Jo-Wilfried Tsonga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wilfried et Tsonga.
Jo-Wilfried Tsonga
Image illustrative de l'article Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga à l'US Open en 2016.
Carrière professionnelle
2004
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (32 ans)
Drapeau : France Le Mans
Taille / poids 1,88 m (6 2) / 91 kg (200 lb)
Prise de raquette Droitier, revers deux mains
Entraîneur Thierry Ascione
Gains en tournois 20 808 869 $
Site Internet jowiltsonga.fr
Palmarès
En simple
Titres 16
Finales perdues 12
Meilleur classement 5e (27/02/2012)
En double
Titres 4
Finales perdues 4
Meilleur classement 33e (26/10/2009)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple F(1) 1/2 1/2 1/4
Double 1/16 1/32 - -
Médailles olympiques
Double - 1 -
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 1 (2017)

Jo-Wilfried Tsonga, né le au Mans, est un joueur de tennis français, professionnel depuis 2004 et membre de l'équipe de France de Coupe Davis depuis 2008.

Jo-Wilfried Tsonga perce dans le circuit ATP en 2008 lorsqu'il atteint la finale de l'Open d'Australie, puis remporte son premier titre sur le circuit professionnel à l'Open de Thaïlande en septembre 2008. Ses plus prestigieux titres sont sa victoire en 2008 au Masters de Paris-Bercy, lui ayant permis de décrocher pour la première fois sa place aux Masters de tennis à Shanghai, un tournoi dont il atteint la finale à Londres en 2011 lors de sa seconde participation, ainsi que son titre lors du Masters de Toronto en 2014.

À ce jour, il a gagné seize titres en simple au cours de sa carrière. Son meilleur rang au classement ATP est une 5e place mondiale, atteinte en février 2012. Il a en outre remporté quatre titres en double, ainsi qu'une médaille d'argent en double hommes avec Michaël Llodra lors des Jeux olympiques de Londres 2012[1], la coupe Hopman associé à Alizé Cornet en 2014, et la Coupe Davis en 2017.

Ses résultats font de lui le meilleur joueur français de sa génération (il est en effet le seul d'entre eux à avoir disputé une finale en Grand Chelem ainsi qu'au Masters, remporté des Masters 1000 et intégré le top 5) et l'un des meilleurs de l'ère Open. Il est d'ailleurs le deuxième Français, après Yannick Noah en termes de semaines passées dans le top 10 mondial (254 semaines soit presque 5 ans).

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Evrard Tsonga est le fils d'un ancien handballeur professionnel français, Didier Tsonga, originaire du Congo[2], devenu professeur de physique-chimie, et d'une mère enseignante, originaire de la Sarthe. Il est le frère aîné du basketteur Enzo Tsonga, qui a notamment été membre du club Le Mans Sarthe Basket. Depuis plusieurs années, Jo-Wilfried Tsonga est en couple avec Noura El Swekh, qui l'accompagne fréquemment sur le circuit [3]. Le 1er novembre 2016, il annonce que sa femme est enceinte d'un enfant attendu au printemps 2017[4]. Il annonce sur les réseaux sociaux la naissance de son fils le 24 mars 2017.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Le tennis n'a pas été le seul sport que Jo-Wilfried Tsonga a pratiqué puisque, plus jeune, il a également joué au football dans le club de Savigné-l'Évêque (ville située dans la banlieue du Mans). Il a fait le choix de faire actuellement partie des structures de la Fédération française de tennis[5] et est membre du Tennis club de Paris.

Circuit junior[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga a commencé sa carrière tennistique au Tennis Club des 3 vallées à Coulaines dans la Sarthe. Il y reste jusqu'à ses treize ans, âge auquel il est admis au pôle espoir de Poitiers. Il y passe deux ans. En 1999, il entre à l'INSEP pour deux ans[6]. Cette même année, il remporte la Copa del Sol aux côtés de Richard Gasquet, notamment.

Sur le circuit junior, Jo-Wilfried Tsonga remporte quatre titres en simple dont l'US Open en 2003 et atteint la même année les demi-finales des trois autres tournois du Grand Chelem. Il obtient ainsi son meilleur classement junior en étant no 2 mondial derrière Márcos Baghdatís le . Il décroche également trois titres en double aux côtés de Mathieu Montcourt et Richard Gasquet.

2004-2006 : Débuts sur le circuit gâchés par des blessures[modifier | modifier le code]

En 2004, Jo-Wilfried Tsonga remporte deux Challenger (Togliatti, Nottingham) et un tournoi Future (Lanzarote). Sur le circuit ATP, il se montre principalement en fin de saison, lorsqu'il réalise son premier coup d'éclat à Pékin où il élimine au 1er tour son premier top 8, un Carlos Moyà encore au sommet de sa carrière, sur le score sans appel de (6-3, 6-3), dans un de ses tout premiers tournois ATP disputés. Il est ensuite invité à son premier Masters 1000, à Paris-Bercy, où il en profite pour gagner son premier match dans cette catégorie en éliminant Mario Ančić (4-6, 7-65, 6-3) avant de s'incliner (1-6, 3-6) face au futur demi-finaliste Guillermo Cañas. Cette prometteuse première saison professionnelle le fait passer de la 395e à la 163e place mondiale au classement ATP. Il commence alors sa collaboration avec Éric Winogradsky, entraîneur issu de la Fédération française de tennis[7].

En 2005, malgré deux trophées, l'un en Challenger (León au Mexique), l'autre en Future (Saint-Dizier), ainsi qu'un premier tour perdu contre Andy Roddick à Roland-Garros (3-6, 2-6, 4-6), Jo-Wilfried Tsonga chute au classement, passant de la 165e place à la 338e.

En 2006, il remonte la pente en remportant un Challenger (Open de Rennes) grâce à une wild card octroyée par les organisateurs du tournoi et trois Future (Lille, Bath et Bath). Ses résultats lui permettent de finir l'année à la 212e place mondiale.

2007 : Entrée dans le top 50[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga lors de son match à l'US Open 2007 contre Óscar Hernández, remporté 7-5, 6-1, 6-3.

Lors du début de la saison 2007[8], Jo-Wilfried Tsonga obtient une wild card pour jouer l'Open d'Australie et rencontre dès le premier tour l'Américain Andy Roddick. Le premier set se conclut par un jeu décisif qu'il remporte 20-18 et qui devient le plus long tie-break de l'histoire du tournoi. Roddick remporte par la suite le match 618-7, 7-62, 6-3, 6-3.

Il remporte quatre tournois Challenger au cours de cette année 2007 (Tallahassee, Mexico, Lanzarote et Surbiton), avant de se qualifier pour le tournoi du Queen's, en juin. Il parvient à battre au deuxième tour Lleyton Hewitt ce qui lui assure de rentrer dans le top 100 pour la première fois ; c'est à cette occasion qu'il inaugure sa façon de célébrer une victoire avec sa « danse des pouces »[9]. Il perd au tour suivant contre Marin Čilić.

Au tournoi de Wimbledon, où il bénéficie d'une wild card, il passe pour la première fois le premier tour d'un tournoi du Grand Chelem, en battant son compatriote Julien Benneteau. Il gagne les deuxième et troisième tours contre Nicolás Lapentti et Feliciano López mais est stoppé en 1/8 de finale par un autre Français, Richard Gasquet, futur demi-finaliste.

Son nouveau classement (74e) lui permet de participer pour la première fois à l'US Open. Au premier tour, il se défait d'Óscar Hernández (7-5, 6-1, 6-3), puis bat le vétéran Tim Henman au deuxième tour (7-62, 2-6, 7-5, 6-4). Il affronte ensuite Rafael Nadal au troisième tour, et malgré un premier set disputé, l'Espagnol hausse le ton et remporte facilement le match 7-63, 6-2, 6-1.

Le , Tsonga remporte son premier tournoi ATP en double, au Grand Prix de tennis de Lyon, aux côtés de Sébastien Grosjean.

Avec un huitième de finale et un troisième tour en Grand Chelem, l'année 2007 lui permet d'obtenir son meilleur classement en atteignant la 43e place ATP. Il remporte le prix ATP « Révélation de l'Année » (Newcomer of the Year) en 2007.

2008 : Finale en Grand Chelem à l'Open d'Australie, 1er titre en Masters 1000 à Paris-Bercy et no 6 mondial en fin de saison[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga à l'entraînement en mars 2008.

Jo-Wilfried Tsonga commence sa saison 2008[10] avec le tournoi d'Adélaïde où il bat Lleyton Hewitt (6-4, 6-2) avant de s'incliner en demi-finale face à Jarkko Nieminen (2-6, 4-6).

Lors de l'Open d'Australie, il fait sensation en éliminant au premier tour Andy Murray (7-5, 6-4, 0-6, 7-65), tête de série no 9 au bout de plus de trois heures d’un intense combat[11]. Il continue son parcours en écartant successivement Sam Warburg (6-4, 7-64, 6-2), Guillermo García-López (6-3, 6-4, 6-2), et son compatriote Richard Gasquet (no 8 mondial) (6-2, 65-7, 7-66, 6-3) en huitième de finale où il s'est dit « trop crispé »[12]. Puis en quart, le Russe Mikhail Youzhny no 14 mondial (7-5, 6-0, 7-66) avant la demi-finale où il bat sèchement, et à la surprise générale, l'Espagnol Rafael Nadal no 2 mondial en un peu moins de 2 heures sur le score de (6-2, 6-3, 6-2)[5],[13],[14]. Nadal déclara avoir eu le sentiment de lutter contre une « avalanche qu'il ne pouvait pas arrêter[15],[16]. Il perd cependant la finale (6-4, 4-6, 3-6, 62-7) après une belle combativité[17], face au no 3 mondial, le Serbe Novak Djokovic (le seul à lui prendre un set), et n'éprouvant « aucun regret » à la suite du déroulement de la finale[18]. Son classement ATP passe alors de la 38e à la 18e place mondiale[19].

Il obtient, dans la foulée, sa première sélection victorieuse en équipe de France pour le premier tour de la Coupe Davis face à la Roumanie[20].

Cependant, la semaine suivante, à l'Open 13 de Marseille, Tsonga se fait éliminer dès le premier tour par Mario Ančić en deux sets (5-7, 63-7). Lors du Masters d'Indian Wells, il est cette fois battu en huitième de finale par Rafael Nadal en trois sets (7-63, 64-7, 5-7)[21]. Une semaine plus tard, au Masters de Miami, il perd au troisième tour contre son compatriote Julien Benneteau (3-6, 3-6). Blessé au ménisque du genou droit[22], Tsonga arrête de jouer pendant plus d'un mois et fait son retour pour le Masters de Rome où il se fait éliminer dès le premier tour par Gilles Simon en trois sets (2-6, 6-4, 66-7). Une semaine plus tard, Tsonga échoue au second tour du Masters d'Hambourg, battu par le Suédois Robin Söderling en deux sets (2-6, 5-7). Tsonga réalise ensuite un beau parcours lors du tournoi de Casablanca, mais déclare forfait avant la demi-finale et annonce sa prochaine opération du genou, le contraignant à faire une pause de plusieurs mois dans sa saison. Le , il déclare également forfait pour Roland-Garros et atteint paradoxalement le même jour son meilleur classement à l'ATP avec la 11e place mondiale. À la suite de son forfait à Wimbledon, il redescend à la 19e place.

Afin de privilégier sa rééducation à la suite de son opération au genou[23], Tsonga ne participe pas aux Jeux olympiques à Pékin. Il fait son retour à l'US Open où il bat Santiago Ventura au premier tour, puis Carlos Moyà au second tour, avant de perdre face à Tommy Robredo (62-7, 2-6, 3-6). Après le Heineken Stars 2008 sur le circuit challenger, qu'il remporte le 20 septembre au Viêt Nam face au Suédois Robin Söderling (7-6, 1-6, 6-4), il participe au tournoi de Bangkok où il s'impose en battant en demi-finale Gaël Monfils (6-0, 6-3), et le 3e mondial Novak Djokovic en finale 7-64, 6-4. Il prend ainsi sa revanche sur la finale de Melbourne et remporte à cette occasion son premier tournoi en simple sur le circuit ATP[24]. Durant le Masters de Madrid, Tsonga rencontre pour la première fois Roger Federer contre lequel il s'incline 4-6, 1-6 en huitièmes de finale. Une semaine plus tard, il atteint pour la seconde année consécutive les demi-finales du Tournoi de Lyon, où il bat notamment Marc Gicquel 7-5, 4-6, 6-3, Fabrice Santoro 6-2, 5-7, 6-3, et Juan Carlos Ferrero 7-65, 6-1. Il trébuche finalement contre Julien Benneteau, pour la seconde fois de la saison, 64-7, 5-7.

Jo-Wilfried Tsonga lors des Masters de Paris-Bercy contre Radek Štěpánek le .

Il remporte le Masters de Paris-Bercy, le plus grand titre de sa carrière à ce jour avec celui obtenu à Toronto en 2014. En éliminant coup sur coup Radek Štěpánek (3-6, 6-4, 6-4), le no 3 mondial Novak Djokovic (6-4, 1-6, 6-3)[25], puis le no 7 mondial Andy Roddick (5-7, 6-4, 7-65) en quart[26] et le no 11 mondial James Blake (6-4, 6-3) dans le dernier carré[27]. Il bat en finale le no 8 mondial David Nalbandian, tenant du titre (6-3, 4-6, 6-4). Il s'agit de sa première victoire en Masters Series, qui lui permet de décrocher sa place pour la Masters Cup à Shanghai et de rentrer pour la première fois de sa carrière dans le top 10 mondial, à la 7e place[28]. Il devient ainsi le no 1 Français devant Gilles Simon qui l'accompagne également à la Masters Cup profitant du forfait de Rafael Nadal.

Le tirage au sort des Masters le place dans le groupe or avec Novak Djokovic, Nikolay Davydenko et Juan Martín del Potro. Ses défaites lors des deux premiers matchs de poule, contre Nikolay Davydenko en trois sets accrochés (7-66, 4-6, 60-7), puis Juan Martín del Potro (64-7, 65-7)[29], l'éliminent de la course pour les demi-finales, mais il finit le tournoi sur une bonne note car il bat Novak Djokovic (1-6, 7-5, 6-1) à nouveau, pour son dernier match de poules[30]. Cette victoire lui permet de finir l'année à la 6e place mondiale et en tant que no 1 Français, juste devant Gilles Simon (no 7)[31].

Il renonce à participer aux Masters France à Toulouse en décembre. À l'issue de la saison, il reçoit le prix ATP 2008 du « Joueur s'étant le plus amélioré ».

2009 : Déception en Grand Chelem, 3 titres ATP dont un 1er ATP 500 à Tokyo et maintien dans le top 10[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga commence sa saison 2009[32] à l'Open de Brisbane dont c'est la première édition. Tête de série no 2, il bat Agustín Calleri (6-2, 7-5) et Jarkko Nieminen (0-6, 7-61, 7-65) avant de s'incliner face à son compatriote Richard Gasquet en quart de finale (6-1, 4-6, 2-6). Durant le même tournoi, il remporte en revanche avec Marc Gicquel son troisième titre en double (avec trois partenaires différents) en battant en finale la paire Fernando Verdasco/Mischa Zverev (6-4, 6-3). La semaine suivante, il dispute le tournoi de Sydney mais déclare forfait avant son quart de finale face à Jarkko Nieminen après avoir battu Simone Bolelli. Remis d'une blessure au dos, il participe à l'Open d'Australie en tant que finaliste sortant. Il bat successivement Juan Mónaco au premier tour (6-4, 6-4, 6-0), puis Ivan Ljubičić (64-7, 7-68, 7-67, 6-2), et Dudi Sela (6-4, 6-2, 1-6, 6-1). En huitièmes de finale, il bat l'Américain James Blake 10e mondial (6-4, 6-4, 7-63)[33], mais en quarts de finale, il s'incline face à l'Espagnol Fernando Verdasco 15e mondial (62-7, 6-3, 3-6, 2-6)[34].

La semaine suivante, Tsonga remporte le tournoi de Johannesburg en battant Thiago Alves, Denis Istomin, Kristof Vliegen, Frederico Gil puis Jérémy Chardy en finale (6-4, 7-65). La saison européenne débute par le Tournoi de Rotterdam, où il atteint les quarts de finale en s'inclinant face au no 1 mondial Rafael Nadal (4-6, 7-65, 4-6). Il remporte la semaine suivante l'Open 13 de Marseille en battant successivement Andrey Golubev (7-65, 6-2), Simone Bolelli (6-3, 6-2), Feliciano López (6-2, 61-7, 6-4), puis la tête de série no 1 Novak Djokovic (6-4, 7-61), qu'il bat pour la quatrième fois en moins d'un an et menant dans les confrontations[35]. En finale, il l'emporte sur son compatriote Michaël Llodra en deux sets (7-5, 7-63), s'adjugeant ainsi son deuxième titre de l'année et le quatrième de sa carrière[36]. Il est alors, à cette date, le joueur de tennis ayant gagné le plus de matchs depuis le début 2009[37].

Tsonga est retenu pour participer à la rencontre de Coupe Davis du premier tour entre la France et la République tchèque, du 6 au 8 mars et remporte le second simple face à Radek Štěpánek (7-5, 6-2, 7-61) après la défaite de Gilles Simon. Sa victoire face à Jan Hernych (6-2, 65-7, 7-60) n'empêche pas la défaite de l'équipe de France 3-2[38]. La semaine suivante, Tsonga se fait éliminer au troisième tour du Masters d'Indian Wells par le Russe Igor Andreev (5-7, 4-6). Le 26 mars, il est désigné « Joueur s'étant le plus amélioré en 2008 » par l'ATP, succédant à Novak Djokovic. Lors du Masters de Miami il atteint les quarts de finale en battant le 8e mondial, Gilles Simon (64-7, 6-3, 6-2), mais s'incline ensuite face au no 3 mondial Novak Djokovic (3-6, 4-6)[39].

Jo-Wilfried Tsonga en mai 2009 lors de Roland-Garros.

Il décide de ne pas participer au Masters de Monte-Carlo ni à l'Open de Barcelone, où il était initialement prévu, afin de préparer au mieux la saison sur terre battue. Il s'incline pourtant dès le premier tour du Masters de Rome face à Richard Gasquet (62-7, 4-6). Au Masters de Madrid, il élimine au premier tour Marat Safin en deux sets avant de s'incliner au deuxième tour face à Ivan Ljubičić (4-6, 5-7). À Roland-Garros, il élimine successivement Julien Benneteau (7-5, 2-6, 6-1, 7-68), le terrien Juan Mónaco (7-5, 2-6, 6-1, 7-68) et Christophe Rochus (6-2, 6-2, 6-2), mais finit par s'incliner en quatre sets face à l'Argentin Juan Martín del Potro, 5e mondial (1-6, 7-65, 1-6, 4-6)[40]. Il signe cependant sa meilleure performance sur la terre battue parisienne.

Lors de Wimbledon, il bat le Kazakh Andrey Golubev (6-3, 5-7, 7-64, 7-65) et bénéficie de l'abandon de Simone Bolelli pour atteindre le troisième tour où il s'incline contre Ivo Karlović (65-7, 7-65, 5-7, 65-7)[41].

Lors de la rentrée de la saison sur dur, il est éliminé au second tour du tournoi de Washington par l'Américain John Isner (6-4, 62-7, 64-7). La semaine suivante, lors du Masters du Canada, il bat successivement Rainer Schüttler, le 9e mondial Gilles Simon (6-3, 6-3), et atteint les quarts de finale contre le no 1 mondial, Roger Federer qu'il domine dans un match à rebondissements (7-65, 1-6, 7-63) après avoir été mené 5-1 dans la dernière manche[42],[43]. Il s'incline néanmoins en demi-finale face à Andy Murray 3e mondial, (4-6, 68-7) contre le futur vainqueur de l'épreuve[44]. Au Masters de Cincinnati, il perd dès le second tour face à l'Australien Chris Guccione (612-7, 2-6). Lors de l'US Open, il élimine successivement Chase Buchanan (6-0, 6-2, 6-1), Jarkko Nieminen (7-5, 6-3, 6-4), Julien Benneteau (7-65, 6-2, 6-4), pour atteindre les 1/8 de finale où il est battu par Fernando González (6-3, 3-6, 63-7, 4-6)[45].

En septembre, lors de la rencontre de barrage de Coupe Davis face à l'équipe des Pays-Bas, il remporte ses deux matchs en simple face à Jesse Huta Galung (7-62, 6-2, 7-63) et Thiemo de Bakker (7-65, 6-2, 3-6, 7-64), ainsi que le match en double associé à Michaël Llodra (6-3, 3-6, 7-6, 6-4) assurant principalement par ses résultats la victoire de l'équipe de France et son maintien dans le groupe mondial[46],[47]. À l'Open de Bangkok, dont il était tenant du titre, il est éliminé en demi-finale par Viktor Troicki (6-1, 2-6, 3-6) après un premier set facile. La semaine suivante, alors que sa participation aux Masters de Londres pour la seconde année consécutive est en jeu, il remporte son troisième tournoi de l'année avec l'ATP 500 de l'Open du Japon après avoir notamment battu Richard Gasquet (4-6, 6-2, 6-2), Ernests Gulbis en quart de finale (4-6, 6-4, 6-3), Gaël Monfils en demi-finale (6-3, 6-3)[48] et le Russe Mikhail Youzhny en finale (6-3, 6-3)[49]. Il devient ainsi le premier joueur Français à s'imposer dans ce tournoi. La semaine suivante, au Masters de Shanghai, il est éliminé en huitième de finale par Robin Söderling (3-6, 3-6). Il remporte toutefois le double associé à Julien Benneteau. Au Grand Prix de tennis de Lyon, il atteint les quarts de finale où il est éliminé par Arnaud Clément (7-5, 4-6, 68-7).

Lors du Masters de Paris-Bercy, dont il est le tenant du titre et qu'il a l'obligation de remporter à nouveau pour assurer sa place dans le Top 8 pour participer aux Masters de Londres, il élimine successivement Albert Montañés (6-1, 7-5) puis Gilles Simon (6-2, 6-3) mais perd en quart de finale face à Rafael Nadal (5-7, 5-7) mettant un terme à ses chances de qualification directe pour la Masters Cup[50]. Malgré cet échec, il est néanmoins assuré de finir l'année 2009 dans le top 10. Comme en 2008, il renonce à participer aux Masters France de décembre.

2010 : Demi-finale à l'Open d'Australie, saison sans titre, blessure au genou et finale à la Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga en 2010.

Muni d'une nouvelle raquette, Jo-Wilfried Tsonga commence sa saison 2010[51] directement en participant à l'Open d'Australie, au cours duquel il bat successivement Serhiy Stakhovsky (6-3, 6-4, 6-4), Taylor Dent (6-4, 6-3, 6-3), Tommy Haas (6-4, 3-6, 6-1, 7-5), et Nicolás Almagro (6-3, 6-4, 4-6, 66-7, 9-7), pour le premier match en cinq sets de sa carrière[52]. Puis il affronte et bat le no 3 mondial, Novak Djokovic en quart de finale (7-68, 65-7, 1-6, 6-3, 6-1) au terme d'un gros match à suspense[53],[54]. Il s'incline en demi-finale face au no 1 mondial, Roger Federer (2-6, 3-6, 2-6) assez sèchement et dominé dans le jeu[55].

Par la suite, il déclare forfait pour le tournoi de Rotterdam en raison d'une blessure abdominale[56]. Lors du tournoi de Marseille, il atteint les demi-finales où il s'incline face à Julien Benneteau (611-7, 7-5, 63-7). Pour le premier Masters 1000 de l'année à Indian Wells, il atteint les huitièmes de finale qu'il perd contre Robin Söderling (3-6, 4-6) 7e mondial. La semaine suivante, il s'incline en quarts de finale du Masters de Miami face à Rafael Nadal en deux sets (3-6, 2-6)[57].

Pour le début de sa saison sur terre battue au Masters de Monte-Carlo, il est éliminé en huitièmes de finale par Juan Carlos Ferrero (1-6, 6-3, 5-7). La semaine suivante, lors de l'open de Barcelone, il atteint les quarts de finale après avoir éliminé Jan Hájek (6-3, 6-2) puis Nicolás Almagro (5-7, 6-1, 6-4) et est éliminé par Thiemo de Bakker (4-6, 6-3, 3-6). Au Masters de Rome, il défait Viktor Troicki (6-2, 6-3), puis Santiago Giraldo (6-3, 6-4), pour atteindre les quarts de finale où il perd contre David Ferrer (4-6, 1-6). Tsonga participe alors à Roland-Garros où il bat successivement Daniel Brands dans un premier match difficile (4-6, 6-3, 6-2, 62-7, 7-5), puis Josselin Ouanna (6-0, 6-1, 6-4) et Thiemo de Bakker (66-7, 7-64, 6-3, 6-4) et atteint les huitièmes de finale où il est le dernier représentant Français[58]. Blessé, il abandonne après un set face à Mikhail Youzhny (2-6)[59].

Lors du tournoi de Wimbledon, après avoir battu difficilement Alexandr Dolgopolov (6-4, 6-4, 65-7, 5-7, 10-8) après 3 h 55 de match[60], puis le qualifié Tobias Kamke (6-1, 6-4, 7-61) et Julien Benneteau (6-1, 6-4, 3-6, 6-1), il atteint les quarts de finale où il s'incline face au 4e mondial, Andy Murray (7-65, 65-7, 2-6, 2-6) en 2 h 50[61].

Il se blesse à cette occasion au genou, ce qui lui fait rater les quarts de finale de Coupe Davis, puis l'US Open, où il déclare forfait.

Pour son retour à la compétition en octobre après trois mois d'interruption, il perd au premier tour de l'Open du Japon, dont il est tenant du titre, contre Jarkko Nieminen (4-6, 7-5, 1-6)[62]. La semaine suivante, lors du Masters de Shanghai, il bat successivement Feliciano López (7-64, 6-3), Sam Querrey (7-67, 6-1) et Florian Mayer (7-5, 6-3) pour atteindre les quarts de finale où il chute contre Andy Murray (2-6, 2-6). Une semaine plus tard, Tsonga perd d'entrée (6-3, 3-6, 5-7) contre Viktor Troicki, 43e mondial, à la Coupe du Kremlin. La semaine suivante, il perd en demi-finale de l'Open de Montpellier contre Gaël Monfils (62-7, 6-2, 4-6). Après avoir joué quatre tournois en quatre semaines alors qu'il revenait pourtant tout juste de blessure, il déclare ressentir une gêne au genou[63].

Le , il annonce lors d'une conférence de presse qu'il met fin à sa saison en raison d'une blessure aux ligaments du genou et qu'il est donc forfait pour la finale de Coupe Davis contre la Serbie[64].

La fin de saison prématurée de Jo-Wilfried Tsonga conjuguée à la qualification de Gaël Monfils pour la finale du Masters de Paris-Bercy fait perdre au premier son statut de no 1 Français au profit du second. Il termine la saison 2010 à la treizième place mondial au classement ATP.

2011 : Demi-finale à Wimbledon, finale à Paris-Bercy et aux Masters de Londres, no 6 mondial en fin de saison[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga commence sa saison 2011[65] par le tournoi de Doha, où il bat Rubén Ramírez Hidalgo (6-2, 6-0), Sergei Bubka (6-2, 6-4) et Guillermo García-López (7-64, 7-69) pour atteindre les demi-finales. Il est battu aux portes de la finale par Roger Federer (3-6, 62-7). Durant l'Open d'Australie, après un premier tour difficile contre Philipp Petzschner (4-6, 2-6, 6-2, 6-3, 6-4), le Français se rassure avec un succès en trois manches contre Andreas Seppi (6-3, 7-61, 7-65). Mais il est finalement éliminé au troisième tour par le surprenant Ukrainien Alexandr Dolgopolov, 46e mondial (6-3, 3-6, 6-3, 1-6, 1-6)[66] ce qui constitue une contre-performance importante après la demi-finale de l'édition précédente et une chute au 18e rang mondial pour la première fois depuis septembre 2008[67].

Lors du tournoi de Rotterdam, il atteint la finale en éliminant successivement Grigor Dimitrov (6-4, 6-4), Michaël Llodra (4-6, 6-4, 6-4), Tomáš Berdych (par forfait), et le 15e mondial, Ivan Ljubičić (6-4, 7-66) mais s'incline contre le 4e mondial, Robin Söderling (3-6, 6-3, 3-6)[68]. À l'Open 13 de Marseille, il gagne ses deux premiers matchs contre Benoît Paire (6-1, 6-2) et Serhiy Stakhovsky (5-7, 6-4, 6-2) avant d'échouer en quart de finale contre le Russe Mikhail Youzhny (4-6, 6-2, 4-6).

Il perd d'entrée au Masters d'Indian Wells, battu par le Belge Xavier Malisse (66-7, 5-7) puis ne dépasse pas le troisième tour du Masters de Miami la semaine suivante, battu par Alexandr Dolgopolov (7-62, 4-6, 5-7) à nouveau[69]. Il annonce à la suite de ce tournoi sa séparation d'avec Éric Winogradsky, son entraîneur depuis 7 ans, et sa volonté de s'entourer de sa propre structure et non plus d'une structure fédérale[70] afin de retrouver la « spontanéité et ne plus avoir d'influences extérieures[7] ».

Le tournant du match Tsonga-Wawrinka lors de Roland-Garros en 2011.

Pour le début de la saison sur terre, au Masters de Monte-Carlo, il s'incline dès le deuxième tour face à Ivan Ljubičić (62-7, 4-6), puis perd d'entrée à l'Open d'Estoril contre Pablo Cuevas (2-6, 60-7). Lors du Masters de Madrid, il bat deux Espagnols spécialistes de la surface Nicolás Almagro (6-1, 6-3) 9e mondial, puis Pere Riba (6-4, 6-2), avant de s'incliner contre Robin Söderling 5e mondial, (68-7, 5-7) en huitièmes de finale. La semaine suivante, lors du Masters de Rome il perd au deuxième tour contre Roger Federer (4-6, 2-6). À Roland-Garros, il est éliminé au troisième tour par Stanislas Wawrinka (6-4, 7-63, 65-7, 2-6, 3-6). Après un début de match intense et avoir mené deux sets à rien et 4-2 dans la troisième manche, il perd son jeu de service sur un passing de bout de course du Suisse, et une chute du Français, qui constitue le tournant du match et le début d'une moindre présence physique dont bénéficiera son adversaire pour le reste de la rencontre[71].

Plongeon de Tsonga à la volée lors de la demi-finale de Wimbledon contre Novak Djokovic.

À l'entame de la saison sur gazon au tournoi du Queen's, Jo-Wilfried Tsonga élimine successivement Michael Berrer (6-0, 6-1), Michaël Llodra (4-3 ab), et surtout en quart de finale le no 1 mondial, Rafael Nadal (63-7, 6-4, 6-1) au terme d'un match où le Français a servi 25 aces contre l'Espagnol « émoussé tout au long de la semaine, en plus de ses difficultés à s'adapter à la surface » pour atteindre les demi-finales[72]. En battant James Ward (6-3, 7-67) en demie, il se qualifie pour la finale contre Andy Murray 4e mondial, mais la perd en trois manches serrées (6-3, 62-7, 4-6) après le gain de la première manche et avoir mené dans la deuxième manche[73].

Lors du tournoi de Wimbledon, il élimine successivement Go Soeda (6-3, 7-64, 6-2), Grigor Dimitrov (64-7, 6-4, 6-4, 7-68), Fernando González (6-3, 6-4, 6-3), et le 6e mondial, David Ferrer (6-3, 6-4, 7-61)[74]. En quart de finale il rencontre Roger Federer 3e mondial, lors d'un match spectaculaire où après avoir été mené deux set à rien, il réussit à renverser la situation et s'imposer (3-6, 63-7, 6-4, 6-4, 6-4). Cette victoire s'est construite grâce à la qualité du service du Français (qui ne fit face lors du match qu'à une seule balle de break, perdue au deuxième jeu[75]) et à un jeu de fond de court puissant et agressif avec une grosse prise de risque comme sur le point marquant le tournant du match avec un passing de coup-droit en bout de course lui donnant le break du troisième set[76],[77],[75]. Ce résultat marque également la première défaite de Federer en 178 rencontres de Grand Chelem où après avoir mené deux sets à zéro il ne réussit pas à remporter la victoire[76] (et seulement la troisième défaite après avoir mené deux sets à un[75]). Il atteint ainsi les demi-finales contre Novak Djokovic no 2 mondial, qu'il affronte pour la huitième fois menant 5-2 dans leurs précédentes rencontres dans un match où il y avait des enjeux multiples pour le Serbe puisqu'en cas de victoire il était assuré d'obtenir la place de no 1 mondial[78]. Après un premier set où il sert à 5-4 pour le remporter et un troisième set où il efface trois balles de match, il s'incline 64-7, 2-6, 7-69, 3-6[79].

Jo-Wilfried Tsonga commence la tournée nord-américaine sur surface dure par le Masters du Canada en se qualifiant pour les demi-finales en battant successivement Fabio Fognini (6-4, 7-60), Bernard Tomic (6-3, 7-61), le no 3 mondial Roger Federer (7-65, 4-6, 6-1) dans un match intense et offensif pour une seconde victoire consécutive contre le Suisse[80] et Nicolás Almagro (6-4, 6-4), 10e mondial en quart de finale. Il abandonne cependant lors de la rencontre contre Novak Djokovic (4-6, 0-3, ab.) en raison d'une douleur au bras droit. Son parcours à Montréal lui permet de réintégrer le Top 10 à l'ATP qu'il avait quitté une année auparavant. La semaine suivante lors du Masters de Cincinnati, il élimine Marin Čilić (6-3, 6-4) mais perd au second tour contre Alex Bogomolov (3-6, 4-6) 50e mondial. Lors de l'US Open, il élimine successivement Lu Yen-hsun (6-4, 6-4, 6-4), Sergueï Bubka Jr. (6-3, 7-5, 6-2), Fernando Verdasco (6-3, 7-5, 6-4) puis bat en huitième de finale l'Américain Mardy Fish, 8e mondial (6-4, 65-7, 3-6, 6-4, 6-2) de 3 h 45 lors d'un match intense marqué par le vent grâce à une bonne gestion physique et mentale des points importants[81],[82]. Et se qualifie pour la première fois en quart de finale de ce tournoi pour affronter Roger Federer pour la troisième fois en trois mois (avec deux victoires à Wimbledon et à Montréal). Il s'incline contre le Suisse (4-6, 3-6, 3-6) sèchement[83].

Après la tournée nord-américaine, Jo-Wilfried Tsonga enchaîne avec la demi-finale de Coupe Davis contre l'Espagne sur la terre battue de Cordoue. Titularisé en double avec Michaël Llodra, ils battent la paire Fernando Verdasco-Feliciano López (6-2, 6-1, 6-0). Ce résultat permet à l'équipe de France de revenir à 2-1, après les défaites du premier jour. Engagé le dimanche contre Rafael Nadal, il s'incline lourdemant (0-6, 2-6, 4-6) donnant à l'Espagne sa qualification pour une nouvelle finale[84].

La semaine suivante, Jo-Wilfried Tsonga est tête de série numéro 1 à l'Open de Moselle où il bat successivement Mathieu Rodrigues (6-3, 6-4), Nicolas Mahut (4-6, 6-3, 7-5), prenant sa revanche sur Alexandr Dolgopolov (6-4, 6-4) en demie et en finale Ivan Ljubičić (6-3, 64-7, 6-3) pour remporter son premier titre de la saison et le sixième de sa carrière. Lors de la tournée asiatique, après avoir notamment battu Juan Carlos Ferrero en quart de finale (6-3, 6-4), il s'incline en demi-finale de l'Open de Chine contre Tomáš Berdych (4-6, 6-4, 1-6) 10e mondial, puis chute la semaine suivante dès le premier tour du Masters de Shanghai, battu par Kei Nishikori (7-61, 4-6, 4-6).

À l'Open de Vienne, Tsonga, tête de série no 1, élimine successivement Jarkko Nieminen (3-6, 6-1, 3-1 ab.), Xavier Malisse (4-6, 7-64, 6-4) et Daniel Brands (6-2, 7-64) pour atteindre sa quatrième finale de la saison, où il s'impose contre Juan Martín del Potro (65-7, 6-4, 6-3) décrochant ainsi le septième titre de sa carrière. Ce titre lui permet également de se replacer favorablement dans le top 8 pour les Masters de fin d'année[85]. Après une défaite rapide à l'Open de Valence au deuxième tour contre Sam Querrey (65-7, 2-6). Tsonga dispute le Masters de Paris-Bercy, où il élimine Guillermo García-López (6-3, 6-4) puis le qualifié Andreas Seppi (6-3, 6-4) en huitième de finale assurant ainsi, après la victoire de Tomáš Berdych contre Janko Tipsarević, d'obtenir officiellement son ticket pour disputer le Masters à Londres. Il profite ensuite du forfait du no 1 mondial, Novak Djokovic pour se qualifier pour les demi-finales du tournoi où il bat John Isner (3-6, 7-61, 7-63) en presque trois heures dans un match intense au cours duquel il sauve trois balles de match sur son service à 4-5 dans le dernier set[86]. Il s'incline toutefois en finale contre Roger Federer, 4e mondial (1-6, 63-7). Malgré cette défaite, Jo-Wilfried Tsonga atteint à nouveau la place de no 6 mondial et retrouve ainsi son meilleur classement, obtenu à la fin de la saison 2008[87].

Lors du match des Masters de Londres contre Tomáš Berdych.

Pour son premier match de poule des Masters à Londres, il retrouve Roger Federer qui garde l'avantage en s'imposant (2-6, 6-2, 4-6) en 1 h 28. Pour son deuxième match de poule, il bat Mardy Fish (7-64, 6-1) en une heure et demie préservant ainsi ses chances de qualification pour les demi-finales. Le troisième match décisif l'oppose à Rafael Nadal no 2 mondial, qu'il bat et élimine du tournoi (7-62, 4-6, 6-3) en 2 h 42 grâce à un jeu agressif et des montées à la volée tranchantes[88]. Cette victoire lui donne la deuxième place du tour préliminaire et l'accès à la demi-finale contre le premier du groupe A, Tomáš Berdych qu'il bat aisément en deux sets (6-3, 7-5) en 1 h 34 et disputant sa première finale dans cette catégorie[89]. Il accède à la finale contre Roger Federer, pour une troisième fois en trois semaines, dans un match disputé lors duquel il gère moins bien que son adversaire les points importants[90], malgré un retour dans le second set et le sauvetage d'une balle de match dans le tie-break, pour s'incliner (3-6, 7-66, 3-6) en 2 h 19[91]. Jo-Wilfried Tsonga termine la saison 2011 à la sixième place mondiale avec 4435 points.

2012 : 2e demi-finale à Wimbledon, médaille d'argent aux Jeux olympiques en double, meilleur classement en carrière (5e)[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils avant sa finale victorieuse du tournoi de Doha en 2012.

Jo-Wilfried Tsonga commence la saison 2012[92] lors du tournoi de Doha où il élimine Malek Jaziri (7-65, 65-7, 6-1), Flavio Cipolla (7-68, 6-3), puis Albert Ramos (6-2, 6-1) pour atteindre les demi-finales. Il bénéficie du forfait de Roger Federer, à cause d'un blocage au dos, pour se qualifier en finale contre Gaël Monfils qu'il bat (7-5, 6-3) après un début de match hésitant, remportant le huitième titre de sa carrière[93]. À l'Open d'Australie, Tsonga atteint les huitièmes de finale après avoir battu Denis Istomin (6-4, 3-6, 6-2, 7-5), Ricardo Mello (7-5, 6-4, 6-4) et Frederico Gil (6-2, 6-2, 6-2) mais s'incline contre Kei Nishikori (6-2, 2-6, 1-6, 6-3, 3-6) ce qui constitue une relative contre-performance compte tenu de ses résultats précédents en ce tournoi, et l'empêche d'intégrer le top 5 tout en se rapprochant à 140 points de David Ferrer[94].

Sélectionné pour le premier tour de la Coupe Davis contre l'équipe du Canada, Jo-Wilfried Tsonga remporte facilement son premier match contre Vasek Pospisil (6-1, 6-3, 6-3), puis apporte le point de la victoire contre Frank Dancevic (6-4, 6-4, 6-1), remplaçant de Milos Raonic blessé. Lors du tournoi de Marseille, il élimine Nicolas Mahut (6-3, 6-2) puis Édouard Roger-Vasselin (6-4, 7-5), mais perd en demi-finale contre Juan Martín del Potro (6-4, 69-7, 3-6). Grâce à ce résultat et à une perte de points de son concurrent direct David Ferrer, il entre pour la première fois de sa carrière dans le top 5 et devient le sixième Français de l'ère Open à réaliser cette performance après Yannick Noah, Henri Leconte, Guy Forget, Cédric Pioline et Sébastien Grosjean en atteignant la 5e place mondiale le [95]. La semaine suivante, il perd une nouvelle fois contre Juan Martin Del Potro (61-7, 2-6) en quart de finale du tournoi de Dubaï, reculant ainsi d'une place à l'ATP avec la victoire finale de Ferrer à l'Open du Mexique.

Lors de la tournée nord-américaine, aux Masters 1000 d'Indian Wells, il bat Michaël Llodra sur abandon (4-1 ab.), Radek Štěpánek (62-7, 6-3, 6-2), avant de s'incliner en huitième de finale contre David Nalbandian (6-3, 5-7, 3-6) après avoir pourtant mené 6-3, 5-4 et 40-30[96]. La semaine suivante au Masters de Miami, il élimine Xavier Malisse (7-5, 7-5), Philipp Kohlschreiber (6-4, 7-62) puis Florian Mayer (6-4, 6-2) mais s'incline en quart de finale contre Rafael Nadal (2-6, 7-5, 4-6)[97].

Jo-Wilfried Tsonga à Roland-Garros en 2012 au cours du match contre Andrey Kuznetsov.

Il commence la saison sur terre avec les quarts de finale de la Coupe Davis à Monte-Carlo, marquant le premier point contre Ryan Harrison mais perdant son second simple et la rencontre pour la France contre John Isner (3-6, 64-7, 7-5, 3-6). Il enchaîne avec le Masters de Monte-Carlo en battant Philipp Kohlschreiber (6-2, 6-4) puis Fernando Verdasco (7-67, 6-2), mais s'incline en quart contre Gilles Simon (5-7, 4-6). Il perd ensuite au second tour du tournoi de Munich contre Tommy Haas (1-6, 4-6) alors qu'il était tête de série no 1 du tournoi. Sur la terre battue bleue du Masters de Madrid, il perd en huitième de finale contre Alexandr Dolgopolov (7-5, 3-6, 62-7)[98]. La semaine suivante lors du Masters de Rome, il élimine Viktor Troicki (6-3, 6-2), puis Juan Martín del Potro, blessé au genou, (6-4, 6-1) mais perd contre Novak Djokovic (5-7, 1-6) en quart de finale. Il entame les Internationaux de France à Roland-Garros par une mise en route un peu difficile mais une victoire contre Andrey Kuznetsov[99] (1-6, 6-3, 6-2, 6-4), puis bat sur deux jours Cedrik-Marcel Stebe (6-2, 4-6, 6-2, 6-1) et Fabio Fognini (7-5, 6-4, 6-4) pour atteindre les huitièmes de finale contre Stanislas Wawrinka, pour une revanche de leur troisième tour de l'année précédente où il s'était incliné en cinq sets face au même adversaire après avoir remporté les deux premières manches. Dans un match sur deux jours, interrompu par la nuit, il bat cette fois Wawrinka (6-4, 7-66, 3-6, 3-6, 6-4) pour s'octroyer son premier quart de finale à Roland-Garros et devenir ainsi le premier Français de l'ère Open à atteindre les quarts de finale de tous les grand chelems[100]. Il s'incline cependant contre le no 1 mondial, Novak Djokovic (1-6, 7-5, 7-5, 66-7, 1-6) dans un match où il s'offre quatre balles de match dans le quatrième set sans pouvoir les concrétiser[101],[102].

La transition sur gazon se passe difficilement car, après une victoire facile sur Jamie Baker (6-3, 6-2), Tsonga s'incline en huitième de finale du tournoi du Queen's contre Ivan Dodig (63-7, 6-3, 65-7) et se blesse à la main en tombant[103]. Il commence le tournoi de Wimbledon, où il a beaucoup de points ATP à défendre, par une victoire convaincante contre Lleyton Hewitt[104] (6-3, 6-4, 6-4), puis bat Guillermo García-López (637, 6-4, 6-1, 6-3), Lukáš Lacko (6-4, 6-3, 6-3), plus difficilement Mardy Fish, 12e mondial (4-6, 7-64, 6-4, 6-4) en 3 h 21, et Philipp Kohlschreiber en quart de finale (7-65, 4-6, 7-63, 6-2) en 2 h 51 pour atteindre pour la deuxième année consécutive les demi-finales du tournoi[105]. Il perd son match contre le 4e mondial, Andy Murray (3-6, 4-6, 6-3, 5-7) en 2 h 49 qui domine largement les deux premiers sets avant que Tsonga n'adopte un jeu de service-volée plus efficace, augmente son pourcentage de points gagnés sur ses secondes balles (particulièrement faible à 13 % dans les deux premiers sets), pour remporter le troisième set et mettre l'Écossais sous pression dans la dernière manche, qu'il finit par céder malgré deux balles de break en sa faveur à 4-4 (15-40)[106],[107],[108].

Jo-Wilfried Tsonga lors de son match en simple aux Jeux olympiques de Londres de 2012 contre Thomaz Bellucci.

Jo-Wilfried Tsonga est sélectionné dans l'équipe française de tennis pour les Jeux olympiques de Londres (qui se joue sur le gazon de Wimbledon), en simple (tête de série no 5) et associé en double à Michaël Llodra (tête de série no 2 du tournoi olympique). Il élimine successivement Thomaz Bellucci (65-7, 6-4, 6-4), Milos Raonic après un troisième set de plus de trois heures (6-3, 3-6, 25-23)[109], Feliciano López (7-65, 6-4) mais perd en quart de finale contre Novak Djokovic (1-6, 5-7)[110]. En double, associé à Llodra, il bat notamment en quarts de finale la paire Brésilienne Marcelo Melo/Bruno Soares (6-4, 6-2), puis paire Espagnole David Ferrer/Feliciano López au terme d'un nouveau match marathon (6-3, 4-6, 18-16)[111]. Ils échouent en finale face aux Américains Bob et Mike Bryan (4-6, 64-7) et remportent ainsi la médaille d'argent[1],[112].

La semaine suivante, lors du circuit nord-américain sur dur, il perd au deuxième tour du Masters du Canada contre Jérémy Chardy (4-6, 64-7) et se blesse hors des courts[113]. Il manque ainsi le Masters de Cincinnati, mais revient pour le tournoi de Winston-Salem où il s'incline en demi-finale contre John Isner (4-6, 6-3, 63-7). Il entame l'US Open par une victoire (6-3, 6-1, 7-62) sur Karol Beck mais s'incline au second tour face au 52e mondial Martin Kližan (4-6, 6-1, 1-6, 3-6) créant un handicap dans sa course à la qualification pour les Masters de fin d'année[114].

Au début de la saison sur court couvert, il remet en jeu son titre à l'Open de Moselle où il élimine notamment Nikolay Davydenko (6-0, 3-6, 6-4) en demie et conserve facilement son titre contre Andreas Seppi (6-1, 6-2) remportant le neuvième tournoi de sa carrière[115]. À l'Open de Chine, il bat Denis Istomin (6-4, 1-6, 7-63), profite du forfait de Davydenko, bat Mikhail Youzhny (6-3, 6-2) et Feliciano López (6-1, 4-1 ab.) pour affronter en finale le no 2 mondial, Novak Djokovic contre lequel il s'incline (64-7, 2-6) en raison d'un nombre important de fautes directes aux moments clés[116]. Toutefois, son parcours pékinois lui permet d'atteindre dans un premier temps les 10 millions de dollars de gains cumulés en carrière, puis de dépasser Fabrice Santoro afin de devenir le recordman français, ceci au moment d'entamer le Masters 1000 de Shanghai. Il y élimine Benoît Paire (7-67, 7-5), puis Márcos Baghdatís (6-2, 7-62), mais perd en quart de finale contre Tomáš Berdych (3-6, 64-7), 7e mondial.

Jo-Wilfried Tsonga poursuit la saison en intérieur en Europe en participant à l'Open de Stockholm où, tête-de-série no 1 du tournoi, il élimine Go Soeda (6-2, 7-66), puis Serhiy Stakhovsky (6-3, 6-4) et Márcos Baghdatís (6-4, 4-6, 5-2 ab.) pour atteindre sa troisième finale en un mois. Alors qu'il mène 6-4, 4-2 en finale contre Tomáš Berdych 6e mondial, il enchaîne une série d'erreurs qui permettent au Tchèque de se relancer et s'incline 6-4, 4-6, 4-6[117]. Lors du Masters de Paris-Bercy en tant que finaliste sortant, il bat successivement Julien Benneteau (6-2, 4-6, 7-62), puis Nicolás Almagro (7-64, 7-63) pour atteindre les quarts de finale du tournoi et valider à l'issue de ce match sa participation aux Masters de Londres. Il perd contre David Ferrer (2-6, 5-7) qui domine la rencontre en intensité et régularité[118].

Pour sa troisième participation aux Masters de fin d'année, et la deuxième consécutive aux Masters de Londres, il perd son premier match contre Novak Djokovic (64-7, 3-6) en 1 h 40 malgré des occasions non concrétisées dans le premier set[119], puis s'incline contre Tomáš Berdych[120] (5-7, 6-3, 1-6) en 1 h 52 et Andy Murray (2-6, 63-7) en 1 h 35. À l'issue du tournoi, il finit la saison à la huitième place mondiale à l'ATP[121].

2013 : 1re demi-finale à Roland-Garros et reste de la saison mitigé[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga entame la saison 2013[122] en représentant la France avec Mathilde Johansson en Hopman Cup, tournoi international simple/double mixte organisé par l'ITF à Perth. Il bat en simple Fernando Verdasco (7-5, 6-3), John Isner (6-3, 6-2) et Kevin Anderson (7-64, 7-63) mais ressent une douleur à l'aine, qui se révélera être une blessure aux ischio-jambiers, lors de ce dernier simple et abandonne lors du double mixte décisif contre l'Afrique du Sud[123]. Il déclare forfait pour le tournoi de Sydney et entame sa saison ATP avec l'Open d'Australie en tant que tête de série no 7 où il élimine successivement Michaël Llodra (6-4, 7-5, 6-2), Go Soeda (6-3, 7-61, 6-3), Blaž Kavčič (6-2, 6-1, 6-4), et le 10e mondial, Richard Gasquet (6-4, 3-6, 6-3, 6-2) après 2 h 20 de jeu pour se qualifier en quart de finale contre Roger Federer[124]. Il s'incline (64-7, 6-4, 64-7, 6-3, 3-6) lors d'un « match de très haut niveau » de 3 h 34, fait d'échanges courts et de points gagnants où il joue un tennis d'attaque, puissant et percutant, notamment en revers, dominant globalement la rencontre et poussant Federer dans ses retranchements. Ce dernier négocie cependant mieux quelques points cruciaux pour s'imposer dans les ties-breaks et au 4e jeu (break à 1-2) du 5e set[125],[126],[127].

Il dispute le premier tour de la Coupe Davis contre l'équipe d'Israël et contribue à la victoire (5-0) de l'équipe de France en battant lors du premier match Amir Weintraub (6-3, 6-3, 4-6, 7-5). Il est ensuite éliminé au premier tour du tournoi de Rotterdam par Igor Sijsling (63-7, 6-4, 4-6). Lors du tournoi de Marseille, il bat Nikolay Davydenko (7-61, 6-3), Bernard Tomic (4-6, 6-3, 7-610) au cours d'un match accroché où il sauve cinq balles de match[128], puis Gilles Simon (6-2, 6-2). En finale, il bat 6e mondial, Tomáš Berdych (3-6, 7-66, 6-4) — dominé pourtant par le Tchèque durant plus de deux sets et sauvant une balle de match dans le tie-break du deuxième set —, remportant ainsi son dixième titre sur le circuit (devenant le troisième joueur français le plus titré derrière Yannick Noah et Guy Forget) et mettant fin à une série de quatorze défaites consécutives contre un membre du top 8[129]. Il s'incline deux jours plus tard au premier tour du tournoi de Dubaï contre Michaël Llodra (63-7, 2-6), ce qui constitue une première en six rencontres face à son compatriote.

Lors des Masters d'Indian Wells, il bat James Blake (7-66, 6-4), Mardy Fish (7-64, 7-60) et Milos Raonic (4-6, 7-5, 6-4), mais s'incline en quart de finale face à Novak Djokovic (3-6, 1-6) en seulement 54 minutes[130]. Il enchaîne avec le Masters de Miami où après avoir battu Viktor Troicki (7-63, 6-3) et Jarkko Nieminen (6-3, 6-3), il s'incline en huitièmes de finale contre Marin Čilić (5-7, 64-7).

Jo-Wilfried Tsonga à l'issue du deuxième tour de Roland-Garros 2013.

Lors du quart de finale de Coupe Davis, perdu 3 à 2 contre l'équipe d'Argentine, il entame sa saison sur terre battue à Buenos Aires, où il s'impose difficilement face à Carlos Berlocq (4-6, 6-2, 6-3, 5-7, 6-2) apportant le premier point à l'équipe française[131] puis le second point en disposant aisément de Juan Mónaco (6-3, 6-3, 6-0).

Après une semaine de coupure, il poursuit la saison sur terre aux Masters de Monte-Carlo où il bat Nikolay Davydenko (7-63, 6-2), Jürgen Melzer (6-3, 6-0) et Stanislas Wawrinka (2-6, 6-3, 6-4) pour atteindre les demi-finales[132]. Il s'inclinera (3-6, 63-7) contre Rafael Nadal après 1 h 36 malgré une remontée de 1-5 et quatre balles de matches sauvées dans le second set[133]. Lors des Masters de Madrid, il bat Robin Haase (7-65, 7-62), puis Fernando Verdasco (4-6, 6-3, 6-2), avant de perdre contre Stanislas Wawrinka (2-6, 7-69, 4-6), en ayant sauvé trois balles de match dans le second set[134]. Il s'incline quelques jours plus tard contre Jerzy Janowicz (4-6, 65-7) pour son entrée en lice dans les Masters de Rome. Lors du tournoi de Roland-Garros, où il est tête de série no 6, il élimine Aljaž Bedene (6-2, 6-2, 6-3), Jarkko Nieminen (7-66, 6-4, 6-3), Jérémy Chardy (6-1, 6-2, 7-5) et Viktor Troicki (6-3, 6-3, 6-3) pour passer en quart de finale, le tout sans perdre de set. À ce stade, il affronte et bat le 3e mondial, Roger Federer (7-5, 6-3, 6-3) en seulement 1 h 51 dans un match intense et maîtrisé pour atteindre la demi-finale du tournoi parisien, une première pour lui[135],[136]. Dans cette rencontre très attendue, il s'incline face à un solide David Ferrer alors 5e mondial, (1-6, 63-7, 2-6) après deux heures lors d'un match dans lequel il n'a jamais réellement réussi à entrer et se libérer[137],[138],[139]. Son bon parcours lui permet de progresser à la 7e place du classement ATP avant l'entame de la saison sur gazon où il doit défendre un grand nombre de points acquis l'année précédente.

Au tournoi du Queen's, Jo-Wilfried Tsonga entame la saison sur gazon en éliminant dans la même journée pour cause d'intempéries Édouard Roger-Vasselin (6-3, 62-7, 6-3) et Igor Sijsling (7-5, 5-7, 6-3) puis la révélation du tournoi Denis Kudla (6-3, 6-2), mais s'incline en demi-finale pour la septième fois consécutive face à Andy Murray (6-4, 3-6, 2-6)[140]. Tête de série no 6, il commence le tournoi de Wimbledon par une victoire sur David Goffin (7-64, 6-4, 6-3) mais abandonne au tour suivant, sur blessure au genou, contre Ernests Gulbis (6-3, 3-6, 3-6 ab.)[141].

Souffrant d'une fissure du tendon rotulien gauche — nécessitant deux à cinq mois d'arrêt pour cicatrisation complète —, il renonce à toute la saison nord-américaine et déclare finalement forfait pour l'US Open[142]. Fin août, il annonce la fin de sa collaboration avec son entraîneur Roger Rasheed arguant « des problèmes d'emplois du temps » ainsi que « la barrière de la langue »[143].

Jo-Wilfried Tsonga reprend la compétition lors de l'Open de Moselle à Metz — dont il est le double tenant du titre — où il s'impose face à Édouard Roger-Vasselin (6-3, 6-4), Tobias Kamke (4-6, 6-3, 6-4), puis Florian Mayer (4-6, 6-2, 6-3) pour atteindre la finale contre Gilles Simon contre lequel il s'incline 4-6, 3-6[144]. Tête de série no 2, il réalise ensuite une contre-performance dans l'optique de la qualification pour les Masters de fin d'année lors de l'Open du Japon en s'inclinant au deuxième tour contre Ivan Dodig (4-6, 65-7). Lors des Masters de Shanghai, il élimine Pablo Andújar, Kei Nishikori (7-65, 6-0), Florian Mayer (6-2, 6-3) avant de s'incliner en demi-finale contre Novak Djokovic (2-6, 5-7) mais se replace provisoirement dans la course à la qualification pour la finale des Masters de l'ATP Tour à Londres[145].

Sur les tournois indoor, lors de l'Open de Vienne où il est tête de série no 1, il élimine Daniel Brands (7-5, 1-6, 6-3) puis Dominic Thiem (6-4, 3-6, 7-63) mais s'incline en demi-finale contre Robin Haase (5-7, 64-7) réveillant de plus ses problèmes de genou qu'il éprouve depuis l'été. Faisant l'impasse sur le tournoi de Valence, pour se préserver pour les Masters de Paris-Bercy, le tirage au sort le place dans la même partie de tableau que Richard Gasquet (pour un huitième de finale théorique dont le vainqueur serait assuré de sa participation aux Masters) qui est en compétition directe pour l'ultime place qualificative pour Londres — avec Stanislas Wawrinka placé quant à lui dans une autre partie du tableau et de fait quasiment assuré de sa propre qualification avec la neutralisation effective de ses deux concurrents directs[146]. Cependant dès son premier match à Bercy, il s'incline face à Kei Nishikori (6-1, 64-7, 67-7) en ayant manqué deux balles de match[147]. Cette défaite l'écarte définitivement de la qualification pour les Masters de Londres et de plus conclut sa saison juste sur la perte du statut de no 1 français qu'il détenait sans discontinuer depuis septembre 2011 au profit de Richard Gasquet, conséquence logique de son absence de trois mois. Il entame alors une collaboration avec Nicolas Escudé et Thierry Ascione, déjà entraîneurs de Nicolas Mahut[148].

2014 : 2e titre en Masters 1000 à Toronto, victoire en Hopman Cup et finale de Coupe Davis, sortie du top 10[modifier | modifier le code]

Comme l'année précédente, Jo-Wilfried Tsonga entame la saison 2014[149] en représentant la France en coupe Hopman à Perth en Australie, associé cette fois-ci à Alizé Cornet. La paire française apporte la première victoire de leur pays dans cette compétition de double mixte en battant en finale (2-1) la paire polonaise composée d'Agnieszka Radwańska et Grzegorz Panfil[150].

Pour son premier tournoi officiel de la saison, l'Open d'Australie où il est classé tête de série no 10, le tirage au sort le place de telle sorte qu'il devra battre le Big Four dans son intégralité pour remporter le tournoi, ceci dans l'hypothèse où les 4 cadors tiendraient leur rang. Il bat donc lors des trois premiers tours Filippo Volandri (7-5, 6-3, 6-3), Thomaz Bellucci (7-66, 6-4, 6-4) et Gilles Simon (7-65, 6-4, 6-2) avant de s'incliner contre un Roger Federer retrouvé et intouchable sur ses jeux de service (3-6, 5-7, 4-6) en 1 h 52[151]. Il dispute ensuite le 1er tour de la Coupe Davis avec la France contre l'Australie et permet à son équipe de mener 2-0 avec une victoire (6-3, 6-2, 7-62) sur Lleyton Hewitt avant de récupérer le troisième point qualificatif par une victoire en double avec Richard Gasquet (pour leur première association en Coupe Davis) sur une paire Lleyton Hewitt/Chris Guccione invaincue jusqu'à ce match, ceci en 4 sets (5-7, 7-64, 6-2, 7-5).

Lors du tournoi de Rotterdam, il bat Florian Mayer en trois sets (4-6, 6-3, 6-1) avant de s'incliner (4-6, 4-6) contre Marin Čilić, futur finaliste. La semaine suivante, il doit défendre son titre à l'Open de Marseille. Il y bat Nikolay Davydenko en deux tie-breaks (7-64, 7-68), Édouard Roger-Vasselin (63-7, 6-2, 6-2), puis Jan-Lennard Struff (7-64, 7-5) avant d'échouer dans sa quête en s'inclinant en finale contre Ernests Gulbis (65-7, 4-6)[152]. À l'Open de Dubaï, il bat Victor Hănescu (6-2, 6-4) puis profite du forfait de Nikolay Davydenko pour se qualifier directement en quart où il perd sèchement (4-6, 3-6) contre Tomáš Berdych. Il participe au premier Master 1000 de la saison à Indian Wells, où il se fait sortir dès son entrée en lice par son compatriote Julien Benneteau (4-6, 4-6). Cela, conjugué à la demi-finale de John Isner, a pour effet de l'éjecter du top 10 pour la première fois depuis août 2011, soit au bout de 31 mois. Il joue ensuite le quart de finale de Coupe Davis contre l'Allemagne et participe à la qualification de l'équipe de France pour les demi-finales de l'épreuve.

Il entame sa saison sur terre battue au Masters de Monte-Carlo avec un premier match contre Philipp Kohlschreiber qu'il bat en trois sets (6-4, 1-6, 6-4), avant d'enchaîner par un autre succès en trois sets contre Fabio Fognini (5-7, 6-3, 6-0). C'est sa première victoire de la saison sur un top 15. Il s'incline finalement en quarts de finale contre Roger Federer (6-2, 66-7, 1-6) après avoir mené tout le long du match, mais manquant les points importants[153]. Il continue sa saison sur terre battue au Masters de Madrid. Il bat au premier tour son compatriote Édouard Roger-Vasselin pour la cinquième fois en cinq confrontations (6-3, 4-6, 6-3) mais échoue au deuxième tour face au Colombien Santiago Giraldo (4-6, 3-6). La semaine suivante, il dispute les Masters de Rome où il obtient des victoires encourageantes sur Alexandr Dolgopolov (6-3, 7-65) et Kevin Anderson (7-614, 7-65) avant de s'incliner (65-7, 4-6) contre le 10e mondial, Milos Raonic. S'inclinant pour la cinquième fois de la saison face à un joueur du Top 10, sans aucune victoire marquante encore à se mettre sous la dent à dix jours de Paris[154]. Il dispute Roland-Garros en qualité de tête de série no 13. Il y élimine Édouard Roger-Vasselin (7-65, 7-5, 6-2) à nouveau, puis Jürgen Melzer, demi-finaliste à Paris 4 ans auparavant, (6-2, 6-3, 6-4) et Jerzy Janowicz, tête de série no 22 (6-4, 6-4, 6-3) avant de s'incliner sèchement en huitièmes de finale (1-6, 4-6, 1-6) en 1 h 29 contre Novak Djokovic, tête de série no 2, dans un match où il a été dominé de bout en bout. Cette défaite génère une perte de plus de 500 points au classement ATP en raison de sa demi-finale atteinte l'année précédente[155].

N'ayant plus que 650 points à défendre jusqu'à la fin de l'année civile, il entame la saison sur gazon au Queen's où il s'impose contre David Goffin (7-65, 6-2) avant de s'incliner contre toute attente contre l'Australien Marinko Matosevic, ceci en 2 sets (2-6, 4-6). Tête de série no 14 à Wimbledon, il commence par une victoire difficile sur Jürgen Melzer lors d'un match disputé sur deux jours et en cinq sets (6-1, 3-6, 3-6, 6-2, 6-4), il enchaîne avec une victoire encore plus laborieuse sur Sam Querrey, toujours sur deux jours et en cinq sets (4-6, 7-6 2, 64-7 , 6-3, 14-12). Le lendemain, pour sa cinquième journée de compétition de rang, il élimine plus facilement l'éternel espoir Taïwanais Jimmy Wang (6-2, 6-2, 7-5) avant de s'incliner pour la onzième fois consécutive contre Novak Djokovic en trois sets (3-6, 4-6, 65-7) 1 h 52[156].

Jo-Wilfried Tsonga à Wimbledon en 2014.

Après une pause estivale en juillet, il reprend le cours de sa saison au Masters de Toronto. Il y élimine d'abord ses compatriotes Édouard Roger-Vasselin (7-63, 6-1) et Jérémy Chardy (7-66, 6-4) sans perdre de set[157]. Puis se qualifie pour les quarts de finale en corrigeant (6-2, 6-2) le no 1 mondial, Novak Djokovic pour la première fois depuis 4 ans, au terme d'un match intense et appliqué[158],[159]. Au tour suivant, il confirme sa grande forme retrouvée et brise une nouvelle série négative en éliminant Andy Murray, 9e mondial, sur le score de (7-65, 4-6, 6-4), dans un match à rebondissements où il fut mené 0-3 dans le set décisif, ce qui constitue une première depuis 2008 après ses 8 défaites consécutives contre l’Écossais[160],[161]. Tsonga n'avait plus enchaîné deux victoires face à des membres du top 10 depuis 2011. En demi-finale, il domine le no 8 mondial Grigor Dimitrov (6-4, 6-3) en 1 h 24 et se qualifie pour sa première finale de Masters 1000 depuis Bercy en 2011[162]. En finale, il s'empare du titre en battant son adversaire, le no 3 mondial, Roger Federer en deux sets (7-5, 7-63) en 1 h 47[163],[164]. Il devient ainsi le premier Français à gagner un Masters 1000 hors de France depuis la victoire de Guy Forget à Cincinnati en 1991 Cédric Pioline a remporté les Masters de Monte-Carlo en 2000, tournoi cependant localisé en France, à Roquebrune Cap-Martin[165],[166]. Cette victoire lui permet de retrouver le top 10 à la 10e place mondiale[167]. Dans cette même ville la semaine suivante, il s'incline sèchement au premier tour face à Mikhail Youzhny (1-6, 4-6), encore la tête dans les nuage.

À l'US Open, il élimine Juan Mónaco (6-3, 4-6, 7-62, 6-1), Aleksandr Nedovyesov (6-3, 6-4, 6-4) et Pablo Carreño-Busta (6-4, 6-4, 6-4) avant de s'incliner contre Andy Murray au terme d'un match en trois sets serrés où Tsonga n'a pas réussi à concrétiser ses breaks (5-7, 5-7, 4-6) en 2 h 35, décevant après son titre en Masters 1000[168]. Il participe ensuite à la demi-finale de la Coupe Davis contre la République tchèque où il dispute et gagne son simple contre Lukáš Rosol (6-3, 6-3, 6-2) en 1 h 31. Il dispute et remporte ensuite le double décisif avec Richard Gasquet contre une paire Tomáš Berdych/Radek Štěpánek pourtant invaincue avec l'équipe nationale depuis onze matches. La France s'impose finalement 4-1 au terme du week-end, ce qui ouvre à Jo et ses coéquipiers les portes d'une finale à domicile contre la Suisse de Roger Federer et Stanislas Wawrinka[169].

Il reprend le circuit ATP avec le tournoi de Moselle où il bénéficie d'une exemption au premier tour. Au deuxième tour, il affronte Gilles Müller et s'impose sereinement (7-67, 6-4) avant de s'incliner (6-1, 65-7, 5-7) en quart de finale face au Belge David Goffin. Il fait une très mauvaise prestation au tournoi de Tokyo en s'inclinant dès le premier tour face à Michal Przysiezny en trois sets (4-6, 7-5, 7-69). Durant ce tournoi il contracte une blessure à l'avant-bras qui le prive de la participation au Masters de Shanghai.

Il effectue son retour sur l'indoor du Masters de Paris-Bercy où, exempté de premier tour, il bat Jürgen Melzer (6-2, 4-6, 6-2) avant de s'incliner en huitièmes de finale (1-6, 6-4, 4-6) contre le 7e mondial Kei Nishikori, pour la seconde année consécutive à Bercy[170].

Vient ensuite la finale de la Coupe Davis contre la Suisse de Roger Federer et Stanislas Wawrinka au stade Pierre-Mauroy de Lille. Il ouvre d'ailleurs le bal contre ce dernier et s'incline en 4 sets (1-6, 6-3, 3-6, 2-6) lors d'un match où il a globalement subi la cadence imposée par Stan[171]. Après la victoire de Monfils sur Federer ramenant les Français à hauteur des Suisses au terme de la première journée, il est naturellement pressenti pour participer au double du lendemain. Malheureusement il doit déclarer forfait en raison de sa blessure à l'avant-bras contractée il y a quelques mois qui s'est réveillée durant son match, et laisse Julien Benneteau le remplacer. Au terme de ce week-end, la France s'est inclinée 1-3 et la communication des Bleus, notamment autour du forfait de Tsonga dont les véritables raisons n'auront été dévoilées qu'après la finale, aura été sujette à de nombreuses critiques[172],[173].

Par la suite, Tsonga profite de l'intersaison pour participer, en dépit de sa blessure mais avec l'accord des médecins, à la première saison du tournoi intersaison de l'International Premier Tennis League, ligue professionnelle de tennis par équipes (4 équipes localisées en Asie), hors ATP et ITF. Intégré dans la franchise des Manilla Mavericks, il termine 3e sur 4. C'est ainsi qu'il finit la saison 2014 à la 12e place mondiale, en retrait par rapport à ses saisons précédentes où, en dépit d'un second Masters 1000 remporté ainsi que d'une grande régularité en Grand Chelem (4 huitièmes de finale), il n'a pas réussi à atteindre le stade des quarts de finale dans cette catégorie, une première depuis 2007.

2015 : 2e demi-finale à Roland-Garros, finale au Masters 1000 de Shanghai et retour dans le top 10[modifier | modifier le code]

C'est en convalescence, consécutivement à sa blessure à l'avant-bras qui s'est révélée être un syndrome dit « de l'intersection », que Jo commence l'année 2015. Devant initialement participer à l'Open d'Australie, il se résout à déclarer forfait à ce dernier, aux tournois de février (Rotterdam, Marseille, Dubai notamment), au 1er tour de la Coupe Davis 2015, ainsi qu'aux Masters d'Indian Wells, afin de se laisser le temps d'être prêt physiquement, notamment pour la saison de terre battue[174]. Il décide finalement de différer son retour lors des Masters de Miami[175] où il a gagné son match de reprise contre l'Américain Tim Smyczek (6-4, 3-6, 6-3) et a rencontré son compatriote Gaël Monfils lors du troisième tour[176], mais perd le match 4-6, 64-7, en montrant des qualités encourageantes pour la suite de la saison[177].

Tsonga au service, pendant les huitièmes de finale des Masters du Canada 2015 contre Bernard Tomic.

La saison sur terre battue commence pour Tsonga avec le Masters de Monte-Carlo, il bat le lucky loser Jan-Lennard Struff en deux sets, puis David Goffin 6-3, 6-4 avant de chuter contre le Croate 10e mondial Marin Čilić sur le score de 3-6, 65-7, finissant la rencontre en fracassant sa raquette de rage[178]. À Madrid, il passe Lukáš Rosol en deux et Jack Sock en trois sets, avant de buter sur le Tchèque Tomáš Berdych (5-7, 2-6), demi-finaliste. Dans la foulée, au Masters de Rome, il gagne face à Sam Querrey mais perd au deuxième tour un peu à la surprise générale 2-6, 6-4, 5-7 contre le no 1 Belge David Goffin, en gâchant trois balles de match[179]. Et en quatre tournois sur surface ocre, il termine sa préparation pour Roland-Garros avec un bilan timide de 5 victoires pour 4 défaites[180]. Tête de série no 14 à Roland-Garros, il élimine sans accroc Christian Lindell (6-1, 6-2, 6-2), Dudi Sela, (6-4, 6-1, 6-1) et Pablo Andújar (7-63, 6-4, 6-3). En huitièmes de finale, il accroche son premier top 10 de la saison, la tête de série no 4 Tomáš Berdych, au terme d'un match intense et solide, ceci en 4 sets (6-3, 6-2, 65-7, 6-3)[181] avant d'affronter en quarts de finale sa bête noire, le Japonais Kei Nishikori. Le Manceau parvient finalement à le dominer au terme d'une rencontre très accrochée en 5 sets (6-1, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3) et interrompue dans le second set par l'effondrement d'un bout de structure de la tribune du court Philippe-Châtrier[182]. C'est la première fois de sa carrière qu'il vainc consécutivement deux top 5 lors d'un tournoi majeur[183]. Il dispute ensuite sa sixième demi-finale en Grand Chelem et rencontre Stanislas Wawrinka, sept mois après la défaite du français contre le Suisse en finale de Coupe Davis. Malgré un match disputé de près de quatre heures, il perd la rencontre sur le score de 3-6, 7-61, 63-7, 4-6[184].

Pour le début de la courte saison sur herbe, Tsonga déclare forfait à Bois-le-Duc, Halle et à Nottingham, initialement prévus à son programme, en raison d'une déchirure abdominale[185]. Il participe finalement à Wimbledon en qualité de tête de série no 13 et commence par un premier tour conclu en 5 sets serrés (7-610, 67-7, 6-4, 3-6, 6-2) et 3 h 50 contre le Luxembourgeois Gilles Müller. Il s'impose ensuite aisément contre l'Espagnol Albert Ramos-Viñolas en 3 sets (6-3, 6-4, 6-4) mais au troisième tour il subit la loi du redoutable serveur croate Ivo Karlović et cède en 4 sets (63-7, 6-4, 62-7, 69-7)[186].

Pour la tournée américaine, il engage la défense de son titre l'année précédente au Masters du Canada. Une entrée en matière face à Borna Ćorić qu'il bat (6-4, 6-4). Puis au deuxième tour, il bat difficilement Roberto Bautista-Agut (5-7, 7-66, 7-5), en 2 h 25 de jeu. En huitième, il bat Bernard Tomic (7-67, 6-3) pour se qualifier pour les quarts et affronter au même stade que l'année précédente Andy Murray. Mais cette fois-ci la logique s'est fait respecter et Tsonga perd 4-6, 4-6 contre un Murray solide et concentré. À Cincinnati, il se fait éliminer dès son entrée en lice par Fernando Verdasco en trois sets (6-4, 3-6, 4-6). Il s'engage dès lors au tournoi de Winston-Salem en tant que tête de série no 3. Il y élimine difficilement Denis Istomin (5-7, 6-4, 6-1) avant de tomber face à Steve Johnson sur le score de 3-6, 6-4, 64-7. Vient enfin l'US Open où, tête de série no 19, il élimine sans encombre lors des trois premiers tours Jarkko Nieminen (6-3, 6-1, 6-1), Marcel Granollers (6-3, 6-4, 6-3) et Serhiy Stakhovsky (6-3, 7-5, 6-2) puis élimine son compatriote Benoît Paire en huitièmes de finale sur le score de (6-4, 6-3, 6-4) avant de s'incliner en quarts de finale contre le tenant du titre et tête de série no 9, Marin Čilić, au terme d'un match accroché en 5 sets et 4h (4-6, 4-6, 6-3, 7-63, 4-6) où il aura été perturbé par une douleur au genou[187].

À l'Open de Moselle, il débute en tant que tête de série numéro 3 et élimine successivement Mischa Zverev (7-65, 68-7, 6-3), Nicolas Mahut (66-7, 6-3, 7-5) et Philipp Kohlschreiber (6-3, 6-4), puis vient à bout de son compatriote Gilles Simon en finale (7-65, 1-6, 6-2), s’adjugeant ainsi son douzième titre en carrière. Il devient le premier joueur à remporter trois fois le tournoi de Moselle[188]. Lors de ce tournoi Nicolas Escudé est remercié alors que se poursuit la collaboration avec Thierry Ascione[189].

Jo-Wilfried Tsonga commence la tournée asiatique mais est sorti dès le premier tour du tournoi de Pékin (ATP 500 sur dur) alors pourtant tête de série no 8, mais a été vaincu en deux sets par l'Autrichien Andreas Haider-Maurer (64-7, 2-6) qui a été très efficace en convertissant trois de ses quatre balles de break dans la partie. Au Masters de Shanghai, en tant que tête de série no 16, il rencontre au premier tour Tommy Robredo contre qui il l'emporte (65-7, 6-2, 6-2). Il affronte au second tour le Dominicain Victor Estrella Burgos (66e mondial) puis l'Espagnol Albert Ramos-Viñolas (65-7, 7-5, 6-4), tombeur de Federer. En quart de finale, il bat en 3 sets (7-66, 5-7, 6-4) le Sud-Africain Kevin Anderson, 10e mondial, dans un match éprouvant pour le Français[190]. Ensuite en demi-finale, il affronte Rafael Nadal, 7e mondial, qu'il vainc (6-4, 0-6, 7-5). Il signe une première victoire contre l'Espagnol depuis le Masters 2011[191]. Il se qualifie pour sa quatrième finale de Masters 1000 en carrière où il affronte le no 1 mondial, Novak Djokovic contre qui il s'incline en 2 sets (2-6, 4-6). Grâce à sa finale, il réintrègre le top 10, redevient le numéro un français au classement et 9e au classement Race pour les Masters. Ensuite il joue le tournoi de Vienne en Autriche. Il affronte au premier tour l'Allemand Tommy Haas qu'il bat en trois sets (6-3, 6-7, 6-4) avant d'affronter Lukáš Rosol contre qui il perd en 3 sets (4-6, 6-3, 1-6). Il entame le Masters de Paris-Bercy avec une victoire contre l'Espagnol Roberto Bautista-Agut en 2 sets (6-2, 6-2). Au tour suivant, il cède contre le Tchèque Tomáš Berdych en deux sets. Il finit l'année à la 10e place au classement Race, ce qui lui vaut le ticket de deuxième remplaçant pour les Masters, ainsi qu'à la 10e place mondiale et no 2 français derrière Richard Gasquet.

2016 : Saison décevante sans titre et blessures[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga commence la saison au tournoi d'Auckland. En tant que tête de série no 2, il est exempté du premier tour. Il joue contre l'Allemand Philipp Kohlschreiber qu'il bat aisément en 2 sets (6-3, 6-4). Il enchaîne avec une victoire sur Fabio Fognini en 2 sets plus accrochés (7-5, 7-64)[192]. En demi-finale, il s'incline (6-3, 63-7, 4-6) contre Roberto Bautista-Agut, après avoir mené une bonne partie de la rencontre et manqué une balle de match[193].

Il entame l'Open d'Australie par une victoire en quatre sets (6-4, 4-6, 6-4, 6-2) contre Márcos Baghdatís, puis bat le jeune espoir Australien de dix huit ans Omar Jasika en trois sets (7-5, 6-1, 6-4) avant de venir à bout de son compatriote Pierre-Hugues Herbert, toujours en trois sets (6-4, 7-67, 7-64). En huitièmes de finale, il est balayé en trois sets (4-6, 2-6, 4-6) en deux heures par la tête de série no 7, sa bête noire, le Japonais Kei Nishikori[194].

Il est appelé par Yannick Noah pour disputer le 1er tour de Coupe Davis contre le Canada, au même titre que Gaël Monfils, Richard Gasquet et Gilles Simon[195]. Il dispute le tournoi de Buenos Aires pour prendre ses marques sur terre battue, mais perd en quart de finale face à Nicolás Almagro (2-6, 5-7). Nouvelle désillusion, toujours sur terre battue, la semaine suivante à l'Open de Rio de Janeiro, où il perd dès le premier tour (3-6, 6-3, 4-6), à la surprise générale, contre Thiago Monteiro, 338e mondial. C'est une défaite historique pour lui vu que le Français ne s'était jamais incliné face à un joueur aussi mal classé dans sa carrière[196]. En coupe Davis, il joue le double avec Gasquet et apporte le point qui permet à l'équipe de se qualifier pour les quarts de finale[197].

Il participe ensuite au Masters d'Indian Wells, en tant que tête de série no 7. Exempté de premier tour, il bat son compatriote Vincent Millot (7-5, 6-1) puis l'Américain Sam Querrey (6-3, 6-4). En huitième de finale, il bat facilement l'étoile montante de ce début d'année l'Autrichien Dominic Thiem, 13e mondial et tête de série no 11, sur le score de 6-3, 6-2[198]. En quart, il affronte pour la 23e fois, le no 1 mondial Novak Djokovic. Après un match sérieux où le Français repousse le Serbe dans ses derniers retranchements, il s'incline en deux sets (62-7, 62-7) au tie-break après plus de deux heures de jeu[199]. Pour la suite de la tournée américaine, il participe au Masters de Miami, en tant que tête de série no 9. Exempté de premier tour, il bat sèchement le Colombien Santiago Giraldo sur le score de (6-3, 6-1), avant de chuter face à l'Espagnol Roberto Bautista-Agut à nouveau, en trois sets (6-2, 3-6, 63-7).

Pour commencer la saison sur terre battue, il prend part au Masters 1000 de Monte-Carlo. Il affronte Pablo Carreño-Busta, qu'il bat en deux tie-breaks (7-61, 7-65). Il se défait ensuite du tombeur de Richard Gasquet, son jeune compatriote Lucas Pouille en 2 sets (6-4, 6-4). Cette victoire lui assure de retrouver la 7e place mondiale, pour la première fois depuis le mois de juillet 2013. En quart de finale, il se mesure à Roger Federer, tout juste revenu sur le circuit après une blessure au genou. Il bat le 3e meilleur joueur mondial pour la 6e fois en 17 confrontations, sur le score de (3-6, 6-2, 7-5) après 2 h 06 de jeu[200]. En demi-finale, il retrouve son compatriote Gaël Monfils 16e mondial, assurant ainsi la présence d'un Français en finale du tournoi, pour la première fois depuis le titre de Cédric Pioline, en 2000[201]. Il s'incline sèchement contre le Parisien (1-6, 3-6) en 1 h 09 avec 14 coups gagnants pour 34 fautes directes[202]. Au Masters de Madrid, il bat Albert Ramos-Viñolas puis perd en huitièmes de finale contre Milos Raonic (4-6, 4-6). La semaine suivante, alors qu'il devait disputer le Masters de Rome, il déclare forfait à cause d'une douleur à l'adducteur[203]. Néanmoins, il participe au tournoi de Roland-Garros, en qualité de tête de série no 6. Il remporte son premier match contre le qualifié Jan-Lennard Struff puis remonte un handicap de deux sets face à Márcos Baghdatís (66-7, 3-6, 6-3, 6-2, 6-2). Il remporte, à cette occasion, sa 100e victoire en Grand Chelem[204]. Lors de son troisième tour, il doit abandonner face à Ernests Gulbis alors qu'il mène 5-2 dans le premier set toujours à cause de sa blessure aux adducteurs[205]. À la suite de cette élimination précoce, il quitte le top 10, étant à présent 12e mondial.

Sans tournois préparatif sur gazon, il arrive à Wimbledon après un mois sans jouer. Il bat en un peu plus de deux heures et en trois manches l'Espagnol Íñigo Cervantes sans convaincre, puis facilement Juan Mónaco. Il dispute ensuite un match marathon de 4 h 30 contre le grand serveur Américain John Isner 17e mondial. Alors mené deux sets à zéro, il s'impose (63-7, 3-6, 7-65, 6-2, 19-17) au terme d'une ultime manche qui a duré 2 heures et 8 minutes[206],[207]. Il remporte la 103e victoire de sa carrière en Grand Chelem, ce qui lui permet d'égaler le record du nombre de victoires en Grand Chelem par un Français détenu depuis 80 ans par Jean Borotra[208]. Il gagne sur abandon (4-2) sa place pour les quarts de finale contre Richard Gasquet 10e mondial[209]. Il est ensuite battu par le no 2 mondial, Andy Murray (futur vainqueur) en 5 sets (610-7, 1-6, 6-3, 6-4, 1-6) dans un match intense où le Français a eu des opportunités sur les 3 h 54[210].

Il est appelé à nouveau par Yannick Noah pour disputer le 1/4 de finale de Coupe Davis contre la République tchèque, au même titre que Lucas Pouille, Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut[211]. Il perd son premier match contre Lukáš Rosol (4-6, 6-3, 6-4, 68-7, 4-6) mais remporte son second match contre Jiří Veselý (4-6, 7-63, 6-4, 7-5) pour offrir la victoire à l'équipe française.

Aux Jeux olympiques, en double, il perd d'entrée de jeu aux côtés de Gaël Monfils (1-6, 4-6) face aux Américains Brian Baker et Rajeev Ram. Et en simple, il passe de justesse son premier tour au forceps (4-6, 7-5, 6-3) contre Malek Jaziri, avant de perdre au second tour face au Luxembourgeois Gilles Müller (4-6, 3-6) en 1 h 36 tout en s'étant blessé à l'orteil, le pénalisant dans ses déplacements[212]. Lors de l'US Open, il atteint les quarts de finale en battant (6-3, 6-4, 6-4), l'Argentin Guido Andreozzi, l'Australien James Duckworth en quatre sets (6-4, 3-6, 6-3, 6-4), le Sud-Africain Kevin Anderson (6-3, 6-4, 7-64) et l'Américain Jack Sock (6-3, 6-3, 67-7, 6-2) en huitième avec autorité au bout de 3 h 14 de match[213]. Il y retrouve le no 1 mondial Novak Djokovic, contre qui il doit abandonner après la perte des deux premiers sets à cause d'une douleur au genou gauche[214], et préserver sa fin de saison[215]. Il déclare donc forfait pour la demi-finale de Coupe Davis[216].

Il devait également renoncer à disputer toute la tournée asiatique à cause de sa blessure depuis l'US Open, mais participe finalement au Masters de Shanghai[217]. Tête de série no 9, il passe facilement le premier tour contre Florian Mayer (6-3, 6-2), puis bat Janko Tipsarević (6-3, 7-66) et le jeune Alexander Zverev en 3 sets (64-7, 6-2, 7-5)[218]. Avant de s'incliner contre Roberto Bautista-Agut (3-6, 4-6) en quart de finale, futur finaliste[219].

Il atteint ensuite sa première finale de la saison au tournoi indoor de Vienne en éliminant Benjamin Becker (6-3, 6-4), Philipp Kohlschreiber (7-66, 6-2), Albert Ramos-Viñolas (6-2, 7-65) puis Ivo Karlović en 3 sets (5-7, 7-5, 7-66)[220]. Mais il s'incline cependant contre le no 2 mondial, Andy Murray (3-6, 66-7) avec un démarrage diesel, où l'Écossais détruit tout sur son passage[221].

Pour son dernier tournoi de l'année au Masters de Paris-Bercy exempté de premier tour, il bat à nouveau Albert Ramos-Viñolas en deux sets (6-3, 6-4), avant de retourner une situation contre le no 4 mondial Kei Nishikori, un premier set perdu en 22 minutes et avoir écarté deux balles de match à 3-5 dans la dernière manche, il remporte finalement la partie (0-6, 6-3, 7-63) en tout juste deux heures[222]. Il doit cependant s'incliner en quarts de finale contre le Canadien Milos Raonic, en deux sets (2-6, 64-7), ce qui a pour conséquence de l'éliminer définitivement de la course aux Masters 2016, ainsi que de conclure sa saison sur une 12e place mondiale, comme deux ans auparavant[223],[224].

2017 : Victoire en Coupe Davis, 4 titres dont un 2e ATP 500 mais saison décevante dans les tournois majeurs[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga commence la saison 2017 au tournoi de Doha. En tant que tête de série no 5, il joue contre le Russe Andrey Kuznetsov qu'il bat difficilement (6-1, 4-6, 6-2). Il enchaîne avec une victoire facile en 45 minutes sur Dustin Brown en 2 sets (6-1, 6-3). En quart de finale, il affronte le Tchèque 10e mondial, Tomáš Berdych qui le bat en une heure et demie (5-7, 3-6)[225]. À l'Open d'Australie, il atteint les quarts de finale en perdant un set au premier tour contre Thiago Monteiro, au second contre Jack Sock 20e mondial, (7-64, 7-5, 68-7, 6-3) et la surprise Daniel Evans en huitième, (64-7, 6-2, 6-4, 6-4). Il est ensuite battu par le 4e mondial, Stanislas Wawrinka (62-7, 4-6, 3-6) en 2 h 14[226],[227] dominé dans les échanges, et au cours d'un match marqué par une friction entre les deux joueurs[228].

En février, il atteint les demi-finales à l'Open Sud de France, perdant contre le futur vainqueur Alexander Zverev (7-66, 2-6, 4-6). Puis au Tournoi de Rotterdam la semaine suivante, il bat au premier tour l'espoir Grec Stefanos Tsitsipas (6-4, 7-62) puis Gilles Müller (6-4, 6-2). En quart, il bat le top 10 Marin Čilić (no 6 mondial) en deux tie-breaks (7-68, 7-65)[229] et en demi-finale, il bat le Tchèque no 13 mondial Tomáš Berdych (6-3, 6-4) ce qui lui permet de décrocher la 400e victoire de sa carrière[230],[231]. Il s'impose en finale en battant David Goffin 11e mondial (4-6, 6-4, 6-1) en presque deux heures, obtenant le 13e titre de sa carrière et le 2e ATP 500[232],[233]. À sa troisième semaine consécutive de compétition, il enchaîne à l'Open 13 Provence en passant facilement ses tours contre Illya Marchenko et Gilles Simon. En demi-finale, il bat le tenant du titre Nick Kyrgios (7-65, 2-6, 6-4) et remporte le tournoi en battant Lucas Pouille en finale (6-4, 6-4)[234]. Il devient ainsi le premier joueur français à remporter deux tournois d'affilée depuis Paul-Henri Mathieu en 2002[235].

Au Masters d'Indian Wells, Tsonga perd d'entrée de tournoi contre l'Italien Fabio Fognini (64-7, 6-3, 4-6). Avant de déclarer forfait pour cause de paternité au Masters de Miami[236].

Durant la saison de terre, un début de blessure à l'épaule le contraint à déclarer forfait avant le deuxième tour au Masters de Madrid. Il fait son retour juste avant Roland-Garros à l'Open de Lyon[237], qu'il remporte en battant en finale Tomáš Berdych (7-62, 7-5) en 1 h 47, s'adjugeant le premier trophée sur terre battue de sa carrière[238]. Il n'enchaîne pas à Roland-Garros avec une défaite au premier tour face à l'Argentin Renzo Olivo (5-7, 4-6, 7-66, 4-6), après une suspension par la nuit qui lui a coûté cher[239]. Grosse déception pour Tsonga qui n’avait plus perdu son premier match aux Internationaux de France depuis 2005[240].

Sa période de gazon n'est pas très bonne avec une défaite au second tour du tournoi du Queen's face à Gilles Müller futur finaliste, et un troisième tour à Wimbledon contre Sam Querrey (2-6, 6-3, 65-7, 6-1, 5-7) futur demi-finaliste, après une nouvelle interruption par la nuit comme à Paris[241].

La tournée américaine n'est pas plus faste, puisqu'il chute d'entrée à Montréal et à Cincinnati, respectivement face à Sam Querrey, demi-finaliste à Wimbledon et tout juste titré à Cabo San Lucas, et Ivo Karlovic, bien qu'en mal de résultats. Il perd au 2e tour de l'US Open face à Denis Shapovalov 18 ans, en trois sets (4-6, 4-6, 63-7)[242]. Suite à cette défaite, le Français qualifie cette saison en Grand Chelem, de « pire de sa carrière »[243]. Le week-end suivant, il est sélectionné pour la demi-finale de Coupe Davis contre les Serbes sans la présence de Novak Djokovic, Viktor Troicki et Janko Tipsarević. Tsonga ramène les deux équipes à égalité (1-1) en battant Laslo Djere (7-62, 6-3, 6-3), puis apporte le point décisif face à Dušan Lajović (2-6, 6-2, 7-65, 6-2) au 4e match[244]. Grâce aux deux victoires de Jo-Wilfried Tsonga, la France retourne en finale pour la 3e fois depuis 2010[245]. La semaine suivante, il participe à l'Open de Saint-Pétersbourg mais s'incline en quart de finale contre Jan-Lennard Struff (6-3, 3-6, 2-6) après avoir mené dans la seconde manche.

Lors de la tournée asiatique, Jo-Wilfried Tsonga déclare forfait pour les tournois de Chengdu, de Pékin et le Masters 1000 de Shanghai[246]. Pour la partie indoor, Tsonga obtient une wild card pour disputer l'European Open en remplacement de Gaël Monfils[247]. Il remporte le tournoi en battant en finale Diego Schwartzman (6-3, 7-5) alors 26e mondial au bout d'1 h 32[248]. Il remporte le 16e titre de sa carrière, et paradoxe de son année, il bat son record en remportant quatre titres en une saison[249]. Il enchaîne avec l'Open de Vienne où il remporte difficilement ses deux premiers matchs contre des adversaires dangereux, Karen Khachanov (62-7, 6-4, 6-3) et Damir Džumhur en grande forme (65-7, 7-67, 6-1)[250]. Il se qualifie par la suite en finale en battant les Allemands Alexander Zverev, 5e mondial, (7-66, 6-2) en 1 h 32 au terme d'un gros premier set (le premier top 5 de sa saison)[251] et Philipp Kohlschreiber (7-64, 7-5) dans le dernier carré[252]. Rattrapé par la fatigue de ces dernières semaines et faisant trop de fautes directes, il s'incline (1-6, 4-6) contre son compatriote Lucas Pouille après 1 h 11 de jeu, manquant une occasion de remporter cinq titres en une saison[253]. Au Masters de Paris-Bercy exempté de premier tour, il est battu par son compatriote Julien Benneteau au second tour (6-2, 64-7, 2-6) après le gain de la première manche.

Il est sélectionné pour la finale de la Coupe Davis contre les Belges. Il s'impose facilement contre Steve Darcis (6-3, 6-2, 6-1) en 1 h 47 pour remettre les deux équipes à égalité[254], mais s'incline (65-7, 3-6, 2-6) en 2 h 45 contre le 7e mondial, David Goffin loupant trop d'occasion de break, laissant la Belgique revenir à 2-2[255]. Grâce à la victoire de Lucas Pouille au cinquième match, il remporte pour la 1re fois de sa carrière la Coupe Davis et finit cette saison sur une bonne note[256],[257].

2018[modifier | modifier le code]

Analyse technique[modifier | modifier le code]

Le revers à deux mains de Jo-Wilfried Tsonga.

Utilisant pleinement son gabarit (1,88 m et 90 kg) et sa puissance, Jo-Wilfried Tsonga cherche à dominer le jeu de l'adversaire en frappant fort et à plat du fond du court, avec un revers à deux mains. Il a été comparé au boxeur Mohamed Ali du fait de leur ressemblance physique[258] mais aussi pour son style de jeu qui consiste à imposer un duel physique à son adversaire[43].

Il possède un service puissant et lourd, pouvant dépasser 230 km/h. De nombreux joueurs du circuit s'accordent à dire qu'il est l'un des joueurs les plus difficiles à breaker, pour sa capacité à très bien servir lorsqu'il doit sauver des balles de break notamment. Ainsi en 2011, il termine meilleur serveur du circuit ATP avec 825 aces durant toute la saison (soit 79 matchs) mais aussi troisième (après Milos Raonic et Roger Federer) en termes de pourcentage de points gagnés derrière le premier service (à 78 %) et sixième en pourcentage de jeu de service gagné à 86 %[259]. Son autre grand point fort est son coup droit à plat de fond de court, puissant et décroisé, qui lui permet de se relancer dans les longs échanges ou de conclure directement les points[260]. Il possède un revers à deux mains qu'il a adopté tardivement dans sa jeunesse, qui avec sa puissance de coup droit lui permet d'avoir une grande régularité sur la ligne de fond. Par ailleurs, Tsonga possède une volée correcte, surtout quand il s'agit de la poser ou de la slicer, c'est d'ailleurs pour cela qu'il n'hésite pas à monter au filet pour conclure les points quand il en a l'occasion. Depuis le printemps 2011, il réalise également des passing-shot à une seule main en bout de course afin de progresser dans ce compartiment de jeu. Son style de jeu puissant et ultra-offensif font de lui un joueur très spectaculaire, aimant divertir le public, mais parfois irrégulier au niveau des résultats[260]. C'est en indoor qu'il obtient la majorité de ses titres et finales[261]. Il est le joueur français de sa génération le plus régulier et le plus performant en tournois du Grand Chelem.

Blessures[modifier | modifier le code]

Blessé en 2005 et en 2006 au dos, Jo-Wilfried Tsonga souffrait notamment d'une hernie discale. Ces blessures sont en partie responsables de son entrée tardive, à 22 ans, dans le Top100 puis de son installation dans les 10 meilleurs joueurs mondiaux en 2008[260]. En 2008, un nouveau problème de fissure au ménisque se présente nécessitant une arthroscopie. En 2010, alors qu'il atteint les huitièmes de finale de Roland-Garros où il est le dernier représentant français, il abandonne blessé, après avoir perdu le premier set face à Mikhail Youzhny (2-6). À la suite de son quart de finale à Wimbledon contre Andy Murray, il se blesse au genou gauche et ne peut participer au quart de finale victorieux de la France lors de la rencontre de Coupe Davis contre l'Espagne, double tenante du titre. Après trois mois d'arrêt, il se blesse de nouveau aux ligaments du genou et déclare forfait pour la finale de Coupe Davis contre la Serbie[64].

À l'automne 2010, il décide de s'entourer des services d'un ostéopathe, Michel Franco (qui le fut également auprès d'Amélie Mauresmo), qui le suit tout au long de l'année et déclare que ce dernier « a réglé tous ses problèmes physiques[262] ». Cependant, lors du tournoi de Wimbledon en 2013, et pour la première fois depuis près de trois ans, une fissure au tendon rotulien du genou gauche est de nouveau réapparue nécessitant une longue période de rééducation[142].

Fin 2014, il se blesse à l'avant-bras droit, le privant du double et du dernier simple lors de la finale de la Coupe Davis 2014 perdue face à l'équipe suisse à Lille. La blessure persiste et il est contraint de déclarer forfait pour l'Open d'Australie 2015. C'est aussi en 2015 qu'il décide d'arrêter sa collaboration avec Michel Franco.

Durant le printemps 2016, une blessure aux adducteurs le pousse à déclarer forfait aux Masters de Rome, puis à abandonner au troisième tour de Roland-Garros alors qu'il menait 5-2 contre Ernests Gulbis. Une autre blessure au genou gauche l'a contraint à l'abandon contre Novak Djokovic en quarts de finale de l'US Open 2016, alors qu'il venait de perdre les deux premiers sets 6-3 et 6-2.

Lieu de résidence[modifier | modifier le code]

Jo-Wilfried Tsonga a emménagé en à La Rippe, en Suisse[263]. En , il déménage dans le village voisin, à Gingins[264]. Ce choix de domiciliation a contribué à alimenter, en France durant de nombreuses années, une polémique concernant l'expatriation fiscale pratiquée par différents sportifs français de haut niveau[265]. Dans un entretien donné au journal L'Équipe en janvier 2013, durant une période où le sujet fut particulièrement débattu à l'occasion de l'expatriation notamment de Gérard Depardieu, il précise qu'il paie également des impôts en France sur la part de ses revenus obtenus dans ce pays (prix dans les tournois joués en France)[266].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

En double messieurs[modifier | modifier le code]

En double mixte[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2005 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis Andy Roddick
2006
2007 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis Andy Roddick 1/8 de finale Drapeau : France Richard Gasquet 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne Rafael Nadal
2008 Finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne Tommy Robredo
2009 1/4 de finale Drapeau : Espagne F. Verdasco 1/8 de finale Drapeau : Argentine J.M. del Potro 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie Ivo Karlović 1/8 de finale Drapeau : Chili F. González
2010 1/2 finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1/8 de finale Drapeau : Russie Mikhail Youzhny * 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
2011 3e tour (1/16) Drapeau : Ukraine A. Dolgopolov 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse S. Wawrinka 1/2 finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/4 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer
2012 1/8 de finale Drapeau : Japon Kei Nishikori 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/2 finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 2e tour (1/32) Drapeau : Slovaquie Martin Kližan
2013 1/4 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1/2 finale Drapeau : Espagne David Ferrer 2e tour (1/32) Drapeau : Lettonie Ernests Gulbis *
2014 1/8 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1/8 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/8 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/8 de finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
2015 1/2 finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie Ivo Karlović 1/4 de finale Drapeau : Croatie Marin Čilić
2016 1/8 de finale Drapeau : Japon Kei Nishikori 3e tour (1/16) Drapeau : Lettonie Ernests Gulbis * 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic *
2017 1/4 de finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Renzo Olivo 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis Sam Querrey 2e tour (1/32) Drapeau : Canada Denis Shapovalov
2018
  • À droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

* Abandon.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2002 1er tour (1/32)
Drapeau : France R. Gasquet
Drapeau : Zimbabwe W. Black
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
2003 1er tour (1/32)
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Argentine G. Etlis
Drapeau : Argentine M. Rodríguez
2004
2005
2006
2007
2008 2e tour (1/16)
Drapeau : France S. Grosjean
Drapeau : République tchèque M. Damm
Drapeau : République tchèque P. Vízner
2009 1er tour (1/32)
Drapeau : France J. Ouanna
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Bahamas M. Knowles
  • Sous le résultat, le nom du (de la) partenaire ; à droite, les noms des ultimes adversaires.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2008 Drapeau : République populaire de Chine Shanghai Round Robin RR
RR
RR
Novak Djokovic
Juan Martín del Potro
Nikolay Davydenko
Victoire
Défaite
Défaite
1-6, 7-5, 6-1
64-7, 65-7
7-66, 4-6, 60-7
2011 Drapeau : Royaume-Uni Londres Finale Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Roger Federer
Tomáš Berdych
Rafael Nadal
Mardy Fish
Roger Federer
Défaite
Victoire
Victoire
Victoire
Défaite
3-6, 7-66, 3-6
6-3, 7-5
7-62, 4-6, 6-3
7-64, 6-1
2-6, 6-2, 4-6
2012 Drapeau : Royaume-Uni Londres Round Robin RR
RR
RR
Andy Murray
Tomáš Berdych
Novak Djokovic
Défaite
Défaite
Défaite
2-6, 63-7
5-7, 6-3, 1-6
64-7, 3-6

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[268] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[269] Paris
2004 2e tour
Drapeau : Argentine G. Cañas
2005
2006
2007 2e tour
Drapeau : France R. Gasquet
2008 1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
3e tour
Drapeau : France J. Benneteau
1er tour
Drapeau : France G. Simon
2e tour
Drapeau : Suède R. Söderling
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2009 3e tour
Drapeau : Russie I. Andreev
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : France R. Gasquet
2e tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2e tour
Drapeau : Australie C. Guccione
1/8 de finale
Drapeau : Suède R. Söderling
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2010 1/8 de finale
Drapeau : Suède R. Söderling
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/8 de finale
Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
1/4 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2e tour
Drapeau : Espagne G. García
1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2011 2e tour
Drapeau : Belgique X. Malisse
3e tour
Drapeau : Ukraine A. Dolgopolov
2e tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2e tour
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Suède R. Söderling
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Bogomolov
2e tour
Drapeau : Japon K. Nishikori
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2012 1/8 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : France G. Simon
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/8 de finale
Drapeau : Ukraine A. Dolgopolov
2e tour
Drapeau : France J. Chardy
1/4 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/4 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2013 1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/8 de finale
Drapeau : Croatie Marin Čilić
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Pologne J. Janowicz
1/4 de finale
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : Japon K. Nishikori
2014 2e tour
Drapeau : France J. Benneteau
1/8 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Canada M. Raonic
2e tour
Drapeau : Colombie S. Giraldo
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : Russie M. Youzhny
1/8 de finale
Drapeau : Japon K. Nishikori
2015 3e tour
Drapeau : France G. Monfils
1/8 de finale
Drapeau : Croatie Marin Čilić
2e tour
Drapeau : Belgique D. Goffin
1/8 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1er tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/8 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2016 1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
3e tour
Drapeau : Espagne R. Bautista
1/2 finale
Drapeau : France G. Monfils
1/8 de finale
Drapeau : Canada M. Raonic
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis S. Johnson
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Bautista
1/4 de finale
Drapeau : Canada M. Raonic
2017 2e tour
Drapeau : Italie F. Fognini
2e tour
Drapeau : France A. Mannarino
2e tour
Forfait
2e tour
Drapeau : États-Unis Sam Querrey
2e tour
Drapeau : Croatie I. Karlović
2e tour
Drapeau : France J. Benneteau
  • Sous le résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Lieu Surface Tour Adversaire / Classement ATP Score
2012 Drapeau : Royaume-Uni Londres Gazon 1er tour
2e tour
1/8
1/4
bat Drapeau : Brésil Thomaz Bellucci no 40
bat Drapeau : Canada Milos Raonic no 25
bat Drapeau : Espagne Feliciano López no 30
battu par Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 2
65-7, 6-4, 6-4
6-3, 3-6, 25-23
7-65, 6-4
1-6, 5-7
2016 Drapeau : Brésil Brésil Dur 1er tour
2e tour
bat Drapeau : Tunisie Malek Jaziri no 59
battu par Drapeau : Luxembourg Gilles Müller no 37
4-6, 7-5, 6-3
4-6, 3-6

En double[modifier | modifier le code]

Année Lieu Surface Partenaire Tour Adversaire / Classement ATP Score
2012 Drapeau : Royaume-Uni Londres Gazon Drapeau : France Michaël Llodra 1er tour
1/8
1/4
1/2
Finale
bat Drapeau : Argentine David Nalbandian no 302 / Drapeau : Argentine Eduardo Schwank no 55
bat Drapeau : Inde Leander Paes no 5 / Drapeau : Inde Vishnu Vardhan no 240
bat Drapeau : Brésil Marcelo Melo no 24 / Drapeau : Brésil Bruno Soares no 26
bat Drapeau : Espagne David Ferrer no 553 / Drapeau : Espagne Feliciano López no 253
battu par Drapeau : États-Unis Bob Bryan no 3 / Drapeau : États-Unis Mike Bryan no 3
6-3, 7-5
7-63, 4-6, 6-3
6-4, 6-2
6-3, 4-6, 18-16
4-6, 62-7
2016 Drapeau : Brésil Brésil Dur Drapeau : France Gaël Monfils 1er tour battu par Drapeau : États-Unis Brian Baker no 156 / Drapeau : États-Unis Rajeev Ram no 22 1-6, 4-6

Parcours en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Class. Lieu et tour Surface Match Adversaire et Classement Score
2008 no 20 Drapeau : Roumanie Sibiu 1/8 dur (i) 2e match Drapeau : Roumanie Andrei Pavel no 83 (V) 62-7, 6-4, 6-4, 6-4
2009 no 11 Drapeau : République tchèque Ostrava 1/8 moquette (i) 2e match
5e match
Drapeau : République tchèque Radek Štěpánek no 18 (V)
Drapeau : République tchèque Jan Hernych no 61 (V*)
7-5, 6-2, 7-61
6-2, 65-7, 7-60
2009 no 7 Drapeau : Pays-Bas Maastricht Barrages terre battue (i) 2e match
4e match
Drapeau : Pays-Bas Jesse Huta Galung no 293 (V)
Drapeau : Pays-Bas Thiemo de Bakker no 122 (V)
7-62, 6-2, 7-63
7-65, 6-2, 3-6, 7-64
2010 no 11 Drapeau : France Toulon 1/8 dur (i) 2e match
4e match
Drapeau : Allemagne Benjamin Becker no 39 (V)
Drapeau : Allemagne Simon Greul no 58 (D*)
6-3, 6-2, 62-7, 6-3
6-4, 2-6, 0-1 ab.
2011 no 14 Drapeau : Allemagne Stuttgart 1/4 terre battue 5e match Drapeau : Allemagne Philipp Kohlschreiber no 42 (V*) 7-63, 7-65
2011 no 10 Drapeau : Espagne Cordoue 1/2 terre battue 4e match Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 2 (D) 0-6, 2-6, 4-6
2012 no 6 Drapeau : Canada Vancouver 1/8 dur (i) 1er match
4e match
Drapeau : Canada Vasek Pospisil no 115 (V)
Drapeau : Canada Frank Dancevic no 178 (V)
6-1, 6-3, 6-3
6-4, 6-4, 6-1
2012 no 6 Drapeau : France Roquebrune-Cap-Martin 1/4 terre battue 1er match
4e match
Drapeau : États-Unis Ryan Harrison no 66 (V)
Drapeau : États-Unis John Isner no 11 (D)
7-5, 6-2, 2-6, 6-2
3-6, 64-7, 7-5, 3-6
2013 no 8 Drapeau : France Rouen 1/8 dur (i) 1er match Drapeau : Israël Amir Weintraub no 173 (V) 6-3, 6-3, 4-6, 7-5
2013 no 8 Drapeau : Argentine Buenos Aires 1/4 terre battue 1er match
4e match
Drapeau : Argentine Carlos Berlocq no 71 (V)
Drapeau : Argentine Juan Mónaco no 19 (V)
4-6, 6-2, 6-3, 5-7, 6-2
6-3, 6-3, 6-0
2014 no 10 Drapeau : France Mouilleron-le-Captif 1/8 terre battue (i) 2e match Drapeau : Australie Lleyton Hewitt no 41 (V) 6-3, 6-2, 7-62
2014 no 12 Drapeau : France Nancy 1/4 dur (i) 2e match
4e match
Drapeau : Allemagne Peter Gojowczyk no 119 (D)
Drapeau : Allemagne Tobias Kamke no 96 (V)
7-5, 63-7, 6-3, 68-7, 6-8
6-3, 6-2, 6-4
2014 no 12 Drapeau : France Roland-Garros 1/2 terre battue 2e match Drapeau : République tchèque Lukáš Rosol no 26 (V) 6-2, 6-2, 6-3
2014 no 12 Drapeau : France Villeneuve-d'Ascq Finale terre battue 1er match Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka no 4 (D) 1-6, 6-3, 3-6, 2-6
2015 no 12 Drapeau : Royaume-Uni Londres 1/4 gazon 2e match Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray no 3 (D) 5-7, 610-7, 2-6
2016 no 9 Drapeau : France Baie-Mahault 1/8 terre battue 5e match Drapeau : Canada Frank Dancevic no 245 (V*) 67-7, ab.
2016 no 9 Drapeau : République tchèque Třinec 1/4 dur (i) 1er match
4e match
Drapeau : République tchèque Lukáš Rosol no 78 (D)
Drapeau : République tchèque Jiří Veselý no 50 (V)
4-6, 6-3, 6-4, 68-7, 4-6
4-6, 7-63, 6-4, 7-5
2017 no 18 Drapeau : France Villeneuve-d'Ascq 1/2 terre battue 2e match
4e match
Drapeau : Serbie Laslo Djere no 95 (V)
Drapeau : Serbie Dušan Lajović no 80 (V)
7-62, 6-3, 6-3
2-6, 6-2, 7-65, 6-2
2017 no 15 Drapeau : France Villeneuve-d'Ascq Finale dur (i) 2e match
4e match
Drapeau : Belgique Steve Darcis no 76 (V)
Drapeau : Belgique David Goffin no 7 (D)
6-3, 6-2, 6-1
65-7, 3-6, 2-6

V = Victoire ; D = Défaite ; V* = Victoire sans enjeu ; D* = Défaite sans enjeu

En double[modifier | modifier le code]

Année Class. Lieu et tour Surface Partenaire Match Adversaire et classement Score
2009 no 93 Drapeau : Pays-Bas Maastricht Barrages terre battue (i) Drapeau : France Michaël Llodra no 24 3e match Drapeau : Pays-Bas Thiemo de Bakker no 514 / Drapeau : Pays-Bas Igor Sijsling no 534 (V) 6-3, 3-6, 7-62, 6-4
2011 no 191 Drapeau : Allemagne Stuttgart 1/4 terre battue (i) Drapeau : France Michaël Llodra no 7 3e match Drapeau : Allemagne Christopher Kas no 27 / Drapeau : Allemagne Philipp Petzschner no 24 (V) 7-64, 6-4, 6-4
2011 no 131 Drapeau : Espagne Cordoue 1/2 terre battue (i) Drapeau : France Michaël Llodra no 7 3e match Drapeau : Espagne Feliciano López no 127 / Drapeau : Espagne Fernando Verdasco no 386 (V) 6-1, 6-2, 6-0
2014 no 409 Drapeau : France Mouilleron-le-Captif 1/8 terre battue (i) Drapeau : France Richard Gasquet no 240 3e match Drapeau : Australie Chris Guccione no 78 / Drapeau : Australie Lleyton Hewitt no 268 (V) 5-7, 7-64, 6-2, 7-5
2014 no 159 Drapeau : France Roland-Garros 1/2 terre battue Drapeau : France Richard Gasquet no 184 3e match Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych no 190 / Drapeau : République tchèque Radek Štěpánek no 33 (V) 6-74, 6-4, 7-65, 6-1
2015 no 202 Drapeau : Royaume-Uni Londres 1/4 gazon Drapeau : France Nicolas Mahut no 22 3e match Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray no 358 / Drapeau : Royaume-Uni Jamie Murray no 20 (D) 6-4, 3-6, 65-7, 1-6
2016 no 254 Drapeau : France Baie-Mahault 1/8 terre battue Drapeau : France Richard Gasquet no 602 3e match Drapeau : Canada Philip Bester no 160 / Drapeau : Canada Vasek Pospisil no 16 (V) 7-64, 6-1, 7-64

V = Victoire ; D = Défaite

Classements ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

Classements à l'issue de chaque saison
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Rang en simple 898 en augmentation 503 en augmentation 386 en augmentation 157 en diminution 345 en augmentation 212 en augmentation 43 en augmentation 6 en diminution 10 en diminution 13 en augmentation 6 en diminution 8 en diminution 10 en diminution 12 en augmentation 10 en diminution 12 en diminution 15
Rang en double - 946 en augmentation 641 en diminution 766 en diminution 1656 - 110 en diminution 129 en augmentation 34 en diminution 241 en augmentation 115 en diminution 199 en diminution 403 en augmentation 156 en diminution 375 en augmentation 170 en diminution 544

Source : (en) Classements de Jo-Wilfried Tsonga sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Confrontations avec ses principaux adversaires[modifier | modifier le code]

Confrontations lors des différents tournois ATP et en Coupe Davis avec ses principaux adversaires (membres qui ont déjà intégré le top 10 et qu'il a rencontré au moins 5 fois)[270]. Classement par pourcentage de victoires. Situation au 27 novembre 2017 :

Les joueurs retraités sont en gris.

Joueur Meilleur
classement
Confrontations Victoires Défaites Ratio
en GC
Pourcentage
de victoires
Dernière confrontation
Drapeau : Suède Robin Söderling 4 5 0 5 0-0 0[271] défaite (68-7, 5-7) au Masters de Madrid 2011
Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 1 16 2 14 1-4 12,5[272] défaite (3-6, 66-7) au tournoi de Vienne 2016
Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1 22 6 16 1-6 27,3[273] défaite (3-6, 2-6, ab.) à l'US Open 2016
Drapeau : Croatie Marin Čilić 4 7 2 5 0-1 28,6[274] victoire (7-68, 7-65) au tournoi de Rotterdam 2017
Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro 4 7 2 5 0-1 28,6[275] victoire (6-4, 6-1) au Masters de Rome 2012
Drapeau : Espagne Rafael Nadal 1 12 4 8 1-1 33,3[276] victoire (6-4, 0-6, 7-5) au Masters de Shanghai 2015
Drapeau : Suisse Roger Federer 1 17 6 11 2-4 35,3[277] victoire (3-6, 6-2, 7-5) au Masters de Monte-Carlo 2016
Drapeau : Japon Kei Nishikori 4 8 3 5 1-2 37,5[278] victoire (0-6, 6-3, 7-63) au Masters de Paris-Bercy 2016
Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka 3 8 3 5 1-3 37,5[279] défaite (62-7, 4-6, 3-6) à l'Open d'Australie 2017
Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 4 13 5 8 1-0 38,5[280] victoire (7-62, 7-5) au tournoi de Lyon 2017
Drapeau : États-Unis John Isner 9 5 2 3 1-0 40[281] victoire (6-73, 3-6, 7-65, 6-2, 19-17) à Wimbledon 2016
Drapeau : Canada Milos Raonic 3 5 2 3 0-0 40[282] défaite (2-6, 64-7) au Masters de Paris-Bercy 2016
Drapeau : Russie Mikhail Youzhny 8 7 3 4 1-1 42,8[283] défaite (1-6, 4-6) au Masters de Cincinnati 2014
Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić 3 6 3 3 1-0 50[284] victoire (6-3, 64-7, 6-3) au tournoi de Moselle 2011
Drapeau : Lettonie Ernests Gulbis 10 6 3 3 0-2 50[285] défaite (5-2, ab.) à Roland-Garros 2016
Drapeau : France Richard Gasquet 7 9 5 4 3-1 55,6[286] victoire (4-2, ab.) à Wimbledon 2016
Drapeau : Belgique David Goffin 7 7 4 3 1-0 57,1[287] défaite (65-7, 3-6, 2-6) à la Coupe Davis 2017
Drapeau : France Gaël Monfils 6 7 4 3 0-0 57,1[288] défaite (1-6, 3-6) au Masters de Monte-Carlo 2016
Drapeau : Espagne Fernando Verdasco 7 5 3 2 1-1 60[289] défaite (6-4, 3-6, 4-6) au Masters de Cincinnati 2015
Drapeau : Russie Nikolay Davydenko 3 6 4 2 0-0 66,6[290] victoire (7-64, 7-68) au tournoi de Marseille 2014
Drapeau : France Gilles Simon 6 11 8 3 1-0 72,7[291] victoire (6-4, 6-1) au tournoi de Marseille 2017
Drapeau : Espagne Nicolás Almagro 9 7 6 1 1-0 85,7[292] défaite (2-6, 5-7) au tournoi de Buenos Aires 2016
Drapeau : Argentine Juan Mónaco 10 6 6 0 4-0 100[293] victoire (6-1, 6-4, 6-3) à Wimbledon 2016
Drapeau : Autriche Jürgen Melzer 8 6 6 0 2-0 100[294] victoire (6-2, 4-6, 6-2) au Masters de Paris-Bercy 2014
Drapeau : Chypre Márcos Baghdatís 8 7 7 0 2-0 100[295] victoire (66-7, 3-6, 6-3, 6-2, 6-2) à Roland-Garros 2016

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Toutes ses victoires sur des joueurs classés dans le top 10 de l'ATP lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# J-W.T. Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 209 Drapeau : République populaire de Chine Pékin 2004 Dur Drapeau : Espagne Carlos Moyà no 6 1/16 6-3, 6-3
2 no 38 Drapeau : Australie Open d'Australie 2008 Dur Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray no 9 1/64 7-5, 6-4, 0-6, 7-65
3 Drapeau : France Richard Gasquet no 8 1/8 6-2, 65-7, 7-66, 6-3
4 Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 2 1/2 6-2, 6-3, 6-2
5 no 20 Drapeau : Thaïlande Bangkok 2008 Dur (int.) Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 3 Finale 7-64, 6-4
6 no 14 Drapeau : France Paris-Bercy 2008 Dur (int.) Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 3 1/8 6-4, 1-6, 6-3
7 Drapeau : États-Unis Andy Roddick no 7 1/4 5-7, 6-4, 7-65
8 Drapeau : Argentine David Nalbandian no 8 Finale 6-3, 4-6, 6-4
9 no 7 Drapeau : République populaire de Chine Masters 2008 Dur (int.) Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 3 Poules 1-6, 7-5, 6-1
10 no 7 Drapeau : Australie Open d'Australie 2009 Dur Drapeau : États-Unis James Blake no 10 1/8 6-4, 6-4, 7-63
11 no 12 Drapeau : France Marseille 2009 Dur (int.) Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 3 1/2 6-4, 7-61
12 no 11 Drapeau : États-Unis Miami 2009 Dur Drapeau : France Gilles Simon no 8 1/8 64-7, 6-3, 6-2
13 no 7 Drapeau : Canada Montréal 2009 Dur Drapeau : France Gilles Simon no 9 1/8 6-3, 6-3
14 Drapeau : Suisse Roger Federer no 1 1/4 7-65, 1-6, 7-63
15 no 10 Drapeau : Australie Open d'Australie 2010 Dur Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 3 1/4 7-68, 65-7, 1-6, 6-3, 6-1
16 no 22 Drapeau : Espagne Madrid 2011 Terre battue Drapeau : Espagne Nicolás Almagro no 9 1/32 6-1, 6-3
17 no 19 Drapeau : Royaume-Uni Queen's 2011 Gazon Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 1 1/4 63-7, 6-4, 6-1
18 no 19 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2011 Gazon Drapeau : Espagne David Ferrer no 6 1/8 6-3, 6-4, 7-61
19 Drapeau : Suisse Roger Federer no 3 1/4 3-6, 63-7, 6-4, 6-4, 6-4
20 no 16 Drapeau : Canada Montréal 2011 Dur Drapeau : Suisse Roger Federer no 3 1/8 7-63, 4-6, 6-1
21 Drapeau : Espagne Nicolás Almagro no 10 1/4 6-4, 6-4
22 no 11 Drapeau : États-Unis US Open 2011 Dur Drapeau : États-Unis Mardy Fish no 8 1/8 6-4, 65-7, 3-6, 6-4, 6-2
23 no 6 Drapeau : Royaume-Uni Masters 2011 Dur (int.) Drapeau : États-Unis Mardy Fish no 8 Poules 7-63, 6-1
24 Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 2 Poules 7-62, 4-6, 6-3
25 Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych no 7 1/2 6-3, 7-5
26 no 5 Drapeau : Italie Rome 2012 Terre battue Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro no 9 1/8 6-4, 6-1
27 no 8 Drapeau : Australie Open d'Australie 2013 Dur Drapeau : France Richard Gasquet no 10 1/8 6-4, 3-6, 6-3, 6-2
28 no 8 Drapeau : France Marseille 2013 Dur (int.) Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych no 6 Finale 3-6, 7-66, 6-4
29 no 8 Drapeau : France Roland-Garros 2013 Terre battue Drapeau : Suisse Roger Federer no 3 1/4 7-5, 6-3, 6-3
30 no 15 Drapeau : Canada Toronto 2014 Dur Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 1 1/8 6-2, 6-2
31 Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray no 9 1/4 7-65, 4-6, 6-4
32 Drapeau : Bulgarie Grigor Dimitrov no 8 1/2 6-4, 6-3
33 Drapeau : Suisse Roger Federer no 3 Finale 7-5, 7-63
34 no 15 Drapeau : France Roland-Garros 2015 Terre battue Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych no 4 1/8 6-3, 6-2, 65-7, 6-3
35 Drapeau : Japon Kei Nishikori no 5 1/4 6-1, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3
36 no 17 Drapeau : France Metz 2015 Dur (int.) Drapeau : France Gilles Simon no 10 Finale 7-65, 1-6, 6-2
37 no 15 Drapeau : République populaire de Chine Shanghai 2015 Dur Drapeau : Afrique du Sud Kevin Anderson no 10 1/4 7-66, 5-7, 6-4
38 Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 7 1/2 6-4, 0-6, 7-5
39 no 9 Drapeau : Monaco Monte-Carlo 2016 Terre battue Drapeau : Suisse Roger Federer no 3 1/4 3-6, 6-2, 7-5
40 no 12 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2016 Gazon Drapeau : France Richard Gasquet no 10 1/8 4-2 ab.
41 no 13 Drapeau : France Paris-Bercy 2016 Dur (int.) Drapeau : Japon Kei Nishikori no 4 1/8 0-6, 6-3, 7-63
42 no 14 Drapeau : Pays-Bas Rotterdam 2017 Dur (int.) Drapeau : Croatie Marin Čilić no 7 1/4 7-68, 7-65
43 no 15 Drapeau : Autriche Vienne 2017 Dur (int.) Drapeau : Allemagne Alexander Zverev no 5 1/4 7-66, 6-2

Jo-Wilfried Tsonga totalise 43 victoires face à des joueurs membres du top 10, dont 32 sur le top 8.

Records[modifier | modifier le code]

  • Unique joueur français de l'ère Open à avoir atteint les quarts de finale dans les quatre tournois du Grand Chelem, ce qu'il a pour sa part réussi à trois reprises[296].
  • Unique joueur français à avoir atteint à la fois une finale de Grand Chelem (Open d'Australie 2008, contre Novak Djokovic) et une finale de Masters Cup (Masters 2011, contre Roger Federer).
  • Joueur français ayant remporté le plus grand nombre de victoires en Grand Chelem depuis juin 2016, devançant Jean Borotra et ses 103 victoires[297].
  • Joueur français ayant disputé dans les tournois du Grand Chelem le plus de quarts de finale (5 à l'Open d'Australie, 3 à Roland-Garros, 4 à Wimbledon, 3 à l'US Open, pour un total de 15) et de demi-finales (2 à l'Open d'Australie, 2 à Roland-Garros, 2 à Wimbledon, pour un total de 6).
  • L'un des 3 joueurs avec Tomáš Berdych et Stanislas Wawrinka à avoir battu le « Big Four » en Grand Chelem : Roger Federer (Wimbledon 2011 et Roland-Garros 2013), Novak Djokovic (Open d'Australie 2010), Rafael Nadal (Open d'Australie 2008) et Andy Murray (Open d'Australie 2008).
  • Premier joueur à battre Roger Federer dans un tournoi du Grand Chelem en étant mené deux sets à rien, en quart de finale du tournoi de Wimbledon le 29 juin 2011 : 3-6, 63-7, 6-4, 6-4, 6-4[298]. Jusqu'à ce jour en grand chelem, Federer avait toujours gagné ses matchs après avoir remporté les deux premiers sets, cela en 178 rencontres.
  • Meilleur ratio victoire/défaite en Grand Chelem de l'ère Open parmi les joueurs à n'en avoir jamais remporté un. Avec 95 victoires et 31 défaites dans cette catégorie de tournois, Tsonga a remporté 75.4% de ses matchs, du jamais vu pour un joueur non-titré en Grand Chelem dans l'ère Open[299].
  • Seul joueur avec Novak Djokovic à avoir vaincu à la fois Roger Federer et Rafael Nadal 3 sets à 0 dans un tournoi du Grand Chelem.
  • Seul joueur à avoir réussi à ne concéder aucune balle de break contre Roger Federer en finale d'un tournoi, lors de sa victoire face au Suisse en finale du Masters du Canada en 2014 (7-5 7-63). Sur ses 132 autres finales disputées, Federer a toujours réussi à obtenir au moins une balle de break (en dehors de celle du Masters de Londres 2014 où il avait déclaré forfait)[300].
  • L'un des 7 joueurs ayant battu Novak Djokovic en finale d'un tournoi ATP, avec Roger Federer, Rafael Nadal, Andy Murray, Stanislas Wawrinka, Tommy Haas et Alexander Zverev.
  • Deuxième joueur après Rafael Nadal à battre Roger Federer, Novak Djokovic, et Andy Murray dans un même tournoi[301].
  • Deuxième joueur après Guillermo Cañas à battre, hors Masters, 4 joueurs du top 10 dans un même tournoi[302].
  • Joueur ayant inscrit le plus grand nombre d'aces lors de la saison 2011 de l'ATP : 825 en 79 matchs[303].
  • Vainqueur du plus long match disputé aux Jeux olympiques en termes de nombres de jeux, à Londres en 2012 contre Milos Raonic (25-23 pour Tsonga dans le 3e set, également le plus long de l'histoire des Jeux olympiques).
  • Codétenteur avec onze autres joueurs du tie-break le plus long en simple : 20-18 à l'Open d'Australie 2007 face à Andy Roddick au premier tour, 7-618, 62-7, 3-6, 3-6[304].
  • Premier joueur français en termes de gains cumulés sur le circuit ATP depuis octobre 2012, devançant Richard Gasquet.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Llodra-Tsonga en argent », sur lequipe.fr, (consulté le 4 août 2012)
  2. Jo-Wilfried Tsonga se qualifie pour la finale de l'Open d'Australie, Grioo.com, 24 janvier 2008.
  3. « PHOTOS - Noura El Shwekh est originaire de Suisse, c'est là-bas que les deux amoureux se sont rencontrés. », sur puretrend.com (consulté le 21 mars 2016)
  4. « Jo-Wilfried Tsonga annonce qu’il va être “papa“ au printemps prochain », sur gala.fr (consulté le 2 novembre 2016)
  5. a et b Tsonga, dernière pépite du tennis français dans Le Monde du 23 janvier 2008.
  6. Clément Daniez et Yves Montuelle, Wimbledon: cinq choses à savoir sur Jo-Wilfried Tsonga, lexpress.fr, 1er juillet 2011.
  7. a et b (en) Mr. Spontaneity: Tsonga Flies Solo dans Deuce sur le site de l'ATP World Tour le 18 mai 2011.
  8. (en) Saison 2007 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  9. (en) Tsonga Targets First Title On Grass At Aegon Championships, sur le site de l'ATP World Tour le 6 mars 2012.
  10. (en)Saison 2008 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  11. « Open d’Australie 2008, 1er Tour : Jo-Wilfried Tsonga, l’exploit », afrik.com,
  12. « Gasquet: "Trop crispé" », Eurosport,
  13. « Incroyable Tsonga », Eurosport,
  14. « Tsonga-Djokovic, c'est inédit ! », Eurosport,
  15. (en) Tsonga keeps up the pressure and stuns Nadal dans The New York Times du 24 janvier 2008.
  16. « Tsonga : "Impatient" », Eurosport,
  17. « Open d'Australie: victoire de Djokovic », huffingtonpost.fr,
  18. « Tsonga: "Aucun regret" », Eurosport,
  19. « Tsonga s'incline en finale de l'Open d'Australie », sur lci.tf1.fr (consulté le 26 janvier 2008)
  20. Le , à Sibiu, premier match dans cette compétition, et première victoire, face au no 1 Roumain, Andrei Pavel (62-7, 6-4, 6-4, 6-4).
  21. « Nadal prend sa revanche sur Tsonga », 20 minutes,
  22. « Tsonga sur le retour », sur eurosport.fr, (consulté le 1er juin 2011)
  23. Tsonga absent à Pékin dans Le Figaro du 15 juillet 2008.
  24. Tsonga prend sa revanche sur Djokovic en finale du tournoi de Bangkok dans Le Monde du 28 septembre 2008.
  25. « Jo-Wilfried Tsonga dernier rescapé français à Bercy », L'Express,
  26. « Tsonga au bout de lui-même », Eurosport,
  27. « Jo-Wilfried Tsonga en finale du tournoi de Bercy », Le Monde,
  28. « Tsonga remporte le tournoi de Paris-Bercy », sur Libération (consulté le 2 novembre 2008)
  29. « Plus d'espoirs pour Tsonga », Eurosport,
  30. « Tsonga bat Djokovic, pour l'honneur », L'Express,
  31. Tsonga-Simon, nourris par les mêmes valeurs dans L'Équipe du 17 novembre 2008.
  32. (en)Saison 2009 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  33. « Tsonga en quarts de finale », Eurosport,
  34. « Tsonga quitte l'aventure », Eurosport,
  35. « TENNIS: TSONGA BAT DJOKOVIC EN DEMI-FINALE À MARSEILLE », capital.fr,
  36. Tennis : Tsonga vainqueur de Llodra à Marseille dans Le Figaro du 22 février 2009
  37. (en) « Tsonga Clinches Second Title Of 2009 », sur atpworldtour.com, (consulté le 1er juin 2011)
  38. « Tsonga pour l'honneur », sur eurosport.fr, (consulté le 1er juin 2011)
  39. « Tennis à Miami: Tsonga éliminé par Djokovic qui jouera Federer en 1/2 », ladepeche.fr,
  40. « Jo-Wilfried Tsonga éliminé par Juan Martin Del Potro en huitièmes de finale », sur france-amerique.com,
  41. « Karlovic pétrifie Tsonga », Eurosport,
  42. Incroyable mais Jo ! sur le site de Eurosport le 14 août 2009
  43. a et b (en)Federer and Nadal Ousted From the Rogers Cup dans The New York Times du 14 août 2009
  44. « Murray saute le pas », Eurosport,
  45. « Tsonga laisse sa place », Eurosport,
  46. Tsonga à l'énergie dans Le Figaro du 20 septembre 2009
  47. «J'aime bien m'impliquer» dans Le Figaro du 21 septembre 2009
  48. « Jo-Wilfried Tsonga se débarrasse de Gaël Monfils ; prochaine étape, Mikhaïl Youzhny », Le Monde,
  49. « Tsonga reçu 3 sur 3 », sur eurosport.fr (consulté le 11 octobre 2009)
  50. « Nadal recadre Tsonga », sur eurosport.fr (consulté le 14 novembre 2009)
  51. (en) Saison 2010 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  52. « Tsonga a pris son temps », Eurosport,
  53. « Tsonga dans le carré magique », Eurosport,
  54. « Tsonga : "C'est magnifique" », Eurosport,
  55. « Federer assomme Tsonga », Eurosport,
  56. « Tsonga forfait à Rotterdam », sur lequipe.fr (consulté le 6 février 2010)
  57. « Nadal domine Tsonga », Eurosport,
  58. « Tsonga, père courage », Eurosport,
  59. « Tsonga, abandon et frustration », Eurosport,
  60. (en) « Wimbledon 2010: Jo-Wilfried Tsonga digs deep to avoid another marathon », telegraph.co.uk,
  61. « Murray, sans coup férir », Eurosport,
  62. Tsonga cale, Nadal s'adapte dans Eurosport du 5 octobre 2010.
  63. « Rechute pour Tsonga ? », sur sport24.com, (consulté le 1er juin 2011)
  64. a et b A nouveau blessé, Tsonga déclare forfait pour la fin de la saison dans liberation.fr du 3 novembre 2010.
  65. (en) Saison 2011 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  66. Tsonga dégringole, Murray et Söderling rigolent dans Eurosport du 22 janvier 2011.
  67. (en) Historique des classements ATP de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  68. « Tennis - Rotterdam : Söderling trop fort pour Tsonga », rtl.fr,
  69. « TSONGA NE SE VENGE PAS », sport24.lefigaro.fr,
  70. TSONGA-WINOGRADSKY, C’EST FINI dans sport365.fr du 4 avril 2011.
  71. Jo-Wilfried Tsonga le maillon faible dans ladepeche.fr du 28 mai 2011.
  72. Tennis : Tsonga élimine Nadal et passe en demi-finales à Londres dans Le Monde du 10 juin 2011.
  73. (en) « Andy Murray beats Jo-Wilfried Tsonga to win Queen's », bbc.com,
  74. « Tsonga sauve la maison bleue », Eurosport,
  75. a, b et c (en) Tsonga Stuns Federer In Five Sets sur le site de l'ATP World Tour le .
  76. a et b Wimbledon : Tsonga renverse le roi dans Le Monde du 29 juin 2011.
  77. (en) Jo-Wilfried Tsonga stuns Roger Federer over five sets dans The Guardian du 29 juin 2011.
  78. Tsonga face à Djokovic pour une place en finale de Wimbledon dans Le Monde du 1er juillet 2011.
  79. « Djokovic sort Tsonga... et Nadal », Eurosport,
  80. Tsonga sort encore Federer dans lapresse.ca du 12 août 2011.
  81. Tsonga - Federer, les retrouvailles dans Eurosport du 6 septembre 2011.
  82. (en) Tsonga Sweeps Past Fish, the Top American Seed dans The New York Times du 5 septembre 2011.
  83. « Federer trop fort pour Tsonga », Eurosport,
  84. « Tsonga : "Je comprends mieux Federer" », Eurosport,
  85. « Tsonga, sept extra ! », Eurosport,
  86. « On aura Tsonga-Federer ! », Eurosport,
  87. « Federer, un maître à Paris », Eurosport,
  88. « Masters de Londres: Tsonga bat Nadal et se qualifie pour la première fois en demi-finale », 20minutes.fr,
  89. « Tsonga en finale du Masters face à Federer : «J'ai tout à gagner» », Le Parisien,
  90. Masters de Bercy : Federer était trop fort pour Tsonga dans Le Parisien du 27 novembre 2011.
  91. Federer encore trop fort pour Tsonga dans Le Figaro du 27 novembre 2011.
  92. (en) Saison 2012 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  93. « Tsonga n'a rien perdu », sur Eurosport,
  94. « Tsonga s'arrête là », Eurosport,
  95. « Jo-Wilfried Tsonga fait son entrée dans le Top 5 mondial », ladepeche.fr,
  96. « Tennis : Tsonga manque les quarts, pas Gilles Simon », Le Monde,
  97. « Tsonga a fait trop de cadeaux », Eurosport,
  98. « Tsonga rêve de vacances », Eurosport,
  99. Roland-Garros : Tsonga sans éclat dans Le Monde du 27 mai 2012.
  100. Tsonga pour la première fois en quarts de finale de Roland-Garros !, Le Point, le 4 juin 2012
  101. « Et Djokovic fit taire Roland-Garros... », Eurosport,
  102. « Tsonga battu par Djokovic : «Je peux aller chercher un Grand Chelem» », Le Parisien,
  103. « Inquiétude pour Tsonga », Eurosport,
  104. Belle entrée en matière pour Tsonga dans Le Figaro du 26 juin 2012.
  105. « Jo-Wilfried Tsonga : Il réconforte une juge de ligne et se qualifie en demi », purepeople.com,
  106. Murray brise le rêve de Tsonga dans Eurosport du 6 juillet 2012.
  107. Murray sort Tsonga et rejoint Federer en finale de Wimbledon dans Libération du 6 juillet 2012.
  108. (en) Murray Ends 74-Year Wait For British Wimbledon Finalist sur le site de l'ATP World Tour le 6 juillet 2012.
  109. « Tsonga, roi du suspense », Eurosport,
  110. « Djokovic stoppe Tsonga », Eurosport,
  111. « JO - Tennis : Tsonga et Llodra joueront la finale du double », Le Parisien,
  112. « Llodra et Tsonga, l'argent tout de même », Eurosport,
  113. Tsonga et Del Potro déjà dehors dans Eurosport du 9 août 2012.
  114. « Tsonga, la cata », Eurosport,
  115. Jo-Wilfried Tsonga : vite fait, bien fait dans ladepeche.fr du 24 septembre 2012.
  116. Djokovic maître de Pékin dans Eurosport du 7 octobre 2012.
  117. Stockholm : Tsonga s'incline face à Berdych dans Le Monde du 21 octobre 2012.
  118. Bercy: Jo-Wilfried Tsonga cale contre David Ferrer dans Eurosport du 2 novembre 2012.
  119. Tsonga laisse passer sa chance dans L'Équipe du 5 novembre 2012.
  120. Tsonga proche de la sortie dans L'Équipe du 7 novembre 2012.
  121. Masters Londres - Jo-Wilfried Tsonga en plein paradoxe dans Eurosport du 16 novembre 2012.
  122. (en)Saison 2013 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.
  123. Tennis: forfait de Jo-Wilfried Tsonga à Sydney dans Le Point du 5 janvier 2013
  124. « Open d'Australie 2013 : Jo-Wilfried Tsonga plus fort que Richard Gasquet », Eurosport,
  125. Tsonga tout près de l'exploit dans Le Figaro du 23 janvier 2013.
  126. Open d'Australie : Federer plie mais ne rompt pas contre Tsonga dans Le Monde du 23 janvier 2013.
  127. Tsonga n'était pas loin dans L'Équipe du 23 janvier 2013.
  128. Tsonga s'en sort dans L'Équipe du 22 février 2013.
  129. Tsonga en impose dans L'Équipe du 24 février 2013.
  130. « Novak Djokovic bien trop fort pour Jo-Wilfried Tsonga », Eurosport,
  131. Tsonga s'est arraché dans L'Équipe du 5 avril 2013.
  132. « Monte-Carlo: Jo-Wilfried Tsonga bat Stanislas Wawrinka et se hisse en demi-finales », Eurosport,
  133. Nadal a (un peu) tremblé dans L'Équipe du 20 avril 2013.
  134. « Wawrinka prend une douce revanche sur Tsonga », rts.ch,
  135. Tsonga, une leçon au maître sur www.sports.fr le 4 juin 2013.
  136. « Roland-Garros : Jo-Wilfried Tsonga supérieur à Roger Federer, dès les premiers coups », Eurosport,
  137. Tsonga n'a pas existé dans Le Figaro du 7 juin 2013.
  138. Tsonga : « Je n'ai pas été bon » dans L'Équipe du 7 juin 2013.
  139. «Tsonga est totalement passé à côté de sa demi-finale» par Martin Couturié sur www.sport24.com/Le Figaro le 7 juin 2013.
  140. Pas de finale pour Tsonga dans L'Équipe du 15 juin 2013.
  141. Tsonga jette l'éponge dans L'Équipe du 26 juin 2013.
  142. a et b Tennis: Tsonga renonce à l’US Open dans Libération du 15 août 2013.
  143. Tsonga-Rasheed, c'est fini ! dans L'Équipe du 30 août 2013.
  144. « ATP Metz - Gilles Simon bat Jo-Wilfried Tsonga en finale (6-4, 6-3) », Eurosport,
  145. « Les 4 chantiers de Jo-Wilfried Tsonga sur la route du Masters », Eurosport,
  146. (en)Paris Draw Does No Favours For French Final Showdown Contenders sur le site officiel de l'ATP Tour le 25 octobre 2013.
  147. Tsonga, la double peine dans L'Équipe du 30 octobre 2013.
  148. « Jo-Wilfried Tsonga annonce ses nouveaux entraîneurs : Escudé et Ascione », sur Le Maine libre,
  149. (en) Saison 2014 de Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP World Tour.