Catégorisation des tournois de tennis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La catégorisation des tournois de tennis réfère aux différentes classes de tournois de tennis professionnels féminins et masculins, classes caractérisées par leur nombre de participants, leur dotation et le nombre de points attribués aux compétiteurs en fonction de leur parcours.

Catégories des tournois féminins[modifier | modifier le code]

Indépendamment des quatre tournois du Grand Chelem, organisés par l'ITF, il existe différentes catégories de tournois plus ou moins prestigieux sur le circuit WTA.

De 1971 à 1975[modifier | modifier le code]

En septembre 1970, le cigarettier Virginia Slims parraine son premier tournoi à Houston, doté de 7500$.

En 1971, les Virginia Slims Series concernent 19 épreuves offrant une dotation totale de 309 100$. Ces tournois se déroulent exclusivement aux États-Unis[1].

De 1976 à 1987[modifier | modifier le code]

Les saisons 1976 à 1982 de la WTA sont, outre les quatre tournois du Grand Chelem (organisés par l'ITF), scindées en deux circuits majeurs[1] :

  • de janvier à mars : les Virginia Slims Series (1976-1978), auxquelles succèdent les Avon Series (1979-1982),
  • d'avril à novembre/décembre : les Colgate Series (1976-1980), auxquelles succèdent les Toyota Series (1981-1982).

Les tournois Virginia Slims Series puis Avon Series se déroulent sur le sol nord-américain, presque exclusivement aux États-Unis. Fin mars, les Masters voient s'affronter les joueuses ayant réalisé les meilleurs résultats de ces Series.

En 1982, on compte deux sous-catégories de tournois : les Futures (dotés de 40 000 $) et les Championnats (dotés de 100 000 à 200 000 $).

Les tournois Colgate Series puis Toyota Series couvrent une trentaine d'événements au total, partout dans le monde. Ils se répartissent en plusieurs sous-catégories, en fonction de leur dotation financière.

En fin d'année, à partir de 1977, une compétition finale confronte les joueuses ayant réalisé les meilleurs résultats de ces Series :

En 1982, on compte ainsi sept sous-catégories[2] :

Catégorie Dotation minimum Tournois
Finale 300 000 Toyota Series Championships
Série 7 300 000 Hilton-Head, Amelia Island, Orlando, Canada
Série 6 175 000 Tokyo
Série 5 150 000 Bridgestone doubles, Eastbourne, US Clay Court, Brighton
Série 4 125 000 San Diego, US Indoors, Derfield Beach, Tampa, Stuttgart, Brisbane, Sydney, Richmond
Série 3 100 000 Italian Open, Swiss Open, German Open, Birmingham, Monte-Carlo, Atlanta, Mahwah
Série 2 75 000 Borden Classic, Japan Open, Hong Kong
Série 1 50 000 Sardaigne, Hittfeld

En 1983, le commanditaire Virginia Slims (succédant à Avon et Totota) prend les rênes du circuit feminin pendant toute l'année[1],[3],[4],[5].

Parallèlement à ces circuits, des tournois font partie du Women's International Grand Prix, organisés dans le monde entier ou alors sont appelés des non-Tour events (tournois non affiliés).

De 1988 à 2008[modifier | modifier le code]

De 1988 à 2008[6], on compte cinq catégories de tournois WTA strictement définis, en sus des quatre épreuves du Grand Chelem. Soit par ordre d'importance :

  • les tournois dits tier I (réunissant les toutes meilleures joueuses),
  • les tier II,
  • les tier III,
  • les tier IV,
  • et les tier V (ces derniers disparaissant en 2006) ;

Les Masters de fin de saison, enfin, alignent les huit meilleures joueuses de l'année écoulée en simple et les quatre meilleures paires en double[7].

Depuis 2009[modifier | modifier le code]

2009 voit intervenir une importante réforme, visant à une meilleure lisibilité du calendrier, avec une réduction à seulement deux « classes » de tournois WTA[8] :

  • des épreuves dites « Premier Events », dont :
    • quatre tournois « combinés », « Premier Mandatory », c'est-à-dire simultanément organisés avec l'ATP (avec parité des gains). Toute joueuse dont le classement lui permet d'intégrer la compétition a l'obligation théorique de s'y présenter, sous peine de sanctions financières ;
    • des tournois strictement féminins, « Premier 5 » au nombre de cinq et « Premier » (12 en 2017). Les 9 épreuves « Premier Mandatory » et « Premier 5 » correspondent en termes de prestige et de dotations aux neuf Masters 1000 du circuit masculin.
  • des épreuves moins prestigieuses et moins dotées, dites « International Events ». Les joueuses qui se sont le mieux distinguées dans cette catégorie de tournois se retrouvent en fin d'année pour le « tournoi international des championnes » (de 2009 à 2014). En 2015 est instauré un « Masters bis », le Trophée de l'élite, en remplacement du tournoi international des championnes.

Les Masters de fin de saison regroupent toujours les meilleures joueuses de simple et équipes de double en novembre.

En 2012, la catégorie « WTA 125 », hiérarchiquement située entre les tournois ITF et les « International Events », est créée. Deux épreuves de cette catégorie, à Taïwan et en Inde, figurent au calendrier 2012[9], avant que leur nombre croisse les saisons suivantes.

Hors du circuit principal, les joueuses s'affrontent dans les épreuves du circuit secondaire, l'ITF Women's Circuit, organisé par l'ITF, dont les épreuves sont dotées de 15 000 à 100 000 $.

Catégories des tournois masculins[modifier | modifier le code]

De 1970 à 1989[modifier | modifier le code]

Avant la réorganisation du fonctionnement de l'ATP en 1990, les tournois du circuit Grand Prix étaient classés suivant leur dotation. Par exemple, en 1980, figurent en haut de la hiérarchie les tournois du Grand Chelem qui offrent un minimum de 350 000$, puis 10 catégories de tournois dotées de 300 000$ à 75 000$, jusqu'à la plus faible, offrant 50 000$[10].

Depuis 1990[modifier | modifier le code]

Chronologie de la catégorisation des tournois masculins depuis 1990.

En dessous des tournois du Grand Chelem, les épreuves principales du circuit masculin organisées par l'ATP se répartissent en trois types de tournois :

  • les tournois Masters 1000, au nombre de neuf, qui à partir de 1990, date de la mainmise de l'ATP sur l'ensemble des tournois masculins, ont succédé aux neuf Grand Prix Championship Series sous les noms successifs d'ATP Championship Series, Single Week (1990 - 1992), Super 9 (1993 - 1999), Masters Series (2000 - 2008) et Masters Series (2004 - 2008). Ce sont les tournois les plus prestigieux et les plus dotés après ceux du Grand chelem.
  • les tournois ATP World Tour 500, au nombre de treize. Ils correspondent aux anciens ATP Championship Series (1990-1997) puis ATP International Series Gold (1998-2008). Leur nom indique qu'ils rapportent 500 points au classement ATP et leur liste est susceptible de varier chaque année.
  • les tournois ATP World Tour 250, au nombre de quarante en 2017. Ils ont succédé aux ATP World Series (1990-1997) et aux ATP International Series (1998-2008). Ils rapportent 250 points au classement ATP et leur liste peut également varier chaque année.

Hors du circuit principal, les joueurs s'affrontent dans les épreuves de deux circuits secondaires :

  • celles de l'ATP Challenger Tour, organisé par l'ATP, dont les épreuves sont dotées de 50 000 à 150 000 $.
  • celles de l'ITF Men's Circuit, organisé par l'ITF, dont les épreuves, nommées tournois Future, sont dotées de 15 000 à 25 000 $.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « About the WTA », sur wtatennis.com
  2. (en) « page 1, entrée no 3 », sur www.tennisforum.com
  3. (en) « It's official: Avon, Women's tour part ways », St. Petersburg Times,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Virginia Slims back in tennis », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « WTA gets new format, old backer », The Palm Beach Post,‎ (lire en ligne)
  6. Jusqu'en 1988, faute de sources fiables de la WTA, il est difficile d'établir une véritable hiérarchie des tournois, sinon par leur dotation financière.
  7. Les seize meilleures joueuses en simple et les huit meilleures paires jusqu'en 2002
  8. Voir : Tour Announces 2009 Roadmap Calendar sur le site de la WTA
  9. Annonce des WTA 125
  10. Le sprint final du Grand Prix masculin a commencé, Journal de Genève, 28 octobre 1980