Cubjac-Auvézère-Val d'Ans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cubjac-Auvézère-Val d'Ans
Cubjac-Auvézère-Val d'Ans
Le pont de Cubjac sur l'Auvézère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Intercommunalité Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord
Maire
Mandat
Michel Raynaud
2020-2026
Code postal 24640
Code commune 24147
Démographie
Population
municipale
1 090 hab. (2019)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 17″ nord, 0° 56′ 17″ est
Altitude Min. 107 m
Max. 258 m
Superficie 39,56 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Périgueux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Isle-Loue-Auvézère
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Cubjac-Auvézère-Val d'Ans
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Cubjac-Auvézère-Val d'Ans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cubjac-Auvézère-Val d'Ans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cubjac-Auvézère-Val d'Ans
Liens
Site web cubjac.com

Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle a été créée le sous le statut de commune nouvelle et regroupe les anciennes communes de La Boissière-d'Ans, Cubjac et Saint-Pantaly-d'Ans[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle regroupe les communes de Cubjac, La Boissière-d'Ans et Saint-Pantaly-d'Ans. Son chef-lieu se situe à Cubjac

Elle est arrosée par l'Auvézère et par la partie terminale de son affluent, le Blâme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est limitrophe de neuf autres communes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est située dans le deuxième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de roches calcaires très dures du Jurassique que la mer a déposées par sédimentation chimique carbonatée, en bancs épais et massifs[2]. Elle est à la fois dans le causse de Cubjac et le causse de Savignac, qui, avec le causse de Thenon, forment un ensemble de collines karstifiées dans les calcaires liasiques et jurassiques à l'est de Périgueux jusqu'à Excideuil et Thenon, d'environ 30 km N-S et 15 km O-E, coupé par les vallées de l'Isle, de l'Auvézère et de la Loue.

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire et de roches sédimentaires datant pour certaines du Cénozoïque, et pour d'autres du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée j2-3(Bz), date du Bajocien moyen au Bathonien inférieur, composée de calcaires micritiques et sublithographiques à oncolithes et de stromatolithes en alternance avec des niveaux de marnes noires en bancs réguliers. La formation la plus récente, notée CFp, fait partie des formations superficielles de type colluvions indifférenciées de versant, de vallon et plateaux issues d'alluvions, molasses, altérites. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « no 759 - Périgueux (est) » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[3],[4] et sa notice associée[5].

Carte géologique de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans.

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (491 m, à la forêt de Vieillecour dans le Nontronnais, à Saint-Pierre-de-Frugie) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 107 m et 258 m[6].

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [7]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1] et 14 sous-unités[8]. La commune fait partie du Périgord central, un paysage vallonné, aux horizons limités par de nombreux bois, plus ou moins denses, parsemés de prairies et de petits champs[9].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 39,56 km2[10],[Note 2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[13]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[13]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 15,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 933 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[17] complétée par des études régionales[18] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La Coquille », sur la commune de La Coquille, mise en service en 1982[19] et qui se trouve à 36 km à vol d'oiseau[20],[Note 6], où la température moyenne annuelle est de 11,9 °C et la hauteur de précipitations de 1 199 mm pour la période 1981-2010[21]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Brive », sur la commune de Brive-la-Gaillarde, dans le département de la Corrèze, mise en service en 1987 et à 47 km[22], la température moyenne annuelle évolue de 12,7 °C pour la période 1971-2000[23], à 12,7 °C pour 1981-2010[24], puis à 13,0 °C pour 1991-2020[25].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[26],[27].

La commune fait partie du bassin de la Dordogne, un territoire d'une superficie de 24 000 km2 reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en et se situe dans sa « zone de transition »[28].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 7].

Aucun site Natura 2000 n'a été défini sur la commune[30].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Sous-bois dans le causse de Cubjac au nord de Saint-Pantaly-d'Ans.

L'inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

En 2022, une ZNIEFF est recensée sur la commune d’après l'INPN[31].

Cette ZNIEFF de type 2[Note 8] est une zone calcaire boisée, le « causse de Cubjac », qui concerne les coteaux en rive droite de l'Auvézère et ceux en rive gauche de l'Isle et de son affluent, la Loue, sur treize communes, depuis Escoire au sud-ouest jusqu'à Saint-Raphaël au nord-est, et notamment tous les coteaux de la commune en rive droite de l'Auvézère, s'étendant sur plus de 23 km2[32]. L'intérêt majeur de cette ZNIEFF réside dans la présence d'une espèce déterminante de plantes, la Spirée à feuilles de millepertuis (Spiraea hypericifolia subsp. obovata), et une autre espèce de plantes protégée au titre de la Directive habitats de l'Union européenne, le Poirier à feuilles en cœur (Pyrus cordata)[33].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 9],[34],[35],[36].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Périgueux, dont elle est une commune de la couronne[Note 10]. Cette aire, qui regroupe 49 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[37],[38].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2016 pour l'Auvézère, impactant ses rives jusqu'à parfois 400 mètres de largeur à Cubjac[39],[40].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre les bourgs de Cubjac, La Boissière-d'Ans et Saint-Pantaly-d'Ans proprement dits, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits détaillés sur cet article, sur celui-ci et sur celui-là.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune associe son principal centre habité (Cubjac), une importante rivière (l'Auvézère) et le nom d'une ancienne châtellenie (Ans), propriété des vicomtes de Limoges, qui s'étendait au XIVe siècle sur dix-huit paroisses[41].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est une commune nouvelle créée le pour une prise d'effet au [42].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

À sa création en 2017, Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est rattachée à l'arrondissement de Nontron[43],[44], alors que ses trois communes déléguées étaient précédemment rattachées à l'arrondissement de Périgueux.

Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Isle-Loue-Auvézère[45], et de deux circonscriptions législatives : La Boissière-d'Ans sur la 4e circonscription et les autres communes déléguées sur la 3e[46].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

À sa création au , Cubjac-Auvézère-Val d'Ans est rattachée à la communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord (anciennement nommée communauté de communes du Pays de Lanouaille), alors que ses trois communes déléguées étaient précédemment intégrées à la communauté de communes Causses et Rivières en Périgord, qui est dissoute à la même date.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Pendant une période courant jusqu'au prochain renouvellement des conseils municipaux (prévu en 2020), le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes[42] (quinze pour Cubjac et onze pour chacune des deux autres communes, soit un total de trente-sept). Le maire de la nouvelle commune est élu début 2017. Les maires des anciennes communes deviennent maires délégués de celles-ci.

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux auraient dû être élus en 2020[47]. Cependant, s'agissant du premier renouvellement du conseil municipal d'une commune nouvelle, le nombre de conseillers élus est celui de la strate supérieure[48], soit dix-neuf[49].

Communes fondatrices[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Cubjac
(siège)
24147 CC Isle-Loue-Auvézère en Périgord 20,62 722 (2016) 35


La Boissière-d'Ans 24047 CC Isle-Loue-Auvézère en Périgord 8,33 219 (2016) 26
Saint-Pantaly-d'Ans 24475 CC Isle-Loue-Auvézère en Périgord 10,61 139 (2016) 13

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017[50] juillet 2020 Pierre Simon PCF Retraité de La Poste,
Maire de Cubjac (2000-2016)
juillet 2020 En cours Michel Raynaud    

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Cubjac-Auvézère-Val d'Ans relève[51] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 1 090 habitants[Note 11].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018 2019
1 0911 0801 0831 0871 090
(Sources : Insee à partir de 2015[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2016, sur le territoire correspondant à Cubjac-Auvézère-Val d'Ans dans sa configuration de 2017, parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans[53], les actifs représentaient 480 personnes, soit 44,4 % de la population municipale. Il y avait 63 chômeurs, soit un taux de chômage de cette population active de 13,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , sur ce même territoire, la commune comptait 110 établissements[54], dont cinquante-quatre au niveau des commerces, transports ou services, seize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, quinze dans la construction, quatorze relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et onze dans l'industrie[55].

Entreprises[modifier | modifier le code]

À Cubjac, aux-lieux-dits Bretonnier et Rabissou, de part et d'autre de la route départementale 5, des carrières sont exploitées par la « Société départementale des carrières - SDC ». Parmi les entreprises industrielles ayant leur siège social en Dordogne, celle-ci se classe en 43e position quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 5 857 k€[56].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[11],[12]
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[15].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[16].
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[29].
  8. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  9. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  10. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans (24147) », sur le Code officiel géographique de l'Insee (consulté le ).
  2. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  3. « Carte géologique de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans » sur Géoportail (consulté le 13 juin 2022).
  4. « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  5. « Notice associée à la feuille no 759 - Périgueux (est) de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  6. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  7. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  8. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  9. « Portrait du Périgord central », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans », sur le site de l'Insee (consulté le )
  11. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  12. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  14. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  15. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  16. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  17. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  18. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  19. « Station Météo-France La Coquille - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  20. « Orthodromie entre Cubjac-Auvézère-Val d'Ans et La Coquille », sur fr.distance.to (consulté le ).
  21. « Station Météo-France La Coquille - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  22. « Orthodromie entre Cubjac-Auvézère-Val d'Ans et Brive-la-Gaillarde », sur fr.distance.to (consulté le ).
  23. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  24. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  25. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  26. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  27. « Liste des espaces protégés sur la commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne », sur mab-france.org (consulté le ).
  29. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  30. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « Liste des ZNIEFF de la commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « Carte du causse de Cubjac (en vert clair) à Cubjac-Auvézère-Val d'Ans » sur Géoportail., consulté le .
  33. [PDF] Causse de Cubjac (Identifiant national 720008221), GEREA, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  34. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  36. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. PPR inondation - 24DDT20150057 - Isle amont et Auvézère, DREAL Aquitaine, consulté le 21 mars 2019.
  40. [PDF] Rivières Isle-amont - Auvézère – Cubjac - Plan de prévention du risque inondation p. 6, DREAL Aquitaine, consulté le 21 mars 2019.
  41. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 31.
  42. a et b « Arrêté n° PREF/DDL/2016/0201 portant création de la commune nouvelle de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans », Recueil des actes administratifs de la Dordogne,‎ , p. 114-118 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  43. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  44. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  45. Commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans (24147), Insee, consulté le 5 septembre 2019.
  46. [PDF] Circonscriptions législatives 2017, Préfecture de la Dordogne, consulté le 18 novembre 2017.
  47. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 17 septembre 2020.
  48. [PDF] La loi « Communes Nouvelles » expliquée aux élus Qu'est-ce qui change ?, août 2019, p. 3.
  49. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 novembre 2020.
  50. « Maire de la commune nouvelle », Sud Ouest édition Périgueux, 12 janvier 2017, p. 20.
  51. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  53. Commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans (24147) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4, sur Insee, consulté le 8 juillet 2019.
  54. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  55. Commune de Cubjac-Auvézère-Val d'Ans (24147) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 20 octobre 2019.
  56. « Industrie », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 32.