Gaston Meyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gaston Meyer
Naissance
Savignac-les-Églises (Dordogne)
Décès (à 79 ans)
Paris
Profession
journaliste sportif

Gaston Meyer, né le à Savignac-les-Églises en Dordogne et décédé le à Paris, est un journaliste sportif français qui occupe le poste de rédacteur en chef du quotidien sportif L'Équipe de 1954 à 1970. Spécialiste de l'athlétisme, il était surnommé « le pape du demi-fond »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pratiquant passionné d'athlétisme durant sa jeunesse, il entre à L'Auto en 1932 pour y tenir la rubrique consacrée à cette discipline. Avant de rejoindre le quotidien d'Henri Desgrange, Meyer passe par L'Aéro puis à L'Écho des Sports. Il couvre pour L'Auto avec Jacques Goddet les Jeux olympiques de Berlin en 1936.

Prisonnier de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale, il parvient toutefois à faire parvenir à son journal des articles. Il reste officiellement chargé de la rubrique athlétisme à L'Auto de 1932 à 1944. Après la Libération, il fonde le quotidien sportif Élans (). Son éditorial du premier numéro est cinglant en pointant notamment les carences de la presse sportive d'avant-guerre, et, déjà, du poids des médias dans la société : « Si les colonnes des journaux avaient été consacrées au bilboquet, il n'est pas douteux que le bilboquet serait aujourd'hui le premier sport français. »[2]. Après 77 numéros publiés, le titre est absorbé par L'Équipe le 17 juin 1946, et Meyer rejoint la rédaction de l'héritier de L'Auto[2].

Rédacteur en chef de L'Équipe de 1954 à 1970, il crée notamment les Cahiers de L'Équipe, et recrute des plumes comme Antoine Blondin[réf. nécessaire].

Auteur notamment de plusieurs ouvrages de référence sur l'athlétisme tels L'athlétisme (1966) ou Le grand livre de l'athlétisme français (1975), il signe également Les Tribulations d'un journaliste sportif (1978), qui reçoit le Grand Prix de la Littérature sportive[réf. nécessaire].

Officier de la Légion d'honneur, lauréat de l'Académie des sports, il reçoit le titre de « Gloire du sport » attribué par la Fédération des internationaux du sport français[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Monique Berlioux, Gloires du sport, Biarritz, Atlantica, 2009, p. 193, (ISBN 9782758800033)
  2. a et b coll., L'Équipe, 50 ans de sport, Paris, Calmann-Lévy/L'Équipe, 1995, p. 18, (ISBN 2702124844)