Lleyton Hewitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hewitt.
Lleyton Hewitt
Lleyton Hewitt
Lleyton Hewitt au Queen's en 2014.
Carrière professionnelle
1998
Nationalité Drapeau de l'Australie Australie
Naissance (34 ans)
Adélaïde
Taille / poids 1,8 m (5 11) / 76 kg (167 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Tony Roche
Gains en tournois 20 621 476 $
Palmarès
En simple
Titres 30
Finales perdues 16
Meilleur classement 1er (19/11/2001)
En double
Titres 3
Finales perdues 5
Meilleur classement 18e (23/10/2000)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple F(1) 1/4 V(1) V(1)
Double 1/8 1/16 1/8 V(1)
Mixte 1/16 1/8 F(1) -
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 2 (1999, 2003)
World Team Cup 1 (2001)

Lleyton Gylnn Hewitt, né le à Adélaïde, est un joueur de tennis australien. Professionnel depuis 1998, il a remporté 30 titres en simple sur le circuit ATP, dont l'US Open en 2001, Wimbledon en 2002 ainsi que les Masters lors de ces deux saisons. En novembre 2001, il devient à vingt ans le plus jeune numéro un mondial de l'histoire du tennis, et achève les saisons 2001 et 2002 à la tête du classement ATP. Il a également remporté la Coupe Davis en 1999 et 2003 avec l'équipe d'Australie. Malgré ce début de carrière prometteur, il n'a plus atteint de finale en Grand Chelem ou en Masters 1000 depuis 2005.

Parcours[modifier | modifier le code]

1997-1999 : Les débuts[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt participe à son premier tournoi du Grand Chelem en Australie en 1997 à seulement 15 ans. Il y est éliminé dès le premier tour par Sergi Bruguera.

Hewitt commence réellement sa carrière professionnelle en 1998. En remportant le Tournoi de tennis d'Adélaïde, dans sa ville natale, il devient, à 16 ans et 10 mois, le joueur le plus mal classé (550e mondial) à remporter un titre ATP.

En 1999, il remporte à Delray Beach le deuxième titre de sa carrière (le seul sur terre battue jusqu’en 2009) et atteint trois autres finales (Adélaïde, Scottsdale et Lyon). Il atteint le 3e tour à Wimbledon et à l'US Open et finit l'année à la 22e place mondiale.

2000 : La révélation[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt réalise un très bon début de saison avec trois nouveaux titres à Adelaïde, Sydney et Scottsdale. Il brille enfin en Grand Chelem et en Masters Series avec un huitième de finale en Australie et une demi-finale à Miami.

Son niveau se maintient sur terre battue, où il atteint les demi-finales à Rome et les huitièmes à Roland-Garros.

Il crée la sensation au Tournoi du Queen's en battant en finale le maître du gazon Pete Sampras. Malgré cela, il est battu dès le 1er tour à Wimbledon par l'Américain Jan-Michael Gambill.

L'Australien rallie le dernier carré d'un tournoi majeur pour la première fois de sa carrière à l'US Open. Son parcours est stoppé par Pete Sampras en demi-finale en trois manches serrées.

Il atteint ensuite sa première finale de Masters Series à Stuttgart, où il est battu par Wayne Ferreira. Ses bons résultats lui permettent de participer aux Masters, une première pour lui. Malgré une belle victoire sur Pete Sampras, il est éliminé dès la phase de poules et termine l'année à la 7e place mondiale.

2001 : La consécration[modifier | modifier le code]

Malgré un nouveau titre à Sydney de bon augure, Lleyton Hewitt est éliminé au 3e tour en Australie par Carlos Moyà, ancien vainqueur à Roland-Garros trois ans plus tôt. Il réalise ensuite une bonne saison américaine avec des demi-finales à Indian Wells et Miami.

Il prouve une nouvelle fois sa polyvalence en atteignant les demi-finales à Hambourg et les quarts de finale à Roland-Garros où il est finalement stoppé par Juan Carlos Ferrero.

Après avoir remporté deux nouveaux titres sur gazon au Queens[1] et à Bois-le-Duc, Hewitt arrive confiant à Wimbledon. Il est cependant éliminé en 1/8 de finale par Nicolas Escudé.

Une demi-finale à Cincinnati ne suffit pas à faire de lui l'un des favoris de l'US Open. Pourtant, après des victoires sur Andy Roddick et Ievgueni Kafelnikov, il se qualifie pour sa première finale de Grand Chelem. Là, il domine aisément et contre toute attente le finaliste sortant et ancien quadruple champion Pete Sampras (7-64, 6-1, 6-1). C'est son premier titre en Grand Chelem à tout juste 20 ans[2].

Avec une demi-finale à Stuttgart et un titre à Tokyo, Hewitt se lance dans la course finale à la 1re place mondiale. En remportant tous ses matchs aux Masters pour finalement remporter le titre face à Sébastien Grosjean, il devient à 20 ans le plus jeune numéro 1 mondial de l'Histoire et est logiquement élu meilleur joueur de l'année[3].

2002 : Numéro 1 mondial[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt va rester numéro 1 mondial du début à la fin de la saison, une première depuis Pete Sampras en 1997.

Grand favori, Hewitt subit une lourde désillusion en étant éliminé dès le 1er tour en Australie. Après un titre à San José, il remporte le premier Masters Series de sa carrière à Indian Wells face à Tim Henman.

La saison sur terre battue est mitigée avec un quart de finale à Hambourg et un 1/8 de finale à Roland-Garros. Après sa troisième victoire consécutive au Queens, il est le grand favori de Wimbledon. Après un quart de finale difficile face au Néerlandais Sjeng Schalken, il se hisse en finale où il domine facilement la révélation surprise du tournoi David Nalbandian (6-1, 6-3, 6-2). C'est son deuxième titre en Grand Chelem[4].

Il se hisse en finale à Cincinnati et démarre l'US Open en tant que grand favori. Après des matchs difficiles contre James Blake et Younès El Aynaoui, il est finalement stoppé par Andre Agassi en demi-finale.

Hewitt assoit encore un peu plus sa domination avec une finale à Bercy mais surtout une nouvelle victoire aux Masters après des victoires difficiles face à Roger Federer et Juan Carlos Ferrero en demi-finale puis en finale[5].

2003 : La chute[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt ne parvient toujours pas à briller à Melbourne, où il est éliminé dès les huitièmes de finale, mais se rattrape en conservant son titre à Indian Wells[6].

Hewitt réalise ensuite une saison sur terre battue très moyenne, avec notamment une défaite au 3e tour de Roland-Garros qui lui fait perdre sa 1re place mondiale après 80 semaines passées au sommet du classement ATP.

Les contre performances s'enchaînent : tenant du titre, il est éliminé dès le 1er tour à Wimbledon. Après une mauvaise tournée américaine (qui prépare le Grand Chelem de Flushing Meadows), il sauve l'honneur avec un quart de finale à l'US Open, ce qui ne lui permet pas cependant de participer aux Masters en fin d'année. Il finit la saison à la 17e place mondiale.

2004 : La reconquête[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt à Wimbledon 2004.

Lleyton Hewitt réalise un bon début de saison avec deux titres à Sydney et Rotterdam[7] et un 1/8 de finale à Melbourne. Mais toujours pas de quoi réintégrer le top 10.

Le déclic a lieu sur terre battue. Hewitt atteint les demi-finales à Hambourg et les quarts de finale à Roland-Garros.

Lors d'un très bel été, il atteint les quarts de finale à Wimbledon, où il est finalement stoppé par Roger Federer, se hisse en finale à Cincinnati et remporte les tournois de Washington et de Long Island.

Il arrive à l'US Open en tant qu’outsider. Il se hisse alors en finale sans perdre le moindre set, mais il ne peut alors rien faire face à un incroyable Roger Federer (6-0, 7-63, 6-0)[8]. Cette très belle performance lui permet de participer aux Masters. Il parvient alors à se qualifier pour la finale où il est sèchement battu (6-3, 6-2) par le nouveau maître incontesté du tennis mondial, Roger Federer[9]. Il finit l'année à la 3e place mondiale.

2005 : Dans le top 5[modifier | modifier le code]

Vainqueur à Sydney, Hewitt parvient enfin à briller à Melbourne. Porté par son public, il remporte 2 matchs en 5 sets, en 1/8 de finale face au jeune Rafael Nadal (alors qu’il est mené 2 sets à 1) et en quart de finale face à David Nalbandian (10-8 dans le 5e set). Après avoir sorti Andy Roddick en demi-finale, il affronte Marat Safin, tombeur de Roger Federer, en finale. Il remporte le premier set mais finit par s'incliner (1-6, 6-3, 6-4, 6-4)[10].

Deux mois plus tard, il atteint la finale à Indian Wells mais perd contre Federer. Ce beau début de saison lui permet de s'imposer comme le dauphin de Roger Federer et ce jusqu’en juillet.

Après avoir manqué la saison sur terre battue, Hewitt se qualifie pour les demi-finales de Wimbledon en bénéficiant d'un tableau assez facile. Il s'incline finalement contre ce même Roger Federer.

Après une demi-finale à Cincinnati, Hewitt fait partie des favoris de l'US Open. Il bat difficilement Taylor Dent puis Jarkko Nieminen en quart de finale avant d'être dominé en demi-finale par Roger Federer pour la neuvième fois consécutive, la cinquième en Grand Chelem.

En fin d'année, Hewitt renonce à participer aux Masters à cause de la grossesse de sa femme, qui donne naissance le 29 novembre à une petite Mia Rebecca. Il finit la saison 4e mondial.

2006-2008 : En perte de vitesse[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt à l'US Open 2006.

En 2006, une première moitié de saison mitigée fait sortir Lleyton Hewitt du top 10. Il s'incline au 2e tour à Melbourne et en huitième de finale à Roland-Garros. L'été est un peu plus brillant avec une nouvelle victoire au Queen's et des qualifications en quart de finale à Wimbledon et à l'US Open. À la fin de l'année, il est 20e mondial.

En 2007, Hewitt connait un sursaut entre mai et août. Il enchaine les huitièmes de finale à Roland-Garros et à Wimbledon, et deux demi-finales à Hambourg et Cincinnati ; il ne confirme cependant pas en fin d'année et finit la saison à la 21e place mondiale.

Le déclin s'accentue en 2008. Hewitt ne participe qu’à deux Masters Séries, ne dépasse pas le stade des huitièmes de finale en Grand Chelem et ne remporte aucun tournoi pour la première fois depuis 1997. Il finit la saison à la 67e place mondiale, son plus mauvais classement depuis dix ans.

2009 : L'exploit Wimbledon[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt à l'US Open 2009.

En avril, Lleyton Hewitt remporte à Houston son premier tournoi sur terre battue depuis 1999.

Quand l'Australien arrive à Wimbledon, il pointe à la 56e place mondiale. Au 2e tour, il sort en trois petits sets la tête de série numéro 5 Juan Martín del Potro[11]. En huitièmes de finale, il remonte un déficit de 2 sets à 0 contre Radek Štěpánek (4-6, 2-6, 6-1, 6-2, 6-2) et se qualifie pour son premier quart de finale en Grand Chelem depuis trois ans[12]. Il s'incline alors de justesse face à Andy Roddick (6-3, 610-7, 7-61, 4-6, 6-4)[13].

Avec notamment un quart de finale à Cincinnati, Hewitt est numéro 22 mondial à la fin de la saison.

2010-2011 : Le déclin[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt réalise un petit exploit en 2010 en battant Roger Federer en finale du tournoi de Halle. C'est seulement la deuxième défaite sur gazon du Suisse depuis 2002 et sa première face à l'Australien depuis 2003[14].

En 2011, Hewitt ne remporte aucun titre et ne passe pas le 2e tour en Grand Chelem. Il plonge en septembre à la 200e place mondiale, son plus mauvais classement depuis janvier 1998. Tout ceci étant expliqué par plusieurs opérations à son pied qui ne lui ont donc permis de jouer seulement 20 matchs sur toute la saison.

2012-2013 : Le retour[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt lors des Jeux olympiques de Londres.
Lleyton Hewitt à Roland-Garros 2012.

Lleyton Hewitt revient à la compétition lors de la Hopman Cup, où il remporte un double avec Jarmila Gajdošová et un simple face à Wu Di (7-5, 6-4), mais perd ses deux autres simples face à Richard Gasquet (2-6, 7-5, 1-6) et Fernando Verdasco (3-6, 6-3, 5-7), tous les deux étant membres du top 20. Lleyton Hewitt participe ensuite au tournoi de Sydney, où il est battu au premier tour par la tête de série no 5 Viktor Troicki. Il participe alors à l'Open d'Australie, où il atteint les huitièmes de finale en battant l'espoir allemand Cedrik-Marcel Stebe (7-5, 6-4, 3-6, 7-5), l'ex-numéro 1 mondial Andy Roddick (3-6, 6-3, 6-4 ab.) et le Canadien Milos Raonic (4-6, 6-3, 7-65, 6-3) avant de chuter face au numéro 1 mondial Novak Djokovic au terme d'un très beau match (1-6, 3-6, 6-4, 3-6). Cette performance de l'Australien suscite le respect et l'admiration du public, de la presse ainsi que de Roger Federer et de Rafael Nadal[15].

Mais il est contraint de se faire une nouvelle fois opérer au pied et d'être forfait jusqu'à l'été. Malgré ça l'Australien s'est déjà engagé au tournoi de Newport qui se déroule en juillet 2012. Finalement, il se remet plus vite de son opération et reprend la compétition avec une wild card à Roland-Garros, où il est éliminé par le Slovaque Blaž Kavčič (62-7, 3-6, 7-64, 3-6) au premier tour.

Il obtient ensuite une wild card pour participer au tournoi du Queen's, où il est aussi éliminé dès le premier tour face à Ivo Karlović sa bête noire sur le score de (3-6, 2-6). Lleyton participe ensuite au tournoi de Wimbledon 10 ans après son sacre face à David Nalbandian en 2002 mais il est encore une fois éliminé au premier tour, cette fois-ci contre le no 5 mondial, le Français et demi-finaliste de l'épreuve en 2011 Jo-Wilfried Tsonga (3-6, 4-6, 4-6).

Lleyton reçoit alors la wild card pour participer au tournoi de Newport, où il bat successivement le jeune espoir canadien Vasek Pospisil (6-1, 6-1), l'Américain Tim Smyczek (6-4, 2-6, 6-1), l'Israélien Dudi Sela (6-4, 6-3) et enfin l'imprévisible Rajeev Ram (6-4, 5-7, 6-2) avant de chuter en finale contre le no 1 américain John Isner (61-7, 4-6). Lleyton Hewitt participait à la 43e finale de sa carrière et la première depuis 2 ans et sa victoire contre Roger Federer à l'Open de Halle. En août il participe à l'US Open où il bat au premier tour Tobias Kamke en 4 sets, puis élimine au second tour Gilles Müller en 5 sets accrochés avant de s'incliner contre David Ferrer en quatre sets (69-7, 6-4, 3-6, 0-6). Cette performance lui permet de revenir dans le Top 100 qu'il avait quitté en 2011.

À Shanghai, il est éliminé par Radek Štěpánek (7-5, 6-1). En octobre, il reçoit une wild-card pour l'Open de Stockholm où il parvient à se hisser jusqu'en quart de finale en battant au 1er tour, Kevin Anderson (6-4, 4-6, 6-4), Jarkko Nieminen au 2e tour (7-62, 2-6, 6-4) mais échoue en quart de finale face à Nicolás Almagro (6-1, 6-4). À l'Open de Valence, il crée l'exploit de battre Juan Mónaco (6-3, 6,4) mais échoue au 2e tour face à Ivan Dodig (6-1, 3-6, 6-2). Malgré une saison qui avait pourtant mal commencé avec une nouvelle opération qui a vu Hewitt rejouer seulement à partir de Roland-Garros.Il termine pour la 13e fois de sa carrière dans le top 100 à la 81e place mondiale.

Lleyton Hewitt démarre la saison 2013 par le tournoi de Brisbane où il est éliminé en huitièmes de finale par Denis Istomin (7-5, 7-5). La semaine suivante, il remporte le tournoi exhibition de Kooyong en battant successivement Milos Raonic, Tomáš Berdych puis Juan Martín del Potro. À l'Open d'Australie, Hewitt tombe au 1er tour contre la tête de série no 8, Janko Tipsarević (64-7, 5-7, 3-6). Il participe ensuite à la Coupe Davis contre Taïwan où il rapporte deux points à l'Australie.

Lors de la tournée nord-américaine, Hewitt atteint deux fois les huitièmes de finale, à San José, battu par Sam Querrey, et à Memphis, battu par Denis Istomin. À San José, il atteint également la finale en double avec son compatriote Marinko Matosevic.

Sur terre battue, il est éliminé trois fois au 1er tour, au tournoi de Houston par Martín Alund, puis à Nice et enfin à Roland-Garros en 5 sets par le Français Gilles Simon.

Le début de la saison sur gazon est plus réjouissant avec une demi-finale au tournoi du Queen's après avoir écarté Juan Martín del Potro en quart. Mais il s'incline au 2e tour à Wimbledon face à Dustin Brown après avoir battu le 10e mondial Stanislas Wawrinka[16]. Il enchaine avec une finale à Newport qu'il perd face à Nicolas Mahut.

La seconde tournée américaine le voit atteindre les demi-finales à Atlanta et les huitièmes de finale à l'US Open après avoir à nouveau battu Juan Martín del Potro, 6e tête de série, au second tour[17].

Il termine la saison à la 61e place mondiale après avoir joué 18 tournois et atteint une finale en simple et une en double.

2014 : 600e victoire et 30e titre ATP en simple[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt débute sa saison en remportant l'Open de Brisbane le 5 janvier 2014. En finale, il bat Roger Federer (6-1, 4-6, 6-3)[18]. Une semaine plus tard, dans un match d'exhibition à Kooyong, il s'impose face à Andy Murray (7-6, 7-6). À l'Open d'Australie, il perd au premier tour dans un match serré face à Andreas Seppi (64-7, 3-6, 7-5, 7-5, 5-7).

Il s'incline au 2e tour des tournois de Delray Beach (abandon à la suite d'une blessure à l'épaule), Indian Wells, Miami et Houston mais décroche sa 600e victoire en carrière sur le circuit ATP en Floride.

La saison sur terre battue est compliquée avec une défaite au premier tour à Munich, Madrid et Roland-Garros.

Lleyton Hewitt au Queen's 2014.

Sa saison sur herbe est également difficile avec une défaite au deuxième tour des tournois du Queen's, face à l'Espagnol Feliciano López (finaliste au Queen's et vainqueur la semaine suivante à Eastbourne) et de Wimbledon face au Polonais Jerzy Janowicz (tête de série no 15) sur le score serré de 7-5, 6-4, 67-7, 4-6, 6-3.

Toutefois, alors qu'il dispute le dernier tournoi sur herbe de la saison, à Newport, il remporte son deuxième tournoi ATP de la saison en battant en finale Ivo Karlović (tête de série no 2) sur le score de (6-3, 64-7, 7-63). Cela porte à trente le nombre de tournois ATP qu'il a remportés depuis le début de sa carrière[19]. Il s'impose dans ce même tournoi en double en compagnie de son compatriote Chris Guccione.

La seconde tournée américaine est peu prolifique avec une défaite au deuxième tour à Cincinnati et au premier tour à Toronto et à l'US Open.

Il termine sa saison en septembre lors de la rencontre de barrage de Coupe Davis qu'il remporte face au Kazakhstan grâce à une victoire en simple et une en double[20]. Il termine la saison à la 50e place mondiale et 2 titres en simple.

2015[modifier | modifier le code]

Il commence la saison par la défense de son titre à l'Open de Brisbane, mais perd sèchement dès le 1er tour contre son compatriote Sam Groth (6-3, 6-2).

Hewitt participe à une exhibition avec Roger Federer à Sydney, où il teste le nouveau format « fast4tennis »[21]. Au final, Federer s'impose 4-33, 2-4, 33-4, 4-0, 4-2.

Lors de l'Open d'Australie, Hewitt joue le 19e Open d'Australie de sa carrière (d'affilée), un record dans l'histoire du tournoi[22]. Il gagne son premier tour contre le Chinois Zhang Ze (6-3, 1-6, 6-0, 6-4). Au deuxième tour, il affronte l'Allemand Benjamin Becker. Il mène 2 sets à zéro (6-2, 6-1) avant de perdre le fil du match et de perdre les 3 sets suivants (6-3, 6-4, 6-2) et donc le match[23] pour son 55e match en Grand Chelem en 5 sets.

Fin janvier, il annonce vouloir prendre sa retraite en 2016 juste après l'Open d'Australie, synonyme de 20e participation d'affilée dans ce Grand Chelem. Il veut également disputer une dernière campagne de Coupe Davis en tant que joueur avant de devenir par la suite entraîneur de l'équipe d'Australie. Ce poste vient d'être libéré par Patrick Rafter qui a laissé sa place à Wally Masur en attendant. Pour cette année 2015, les objectifs de Lleyton Hewitt sont la Coupe Davis et la saison sur herbe[24],[25].

Hewitt avait l’opportunité de devenir le septième homme à effectuer l'exploit de totaliser au moins 100 victoires sur chacune des surfaces lors du Tournoi de Houston, y bénéficiant d'une wild card et où il lui manque encore deux victoires sur terre battue[26]. Cependant, alors qu'il menait 6-4, 5-4 service à suivre et qu'il a eu une balle de match, il finit par perdre la rencontre contre le Japonais Go Soeda 7-63, 6-3 dans les 2 derniers sets pour deux heures et trente-cinq minutes de jeu. Redescendu à la 109e place mondiale cette semaine, il continue de gérer sa fin de carrière[27]. Le 5 mai, son manager David Drysdale annonce que Hewitt fera l'impasse sur Roland-Garros pour se concentrer sur Wimbledon[28].

Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt est l'un des principaux artisans de la domination de l'Australie dans la compétition entre 1999 et 2003.

Il remporte sa première Coupe Davis en 1999 sans avoir véritablement joué un rôle clé. En 2000, lors de la finale en Espagne, il cède la victoire en s'inclinant face à Juan Carlos Ferrero (6-2, 7-65, 4-6, 6-4). En 2001, il perd à la surprise générale devant son public face à Nicolas Escudé en 5 sets. L'Australie s'incline malgré la victoire de Hewitt contre Sébastien Grosjean (6-3, 6-2, 6-3).

C'est en 2003 qu’il réalise sa meilleure saison, malgré ses difficultés au même moment sur le circuit ATP. En demi-finale, il apporte le point décisif en remontant un déficit de 2 sets à 0 face à sa future bête noire Roger Federer (5-7, 2-6, 7-64, 7-5, 6-1). En finale, il prend sa revanche sur Juan Carlos Ferrero à Melbourne (3-6, 6-3, 3-6, 7-60, 6-2), apportant ainsi la victoire à l'Australie.

En 2005, en quart de finale, il perd son match décisif contre David Nalbandian (6-2, 6-4, 6-4). En 2006, il ne joue pas un rôle clé mais atteint les demi-finales. De 2008 à 2013, l'Australie évolue en dehors du groupe mondial mais renaît de ses cendres à partir de 2014 où Lleyton avec l'aide de la nouvelle génération a pu ramener l'équipe d'Australie dans le groupe mondial.

Lors de la campagne 2015, il fait partie de l'équipe australienne qui joue en quart de finale face au Kazakhstan. Alors qu'ils sont menés 2 à 0 après la première journée suite aux défaites de Nick Kyrgios et Thanasi Kokkinakis, Hewitt éclipse la nouvelle génération à 34 ans. Le samedi, associé avec Sam Groth en double, ils battent la paire Andrey Golubev - Aleksandr Nedovyesov (6-4, 7-64, 6-2) redonnant espoir à l'Australie. Le dernier jour, Groth égalise et Lleyton est choisi pour jouer le cinquième match décisif. Il affronte Aleksandr Nedovyesov et le bat (7-62, 6-2, 6-3) en moins de deux heures de jeu, permettant à l'Australie de se qualifier pour les demi-finales, une première depuis 2006[29].

Analyse technique[modifier | modifier le code]

Lleyton Hewitt est considéré comme l'un des joueurs les plus brillants de l'ère open, capable de tous les coups du tennis, se distinguant également des autres joueurs par son mental exceptionnel, servant notamment de modèle à des joueurs comme Rafael Nadal ou David Ferrer.

Joueur très technique en fond de court, c'est un joueur qui rentre dans la catégorie des contreurs, il base son tennis sur un jeu très solide avec une précision extraordinaire, capable de toucher n'importe quel angle depuis n'importe quelle position sur le court, en touchant souvent les lignes avec un taux d'erreurs très bas. Sa prise de balle très précoce, alliée à sa précision remarquable, impose un rythme très difficile à suivre pour l'adversaire. D'autant plus que son excellent jeu de jambes lui permet de chercher des balles "inaccessibles" et de ne pas craindre les longs rallyes. Son revers est souvent considéré comme l'un des meilleurs du circuit, très précis, varié et "insubmersible". De plus l'Australien est très bon au filet ce qui lui permet de conclure le point rapidement et facilement s'il se sent menacé en fond de court[30].

Souvent considéré comme le meilleur retourneur de sa génération, il prend parfois très facilement le dessus sur les secondes balles de l'adversaire, tout en étant redoutable sur les premières balles. Il est d'ailleurs l'un des rares joueurs à avoir un bilan positif face au grand serveur Pete Sampras. Ce même Pete Sampras l'avait considéré un jour comme le meilleur relanceur du circuit devant Andre Agassi et avait dit de lui qu'il était à l'aube d'une très très grande carrière[31]. C'est également l'un des meilleurs passeurs connus, car doté d'un très bon passing-shot et possédant des lobs de grande qualité. Enfin, il est jugé comme l'un des joueurs les plus endurants du circuit et sa vision du jeu est exceptionnelle.

Tout juste peut-on émettre quelques réserves sur son coup droit et son service, par leur manque de puissance. Mais son coup droit est aussi très précis et extrêmement solide. Son service est lui aussi d'une précision redoutable. Comme le reste de la génération dorée né dans le début des années 1980, il a souffert de la domination de Roger Federer.

Ses surfaces favorites sont l'ancien gazon et le dur. Ce qui explique son sacre à l'US Open de tennis 2001 (surface dure) et son sacre au Tournoi de Wimbledon 2002 (gazon) ainsi que ses Masters remportés en 2001 et 2002 à Sydney et Shanghai (tous les deux étant sur surface dure)[32].

Sponsors[modifier | modifier le code]

Lleyton a été sponsorisé au début de sa carrière par les vêtements et accessoires de Nike jusqu'au début de l'année 2005, puis il change et est, jusqu'à aujourd'hui, sponsorisé par la marque Yonex. Il utilise depuis toujours les raquettes de cette même marque (Yonex). En 2011, il utilise le modèle Yonex V core 95 D (et a anciennement utilisé le modèle Yonex RDIS100)[33].

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem, au Masters et aux Jeux olympiques
Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Open d'Australie 1T 1T 2T 1/8 3T 1T 1/8 1/8 F 2T 3T 1/8 1T 1/8 1T 1/8 1T 1T 2T
Roland-Garros NQ 1T 1/8 1/4 1/8 3T 1/4 A 1/8 1/8 3T 3T 3T A 1T 1T 1T A
Wimbledon NQ 3T 1T 1/8 V 1T 1/4 1/2 1/4 1/8 1/8 1/4 1/8 2T 1T 2T 2T 1T
US Open NQ 3T 1/2 V 1/2 1/4 F 1/2 1/4 2T A 3T 1T A 3T 1/8 1T
Masters Cup NQ RR V V NQ F Fft NQ
JO - - - 1T - - - A - - - 2T - - - 3T - - -

Dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Victoires (2)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2001 US Open Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-64, 6-1, 6-1
2002 Wimbledon Drapeau : Argentine David Nalbandian 6-1, 6-3, 6-2

Finales (2)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2004 US Open Drapeau : Suisse Roger Federer 0-6, 63-7, 0-6
2005 Open d'Australie Drapeau : Russie Marat Safin 6-1, 3-6, 4-6, 4-6

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1997 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne S. Bruguera
1998 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque D. Vacek
1999 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne T. Haas 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine M. Rodríguez 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne Bo. Becker 3e tour (1/16) Drapeau : Ukraine A. Medvedev
2000 1/8 de finale Drapeau : Suède M. Norman 1/8 de finale Drapeau : Espagne A. Costa 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis J-M. Gambill 1/2 finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
2001 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne C. Moyà 1/4 de finale Drapeau : Espagne J.C. Ferrero 1/8 de finale Drapeau : France N. Escudé Victoire Drapeau : États-Unis P. Sampras
2002 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne A. Martín 1/8 de finale Drapeau : Argentine G. Cañas Victoire Drapeau : Argentine D. Nalbandian 1/2 finale Drapeau : États-Unis A. Agassi
2003 1/8 de finale Drapeau : Maroc Y. El Aynaoui 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne T. Robredo 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie I. Karlović 1/4 de finale Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
2004 1/8 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/4 de finale Drapeau : Argentine G. Gaudio 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer Finale Drapeau : Suisse R. Federer
2005 Finale Drapeau : Russie M. Safin 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer
2006 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine J.I. Chela 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1/4 de finale Drapeau : Chypre M. Baghdatís 1/4 de finale Drapeau : États-Unis A. Roddick
2007 3e tour (1/16) Drapeau : Chili F. González 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1/8 de finale Drapeau : Serbie N. Djokovic 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine A. Calleri
2008 1/8 de finale Drapeau : Serbie N. Djokovic 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne D. Ferrer 1/8 de finale Drapeau : Suisse R. Federer
2009 1er tour (1/64) Drapeau : Chili F. González 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne R. Nadal 1/4 de finale Drapeau : États-Unis A. Roddick 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse R. Federer
2010 1/8 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne R. Nadal 1/8 de finale Drapeau : Serbie N. Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : France P-H. Mathieu
2011 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine D. Nalbandian 2e tour (1/32) Drapeau : Suède R. Söderling
2012 1/8 de finale Drapeau : Serbie N. Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : Slovénie B. Kavčič 1er tour (1/64) Drapeau : France J-W. Tsonga 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne D. Ferrer
2013 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie J. Tipsarević 1er tour (1/64) Drapeau : France G. Simon 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne D. Brown 1/8 de finale Drapeau : Russie M. Youzhny
2014 1er tour (1/64) Drapeau : Italie A. Seppi 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine C. Berlocq 2e tour (1/32) Drapeau : Pologne J. Janowicz 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque T. Berdych
2015 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne Be. Becker 1er tour (1/64) Drapeau : Finlande J. Nieminen
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1998 1/8 de finale
Drapeau : Australie L. Smith
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Inde L. Paes
1999 2e tour (1/16)
Drapeau : Australie S. Draper
Drapeau : Australie T. Woodbridge
Drapeau : Australie M. Woodforde
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Drapeau : Suède J. Björkman
Drapeau : Australie P. Rafter
2000 1/8 de finale
Drapeau : Australie S. Stolle
Drapeau : Zimbabwe W. Black
Drapeau : Australie A. Kratzmann
2e tour (1/16)
Drapeau : Australie P. Rafter
Drapeau : Afrique du Sud P. Norval
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
Victoire
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
Drapeau : Afrique du Sud E. Ferreira
Drapeau : États-Unis R. Leach
2001
2002
2003
2004
2005
2006 1er tour (1/32)
Drapeau : Australie W. Arthurs
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : Belgique O. Rochus
2007
2008 1er tour (1/32)
Drapeau : Australie C. Guccione
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Espagne S. Ventura
2009
2010
2011 1er tour (1/32)
Drapeau : Australie P. Luczak
Drapeau : Allemagne M. Bachinger
Drapeau : Allemagne F. Moser
2012 2e tour (1/16)
Drapeau : Australie P. Luczak
Drapeau : États-Unis B. Bryan
Drapeau : États-Unis M. Bryan
1/8 de finale
Drapeau : Australie C. Guccione
Drapeau : États-Unis S. Lipsky
Drapeau : États-Unis R. Ram
2013 1er tour (1/32)
Drapeau : Bahamas M. Knowles
Drapeau : Royaume-Uni J. Delgado
Drapeau : Australie M. Ebden
2014 1er tour (1/32)
Drapeau : Australie P. Rafter
Drapeau : États-Unis E. Butorac
Drapeau : Afrique du Sud R. Klaasen
1er tour (1/32)
Drapeau : Australie C. Guccione
Drapeau : Pologne Ł. Kubot
Drapeau : Suède R. Lindstedt
1/8 de finale
Drapeau : Australie C. Guccione
Drapeau : Autriche J. Knowle
Drapeau : Brésil M. Melo
2015 2e tour (1/16)
Drapeau : Australie C. Guccione
Drapeau : Pays-Bas J.J. Rojer
Drapeau : Roumanie H. Tecău
1/8 de finale
Drapeau : Australie T. Kokkinakis
Drapeau : Pays-Bas J.J. Rojer
Drapeau : Roumanie H. Tecău
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1998 1er tour (1/16)
Drapeau : États-Unis Serena Williams
Drapeau : Biélorussie Natasha Zvereva
Drapeau : Australie Andrew Florent
- - -
2000 - 3e tour (1/8)
Drapeau : Belgique Kim Clijsters
Drapeau : Australie Rennae Stubbs
Drapeau : Australie Todd Woodbridge
Finale
Drapeau : Belgique Kim Clijsters
Drapeau : États-Unis Kimberly Po
Drapeau : États-Unis Donald Johnson
-
2015 - - 2e tour (1/16)
Drapeau : Australie C. Dellacqua
Drapeau : Zimbabwe Cara Black
Drapeau : Colombie J.S. Cabal
  • En dessous du résultat se trouve le nom de la partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[34] Canada Cincinnati Stuttgart puis Madrid puis Shanghai[35] Paris
1998 1er tour
Drapeau : Allemagne H. Dreekmann
1er tour
Drapeau : France N. Escudé
1999 2e tour
Drapeau : Slovaquie K. Kučera
2e tour
Drapeau : Australie M. Philippoussis
1er tour
Drapeau : Russie M. Safin
1/8 de finale
Drapeau : France C. Pioline
2000 2e tour
Drapeau : Zimbabwe B. Black
1/2 finale
Drapeau : États-Unis P. Sampras
1/2 finale
Drapeau : Suède M. Norman
2e tour
Drapeau : Argentine M. Zabaleta
2e tour
Drapeau : France S. Grosjean
1er tour
Drapeau : France F. Santoro
Finale
Drapeau : Afrique du Sud W. Ferreira
2001 1/2 finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1/2 finale
Drapeau : États-Unis J-M. Gambill
1/8 de finale
Drapeau : Espagne À. Corretja
1/2 finale
Drapeau : Espagne A. Portas
2e tour
Drapeau : Maroc H. Arazi
1/2 finale
Drapeau : Australie P. Rafter
1/2 finale
Drapeau : Allemagne T. Haas
2e tour
Drapeau : Équateur N. Lapentti
2002 Victoire
Drapeau : Royaume-Uni T. Henman
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : Espagne C. Moyà
2e tour
Drapeau : Espagne C. Moyà
1/4 de finale
Drapeau : Russie M. Safin
1er tour
Drapeau : Espagne F. Mantilla
Finale
Drapeau : Espagne C. Moyà
Finale
Drapeau : Russie M. Safin
2003 Victoire
Drapeau : Brésil G. Kuerten
2e tour
Drapeau : Espagne F. Clavet
1/8 de finale
Drapeau : Chili F. González
2e tour
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
1er tour
Drapeau : Belgique X. Malisse
2004 3e tour
Drapeau : Argentine J.I. Chela
3e tour
Drapeau : Roumanie A. Pavel
1/8 de finale
Drapeau : Allemagne R. Schüttler
2e tour
Drapeau : Roumanie A. Pavel
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : France F. Santoro
Finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1/4 de finale
Drapeau : Russie M. Safin
2005 Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : France F. Serra
1/2 finale
Drapeau : États-Unis A. Roddick
2006 3e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2e tour
Drapeau : Royaume-Uni T. Henman
2e tour
Drapeau : Suède T. Johansson
2007 2e tour
Drapeau : Serbie J. Tipsarević
1er tour
Drapeau : Espagne Ó. Hernández
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2008 1/8 de finale
Drapeau : États-Unis M. Fish
2e tour
Drapeau : Argentine J. Acasuso
2009 2e tour
Drapeau : Chili F. González
2e tour
Drapeau : France G. Simon
1er tour
Drapeau : Russie M. Safin
1er tour
Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : France G. Monfils
2010 2e tour
Drapeau : Espagne G. García-López
2e tour
Drapeau : Suède R. Söderling
2011 1er tour
Drapeau : Taipei chinois Lu Y-h.
2012 2e tour
Drapeau : Serbie V. Troicki
1er tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2013 3e tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2e tour
Drapeau : France G. Simon
1er tour
Drapeau : Italie A. Seppi
2014 2e tour
Drapeau : Afrique du Sud K. Anderson
2e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : Colombie S. Giraldo
1er tour
Drapeau : France J. Benneteau
2e tour
Drapeau : Italie F. Fognini
2015 1er tour
Drapeau : Brésil T. Bellucci
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Vainqueur (2)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2002 Indian Wells Tim Henman (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni) 6-1, 6-2
2003 Indian Wells (2) Gustavo Kuerten (Drapeau : Brésil Brésil) 6-1, 6-1

Finaliste (5)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2000 Stuttgart Wayne Ferreira (Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud) 66-7, 6-3, 7-65, 62-7, 2-6
2002 Cincinnati Carlos Moyà (Drapeau : Espagne Espagne) 5-7, 65-7
2002 Paris Marat Safin (Drapeau : Russie Russie) 64-7, 0-6, 4-6
2004 Cincinnati Andre Agassi (Drapeau : États-Unis États-Unis) 3-6, 6-3, 2-6
2005 Indian Wells Roger Federer (Drapeau : Suisse Suisse) 2-6, 4-6, 4-6

Demi-finaliste[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Avec Kim Clijsters, ils sont finalistes en double mixte à Wimbledon 2000.
Rebecca Cartwright (au centre), son épouse.

Après avoir été fiancé à la joueuse de tennis belge Kim Clijsters, il est maintenant marié à l'actrice australienne Rebecca Cartwright. Il a eu avec elle une petite fille prénommée Mia Rebecca (née le 29 novembre 2005), un fils nommé Cruz (né le 11 décembre 2008) et un troisième enfant (né le 23 octobre 2010), une fille prénommée Ava.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lleyton Hewitt Battles Back To Beat Sampras Queens 2001, sur bleacherreport.com
  2. US Open: Hewitt proves too hot for weary Sampras, sur telegraph.co.uk
  3. Masterful Hewitt digs deep and hits deeper, sur theguardian.com
  4. Awesome Hewitt wins Wimbledon, sur bbc.co.uk
  5. Hewitt remporte la finale de la Masters Cup, sur tempsreel.nouvelobs.com
  6. Indian Wells: Hewitt était le plus fort, sur sport.fr
  7. Tournoi de tennis de Rotterdam - Lleyton Hewitt de retour au sommet, sur ledevoir.com
  8. Federer dans l'Histoire, sur eurosport.fr
  9. Federer coasts to Masters Cup win, sur bbc.co.uk
  10. Le sacre australien de Safin, sur eurosport.fr
  11. Lleyton Hewitt sends Juan Martín Del Potro tumbling out of Wimbledon, sur theguardian.com
  12. Lleyton Hewitt beats Radek Stepanek in Wimbledon fourth round, sur theguardian.com
  13. Wimbledon 2009: Andy Roddick triumphs over Lleyton Hewitt in five-set slugfest, sur telegraph.co.uk
  14. Five-time champion Roger Federer shocked at Halle by Lleyton Hewitt, sur theguardian.com
  15. Tous fans de Hewitt !, sur eurosport.fr
  16. Wimbledon 2013: hungry Lleyton Hewitt defeats Stanislas Wawrinka, sur theguardian.com
  17. La nuit américaine : Lleyton Hewitt est éternel, sur eurosport.fr
  18. Hewitt tombe Federer, www.lequipe.fr, 5 janvier 2014.
  19. Newport : Après deux échecs, Lleyton Hewitt remporte enfin le tournoi, sur eurosport.fr
  20. HEWITT MÈNE LA CHARGE POUR L'AUSTRALIE, sur welovetennis.fr
  21. « Tennis: Federer domine les Hewitt, père et fils », sur L'Équipe (consulté le 12 janvier 2015)
  22. « S'il veut durer, Gaël Monfils doit arrêter d'être un intermittent du spectacle », sur 'eurosport.fr',‎ (consulté le 20 janvier 2015).
  23. « Terminé pour Lleyton Hewitt, battu par Benjamin Becker », sur 'lequipe.fr',‎ (consulté le 22 janvier 2015).
  24. « HEWITT : BIENTÔT LE CHANGEMENT », sur tennismagazine.fr (consulté le 29 janvier 2015)
  25. « Lleyton Hewitt prendra sa retraite en 2016 », sur journaldemontreal.com (consulté le 29 janvier 2015)
  26. « Hewitt vise une performance de taille », sur tennisactu.net (consulté le 6 avril 2015)
  27. « Hewitt chute d'entrée », sur L'Équipe (consulté le 7 avril 2015)
  28. « Lleyton Hewitt va faire l'impasse sur Roland-Garros », sur Eurosport (consulté le 5 mai 2015)
  29. « Avec Hewitt en héros, l'Australie retrouve le dernier carré », sur Eurosport (consulté le 19 juillet 2015)
  30. La carrière du célèbre tennisman australien Lleyton Hewitt, sur parilet.com
  31. (fr) « Réhabilitons Lleyton Hewitt ! », sur sportvox.fr (consulté le 19 février 2013)
  32. Lleyton Hewitt, sur tennisleader.fr
  33. Lleyton Hewitt, sur lleytonandbechewitt.com
  34. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  35. Les Masters 1000 de Stuttgart (1996-2001), de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Liens externes[modifier | modifier le code]