Francesca Schiavone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schiavone.
Francesca Schiavone
Image illustrative de l'article Francesca Schiavone
Francesca Schiavone en 2014.
Carrière professionnelle
1998
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Naissance (37 ans)
Drapeau : Italie Milan
Taille / poids 1,66 m (5 5) / 60 kg (132 lb)
Prise de raquette Droitière, revers à une main
Gains en tournois 11 133 195 $
Palmarès
En simple
Titres 8
Finales perdues 12
Meilleur classement 4e (31/01/2011)
En double
Titres 7
Finales perdues 9
Meilleur classement 8e (12/02/2007)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 V (1) 1/4 1/4
Double 1/2 F (1) 1/2 1/2
Mixte 1/2 1/8 1/16 1/16
Titres par équipe nationale
Fed Cup 3 (2006, 2009, 2010)
Francesca Schiavone
à Roland-Garros 2011.

Francesca Schiavone, née le à Milan, est une joueuse de tennis italienne, professionnelle depuis 1998 sur le circuit WTA.

Le 5 juin 2010, elle bat Samantha Stosur en finale de Roland-Garros et devient la première Italienne à remporter un tournoi du Grand Chelem. C'est alors son quatrième titre en simple après douze ans de carrière.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

Très accrocheuse et dotée d'un jeu varié, Francesca Schiavone connaît une progression régulière au classement WTA dès qu'elle devient professionnelle en 1998. Entre 2003 et 2010, elle demeure le plus souvent dans le club des vingt meilleures joueuses mondiales. Moins puissante que la plupart de ses concurrentes, il lui faut néanmoins patienter jusqu'en juillet 2007 (après huit finales perdues), pour remporter le premier titre en simple de sa carrière à l'Open d'Autriche[1]. À l'occasion de l'Open de Dubaï en 2008, elle élimine la numéro un mondiale Justine Henin, laquelle restait sur dix-sept succès consécutifs dans cette compétition[2]. En octobre 2009, elle triomphe dans la très relevée Coupe du Kremlin puis, en avril 2010, à l'Open de Barcelone.

C'est cependant en Fed Cup que Francesca Schiavone s'est longtemps le mieux illustrée. En septembre 2006, avec l'équipe italienne, elle crée la surprise en arrachant l'épreuve face à la Belgique favorite emmenée par Henin. Si, en 2008, elle n'empêche pas le triomphe attendu des Russes en finale[3], elle participe à nouveau au succès de son pays en 2009 et 2010 contre les États-Unis.

Habile joueuse de double, Francesca Schiavone a enfin gagné sept tournois à ce jour dans cette spécialité (dont l'Open de Tokyo en 2009 aux côtés d'Alisa Kleybanova) et atteint la finale à Roland-Garros en 2008 aux côtés de Casey Dellacqua.

2010 : première et unique victoire en Grand Chelem à Roland-Garros et meilleure saison[modifier | modifier le code]

Francesca Schiavone se hisse jusqu'en huitième de finale à l'Open d'Australie en battant les Françaises Alizé Cornet (0-6, 7-5, 6-0) et Julie Coin, puis bat facilement (6-2, 6-2) la 10e mondiale Agnieszka Radwańska avant d'être vaincu dans un match décousu en trois manche (6-3, 2-6, 1-6) face à l'Américaine Venus Williams, 6e mondiale[4].

Sur la terre battue, d'abord au tournoi de Barcelone en tant que tête de série numéro un, elle remporte facilement le titre sans perdre le moindre set, et pulvérisant Roberta Vinci (6-1, 6-1) en finale[5].

Elle réalise l'exploit de sa carrière en remportant Roland-Garros alors 17e mondiale. Elle bat la Chinoise Li Na au troisième tour, 12e mondiale (6-4, 6-2), puis en huitième la Russe Maria Kirilenko (6-4, 6-4) tête de série no 30. Après Schiavone devient la première Italienne de l'ère Open à atteindre une demi-finale en Grand Chelem grâce à sa victoire en quart contre la Danoise Caroline Wozniacki (6-2, 6-3)[6], alors no 3 mondiale, puis elle devient la première Italienne en finale d'un Grand Chelem en profitant de l'abandon d'Elena Dementieva no 5 mondiale, après le gain du premier set (7-63)[7]. En finale, elle s'impose le 5 juin en dominant la puncheuse Australienne Samantha Stosur no 7 mondiale et pourtant favorite, en deux sets accrochés (6-4, 7-62), au terme d'h 38 de jeu conduit avec audace et détermination[8], remportant ainsi son seul et unique titre du Grand Chelem, le plus important de sa carrière[9],[10]. À la suite de cette victoire, Schiavone bondit de la 17e à la 6e place au classement WTA (le meilleur jamais atteint par une Italienne depuis 1968[11])[12]. Outre la dotation du tournoi de 1 120 000 euros promis à la gagnante, elle empoche une prime de 400 000 euros que lui avait promis la Fédération italienne de tennis (en) à l'issue de sa victoire en demi-finale[13].

Si la suite de sa saison est plus hésitante, réalisant des contre performances, elle rebondit en fin d'année à l'US Open en se hissant facilement en quart de finale après sa victoire rapide (6-3, 6-0) contre la Russe Anastasia Pavlyuchenkova. Elle perd à nouveau contre Venus Williams (65-7, 4-6)[14].

Elle fait une demie à l'Open de Tokyo, perdant (4-6, 5-7) contre la Russe Elena Dementieva. Et pour son dernier tournoi de l'année, après être parvenue à se qualifier pour les prestigieux Masters de Doha de fin de saison, placée dans le groupe 1, perdant contre Samantha Stosur et Caroline Wozniacki, avant de prendre sa revanche (6-4, 6-2) contre Dementieva (qui était le dernier match en carrière de la Russe) mais était déjà éliminée de la compétition[15].

2011 : quart de finale à l'Open d'Australie et meilleur classement en carrière[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2011, elle atteint la 4e place mondiale au bénéfice de son quart de finale à l'Open d'Australie 2011 (son meilleur résultat à Melbourne). Après un début difficile notamment contre Rebecca Marino au second tour gagnée sur le fil (6-3, 5-7, 9-7), puis un huitième de finale mémorable et haletant contre Svetlana Kuznetsova de 4 h 44 de jeu bouclé après un dernier set de folie (6-4, 1-6, 16-14)[16]. Elle perdra au tour suivant, fatiguée de son match précédent contre Caroline Wozniacki (6-3, 3-6, 3-6), alors 1re mondiale, malgré une bonne résistance[17].

En début de la saison sur terre battue, elle s'arrête en quart du tournoi de Rome contre Samantha Stosur en deux set.

Le 4 juin, elle dispute la finale de Roland-Garros pour la deuxième année consécutive. Tête de série numéro 5, elle passe difficilement en huitième Jelena Janković 10e mondiale (6-3, 2-6, 6-4), puis encore plus en quart contre la Russe Anastasia Pavlyuchenkova 15e mondiale, (1-6, 7-5, 7-5) montrant la force d'une championne défendant son titre et ainsi se qualifier pour le dernier carré[18]. À ce stade, elle bat facilement la Française Marion Bartoli, 11e mondiale, (6-3, 6-3) et se qualifie ainsi pour sa deuxième finale de Grand Chelem[19],[20]. Elle affronte à nouveau comme l'année précédente la Chinoise Li Na, 7e mondiale, mais perd cette fois-ci et pour le coup son titre, en deux sets (4-6, 60-7) et 1h48 de jeu[21].

À l'US Open elle passe ses tours avec des adversaires modestes (aucune top 50), et perd en huitième face à Anastasia Pavlyuchenkova (7-5, 3-6, 4-6).

2012 à 2017 : déclin progressif[modifier | modifier le code]

En 2012, elle réalise une demi-finale à Brisbane alors 11e mondiale, après une victoire difficile (5-7, 7-62, 6-3) contre Jelena Janković au tour précédent avant de chuter de façon surprenante contre Kaia Kanepi, future gagnante.

Par la suite, elle réalise des contre-performances (enchaînant même des défaites consécutives) mais refait surface sur terre battue avec un titre au tournoi de Strasbourg après n'avoir affronté aucune top 50, sans perdre de set et battant en finale Alizé Cornet (6-4, 6-4) en 1 h 43, remportant son premier titre depuis deux ans[22]. Alors finaliste sortante, elle réalise une grosse contre-performance à Roland-Garros en perdant au troisième tour contre Varvara Lepchenko (6-3, 3-6, 8-6) après le gain du premier set et d'une dernière manche accrochée, après trois heures et deux minutes[23].

Elle réalise sa meilleure marque sur herbe à Wimbledon, battant la locale Laura Robson, Kristýna Plíšková et Klára Zakopalová en n'ayant perdu qu'un set mais perd contre une autre Tchèque Petra Kvitová (6-4, 5-7, 1-6) dans un match accroché après avoir lâché à la fin du second set[24].

En 2013, elle réalise un début d'année catastrophique avec quatre défaites consécutives.

De retour sur terre battue, elle remporte son sixième titre à Marrakech sans perdre de set, battant une seule top 50 en quart, Alizé Cornet (6-4, 6-4), et dominant en finale Lourdes Domínguez Lino (6-1, 6-3)[25]. Puis à Roland-Garros, elle se qualifie pour les huitièmes en ayant battu deux têtes de séries : Kirsten Flipkens (6-1, 4-6, 6-3) et Marion Bartoli (6-2, 6-1) ; avant de perdre sèchement (3-6, 0-6) contre la Biélorusse Victoria Azarenka en 1 h 11[26].

En 2014, elle réalise un début d'année catastrophique comme l'année passée avec sept défaites consécutives.

À Rome elle va au troisième tour après des victoires sur Eugenie Bouchard et Garbiñe Muguruza (3-6, 6-1, 7-65) toutes deux mieux classées que Schiavone, mais perd contre Agnieszka Radwańska en deux sets.

Elle atteint à nouveau des demi-finales : à Bakou, Hong Kong et le WTA 125 de Limoges.

En 2015, à Anvers en février, elle passe les qualifications et bat facilement (6-1, 6-1) la 10e mondiale Angelique Kerber, avant de perdre en deux sets contre Carla Suárez Navarro en quart.

À Roland-Garros, elle réalise encore un gros match dantesque contre la Russe Svetlana Kuznetsova alors 18e mondiale, qu'elle arrive à battre au bout du souffle (611-7, 7-5, 10-8) en 3 h 50[27]. Mais perd au tour suivant contre la novice Andreea Mitu.

Enfin elle signe une autre demie à Limoges.

En 2016, au tournoi de Rio de Janeiro elle remporte son septième titre à 35 ans, après avoir battu deux qualifiées, Tatjana Malek et Shelby Rogers en finale (2-6, 6-2, 6-2) sur son parcours[28].

En 2017 après une seule victoire en Fed Cup cette année, elle arrive en avril au tournoi de Bogota, remportant son huitième titre à 36 ans. Après des victoires sur Kiki Bertens, Johanna Larsson et Lara Arruabarrena en finale (6-4, 7-5) sans perdre le moindre set de la semaine[29],[30].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Classements WTA en fin de saison[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En battant Yvonne Meusburger en finale - voir son parcours détaillé
  2. 7-6, 7-6 - voir son parcours détaillé
  3. Défaite italienne 4 à 0
  4. « Les Williams sont là, pas Wozniacki », Eurosport,
  5. « Schiavone succède à Vinci », Eurosport,
  6. « Schiavone, c'est historique », Eurosport,
  7. « Roland-Garros : Schiavone - Stosur, la finale surprise », Le Monde,
  8. L'Australienne l'avait pourtant éliminée au premier tour en 2009
  9. « Roland-Garros : Schiavone bat Stosur en finale », Le Monde,
  10. « Forza Francesca ! », Eurosport,
  11. Jusqu'au 7 juin 2010, les trois Italiennes les mieux classées étaient : Flavia Pennetta (10e en 2009), Raffaella Reggi (13e en 1988) et Sandra Cecchini (15e en 1988)
  12. « Roland Garros 2010 ... Francesca Schiavone triomphe », purebreak.com,
  13. Dominique Bonnot, « Sacrée Schiavone », L'Équipe,‎ , p. 3
  14. « Clijsters, héroïne fatiguée », Eurosport,
  15. « Dementieva dit stop », Eurosport,
  16. « Mémorable ! », Eurosport,
  17. « Wozniacki épuise Schiavone », Eurosport,
  18. « ROLAND-GARROS: FRANCESCA SCHIAVONE REVIENT DE LOIN », capital.fr,
  19. « Schiavone raisonne la furia Bartoli », Eurosport,
  20. « Le style qui fait la différence », Eurosport,
  21. « Li et approuvée », Eurosport,
  22. « STRASBOURG : CORNET CHUTE EN FINALE FACE À SCHIAVONE », sport365.fr,
  23. « Schiavone s'arrête là », Eurosport,
  24. (en)« Wimbledon 2012: Petra Kvitova narrowly escapes defeat at the hands of Francesca Shiavone », telegraph.co.uk,
  25. « Marrakech: Francesco Schiavone remporte son premier titre depuis près d'un an », Eurosport,
  26. « Roland-Garros 2013 : Victoria Azarenka, Maria Sharapova, Jelena Jankovic, Maria Kirilenko en quarts », Eurosport,
  27. « Un match complètement dingue et 3h50 de combat : Schiavone et Kuznetsova ont remis ça », Eurosport,
  28. « Rio de Janeiro : Francesca Schiavone sacrée », l’Équipe,
  29. « Bogota : Francesca Schiavone, le retour », l’Équipe,
  30. « WTA - Schiavone : "Les souvenirs de Roland me reviennent" », tennisactu.net,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]