Monica Seles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Seles » redirige ici. Pour les autres significations, voir Celes ou Seles.
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Monica Seles
Monica Seles
Monica Seles lors d'une exhibition (La Nouvelle-Orléans – 2007)
Carrière professionnelle
1988 – 2003[a]
Nationalité Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie (socialiste)
Drapeau : République fédérale de Yougoslavie Yougoslavie (fédérale)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (42 ans)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Novi Sad
Taille / poids 1,78 m (5 10) / n/a[1]
Prise de raquette Gauchère, revers et coup droit à deux mains
Entraîneurs Károly Seles (1979-1998)
Nick Bollettieri (1986-1990)[2]
Michael Sell (2001-2002)[3]
Gains en tournois 14 891 762 $
Hall of Fame Membre depuis 2009
Palmarès
En simple
Titres 53
Finales perdues 32
Meilleur classement 1re (11-03-1991)
En double
Titres 6
Finales perdues 3
Meilleur classement 16e (22-04-1991)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (4) V (3) F (1) V (2)
Double 1/2 1/8 1/4 1/4
Médailles olympiques
Simple 1
Titres par équipe nationale
Fed Cup 3 (1996, 1999[b], 2000)
Hopman Cup 1 (1991)

Monica Seles, née le à Novi Sad, est une joueuse de tennis de l'ex-Yougoslavie, naturalisée américaine en 1994.

Considérée comme la première cogneuse de l'histoire de son sport, elle gagne le tournoi de Roland-Garros en 1990, à 16 ans et demi : un exploit inégalé sur la terre battue parisienne. En mars 1991, elle devient la plus jeune numéro un mondiale au classement WTA et, pendant deux ans, interrompt le long règne de sa rivale Steffi Graf. Avant son vingtième anniversaire, elle décroche huit titres du Grand Chelem, remportant ainsi chacun des tournois qui le composent — à l'exception de Wimbledon.

Sa chasse aux records s'arrête net en avril 1993 quand, en plein match à Hambourg, un spectateur la poignarde dans le dos.

De retour à la compétition en août 1995, Seles ajoute l'Open d'Australie à son palmarès en janvier 1996, puis se maintient parmi l'élite. Elle ne retrouve toutefois jamais la plénitude de ses moyens, concurrencée par une nouvelle génération de joueuses plus athlétiques. En février 2008, après cinq saisons d'inactivité pour cause de blessure au pied, elle officialise sa retraite sportive à l'âge de 34 ans.

Monica Seles, qui jouait revers et coup droit à deux mains, est restée célèbre auprès du public pour les cris qu'elle avait coutume de pousser sur le court au moment de frapper la balle.

Carrière[modifier | modifier le code]

L'enfance[modifier | modifier le code]

Monica Seles[c] est la fille cadette d'une famille hongroise de Serbie vivant à Novi Sad, en Yougoslavie[d]. À l'âge de 5 ans[e], en vacances au bord de la mer Adriatique, elle s'initie au tennis en voulant imiter son frère aîné Zoltán, lui-même joueur junior émérite. Parce qu'elle trouve sa raquette trop lourde à porter, la jeune gauchère prend l'habitude de la tenir à deux mains, en revers comme en coup droit : cette technique rare[f],[4], dont elle ne se départira plus, restera l'une des principales singularités de son jeu.

De retour à la maison, son père Károly, ancien athlète de triple saut[5], bricole un court de tennis devant l'immeuble familial et s'improvise son professeur. Pour aiguiser sa férocité, il griffonne de petits Tom et Jerry sur les balles et lui recommande de taper dedans aussi vite et aussi fort que possible, en visant les lignes[6],[7].

La fillette de 9 ans écume les compétitions locales sans savoir compter les points — « Je gagne ? » demande-t-elle pendant les matchs [8]. À 10 ans, elle devient championne d'Europe des moins de 12 ans[9] et la une d'un quotidien national la promeut « sportive yougoslave de l'année ». En 1985, elle remporte l'Orange Bowl[10] en Floride. Repérée par l'entraîneur Nick Bollettieri, elle rejoint en 1986 l'académie de ce dernier à Bradenton ; elle se livre là, pendant deux années, à un entraînement très intensif, croisant le fer avec le « Kid » Andre Agassi[2].

1988-1990 : une ascension fulgurante[modifier | modifier le code]

Monica Seles fait son galop d'essai sur le circuit WTA (Women's Tennis Association) à 14 ans, le 7 mars 1988 à Boca Raton. Dès le premier tour, elle élimine Helen Kelesi (31e mondiale)[11] et stupéfait les esprits par la puissance de ses frappes et par les grunts (« rugissements ») dont elle les accompagne. Campée sur sa ligne de fond, ses accélérations des deux côtés, retours de service et passing-shots foudroyants font en particulier sensation[12].

1989 marque ses débuts à plein temps dans le grand bain des joueuses professionnelles. Le 30 avril, elle gagne son premier titre à Houston face à la vétérane Chris Evert[13].

Le monde entier découvre l'adolescente un mois plus tard à Roland-Garros quand elle offre des fleurs au public en pénétrant sur le court central ; Zina Garrison, au 3e tour, n'appréciera guère le geste, peu fair-play selon elle[14]. En demi-finale, alors qu'elle n'est pas tête de série, elle accule l'invincible Steffi Graf dans un troisième set[15] qui scelle le préambule d'une des plus grandes rivalités de l'histoire du tennis féminin.

À Wimbledon et à l'US Open, la championne est « renvoyée à ses études », respectivement par Graf[16] et Evert[17]. Elle accède au top 10 du classement WTA le 11 septembre 1989, à 15 ans et 9 mois[g].

Seles plaque l'académie Bollettieri en mars 1990, après que son père a reproché à l'entraîneur son supposé manque de dévouement[2]. Le printemps la voit rafler cinq tournois d'affilée[h],[18],[19],[20],[21],[22]. Martina Navrátilová, expédiée en 50 minutes en finale des Internationaux d'Italie, résume son effarement en conférence de presse[21] : « J'ai l'impression d'avoir été renversée par un camion. » À Berlin, Seles met fin, en deux sets, à une série de 66 victoires consécutives de Steffi Graf[22].

Le 10 juin, la jeune Yougoslave triomphe à Roland-Garros contre Graf[23]. Elle a 16 ans et demi : un exploit inégalé sur la terre battue parisienne[24].

Si les mois suivants sont plus inconstants — à Wimbledon[25] ou à l'US Open[26] —, elle domine Gabriela Sabatini aux Masters de novembre, à l'occasion du premier match de l'ère Open jamais tenu par des femmes en cinq manches[27]. Numéro deux mondiale à l'issue de la saison, elle est désignée « joueuse ayant le plus progressé » par les instances de la WTA[28].

1991-1992 : l'hégémonie[modifier | modifier le code]

Photo de Monica Seles en 1991 lors du tournoi de San Antonio. La joueuse serre une enveloppe dans les mains et sourit.
Monica Seles (San Antonio – 1991)

1991 est l'année de la consécration. En janvier, à l'Open d'Australie, Monica Seles sauve une balle de match en demi-finale[29], puis s'adjuge l'épreuve en trois sets face à Jana Novotná[30]. Le 11 mars[31], elle devient, à 17 ans, 3 mois et 9 jours, la plus jeune numéro un mondiale au classement WTA[32] depuis Tracy Austin en avril 1980[i],[33].

Après avoir conservé son titre porte d'Auteuil contre Arantxa Sánchez Vicario en juin[34], elle déclare forfait à Wimbledon sans donner d'explications. Son silence médiatique alimente des rumeurs extravagantes, notamment qu'elle serait enceinte[35], et lui coûte une amende de 6 000 dollars de la part de la WTA[36]. Elle reçoit, quelques semaines plus tard, une autre pénalité de 20 000 dollars pour avoir participé à une lucrative exhibition dans le New Jersey et porté préjudice à une compétition officielle se déroulant à proximité[37]. La Fédération internationale de tennis lui interdit de paraître aux Jeux olympiques de Barcelone qui se tiennent l'année suivante (voir ci-après), tandis que, deux fois en août, Graf lui subtilise sa place de numéro un[31].

Remise de ces mésaventures[38], Seles assoit son emprise à l'US Open, réalisant par la même occasion le petit Chelem : en demi-finale, elle écarte de justesse la jeune prodige Jennifer Capriati, comme elle une puncheuse[39] ; puis elle dispose de Martina Navrátilová, de dix-sept ans son aînée[j],[40]. Aux Masters, elle bat à nouveau Navrátilová[41] et devient, fin 1991, la sportive la mieux payée de tous les temps[42].

En défendant avec succès ses trois titres du Grand Chelem, Monica Seles accomplit une saison 1992 en tout point comparable à la précédente.

Très déterminée, elle obtient d'abord une victoire facile à Melbourne[43]. Elle arrache ensuite son troisième French Open consécutif[k] au terme d'une finale d'anthologie contre Steffi Graf — 10-8 dans le set décisif[44]. En juillet à Wimbledon, les plaintes de ses adversaires[l] et les moqueries des tabloïds anglais[m],[45] la contraignent à disputer sa finale sans émettre le moindre cri. Entre deux averses, Graf prend une cinglante revanche (6-2, 6-1)[46] et prive la Yougoslave de ses rêves de Grand Chelem.

Seles, quoique pétrie de regrets[7],[47] se rattrape en septembre à Flushing Meadows, qu'elle empoche, malade, en égarant 27 jeux sur sa route[48]. En novembre, elle gagne ses troisièmes Masters[49] et est élue « championne du monde » par la FIT, « joueuse de l'année » par la WTA[28] et « sportive de l'année » par l'agence Associated Press.

À la ville, la « Madonna du tennis[50] » se plaît à entretenir l'image d'une fashion victim américanisée[50], désireuse de « faire du cinéma à 25 ans[50] » tout en revendiquant la parité salariale sur le circuit professionnel[51].

1993 : l'agression de Hambourg[modifier | modifier le code]

Article connexe : Agression de Monica Seles.

1993 s'ouvre sur des bases similaires quand, avec un service perfectionné[52], Monica Seles s'empare de son troisième Open d'Australie de suite, une nouvelle fois de haute lutte face à Graf[53] : c'est son huitième trophée du Grand Chelem à 19 ans. Nulle autre joueuse ne s'est jamais constitué pareil palmarès aussi précocement[n]. Dans la foulée, elle gagne à Chicago[54] et atteint la finale au Zénith de Paris[55].

Sa suprématie s'interrompt le 30 avril lors du tournoi de Hambourg, épreuve où Seles s'est inscrite à la hâte après deux mois de grippe et de repos forcé[56]. À un changement de côté, tandis qu'elle mène son quart de finale contre Magdalena Maleeva sur le court central, un spectateur (Günter Parche) franchit les barrières de sécurité et lui plante un couteau dans le dos[57]. Sitôt hospitalisée, elle reçoit deux jours plus tard la visite de Steffi Graf, qui reste à son chevet « quelques minutes » sans parvenir à la consoler[58].

L'Allemande, en l'absence de Seles[59], s'impose le 4 juin à Roland-Garros[60]. Le surlendemain, au bénéfice de cette victoire, elle lui ravit son fauteuil de numéro un mondiale pour ne quasiment plus le quitter jusqu'en mars 1997.

Soignée dans une clinique du Colorado[61], Seles recourt aux conseils d'un entraîneur d'athlétisme réputé, Bob Kersee[62], pour hâter sa convalescence. Mais si la cicatrice est superficielle[63], le traumatisme psychologique se révèle profond[64]. Elle est en outre désabusée par le refus de ses pairs, hormis Sabatini[65], de voter le maintien de son classement[66], puis par la condamnation trop indulgente, à ses yeux, de Parche — prison avec sursis[67]. Ses commanditaires rompent un à un leurs engagements[68] ; son père et mentor est opéré d'un cancer à l'estomac en décembre 1993[69].

En proie à des troubles alimentaires compulsifs[1], elle vit retranchée dans sa résidence floridienne de Sarasota et laisse planer le mystère quant à la date de son retour[70]. Au pire de sa dépression, son poids culmine à 80 kilos[1].

Le 16 mars 1994 à Miami, elle acquiert la citoyenneté américaine[71]. Plus jamais elle ne retournera dans un pays germanophone[72].

1995-2003 : retour et désillusions[modifier | modifier le code]

Photo des tenue et raquette de Seles à son retour en 1995. Polo blanc dédicacé, jupe à carreaux bleu marine et blanc.
Tenue et raquette de Seles à son retour (US Open – 1995)

Alors que la presse déplore le cavalier seul de Steffi Graf[73], Monica Seles effectue son retour sur les courts le 30 juillet 1995. À Atlantic City, elle dispute une exhibition très médiatisée contre Navrátilová[74]. En marge de cet événement, après des réticences[75], la WTA lui octroie exceptionnellement la place de « co-numéro un mondiale »[o],[76]. Elle honore cette faveur en gagnant d'entrée l'Open de Toronto, sans perdre un set[77]. Puis, sous le feu des projecteurs[78], elle échoue en finale de l'US Open, dans un match à suspense contre sa rivale Steffi Graf[79].

Elle reçoit de la WTA, fin 1995, le titre honorifique de « comeback de l'année »[28].

En janvier 1996, elle remporte le tournoi de Sydney[80] avant de décrocher les Internationaux d'Australie aux dépens d'Anke Huber[81], son ultime sacre dans un des quatre Majeurs. Elle publie la même année une autobiographie : From Fear to Victory — littéralement : « de la peur à la victoire ».

Redevenue l'une des toutes meilleures, Seles gagne en sympathie auprès du public[82], mais échoue par la suite à reconquérir son autorité[83]. Victime de blessures à répétition et sujette à l'embonpoint[1], ses progrès au service et à la volée ne lui évitent pas des contre-performances[84]. Graf la surclasse régulièrement, par exemple à l'US Open 1996[85]. En de maintes occasions, la talentueuse Martina Hingis lui barre la route[86],[87],[88],[89],[90], lui infligeant même un double 6-0 en mars 2000[91]. Lindsay Davenport[92],[93], les sœurs Venus[94],[95],[96] et Serena Williams[97], voire Mary Pierce[98],[99], plus athlétiques, la dominent aussi en puissance.

Seles moissonne six de ses dix derniers titres dans des tournois mineurs, dits « tier III »[100],[101],[102] ou « tier IV »[103].

Elle signe son dernier coup d'éclat en juin 1998, trois semaines après la mort de son père[104], en se hissant en finale à Roland-Garros. De noir vêtue et sans préparation, elle étrille la favorite Hingis en demi[105], mais rend les armes contre Arantxa Sánchez Vicario à la conclusion[106].

En 17 tentatives supplémentaires, Monica Seles n'atteint plus qu'à trois reprises les demi-finales en Grand Chelem, à Roland-Garros (1999[107]) et à l'Open d'Australie (1999[88], 2002[90]). Dix autres fois, elle tombe au stade des quarts de finale, dont quatre à l'US Open.

Le 27 mai 2003, handicapée au pied gauche par une fracture de stress[108], elle est sortie sans ménagement au premier tour des Internationaux de France par Nadia Petrova[109]. Cette élimination prématurée[p] demeure sa dernière prestation officielle en compétition.

2004-2008 : une retraite sportive longtemps différée[modifier | modifier le code]

Photo de Monica Seles pendant l'US Open en 2005. La joueuse, micro à la main, répond à une interview.
Seles interviewée (US Open – 2005)

De 2004 à 2007, Monica Seles s'illustre dans une série de matchs de gala[q] et, à intervalles sporadiques, envisage un retour sur le circuit WTA[110] ou en Fed Cup[111]. Le 3 décembre 2007, elle émet auprès du Los Angeles Times son souhait de s'aligner dans « plusieurs tournois » en 2008[112].

Toujours en délicatesse avec son pied, elle ne concrétise toutefois pas ses projets et, dans un communiqué de presse du 14 février 2008, finit par confirmer sa retraite sportive définitive[113]. Elle précise quelques années plus tard avoir essayé de revenir « pendant longtemps », mais qu'elle avait dû capituler parce qu'elle avait « payé à partir de 30 ans le prix d'avoir joué sept ou huit heures par jour au tennis depuis l'âge de 7 ans », et qu'elle était « fatiguée »[114].

L'après-tennis[modifier | modifier le code]

Monica Seles possède un patrimoine évalué à plusieurs dizaines de millions de dollars, dont l'essentiel amassé en contrats publicitaires avec Fila, Nike ou Yonex[115].

Elle acquiert « secrètement », selon des sources magyares, la nationalité hongroise en juin 2007[116]. Elle aurait expliqué à un journaliste qu'elle désirait par cette naturalisation « faire plaisir à sa mère »[117].

En mars 2008, elle participe à la sixième saison de Dancing with the Stars, une émission de téléréalité américaine diffusée sur ABC. Le couple de danse qu'elle forme avec Jonathan Roberts est le premier écarté du jeu par le jury et les téléspectateurs[118].

Dans Getting a Grip (« se ressaisir »), sa seconde autobiographie parue en avril 2009, elle témoigne de son long combat pour se réapproprier son corps, son estime de soi et sa féminité, après dix années de dépression et de suralimentation[1]. De passage à Roland-Garros en juin 2012 pour remettre la Coupe Suzanne-Lenglen[119], elle confie à L'Équipe mag avoir « repris le contrôle » de sa vie grâce à l'écriture[120].

En décembre 2010[121], elle signe avec l'éditeur britannique Bloomsbury pour publier une série de romans jeunesse. Relatant les péripéties sportives et sentimentales d'un groupe d'apprentis champions[122], le premier tome, Game On, est livré en juin 2013 ; le deuxième, Love Match, en février 2014.

Monica Seles se consacre aujourd'hui à la promotion du tennis[123], à des matchs amicaux[124] ou à des œuvres caritatives[125]. Elle est aussi la porte-parole rémunérée de la firme pharmaceutique Shire, qui lance en 2015 un médicament controversé contre le « syndrome d'hyperphagie incontrôlée »[126].

Un quotidien new-yorkais révèle en juin 2014 ses fiançailles avec l'homme d'affaires et milliardaire Tom Golisano[127], de trente-deux ans son aîné, avec qui elle entretient une relation depuis 2009[128].

Style de jeu et legs sportif[modifier | modifier le code]

Photo de Seles en 2001 pendant l'Open du Canada. Elle est au service. Elle porte une tenue et une casquette blanches.
Seles au service (Toronto – 2001)

En dépit d'un palmarès rendu incomplet par son agression[129], Monica Seles a édicté, plus encore que Jennifer Capriati[39] à la même époque, les modalités du boxing tennis, basé sur la puissance et la recherche du KO[130],[131].

Monica Seles jouait à deux mains, côté revers, geste popularisé dans les années 1970 par Chris Evert, et côté coup droit. Cette technique atypique[f],[4], restée sa marque de fabrique, lui permettait d'expédier la balle depuis les quatre coins du court, à toute allure et dans des angles improbables[132].

La première, cette attaquante de fond de court s'est attachée à s'installer le plus souvent possible à l'intérieur du terrain, dès le retour de service[133], pour prendre le contrôle des échanges, s'ouvrir le court et déborder son adversaire en cadence[131]. Sans attendre le sommet du rebond de la balle ni temporiser, elle alternait avec précision les tirs « long de ligne » ou croisés et les offensives dans le contre-pied en guise de coups gagnants. Sa rivale, constamment pilonnée, était ainsi contrainte à commettre la faute ou à lui procurer une balle courte, immédiatement sanctionnée par une accélération imparable — gifle de revers ou demi-volée haute liftée. Une stratégie redoutable sur toutes les surfaces, sauf sur herbe où contreuses et expertes du slice pouvaient plus commodément la neutraliser[134].

Rare au filet, sinon pour terminer un point presque acquis, son excellent jeu de jambes et son sens de l'anticipation lui permettaient de faire preuve, dans ses jeunes années, d'une défense pugnace : pendant les rallyes, elle n'hésitait pas à distribuer épisodiquement des moonballs[17] avant de mieux réitérer ses assauts. Sur le tard, moins véloce, elle usera volontiers, en bout de course, d'un coup droit à une main destiné à compenser le manque d'allonge induit par sa prise de raquette à deux mains[135].

De ses cris stridents lâchés à chaque frappe[r], Monica Seles dira qu'ils lui sortent de la bouche depuis ses 12 ans[136], mais qu'elle n'en retirait pas un surcroît d'efficacité. Une étude scientifique démontrerait, à l'inverse, que de tels cris altèrent les performances de l'adversaire[137]. Si d'aucuns les jugeront exaspérants[45],[138], d'autres y percevront la marque d'une rage de vaincre inébranlable[139]. Dotée de beaucoup de sang-froid dans les moments-clés[140], elle a su renverser nombre de parties très mal engagées[29],[80],[141].

Avec un investissement physique accru, les joueuses de la génération suivante, telles les sœurs Williams ou Maria Sharapova, adopteront ce style de jeu coercitif[131],[142] parfois décrié pour son caractère machinal et stéréotypé[143]. La Française Marion Bartoli, gagnante à Wimbledon en 2013, poussera le mimétisme jusqu'à reproduire son coup droit à deux mains[144].

Le 11 juillet 2009, Monica Seles intègre le Temple de la renommée du tennis international[145].

La rivalité Graf-Seles[modifier | modifier le code]

Article connexe : Steffi Graf.
Photo de Steffi Graf au tournoi de Wimbledon en 2009. La joueuse réalise un revers à une main. Elle est vêtue en blanc.
Steffi Graf (Wimbledon – 2009)

Monica Seles et Steffi Graf ont été numéros un mondiales sur le circuit WTA. Elles se sont affrontées en quinze occasions entre 1989 et 1999, la première[15] et la dernière fois[107] à Roland-Garros.

Réputées l'une et l'autre pour leur force de frappe et leurs nerfs d'acier[140], Graf et Seles avaient des styles de jeu très différents. La première était pourvue d'un coup droit explosif, d'un revers coupé, d'un jeu de jambes sans faille et d'un service tranchant qui lui valurent une domination sans partage de 1987 à 1989. La seconde, gauchère au tempérament teigneux, innova par sa façon de « cogner » la balle, en revers comme en coup droit, dès le retour de service[131] : en 1991-1992 et jusqu'à son agression à Hambourg en avril 1993[57], elle parvient à suspendre le long règne de Graf.

L'Allemande s'est imposée à dix reprises contre Seles. Les deux joueuses sont à égalité lors de leurs finales disputées en Grand Chelem — trois succès chacune, dont deux de Seles à Roland-Garros[24],[44] et deux de Graf à Flushing Meadows[79],[85]. Leur duel est pareillement équilibré sur terre battue (3-3), tandis que Graf prévaut sur les surfaces plus rapides, sur dur (3-2), moquette (2-0) ou gazon (2-0).

Jusqu'en 1993, Graf compte six victoires pour quatre défaites face à Seles. Elle est alors la seule joueuse en activité à présenter un bilan favorable contre la Yougoslave. Entre 1995 et 1999, elle l'emporte quatre fois sur cinq[79],[85],[107], y compris aux Masters en 1998[146]. Seles enregistre son unique succès sur cette période en quart de finale des Internationaux d'Australie 1999[147].

Certains observateurs, plus tard, compareront cette rivalité sportive et stylistique, bien qu'écourtée, avec celle que se livreront Roger Federer et Rafael Nadal à partir du milieu des années 2000[148].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Monica Seles a remporté 53 titres en simple au cours de sa carrière, y compris neuf Grands Chelems et trois Masters d'affilée. 1991 et 1992 demeurent ses meilleurs crus, avec dix succès chaque année. De novembre 1990 à février 1993, elle triomphe dans 24 des 35 finales qu'elle atteint ; seule Jennifer Capriati réussit, sur cette période, à la priver de finale[152].

Médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Sydney, Seles a aussi contribué aux victoires des États-Unis en Fed Cup lors des finales de 1996, 1999 et 2000.

En double dames où elle s'est peu impliquée, Seles a décroché six succès mineurs.

En simple dames[modifier | modifier le code]

Seles a gagné 53 titres WTA en simple, sur toutes les surfaces, dont 32 avant son agression en 1993 ; 29 de ces succès ont été acquis contre cinq joueuses en finale — Martina Navrátilová (9), Arantxa Sánchez (8), Mary Joe Fernández (5), Steffi Graf (4) et Gabriela Sabatini (3). Elle cumule quatre victoires à l'Open d'Australie (1991-1993, 1996)[30],[43],[53],[81] et à l'Open du Canada (1995[77]-1998[153]) ; trois à Roland-Garros (1990-1992)[24],[34],[44], aux Masters (1990-1992)[27],[41],[49] et aux Internationaux du Japon (1991-1992, 1996).

Elle a perdu 32 finales WTA, dont 19 après son retour en 1995 ; 24 de ces défaites ont été concédées contre cinq joueuses — Martina Hingis (7), Steffi Graf (6), Martina Navrátilová (5), Lindsay Davenport (3) et Venus Williams (3).

En double dames[modifier | modifier le code]

Monica Seles s'est peu mobilisée dans les épreuves de double dames. Elle compte six titres à son palmarès dans cette spécialité, dont trois de rang aux Internationaux d'Italie (1990-1992).

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Avec neuf trophées en Grand Chelem, Monica Seles se classe sixième meilleure joueuse de l'ère Open dans cette catégorie de tournois[164], distancée par Margaret Court (11 victoires après 1968), Chris Evert et Martina Navrátilová (18 chacune), et Steffi Graf et Serena Williams (22 chacune).

Elle a gagné huit de ces neuf titres alors qu'elle entamait sa 19e année[n]. À son vingtième anniversaire, Graf en avait décroché six, contre cinq pour Hingis qui en restera là ; deux pour Evert et Goolagong ; un seul pour Serena Williams ; aucun pour Venus Williams. Navrátilová et Henin allaient quant à elles sur leurs 22 ans lorsqu'elles remportèrent leur premier Majeur.

Comme Margaret Court (après 1968), Steffi Graf et Evonne Goolagong, Seles compte quatre titres à l'Open d'Australie[30],[43],[53],[81] – mais six pour Serena Williams.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Monica Seles s'est adjugée trois fois consécutivement (1990, 1991, 1992)[27],[41],[49] les prestigieux Masters de fin de saison en simple dames[s]. Elle a atteint une quatrième finale, en 2000, qu'elle perd contre Martina Hingis[89].

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

La Fédération internationale de tennis, au motif de sa non-participation sous le drapeau yougoslave[167] à la Coupe de la Fédération 1991, refuse à Monica Seles le droit de concourir à l'épreuve olympique de Barcelone en 1992[168] où, numéro un mondiale, elle fait figure de favorite. Elle ne se présente aux JO qu'en 1996 et 2000, pour les États-Unis, après sa naturalisation américaine[71].

En 1996 à Atlanta, Seles trébuche en quarts de finale contre la Tchèque Jana Novotná[169].

Quatre ans plus tard à Sydney, défaite en demi par la future gagnante, sa compatriote Venus Williams[95], elle décroche la médaille de bronze en battant l'Australienne Jelena Dokić lors de la finale de consolation[170].

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Monica Seles participe à onze manches de Fed Cup entre 1996 et 2002 au sein de l'équipe des États-Unis, dont deux quarts de finale, quatre demi-finales et trois finales — gagnées en 1996[171] et 2000[172] face à l'Espagne d'Arantxa Sánchez et de Conchita Martínez ; en 1999[b],[173] face à la Russie.

Son bilan personnel s'établit à 17 victoires (15 en simple, 2 en double dames) contre 2 défaites (en simple).

Parcours en Hopman Cup[modifier | modifier le code]

Aux côtés de Goran Prpić pour le compte de la Yougoslavie, Monica Seles remporte l'édition 1991 de la Coupe Hopman, épreuve ITF de double mixte, face au duo américain Garrison-Wheaton en finale. Elle gagne ses huit matchs au cours de la compétition — quatre en simple, quatre avec Prpić[174].

Elle atteint encore deux fois la finale de la compétition, en 2001 et 2002 pour les États-Unis. Son association avec Jan-Michael Gambill se solde par deux échecs, respectivement contre la Suisse (Hingis-Federer)[175] et l'Espagne (Sánchez-Robredo)[176].

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Monica Seles accède au top 10 du classement WTA le 11 septembre 1989, à 15 ans et 9 mois[g]. À l'exception de son année blanche en 1994, elle ne quittera plus cette élite jusqu'au 17 février 2003[177].

Elle est restée numéro un mondiale pendant 178 semaines (6e plus long règne depuis l'instauration du classement informatique en 1975)[142], dont 91 consécutives entre 1991 et 1993 (6e meilleure performance)[33]. Elle a aussi occupé cette place 65 semaines durant, d'août 1995 à novembre 1996, conjointement avec Steffi Graf en tant que « co-numéro un »[o],[76].

En double dames, 1991 reste sa meilleure saison, qu'elle termine au 22e rang mondial — 16e, le 22 avril. Elle obtient à sept reprises (1990-1991 ; 1997-2001) un classement de fin saison dans cette spécialité, en seize ans de carrière.

Victoires et défaites en carrière[modifier | modifier le code]

Monica Seles a remporté 595 de ses 717 matchs en simple sur le circuit WTA, soit un taux de réussite de 83 % — derrière Chris Evert (90 %), Steffi Graf (88,7 %), Martina Navrátilová (86,8 %) et Serena Williams (85,8 %[t]) ; devant Kim Clijsters, Justine Henin, Martina Hingis et Maria Sharapova (toutes au-dessus de 80 %)[u]. Lors de sa « première carrière » de 1988 à 1993, Seles compte 253 victoires pour 30 défaites[v], portant ce taux à 89,4 % sur cette période, et à 92,9 % en 1991-1992 (144 succès, 11 échecs). De 1995 à 2003, son ratio s'établit à 78,8 % (342-92).

En double dames, Seles a gagné 89 fois en 134 matchs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 7 mars 1988 : 1er match officiel sur le circuit WTA. 13 février 1989 : Seles devient professionnelle. 27 mai 2003 : dernier match officiel. 14 février 2008 : retraite définitive.
  2. a, b et c En 1999, Seles est sélectionnée en finale contre la Russie, sans prendre part à aucun match (décisif ou non).
  3. Моника Селеш en serbe cyrillique ; Monika Seleš en serbe latin ; Szeles Mónika en hongrois, où l'usage est de placer le prénom après le nom de famille – « postnom ».
  4. Seles est née en République fédérative socialiste de Yougoslavie, devenue République fédérale de Yougoslavie le 27 avril 1992. Voir : Guerres de Yougoslavie.
  5. Les informations de cette partie, sinon référence complémentaire, sont issues de : Getting a Grip, chap. ii (« Girls don't play tennis »).
  6. a et b Mise en œuvre notamment par les Français Marion Bartoli ou Fabrice Santoro. L'Américano-Équatorien Pancho Segura, dans les années 1950, jouait aussi un redoutable coup droit à deux mains.
  7. a et b Jennifer Capriati détient le record de précocité en la matière, à 14 ans et 7 mois (le 29 octobre 1990), devant Andrea Jaeger, Tracy Austin, Gabriela Sabatini – ces trois dernières à moins de 15 ans et demi – et Monica Seles. Voir : 2016 WTA Media Guide, p. 180.
  8. De mars à mai : Key Biscayne et San Antonio (sur dur), Tampa, Rome et Berlin (sur terre battue).
  9. Martina Hingis améliorera encore le record en 1997.
  10. Cette finale est la seule à ce jour en Grand Chelem qui a opposé deux gauchères, mais aussi deux protagonistes avec un tel écart d'âge — 17 ans pour Seles, le double pour Navrátilová.
  11. Outre Seles (1990-1992), triplé réussi par Helen Wills (1928-1930), Hilde Sperling (1935-37) et Justine Henin (2005-2007).
  12. Tauziat (en quart) et Navrátilová (en demi) estimaient ne pas entendre l'impact de la balle dans le cordage de la raquette de Seles.
  13. Un « gruntomètre », posé au bord du court par un journaliste, aurait mesuré ses cris à 93 décibels, « autant qu'un train à moteur diesel ».
  14. a et b Maureen Connolly, dans les années 1950, comptait 7 tournois du Grand Chelem au même âge en simple dames, un de moins que Monica Seles.
  15. a, b, c, d et e Seles, co-numéro un avec Graf : la WTA a garanti le classement « protégé » à Seles pour ses 6 premiers tournois. Des dispositions transitoires favorables lui ont ensuite été consenties pour 14 tournois supplémentaires, dans la limite de 18 mois à compter de son tournoi de reprise. Voir : 2016 WTA Media Guide, p. 182-183.
  16. Sa seule défaite au 1er tour d'un Grand Chelem en simple dames.
  17. En juillet 2004, membre de l'équipe des Sportimes de New York, elle perd ses 9 matchs (simple, double dames et mixte) sur la ligue WTT. Deux exhibitions se sont aussi tenues les 1er et 3 février 2005 en Nouvelle-Zélande, à Auckland et Christchurch, contre la doyenne Navrátilová (2 défaites). En 2007, à nouveau contre Navrátilová : le 5 avril à Houston, le 14 septembre à La Nouvelle-Orléans, le 16 septembre à Bucarest (3 succès de Seles). Le 8 décembre 2007 à Los Angeles, elle apparaît dans quelques mini-matchs aux côtés de vedettes du tennis et de l'industrie du spectacle (Jennifer Capriati, Jeff Tarango, David Duchovny ou Gavin Rossdale).
  18. Avec autodérision, Seles tourne à ce sujet, en 2002, une publicité pour American Express [vidéo].
  19. Triplé réitéré par Serena Williams (2012-2014). Seule Martina Navrátilová a fait mieux, avec 5 titres glanés de 1983 à 1986, deux éditions s'étant tenues en 1986 (en mars et en novembre).
  20. Au 11 juillet 2016.
  21. Margaret Smith Court, qui a joué avant et après les débuts de l'ère Open en 1968, a gagné 91,4 % de ses matchs en simple ; de même, Billie Jean King et Evonne Goolagong ont remporté plus de 81 % des leurs. Voir : 2016 WTA Media Guide, p. 181.
  22. a, b et c La WTA comptabilise une défaite pour l'abandon causé par l'agression de Hambourg.
  23. a et b Défaite de Seles concédée sur abandon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) R. Finn, « Seles Out of Crucible and Onto the Court », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) M. Seles, « “I ballooned from size 8 to 18 after I was stabbed by a fan” Says Tennis Ace Monica Seles », sur dailymail.co.uk,‎ ,
    (en) K. Bohdanowicz, « Monica Seles : “My Toughest Opponent Was Always My Weight” », Daily Express,‎ (lire en ligne),
    (en) H. Bubil, « A Conversation With Harold Bubil », Sarasota Herald-Tribune,‎ (lire en ligne),
    Interview, The Observer,
    From Fear to Victory,
    Getting a Grip.
  2. a, b et c (en) « From Fear to Victory by Monica Seles VS My Aces, My Faults by Nick Bollettieri », sur tennis.quickfound.net,
    (en) R. Finn, « Seles Improves Ranking Much to Her Surprise », NYT,‎ (lire en ligne).
  3. (en) « Michael Sell, Lead National Coach, Men's Tennis », sur usta.com.
  4. a et b (en) J. Cohn, « Five Most Infamous Two-Handed Forehands of All Time », sur bleacherreport.com,‎ .
  5. Y. Motte dit Fallize, « La jeunesse et le bruit », Le Soir,‎ , p. 16 (lire en ligne).
  6. (de) U. Prieser, « Tennis mit Tom und Jerry », Die Zeit,‎ (lire en ligne).
  7. a et b (en) « Seles Reflects on Her HOF Career », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  8. (en) S. Boxer, « Determined, but in No Great Hurry », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  9. Blue et Naden 2001, p. 21.
  10. (en) « Junior Orange Bowl International Tennis Championship Past Champions » [PDF], sur jorangebowl.org,‎ .
  11. (en) AP, « Results Plus », New York Times (NYT),‎ (lire en ligne).
  12. (en) J. Sarni, « Tennis New Kid Is 14 and Rising », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne).
  13. a et b (en) UPI, « Teenager Upsets Evert in Final », Ellensburg Daily Record,‎ (lire en ligne),
    « Monica Seles gagne à Houston », Journal de Genève,‎ , p. 25 (lire en ligne).
  14. (en) J. Sarni, « Flowers and Seles Spoil Garrison's Day », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne),
    « Visionner » [vidéo], sur ina.fr (min 35 s).
  15. a, b et c P. d'Espine, « Graf a tremblé jusqu'au bout », J. de Genève,‎ , p. 29 (lire en ligne),
    (en) N. Stout, « Graf and Sanchez Advance to Paris Final », NYT,‎ (lire en ligne).
  16. a et b Reuters, « Seles remise à sa place », J. de Genève,‎ , p. 25 (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Sanchez to Face Graf in Wimbledon Rematch », NYT,‎ (lire en ligne).
  17. a et b « Chris Evert sans pitié », L'Express de Neuchâtel,‎ , p. 25 (lire en ligne),
    (en) T. Bonk, « Evert Keeps New Age on Hold With Sweep », Los Angeles Times (LA Times) ,‎ (lire en ligne),
    (en) D. Pucin, « Evert Rises to Occasion, Routs Seles », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Sarni, « Goodbye Girl ? », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne).
  18. a et b (en) R. Finn, « Seles Wins Lipton With Ease », NYT,‎ (lire en ligne).
  19. a et b (en) AP, « Results Plus », NYT,‎ (lire en ligne).
  20. a et b (en) N. Gay, « Seles Stuffs Maleeva for Eckerd Title », Orlando Sentinel,‎ (lire en ligne).
  21. a, b et c (it) R. Cacioppo, « Roma scopre una nuova stella… », La Stampa,‎ , p. 38 (lire en ligne),
    (en) K. Shulman, « Navratilova Upset in a 50-Minute Final », NYT,‎ (lire en ligne).
  22. a, b, c et d « À Berlin, Monica Seles domine Steffi Graf… », Le Soir,‎ , p. 26 (lire en ligne),
    (en) AP, « Going Up, Seles Takes Down Graf », LA Times,‎ (lire en ligne).
  23. « Visionner » [vidéo], sur ina.fr (min 1 s).
  24. a, b, c, d et e (en) R. Finn, « Seles Stuns Graf to Capture French Open Title », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) T. Bonk, « At 16, Seles Favoring French Roll », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) D. Pucin, « Seles Overpowers Graf for French Open Title », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne),
    (es) M. Serras, « Seles, la reina más joven », Mundo Deportivo,‎ , p. 40-41 (lire en ligne [PDF]),
    Y. Motte dit Fallize, « Monica Seles, le dernier cri de Paris », Le Soir,‎ , p. 29 (lire en ligne),
    G. Chérel, « Monica dernier cri », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    P. d'Espine, « Seles nouvelle reine de Paris », J. de Genève,‎ , p. 11 (lire en ligne),
    (en) A. Wolff, « Grunt, Squeak, Victory ! », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  25. (en) R. Finn, « At Wimbledon, Garrison Ends Seles's Streak », NYT,‎ (lire en ligne),
    G. Homsi, « Monica Seles : la fin du rêve », J. de Genève,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  26. (en) M. Janofsky, « Seles Upset on Center Court… », NYT,‎ (lire en ligne).
  27. a, b, c, d et e (en) R. Finn, « Seles Outlasts Sabatini », NYT,‎ (lire en ligne),
    G. Homsi, « L'ère Monica Seles », J. de Genève,‎ , p. 25 (lire en ligne),
    (en) S. Jenkins, « True Grit… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  28. a, b et c 2016 WTA Media Guide, p. 194.
  29. a et b (en) S. Harwitt, « Novotna and Seles Gain Australian Open Final », NYT,‎ (lire en ligne),
    G. Homsi, « Une finale Seles-Novotna », J. de Genève,‎ , p. 27 (lire en ligne),
    (en) AP, « Seles Saves Win Over Fernandez », LA Times,‎ (lire en ligne).
  30. a, b, c et d P. Leonardi, « La passe de deux pour Seles », Le Soir,‎ , p. 26 (lire en ligne),
    (en) S. Harwitt, « Seles Rallies Past Novotna to Win Australian Open », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Seles Makes History as Australian Champ », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  31. a et b 2016 WTA Media Guide, p. 173.
  32. a et b G. Homsi, « Monica Seles triomphe enfin de l'ordinateur… », J. de Genève,‎ , p. 25 (lire en ligne),
    P. Leonardi, « Monica Seles, la joueuse du dernier cri », Le Soir,‎ , p. 31 (lire en ligne),
    (en) WTA Tour, « On This Day in 1991 : Monica Seles Becomes No. 1 », sur wtatennis.com,‎ .
  33. a et b 2016 WTA Media Guide, p. 180.
  34. a, b et c (en) R. Finn, « Seles Wins Again in Paris », NYT,‎ (lire en ligne),
    (es) M. Serras, « Arantxa, se queda sin premio », Mundo Deportivo,‎ , p. 49-52 (lire en ligne [PDF]),
    J.-F. Fournier, « Concours de “bûcheronnes” », J. de Genève,‎ , p. 19 (lire en ligne),
    C. Bouvar, « Monica extra », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  35. G. Homsi, « De la pluie et des rumeurs », J. de Genève,‎ , p. 33 (lire en ligne),
    P. Leonardi, « Quand Monica Seles défie Sherlock Holmes », Le Soir,‎ , p. 21 (lire en ligne),
    (en) I. Berkow, « The Return of Seles, and Dog », NYT,‎ (lire en ligne).
  36. (en) R. Finn, « Seles Fined $6,000 for Pulling Out of Wimbledon », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) D. Pucin, « At Rainy Wimbledon, The Word On Seles Is… », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Sarni, « Missing Monica Mystery May Be Solved at Mahwah », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne).
  37. (en) F. Bondy, « Seles Loses to Capriati and Is Fined », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) « Capriati Adds to Seles' Problems », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    « Lourde amende pour Monica Seles », Le Soir,‎ , p. 23 (lire en ligne).
  38. (en) S. Jenkins, « Truth or Where… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  39. a et b (en) R. Finn, « Seles-Capriati, Next Great Rivalry in Pro Tennis ? », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    (en) G. Vecsey, « Monica Seles Still Loves the Game », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) T. Skuzinski, « US Open Tennis : the Ten Greatest Matchs of All Time » [vidéo], sur bleacherreport.com,‎ (10 min 20 s),
    (en) J. Hight, « Jennifer Capriati Tennis Teen Sensation… », sur examiner.com,‎ .
  40. a et b (en) H. Araton, « Seles Bolts Past Navratilova to Win US Open », NYT,‎ (lire en ligne),
    G. Homsi, « Le petit Chelem 1991 pour un cyclone… », J. de Genève,‎ , p. 12 (lire en ligne).
  41. a, b, c, d et e (en) R. Finn, « Fittingly, Seles Has Final Say in 1991 », NYT,‎ (lire en ligne),
    G. Homsi, « Monica Seles ou le règne de l'ogresse », J. de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  42. 2016 WTA Media Guide, p. 184.
  43. a, b, c et d (en) S. Harwitt, « Seles Pounds Fernandez in Final », NYT,‎ (lire en ligne).
  44. a, b, c, d et e (en) R. Finn, « Graf Is Game, but Seles Is Set and Match at the French », NYT,‎ (lire en ligne),
    (es) A. Rigueira, « Seles, campeona y reina », Mundo Deportivo,‎ , p. 37-38 (lire en ligne [PDF]),
    J. Moran, « Monica triple sa mise », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    (en) N. Stout, « Seles Edges Graf in an Epic Final », NYT,‎ (lire en ligne),
    J.-F. Fournier, « Monica céleste ! », J. de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne),
    P. Leonardi, « Spectacle chez les dames, comme au bon vieux temps », Le Soir,‎ , p. 24 (lire en ligne).
  45. a et b M. Brot, « Les cris de Seles à la une des tabloïds », J. de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne),
    (en) J. Roberts, « Grunt and Graf in Way of Seles Dream », The Independent,‎ (lire en ligne),
    (en) « Stop That Grunt ! », Time,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Seles Reflects on Critical Shots », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Murray, « Making Her Go Quietly », LA Times,‎ (lire en ligne).
  46. a, b et c (en) R. Finn, « Seles Bows Out Quietly as Graf Retains Title », NYT,‎ (lire en ligne),
    « Pas de Grand Chelem pour Monica », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    M. Brot, « La reine blanche », J. de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne),
    P. Leonardi, « Monica Seles, muette face au triomphe de Steffi Graf », Le Soir,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  47. (en) « Seles Is Back in the Limelight », Irish Times,‎ (lire en ligne),
    Interview, The Observer.
  48. a et b (en) H. Araton, « Seles Is Too Much, Too Late for Sanchez Vicario », NYT,‎ (lire en ligne).
  49. a, b, c, d et e « Monica Seles gagne son troisième Masters consécutif », J. de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne),
    « Monica Seles termine l'année comme elle l'a commencée », Le Soir,‎ , p. 34 (lire en ligne),
    (en) S. Jenkins, « A Tale of Two Women… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  50. a, b et c (en) S. Reed et Cathy Nolan, « Yiii ! Can This Be the Same Monica Seles… », People, vol. 33, no 26,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Sarni, « No. 1 Creates Tennis Rock Star… », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne),
    (en) C. Kirkpatrick, « 17-Year-Old Monica Seles Has Fashioned Herself… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Who's That Girl ? Seles's New Look », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) P. Bodo, « Monica : Mystery Woman or Material Girl ? », Tennis, vol. 27, no 7,‎ , p. 30-34,
    (it) R. Lombardi, « Monica è sempre primadonna », La Stampa,‎ , p. 31 (lire en ligne),
    P. Leonardi, « Wimbledon sous le charme de Monica Seles », Le Soir,‎ , p. 26 (lire en ligne),
    (en) « Tennis Menace, 18 », People, vol. 38, no 17,‎ (lire en ligne).
  51. (en) V. Valian, Why So Slow ? The Advancement of Women, Cambridge, MIT Press, , 406 p. (ISBN 9780262720311, lire en ligne), chap. viii (« Effects on the Self »), p. 161,
    (en) M. Samuels, Run Like a Girl…, Berkeley, Seal Press, , 288 p. (ISBN 9781580053457, lire en ligne), chap. i (« Do You Run Like a Girl ? »), p. 22.
  52. « Le service, nouvelle arme de Monica Seles », J. de Genève,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  53. a, b, c, d et e (en) C. Clarey, « Another Australian Open, Another Seles Title », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) AP, « Seles, Using 7 Aces, Stops Graf in 3 Sets », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Evans, « Graf Finds Seles's Best Is Too Good », The Independent,‎ (lire en ligne).
  54. a et b (en) AP, « Seles Again Shows Navratilova the New Order », LA Times,‎ (lire en ligne).
  55. a et b J.-E. Ducoin, « Navratilova gagne au Zénith », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    « Navratilova bat Seles ! », J. de Genève,‎ , p. 9 (lire en ligne),
    (en) I. Thomsen, « For Navratilova, a Victory Over Seles for the Ages », NYT,‎ (lire en ligne).
  56. (en) C. Bricker, « Seles Pulls Out of Lipton », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Finally, Seles Feels Fit Again », NYT,‎ (lire en ligne).
  57. a et b (de) A. Schuller, « Monica Seles' Ersthelfer spricht zum ersten Mal », Hamburger Abendblatt,‎ (lire en ligne),
    (es) « Apuñalan a Seles », Mundo Deportivo,‎ , p. 1-4 (lire en ligne [PDF]),
    P. Leonardi, « L'agression de Monica Seles (à Hambourg) suscite bien des interrogations », Le Soir,‎ , p. 25 (lire en ligne),
    (de) « Attentat : Schock auf dem Center Court », Focus, no 18,‎ (lire en ligne),
    (en) S. Jenkins, « Savage Assault… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  58. (en) I. Thomsen, « Graf Visits Depressed Seles… », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne),
    Getting a Grip, chap. xiv (« Derailed »),
    (en) M. Isaacson, « Why Reminisce ? For Steffi, These Are the Glory Days », sur espn.go.com,‎ .
  59. O. Breisacher, « L'ombre de Monica Seles plane », J. de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  60. (en) R. Finn, « Graf Battles Back to Win French Final », NYT,‎ (lire en ligne).
  61. (en) AP, « Seles Ready to Discuss Her Treatment », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) T. Bonk, « Bogus Seles Sightings : Despite Rumors, Injury Keeps Her Holed Up in Colorado », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) « Slow Recovery Stalls Seles », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  62. Blue et Naden 2001, p. 63.
  63. (en) T. Jones, « Spectator Stabs Tennis Star Seles During Match », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) G. Miles, « Doctors Say Seles Will Recover Soon », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne).
  64. P. Leonardi, « Monica Seles, dépressive, a du mal à oublier le passé », Le Soir,‎ , p. 29 (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Two Years and Waiting for a Sign », NYT,‎ (lire en ligne),
    From Fear to Victory, p. 27,
    Getting a Grip, chap. xxxii (« Injustice Served »).
  65. (en) F. Bondy, « Hall of Famer Gabriela Sabatini Motivated for Upcoming Garden Showdown… », New York Daily News,‎ (lire en ligne).
  66. (en) R. Finn, « Seles Struggles With Injury and WTA Decision », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) D. Markus, « Off Court, Seles' Game Still Strong Shots at WTA… », Baltimore Sun,‎ (lire en ligne),
    Shmerler 1994.
  67. « Deux ans de prison avec sursis pour l'agresseur de Seles », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    (en) « Seles's Attacker Gets Suspended Two-Year Sentence », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Howard, « For Monica Seles, It Is Injustice as Usual », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (de) G. Friedrichsen, « Prozesse : Fast wie der liebe Gott », Der Spiegel, no 42,‎ , p. 230-236 (lire en ligne [PDF]),
    Shmerler 1994,
    (de) G. Friedrichsen, « Prozesse : Hätten Sie gern eine Frau ? », Der Spiegel, no 13,‎ , p. 259-260 (lire en ligne [PDF]),
    « L'agresseur de Seles voit sa peine avec sursis confirmée », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    (en) S. Kinzer, « Seles's Assailant Gets Suspended Sentence », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Howard, « Home Alone Her Attacker Walks Free… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  68. (en) « Seles Sued Over Clothing Deal », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    « Seles poursuivie en justice », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    (en) T. J. Mullaney, « Collapsed Endorsement Deal Pits Fila… », Baltimore Sun,‎ (lire en ligne),
    Getting a Grip, chap. xxxii (« Injustice Served »).
  69. (en) « Seles's Father in Chemo for Stomach Cancer », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne).
  70. (en) J. Howard, « Seles Private, Questions Go Public », Washington Post,‎ (lire en ligne),
    (en) B. Dwyre, « Seles Sure of Return by the Australian Open », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) « Monica Seles Invited to Play This Month », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    Reuters, « Monica Seles absente aux Internationaux d'Australie », J. de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Seles Won't Say When but She Will Say Why », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) « Seles Not Close to Coming Back », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    (en) H. Araton, « The Mystery Surrounding Monica Seles », NYT,‎ (lire en ligne),
    « Seles en mai ? », Le Soir,‎ , p. 27 (lire en ligne).
  71. a et b « Seles Américaine », Le Soir,‎ , p. 21 (lire en ligne),
    (en) Monica Seles sur le site officiel du WTA Tour.
  72. (en) « WTA Under Fire From Seles », sur bbc.com,‎ .
  73. « Monica Seles absente, la suprématie de Steffi Graf devient insolente », J. de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne),
    (en) D. Higdon, « Women's Tennis Misses Seles as Graf Wins Again », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne),
    (en) M. Downey, « No Seles, Too Much Graf Robbing Women's Tennis », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) S. Jenkins, « Do Not Disturb… », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Roberts, « Seles' Comeback Crucial to Women's Game », The Independent,‎ (lire en ligne).
  74. (en) R. Finn, « Seles Conquers a Pair of Foes », NYT,‎ (lire en ligne),
    « Retour gagnant pour Monica Seles », J. de Genève,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  75. (en) AP, « Martina Navratilova, Stung by the Rejection of Her Prop », sur apnewsarchive.com,‎ ,
    (en) S. Harwitt, « Navratilova Wins 19th, Says Seles Deserves Deal », Moscow Times,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Dioso, « Back Stabbers », New York Magazine, vol. 28, no 30,‎ , p. 78 (lire en ligne).
  76. a, b, c, d et e (en) AP, « Seles to Share No. 1 Ranking With Graf… », LA Times,‎ (lire en ligne).
  77. a, b et c AFP, « Seles : premier tournoi, première victoire », Le Soir,‎ , p. 26 (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « No Contest : Seles Roars Down Comeback Trail », NYT,‎ (lire en ligne).
  78. « Monica Seles comme Jordan et Tyson », J. de Genève,‎ , p. 9 (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Seles Comes Back in Open in Glory », NYT,‎ (lire en ligne).
  79. a, b, c, d et e (en) R. Finn, « Graf Shakes Seles Awake From a Glorious Dream », NYT,‎ (lire en ligne),
    « Monica Seles n'empêche pas Steffi Graf de vaincre à New York », J. de Genève,‎ , p. 12 (lire en ligne),
    (en) A. Dorfman et Steve Wulf, « A Very Happy Return », Time,‎ (lire en ligne).
  80. a, b et c R. Charbaux, « Seles, retour théâtral en terre australe », Libération,‎ (lire en ligne),
    (en) C. Clarey, « Seles Puts Her Mind to It and Keeps Perfect Mark », NYT,‎ (lire en ligne).
  81. a, b, c et d (en) C. Clarey, « Return Complete, Seles Takes Title », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) A. Leand, « Seles Captures Australian Open Title », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne),
    (es) « Ahí está », Mundo Deportivo,‎ , p. 47-48 (lire en ligne [PDF]),
    J. Hereng, « Le bonheur était dans le Park », Le Soir,‎ , p. 21 (lire en ligne),
    « Becker et Seles, le retour », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  82. (en) S. Worrall, « Daughter Courage », The Independent,‎ (lire en ligne),
    (en) S. L. Price, « There's Something About Monica », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  83. (en) R. Finn, « A Pessimistic Seles Calls '96 Season Dismal », NYT,‎ (lire en ligne),
    G. Homsi, « Monica Seles n'a plus le mordant… », J. de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne),
    (en) « The Force of Youth : Seles Before and After », sur tennis.com,‎ .
  84. (en) J. Cart, « Now There's More of Monica to Love… », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Cart, « Novotna Succeeds at Seles' Expense », LA Times,‎ (lire en ligne),
    « À Wimbledon, Monica Seles craque à nouveau nerveusement », J. de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne),
    (en) J. Cart, « Struggles Continue for Seles », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) P. Iacobelli, « Likhovtseva's Surprise for Seles », The Independent,‎ (lire en ligne),
    AFP, « Hingis OK, Seles KO », sur lalibre.be,‎ ,
    (en) « Seles Crashes Out to Qualifier », sur bbc.com,‎ ,
    (en) M. Cronin, « Schwartz Shocks Seles to Give Austria 2-0 Lead », sur usta.com,‎ .
  85. a, b, c, d et e C. Losson, « Les éclairs de Steffi Graf foudroient Monica Seles », Libération,‎ (lire en ligne),
    (en) H. Araton, « Graf Is Leaving No Doubt About Just Who Is No. 1 », NYT,‎ (lire en ligne).
  86. a et b « Même Monica Seles doit s'incliner devant Martina Hingis », J. de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  87. J.-E. Ducoin, « Monica Seles dominée par plus jeune qu'elle… », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  88. a et b (en) C. Clarey, « Hingis Favored for 3rd Straight Title », NYT,‎ (lire en ligne).
  89. a, b, c et d (en) S. Nidetz, « Hingis Outlasts Seles in Finale », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  90. a et b (en) C. Clarey, « Hingis and Capriati Ready for Rematch in Australia », NYT,‎ (lire en ligne).
  91. (en) C. Nobles, « Seles Shoots Blanks in Loss to Hingis », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) « Hingis Destroys Seles… », LA Times,‎ (lire en ligne).
  92. a et b (en) M. Arkush, « Resurgent Seles Falters in Final With Davenport », NYT,‎ (lire en ligne).
  93. a et b (en) J. Noda, « Davenport Outlasts Seles », Japan Times,‎ (lire en ligne).
  94. a et b (en) J. Cavanaugh, « Venus Williams Displays Power at Pilot Pen », NYT,‎ (lire en ligne).
  95. a et b (en) L. Dillman, « Williams Keeps It Interesting… », LA Times,‎ (lire en ligne).
  96. a et b (en) L. Dillman, « Venus Turns Back Seles », LA Times,‎ (lire en ligne).
  97. (en) R. Finn, « Serena Williams Sizes Up Seles, and Wins », NYT,‎ (lire en ligne).
  98. a et b (en) S. Oxley, « Pierce Tops Seles to Take Kremlin Cup », Moscow Times,‎ (lire en ligne).
  99. G. Dhers, « Pierce celeste perce Seles », Libération,‎ (lire en ligne)
  100. a et b (en) CBS/AP, « Seles Wins Comeback at IGA », sur cbsnews.com,‎ .
  101. a et b (en) UPI, « Monica Seles wins in Qatar », sur upi.com,‎ .
  102. a et b (es) EFE, « Monica Seles gana el Abierto de España de tenis », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  103. a et b (en) Xinhua, « Success Story Goes on », Shanghai Star,‎ (lire en ligne).
  104. (en) R. Finn, « Karolj Seles, 64, Tennis Coach Who Led Daughter to No. 1 », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) L. Dillman, « Paris Is Seles' Getaway Trip », LA Times,‎ (lire en ligne).
  105. M. Lindon, « Seles renvoie Hingis à ses études », Libération,‎ (lire en ligne),
    L. Chasteaux, « Monica Seles, la dame en noir est en finale », L'Humanité,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Displaying Her Past Form, Seles Has a Surprise for Hingis », NYT,‎ (lire en ligne).
  106. a et b (en) R. Finn, « Seles Wins Sanchez Vicario's Sympathy, but Not the Title », NYT,‎ (lire en ligne),
    (es) « Arantxa conquistó París por tercera vez », Mundo Deportivo,‎ , p. 1-5 (lire en ligne [PDF]),
    D. Lesur, « Sanchez sort de terre », Libération,‎ (lire en ligne).
  107. a, b, c et d D. Lesur, « Graf agrafe Seles », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  108. (en) « Seles Quits Match With Foot Injury », NYT,‎ (lire en ligne).
  109. (en) « Seles Suffers Shock Defeat », sur bbc.com,‎ ,
    (en) « Former Champ Seles Exits French Open », sur abc.net.au,‎ .
  110. (en) M. Murphy, AP, « Seles Aims for Comeback in 2006… », USA Today,‎ (lire en ligne),
    « Seles aussi ? », L'Impartial,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  111. (en) C. Banks, « Seles Doesn't Rule Out Return to Fed Cup Play », sur fedcup.com,‎ .
  112. (en) B. Dwyre, « At 34, Seles Aims for a Tennis Comeback », LA Times,‎ (lire en ligne).
  113. (en) AP, « Monica Seles Officially Retires From Tennis… », USA Today,‎ (lire en ligne).
  114. « Monica Seles : “Bartoli est une sacrée battante” », sur lefigaro.fr,‎ ,
    Getting a Grip, chap. i (« Blasting Through the Comfort Zone »).
  115. (en) B. Horovitz, « Athletic Firms Going to the Net… », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) G. Fabrikant, « Talking Money With Monica Seles », NYT,‎ (lire en ligne).
  116. (hu) « Szeles Mónika magyar állampolgár ! [« Monica Seles est citoyenne hongroise ! »] », sur sportforum.hu,‎ ,
    (hu) MTI, « Titokban lett magyar állampolgár Szeles Mónika » [« Monica Seles est devenue citoyenne hongroise en secret »], HVG,‎ (lire en ligne),
    (hu) « Letette a magyar állampolgársági esküt Szeles Mónika » [« Monica Seles a prêté serment de nationalité hongroise »], Magyar Nemzet,‎ (lire en ligne).
  117. (hu) Kolontár Krisztián, « Szeles Mónika magyar ! » [« Monica Seles Hongroise ! »], Blikk,‎ (lire en ligne).
  118. (en) C. Rocchio, « Dancing with the Stars Eliminates Penn Jillette and Monica Seles », sur realitytvworld.com,‎ ,
    (en) K. Webley, « Top Ten Terrible Dancing with the Stars Contestants » [vidéo], sur time.com,‎ (min 48 s).
  119. AFP, « Roland-Garros : Seles et Wilander à l'honneur », sur lefigaro.fr,‎ .
  120. « Seles : “J'ai repris le contrôle” », sur lequipe.fr,‎ ,
    (en) P. Edwards, « “Joy of Writing” Helps Monica Seles… », sur edition.cnn.com,‎ .
  121. (en) R. Deahl, « Bloomsbury Nabs YA Series by Monica Seles », sur publishersweekly.com,‎ .
  122. (en) « Novelist Monica », sur pagesix.com,‎ ,
    (en) « Monica Seles Talks New Novel », sur sugarscape.com,‎ .
  123. (en) « Monica Seles », sur laureus.com
    (en) C. Strauss, « Jim Courier and Monica Seles Played Tennis… », USA Today,‎ (lire en ligne).
  124. J. Bisson, « Navratilova, Seles, Williams et Wozniak disputent un match amical », sur lapresse.ca,‎ ,
    J. Giovanella, « Quatre drôles de dames », sur lequipe.fr,‎ ,
    (en) Bahamas Open, « Tennis Legends to Make History », sur thebahamasweekly.com,‎ ,
    M. Marois, « Eugenie Bouchard joue déjà avec les légendes », sur lapresse.ca,‎ ,
    (en) « Gabriela Sabatini VS Monica Seles », sur newsday.com,‎ .
  125. (en) « Monica Seles Tennis Super Icon re-Joins IIMSAM… » [PDF], sur iimsam.org,‎ ,
    (en) « Ellen DeGeneres Supports Great Ape Protection… », sur pcrm.org,‎ ,
    (en) R. Pennigton, « Tennis Legend Monica Seles in Face-Off With Abu Dhabi Pupils », sur thenational.ae,‎ .
  126. (en) J. Newsham, « Shire Signs Seles… », Boston Globe,‎ (lire en ligne),
    (en) K. Thomas, « Shire, Maker of Binge-Eating Drug Vyvanse… », NYT,‎ (lire en ligne),
    É. Favereau, « Le binge eating disorder et la gloutonnerie d'un labo », Libération,‎ (lire en ligne),
    (en) T. Casey, « Monica Seles Sheds Light on Binge Eating Disorder », USA Today,‎ (lire en ligne).
  127. (en) G. Blain, « Tennis Ace Monica Seles Engaged… », New York Daily News,‎ (lire en ligne).
  128. (en) G. Wilson, « Monica Seles Courting Billionaire, 67 », sur nbcnewyork.com,‎ .
  129. (en) S. Flink, « The Top 10 Women Tennis Players of All Time », sur worldtennismagazine.com,‎ ,
    (en) C. Culpepper, « Giving Monica Seles Her Due », sur sportsonearth.com,‎ ,
    (en) M. Isaacson, « Stabbing Stole Monica Seles' Career », sur espn.go.com,‎ ,
    (en) M. Monaghan, « Turning Tragedy Into Triumph », sur sport360.com,‎ .
  130. (en) B. Greene, « Hard-Hitting Monica Seles Storms to Tennis Stardom », Seattle Times,‎ (lire en ligne).
  131. a, b, c et d Clarey 2008.
  132. (en) W. Coffey, « Monica Seles, Who Won Her Last US Open 20 Years Ago… », New York Daily News,‎ (lire en ligne).
  133. (en) V. Sias, « Roger Federer and Ten of Tennis' Most Lethal Returners of the Open Era », sur bleacherreport.com,‎ .
  134. (en) R. Finn, « Slicing Slovak Shocks Seles », Orlando Sentinel,‎ (lire en ligne),
    C. Losson, « Testud laisse Seles sur la fin », Libération,‎ (lire en ligne),
    (en) R. Finn, « Nothing Goes Right for Seles in Losing Wimbledon Dream », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) T. Adams, « Seles Shows Steel », The Observer,‎ (lire en ligne).
  135. (en) « Seles Wins Title and Unveils a Shot », NYT,‎ (lire en ligne).
  136. (en) « Entretien du 31 août 1992 », sur asapsports.com.
  137. (en) S. Sinnett et A. Kingstone, « A Preliminary Investigation Regarding the Effect of Tennis Grunting : Does White Noise During a Tennis Shot Have a Negative Impact on Shot Perception ? », PLOS ONE, Warren H. Meck, université Duke (États-Unis),‎ (DOI 10.1371/journal.pone.0013148).
  138. (en) J. White, « Ladies' Game May Damage Your Health », Daily Telegraph (UK),‎ (lire en ligne),
    (en) « Tennis World's Top 10 Grunters », Daily Telegraph (UK),‎ (lire en ligne),
    (en) T. Perrotta, « What to Do About Grunting in Tennis ? Maybe Nothing », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  139. (en) W. Morris, « Wha-Unhhh ! A Defense of the Tennis Grunt », Boston Globe,‎ (lire en ligne),
    J. Pichené (préf. P. Dominguez), Carnets de balles, Publibook, , 484 p. (ISBN 9782748353501, lire en ligne), p. 286,
    (en) E. C. Stevens, « The Vital Role of the Kiai, Grunt… », sur breakingmuscle.com,‎ ,
    O. Villepreux, « Le nécessaire bruit du sport », sur contre-pied.blog.lemonde.fr,‎ .
  140. a et b (en) S. Flink, « Who Are the Most Mentally Tough Tennis Players of All Time », sur worldtennismagazine.com,‎ .
  141. (en) E. Almond, « Seles, on Ropes, Escapes When Kijimuta Falters », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Sarni, « Seles Rallies Past Sabatini Champion… », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne),
    (en) C. Clarey, « Seles Escapes, Barely, to Face Huber in Final », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) B. Harris, « Seles Survives Extreme Heat… », sur apnewsarchive.com,‎ ,
    (en) « Seles Survives to End Williams' Reign », Daily Telegraph (UK),‎ (lire en ligne).
  142. a et b (en) WTA Tour, « Weeks at No. 1 : Serena Passes Seles », sur wtatennis.com,‎ .
  143. C. Despont, « Les défauts de la pugnacité féminine garantie d'usine », Le Temps,‎ (lire en ligne),
    A. Ditchi, « Justine Henin, le retour », Libération,‎ (lire en ligne),
    (en) M. Kimmelman, « How Power Has Transformed Women's Tennis », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) V. Wade, « Today’s Women Tennis Stars Are Bland, Muscular, Grunting, Insular, Robots With No Personality », sur dailymail.co.uk,‎ ,
    C. Tanvier, « Clonage consternant du tennis féminin », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  144. P. Grundmann, « Marion Bartoli, jeune fille au père », Libération,‎ (lire en ligne),
    (en) C. Clarey, « Bartoli, Guided by Her Father… », NYT,‎ (lire en ligne).
  145. (en) B. Collins, « Seles at Head of Class », Boston Globe,‎ (lire en ligne),
    (en) Monica Seles sur le site officiel du International Tennis Hall of Fame.
  146. a, b et c (en) R. Finn, « Three Sets and a Flashback : Graf Outlasts Seles », NYT,‎ (lire en ligne).
  147. a et b (en) C. Clarey, « Seles Crushes Graf to Prolong Australian Open Streak », NYT,‎ (lire en ligne).
  148. (en) M. Casenti, « Comparing the Federer-Nadal and Seles-Graf Tennis Rivalries », sur bleacherreport.com,‎ ,
    (en) « Monica Seles and Rafael Nadal : Similar Paths to the Top of Tennis », sur bleacherreport.com,‎ ,
    (en) C. Lin, « Did Steffi Graf and Monica Seles Influence the Modern Men's Game ? », sur essentialtennis.com,‎ .
  149. a et b (en) AP, « Seles Makes It Difficult but Graf Is Too Strong », LA Times,‎ (lire en ligne).
  150. a et b (en) AP, « Graf Makes First Run at No. 1 Seles », LA Times,‎ (lire en ligne).
  151. a et b (en) « Graf Beats Seles for German Title », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  152. (en) R. Finn, « Capriati Soundly Beats No. 1 Seles in Lipton », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Sarni, « Rested Capriati Swats Seles… », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne).
  153. a et b « Pourquoi pas l'Omnium Monica Seles ? », sur rds.ca,‎ .
  154. (en) B. Glauber, « Seles More Than a Material Girl Routs Capriati… », Baltimore Sun,‎ (lire en ligne).
  155. (en) T. Bonk, « Seles Wins Again, but Who's Counting ? », LA Times,‎ (lire en ligne).
  156. (en) UPI, « Seles Wins Virginia Slims of Houston », sur upi.com,‎ .
  157. (en) AP, « Seles Sizzles as Sabatini Sinks », LA Times,‎ (lire en ligne).
  158. (en) N.-M. Harley-Rüdd, « 1996 Direct Line International Championships », sur eastbournetennis.com,‎ .
  159. (en) M. Shapiro, « Seles Ends 7-Month Drought… », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  160. (en) « After Worst Loss, Seles Defends Title », NYT,‎ (lire en ligne).
  161. (it) « Monica Seles torna a vincere a Roma », La Repubblica,‎ (lire en ligne),
    AFP, « Seles bouscule Mauresmo », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  162. (pt) M. Ruschel, Poa Press, « Seles fica com o título », sur esporte.uol.com.br,‎ .
  163. (en) A sports reporter, « Henin-Hardenne Roars to Title Win », Gulf News,‎ (lire en ligne).
  164. 2016 WTA Media Guide, p. 198.
  165. (en) R. Finn, « Navratilova Outlasts a Persistent Seles », NYT,‎ (lire en ligne).
  166. (en) R. Finn, « Date Plays on While Seles Exits in Pain », NYT,‎ (lire en ligne).
  167. (en) « More Criticism for Seles », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) S. Miller, « Seles Unhappy That Graf Made Criticism Public », LA Times,‎ (lire en ligne).
  168. (en) R. Finn, « Seles Out of Olympics After Excuse Is Denied », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) T. Bonk, « Seles Is Barred From Olympics », LA Times,‎ (lire en ligne),
    (en) D. Pucin, « Seles Barred From Games for Skipping Federation Cup », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne).
  169. a et b (en) T. Franklin, « Seles Upset, Not Mad… », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    (en) B. Dwyre, « Seles' Body English Tells the Story », LA Times,‎ (lire en ligne).
  170. a et b (en) S. Roberts, « Venus Williams Streaking With Gold », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) F. Kane, « Olympic Nostalgia : Tennis Player Monica Seles », sur vogue.com,‎ .
  171. a et b (en) R. Finn, « Seles Makes the Difference in Fed Cup », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) M. Shapiro, « Seles Keys US Shutout in Fed Cup », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    (es) « Concluye el reinado del equipo español », Mundo Deportivo,‎ , p. 51 (lire en ligne [PDF]).
  172. a et b (en) M. Arkush, « US Gets Revenge and Wins Fed Cup », NYT,‎ (lire en ligne),
    (en) J. Thompson, « Davenport, Seles Keep Fed Cup », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne),
    (es) « EE. UU. barre a España (5-0) », Mundo Deportivo,‎ , p. 55 (lire en ligne [PDF]).
  173. a et b (en) R. Finn, « Inevitably, Davenport Powers US to the Fed Cup », NYT,‎ (lire en ligne).
  174. a et b (en) « Results : Hopman Cup III (1991) », sur hopmancup.com,
    (en) « US Team Blanked in Tennis Final », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  175. a et b (en) « Results : Hopman Cup XIII (2001) », sur hopmancup.com,
    « Les Suisses débutent bien l'année », L'Impartial,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  176. a et b (en) « Results : Hopman Cup XIV (2002) », sur hopmancup.com,
    (es) « Copa para dos », Mundo Deportivo,‎ , p. 38-39 (lire en ligne [PDF]).
  177. (en) WTA Tour, Notes & Netcords, St. Petersburg, , 30 p. (lire en ligne [PDF]), p. 8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages de Monica Seles :

Ouvrages et articles consacrés à Monica Seles :

Ouvrage de référence :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigation[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 29 juin 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.