Jeļena Ostapenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeļena Ostapenko
Image illustrative de l'article Jeļena Ostapenko
Jeļena Ostapenko à Roland-Garros en 2017.
Carrière professionnelle
2012
Pays Drapeau de la Lettonie Lettonie
Naissance (20 ans)
Riga (Lettonie)
Taille / poids 1,77 m (5 10) / 68 kg (150 lb)
Prise de raquette Droitière, revers à deux mains
Entraîneur Anabel Medina Garrigues (2016 - en cours)
Gains en tournois 4 932 320 $
Palmarès
En simple
Titres 2
Finales perdues 3
Meilleur classement 7e (09/10/2017)
En double
Titres 2
Finales perdues 0
Meilleur classement 32e (19/06/2017)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/16 V (1) 1/4 1/16
Double 1/32 1/32 1/8 1/16
Mixte 1/16 1/2 1/8

Jeļena Ostapenko, née le à Riga, est une joueuse de tennis lettonne professionnelle. Dans son entourage et dans son pays, elle est également appelée Aļona Ostapenko[1].

Elle a atteint trois finales en simple sur le circuit WTA, avant de remporter Roland-Garros en 2017, en battant Simona Halep en finale. Elle a par ailleurs gagné deux titres WTA en double et quinze tournois ITF, sept en simple et huit en double.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeļena Ostapenko est née le 8 juin 1997, le jour même de la victoire de Gustavo Kuerten en finale du Simple messieurs des Internationaux de France 1997[2]. Sa famille utilise en fait le prénom Aļona, mais ce prénom n'a pas été officiellement enregistré à la suite d'une interprétation de la loi lettone sur les prénoms autorisés[1]. C'est généralement sous ce prénom qu'elle est connue en Lettonie, bien qu'elle-même utilise son prénom officiel pour sa carrière internationale[1].

De parents de nationalité ukrainienne et russe, elle a grandi en Lettonie, dont elle a la citoyenneté et qu'elle représente en Fed Cup. Elle est la fille de Jevgenijs Ostapenko, joueur de football qui a notamment évolué en deuxième division ukrainienne dans le club de Zaporijia, et de Jeļena Jakovļeva. Elle a un demi-frère, Maksim Ostapenko[3].

Apprentissage[modifier | modifier le code]

Elle apprend à jouer au tennis à l'âge de cinq ans grâce à sa mère qui sera son premier entraîneur tandis que son père deviendra son préparateur physique[3].

Au même âge, elle est initiée à la danse de salon qu'elle pratique à un très haut niveau pendant sept ans. Elle se met sérieusement au tennis à partir de 15 ans après avoir remporté les Internationaux des Petits As 2011 contre Belinda Bencic, tournoi des 14 ans et moins [4]. Deux ans plus tard, elle doit choisir entre la danse et le tennis. Elle suit finalement une carrière de tennis car elle y est un peu meilleure et que « la danse de compétition coûte beaucoup d'argent et ne rapporte rien[5]. »

2014. Titre à Wimbledon en junior[modifier | modifier le code]

En 2014, elle remporte le simple junior de Wimbledon en battant en finale la Slovaque Kristína Schmiedlová (2-6, 6-3, 6-0)[6]. Elle bénéficie également d'une invitation pour jouer son premier tournoi WTA lors de l'Open de Tachkent. Elle y bat au premier tour Shahar Peer avant de s'incliner contre Ksenia Pervak.

2015. Premières performances sur le circuit professionnel[modifier | modifier le code]

En 2015 en septembre, elle atteint sa première finale WTA à Québec à seulement 18 ans, en éliminant au premier tour la tête de série no 3 Mona Barthel (7-66, 4-6, 6-4) et en évitant l'élimination de peu, tout comme au tour suivant face à la qualifiée Jessica Pegula mais la suite sera plus simple en remportant ses matchs en deux manches[7]. En finale, elle perd (2-6, 2-6) sèchement contre l'Allemande Annika Beck tête de série no 5, prenant sa revanche de l'US Open. Grâce à son parcours, elle atteint la 77e place mondiale, son meilleur classement sur l'année.

En Grand Chelem, à Wimbledon, elle bat facilement (6-2, 6-0) la no 9 mondiale Carla Suárez Navarro, avant de perdre au tour suivant également en deux manches face à Kristina Mladenovic. Et à l'US Open, issue des qualifications, elle bat la 62e mondiale Annika Beck en trois manches, mais perd également au tour suivant face à Sara Errani en trois manches, après avoir collé un 6-0 à l'Italienne.

2016. Première finale de Premier 5[modifier | modifier le code]

Ostapenko au service à l'US Open 2016.

Entraînée par Anabel Medina Garrigues depuis la saison 2016[8], Jeļena atteint pour la première fois de sa carrière une finale d'un tournoi de catégorie Premier 5 à Doha en février[9]. Pour cela, elle bat d'abord au premier tour Zarina Diyas et la tête de série no 12 Svetlana Kuznetsova en deux manches (7-65, 6-0) et se qualifie pour les huitièmes. Elle affronte la 8e mondiale Petra Kvitová, au terme d'un match maîtrisé et en gardant ses nerfs, elle s'impose (5-7, 6-2, 6-1) en près de deux heures de jeu[10]. En quart de finale, elle fait face à la coupeuse de têtes du tournoi, la Chinoise Zheng Saisai, qu'elle bat (6-4, 6-3) en 1 h 37, confirmant sa victoire contre la Tchèque la veille et s'offre une demi-finale contre l'Allemande 27e mondiale Andrea Petkovic[11]. Alors menée 1-5, elle profite d'une baisse physique de l'Allemande lui permettant de revenir en enchaînant les jeux jusqu'à 7-5, 1-0 où elle finit par abandonner au bout de 1 h 14 de jeu. Laissant du coup, Ostapenko se qualifier pour sa première finale dans cette catégorie de tournoi et disputer la deuxième de sa jeune carrière à seulement 18 ans contre l'Espagnole, Carla Suárez Navarro 11e mondiale[12]. Malgré le gain de la première manche, son niveau chute ainsi que son mental qui s’effrite pour perdre (6-1, 4-6, 4-6)[13]. Grâce à cette finale, elle rentre pour la première fois dans le top 50.

Elle commence à gagner à nouveau des matchs en avril au tournoi de Katowice en allant jusqu'en demi-finale, en battant au tour d'avant Tímea Babos (7-63, 2-6, 6-3), mais perdant contre Camila Giorgi.

Sur gazon, à Birmingham elle bat la 11e mondiale, Petra Kvitová (6-4, 4-6, 6-3), avant de perdre en quart contre Madison Keys (7-61, 4-6, 2-6), future lauréate.

Pour ses premiers Jeux olympiques, elle tombe d'entrée en trois manches contre Samantha Stosur.

2017. Première victoire en Grand Chelem à Roland-Garros, intégration du top 10[modifier | modifier le code]

Jeļena Ostapenko débute bien sa saison 2017 puisqu'elle parvient en demi-finale lors de son premier tournoi, à Auckland mais en abandonnant contre la future lauréate Lauren Davis. À l'Open d'Australie, elle atteint le 3e tour où elle doit alors affronter Karolína Plíšková, tête de série no 5 du tournoi. Cette dernière s'en sort, non sans difficulté puisque les deux joueuses se disputent un 3e set décisif qui se termine sur le score de 10 jeux à 8[14]. À l'issue de ce Grand Chelem, elle dispute le tournoi de Saint-Pétersbourg où elle décroche le premier titre WTA en double de sa carrière aux côtés de Alicja Rosolska.

Elle dispute la première finale de sa saison sur terre battue à Charleston, en battant notamment Caroline Wozniacki (6-2, 6-4) et Mirjana Lučić-Baroni (6-3, 5-7, 6-4)[15] avant d'être battue sèchement par la Russe Daria Kasatkina (3-6, 1-6), du même âge que Jeļena, en tout juste une heure. Elle perd ainsi sa troisième finale de rang en commettant pas moins de 36 fautes directes et craquant physiquement après une semaine éprouvante[16]. Par la suite elle perd au premier tour à Stuttgart contre Coco Vandeweghe en deux tie breaks, puis se qualifie pour les demi-finales à Prague en battant Lesia Tsurenko, la tête de série numéro 2, Caroline Wozniacki (5-7, 6-3, 7-65), et la tête de série numéro 7, Ana Konjuh (3-6, 6-4, 6-3) mais vaincu par Kristýna Plíšková (4-6, 2-6), qui perdra la finale. Dernier tournoi préparatoire à Rome, elle vainc Shelby Rogers mais perd contre Garbiñe Muguruza tout en lui prenant un set.

10 juin 2017 : Jeļena Ostapenko portant son trophée lors de la cérémonie après sa victoire finale de Roland-Garros.

Arrive le deuxième Grand Chelem de l'année avec les Internationaux de France en étant non tête de série (47e mondiale), où elle passe Louisa Chirico (4-6, 6-3, 6-2) alors menée un set et un break, puis Mónica Puig (6-3, 6-2) et Lesia Tsurenko (6-1, 6-4). En huitième de finale, elle s'impose contre l'Australienne Samantha Stosur, 22e mondiale, finaliste de l'édition 2010 et demi-finaliste en 2016 (2-6, 6-2, 6-4), en 1 h 58, en distribuant 45 coups gagnants[17],[18]. Elle bat ensuite en quart de finale Caroline Wozniacki, 12e mondiale, restant invaincue dans ses confrontations face à la Danoise. Elle remporte le match en 1 h 53 dans le même scénario que contre l'Australienne au tour précédent (4-6, 6-2, 6-2), en perdant la première manche et en étant même menée 0-5 au bout de 25 minutes de jeu, dans des conditions climatiques difficiles[19] (interruptions par la pluie à deux reprises). Alors qu'elle n'avait jusqu'alors jamais dépassé un troisième tour en Grand Chelem, elle atteint ainsi pour la première fois une demi-finale dans un tournoi du Grand Chelem, qui tombe le jour de ses 20 ans, contre la 31e mondiale Timea Bacsinszky (qui fête également son anniversaire), et devient la plus jeune demi-finaliste à Paris depuis Ana Ivanović en 2007[20]. Elle s'impose face à la Suissesse en 2 h 25 (7-64, 3-6, 6-3). Elle se montre dans ce match sans pression et offensive en délivrant 50 coups gagnants pour 45 fautes directes[21]. Jeļena marque l'histoire de son pays en devenant la première Lettonne en finale d'un tournoi du Grand Chelem[22]. Ainsi que la plus jeune finaliste d'un tournoi du Grand Chelem depuis Caroline Wozniacki à l'US Open 2009 et la première non tête de série à atteindre la finale à Paris depuis Mima Jaušovec en 1983[23],[24]. Elle crée la sensation en remportant la finale, en battant la 4e mondiale Simona Halep (4-6, 6-4, 6-3) en deux heures de jeu. Menée un set à rien, puis d'un break dans chacune des manches décisives, elle continue à attaquer et déborder la Roumaine trop passive avec pour statistique : 54 coups gagnants et 54 fautes directes[25]. Signe d'un jeu ultra offensif, avec une prise de risque maximale et de l’insouciance à seulement 20 ans[26],[27]. Elle devient ainsi la première Lettonne à remporter un tournoi du Grand Chelem, et la première joueuse non tête de série à remporter Roland-Garros depuis Margaret Scriven en 1933. Au point d'être accueillie chaleureusement par des centaines de supporters à l'aéroport de Riga lundi soir pour son retour en Lettonie[28],[29].

Elle remporte son premier titre en carrière en remportant son premier Grand Chelem à sa première tentative. Sur le total des sept matchs, Jeļena réalise 299 coups gagnants, soit 47,2 par tour en moyenne (pour 271 fautes directes). C'est également le plus faible nombre d'apparitions (à sa 8e tentatives) avant victoire depuis le sacre de Maria Sharapova à Wimbledon en 2004. Enfin Jeļena s'impose à Paris, 20 ans après la victoire surprise de Gustavo Kuerten le 8 juin 1997, le jour où la Lettonne voit le jour[30],[31]. Ce titre lui permet de se hisser au 12e rang mondial du classement de la WTA, soit un bond de 35 rangs, son meilleur classement en carrière[32].

Période sur gazon, elle dispute comme seul tournoi de préparation Eastbourne. Elle se défait dans un match à suspense, de l'Espagnole Carla Suárez Navarro en trois sets (6-3, 0-6, 6-4) puis perd face à la no 6 mondiale, Johanna Konta dans un match très accroché de plus de 2 heures (5-7, 6-3, 4-6). Puis à Wimbledon, tête de série numéro 12, elle vainc avec quelques difficultés la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich en trois sets (6-0, 1-6, 6-3). Au deuxième tour, elle bat encore avec des difficultés la qualifiée Canadienne Françoise Abanda en trois sets (4-6, 7-64, 6-3) pour atteindre pour la première fois de sa carrière le troisième tour du tournoi. Elle y affronte l'Italienne Camila Giorgi, qu'elle bat en deux sets (7-5, 7-5) après avoir été menée 3-5 au premier set et 2-5 au second, remportant la rencontre au mental[33]. Elle y affronte l'Ukrainienne Elina Svitolina, tête de série numéro 4 et 5e mondiale, pour une place en 1/4 de finale, et la vainc (6-3, 7-66) en 1 h 45[34], confirmant ainsi son statut de vainqueur en Grand Chelem et ses bonnes performances sur herbe[35]. Et Jeļena devient la première joueuse depuis Kim Clijsters à atteindre un quart de finale après son tout premier titre en Grand Chelem[36]. Elle se fait battre en seulement 1 h 13 contre la 11e mondiale Venus Williams, (3-6, 5-7) qui se qualifiera pour la finale. Jeļena commet lors de ce match trop de fautes directes, et ayant une seconde au service trop faible pour espérer battre l'Américaine[37]. Elle dira notamment en remarque que « le gazon est de plus en plus lent. Encore plus que la terre battue à Roland-Garros cette année »[38].

Elle reprend la compétition sur dur aux tournois de Toronto et Cincinnati, mais déçoit en perdant à chaque fois au premier tour. À l'US Open pour le dernier Grand Chelem, Jeļena retrouve le chemin de la victoire en passant Lara Arruabarrena (6-2, 1-6, 6-1) et Sorana Cîrstea (6-4, 6-4), avant de s'incliner au 3e tour (3-6, 2-6) face à la Russe Daria Kasatkina. Diminuée physiquement, elle ne pouvait défendre pleinement ses chances et lâchant sa frustration en fin de match, avec une poignet de main glaciale à son adversaire[39],[40]. Malgré cette défaite, elle intègre pour la première fois le top 10 à la 10e place mondiale[41].

Fin septembre pour le début de la tournée asiatique, elle dispute et remporte le 2e titre de sa saison à Séoul en tant que tête de série numéro 1, et confirmant son statut de favorite. Battant Johanna Larsson (7-66, 6-1), Nao Hibino (6-2, 6-2), Verónica Cepede Royg (6-3, 6-1), puis la qualifiée Luksika Kumkhum (3-6, 6-1, 6-3) et enfin, la Brésilienne Beatriz Haddad Maia (65-7, 6-1, 6-4) dans un match gagné au mental après 2 h 15 de jeu[42].

Caractéristiques de son jeu[modifier | modifier le code]

Jeļena Ostapenko est considérée comme une attaquante de fond de court, visant les lignes avec des coups puissants des deux côtés. Dotée d'un fort caractère, elle n’hésite pas à malmener ses raquettes quand la frustration la gagne[20].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en simple dames[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Finaliste Score
1 28-05-2017 Roland-Garros, Paris G. Chelem 16 790 000 Terre (ext.) Drapeau : Roumanie Simona Halep 4-6, 6-4, 6-3 Parcours
2 18-09-2017 Korea Open, Séoul Intern'l 250 000 Dur (ext.) Drapeau : Brésil Beatriz Haddad Maia 65-7, 6-1, 6-4 Parcours

Finales en simple dames[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Vainqueur Score
1 14-09-2015 Coupe Banque Nationale, Québec Intern'l 250 000 Moquette (int.) Drapeau : Allemagne Annika Beck 6-2, 6-2 Parcours
2 21-02-2016 Qatar Total Open 2016, Doha Premier 5 2 818 000 Dur (ext.) Drapeau : Espagne Carla Suárez Navarro 1-6, 6-4, 6-4 Parcours
3 03-04-2017 Volvo Car Open, Charleston Premier 776 000 Terre (ext.) Drapeau : Russie Daria Kasatkina 6-3, 6-1 Parcours

Titres en double dames[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Partenaire Finalistes Score
1 30-01-2017 St. Petersburg Ladies Trophy
Saint-Pétersbourg
Premier 776 000 Dur (int.) Drapeau : Pologne Alicja Rosolska Drapeau : Croatie Darija Jurak
Drapeau : Suisse Xenia Knoll
3-6, 6-2, [10-5] Parcours
2 24-04-2017 Porsche Tennis Grand Prix
Stuttgart
Premier 776 000 Terre (int.) Drapeau : États-Unis Raquel Atawo Drapeau : États-Unis Abigail Spears
Drapeau : Slovénie Katarina Srebotnik
6-4, 6-4 Parcours

Finale en double dames[modifier | modifier le code]

Aucune

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2015 2e tour (1/32) Drapeau : France K. Mladenovic 2e tour (1/32) Drapeau : Italie Sara Errani
2016 1er tour (1/64) Drapeau : Taipei chinois Hsieh Su-wei 1er tour (1/64) Drapeau : Japon Naomi Osaka 1er tour (1/64) Drapeau : Pays-Bas Kiki Bertens 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque Petra Kvitová
2017 3e tour (1/16) Drapeau : République tchèque Ka. Plíšková Victoire Drapeau : Roumanie Simona Halep 1/4 de finale Drapeau : États-Unis Venus Williams 3e tour (1/16) Drapeau : Russie Daria Kasatkina
  • À droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2016 1er tour (1/32)
Drapeau : Kazakhstan Y. Putintseva
Drapeau : République populaire de Chine Xu Yifan
Drapeau : République populaire de Chine Zheng Saisai
1er tour (1/32)
Drapeau : Kazakhstan Y. Putintseva
Drapeau : États-Unis Serena Williams
Drapeau : États-Unis Venus Williams
3e tour (1/8)
Drapeau : États-Unis C. McHale
Drapeau : Suisse Martina Hingis
Drapeau : Inde Sania Mirza
2e tour (1/16)
Drapeau : Allemagne A. Petkovic
Drapeau : Hongrie Tímea Babos
Drapeau : Kazakhstan Y. Shvedova
2017 1er tour (1/32)
Drapeau : Ukraine K. Bondarenko
Drapeau : Suisse V. Golubic
Drapeau : République tchèque Kr. Plíšková
1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis Raquel Atawo
Drapeau : Russie D. Kasatkina
Drapeau : Russie I. Khromacheva
1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis Raquel Atawo
Drapeau : Royaume-Uni Jocelyn Rae
Drapeau : Royaume-Uni Laura Robson
1er tour (1/32)
Drapeau : Canada E. Bouchard
Drapeau : Belgique Elise Mertens
Drapeau : Pays-Bas Demi Schuurs
  • Sous le résultat, le nom du (de la) partenaire ; à droite, les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2016 - - 1/2 finale
Drapeau : Autriche O. Marach
Drapeau : Royaume-Uni H. Watson
Drapeau : Finlande H. Kontinen
1er tour (1/16)
Drapeau : Autriche O. Marach
Drapeau : République tchèque B. Krejčíková
Drapeau : Croatie M. Draganja
2017 - 1er tour (1/16)
Drapeau : Brésil Bruno Soares
Drapeau : Pologne A. Rosolska
Drapeau : Nouvelle-Zélande M. Venus
- 2e tour (1/8)
Drapeau : France Fabrice Martin
Drapeau : Australie An. Rodionova
Drapeau : Autriche O. Marach

Sous le résultat, le partenaire ; à droite, l’ultime équipe adverse.

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

En simple dames[modifier | modifier le code]

Année Premier Mandatory Premier 5
Indian Wells Miami Madrid Pékin   Dubaï Rome Canada Cincinnati Wuhan
Doha
2016     1er tour (1/32)
Drapeau : Russie E. Vesnina
1er tour (1/32)
Drapeau : Kazakhstan Y. Putintseva
Finale
Drapeau : Espagne C. Suárez
3e tour (1/8)
Drapeau : Espagne G. Muguruza
1er tour (1/32)
Drapeau : Roumanie M. Niculescu
2e tour (1/16)
Drapeau : République tchèque Ka. Plíšková
1er tour (1/32)
Drapeau : République tchèque P. Kvitová
2017 2e tour (1/32)
Drapeau : Slovaquie D. Cibulková
1er tour (1/64)
Drapeau : États-Unis M. Brengle
  1/2 finale
Drapeau : Roumanie S. Halep
1er tour (1/32)
Drapeau : République populaire de Chine Wang Qiang
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne G. Muguruza
1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis V. Lepchenko
1er tour (1/32)
Drapeau : Serbie A. Krunić
1/2 finale
Drapeau : Australie A. Barty

Sous le résultat, l’ultime adversaire.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

# Date Nom de l'édition ($) Surface Résultat Ultime(s) adversaire(s) Score
1 22/10/2017 BNP Paribas WTA Finals by SC Global, Singapour 7 000 000 Dur (int.) Round Robin (défaite) Drapeau : Espagne Garbiñe Muguruza 3-6, 4-6 Parcours
Round Robin (défaite) Drapeau : États-Unis Venus Williams 5-7, 7-63, 5-7
Round Robin (victoire) Drapeau : République tchèque Karolína Plíšková 6-3, 6-1

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

# Date Nom de l'olympiade Surface Résultat Ultime adversaire Score
1 06/08/2016 Olympic Tennis Event, Brésil Dur (ext.) 1er tour (1/32) Drapeau : Australie Samantha Stosur 1-6, 6-3, 6-2 Parcours

Classements WTA en fin de saison[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Rang 892 en augmentation 672 en augmentation 308 en augmentation 79 en augmentation 43 en augmentation 7

Source : (en) Classements de Jeļena Ostapenko sur le site officiel du WTA Tour

En double[modifier | modifier le code]

Année 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Rang 934 en augmentation 409 en diminution 452 en augmentation 152 en augmentation 101 en augmentation 42

Source : (en) Classements de Jeļena Ostapenko sur le site officiel du WTA Tour

Records et statistiques[modifier | modifier le code]

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Toutes ses victoires sur des joueuses classées dans le top 10 de la WTA lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Jeux olympiques
Masters
Premier
Elite Trophy
Intern'l
Fed Cup
# Drapeau : Lettonie Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score Tableau
1 no 147 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2015 Gazon Drapeau : Espagne Carla Suárez Navarro no 9 1/64 6-2, 6-0 Tableau
2 no 88 Drapeau : Qatar Doha 2016 Dur Drapeau : République tchèque Petra Kvitová no 8 1/8 5-7, 6-2, 6-1 Tableau
3 no 47 Drapeau : France Roland Garros 2017 Terre battue Drapeau : Roumanie Simona Halep no 4 Finale 4-6, 6-4, 6-3 Tableau
4 no 13 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2017 Gazon Drapeau : Ukraine Elina Svitolina no 5 1/8 6-3, 7-66 Tableau
5 no 10 Drapeau : République populaire de Chine Wuhan 2017 Dur Drapeau : Espagne Garbiñe Muguruza no 1 1/4 1-6, 6-3, 6-2 Tableau
6 no 7 Drapeau : Singapour Masters 2017 Dur (int.) Drapeau : République tchèque Karolína Plíšková no 3 Poules 6-3, 6-1 Tableau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Alona, le prénom caché de Jelena Ostapenko », L'Équipe.fr,‎ (lire en ligne)
  2. Lucile Alard, « Jeļena Ostapenko en finale », Eurosport.fr,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) « Jelena Ostapenko. BIO », sur wtatennis.com (consulté en juin 2017).
  4. « Roland-Garros: Danseuse, cogneuse, rieuse, c’est quoi cette tornade Ostapenko? », sur 20minutes.fr, .
  5. « Ostarenko valse en demies », sur lequipe.fr, .
  6. (en)« Joy for Latvia's Jelena Ostapenko in girls' singles final », sur wimbledon.com,
  7. « Jelena Ostapenko en finale à Québec », sur RDS,
  8. (en) Stephanie Livaudais, « Clay expert Medina Garrigues helps Ostapenko slide to French Open success », sur wtatennis.com, .
  9. « Ostarenko valse en demies », sur L'Équipe,
  10. « Doha : Petra Kvitova et Caroline Wozniacki éliminées en huitièmes », sur L'Équipe,
  11. « WTA - Doha - Jelena Ostapenko, 18 ans et en demi-finales », sur tennisactu.net,
  12. « Doha : Andrea Petkovic abandonne, la 88e mondiale en finale », sur L'Équipe,
  13. « Carla Suarez Navarro fait la loi à Jelena Ostapenko », sur rds.ca,
  14. « Karolina Pliskova s'est fait peur contre Jelena Ostapenko au 3e tour de l'Open d'Australie », sur l’Équipe (consulté le 21 janvier 2017)
  15. « Une finale Ostapenko-Kasatkina », sur L'Équipe,
  16. « Premier titre sur le circuit pour Kasatkina, 19 ans », sur Eurosport,
  17. « Ostapenko se fait un beau cadeau », sur rolandgarros.com,
  18. « Jelena Ostapen... qui ? », sur rolandgarros.com,
  19. « Ostapenko veut sa part du gâteau », sur rolandgarros.com,
  20. a et b Romain Schneider, « Anniversaire, samba, Ivanovic : 5 choses à savoir sur la surprise Jelena Ostapenko », sur sport24.lefigaro.fr, .
  21. « Roland-Garros : Jelena Ostapenko en finale après sa victoire contre Timea Bacsinszky (7-6, 3-6, 6-3) », sur Eurosport,
  22. « Roland Garros Ostapenko : "C'est un très beau cadeau" », sur welovetennis.fr,
  23. « Roland-Garros : Jelena Ostapenko «monte en puissance» », sur L'Équipe,
  24. « Ostapenko ? "Elle n'a peur de rien !" », sur rolandgarros.com,
  25. « Roland-Garros : Jelena Ostapenko crée la sensation et remporte son premier tournoi du Grand Chelem », sur L'Équipe,
  26. « Jelena Ostapenko après sa victoire à Paris : "Je pense que je peux gagner aussi Wimbledon" », sur Eurosport,
  27. « L'œil de Roland : Il y avait bien une Guga dans la salle, elle s'appelait Jelena », sur Eurosport,
  28. « Jelena Ostapenko accueillie chaleureusement à son retour en Lettonie », sur rtbf.be, .
  29. « Roland-Garros: Ostapenko de retour à Riga après sa victoire », sur alvinet.com, .
  30. « "Roland" à la loupe, J14... », sur rolandgarros.com,
  31. « Roland-Garros : la tornade Jelena Ostapenko en chiffres », sur L'Équipe,
  32. « Jelena Ostapenko se hissera au 12e rang mondial lundi », sur sport24.lefigaro.fr,
  33. « Wimbledon : Jelena Ostapenko a fait plus vite, au troisième tour, contre Camila Giorgi », sur L'Équipe,
  34. « Jelena Ostapenko qualifiée pour les quarts de finale en écartant Elina Svitolina », sur L'Équipe,
  35. (en)« Fighting Ostapenko eager to enjoy Venus clash », sur wtatennis.com,
  36. « Wimbledon - Ostapenko réécrit l'histoire du tennis féminin », sur tennisactu.tv,
  37. « Venus Williams met fin au parcours d'Ostapenko et s'offre un dixième dernier carré à Wimbledon ! », sur Eurosport,
  38. « Wimbledon - Ostapenko : "Le gazon, plus lent que la terre" », sur tennisactu.tv,
  39. « VIDEO - De mauvaise humeur, Ostapenko a lâché une poignée de main glaçante à Kasatkina », sur Eurosport,
  40. « LA «POIGNÉE DE MAIN» QUI EMBRASE TWITTER », sur lematin.ch,
  41. « Classement WTA: Muguruza prend le pouvoir, Stephens perce, Sharapova grappille », sur lagazettedemontpellier.fr,
  42. « WTA Séoul : Ostapenko arrache un 2e titre cette saison », sur Eurosport,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Classements WTA (au 13 novembre 2017)
Simple
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : Roumanie Simona Halep 6 175
2 en stagnation Drapeau : Espagne Garbiñe Muguruza 6 135
3 en stagnation Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki 6 015
4 en stagnation Drapeau : République tchèque Karolína Plíšková 5 730
5 en stagnation Drapeau : États-Unis Venus Williams 5 597
6 en stagnation Drapeau : Ukraine Elina Svitolina 5 500
7 en stagnation Drapeau : Lettonie Jeļena Ostapenko 5 010
8 en stagnation Drapeau : France Caroline Garcia 4 420
9 en stagnation Drapeau : Royaume-Uni Johanna Konta 3 610
10 en stagnation Drapeau : États-Unis Coco Vandeweghe 3 258
Double
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : Taipei chinois Chan Yung-jan 10 130
1 en stagnation Drapeau : Suisse Martina Hingis 10 130
3 en stagnation Drapeau : Russie Ekaterina Makarova 7 320
4 en stagnation Drapeau : Russie Elena Vesnina 7 320
5 en stagnation Drapeau : République tchèque Andrea Hlaváčková 6 885
6 en stagnation Drapeau : République tchèque Lucie Šafářová 6 800
7 en stagnation Drapeau : Hongrie Tímea Babos 5 600
8 en stagnation Drapeau : États-Unis Bethanie Mattek-Sands 5 591
9 en stagnation Drapeau : République populaire de Chine Peng Shuai 4 890
10 en stagnation Drapeau : Australie Casey Dellacqua 4 715