Ai Sugiyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sugiyama.
Ai Sugiyama
Ai Sugiyama
Ai Sugiyama à l'US Open 2009
Carrière professionnelle
1992 – 2009
Pays Drapeau du Japon Japon
Naissance (40 ans)
Drapeau : Japon Tokyo
Taille / poids 1,63 m (5 4) / 55 kg (121 lb)
Prise de raquette Droitière
Revers à deux mains
Gains en tournois 8 128 126 $
Palmarès
En simple
Titres 6
Finales perdues 7
Meilleur classement 8e (09/02/2004)
En double
Titres 38
Finales perdues 33
Meilleur classement 1re (23/10/2000)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/8 1/4 1/8
Double F (1) V (1) V (1) V (1)
Mixte 1/8 1/2 1/2 V (1)

Ai Sugiyama (née le 5 juillet 1975 à Tokyo) est une joueuse de tennis japonaise, professionnelle de 1992 à 2009, la meilleure de son pays depuis Kimiko Date.

Constamment présente parmi les 30-40 meilleures joueuses du monde en simple pendant 13 années consécutives, elle compte de très nombreuses victoires face à des top 10 et notamment face à d'anciennes numéros 1 mondiale parmi lesquelles Steffi Graf, Martina Hingis, Lindsay Davenport, Kim Clijsters, Justine Henin, Jennifer Capriati, Arantxa Sánchez Vicario, ou encore Dinara Safina. Elle a disputé son dernier match en simple le au premier tour de l'Open de Tokyo face à la Russe Nadia Petrova.

Depuis sa retraite, elle couvre l'actualité du circuit ATP et WTA lors des tournois du Grand Chelem pour la télévision japonaise tout en s'occupant de sa propre académie de tennis au Japon.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Remarquable contreuse et dotée d'une technique impeccable, la Japonaise a su optimiser son petit gabarit grâce à une prise de balle extrêmement précoce et à un jeu de jambes exemplaire lui permettant de prendre de vitesse des rivales plus puissantes.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

Elle s'est particulièrement illustrée en double dames, où elle a été numéro un mondiale pendant 45 semaines (première accession le ) et a remporté 39 titres dont quatre en Grand Chelem, avec notamment ses partenaires favorites Julie Halard, Kim Clijsters et Daniela Hantuchová.

En simple, elle a gagné six tournois et a atteint la 8e place mondiale le . Elle a également disputé deux fois les quarts de finale en tournois du Grand Chelem : l'Open d'Australie (en 2000) et Wimbledon (en 2004).

Elle détient le record absolu du nombre de tournois du Grand Chelem disputés consécutivement en simple dames, avec 62 participations entre 1994 et 2009. Seul Roger Federer la devance en simple messieurs, avec 65 participations consécutives.

Elle fut la première joueuse de tennis asiatique (hommes et femmes confondus) à atteindre la première place mondiale en junior (en mai 1991) et par la suite en double (en octobre 2000). Par ailleurs, elle fut la deuxième joueuse asiatique à intégrer le top 10 en simple (en février 2004) 10 ans après Kimiko Date-Krumm.

Débuts sur le circuit WTA (1991-1994)[modifier | modifier le code]

Ai Sugiyama débute sur le circuit en 1991 à 15 ans, où elle échoue en qualifications de l'Open d'Australie. Elle passe la saison sur le circuit secondaire, le circuit ITF mais également sur le circuit junior. Elle se qualifie pour la première fois pour un tournoi WTA en 1992 à Osaka en étant classée no 554 mondiale. Elle y remporte son premier match mais s'incline au second tour face à la meilleure joueuse japonaise de tennis de l'époque, Kimiko Date-Krumm. Cette performance lui permet de gagner plus de 200 places au classement. Cependant c'est surtout sur le circuit ITF qu'elle s'illustre en remportant un premier tournoi à Raonoke. Elle finit la saison 183e mondiale. En 1993, elle échoue au dernier tour des qualifications à l'Open d'Australie. Elle parvient à se qualifier à Tokyo et rencontre Martina Navrátilová, lui prenant un set. Elle se qualifie pour la première fois à un tournoi du Grand Chelem à Wimbledon mais échoue au premier tour face à Gigi Fernández (3-6, 6-3, 6-3). Elle atteint la finale d'un tournoi ITF mais ne remporte aucun titre.

En 1994, elle réalise sa première performance à Osaka où elle rallie les demi-finales battue par Iva Majoli (7-5, 7-5) puis se qualifie pour le tournoi de Miami. Elle se qualifie à nouveau pour Wimbledon mais est éliminée par sa compatriote no 6 mondiale, Kimiko Date-Krumm (6-3, 7-6). Elle dispute sa première finale à Surabaya. Alors qu'elle remporte le premier set, elle abandonne après le second. Une performance qui l'amène pour la première fois dans le top 100 en fin de saison, 72e.

Progression constante (1995-1998)[modifier | modifier le code]

Ai Sugiyama entre directement dans le tableau final de l'Open d'Australie mais est éliminée dès le premier tour par Sawamatsu. Elle se fait remarquer à Roland-Garros où elle élimine la no 14 mondiale, Helena Suková, au premier tour (4-6, 6-3, 9-7). Puis elle élimine facilement Laurence Courtois puis Jolene Watanabe-Giltz. Elle accède à la seconde semaine d'un Grand Chelem pour la première fois. Cependant son parcours s'arrête en huitièmes, battue par Chanda Rubin. Elle est stoppée au premier tour de Wimbledon et au second tour de l'US Open. Elle réalise sa meilleure performance à Oakland où elle élimine Irina Spîrlea puis Zina Garrison, joueuse du top 30 avant de passer Lindsay Davenport sans jouer. Elle se retrouve en finale mais s'incline face à Magdalena Maleeva (6-3, 6-4).

Elle commence bien la tournée australienne 1996, elle va jusqu'au troisième tour à l'Open d'Australie. Elle confirme au tournoi d'Indian Wells en atteignant encore le troisième tour en éliminant la tête de série no 16, Lisa Raymond. Elle ne va pas plus loin, battue par la no 2 mondiale Conchita Martínez. Elle confirme sa progression à Miami où elle élimine Jana Novotná no 10 mondiale au troisième tour, mais s'incline en huitièmes face à Irina Spirlea. Éliminée au premier tour de Roland Garros, elle réalise à nouveau une performance de choix à Wimbledon en écartant Helena Suková no 25 mondiale mais surtout Anke Huber au troisième tour alors no 5 mondiale. Elle est éliminée en huitièmes face à Mary Joe Fernández malgré le gain du deuxième set 6-1. Elle atteint la 23e place à la WTA. La fin de saison est moins convaincante.

La Japonaise commence 1997 de belle manière en atteignant la finale du tournoi de Gold Coast. Elle est éliminée au deuxième tour à l'Open d'Australie, comme à Indian Wells où elle est écartée par une jeune Américaine, Venus Williams. Elle remporte son premier titre WTA à Tokyo en battant Amy Frazier en finale. Son parcours en Grand Chelem est plus difficile, dû à des tirages compliqués. Elle est éliminée au deuxième tour de Roland Garros, au premier de Wimbledon et deuxième à l'US Open. Elle finit l'année sur une bonne performance en étant finaliste à Moscou après avoir éliminé 4 joueuses du top 25 avant de s'incliner face à Novotná (6-3, 6-4).

Elle s'adjuge Gold Coast en 1998 sans perdre un set avant d'atteindre les demis à Sydney, battue par Venus Williams. Elle atteint les huitièmes de l'Open d'Australie et le troisième tour d'Indian Wells. Elle s'adjuge l'Open du Japon en tête de série no 1. Elle démarre de belle manière la saison sur terre battue en se qualifiant pour les quarts de finale aux dépens d'Amanda Coetzer, no 4 à la WTA, au tournoi de Berlin mais est sortie par la spécialiste Conchita Martínez. Elle est étrillée au second tour de Roland Garros à nouveau par Venus Williams (6-0, 6-2). Elle déçoit à Wimbledon où elle est éliminée dès son entrée en lice contre Plischke. Elle se rattrape en sortant Steffi Graf à San Diego. Elle abandonne malheureusement au deuxième tour de l'US Open et termine sa saison 18e joueuse mondiale après avoir été no 16.

Tassement des performances et absence de titre en simple (1999-2001)[modifier | modifier le code]

Ses performances en 1999 sont correctes mais en deçà de l'année précédente. Elle quitte prématurément l'Open d'Australie au premier tour, sortie par Amy Frazier. Elle est en finale à l'Open du Japon, sa seule finale de la saison, à nouveau battue par Amy Frazier (6-2, 6-2). Sa saison sur terre battue est relativement décevante malgré sa victoire au premier tour face à Amanda Coetzer à Roland Garros, elle perd au tour suivant 11-9 au troisième set. Elle perd au même stade à Wimbledon. Elle réalise quelques coups d'éclat comme face à Mary Pierce, no 6, à San Diego et Moscou, ou contre Jana Novotná, no 7, à Toronto et Julie Halard, no 8, à Tokyo sans pour autant confirmer les tours suivants.

En 2000, elle choisit la Française Julie Halard comme partenaire de doubles. Une collaboration payante car elles remporteront 7 titres cette année-là dont un tournoi du Grand Chelem à l'US Open. En simple, l'année commence bien pour Ai Sugiyama puisqu'après avoir posé des problèmes à Amélie Mauresmo à Sydney (6-7, 6-0, 7-6), elle réalise son premier quart de finale en Grand Chelem à l'Open d'Australie. Elle élimine d'abord Magdalena Maleeva (7-6, 7-6) puis Adriana Rikl Gersi (6-1, 6-4) et Åsa Svensson (6-4, 4-6, 6-3) avant d'affronter Mary Pierce. Elle écarte la no 5 mondiale (7-5, 6-4) mais se fait corriger par Jennifer Capriati au tour suivant (6-0, 6-2). Elle atteint également les huitièmes de finale à Roland Garros, battue par la future finaliste Conchita Martínez. Elle est éliminée par Venus Williams au deuxième tour de Wimbledon. Le reste de la saison est décevant, elle ne passe plus le deuxième tour et chute dans le classement. Elle atteint tout de même la place de n°1 en doubles.

Elle perd tous ses points à l'Open d'Australie 2001, tombant d'entrée face à Amélie Mauresmo et est 49e mondiale. Elle se rattrape avec un quart de finale à Tokyo puis un huitième à Indian Wells battue par la jeune prodige Kim Clijsters. Elle rate son tournoi à Roland Garros, sortie d'entrée contre une qualifiée, Petra Mandula. Elle est alors en dehors du top 50, une première depuis 1995. Elle est éliminée au troisième tour de Wimbledon par Sandrine Testud puis prend sa revanche face Kim Clijsters à San Diego. Sa fin de saison est correcte avec un deuxième tour à l'US Open et une demi-finale à l'Open du Japon.

Apogée (2002-2004)[modifier | modifier le code]

Le début de saison 2002 d'Ai Sugiyama est bon sans être exceptionnel. Elle est notamment éliminée sèchement au troisième tour de l'Open d'Australie par la n°69 mondiale Janette Husarova (6-2 6-3), en demi-finale à Memphis par Lisa Raymond (6-2 6-1) ou encore en huitième d'Indian Wells par Monica Seles (6-0 6-1). Sa saison sur terre est du même acabit. Elle est proche de créer la surprise à Wimbledon en remportant le premier set face à Monica Seles au troisième tour, mais doit s'incliner. La suite de sa saison sera meilleure avec un quart de finale à San Diego où elle élimine deux joueuses du Top 20, Lisa Raymond et Daniela Hantuchova, puis une demi-finale à Los Angeles en créant la sensation en écartant la n°3 mondiale Capriati et une demi-finale à Shanghai, battue par Anna Kournikova. Seule ombre, une sortie au deuxième tour de l'US Open contre sa rivale, Amy Frazier.

La saison 2003 est incontestablement sa meilleure, en simple et en double où elle fait équipe avec Kim Clijsters. La saison débute pourtant mal avec des éliminations précoces comme à l'Open d'Australie. Elle remporte néanmoins son premier titre depuis 5 ans à Scottsdale en écartant entre autres Lindsay Davenport, et surtout Kim Clijsters en finale. Elle atteint les huitièmes de finale à Indian Wells en écartant Magdalena Maleeva et inflige un 6-0 à Chanda Rubin avant de perdre les deux sets suivants 6-4 6-4. Elle confirme à Rome en rejoignant les demi-finales, battue cette fois-ci par Clijsters en deux sets. Une performance qui lui permet d'atteindre le meilleur classement de sa carrière jusqu'ici, n°15 mondiale. Elle tient son rang en se qualifiant pour les huitièmes de Roland Garros mais s'incline logiquement face à Serena Williams tout comme à Wimbledon où elle est cette fois battue par Kim Clijsters. Néanmoins elle remporte ces deux titres du Grand Chelem en double. Elle est alors aux portes du Top 10 en simple, n°11. Demi-finaliste à Los Angeles et quart de finaliste à New Haven, Ai Sugiyama arrive à l'US Open dans de bonnes dispositions. Après un tour rapidement remporté, elle est accrochée au deuxième tour par Virginie Razzano puis par Nicole Pratt au troisième. Elle passe proche d'une seconde qualification en quart de finale en Grand Chelem face à Schiavone avant de s'effondrer dans le troisième set (6-7 7-5 6-2). Sa bonne fin de saison et les forfaits lui permettent de disputer les Masters de fin d'année pour la première et dernière fois de sa carrière. Éliminée, elle gagne contre Justine Henin en phase de poules, sa seule victoire. Une victoire qui lui permet de finir n°10 mondiale en simple et est n°3 en doubles.

Elle remporte à nouveau Gold Coast, c'est son deuxième titre sur ce tournoi mais également son dernier en simple et devient n°9 mondiale. Elle se fait sortir rapidement de l'Open d'Australie par sa compatriote Saori Obata au deuxième tour. Un quart de finale à Tokyo lui permet d'atteindre le meilleur classement de sa carrière, elle est n°8 à la WTA. Hormis une demi-finale à Dubai, Ai Sugiyama ne parvient pas à confirmer jusqu'à Wimbledon. Elle bénéficie d'un tableau dégagée jusqu'en quart de finale où elle ne rencontre aucune joueuse du Top 50. Cependant elle rend les armes face à Maria Sharapova, future lauréate du tournoi non sans avoir résisté pendant deux sets (5-7 7-5 6-1). Elle réalise son meilleur parcours aux Jeux olympiques à Athènes en ralliant les quarts, battue par Alicia Molik. Elle atteint à nouveau les huitièmes à l'US Open et finit l'année n°17.

Fin de carrière (2005-2009)[modifier | modifier le code]

La saison 2005 démarre mal puisqu'elle ne gagne que deux matchs lors des trois premiers mois de l'année, et ne parvient pas réaliser une très bonne saison sur terre battue qui aboutit à une élimination d'entrée à Roland Garros, elle subit le même sort à Wimbledon contre Roberta Vinci. Reléguée à la 38e position à la WTA après ces déconvenues, elle signe sa performance de l'année à San Diego où elle bat Kuznetsova au troisième tour et se qualifie pour la finale, seulement battue par Mary Pierce (6-0 6-3).

A l'instar de la saison précédente, la japonaise loupe son début de saison 2006, n'enregistrant que sa première victoire fin février. Elle enregistre ensuite des résultats probants à Doha où elle est demi-finaliste, puis huitième de finaliste à Indian Wells et quart de finaliste à Miami. Elle ne confirme pas sur terre battue mais réalise de bonnes performances sur gazon. Elle élimine Martina Hingis qui sort de sa retraite au troisième tour de Wimbledon mais rate le coche au tour suivante contre Severine Beltrame pourtant issue des qualifications. Elle atteint la finale du tournoi de Séoul mais échoue face à la grecque Eleni Daniilidou (6-3 2-6 7-6), alors qu'elle n'a rencontré aucune joueuse du Top 50 lors de la semaine.

Elle ne réalisera aucune performance d'envergure en 2007, signant deux second tours à l'Open d'Australie et l'US Open et deux troisièmes tours à Roland Garros et Wimbledon. Elle n'attend aucun quart de finale cette saison et finit la saison 39e mondiale, son plus mauvais classement en fin de saison depuis 12 ans.

L'année 2008 est à peine meilleure, elle échouera au troisième tour de l'Open d'Australie et bat sa dernière joueuse du Top 10 à la régulière à Miami en sortant Hantuchova. Ses meilleures performances seront sa demi-finale à Stanford et son quart de finale à Toronto où elle est battue à chaque fois par Marion Bartoli.

Après un début de saison convaincant avec une demi-finale à Sydney et un troisième tour à l'Open d'Australie stoppée par la n°1 mondiale, Jankovic, elle enregistre 11 défaites de suite entre le circuit WTA et la Fed Cup. Elle stoppe l'hémorragie à Wimbledon où elle atteint le troisième tour, ses dernières victoires en Grand Chelem en simple. La suite sera ponctuée de nombreuses défaite jusqu'à celle face à Nadia Petrova sur ses terres à Tokyo, où elle abandonne au second set. Elle met ensuite un terme à sa carrière en simple et en doubles.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

En double mixte[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Records et statistiques[modifier | modifier le code]

Ai Sugiyama détient le record absolu du nombre de tournois du Grand Chelem disputés consécutivement, avec 62 participations entre 1994 et 2009, devant Francesca Schiavone (61).

Elle fut la première joueuse de tennis asiatique (hommes et femmes confondus) à atteindre la première place mondiale en junior (en mai 1991) et par la suite en double (en octobre 2000). Par ailleurs, elle fut la deuxième joueuse asiatique à intégrer le top 10 en simple (en février 2004) 10 ans après Kimiko Date.

Lors de l'édition 2003 du tournoi de Scottsdale qui fut largement perturbée par la pluie, la japonaise réussit l'exploit de remporter quatre matchs de suite au cours d'une même journée pour s'adjuger le titre en simple et en double. À la suite de sa victoire en trois sets en demi-finale (après avoir sauvé trois balles de match face à Alexandra Stevenson), elle remporte dans la foulée, et contre toute attente, la finale du simple en trois sets contre Kim Clijsters. 90 minutes plus tard Sugiyama et Clijsters enchaînèrent sur la demi-finale du double qu'elles remportèrent, puis sur la finale qu'elles s'adjugèrent en 2 sets face à la paire Davenport/Raymond. Au total, Sugiyama aura disputé pas moins de 10 sets dans la même journée, pour un total de 6 heures et 18 minutes passées sur le court[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit là du dernier classement de Sugiyama à la WTA, celle-ci ayant demandé à être retirée du classement à partir du , soit trois semaines avant la fin de la saison
  2. http://www.sport.fr/tennis/Ai-Sugiyama-force-le-respect-27582.shtm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigation[modifier | modifier le code]