Callovien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Callovien
Notation chronostratigraphique j4
Notation française j4
Stratotype initial Calcaires gréseux de Kellaways
Niveau Étage / Âge
Époque / Série
- Période / Système
-- Érathème / Ère
Jurassique moyen
Jurassique
Mésozoïque

Stratigraphie

Début Fin
166,1 ± 1,2 Ma 163,5 ± 1,0 Ma

Le Callovien est le dernier étage stratigraphique du Jurassique moyen (Dogger). Il s'étend à peu près entre -166,1 ± 1,2 et -163,5 ± 1,0 millions d'années[1], succédant au Bathonien et précédant immédiatement le Jurassique supérieur (Malm).

Historique et Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étage Callovien a été défini progressivement par le naturaliste et paléontologue français Alcide d'Orbigny au cours de la rédaction des fascicules sur les céphalopodes jurassiques de sa Paléontologie française. Il crée l'étage « Kellovien » en 1846, qu'il renomme Callovien en 1848 en le précisant en 1850[2],[3].

Le terme Callovien est dérivé, sous une forme « latinisée » déduite de la présence de l'Ammonites calloviensis[2], du nom du hameau de « Kellaways Bridge », à 3 km au nord-est de la ville de Chippenham dans le Wiltshire (Angleterre) où affleure cet étage.

Stratotype[modifier | modifier le code]

Stratotype historique[modifier | modifier le code]

L'affleurement historique du Callovien à « Kellaways Bridge » dans le Wiltshire anglais est encore, provisoirement, le stratotype de l'étage.

Stratotype, PSM[modifier | modifier le code]

La base de l'étage n'est pas encore définie par un Point Stratotypique Mondial (PSM)[1], au même titre que la base de l'étage sus-jacent, l'Oxfordien qui délimiterait le sommet du Callovien. Des sites géologiques sont candidats au titre de PSM du Callovien :

D'un point de vue biostratigraphique, l'étage Callovien débute :

  • dans la province paléogéographique dite sub-boréale (Angleterre, Allemagne, ...) avec l'apparition des ammonites du genre Kepplerites de la famille des Kosmoceratidae[4] ;
  • dans la province paléogéographique dite sub-méditerranéenne (France, Espagne, Italie, ...) avec l'apparition de l'ammonite Macrocephalites (Kheraiceras) bullatus[5] de la famille des Macrocephalitidae.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le Callovien est subdivisé sur la base de l'évolution des faunes d'ammonites et par province paléogéographique, en sous-étages, zones, sous-zones et enfin biohorizons. Par exemple pour la province sub-méditerranéenne :

Échelle stratigrahique du Callovien pour la province sub-méditerranéenne[5],[6].
Sous-étage Zone Sous-zone Biohorizon
supérieur Lamberti Lamberti Paucicostatum XXIII
Lamberti XXII
Praelamberti XXI
Poculum Schroederi XX
Subtense XIX
Nodulosum XVIII
Athleta Collotiformis Collotiformis XVII
Piveteaui XVI
Trezense Athleta XVb
Leckenbyi XVa
moyen Coronatum Rota Rota XIV
Leuthardi Waageni XIIIb
Leuthardi XIIIa
Baylei Baylei XII
Villanyensis XI
Anceps Tyranniformis Richei Xb
Blyensis Xa
Stuebeli Turgidum IX
Bannense VIII
inférieur Gracilis Patina Kiliani VIIb
Boginense VIIa
Michalskii Michalskii VI
Laugieri Laugieri V
Pictava Pictava IV
Grossouvrei Grossouvrei III
Prahecquense Prahecquense II
Bullatus Bullatus Bullatus I

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Le Lagerstätte de La Voulte-sur-Rhône[modifier | modifier le code]

Le « Konservat-Lagerstätte » callovien de La Voulte-sur-Rhône et de Rompon, dans le département de l'Ardèche, en région Rhône-Alpes, est une accumulation remarquable de fossiles d'excellente conservation même pour les "parties molles" des organismes fossilisés. Le site correspond à une l’ancienne exploitation minière de fer. Il est classé Espace naturel sensible.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « International Chronostratigraphic Chart version 2014/02 (consulté le 7 novembre 2014) »
  2. a et b Alcide d'Orbigny 1842-1860. Paléontologie française. Paris, ~4000 p., 1440 pl. lith. (9 tomes), 1842-1851: Céphalopodes jurassiques.
  3. Alcide d'Orbigny 1850-1852. Prodrome de paléontologie stratigraphique universelle des animaux mollusques et rayonnés fossiles. Masson, Paris. 1017 p. (3 vol.)
  4. http://www.stratigraphy.org/GSSP/index.html
  5. a et b Groupe français d'étude du Jurassique, Biostratigraphie du Jurassique ouest-européen et méditerranéen : zonations parallèles et distribution des invertébrés et microfossiles, Élie Cariou et Pierre Hantzpergue (coordonateurs), Bulletin Centre recherches Elf Exploration-Production, Mémoire 17, 1997, 440 p., 6 figures, 79 tableaux, 42 planches
  6. Élie Cariou, Jai Krishna, Raymond Enay, Dynamique biogéographique des ammonites téthysiennes au Callovien inférieur et corrélations stratigraphiques entre les marges indienne er européenne, Compte Rendus de l’Académie des Sciences, Paris, t. 311, série 2, 1990, p. 373-379

Annexes[modifier | modifier le code]

  • 1850-1852. Prodrome de paléontologie stratigraphique universelle des animaux mollusques et rayonnés fossiles, Masson, Paris, 1017 p. (3 volumes)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]