65-7, 2-6), future lauréate. Des huitièmes à Indian Wells et à Miami à chaque fois battue par les meilleures joueuses du moment Anastasia Myskina, 7e mondiale (2-6, 1-6)et Serena Williams no 6 mondiale, (4-6, 3-6).

Sur la terre battue, elle réalise un troisième tour au tournoi de Berlin en perdant face à Jennifer Capriati (7-5, 4-6, 1-6), 8e mondiale. Puis un autre 3e tour à Rome, après avoir sortie la 10e mondiale, Elena Dementieva (6-1, 6-4), mais perdant (63-7, 0-6) au tour suivant contre Silvia Farina. Vient le deuxième Grand Chelem, à Roland-Garros tête de série numéro 18, elle bat sa compatriote Vera Zvonareva (6-3, 7-63) au troisième tour, mais perdra sèchement (1-6, 3-6) contre la tête de série numéro 14, Paola Suárez.

Maria Sharapova à Wimbledon en 2004.

Elle remporte le tournoi de Birmingham alors tête de série numéro 3, en écartant en finale la Française Tatiana Golovin en trois manches (4-6, 6-2, 6-1), et ayant éliminée (6-1, 63-7, 6-3) au tour précédent, la Suissesse Patty Schnyder tête de série numéro 2[26].

Cette victoire la place en position de sérieuse outsider à Wimbledon malgré son jeune âge. La Russe bat toutes ses adversaires pour s'offrir son premier titre du Grand Chelem[27]. Sur son parcours victorieux, elle se défait d'Ai Sugiyama (5-7, 7-5, 6-1) en quart, puis de Lindsay Davenport 5e mondiale, (2-6, 7-65, 6-1) en demi-finale[28]. Et surtout en finale la double tenante du titre et tête de série no 1 Serena Williams alors 10e mondiale, sur le score de : 6-1, 6-4[29]. À 17 ans et 3 mois, elle est la plus jeune lauréate de tournoi londonien après Lottie Dod et Martina Hingis[30].

Dans un premier temps, Maria Sharapova ne confirme pas son coup d'éclat et s'incline prématurément dans tous les tournois américains auxquels elle prend part, en particulier au troisième tour de l'US Open contre Mary Pierce (6-4, 2-6, 3-6), après avoir livré un match moyen. Lors de cette rencontre, elle porte un ruban noir en hommage aux victimes de la prise d'otages de Beslan[31].

Elle ne revient au premier plan qu'à Séoul, épreuve qu'elle s'adjuge aux dépens de Marta Domachowska, à qui elle ne laisse que deux jeux et dominera toutes ses adversaires, mais n'ayant affrontée aucune top 50. Elle fait encore mieux à Tokyo : elle ne perd qu'un seul jeu contre Mashona Washington en finale. Toutefois, elle ne se frotte pas aux meilleures mondiales durant sa tournée asiatique. Elle doit par contre se défaire d'adversaires nettement mieux classées à Zurich pour parvenir en finale, Daniela Hantuchová (6-4, 7-5) au second tour, Venus Williams (6-3, 6-4) en quart alors 11e mondiale, et Elena Dementieva (4-6, 6-2, 6-3) 5e mondiale[32], mais cède sur la dernière marche contre Alicia Molik (6-4, 2-6, 3-6), alors pourtant favorite[33]. La Russe continue sa bonne série à Philadelphie en se glissant dans le dernier carré du tournoi, après avoir pris sa revanche sur Alicia Molik (3-6, 6-1, 6-3). Une blessure à l'épaule contractée à Zurich la contraint toutefois à déclarer forfait[34].

Cette infortune ne l'empêche pourtant pas de gagner son premier et unique Masters à Los Angeles en battant notamment Serena Williams 8e mondiale, en finale (4-6, 6-2, 6-4), et ayant vaincu (2-6, 6-2, 6-2), sa compatriote 3e mondiale, Anastasia Myskina en demi-finale[35]. Seule Amélie Mauresmo viendra à bout de la Russe en match de poule (5-7, 4-6)[36].

À la fin de la saison 2004, Maria Sharapova est 4e au classement WTA, compte sept titres à son actif (auxquels s'ajoute un trophée en double avec sa compatriote Maria Kirilenko), dont un tournoi du Grand Chelem et un Masters.

2005 : Numéro un mondiale à 18 ans[modifier | modifier le code]

Le , elle devient la première Russe de l'histoire du tennis féminin à atteindre la première place du classement mondial.

Maria Sharapova commence sa saison en Thaïlande par un match exhibition victorieux contre Venus Williams[37] puis par un tournoi sans enjeu à Hong Kong qui se conclut par une défaite face à Elena Dementieva et un forfait causé par un virus stomacal[38]. Elle retrouve la compétition à l'Open d'Australie, où elle se hisse en demi-finale en ayant battue en quart sa compatriote Svetlana Kuznetsova en trois sets. Opposée à Serena Williams pour une revanche du Masters, la Russe obtient trois balles de match à 5-4 dans la seconde manche sans parvenir à conclure. Elle s'incline finalement en trois sets accrochés (2-6, 7-5, 8-6) d'un match intense, où l'Américaine signera son retour sur le devant de la scène avec ce titre[39],[40].

Après cet échec, elle se reprend par une victoire au tournoi de Tokyo en battant la numéro 1 mondiale Lindsay Davenport en finale (6-1, 3-6, 7-65)[41]. Trois semaines plus tard, elle réitère la performance à Doha aux dépens d'Alicia Molik en trois sets. En quête d'un troisième titre en 2005, Maria Sharapova parvient dans le dernier carré d'Indian Wells, mais sa rencontre face à Lindsay Davenport tourne au désastre : elle encaisse un cinglant 6-0, 6-0, score qu'elle n'avait jamais subi au cours de sa carrière[42]. Jusqu'à cette rencontre, sa défaite la plus sévère lui avait été infligée par Monica Seles en 2002[43]. La Russe se remet de son lourd revers dès l'épreuve suivante à Miami en obtenant son billet pour la finale en obtenant de bonne victoire en quart et en demi-finale contre Justine Henin (6-1, 66-7, 6-2) et Venus Williams (6-4, 6-3), mais à ce stade elle est défaite (6-3, 7-5) par la Belge Kim Clijsters revenue à son meilleur niveau.

Maria Sharapova à Indian Wells en 2005.

Les résultats de Maria Sharapova sont en demi-teinte sur terre battue, surface sur laquelle son style de jeu est le moins efficace. Dauphine de Lindsay Davenport au classement WTA, elle ambitionne néanmoins de lui ravir le trône durant cette période, l'Américaine n'étant pas non plus une spécialiste de la surface ocre. Une occasion se présente à Rome, où la Russe aurait été assurée de prendre la tête de la hiérarchie mondiale en cas de victoire. Patty Schnyder met toutefois un terme à ses ambitions en demi-finale (3-6, 6-3, 6-1)[44]. Comme l'année précédente, elle est bloquée en quart de finale à Roland-Garros, cette fois-ci par la future lauréate du tournoi, Justine Henin-Hardenne (6-4, 6-1).

Maria Sharapova conserve son titre à Birmingham et s'annonce comme la principale prétendante à sa succession à Wimbledon. Elle atteint les demi-finales sans fatiguer, mais est éliminée à ce stade par Venus Williams (7-62, 6-1)[45].

Maria Sharapova ne peut prendre part au tournoi de San Diego à cause d'une blessure au dos[46] et entame la tournée américaine à Los Angeles. Elle est une nouvelle fois rattrapée par des soucis physiques et se résout donc à déclarer forfait pour son duel face à Daniela Hantuchová en quart de finale et pour le tournoi de Toronto. La Russe se glisse en tête du classement WTA pendant une semaine, sa rivale Lindsay Davenport étant également blessée[47]. Maria Sharapova arrive donc à l'US Open avec peu de repères, ce qui ne l'empêche pas de réaliser un très bon parcours, seulement interrompu en demi-finale par Kim Clijsters au terme d'un match à suspens (6-2, 64-7, 6-3), future lauréate. Ce regret est estompé par son retour à la tête de la hiérarchie mondiale[48].

Des soucis physiques mettent à mal sa longévité à la place de numéro un mondial : elle est contrainte d'abandonner en demi-finale de Pékin contre Maria Kirilenko à cause de problèmes musculaires à la poitrine[49]. Elle fait son retour trois semaines plus tard pour disputer la Coupe du Kremlin à Moscou, où elle n'était pas revenue depuis plus de cinq ans[50]. Elle passe près de la défaite au premier tour, bénéficiant de l'abandon de Anna-Lena Grönefeld alors qu'elle était largement dominée[51]. Elle s'incline néanmoins lors de son match suivant, contre Dinara Safina (1-6, 6-4, 7-5)[52]. Lindsay Davenport lui reprend une semaine plus tard la première place au classement WTA après le tournoi de Zurich. Présentée pour jouer le tournoi de Philadelphie, elle jette l'éponge à la suite d'une entorse au pouce droit[53]. Malgré son manque de compétition, elle engrange des victoires probantes aux Masters sur Patty Schnyder (6-1, 3-6, 6-2) et sur Lindsay Davenport (6-3, 5-7, 6-4). Amélie Mauresmo met fin à sa saison en demi-finale en l'éliminant en deux sets (7-61, 6-3), qui gagnera le tournoi. Maria Sharapova termine l'année au 4e rang mondial.

2006 - Saison marquée par son titre à New York et dauphine de Justine Henin[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova commence 2006 en annonçant son forfait pour le tournoi de Gold Coast, à cause d'une nouvelle blessure à l'épaule[54]. Ce contretemps remettra pendant longtemps en cause sa participation à l'Open d'Australie[55]. La Russe affirme finalement qu'elle y prendra part. Malgré cela, on s'interroge sur sa capacité à jouer à son meilleur niveau. La réponse est immédiate : elle s'immisce en demi-finale sans perdre un set, battant Daniela Hantuchová et sa compatriote Nadia Petrova 7e mondiale, qu'elle vainc (7-66, 6-4)[56]. Elle met la 6e mondiale Justine Henin-Hardenne en difficulté, ne baissant pavillon qu'au terme de trois sets accrochés (6-4, 1-6, 4-6), qui abandonnera en finale contre Mauresmo, prouvant que ce match était fatiguant.

En dépit d'un sec revers asséné par Martina Hingis à Tokyo[57] en demi-finale, et atteint la finale du tournoi de Dubaï, en battant Martina Hingis et la no 3 mondiale, Lindsay Davenport (3-6, 6-1, 6-3), avant d'être battue à nouveau par Henin (5-7, 2-6)[58].

Sharapova fait un solide début de saison, marqué par un titre à Indian Wells (sans perdre un set et en balayant la 8e mondiale Elena Dementieva en finale, ne lui laissant que 3 jeux)[59], après avoir battue Martina Hingis au tour d'avant[60]. Et une finale à Miami perdant (4-6, 3-6) contre Svetlana Kuznetsova 14e mondiale[61], après avoir battue ses compatriotes Maria Kirilenko en trois set, Anastasia Myskina en quart de finale et avoir bénéficié de l'abandon de la Française Tatiana Golovin (6-3, 65-7, 4-3 ab.) en demi-finale, alors mal embarquée.

Maria est encore une fois rattrapée par des soucis à l'épaule, qui la poussent à déclarer forfait à un match exhibition à Mexico[62], puis aux tournois de Rome[63] et d'Istanbul[64]. Sa participation à Roland-Garros est mise en doute.

Elle confirme finalement sa venue et arrive à Paris sans avoir disputée la moindre rencontre sur terre battue en 2006. Les affaires ne s'arrangent pas puisqu'elle se blesse à la cheville droite, déjà fragilisée par des soucis antérieurs[65]. Elle dispute tout de même son premier tour contre Mashona Washington dont elle se sort in extremis après avoir sauvée trois balles de match (6-2, 5-7, 7-5)[66]. Ses deux rencontres suivantes sont plus rassurantes mais son état de forme n'est pas suffisant pour vaincre Dinara Safina en huitième de finale malgré une excellente résistance (5-7, 6-2, 5-7)[67].

Maria Sharapova victorieuse à l'US Open 2006.

Maria Sharapova n'est pas encore remise à l'entame des premiers tournois sur gazon. Elle est sortie sans gloire par la 81e mondiale Jamea Jackson à Birmingham (4-6, 4-6), un tournoi dont elle était double tenante du titre[68]. Malgré cette alerte, la Russe est compétitive à Wimbledon et déboule sans gros soucis en demi-finale, mis à part un match en 3 sets face à Flavia Pennetta : 7-65, 3-6, 6-3 en huitième de finale alors 19e mondiale[69],[70]. Mais elle échoue à ce stade contre la numéro 1 mondiale Amélie Mauresmo (3-6, 6-3, 2-6)[71]. C'est la 5e fois en sept tournois du Grand Chelem depuis 2005 que Maria Sharapova cède à ce stade de la compétition.

La Russe revient à son meilleur niveau sur les tournois américains en dur. Elle s'offre le titre de San Diego sans perdre un set, en éliminant notamment la 9e mondiale et tenante du titre Mary Pierce (6-2, 6-3), puis la 8e mondiale Patty Schnyder (7-5, 6-4) et enfin la numéro 2 mondiale Kim Clijsters en finale 7-5, 7-5), qu'elle bat pour la première fois après cinq tentatives[72]. Elle se hisse aussi en demi-finale de Los Angeles (éliminée par la future gagnante du tournoi Elena Dementieva 5-7, 2-6, 6e mondiale) alors qu'elle avait déroulée jusqu'à là. Elle conclut sa tournée outre-atlantique en apothéose à l'US Open. Elle se montre en effet intraitable durant la quinzaine, ne perdant que six jeu maximum sur ses quatre premiers matchs, avant d'éprouver plus de mal contre la Française Tatiana Golovin (7-64, 7-60) mais sans perdre de set[73]. Avant de dominer les deux premières du classement WTA, d'abord Amélie Mauresmo 1re (6-0, 4-6, 6-0), malgré un set laissé en route[74] pour se qualifier ainsi pour sa première finale à Flushing Meadows. Et enfin Justine Henin-Hardenne 2e mondiale, en finale (6-4, 6-4) pour remporter le deuxième tournoi du Grand Chelem de sa carrière[75],[76].

Maria se repose une nouvelle fois et fait son retour à Moscou, où elle atteint les quarts de finale, mais elle doit déclarer forfait face à Anna Chakvetadze à cause d'une blessure au pied. La Russe revient donc à Zurich la semaine suivant où elle remporte le tournoi, en battant la Slovaque Daniela Hantuchová en 3 sets (6-1, 4-6, 6-3), alors 22e mondiale[77]. Maria s'engage à Linz où elle remporte son 5e tournoi de la saison et le 15e de sa jeune carrière en ne perdant aucun set et en battant en finale sa compatriote Nadia Petrova 5e mondiale, sans trop de difficulté (7-5, 6-2)[78].

Maria se rend donc à Madrid pour les Masters avec l'étiquette de favorite pour le titre et surtout, en tant que challenger à la 1re place mondiale[79]. Elle se retrouve dans le groupe rouge avec Elena Dementieva, Kim Clijsters et Svetlana Kuznetsova. Maria remporte ses trois matchs facilement, (6-1, 6-4) face à Elena Dementieva, (6-4, 6-4) face à la belge Kim Clijsters et (6-1, 6-4) face à Svetlana Kuznetsova. Elle accède donc aux demies où elle doit affronter Justine Henin-Hardenne, avec comme enjeu une place en finale des Masters et surtout la place de no 1 mondiale. La Russe manque l'opportunité de revenir en haut de la hiérarchie puisqu'elle est battue en deux sets par la Belge, 2-6, 65-7[80].

Elle termine sa saison avec 59 victoires pour 9 défaites (86,8 %), 5 titres dont un Grand-Chelem, 14 victoires pour 5 défaites face aux joueuses du top 10, $3 674 501 de Prize money pour la saison 2006, et elle termine la saison no 2 mondiale pour la première fois de sa carrière.

2007 - Première finale à Melbourne et saison moyenne marquée par une épaule douloureuse[modifier | modifier le code]

L'année 2007 de Maria Sharapova commence par un tournoi exhibition à Hong Kong, dont elle dispute le simple et le double. En simple, la jeune Russe s'offre une finale en éliminant Yan Zi au premier tour (7-5, 6-3) et Elena Dementieva en demi-finales 4-6, 6-2, 6-3. En finale, Maria est battue par Kim Clijsters 3-6, 6-7. En double, Sharapova est associée à Patty Schnyder mais elles se font battre par la paire Svetlana Kuznetsova/Kim Clijsters 9-8.

Mais pour "Masha", cette année 2007 démarre sur les chapeaux de roues puisqu'elle est assurée de redevenir no 1 mondiale à l'issue de l'Open d'Australie. Sharapova franchit le premier tour avec toutes les peines du monde face à la Française Camille Pin, qu'elle finit par battre en trois sets 6-3, 4-6, 9-7 après être passée à deux points de la défaite. Cela peut s'expliquer par le fait qu'elle ait joué sous 45 °C à toit ouvert pendant plus de 3 heures[81]. Sur les deux tours suivants, la Russe sera plus convaincante face à Anastasia Rodionova au second (6-0, 6-3) et Tathiana Garbin au troisième (6-3, 6-1). En huitièmes de finale, Masha éprouve quelques difficultés face à sa compatriote Vera Zvonareva mais passe tout de même en deux sets 7-5, 6-4[82]. En quart de finale, la tâche est plus relevée face à Anna Chakvetadze mais là encore, elle s'impose en deux sets serrés 7-65, 7-5. En demi-finale, elle bat Kim Clijsters 5e mondiale, en deux sets 6-4, 6-2 et dispute la finale face à Serena Williams[83]. La Russe passe complètement à côté de cette finale (la première à Melbourne), étant étouffée par la puissance de l'Américaine. Le score est sans appel : 1-6, 2-6 pour Serena Williams. Durant tout ce tournoi, son service, qui est réputé pour être l'un des meilleurs du circuit, fut bien moins efficace qu'à l'accoutumée et de nombreuses doubles fautes vinrent émailler son jeu[84].

Maria Sharapova à l'Open d'Australie en 2007.

Après cette lourde défaite, Sharapova décide de défendre sa place de no 1 mondiale en participant au tournoi de Tokyo, Tiers I qu'elle a remportée en 2005. Après deux matchs difficiles où elle perd un set à chaque fois (contre Francesca Schiavone et Ai Sugiyama), elle s'incline en demi-finale contre la jeune Serbe Ana Ivanović sur le score de 1-6, 1-0 abandon en faveur de la Serbe. La Russe, victime d'un claquage, est contrainte de jeter l'éponge. Mais elle a défendu ses points de l'an dernier où elle avait perdu au même stade et compte à ce moment plus de 650 points d'avance sur sa poursuivante, Justine Henin. Toujours à cause de cette blessure, Sharapova doit déclarer forfait pour le tournoi de Dubaï et annonce qu'elle reprendra à Indian Wells. À l'entame de ce tournoi d'Indian Wells, la Russe est sérieusement menacée par Justine Henin en ce qui concerne la place de no 1 mondiale, puisqu'elle n'a plus que 33 points d'avance sur la Belge. La Russe a donc la lourde tâche de défendre son titre pour conserver la première place du classement WTA. Cependant, la Russe est assurée de perdre son rang de no 1 mondiale après son élimination en huitièmes de finale par Vera Zvonareva 6-4, 5-7, 1-6[85]. À Miami, la Russe ne fera guère mieux puisqu'elle sera aussi éliminée dès les huitièmes de finale par Serena Williams qui, après l'Open d'Australie, humilie une nouvelle fois Maria par un très sec 1-6, 1-6. Il faut tout de même rappeler qu'au tour précédent, la Russe avait éliminée la sœur de sa future adversaire, Venus Williams, en trois sets 2-6, 6-2, 7-5[86].

Le sort s'acharne sur Sharapova qui doit observer une période de repos de 6 semaines pour guérir une blessure à l'épaule, ce qui la force à ne pas jouer le premier tour de la Fed Cup contre l'Espagne alors qu'elle se sentait enfin prête à y jouer. Elle révèle par la même occasion que cette blessure la handicape depuis le début de la saison notamment au service, et sans justifier ses difficultés de cette année, les explique. La jeune joueuse russe de 20 ans a même dû déclarer forfait, comme en 2006, au tournoi de Rome à cause de cette fâcheuse blessure qui l'empêche d'évoluer à son meilleur niveau. Sharapova déclare ne pas se sentir assez prête pour jouer à Rome et explique qu'elle se ménage en vue de Roland-Garros, deuxième levée du Grand Chelem qu'elle pourrait ne pas disputer[87]. Estimant sa blessure rétablie, et pour mieux se préparer à l'échéance de la terre battue, Maria Sharapova décide de participer au tournoi d'Istanbul qui se dispute la semaine précédant Roland-Garros. Elle y est éliminée en demi-finale par la Française Aravane Rezaï en deux sets secs 2-6, 4-6.

Maria Sharapova s'envole alors pour jouer le 2e tournoi du Grand Chelem Roland-Garros. Désignée tête de série no 2, la Russe doit faire face à un 1er tour piège face à la Française Émilie Loit. Malgré son épaule qui la fait toujours souffrir et des conditions climatiques difficiles, elle réussit à passer ce 1er tour en 2 sets 6-3, 7-64. Le deuxième tour sera vite expédié 6-2, 6-1 face à Jill Craybas et le troisième tour sera assez facilement gagné face à Alla Kudryavtseva 6-1, 6-4, même si dans le deuxième set de ce match elle a été menée 4-1 (double break en faveur de son adversaire). Elle réussit néanmoins à renverser la situation. En 1/8 de finale, Maria Sharapova rencontre la Suissesse Patty Schnyder 15e mondiale, qui avait battu la Russe à Rome en 2005, sur terre battue. Au terme d'une rencontre marathon (plus de 2 h 30 de match), la jeune Russe s'impose 3-6, 6-4, 9-7 en sauvant 2 balles de match[88]. Elle affronte et bat sa compatriote Anna Chakvetadze en deux sets 6-3, 6-4 en quarts de finale et se qualifie pour la première fois de sa carrière en demi-finale du tournoi de Roland-Garros. À ce stade, et de manière nette, la jeune Russe est éliminée en deux petits sets par la Serbe Ana Ivanović (2-6, 1-6). Malgré cette sortie, Maria Sharapova a réalisée un authentique exploit en atteignant la demi-finale de Roland-Garros, sur une surface qu'elle apprécie moins et qui ne convient en rien à son jeu et à sa morphologie (ses longues jambes empêchant des déplacements fluides, indispensables sur terre battue)[89].

Maria Sharapova commence alors sa saison sur gazon, sa surface de prédilection. Victorieuse en 2004 et 2005, c'est à Birmingham que la jeune Russe joue son tournoi de préparation. Tête de série no 1 du tournoi dans une semaine fortement perturbée par la météo, elle atteint la finale mais est battue par la Serbe Jelena Janković en 3 sets 6-4, 3-6, 5-7 après avoir joué 4 matchs en 48 heures[90]. À Wimbledon, Sharapova ne souffre d'aucun problème pour atteindre la deuxième semaine, battant successivement Chan Yung-Jan 6-1, 7-5, Séverine Beltrame 6-0, 6-3 et Ai Sugiyama 6-3, 6-3 sans céder le moindre set. Elle chute cependant au 4e tour du tournoi opposée à la 23e joueuse mondiale et championne 2007 du tournoi Venus Williams en deux sets secs 1-6, 3-6, à la suite d'un match historique concernant la puissance dégagée par les deux joueuses. Le 3e jeu du second set dura à lui seul 22 minutes, Maria Sharapova conservant son service après avoir sauvé 7 balles de break[91].

Sharapova à l'US Open en 2007.

La jeune Russe fait alors l'impasse sur la Fed Cup en raison de son épaule douloureuse pour revenir à San Diego, où elle remporte enfin son premier titre de l'année en battant en finale la Suissesse Patty Schnyder (6-2, 3-6, 6-0) et avoir battue la 6e mondiale, Anna Chakvetadze au tour précédent[92],[93]. La semaine suivante, à Los Angeles, Sharapova va jusqu'en demi-finale, où elle doit déclarer forfait face à sa compatriote Nadia Petrova, invoquant une blessure à la jambe gauche.

Elle se repose alors pour pouvoir défendre son titre à l'US Open. Passant le premier et le deuxième tour sans aucun souci en ne laissant qu'un seul et unique jeu à chacune de ses deux adversaires 6-1, 6-0 face à Roberta Vinci au 1er tour et 6-0, 6-1 face à Casey Dellacqua au 2e tour. Mais contre toute attente et sans que personne puisse l'expliquer, même pas elle-même, Sharapova est éliminée au 3e tour par la jeune Agnieszka Radwańska, âgée de 18 ans, en trois manches (4-6, 6-1, 2-6)[94].

Sharapova n'est pas sélectionnée pour la finale de Fed Cup, étant donné qu'elle n'a pas jouée les deux premiers tours mais l'entraîneur Shamil Tarpishev l'appelle quand même comme sparring partner pour qu'elle puisse être sélectionnable pour les Jeux olympiques de Pékin. On peut la voir encourager ses coéquipières, qui remportent finalement la Fed Cup aux dépens des tenantes du titre Italiennes. Cette blessure à l'épaule qu'elle traîne avec elle depuis le début de la saison l'empêche de pouvoir jouer en Allemagne le tournoi de Sttutgart et elle n'a aucune certitude sur sa fin de saison. Maria fait son retour au tournoi de Moscou, où elle dispose d'un bye au premier tour. Au 2e, elle affronte Victoria Azarenka (32e WTA). Cette dernière bat Sharapova 67-7, 2-6 dans un match où la Russe a été fortement trahie par son service et a donné énormément de points à son adversaire. La sélection au Masters n'est donc pas du tout assurée. Maria Sharapova a perdu ses deux derniers matchs, donc elle a une fiche de 0-2 lors de ses deux derniers affrontements. La poupée russe semble être en déclin, elle qui a perdu déjà 10 matchs en 2007 et qui a gagné un seul tournoi cette saison. Décidément, l'épaule de Sharapova fait encore et toujours des siennes et à cause de cela, la Russe doit se résoudre à ne pas aller défendre ses titres à Zurich et Linz. Cela lui vaut de chuter sérieusement au classement puis-qu’avant les Masters, Sharapova ne pointe plus qu'au 6e rang mondial.

Malgré une saison bien terne, marquée par une blessure à l'épaule et des résultats peu concluants, la jeune Sibérienne parvient à se qualifier in-extremis pour les Masters de Madrid grâce au forfait de Venus Williams. Elle n'a pas manquée cet événement depuis 2004, année de son seul titre dans cette compétition. Elle en est donc à son 4e Masters d'affilée, où elle a toujours accédé au dernier carré. Sharapova se retrouve dans le groupe rouge composé de Svetlana Kuznetsova, Ana Ivanović et Daniela Hantuchová. Alors que personne ne l'attend, Maria finit en tête du groupe rouge en battant ses 3 adversaires[95]. En demi-finale, elle affronte Anna Chakvetadze, joueuse qu'elle a déjà battue à 5 reprises en 5 confrontations. Cependant, depuis 2004, la jeune Sibérienne n'arrive plus à passer le cap des demi-finales. Pourtant, elle va conjurer ce mauvais sort en écrasant sa jeune compatriote en deux petits sets 6-2, 6-2 pour se qualifier pour la finale du Masters, qualification qu'elle juge elle-même inespérée étant donné qu'elle n'était pas sûre de pouvoir y participer il y a quelques semaines[96]. En finale, la tâche s'annonce plus ardue puisqu'elle doit affronter Justine Henin, la no 1 mondiale qu'elle n'a plus rencontrée depuis sa défaite aux Masters de l'an dernier. L'occasion est donc belle de prendre sa revanche sur la Belge. Au terme d'un match haletant, plein de rebondissements et considéré comme l'un des plus beaux matchs de l'année tant les 2 joueuses ne lâchent rien et se battent jusqu'au bout, Sharapova s'incline finalement en trois sets face à Justine Henin (7-5, 5-7, 3-6) après 3 h 24 de combat[97].

Le bilan de l'année est en demi-teinte. La Russe n'a remporté qu'un seul tournoi à San Diego et joué plusieurs finales dont celle de l'Open d'Australie et celle des Masters. Elle finit l'année à la 5e place mondiale, alors qu'elle finissait à la 2e l'année précédente. Cependant, cette mauvaise saison peut s'expliquer par une blessure récurrente à l'épaule droite qui l'a empêché toute l'année de jouer à son meilleur niveau. Mais le Masters de Madrid a vu le niveau de Sharapova totalement revenir et vu la prestation livrée toute cette semaine, Sharapova pourrait revenir plus forte que jamais en 2008 qui est, de plus, l'année olympique[98].

2008 - Victoire à Melbourne, excellent début de saison marquée par une très grave blessure à l'épaule droite[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova commence la saison 2008 par l'habituel tournoi d'exhibition de Hong Kong, où elle s'incline en finale devant Venus Williams.

Trois semaines plus tard, la championne Russe remporte l'Open d'Australie, le 3e tournoi du Grand Chelem de sa carrière en battant Ana Ivanović 4e mondiale, en finale sur le score de : 7-5, 6-3, et soulève son premier titre à Melbourne[99],[100]. Et ayant battue notamment la no 1 mondiale Justine Henin (6-4, 6-0) en deux manches sèches en quart de finale et mettant fin à la série d’invincibilité (de 33 matchs consécutifs gagnées) de la Belge[101], et enfin la no 3 mondiale Jelena Janković (6-3, 6-1) en demi-finale, sur un tel score éclaboussant de son niveau stratosphérique[102]. Forte d'un service retrouvé et d'un jeu au filet amélioré, Maria conclut cette quinzaine en n'ayant cédé aucun set, éliminant au passage Lindsay Davenport dès le 2e tour (6-1, 6-3), la no 1 mondiale Henin en quarts de finale (à qui elle inflige son premier 6-0 en 6 ans) et Janković en demi-finale de manière assez sèche.

Sharapova en Fed Cup en 2008.

Elle défend ensuite, pour la première fois, les couleurs de son pays lors des quarts de finale de la Fed Cup contre Israël. Associée à ses compatriotes Anna Chakvetadze, Elena Vesnina, Elena Likhovtseva et Dinara Safina, Maria Sharapova remporte aisément ses 2 matchs de simples et qualifie la Russie pour les demi-finales.

Puis à Doha, elle confirme son très beau début de saison en remportant son 2e titre de l'année aux dépens de sa compatriote Vera Zvonareva (6-1, 2-6, 6-0)[103]. À l'Open d'Indian Wells, elle est stoppée en demi-finale par Svetlana Kuznetsova (3-6, 7-5, 2-6) et concède ainsi sa première défaite de l'année, après 18 victoires consécutives[104]. Fatiguée, elle décide de ne pas disputer le tournoi de Miami.

De retour, Maria s'impose à Amelia Island et remporte le tout premier tournoi sur terre battue de sa carrière en écartant Dominika Cibulková en finale (7-67, 6-3)[105]. La saison sur terre se poursuit à Charleston, où la Russe est éliminée en 1/4 de finale par l'Américaine Serena Williams (5-7, 6-4, 1-6), future vainqueure du tournoi. À Rome, Maria se hisse jusqu'en demi-finale avant de déclarer forfait avant son match contre Jelena Janković, en raison d'une blessure au mollet contractée lors de son quart de finale victorieux face à Patty Schnyder (63-7, 7-5, 6-2), 12e mondiale. Elle affirme cependant que cela ne l'empêchera pas de disputer la deuxième levée du Grand Chelem, Roland-Garros, et n'avoir besoin que de deux ou trois jours pour récupérer[106]. Le 19 mai, au bénéfice de la retraite-surprise de la Belge Justine Henin, elle reprend la place de no 1 mondiale qu'elle a déjà occupée à trois reprises en 2005 et 2007[107].

Maria entame le tournoi de Roland-Garros face à Evgeniya Rodina, sa compatriote. Elle annonce aussi avoir signée un contrat avec la compagnie Tiffany&Co, experte en joaillerie, qui ajoutera des accessoires sur sa tenue pour ce tournoi. Sur le plan tennistique, la jeune Russe peine lors de ses deux premiers tours face à Evgeniya Rodina, où elle est passée à deux points de la défaite mais qu'elle bat finalement 6-1, 3-6, 8-6[108], et face à Bethanie Mattek, joueuse qu'elle avait facilement dominée il y a quelques semaines. Au 3e tour, elle s'en sort un peu plus aisément face à Karin Knapp. En effet, après un premier set émaillé de fautes directes qu'elle remporte au tie-break, elle déroule dans le second set, ne laissant aucun jeu à l'Italienne. Cependant, Maria Sharapova s'incline, tout comme en 2006, face à sa compatriote Dinara Safina 14e mondiale en huitième de finale, non sans avoir eu une balle de match dans le deuxième set à 5-3 (7-66, 65-7, 2-6). Elle perd du même coup sa place de numéro un mondiale au profit de la Serbe Ana Ivanović[109].

Maria Sharapova décide de faire l'impasse sur les tournois de préparation sur gazon pour pouvoir se concentrer exclusivement au 3e tournoi du Grand Chelem, Wimbledon, qu'elle entame face à la qualifiée Française Stéphanie Foretz. Un premier match remporté facilement par la numéro 2 mondiale. Mais elle s'incline sèchement dès le deuxième tour face à sa compatriote Russe Alla Kudryavtseva, 154e mondiale (2-6, 4-6). Trahie par son service (8 double fautes au total) et donnant trop de points à son adversaire qui profite de ses 22 fautes directes, elle ne semble jamais en mesure de renverser la tendance dans cette partie. C'est une véritable déception pour la jeune Russe qui misait beaucoup sur ce tournoi, notamment pour reprendre la place de no 1 mondiale[110].

Il est révélé par la suite que ses échecs à Roland-Garros et à Wimbledon sont dus au réveil de sa blessure à l'épaule droite. La douleur s'est brutalement réveillée lors du tournoi de Montréal. Elle bat difficilement la Polonaise Marta Domachowska au second tour puis renonce au huitième de finale.

Elle redescend alors à la 3e place mondiale. Une IRM passée à la suite de son forfait montre que le mal est plus profond. Deux déchirures au niveau des tendons de son épaule obligent Maria Sharapova à faire une croix définitive sur les Jeux olympiques. La Russe Vera Zvonareva est alors appelée à remplacer sa compatriote pour les JO de Pékin, en double avec Elena Vesnina et en simple.

Maria officialise son absence au dernier Grand Chelem de la saison, l'US Open, ainsi que pour le reste de la saison 2008[111].

2009 - Le retour d'une guerrière[modifier | modifier le code]

La jeune Russe commence sa préparation pour l'Open d'Australie, où elle est tenante du titre, à un tournoi exhibition à Hong Kong mais est forcée de déclarer forfait en raison de son manque d'entraînement. Pour la même raison, elle décide de ne pas défendre son titre acquis l'an passé à l'Open d'Australie et sort du top 10 pour la première fois depuis 2004[112]. Maria déclare aussi forfait pour les tournois de Paris et Dubai.

Maria fait son retour sur les courts au tournoi d'Indian Wells, mais seulement en double avec sa compatriote Elena Vesnina. Elle a pris cette décision parce que son épaule fatigue encore à la suite des enchaînements consécutifs de matchs, mais aussi pour faire un test et retrouver doucement la routine du circuit. Néanmoins, cela n'est pas concluant puisqu'elle perd dès son premier match face à la paire Tatiana Poutchek/Ekaterina Makarova en trois sets (1-6, 6-4, 7-10). Elle annonce ensuite son forfait pour le tournoi de Miami en raison d'une épaule encore fragile. Finalement, sa rentrée se fait au tournoi de Varsovie le .

Peu après, Maria, tombée à la 102e place mondiale, confirme sa participation à l'édition 2009 de Roland-Garros et réussit son entrée en battant au 1er tour la Biélorusse Anastasiya Yakimova en 3 sets. Au 2e tour, Maria arrache la victoire face à sa compatriote Russe Nadia Petrova, tête de série no 11 en 2 h 12 de jeu sur le score de 6-2, 1-6, 8-6[113]. Au 3e tour, elle défait une nouvelle fois en trois sets la qualifiée, Kazakhe Yaroslava Shvedova. En huitièmes de finale, elle réussit un nouveau coup d'éclat, toujours en trois sets (6-4, 0-6, 6-4), face à la Chinoise Li Na, tête de série numéro 25, après avoir pourtant perdu sèchement le deuxième set. Au tour suivant, Maria encaisse onze jeux de suite, avant d'en remporter deux. Elle finit néanmoins par s'incliner face à son adversaire, la Slovaque Dominika Cibulková, tête de série numéro 20[114].

Maria Sharapova signant des autographes à Pékin en 2009.

Quelques jours après son dernier match sur terre battue et sa remontée à la 73e place au classement WTA (+ 29 places), Maria enchaîne sa préparation sur gazon en s'alignant au tournoi de Birmingham. Elle s'impose au 1er tour en disposant de la Canadienne Stéphanie Dubois en 2 sets. La joueuse Russe confirme son bon départ sur gazon en remportant au 2e tour son match face à l'Américaine Alexa Glatch. Quelques heures après seulement, Maria enchaîne son match du 3e tour. La pluie ayant perturbé le tournoi, Maria et d'autres joueuses durent en effet jouer deux matchs dans la même journée. Elle se qualifie pour les quarts de finale en éliminant Francesca Schiavone 6-1, 6-3. Le lendemain, Maria accède pour la première fois depuis son retour à la compétition aux 1/2 finales en se défaisant en 3 sets de Yanina Wickmayer, mais échoue ensuite aux portes de la finale en perdant son match face à la Chinoise Li Na : 4-6, 4-6. La Russe continue son ascension dans le classement mondial en gagnant 14 places, elle atteint ainsi la 59e place.

À Wimbledon, Maria, tête de série numéro 24, remporte son premier match avec 81 % de premières balles en battant l'Ukrainienne Viktoriya Kutuzova en deux sets, avant de perdre au second tour contre Gisela Dulko en 3 sets[115].

Au tournoi de Stanford, Maria se qualifie pour les quarts de finale en éliminant respectivement la Japonaise Ai Sugiyama et sa compatriote Russe Nadia Petrova 10e mondiale, avant de s'incliner face à Venus Williams (2-6, 2-6), 3e mondiale.

La joueuse Russe enchaîne les matchs en s'alignant au tournoi de Los Angeles. Elle passe le premier tour en s'imposant face à la Slovaque Jarmila Groth et continue sur sa lancée en disposant au deuxième tour de la tête de série numéro 3 Victoria Azarenka en 3 sets (64-7, 6-4, 6-2). Sharapova accède aux quarts de finale du tournoi en éliminant Alona Bondarenko. Elle se hisse finalement en demi-finale grâce à son succès face à Urszula Radwańska, avant de s'effondrer aux portes de la finale. Elle perd son match contre Flavia Pennetta (2-6, 6-4, 3-6) à cause d'un trop grand nombre de fautes directes et un service très moyen.

À Toronto, Maria passe le 1er tour en éliminant la tête de série numéro 10 Nadia Petrova en deux petits sets puis accède au 2e tour en remportant son match contre l'Autrichienne Sybille Bammer. En huitième de finale, Maria s'impose face à sa compatriote Russe Vera Zvonareva, (6-2, 7-63) tête de série numéro 7. En quart de finale, elle élimine Agnieszka Radwańska (6-2, 7-65) également. En demi-finale, elle élimine non sans peine sa compatriote Russe Alisa Kleybanova et atteint par la même occasion sa première finale WTA depuis son retour à la compétition[116]. En finale et au terme d'un match de 2 h 03, elle finit par s'incliner (4-6, 3-6) face à Elena Dementieva. Elle progresse cependant de 19 places et atteint le 30e rang mondial[117].

Lors de l'US Open, Maria, tête de série numéro 29, passe aisément les deux premiers tours face à la Bulgare Tsvetana Pironkova puis face à l'Américaine Christina McHale mais s'incline lors du troisième tour contre Melanie Oudin (6-3, 4-6, 5-7), la révélation du tournoi[118].

À Tokyo, Maria entame le tournoi en remportant son match face à l'Italienne Francesca Schiavone (4-6, 7-5, 6-1). Elle passe le 2e tour en étrillant la tête de série numéro 12 Samantha Stosur, lui laissant qu'un jeu. En battant ensuite respectivement Alisa Kleybanova (2-6, 6-2, 6-2), Iveta Benešová (6-4, 7-5), Agnieszka Radwańska dans le dernier carré (6-3, 2-6, 6-4) en 2 h 09[119] et pour le titre, la 8e mondiale Jelena Janković (5-2 sur abandon en 43 minutes), elle remporte son premier tournoi de l'année. Avec cette victoire, Maria glane le 20e titre de sa carrière, 6 ans après son premier tournoi remporté ici à Tokyo. Cette victoire la propulse au 15e rang mondial, et à la 14e place au classement Race. De plus, cette victoire est de bon augure dans la course au Masters de Doha[120].

Quelques jours seulement après sa victoire à Tokyo, Maria enchaîne en s'alignant au tournoi de Pékin. D'entrée au 2e tour, elle remporte son match en éliminant la numéro 9 mondiale Victoria Azarenka en 3 h 06. Mais épuisée à la suite de son match face à la Biélorusse, Maria se fait éliminer dès les huitièmes de finale par la Chinoise Peng Shuai[121].

Bien qu'ayant manquée la moitié de la saison, on retiendra du parcours de Maria un titre à Tokyo, une finale à Toronto et un quart de finale à Roland-Garros.

2010 - Difficulté à revenir parmi les meilleures[modifier | modifier le code]

Maria ne participe à aucun tournoi officiel en préparation de l'Open d'Australie mais gagne plusieurs matchs d'exhibition, notamment contre Venus Williams et Caroline Wozniacki. Pour autant, elle se fait éliminer dès le 1er tour de l'Open d'Australie par sa compatriote et amie Maria Kirilenko en trois sets (64-7, 6-3, 4-6), cette dernière profitant de l'inconstance de Maria tout au long du match et de ses 77 fautes (66 fautes directes et 11 doubles fautes). Une défaite au premier tour d'un tournoi du Grand Chelem ne lui était plus arrivée depuis 2003[122].

Tête de série numéro 1 au Tournoi de Memphis, Maria remporte facilement ce tournoi en battant successivement Shenay Perry, Bethanie Mattek-Sands, Elena Baltacha, Petra Kvitová et enfin Sofia Arvidsson en finale sur le score de 6-2, 6-1, tout cela sans perdre un seul set mais en ayant affrontée aucune top 50. Il s'agit du vingt et unième titre de sa carrière, le premier dans ce tournoi. Cette victoire permet à Maria Sharapova de remonter à la 13e place mondiale, son meilleur classement depuis son retour à la compétition en 2009.

Sharapova à Stanford en 2010.

À Indian Wells, Maria, tête de série numéro 10, est exemptée de premier tour. Au second tour, elle est victorieuse de sa compatriote Vera Dushevina mais chute dès le tour suivant face à la Chinoise Zheng Jie et laisse envoler sa chance de remporter le tournoi une deuxième fois après son sacre en 2006[123]. Maria, qui devait jouer le tournoi de Miami, doit y renoncer à cause de sa blessure au coude, elle sera absente des cours pendant un mois.

Pour son premier match sur terre battue à Madrid après un mois de soins, Maria se fait sortir dès le 1er tour par la Tchèque Lucie Šafářová (4-6, 3-6). Ayant obtenu une wild-card pour le tournoi de Strasbourg, la joueuse Russe, propulsée tête de série numéro une, s'y aligne afin de préparer au mieux Roland-Garros. Elle remporte le tournoi en battant en finale l'Allemande Kristina Barrois (7-5, 6-1), glanant ainsi son 22e titre en simple.

À Roland-Garros, Maria passe aisément le 1er tour en éliminant sa compatriote Russe qualifiée, Ksenia Pervak. Malgré les intempéries qui obligent la joueuse Russe à jouer son 2e tour sur deux jours, elle se qualifie sans difficulté pour le 3e tour en battant la Belge Kirsten Flipkens. Maria se retrouve alors face à Justine Henin l'autre Belge. Après avoir remportée un set chacune, le match est interrompu à cause du manque de luminosité dû à l'heure tardive. La Russe s'incline le lendemain lors du 3e set (2-6, 6-3, 3-6) et se fait éliminer prématurément du tournoi[124].

Sur gazon, à Birmingham, Maria tête de série numéro 2 atteint pour la 3e fois de l'année la finale dans un tournoi, après Memphis et Strasbourg, mais chute face à la chinoise Li Na (5-7, 1-6), 11e mondiale. Tête de série numéro 16, Maria commence bien le tournoi de Wimbledon en remportant facilement tous ses matchs, atteignant ainsi les huitièmes de finale. Elle finit par s'incliner en deux sets (69-7, 4-6) face à la numéro 1 mondiale, Serena Williams malgré un long premier set[125].

Forte de ce match face à Serena, elle enchaîne au tournoi de Stanford ou elle arrive très fatiguée jusqu'en finale perdant face à Victoria Azarenka (4-6, 1-6). Elle aura notamment battue : la tête de série numéro 2, Elena Dementieva (6-4, 2-6, 6-3) et la tête de série numéro 3, Agnieszka Radwańska (1-6, 6-2, 6-2)[126]. Elle s'incline en finale du tournoi de Cincinnati face à la 7e mondiale, Kim Clijsters en se blessant au pied (6-2, 64-7, 2-6)[127]. Battant sur sa semaine Svetlana Kuznetsova, Andrea Petkovic, la 9e mondiale Agnieszka Radwańska (6-2, 6-3), Marion Bartoli en quart et Anastasia Pavlyuchenkova (6-4, 3-6, 6-2) en demi-finale[128].

Sa blessure contractée au pied lors de cette finale l'oblige à déclarer forfait pour le tournoi de Montréal. À l'US Open, elle est éliminée en huitièmes de finale par la numéro 2 mondiale, Caroline Wozniacki (3-6, 4-6) (après avoir infligé une "bulle" à Béatrice Capra au troisième tour[129].)[130].

Elle se rend en Asie, perd son titre d'entrée à Tokyo face à Kimiko Date en trois set, puis à Beijing, elle bat Tsvetana Pironkova, mais trébuche dès le tour suivant face à Elena Vesnina (63-7, 2-6).

La Russe n'est pas concentrée sur son jeu mais plutôt par des affaires extra-sportives avec ses fiançailles et le contrat de 70 millions$ passé avec Nike.

Agacée par cette horrible saison, la Russe déclare forfait pour le tournoi de Moscou et le Masters bis de Bali.

2011 - Le retour au premier plan et 5e finale de Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova commence l'année par une élimination du tournoi d'Auckland en quart de finale face à Gréta Arn, 88e mondiale.

À l'Open d'Australie, elle se qualifie pour les huitièmes de finale en battant successivement Tamarine Tanasugarn, Virginie Razzano et Julia Görges (4-6, 6-4, 6-4), mais s'incline face à Andrea Petkovic en deux manches (2-6, 3-6), alors 33e mondiale. En Fed Cup, Maria s'incline à nouveau face à la Française Virginie Razzano.

Après trois semaines de maladie qui l'empêchent de disputer les tournois de Paris, Dubaï et Doha, la Russe atteint la demi-finale du tournoi d'Indian Wells éliminée par la no 1 mondiale Caroline Wozniacki en deux manches sèche (1-6, 2-6), future lauréate[131]. Et la finale de Miami en passant pas loin de la sortie en quart contre Alexandra Dulgheru (3-6, 7-66, 7-65)[132], tout en ayant éliminée la 5e mondiale Samantha Stosur (6-4, 6-1) au quatrième tour, et l'Allemande Andrea Petkovic (3-6, 6-0, 6-2) en demie[133]. Mais pour le dernier match, elle est séchée contre Victoria Azarenka (1-6, 4-6). Ces résultats lui permettent de réintégrer le top 10, classement qu'elle n'avait plus atteint depuis deux ans[134].

Elle remporte ensuite le tournoi de Rome en éliminant au passage la no 4 mondiale Victoria Azarenka en quart (abandon au 2e set après la perte du premier set), puis la no 1 mondiale Caroline Wozniacki (7-5, 6-3)[135] et s'offre en finale l'Australienne Samantha Stosur no 7 mondiale, pour remporter son plus grand titre sur terre battue[136].

Sharapova à Roland-Garros en 2011.

Elle atteint la demi-finale de Roland-Garros après une grosse frayeur au 2e tour étant menée 3-6, 1-4 par la jeune Française de 17 ans Caroline Garcia 188e mondiale, avant de s'imposer finalement 3-6, 6-4, 6-0[137]. Elle élimine la Polonaise Agnieszka Radwańska (7-64, 7-5) en huitième, avant d'écarter Andrea Petkovic 12e mondiale, en quarts (6-0, 6-3)[138], mais se fait éliminer ensuite en deux sets par la Chinoise 7e mondiale, Na Li (4-6, 5-7) future lauréate du tournoi, une rencontre marquée par le nombre de double fautes de la Russe (10), gênée par le vent sur son haut lancer de balle. Après ce bon résultat, Maria Sharapova remonte à la 6e place mondiale, soit son meilleur classement depuis février 2009[139].

À Wimbledon, Sharapova gagne le premier tour contre Anna Chakvetadze et le deuxième contre Laura Robson (7-64, 6-3) le tout en deux set. Elle gagne le troisième tour contre Klára Koukalová, puis le quatrième contre Peng Shuai 20e mondiale (6-4, 6-2). Et elle se qualifie pour la finale en dominant coup sur coup : Dominika Cibulková (6-1, 6-1) en quart[140] et l'Allemande 62e mondiale, Sabine Lisicki (6-4, 6-3) en demi-finale[141], sept ans après son premier titre. Elle s'incline en finale en deux sets sec (3-6, 4-6) face à Petra Kvitová 8e mondiale, qui était "juste trop forte" selon Sharapova, impressionnée par le niveau de jeu de la jeune Tchèque de 21 ans[142],[143].

Après des défaites précoces à Stanford en quart (1-6, 3-6) contre Serena Williams alors 169e mondiale, puis à Toronto en perdant au troisième tour (3-6, 5-7), contre la qualifiée Galina Voskoboeva classée 135e mondiale. Elle réagit en atteignant ensuite la finale du Masters 1000 de Cincinnati (après avoir battue la tête de série numéro 2 Vera Zvonareva en demi-finale : 2-6, 6-3, 6-3), qu'elle remporte aux dépens de Jelena Janković (4-6, 7-63, 6-3) dans un match tendu et compliquée. Grâce à cela elle monte à la 4e place mondiale[144].

À l'US open, Sharapova élimine au 1er tour la jeune Anglaise Heather Watson, puis la Biélorusse Anastasiya Yakimova mais tombe face a l'Italienne Flavia Pennetta (3-6, 6-3, 4-6) après plus de 2 h 30 de match. Cette élimination au 3e tour du dernier Grand Chelem de la saison est aussi le premier gros échec de la saison 2011 pour Sharapova. Même avec ce résultat, elle reprend la 2e place au classement WTA[145].

À Tokyo, elle abandonne face à Petra Kvitová sur blessure. Elle reprend au Master d'Istanbul placée dans le groupe blanc. Dans le premier match de poule, elle s'incline face à Samantha Stosur en deux manches. Dans le second match elle affronte la Chinoise Li Na et s'incline une nouvelle fois. Elle abandonne à la suite de cet échec et termine la saison à la 4e place mondiale[146].

2012 - Grand Chelem en carrière à Roland-Garros et place de no 1 mondiale récupérée[modifier | modifier le code]

Elle commence l'année à l'Open d'Australie, où elle atteint la finale pour la troisième fois de carrière après 2007 et 2008. Pour y arriver, elle élimine successivement Gisela Dulko, Jamie Hampton, Angelique Kerber, et Sabine Lisicki (3-6, 6-2, 6-3) en huitième. Puis, elle vainc facilement Ekaterina Makarova (6-2, 6-3) en quart[147] et la no 2 mondiale Petra Kvitová (6-2, 3-6, 6-4) en demi-finale[148],[149]. Elle a l'occasion de retrouver la place de numéro 1 mondiale en remportant la finale, mais elle s'incline lourdement face à la Biélorusse Victoria Azarenka (3-6, 0-6), alors no 3 mondiale qui remporte son premier Grand Chelem[150].

Maria Sharapova à l'Open d'Australie en 2012.

Elle participe pour la première fois à l'Open Gaz de France, où elle est favorite en tant que tête de série no 1, mais elle est sortie par l'Allemande Angelique Kerber (4-6, 4-6) en quart de finale. À l'issue du tournoi, elle rétrograde à la seconde place mondiale derrière la Biélorusse Victoria Azarenka. À l'Open d'Indian Wells, en Californie, elle atteint la finale, à nouveau battue par Azarenka en deux sets (2-6, 3-6)[151], en ayant battue Maria Kirilenko (3-6, 7-5, 6-2) en quart et la Serbe Ana Ivanović sur abandon en demi-finale[152]. À l'Open de Miami, elle atteint de nouveau la finale, en commençant mollement contre Shahar Peer en perdant un set avant de dérouler sur son parcours, avec des victoires sur : Ekaterina Makarova (6-4, 7-63), la 8e mondiale Li Na (6-3, 6-0) en quart et la 6e mondiale Caroline Wozniacki (4-6, 6-2, 6-4) en 2 h 34 dans le dernier carré[153]. Avant d'affronter pour le titre la 4e mondiale, où elle s'incline face à la Polonaise Agnieszka Radwańska (5-7, 4-6)[154].

Maria Sharapova dispute son premier tournoi sur terre battue à Stuttgart qu'elle gagne face à Victoria Azarenka en finale sur le score de (6-1, 6-4), remportant ainsi son premier tournoi de l'année[155]. Après avoir battue notamment Samantha Stosur (65-7, 7-65, 7-5) 5e mondiale en quart après un marathon de plus de trois heures de jeu, et la 3e mondiale Petra Kvitová (6-4, 7-63) en demie. Elle continue sur terre battue (bleue) à Madrid mais elle est sortie en quart de finale par l'Américaine Serena Williams, tête de série no 9 et future lauréate du tournoi, sur le score de 1-6, 3-6[156]. Elle remet ensuite son titre en jeu à Rome et le conserve face à la Chinoise Li Na 9e mondiale, la tenante du titre de Roland-Garros, sur le score de (4-6, 6-4, 7-65)[157]. Et ayant battue sur son parcours Ana Ivanović, Venus Williams et Angelique Kerber le tout en deux sets.

Lors du deuxième Grand Chelem à Roland-Garros, elle remporte ses trois premiers tours, en ne concédant que 5 jeux en 3 matchs. Ces résultats ainsi que les défaites de nombreuses autres têtes de série la placent comme la grande favorite. Elle s'impose par la suite contre Klára Koukalová en huitièmes (6-4, 65-7, 6-2) plus difficilement, puis contre Kaia Kanepi en quart (6-2, 6-3), ce qui lui permet alors d'égaler sa meilleure performance à Roland-Garros[158]. En demi-finale, elle bat Petra Kvitová 4e mondiale, (6-3, 6-3), accédant ainsi à sa première finale[159]. Avec cette victoire, elle est également sûre de retrouver la place de no 1 mondiale après le tournoi[160]. En finale, elle s'impose face à l'Italienne Sara Errani sur le score de (6-3, 6-2), et gagne pour la première fois Roland-Garros[161],[162]. C'est l'ancienne championne Monica Seles qui lui remet son trophée[163]. Avec ce premier titre à Roland-Garros, elle devient la 10e joueuse de l'histoire (la 6e de l'ère Open) à réaliser le Grand Chelem en carrière en simple[164].

Elle revient à Wimbledon, mais est éliminée en huitièmes de finale par la joueuse Allemande Sabine Lisicki en deux sets 4-6, 3-6, alors future finaliste de l'épreuve[165].

Aux Jeux olympiques de Londres où elle est porte drapeau de la délégation olympique russe, elle obtient la médaille d'argent en perdant en finale contre la 4e mondiale, Serena Williams (0-6, 1-6), malgré une finale expéditive qui est sa pire défaite contre l'Américaine[166],[167]. Et ayant malgré tout battue sur son parcours Sabine Lisicki difficilement (68-7, 6-4, 6-3) revanche de Wimbledon en huitième, puis Kim Clijsters (6-2, 7-5) et la surprise en demi-finale, sa compatriote Maria Kirilenko (6-2, 6-3), qui gagnera sa première médaille olympiques individuelles[168].

Elle déclare forfait pour le tournoi de Montréal, puis pour celui de Cincinnati, alors qu'elle était la tenante du titre. À cause de ce forfait, elle redescend à la place de no 3.

Victoria Azarenka médaillée de bronze, Serena Williams médaillée d'or et Maria Sharapova médaillée d'argent.

Elle reprend la compétition pour le dernier Grand Chelem de la saison, l'US Open, où elle sera tête de série no 3. Elle connaît 3 tours aisés, en battant au premier tour Melinda Czink sur le score de 6-2, 6-2, au deuxième tour Lourdes Domínguez Lino 6-0, 6-1 et au troisième tour une des joueuses Américaines ayant reçu une Wild Card, la jeune Mallory Burdette 6-1, 6-1. Sharapova connaît ensuite deux tours compliqués. En huitièmes, elle affronte sa compatriote Nadia Petrova, tête de série no 19. Si elle remporte le premier set aisément, elle connaît un deuxième set litigieux et un début de troisième set semblable, étant menée 0-2 avant une longue interruption due à la pluie. De retour sur les courts quelques heures plus tard, elle finit par s'imposer sur le score de (6-1, 4-6, 6-4)[169]. Son quart de finale face à la Française Marion Bartoli tête de série no 11, connaît un scénario similaire. La Russe commence très mal son match, étant menée 0-4 avant une nouvelle interruption due à la pluie. Le match est cette fois-ci reporté au lendemain, et Sharapova finit par s'imposer (3-6, 6-3, 6-4). Elle accède donc en demi-finale, stade de la compétition qu'elle a déjà atteint cette année à l'Open d'Australie (finaliste) et à Roland-Garros (lauréate)[170]. Elle s'incline cependant face à la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka, au terme d'un match avec beaucoup d'intensité, particulièrement au troisième set, 6-3, 2-6, 4-6[171].

Pour la tournée asiatique, elle perdra en quart à Tokyo contre Samantha Stosur. Et ensuite, elle arrive à atteindre la finale à Pékin, en ayant battue deux top 10, la 6e Angelique Kerber (6-0, 3-0 ab.) en quart, puis la 8e mondiale Li Na en demi-finale (6-4, 6-0) assez facilement[172]. Mais perdra à nouveau contre Azarenka en deux sets (3-6, 1-6) totalement impuissante[173].

Au Masters d'Istanbul, elle gagne ses trois matchs de poule contre Sara Errani (6-3, 6-2), Agnieszka Radwańska (5-7, 7-5, 7-5) et Samantha Stosur (6-0, 6-3)[174]. Elle prend sa revanche en battant la no 1 mondiale Victoria Azarenka, (6-4, 6-2) pour les demies en 1 h 36 et se qualifier pour la finale[175]. Elle sera vaincu en moins d'une heure et demi (4-6, 3-6) contre Serena Williams et loupant encore un gros titre cette saison[176].

Elle termine sa saison avec 60 victoires pour 11 défaites (84.5 %), 3 titres dont un Grand-Chelem, 14 victoires pour 9 défaites face aux joueuses du top 10, $6 308 296 de Prize money pour la saison 2012, une médaille aux Jeux olympiques d'été , ainsi que quelques semaines à la première place mais où elle termine la saison no 2 mondiale pour la deuxième fois de sa carrière.

2013 - 8e finale de Grand Chelem et saison stoppée par une nouvelle blessure à l'épaule droite[modifier | modifier le code]

À l'Open d'Australie Sharapova remporte ses deux premiers tours 6-0, 6-0 contre sa compatriote Olga Puchkova et la Japonaise Misaki Doi. Au troisième tour, elle se défait de l'Américaine Venus Williams (6-1, 6-3), alors 26e mondiale[177]; puis en huitième de finale, elle bat la Belge Kirsten Flipkens 6-1, 6-0 et en quart de finale une autre compatriote Ekaterina Makarova (6-2, 6-2) avant de s'incliner sur le même score en demi-finale face à la Chinoise Na Li 6e mondiale[178].

Peu après, elle atteint également les demi-finales au tournoi de Doha, s'inclinant assez sèchement contre Serena Williams sur le score de (3-6, 2-6).

Elle remporte son deuxième trophée à l'Open d'Indian Wells, sept ans après le premier, et le 28e titre de sa carrière, en battant en finale la Danoise Caroline Wozniacki (6-2, 6-2) alors 10e mondiale et dans une semaine sans perdre de set. Elle domine notamment pendant ce tournoi la 8e mondiale, Sara Errani (7-66, 6-2) en quart et Maria Kirilenko (6-4, 6-3) en demi-finale. Elle récupère ainsi la deuxième place au classement WTA[179]. Elle atteint ensuite la finale à l'Open de Miami, en écrasant ses trois premières adversaires, puis ayant (re)battu Sara Errani (7-5, 7-5) 7e mondiale, et en balayant Jelena Janković (6-2, 6-1), pourtant récemment titrée au tournoi de Bogotá[180]. Elle est pour le moment sur une série de 11 matchs consécutifs en 2 sets. Elle s'incline finalement contre Serena Williams sur le score de 6-4, 3-6, 0-6, au terme d'un match beaucoup plus accroché que les précédents contre cette adversaire[181].

Sharapova à Roland-Garros en 2013.

Sharapova démarre sa saison sur terre battue à Stuttgart où elle est tenante du titre. Elle y bat Lucie Šafářová (6-4, 63-7, 6-3), Ana Ivanović (7-5, 4-6, 6-4), Angelique Kerber (6-3, 2-6, 7-5) puis Na Li en finale (6-4, 6-4), seul match qu'elle gagne en deux sets. Elle remporte alors le 29e titre de sa carrière[182]. Après une semaine de repos, Sharapova participe au tournoi de Madrid, elle y bat les qualifiée Alexandra Dulgheru et Christina McHale, puis Sabine Lisicki, Kaia Kanepi et Ana Ivanović (6-4, 6-3) pour atteindre la 50e finale de sa carrière[183]. Mais est une nouvelle fois battue en finale par Serena Williams sur le score de (1-6, 4-6) en 1 h 19. C'est sa douzième défaite consécutive face à Serena[184].

Lors de l'édition 2013 du tournoi de Roland-Garros, Sharapova parvient à se hisser en finale après avoir battu consécutivement : Hsieh Su-Wei, Eugenie Bouchard (6-2, 6-4), zheng Jie, la tête de série numéro 17, Sloane Stephens en huitième le tout en deux manches (6-4, 6-3). Puis la tête de série numéro 18, Jelena Janković (0-6, 6-4, 6-3) en quart dans un match tendu de par le premier set mais gagnant le match bouclé en presque deux heures[185]. Et surtout la 3e mondiale, Victoria Azarenka en demi-finale (6-1, 2-6, 6-4) dans un match serré également de 2 h 10[186]. Mais se fait battre par Serena Williams en 2 sets (4-6, 4-6) en 1 h 46, sa treizième défaite consécutive face à celle-ci[187].

À Wimbledon, tête de série no 3, elle se fait éliminer par la qualifiée Portugaise Michelle Larcher de Brito (3-6, 4-6) de manière surprenante. Victoria Azarenka ayant déclaré forfait, elle récupère la deuxième place mondiale[188]. Après Wimbledon, elle se sépare de son entraîneur Thomas Högstedt et le 13 juillet, elle embauche l'ancien champion Jimmy Connors avec qui elle avait déjà travaillée en 2008[189].

Elle déclare forfait pour le tournoi de Stanford et de Toronto pour cause de blessure à la hanche, et effectue un retour attendu au tournoi de Cincinnati. La coopération avec Jimmy Connors va s'arrêter net après un match et la défaite de la Russe face à Sloane Stephens (6-2, 65-7, 3-6) dès son entrée en lice au tournoi de Cincinnati.

Elle annonce alors que son père va l'aider pour cette fin de saison. Des rumeurs affirment que la Russe souffrirait à nouveau de l'épaule dont elle a été opérée en octobre 2008. C'est après une énième entrainement que la Russe confirme les inquiétudes de chacun : elle souffre d'une bursite à l'épaule droite depuis juin 2013. Elle déclare ainsi forfait pour New York, Tokyo et Beijing. Qualifiée pour le Masters sans réellement pouvoir jouer depuis sa finale de Roland-Garros, elle déclare forfait le 7 octobre pour le Masters de fin d'année à Istanbul[190].

2014 - Retour au meilleur niveau, deuxième Roland-Garros et no 2 mondiale[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova fait son retour à l'Open de Brisbane, où elle atteint les demi-finales, battue par sa bête noire Serena Williams : 2-6, 67-7. Elle enchaîne ensuite avec l'Open d'Australie, où elle bat Bethanie Mattek-Sands (6-3, 6-4) au premier tour, avant de batailler durant 3 h 28 contre Karin Knapp (6-3, 4-6, 10-8) au deuxième tour[191], puis Alizé Cornet au 3e tour (6-1, 7-66). Elle s'incline cependant en huitièmes de finale face à Dominika Cibulkova (6-3, 4-6, 1-6) alors 24e mondiale, future finaliste[192].

Maria Sharapova s'aligne ensuite à l'Open de Coubertin à Paris, où elle s'incline en demi-finales contre Anastasia Pavlyuchenkova (6-4, 3-6, 4-6) qui gagnera le tournoi, après 2 victoires pourtant convaincantes car faciles contre Daniela Hantuchova (6-0, 6-1) et Kirsten Flipkens (6-2, 6-2). Elle ne participe pas au tournoi de Doha, étant consultante d'une chaîne américaine aux Jeux olympiques de Sochi, et porte-flambeau de ces Jeux[193].

À l'Open d'Indian Wells, "Masha" déçoit en s'inclinant en troisième tour contre la qualifiée, 79e mondiale Camila Giorgi (3-6, 6-4, 5-7) en développant un niveau de jeu très loin de ses attentes. Cette défaite dure à accepter a eu l'effet d'un déclic pour Sharapova, qui enchaîne ensuite les bons résultats[194]. En effet, elle arrive en demi-finales au Master 1000 de Miami, en éliminant la Japonaise Kurumi Nara au premier tour (6-3, 6-4), Lucie Šafářová au deuxième (6-4, 67-7, 6-2) dans un match de très bonne qualité, Kirsten Flipkens en huitièmes (3-6, 6-4, 6-1), puis Petra Kvitová 8e mondiale, en quarts (7-5, 6-1). Elle s'incline en revanche contre Serena (4-6, 3-6) en ayant mené 4-1 dans le premier set[195].

Maria Sharapova à Wimbledon en 2014.

Mais Maria Sharapova retrouve toutes ses couleurs lors de la saison sur terre battue. Elle commence idéalement cette saison en remportant pour la 3e fois d'affilée le tournoi de Stuttgart en battant Ana Ivanović en finale (3-6, 6-4, 6-1) après avoir été mené 5-0 au premier set ou 3-6, 1-3 balle de 1-4. Elle a notamment battu Lucie Šafářová (7-65, 65-7, 7-62) au premier tour d'un combat bien compliqué de plus de trois heures[196], et Agnieszka Radwanska, no 3 mondiale, en quart (6-4, 6-3)[197]. Elle poursuit cette bonne dynamique en remportant dans la foulée le Master 1000 de Madrid, en battant successivement Klara Koukalova (6-1, 6-2), Christina McHale (6-1, 4-6, 6-4) plus laborieusement, Samantha Stosur (6-4, 6-3), puis Li Na, no 2 mondiale (2-6, 7-65, 6-3)[198], et la no 3 mondiale Agnieszka Radwańska (6-1, 6-4) pour arriver en finale en tout juste une heure. Enfin elle affronte la talentueuse 5e mondiale Roumaine Simona Halep (1-6, 6-2, 6-3)[199] après deux heures d'intensité. N'ayant pas retrouvé l'intégralité de sa forme physique après avoir gagné 12 matchs de suite, elle s'incline au 3e tour du tournoi de Rome face à Ana Ivanović (1-6, 4-6).

Lors de l'édition 2014 du tournoi de Roland-Garros, elle bat respectivement Ksenia Pervak, Tsvetana Pironkova et Paula Ormaechea sur un cinglant (6-0, 6-0) puis, non sans difficulté, Samantha Stosur 18e mondiale, en 1/8 de finale qu'elle vainc (3-6, 6-4, 6-0) en perdant son premier set en deux heures[200]. En quart, elle a également du mal à battre Garbiñe Muguruza (1-6, 7-5, 6-1) en 2 h 06[201] et passer dans le dernier carré, où elle affronte la novice Eugenie Bouchard 16e mondiale, en demi-finale, qu'elle bat encore au mental (4-6, 7-5, 6-2) en 2 h 27, qui appartient à la nouvelle génération[202]. Et pour finalement affronter Simona Halep 4e mondiale, dans sa 3e finale consécutive à Roland-Garros qu'elle remporte après un match très accroché, d'une rare intensité, et d'un très haut niveau, de 3 h 02 de jeu(6-4, 65-7, 6-4). C'est son 5e titre du Grand Chelem, le premier qu'elle remporte pour la deuxième fois[203],[204]. Elle affiche un bilan de 19 victoires et 1 défaite sur terre battue en 2014, et un ratio de 54 victoires pour 4 défaites depuis 2011 sur terre battue[205].

À Wimbledon, Sharapova, tête de série no 5, s'incline face à l'Allemande Angelique Kerber (no 7 mondiale) en trois sets (64-7, 6-4, 4-6) lors des huitièmes de finale, après avoir sauvée sept balles de match[206].

Elle poursuit sa saison par la tournée nord-américaine à Montréal, où elle ne fait pas d'étincelles, passant un tour face à Muguruza (4-6, 6-3, 6-1) avant de se faire sortir par une autre Espagnole, Carla Suárez Navarro, en trois sets et en ayant seulement 42 % de points gagnés sur son engagement[207]. La Russe s'aligne à Cincinnati la semaine suivante, elle y atteint les demi-finales en éliminant Madison Keys (6-1, 3-6, 6-3), Anastasia Pavlyuchenkova (6-4, 7-62) et surtout la no 2 mondiale en quarts Simona Halep (3-6, 6-4, 6-4). Comme à Rome, Ana Ivanović l'évince du tournoi[208].

Maria prend part à l'US Open, dernier Grand Chelem de la saison, et passe trois tours face à Maria Kirilenko (6-4, 6-0), Alexandra Dulgheru (4-6, 6-3, 6-2) et Sabine Lisicki (6-2, 6-4). Elle est battue en huitièmes de finale par la Danoise Caroline Wozniacki (4-6, 6-2, 2-6), tête de série no 10, future finaliste[209].

Elle gagne quand même une place au classement WTA (4e) et gagne sa place pour le master de fin d'année.

Maria Sharapova s'aligne à Pékin, où elle dispose aisément de Kaia Kanepi, Elina Svitolina et Carla Suarez Navarro (6-1, 7-63) lors de ses trois premiers tours. En 1/4 de finale, elle élimine sa compatriote Svetlana Kuznetsova (6-0, 6-4), et avance en 1/2 finale où elle bat sèchement la no 9 mondiale, Ana Ivanovic (6-0, 6-4) en une heure et demi[210]. En finale, elle sort victorieuse d'un match riche en rebondissements face à la no 3 mondiale, Petra Kvitova (6-4, 2-6, 6-3) en 2 h 28. Grâce à ce 4e succès cette année sur le circuit, Maria Sharapova accède de nouveau à la 2e place mondiale[211].

Au masters de fin d'année à Singapour, Maria fait partie du groupe Blanc avec Caroline Wozniacki, Petra Kvitová et Agnieszka Radwańska. Elle n'arrive pas à se qualifier pour les 1/2 finales avec 2 défaites contre Wozniacki en 3 sets (64-7, 7-65, 2-6) en 3 h 13 de jeu[212], et Kvitova en 2 sets (3-6, 2-6) en 1 h 15. Néanmoins, elle remporte son dernier match de la saison contre Radwanska en 3 sets (7-5, 64-7, 6-2) après 3 h 09, encore un gros match, qui l'assure de terminer l'année à la 2e place mondiale[213].

Elle termine sa saison avec 49 victoires pour 13 défaites (79 %), 4 titres dont un Grand-Chelem, 10 victoires pour 5 défaites face aux joueuses du top 10, $5 439 357 de Prize money pour la saison 2014, elle termine la saison no 2 mondiale pour la troisième fois de sa carrière.

2015 - 10e finale de Grand Chelem et blessures diverses ralentissant sa saison[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova commence merveilleusement bien l'année 2015 avec un titre à l'Open de Brisbane. Elle bat successivement Yaroslava Shvedova (6-0, 6-1), Carla Suárez Navarro (6-1, 6-3) et Elina Svitolina (6-1, 6-3) en demie. En finale, elle cède un set au tie-break face à Ana Ivanović (64-7, 6-3, 6-3), 5e mondiale[214].

Lors de l'Open d'Australie, elle se fait une frayeur au 2e tour face à la qualifiée Alexandra Panova qu'elle bat en 3 sets après avoir dû sauver 2 balles de match (6-1, 4-6, 7-5)[215]. Elle se hisse ensuite facilement en finale en éliminant sans perdre le moindre set : Zarina Diyas, Peng Shuai, Eugenie Bouchard 7e mondiale, (6-3, 6-2) en quart, seulement 1 h 18 de jeu[216] et sa compatriote Ekaterina Makarova 11e mondiale, qu'elle vainc (6-3, 6-2) en 1 h 27, et se qualifiant pour sa quatrième finale à Melbourne[217]. Une fois en finale, elle rencontre sa bête noire Serena Williams numéro 1 mondiale, qu'elle n'a plus battu depuis 2004, et s'incline en deux sets (3-6, 65-7), perdant ainsi une autre finale importante en 1 h 50[218].

Maria Sharapova à Madrid en 2015.

Après trois ans d'absence, Maria Sharapova fait son grand retour en Fed Cup où elle est opposée à la Pologne d'Agnieszka Radwańska. Elle gagne d'ailleurs son simple contre elle (6-1, 7-5) et bat sèchement sa sœur (6-0, 6-3)[219].

À Acapulco, elle se voit contrainte de déclarer forfait avant la demi-finale à cause d'un virus gastrique, alors qu'elle devait affronter Caroline Garcia. Elle enchaîne ensuite une série de défaites prématurées : à Indian Wells au quatrième tour face à Flavia Pennetta (6-3, 3-6, 2-6) et au deuxième tour à Miami face à la jeune Daria Gavrilova en deux sets (64-7, 3-6)[220].

Sur le début de la tournée sur terre, lors du tournoi de Stuttgart, alors quelle est triple tenante du titre, elle se fait éliminer dès le deuxième tour par la 14e mondiale Angelique Kerber (6-2, 5-7, 1-6), future lauréate[221]. À Madrid, ici aussi tenante du titre, elle se reprend en battant Caroline Garcia (6-2, 4-6, 7-5) sur le fil[222], puis la 5e mondiale, Caroline Wozniacki (6-1, 3-6, 6-3) pour se hisser en demi-finale. Mais elle se fait complètement dominer (2-6, 4-6) par sa compatriote Svetlana Kuznetsova[223]. De retour sur la terre battue romaine, Maria retrouve son meilleur tennis au bon moment et remporte pour la troisième fois le titre après un match difficile face à Carla Suárez Navarro 10e mondiale, (4-6, 7-5, 6-1) et plus de deux heures et demi de jeu[224]. Lors de cette semaine, elle bat Victoria Azarenka (6-3, 6-2) et prend sa revanche sur Daria Gavrilova le tout en deux sets (7-5, 6-3) en demi-finale[225].

Après à Roland-Garros, elle passe les trois premiers tours sans encombre mais à la surprise générale, perd son titre en s'inclinant en huitième de finale contre la 13e mondiale Lucie Šafářová (63-7, 4-6), future finaliste[226].

Depuis cette défaite, elle n'a disputée qu'un seul tournoi, Wimbledon où elle arrive avec force jusqu'en demi-finale, en ne perdant aucun set jusqu'en quart dans un match compliqué de 2 h 46 contre Coco Vandeweghe (6-3, 63-7, 6-2) où l'Américaine s'est montrée énervée du comportement de la Russe[227]. Elle perd une fois de plus contre sa bête noire, Serena Williams (2-6, 4-6) en 1 h 19[228].

Après une tournée américaine perturbée par des douleurs au genou, elle déclare finalement forfait pour le dernier grand chelem de la saison[229]. Après plus de deux mois sans jouer le moindre match, elle revient pour disputer la tournée asiatique en commençant à Wuhan, hélas elle abandonne dans le troisième set face à Barbora Strýcová pour une douleur ressentie à un poignet[230]. Alors tenante du titre à Pékin, elle déclare forfait, suite des conséquences de son abandon souffrant de l'avant-bras gauche[231].

Maria Sharapova revient pour le Masters de Singapour placée dans le groupe rouge, Sharapova impressionne et bat ses adversaires, elle enchaîne des victoires contre Simona Halep (6-4, 6-4) en 1 h 54, Pennetta (7-5, 6-1) en 1 h 27 et Radwanska (4-6, 6-3, 6-4) en 2 h 47[232],[233]. Et accède en demi-finale où elle se fait stopper par une redoutable Petra Kvitová (3-6, 63-7) en 1 h 49. Elle finalise cette saison 2015 au rang de 4e mondiale derrière Muguruza, Halep et la no 1 Serena Williams[234].

2016 - Contrôle positif lors d'un test antidopage durant l'Open d'Australie et suspension[modifier | modifier le code]

Maria Sharapova commence l'année 2016 par un forfait à l'Open de Brisbane, alors qu'elle était tenante du titre, toujours touchée à l'avant-bras[235].

Elle participe finalement à l'Open d'Australie où elle atteint les quarts de finale sans trop de difficultés en perdant un set contre Lauren Davis au troisième tour, et battant la jeune Suissesse Belinda Bencic 13e mondiale, (7-5, 7-5) au tour suivant. Elle y retrouve la numéro 1 mondiale, Serena Williams qui la bat pour la 18e fois consécutive (4-6, 1-6) en une heure et demi[236].

Le , après avoir convoquée une conférence de presse, elle annonce avoir été contrôlée positive au meldonium[237] à l'Open d'Australie qui s'était déroulé quelques mois plus tôt[238]. Elle précise qu'elle prenait ce médicament depuis 2006 pour lutter contre des soucis de santé, médicament apparu fin décembre 2015 sur la liste des produits prohibés, ce qu’elle « ne savait pas ». Situation improbable pour cette athlète, qui risque une lourde suspension et la perte de ses partenaires majeurs. L'ancienne numéro 1 mondiale écrit cependant « Je suis déterminée à rejouer au tennis, j'espère que j'aurai la chance de pouvoir le faire ». « J'aimerais ne pas avoir à vivre cela, mais c'est le cas et je vais y arriver », a-t-elle assuré dans un long message, son premier depuis qu'elle a annoncé à Los Angeles son contrôle positif. Sportive la mieux payée au monde[239] selon le classement Forbes de 2015, avec des revenus publicitaires provenant des sucreries Sugarpova et les voitures Porsche qui a « choisi de repousser toutes les activités prévues » alors que l'équipementier sportif Nike décide de suspendre sa relation avec elle « le temps de l'enquête » et les montres Tag Heuer renoncent à leur partenariat[240]. Maria Sharapova est suspendue pour une durée de deux ans, soit du 26 janvier 2016 au 25 janvier 2018[241] qui est réduite à quinze mois après que la Russe a fait appel au Tribunal arbitral du sport (TAS). Sharapova peut ainsi reprendre la compétition le 26 avril 2017. Nike décide finalement de rester avec la Russe malgré sa suspension.

2017 - Retour de suspension[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Records et statistiques[modifier | modifier le code]

Hors des courts[modifier | modifier le code]

Profitant de son immense notoriété[242], Maria Sharapova signe des contrats publicitaires avec de nombreuses grandes marques et devient l'une des sportives les mieux rémunérées de la planète[243]. Depuis la saison 2004-2005 le magazine Forbes la place en tête du classement des sportives les mieux payées du monde[244]. Elle est, entre autres, l'égérie de Nike[245], Head, Cole Haan, Évian, Samsung, Porsche, ou encore de TAG Heuer[246]. Elle a anciennement collaboré avec Prince[247], Land Rover[248], Sony Ericsson[249], Canon[250], Colgate-Palmolive[251], PepsiCo[252], Parlux Fragrances[253] , Motorola[254] ou encore Tiffany&Co. Elle tire également parti de son physique avantageux pour poser dans divers magazines[255],[256]. Le , deux paires de basket sont sorties en collaboration avec Nike et Colette[245].

Maria Sharapova s'est impliquée dans plusieurs œuvres caritatives[257]. Elle a ainsi fondé une association portant son nom qui vise à faire découvrir le tennis aux enfants dans les régions défavorisées[258]. Elle est également ambassadrice itinérante du Programme des Nations unies pour le développement depuis février 2007[3]. Notamment, elle met en avant le manque d’eau douce en Afrique, la toxicomanie dans les pays en développement et la préservation des richesses naturelles du monde. D’après elle, sa première conférence de presse à l’Onu était l’un des moments les plus durs de sa carrière[259].

On compte parmi ses conquêtes des personnalités comme Adam Levine, Andy Roddick, Charlie Ebersol, Saša Vujačić.

Elle était fiancée avec le Slovène Saša Vujačić, un basketteur qui évoluait dans la NBA avec les Nets du New Jersey. Elle a démenti le 28 août les rumeurs qui annonçaient son mariage en novembre 2012 avant d'annoncer qu'ils se sont séparés durant le printemps[260].

Depuis fin 2012, elle est en couple avec le joueur de tennis bulgare Grigor Dimitrov. Ils ont emménagé ensemble à Manhattan Beach. Le bulgare annonce leur séparation le 25 juillet 2015.

Le 7 mars 2016, après avoir convoqué une conférence de presse, elle annonce avoir été contrôlée positive au Mildronate, à l'Open d'Australie qui s'était déroulé quelques mois plus tôt. Elle annonce : « J'ai pris ce médicament pour la première fois en 2006. J'avais eu plusieurs problèmes de santé à l'époque. Je tombais malade très souvent, je souffrais d'une carence en magnésium et il y avait du diabète dans ma famille. J'avais des signes de diabète. Ce médicament est l'un de ceux, parmi d'autres, que j'ai pris ». Avant d'ajouter : « J'ai fait une énorme erreur. Je n'ai pas regardé la liste des produits interdits en 2016. J'ai laissé tomber mes fans, j'ai laissé tomber le sport. Je ne veux pas que ma carrière se termine de cette manière. J'espère que j'aurai une autre chance »[261].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La transcription du russe au français devrait être Charapova mais une grande majorité de sources utilisent la transcription anglophone Sharapova.
  2. (en) « Classement WTA des joueuses N°1 avec Maria Sharapova classée la 16e de l'histoire », sur www.wtatennis.com (consulté le 6 juillet 2012)
  3. a et b (fr) « Maria Sharapova, nouvelle Ambassadrice du PNUD », site officiel de l'Organisation des Nations unies, 14 février 2007.
  4. (en) « Maria’s 1st coach was Yuri Yudkin » sur www.sharapovamasha.com.
  5. (en) « Maria meets Martina » sur www.sharapovamasha.com.
  6. (en) « Biography of Maria Sharapova » sur www.masha-sharapova.com, 25 septembre 2004.
  7. (en) Peter Bodo, « The Coach », portrait de Robert Lansdorp sur le site de TENNIS Magazine (en), 17 mai 2006.
  8. (en) Christopher Clarey, « In the Heat of Australia, Sharapova Finally Wilts » dans The New York Times, 26 janvier 2006.
  9. (en) « Maria Sharapova Biography » sur www.wimbledonwinners.com.
  10. Malgré une carrière en net déclin de 2009 à 2010, ses revenus publicitaires restent exceptionnels.
  11. (fr)« Sharapova toujours au top des sportives les mieux payées » dans Metronews, le 13 août 2014
  12. Sharapova lance sa marque de bonbons, Le Figaro, 20 août 2012.
  13. Maria Sharapova, la championne de tennis russe, se lance dans les bonbons, Le Point, 24 août 2012.
  14. (en) Tom Perrotta (Tennis Magazine (en)), « Sharapova & Davenport Draw an Early Showdown », New York Sun, 15 janvier 2008.
  15. (fr) « Mats Wilander : “Je ne comprends pas les vingt premières minutes de Federer contre Nadal à Roland-Garros” » sur www.welovetennis.com, 5 décembre 2007.
  16. (fr) Bertrand Pertuis, « SHARAPOVA FUTURE STAR », l'Équipe, mai 2004.
  17. (en) Jeff Cooper, « Maria Sharapova - Game Profile » sur www.about.com.
  18. (en) Megan Lane, « Why do women tennis stars grunt? » sur le site de la BBC News, 22 juin 2005.
  19. (fr) « Où est passé le service de Sharapova? » sur www.fanatique.ca, 1er février 2007.
  20. (en) Joel Drucker, « Lingering injuries or limitations coming to light for Sharapova » sur le site d'ESPN, 3 octobre 2007.
  21. (en) Interview sur « Maria Sharapova Interview - March 11 », www.tennis-x.com, 12 mars 2007.
  22. (en) Douglas Robson, « Swinging, midcourt volley becomes key weapon among pros » sur le site de USA Today, 25 juin 2007.
  23. (en) « Tennis: Hitting with Power - A Few Common Misconceptions » sur BC Sports, 13 août 2006.
  24. (fr) « Virginia Ruzici : "Je recommande que les finales dames de Grand Chelem se joue en 5 sets" » sur www.welovetennis.fr, 13 mars 2008.
  25. (en) Profil sur le site de CBS Sports.
  26. « Golovin attendra », Eurosport,‎
  27. « Sharapova donne le tournis », Eurosport,‎
  28. (en)« Steely Sharapova reaches final », Eurosport,‎
  29. (en)« Sensational Sharapova is a Russian revelation », theguardian.com,‎
  30. (en)« Wimbledon 2014: Maria Sharapova admits she still can't believe how she won her first grand slam », telegraph.co.uk,‎
  31. (en) David Boroff, « Sharapova puts loss in perspective » sur le site de l'ESPN, 6 septembre 2004.
  32. (en)« Sharapova Outlasts Fellow Russian Dementieva to Reach WTA Zurich Final », tennis-x.com,‎
  33. « Molik brille à Zurich », Eurosport,‎
  34. (en) « Maria injured, Mauresmo trough to final » sur www.masha-sharapova.com, 6 novembre 2004.
  35. (en)« Sharapova Beats Injured Serena for WTA Championships Title, Federer Beats Rain at Masters Cup », tennis-x.com,‎
  36. « Los Angeles : Sharapova remporte le Masters », nouvelobs.com,‎ (consulté le 22 novembre 2004)
  37. (en) « Maria wins first cup of season » sur www.masha-sharapova.com, 2 janvier 2005.
  38. (en) « Sharapova quits HK tennis exhibition game on fitness concern », Quotidien du peuple, 8 janvier 2005.
  39. (en)« Williams comeback stuns Sharapova » sur le site de BBC News, 27 janvier 2005.
  40. « Le grand retour de Serena », Eurosport,‎
  41. « Tennis - WTA - Tokyo - Sharapova victorieuse », l'Équipe, 6 février 2005
  42. « Davenport humilie Sharapova », Eurosport,‎
  43. « Tennis - Indian Wells - Clijsters convaincante », l'Équipe, 19 mars 2005.
  44. « Tennis - WTA - Sharapova se rapproche », l'Équipe, 16 mai 2005.
  45. (en) Sarah Holt, « Williams ends Sharapova's defence » sur le site de la BBC News, 30 juin 2005.
  46. (en) « Maria Sharapova out of next week's Acura event » sur www.masha-sharapova.com, 29 juillet 2005.
  47. (en) « Sharapova scratches Toronto », USA Today, 15 août 2005.
  48. (fr) « Tennis - WTA - Sharapova devient no 1 mondiale », l'Équipe, 22 août 2005.
  49. (en) « Sharapova's Injury Sends Kirilenko to Final » sur www.china.org.cn, 25 septembre 2005.
  50. (en) « Russian tennis star Maria Sharapova loves Moscow » sur www.girlstalksports.com, 18 octobre 2005.
  51. (en) « Sharapova 'lucky' to escape defeat » sur le site de CNN, 12 octobre 2005.
  52. (en) « Sharapova ousted in Kremlin Cup » sur le site de la BBC News, 14 octobre 2005.
  53. (en) « Sharapova Withdraws from Philadelphia » sur www.masha-sharapova.com, 2 novembre 2005.
  54. (en)« Injury setback for Sharapova » sur www.rediff.com, 24 décembre 2005.
  55. (en)« Aust. Open organizers confident Sharapova will play » sur www.redorbit.com, 6 janvier 2006
  56. « Sharapova sans la manière », Eurosport,‎
  57. (en)« Hingis stuns Sharapova in Tokyo » sur www.rediff.com, 4 février 2006.
  58. « Henin: un hat-trick à Dubaï! », dhnet.be,‎
  59. « La bourrasque Sharapova », Eurosport,‎
  60. (en)« Sharapova sees off Hingis », Eurosport,‎
  61. « Fracassante Kuznetsova », Eurosport,‎
  62. (en) « Maria to play an exhibition in Mexico » sur www.masha-sharapova.org, 26 avril 2006.
  63. (en) « Maria Sharapova withdraw from French Open tuneup », sur www.maria-sharapova.org, 15 mai 2006.
  64. (en) « Istanbul Cup loses Maria Sharapova as top seed » sur www.maria-sharapova.org, 19 mai 2006
  65. (en) « Sharapova Injured Again Day Before Roland-Garros » sur www.protennisfan.com, 28 mai 2006.
  66. (fr)« Sharapova la guerrière » sur www.sports.fr, 29 mai 2006.
  67. (fr) « Sharapova s'en mord les doigts » sur www.sports.fr, 4 juin 2006.
  68. (en) « Sharapova suffers surprise defeat » sur le site de la BBC News, 17 juin 2006.
  69. (en)« Sharapova calls on her fighter's heart to beat Pennetta's spin », theguardian.com,‎
  70. (en)« Naked ambition drives Sharapova », telegraph.co.uk,‎
  71. « Mauresmo y est », Eurosport,‎
  72. (en)« Sharapova ends Clijsters run », Eurosport,‎
  73. « Golovin y était presque », Eurosport,‎
  74. « Sharapova domine Mauresmo », Eurosport,‎
  75. « Sharapova au septième ciel » sur www.sports.fr, 10 septembre 2006.
  76. « Le titre pour Sharapova », Eurosport,‎
  77. « WTA Zurich - Victoire de Maria Sharapova », dhnet.be,‎
  78. « Sharapova intraitable à Linz », rds.ca,‎
  79. « Sharapova N.1 potentielle », Eurosport,‎
  80. « Henin, finaliste et N.1 », Eurosport,‎
  81. « Sharapova a eu chaud », Eurosport,‎
  82. « Sharapova en leader », Eurosport,‎
  83. « Sharapova congédie Clijsters », Eurosport,‎
  84. « Serena se joue de Sharapova », Eurosport,‎
  85. « Sharapova a la pression », Eurosport,‎
  86. (en)« Serena crushes Sharapova », Eurosport,‎
  87. « Sharapova absente à Roland-Garros ? » sur www.sport365.fr, 10 mai 2007
  88. « Sharapova ne lâche rien », Eurosport,‎
  89. « Maria Sharapova: «Roland-Garros était un peu comme une préparation pour Wimbledon» », 20 minutes,‎
  90. (en)« Jankovic downs Sharapova to claim Birmingham title », reuters.com,‎
  91. (en)« Henin sends Serena crashing out », theguardian.com,‎
  92. « Sharapova bloque Chakvetadze », Eurosport,‎
  93. « Patty Schnyder chute en finale », rts.ch,‎
  94. « Sharapova prend la porte », Eurosport,‎
  95. « Masters de tennis féminin: demies Sharapova-Chakvetadze et Henin-Ivanovic », ladepeche.fr,‎
  96. « Masters: finale Henin-Sharapova », RTS,‎
  97. « Justine Henin au sommet », rfi.fr,‎
  98. « Sharapova : saison gâchée », Eurosport,‎
  99. « Sharapova, ici "Aussie" », Eurosport,‎
  100. « Tennis: Maria Sharapova remporte l'Open d'Australie », La Dépêche,‎
  101. « Henin: "Ça devait arriver" », Eurosport,‎
  102. « Sharapova encore au premier plan », Eurosport,‎
  103. « Maria Sharapova remporte le tournoi de Doha », 7sur7.be,‎
  104. « Kuznetsova tombe Sharapova », Eurosport,‎
  105. « Tennis à Amelia Island: victoire finale de Maria Sharapova », rfi.fr,‎
  106. « Sharapova : "Je vais à Paris" », Eurosport,‎
  107. « Justine Henin, "soulagée", annonce sa retraite », Le Monde,‎
  108. (en)« French Open: Sharapova survives Rodina scare », theguardian.com,‎
  109. « Sharapova quitte le tournoi », Eurosport,‎
  110. (en)« Wimbledon 2008: Sharapova insists her mind was on the game », theguardian.com,‎
  111. « Sharapova, adieu 2008 », Eurosport,‎
  112. « Sharapova ne défendra pas son titre », Eurosport,‎
  113. (en)« French Open 2009: Maria Sharapova seals comeback win with a kiss », telegraph.co.uk,‎
  114. « Sharapova voit plus loin », Le Figaro,‎
  115. (en)« Wimbledon 2009: Maria Sharapova suffers shock defeat by Gisela Dulko », telegraph.co.uk,‎
  116. « Sharapova en finale », Eurosport,‎
  117. « Tennis à Toronto: victoire d'Elena Dementieva en finale contre Maria Sharapova », rfi.fr,‎
  118. « Sharapova : "Oudin a un grand potentiel" », Eurosport,‎
  119. (en)« Jelena Jankovic, Maria Sharapova move into Tokyo final », womenstennisblog.com,‎
  120. « Sharapova sans combattre », Eurosport,‎
  121. « Sharapova aussi passe à la trappe à Pékin », 7sur7.be,‎
  122. « Sharapova, le charme rompu », Eurosport,‎
  123. « Sharapova éliminée », Eurosport,‎
  124. « Henin a encore la main », Eurosport,‎
  125. (en)« Wimbledon 2010: Serena Williams beats Maria Sharapova to reach quarter-finals », telegraph.co.uk,‎
  126. « Tournoi de Stanford: Maria Sharapova qualifiée pour la finale », lapresse.ca,‎
  127. « Clijsters, un an après », Eurosport,‎
  128. « Clijsters sans combattre », Eurosport,‎
  129. « Sharapova n'avait pas oublié », Eurosport,‎
  130. « Sharapova n'avait pas oublié », Eurosport,‎
  131. « Sharapova a lutté », Eurosport,‎
  132. « Clijsters revient de loin », Eurosport,‎
  133. « Sharapova y est presque », Eurosport,‎
  134. « Le retour de Sharapova », Eurosport,‎
  135. « Sharapova fulgurante », Eurosport,‎
  136. « Sharapova impériale », Eurosport,‎
  137. « Roland-Garros: Garcia n'était pas loin », L'Express,‎
  138. (en)« French Open 2011: Maria Sharapova through to semi-final at Roland Garros after victory over Andrea Petkovic », telegraph.co.uk,‎
  139. « Li comme une bourrasque », L'Express,‎
  140. « Sharapova n'a pas trainé », Eurosport,‎
  141. « Sharapova revient dans la lumière », Eurosport,‎
  142. « Kvitova, comme une grande », Eurosport,‎
  143. « Kvitova, l'avenir lui appartient », Eurosport,‎
  144. « Sharapova signe sa revanche », Eurosport,‎
  145. « Sharapova tombe de haut », Eurosport,‎
  146. « Bartoli remplace Sharapova », Eurosport,‎
  147. « Sharapova-Kvitova, duel de reines », Eurosport,‎
  148. « Sharapova revoit la lumière », Eurosport,‎
  149. « Open d'Australie Sharapova : "Je voulais vraiment cette victoire" », welovetennis.fr,‎
  150. « La reine Victoria », Eurosport,‎
  151. « Azarenka sans trembler », Eurosport,‎
  152. « Sharapova rejoint Azarenka », Eurosport,‎
  153. « Sharapova en finale à Miami en battant Wozniacki », 7sur7.be,‎
  154. « Sharapova, encore raté! », Eurosport,‎
  155. « Sharapova dompte Azarenka », Eurosport,‎
  156. « Serena fait le ménage », Eurosport,‎
  157. « Tennis: Sharapova l'emporte sur Li Na en finale à Rome », L'Express,‎
  158. « Roland-Garros : Sharapova en demi-finale face à Kvitova », RTL,‎
  159. « Roland-Garros: Sharapova bat Kvitova et rejoint Errani en finale », L'Express,‎ (consulté le 7 juin 2012)
  160. « La finale dames en chiffres », Eurosport,‎
  161. « Sharapova a pris son destin en main », Eurosport,‎
  162. (en)« Post-match analysis of women's final at Roland Garros 2012 », womenstennisblog.com,‎
  163. « Sacre de Sharapova à Roland-Garros », 9 juin 2012.
  164. « Sharapova dans la cour des grandes », Eurosport,‎
  165. (en)« Wimbledon 2012: Maria Sharapova knocked out in fourth round by Sabine Lisicki », telegraph.co.uk,‎
  166. « JO 2012: Serena Williams sacrée championne olympique », L'Express,‎
  167. « JO 2012 : Maria Sharapova, sublime malgré une déculottée historique », purepeople.com,‎
  168. « Serena Williams tient sa médaille », Eurosport,‎
  169. (en)« Sharapova Finally Returns to Quarterfinals », nytimes.com,‎
  170. « Sharapova a soif de revanche », Eurosport,‎
  171. « Azarenka se fait respecter », Eurosport,‎
  172. « Tennis à Pékin: Maria Sharapova en finale », L'Express,‎
  173. « Azarenka surclasse Sharapova à Pékin », 7sur7.be,‎
  174. « Maria Sharapova remporte son 3e succès en 3 matches au Masters d'Istanbul et défiera Victoria Azarenka en demie », rts.ch,‎
  175. « Serena-Sharapova, finale de reines », Eurosport,‎
  176. « Serena, patronne jusqu'au bout », Eurosport,‎
  177. « Open d'Australie 2013: Maria Sharapova sans pitié pour Venus Williams », Eurosport,‎
  178. « Open d'Australie 2013 : Li Na bat Maria Sharapova et va en finale », Eurosport,‎
  179. « WTA Indian Wells: Maria Sharapova met fin à sa disette de titre », Eurosport,‎
  180. « Miami: Maria Sharapova en finale pour la cinquième fois face à Serena Williams », Eurosport,‎
  181. « WTA Miami : Sixième titre pour Serena Williams face à Maria Sharapova (4-6, 6-3, 6-0) », Eurosport,‎
  182. « Maria Sharapova en forme sur la route de Roland-Garros », Eurosport,‎
  183. « Madrid 2013 - Sharapova-Serena, finale de rêve à Madrid », Eurosport,‎
  184. « Madrid 2013 : Serena Williams conserve son titre et la place de N.1 en battant Maria Sharapova », Eurosport,‎
  185. « Maria Sharapova et Victoria Azarenka dans le dernier carré », Le Monde,‎
  186. « Roland-Garros 2013 : Maria Sharapova se qualifie pour la finale en battant Victoria Azarenka », Eurosport,‎
  187. « Serena Williams remporte la finale dames de Roland-Garros », Le Monde,‎
  188. (en)« Wimbledon 2013: Maria Sharapova beaten in second round », bbc.com,‎
  189. (es)Jimmy Connors nouvel entraîneur de Maria Sharapova, sport.es, 13 juillet 2013
  190. Tennis: Maria Sharapova renonce au Masters de fin de saison, nouvelobs.com, 7 octobre 2013
  191. « Maria Sharapova qualifiée dans la souffrance », Eurosport,‎
  192. « Open d'Australie : Sharapova chute en huitièmes de finale, comme Serena Williams », Le Monde,‎
  193. « JO Sotchi 2014 : Sharapova, Poutine, URSS : Les 10 temps forts de la cérémonie d'ouverture », Eurosport,‎
  194. « Rafael Nadal - Maria Sharapova : Indian Wells perd son roi et sa reine », Eurosport,‎
  195. « WTA Miami: Serena Williams domine Maria Sharapova pour la 15e fois consécutive », Eurosport,‎
  196. (en)« Sharapova Survives Safarova Comeback in Stuttgart Opener », tennisnow.com,‎
  197. « WTA - Stuttgart : un troisième titre en trois ans pour Maria Sharapova », Eurosport,‎
  198. « Maria Sharapova en demi-finale à Madrid », rds.ca,‎
  199. « WTA Madrid - Maria Sharapova s'impose en trois sets face à Simona Halep », Eurosport,‎
  200. « Maria Sharapova se qualifie pour les quarts de finale à Roland-Garros », l’Équipe,‎
  201. « Roland-Garros : Sharapova s'en sort bien, Bouchard la rejoint en demi-finale », Le Monde,‎
  202. « Roland-Garros : Maria Sharapova encore une fois en finale », lepoint.fr,‎
  203. « Roland-Garros : Maria Sharapova remporte la finale face à Simona Halep », francetvinfo.fr,‎
  204. « Maria Sharapova remporte son deuxième Roland-Garros face à Simona Halep », Eurosport,‎
  205. (en)« An interview with... Maria Sharapova », rolandgarros.com,‎
  206. « Wimbledon 2014 : Maria Sharapova éliminée par Angelique Kerber au bout de 7 balles de match », Eurosport,‎
  207. http://www.lesechos.fr/sport/omnisport/sports-686104-montreal-suarez-navarro-punit-sharapova-1031353.php
  208. (en)« IVANOVIC WINS SHARAPOVA THRILLER », wtatennis.com,‎
  209. « US Open : Caroline Wozniacki bat Maria Sharapova et retrouve les quarts en Grand Chelem », Eurosport,‎
  210. « Tennis - WTA Pékin: Maria Sharapova bat Ana Ivanovic en demi-finale à Pekin et rejoint Petra Kvitova », Eurosport,‎
  211. « Tennis: victorieuse à Pékin, Maria Sharapova s'offre la 2e place mondiale », L'Express,‎
  212. « WTA Masters Singapour - Du début à la fin, Wozniacki n’a rien lâché et a fait craquer Sharapova », Eurosport,‎
  213. « Tennis: Sharapova éliminée du Masters de Singapour », la-croix.com,‎
  214. Maria Sharapova renverse Ana Ivanovic, lequipe.fr
  215. Sharapova est revenue de nulle part !, tennisactu.net
  216. « Open d'Australie : Sharapova qualifiée pour les demi-finales », Le Monde,‎
  217. « Open d'Australie 2015 - Demi-finales : Maria Sharapova bat Ekaterina Makarova et va en finale », Eurosport,‎
  218. Open d'Australie : Serena Williams bat Maria Sharaova en finale (6-3, 7-6), eurosport.fr
  219. Sharapova qualifie la Russie, lequipe.fr
  220. « Sharapova éliminée à Miami par la wild-card Gavrilova », l’Équipe,‎
  221. « Tennis: Sharapova éliminée par Kerber à Stuttgart », L'Express,‎
  222. « Caroline Garcia frôle l'exploit face à Maria Sharapova », l’Équipe,‎
  223. « On attendait Sharapova - Serena, on aura Kuznetsova - Kvitova », Eurosport,‎
  224. Rome : Maria Sharapova dompte Carla Suarez Navarro, lequipe.fr
  225. « Sharapova met fin à la belle aventure de Gavrilova », Eurosport,‎
  226. La terre a tremblé : Sharapova prend la porte, eurosport.fr
  227. (en)« Sharapova pushed to the limit by Vandeweghe », wimbledon.com,‎
  228. « Serena Williams domine Maria Sharapova et se qualifie pour la finale de Wimbledon », l’Équipe,‎
  229. Maria Sharapova déclare forfait pour l'US Open, lequipe.fr
  230. Wuhan: Maria Sharapova abandonne déjà, lequipe.fr
  231. Maria Sharapova forfait pour l'Open de Chine, lequipe.fr
  232. « Masters féminin : Radwanska qualifie Sharapova en demi-finales, la Russe lui rend la pareille », Eurosport,‎
  233. « Absente depuis trois mois, Maria Sharapova réussit son retour contre Radwanska », Eurosport,‎
  234. « Masters Singapour : Agnieszka Radwanska et Petra Kvitova se retrouvent pour une finale inattendue », Eurosport,‎
  235. « Maria Sharapova et Simona Halep forfait pour le tournoi de Brisbane », L'Équipe,‎
  236. « Open d'Australie : Serena Williams comme toujours face à Maria Sharapova », L'Équipe,‎
  237. également connu sous le nom Mildronate, THP, MET-88, Mildronāts ou Quaterine
  238. « Maria Sharapova annonce qu'elle a été contrôlée positive à l'Open d'Australie », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 7 mars 2016).
  239. avec plus de 29 millions de dollars de gains
  240. « Maria Sharapova lâchée par ses sponsors Nike et Tag Heuer », sur huffingtonpost.fr, 8 mars 2016
  241. « Maria Sharapova suspendue deux ans par l'ITF », sur Eurosport,‎ (consulté le 8 juin 2016)
  242. (fr) « Maria Sharapova seule Russe dans le TOP-100 Forbes des célébrités  » sur le site de RIA Novosti, 15 juin 2007.
  243. (en) John Martin, « The Highest Paid Female Athlete On The Planet; Why Sharapova Is So Hot » sur le site d'ABC News, 7 septembre 2006.
  244. (en) « The World's Highest-Paid Female Athletes 2014 » sur le site de Forbes, 12 août 2014
  245. a et b « Quand NikeLab et Colette rendent hommage à Maria Sharapova », sur www.coupon-addict.fr/,‎
  246. « Maria Sharapova, Tag Heuer » sur Linternaute.com.
  247. (en) « Sharapova Signs Prince Of A Deal » sur le site de Brandweek (en), 28 août 2006.
  248. (en) Darren Rovell, « Sharapova to endorse Land Rover line » sur le site d'ESPN, 3 avril 2006.
  249. Alexandre Habian, « Sponsoring : Maria Sharapova passe de Motorola à Sony Ericsson » sur www.mobinaute.fr, 15 janvier 2008.
  250. (en) « Maria to be the face of Canon » sur www.masha-sharapova.com, 8 novembre 2004
  251. (en) « Colgate-Palmolive Signs Sharapova to Endorsement Deal » sur le site Promo Magazine, 10 mai 2005
  252. « Sharapova signe avec PepsiCo pour vanter Gatorade et Tropicana » sur le site de Télévision Quatre-Saisons reprenant une missive de l'Associated Press, janvier 2007.
  253. (en) « Parlux signs Wimbledon champ » sur le site de South Florida Business Journal, 20 septembre 2004
  254. (en) Michael Oryl, « Mot Pushes Ahead Sharapova Phone » sur www.mobileburn.com, 5 octobre 2004.
  255. (en) Couverture de Ocean Drive (en), mars 2008.
  256. Maria Sharapova a fait la couverture de Shape (en) en septembre 2007.
  257. (en) « Sharapova donates US$10,000 to tsunami fund », The Star, 31 décembre 2004.
  258. (en) « Sharapova Launches Official Site » sur le site officiel de la WTA, 27 août 2006.
  259. « Cinq faits marquants sur Maria Sharapova », Russia Beyond The Headlines, 11 juin 2014.
  260. « Sharapova est vraiment célibataire », sur www.welovetennis.fr,‎ (consulté le 31 août 2012)
  261. (fr) « Maria Sharapova a été contrôlée positive à Melbourne », sur L'Equipe.fr (consulté le 7 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigation[modifier | modifier le code]