Saulx (Haute-Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saulx (commune))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saulx.
Saulx
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Saulx
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Lure
Canton Lure-1
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Christian Bresson
2014-2020
Code postal 70240
Code commune 70478
Démographie
Gentilé Sautrés
Population
municipale
896 hab. (2013)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 46″ Nord, 6° 16′ 47″ Est
Altitude Min. 232 m – Max. 375 m
Superficie 15,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Saulx

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Saulx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulx
Liens
Site web saulx.fr

Saulx est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est le siège de la communauté de communes du Triangle Vert.

Occupée au moins depuis le Moyen Âge central, Saulx est le siège d'une prévôté domaniale du XIIe siècle à la Révolution française.

C'est un bourg peuplée par 896 habitants en 2013, construit sur une colline dominant des plaines vallonnées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Saulx.

Localisation[modifier | modifier le code]

Saulx est située en région Bourgogne-Franche-Comté, dans le Grand Est français ; entre trois villes du département de la Haute-Saône : la préfecture Vesoul (12 km), Luxeuil-les-Bains (15 km) et Lure (16 km)[1].

Rose des vents Mailleroncourt-Charette Servigney Genevrey Rose des vents
La Villeneuve-Bellenoye-et-la-Maize N Châteney
Châtenois
Creveney
O    Saulx    E
S
Colombier Montcey, Calmoutier Colombotte

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Lepidotes elvensis trouvé en 1883 dans les schistes de Saulx.

La commune culmine à 300 mètres d’altitude surplombant une plaine vallonnée[1]. Seul, émerge son clocher panoramique en terrasse à l'Italienne avec son belvédère. Elle est située sur un promontoir de schiste bitumineux daté du Toarcien[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Bognon et le Durgeon, affluents de la Saône, s'écoulent au pied du bourg. Un étang est situé à l'Est[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du secteur de Saulx est de type semi-continental.

Nuvola apps kweather.png Relevé météorologique entre 1981 et 2010[Note 1]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,9 −1,8 1,1 3,5 8 11,1 13,1 12,7 9,4 6,2 1,7 −0,6 5,2
Température moyenne (°C) 1,6 2,6 6,4 9,6 14 17,2 19,4 19 15,2 11,1 5,6 2,5 10,4
Température maximale moyenne (°C) 5,1 7 11,6 15,6 20 23,3 25,7 25,4 21 16 9,5 5,6 15,5
Ensoleillement (h) 65,2 89,7 133,6 167,5 199,1 225,5 247,8 229,5 169,5 120 73,5 55,1 1 776
Record de vent sur 10 minutes (km/h) 2,9 2,7 2,9 2,7 2,4 2,4 2,3 2,1 2,3 2,6 2,5 2,8 2,6
Précipitations (mm) 85,3 74,9 79,2 73,1 97,9 88,2 86,5 77,9 89 99,8 94,2 103,1 1 049,1
Source : « Relevé météorologique de Luxeuil-les-Bains », sur le site lameteo.org


Faune et flore[modifier | modifier le code]

Saulx dans un espace majoritairement défriché, occupé par des exploitations agricoles. La commune compte 111 espèces indigènes (en particulier les genres Carex, Ophrys et Orchis), 7 espèces introduites parmi lesquelles deux sont envahissantes (Solidago gigantea et Fallopia japonica)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie du bâti[modifier | modifier le code]

Saulx est un bourg dont l'habitat est concentré autour du centre-ville et le long des départementales qui traversent la commune[1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements à Saulx était de 361 dont 326 résidences principales, 10 résidences secondaires et logements occasionnels et 25 logements vacants.

La commune totalisait 292 maisons et 68 appartements. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 61,8 %, en 2012[A 1]. Il existe 25 logements HLM sur la commune soit 7,6 % des logements[A 2].

Urbanisme et paysage[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme (PLU)[4] et fait partie du SCOT du pays des Vosges saônoises[5].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est installée sur une zone sismique de niveau 3. Il existe des risques géologiques d'affaissement, de glissement de terrain, de tassement différentiel et d’effondrement localisés à cause de la présence de cavités souterraines naturelles. Il existe également des risques liés au transport de matières dangereuses[6].

Transport et voies de communications[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare de Creveney - Saulx.

La gare de Vesoul, établie à 13 km, sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville est la plus proche de Saulx depuis la fermeture de la gare de Creveney - Saulx.

La commune est traversée sur la longueur par la nationale 57 qui relie Vesoul et Luxeuil-les-Bains[1]. Un contournement routier est construit de 2015 à 2017 pour désengorger le centre-ville et éviter la traversée des poids lourds[7]. La commune est également située à proximité de la nationale 19 qui permet de rejoindre Lure[1].

Le seul transport en commun est l'autobus, la commune est desservie par la ligne 5 des lignes saônoises[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du gaulois salico (« saule »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge aux temps modernes[modifier | modifier le code]

La date de fondation de Saulx est inconnue, mais une pierre du portail de l’ancienne église porte l'année 1101 en inscription. Un ancien tombeau datant d'avant le XIIe siècle est découvert à proximité. Au XIIe siècle, Saulx est le siège d'une prévôté domaniale. La famille de Saulx dirigeait le secteur jusqu'au XVIe siècle avant que la seigneurie deviennet la propriété de Jean de Vy puis à la famille de Saint-Mauris-en-Montagne du XVIIe siècle à la Révolution française. L'abbaye de Bithaine, la famille Vuilleret et le chapitre de Vesoul y avait des droit de perception[9].

En 1333, le bailliage d'Amont, l'un des trois bailliages de Franche-Comté, ayant pour capitale Vesoul, est créé par Philippe VI de France. Le territoire de Saulx y est rattaché[10]. En 1493, à la Renaissance, le village et toute la Franche-Comté appartiennent à l'Empire germanique des Habsbourg d'Espagne[11].

Un fait historique marquant de la guerre de Dix Ans est l'attaque des Convois près de la forêt de la Reculée le 25 juillet 1642[12].

L'usine de transformation du schiste.

Industrialisation[modifier | modifier le code]

L'exploitation du schiste bitumineux dans la commune voisine de Creveney1 km), permet l'extraction de 20 000 tonnes de ce matériau entre 1929 et 1936 pour en tirer de l'huile de schiste et emploie plusieurs dizaines d'habitants de Saulx[13].

L'exploitation de ces hydrocarbures est facilitée par la création, dans les années 1930, d'un embranchement particulier entre l'usine à la Gare de Creveney - Saulx, ouverte en 1858[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Saulx était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Saulx[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Lure-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était le siège de la communauté de communes du Pays de Saulx, créée le et qui regroupait 17 communes et environ 3 700 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[16], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[17].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la Communauté de communes du Triangle Vert, dont Saulx est le siège.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au référendum sur le traité constitutionnel pour l'Europe du , le pourcentage d'habitants de Saulx qui ont voté contre la Constitution européenne est de 54,02 %[18], soit un résultat similaire à la moyenne nationale de 54,67 %[19].

À l'élection présidentielle française de 2007, le premier tour a vu se démarquer Nicolas Sarkozy (UMP) avec 30,02 % des votes et qui récolte 54,46 % au second tour contre 45,54 % pour Ségolène Royal (PS)[20]. À l'élection présidentielle française de 2012, c'est encore Nicolas Sarkozy qui arrive en tête avec 29,10 % des suffrages exprimés, suivie de François Hollande (PS) qui totalise 23,63 %. Au second tour, Nicolas Sarkozy obtient 56,04 % des suffrages exprimés[21].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[22] ; il n'y a pas de groupe d’opposition[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Claude-Étienne Robert   Médecin
    Jean Simon Eugène Michel[24]   Professeur à la Faculté de Médecine de Nancy
Conseiller général (1868 → 1883)
Chevalier de la Légion d'Honneur
    Jules Viard Rad. Négociant
Conseiller général (1892 → 1910)
    Jules Billing Rad. puis MRG Médecin
Conseiller général (1958 → 1982)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[25] en cours Christian Bresson UMP Retraité
Président de la CC du Pays de Saulx ( ? → 2013)
Réélu pour le mandat 2014-2020[26]

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales de la commune était constitué ainsi[27] :

  • total des produits de fonctionnement : 707 000 €, soit 787 € par habitant ;
  • total des charges : 641 000 €, soit 713 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 647 000 €, soit 720 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 620 000 €, soit 690 € par habitant ;
  • endettement : 1 162 000 €, soit 1 293 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,60 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 8,16 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 20,63 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La déchèterie.

La commune dispose d'une déchèterie[M 1]. Les ordures ménagères (OM) sont prises en charge par la SICTOM Val de Saône, des points d'apport volontaire (PAV) sont installés pour le tri des déchets[M 2].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Saulx n'a signé aucun jumelage[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 896 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 137 1 285 1 064 1 139 1 330 1 278 1 198 1 176 1 192
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 062 1 045 1 075 997 982 898 847 829 768
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
759 772 728 553 551 546 508 503 482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
482 514 576 630 686 672 847 896 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Besançon[30].

Le bourg possède une école maternelle et primaire[M 3] avec un accueil périscolaire[M 4]. Les collèges et lycées les plus proches sont situés à Vesoul.

Santé[modifier | modifier le code]

La maison de retraite.

Les services hospitaliers sont assurés par le centre hospitalier de Vesoul, principal site du C.H.I. de Haute-Saône[31].

Un Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), la maison de retraite Jean Michel est situé dans le centre-ville[M 5]. Saulx accueille également plusieurs professionnels de la santé : infirmiers, kinésithérapeutes, médecins généralistes, orthophoniste, ostéopathe, un psychologue et une pharmacie[M 6].

Services et équipements publics[modifier | modifier le code]

Les services publics comprennent une bibliothèque[M 7], un bureau de poste[M 8] et une caserne de pompiers.

Les autres services publics sont disponibles à Vesoul, où l'on trouve notamment les services sociaux locaux du Conseil départemental et une de ses antennes techniques routières, Pôle emploi, EDF, les services fiscaux et cadastraux, une brigade territoriale de gendarmerie et un tribunal d'instance.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Saulx dépend du tribunal de grande instance de Vesoul, du tribunal d'instance de Lure, du tribunal de commerce de Vesoul, du tribunal paritaire des baux ruraux de Lure, du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort, du conseil de prud'hommes de Lure et de la cour d'assises de Vesoul. De plus, le bourg est dépendant du tribunal administratif et de la cour d'appel de Besançon ainsi que de la cour administrative d'appel de Nancy[32],[33].

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade de football
Article connexe : Sport dans la Haute-Saône.

La commune dispose d'un terrains de football, d'une boucle de randonnée, d'un court de tennis, d'un terrain de volley-ball, d'un terrain de basket-ball, d'un terrain de pétanque et d'une salle polyvalente[34].

Médias[modifier | modifier le code]

La presse écrite est représentée par le quotidien régional L'Est républicain[35] ainsi que par le journal hebdomadaire Les Affiches de la Haute-Saône. La ville est couverte par les programmes de France 3 Franche-Comté[36].

Cultes[modifier | modifier le code]

Saulx est le chef-lieu de l'unité pastorale Saint-Martin de Saulx-Colombier[37], faisant partie du doyenné des Plateaux de Vesoul, qui dépend de l'archidiocèse de Besançon[38]. La commune dispose d'une église catholique consacrée à saint Martin[M 9].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune compte 321 foyers fiscaux. Le revenu fiscal médian par ménage était alors de 17 791 €[A 3].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 531 personnes, parmi lesquelles on comptait 74,5 % d'actifs dont 64,1 % ayant un emploi et 10,4 % de chômeurs contre 5,9 % en 2007[A 4].

On comptait 220 emplois dans la zone d'emploi, chiffre en progression à la hausse depuis 2007. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 343, l'indicateur de concentration d'emploi est de 64,2 %[A 5].

Le taux d'activité parmi les 15 ans ou plus a atteint 56,5 % en 2012[A 5].

Entreprises et secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

L’économie de Saulx est liée aux villes de Vesoul et Luxeuil-les-Bains. L'activité communale est essentiellement orientée vers l'agriculture en particulier l'élevage bovin pour la production de lait de vache et de viande[39].

Au , Saulx comptait 78 établissements dont 6 dans l'agriculture, 5 dans l'industrie, 11 dans la construction, 36 dans le commerce-transports-services divers et 20 relatifs au secteur administratif[A 6]. En 2014, six entreprises ont été créées à Saulx[A 7] sous le régime auto-entrepreneur[A 8].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Une chapelle consacrée à saint Urbain est construit en 1100. Elle est donnée à l'abbaye de Luxeuil en 1215 par le seigneur de Faucogney pour établir un prieuré. Cette chapelle fini par tomber en ruine avant d'être démolie en 1766. Une croix est édifiée à son emplacement[9].

L'ancienne église Saint-Martin est construite au début du XIIe siècle. Le clocher est construit en 1760[9]. L'ensemble, délabré au début du XIXe siècle est reconstruit de 1860 à 1885 dans un style néo-gothique par l’architecte de Lure (Haute-Saône) référant en ce style, Jean-Baptiste Colard mais aussi par Félix Grandmougin de Luxeuil. Dans le clocher, trois cloches fondues en 1877 par l'entreprise Paintandre de Vitry-le-François. Le clocher comtois est remplacé par un clocher tour de style Renaissance par soucie d'économie. Ce clocher est rénové en 2000[M 10] puis tout le reste de l'édifice en 2016[40].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts[41] et une stèle commémorative de la Libération par les troupes américaines sont installés devant l'église[42].

Onze puits citernes communaux caractéristiques ont été rénovés en 2000[M 10].

Le château.

Le château de Saulx du XVIIIe ayant conservé son intérieur d'époque, ses communs du XVIIe et son magnifique colombier rond. Il est classé au titre des monuments historiques en 1991[43].

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), la plaine du Durgeon, est recensée sur la commune[44].

Cet affluent de la Saône long de 42 km prend sa source sur le plateau triasique de Genevrey. Au niveau de Saulx, le sol peu perméable et le terrain accidenté favorise les inondations et la division du cours d'eau en plusieurs ruisseaux lui donnant une végétation typique possédant une valeur écologique. Des espèces rares et vulnérables de Franche-Comté sont présentes en quantité comme brome en grappe, le vulpin de Rendle et l'Œnanthe fistuleuse. Les niveaux plus élevés sont occupés par des prés mésophiles utilisée pour l'élevage bovin, bordée de haies et de bosquets favorables à l'avifaune dont certaines espèces sont sur la liste liste rouge des espèces menacées en Franche-Comté dont la Pie-grièche grise et le Busard Saint-Martin mais aussi le Courlis cendré, la Chevêche d'Athéna, le Milan royal, le Tarier des prés et le Vanneau huppé. Les zones humides sont préservés par le Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Feuvrier.
  • Alexandre Marie Frédéric Henry Moll dit Henri Moll (1871-1910) : explorateur, lieutenant-colonel de l'armée coloniale et ancien élève du collège de Vitry-le-François mort au Tchad.
  • Jean-Baptiste Feuvrier dit Joannes (1842-1926) : médecin militaire, écrivain, né et mort à Saulx. Ancien médecin de Nicolas 1er de Monténégro et du chah de Perse, Nasseredin Shah. Il a publié de nombreux travaux scientifiques et littéraires, dont en 1877 Grammaire de la langue serbo-croate et en 1900 Trois ans à la cour du chah de Perse (ouvrage couronné par l'Académie française, première éd. en 1900, second éd. en 1906).
  • Eugène Secrétan : industriel, né à Saulx en 1836. Il a notamment créé la Société des métaux.
  • Jean Michel dit Eugène (1819-1883) : professeur de médecine opératoire, maire, conseiller général, né et mort à Saulx. Il lègue à la commune son bâtiment XVIIIe siècle pour en faire une maison de retraite qui porte désormais son nom.
  • Claude-Étienne Robert (1770-1848) : médecin en chef des hôpitaux de Vesoul, maire de Saulx, mort sur la commune dans son château[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saulx 70.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’azur au lion naissant d’or.



Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Galerie biographique du département de la Haute-Saône, vol. 2, (lire en ligne), p. 230-233. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Relevé de la station météorologique de la commune de Luxeuil-les-Bains.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. a et b EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2013.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2014.
  8. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2014.

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Déchetterie » (consulté le 11 mai 2016).
  2. « Ordures ménagères - Tri sélectif » (consulté le 11 mai 2016).
  3. « Ecole de Saulx » (consulté le 11 mai 2016).
  4. « Accueil périscolaire et de loisirs » (consulté le 11 mai 2016).
  5. « EHPAD - Maison de retraite "Jean Michel" » (consulté le 10 mai 2016).
  6. « Santé » (consulté le 10 mai 2016).
  7. « Bibliothèque » (consulté le 11 mai 2016).
  8. « La Poste » (consulté le 11 mai 2016).
  9. « Eglise Saint Martin - Unité pastorale de Saulx » (consulté le 11 mai 2016).
  10. a et b « Patrimoine bâti de Saulx » (consulté le 11 mai 2016).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Carte IGN de Saulx sur Géoportail.
  2. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  3. INPN, « Inventaire du patrimoine naturel de Mélisey », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 11 mai 2016).
  4. « Documents d'urbanisme en Haute-Saône » [PDF], sur le site de la préfecture de Haute-Saône,‎ (consulté le 9 mai 2016).
  5. « SCOT du pays des Vosges saônoises » [PDF], sur haute-saone.gouv.fr (consulté le 9 mai 2016).
  6. « Saulx : État des risques naturels, miniers et technologiques », sur macommune.prim.net (consulté le 9 mai 2016).
  7. « La déviation de Saulx mise en circulation au deuxième trimestre 2017 », sur L'Est républicain,‎ (consulté le 21 septembre 2016).
  8. « Transport par autobus », sur le site du conseil général de la Haute-Saône (consulté le 9 mai 2016).
  9. a, b et c L. Suchaux 1866, p. 231.
  10. « Vesoul - Universalis », sur le site de Encyclopædia Universalis (consulté le 11 mai 2016).
  11. François Pernot, La Franche-Comté espagnole, Presses universitaires de Franche-Comté (ISBN 2-84867-032-0, présentation en ligne).
  12. a et b L. Suchaux 1866, p. 232.
  13. Christian Rénet, Aventure pétrolière en Haute-Saône : Les schistes bitumeux de Creveney, C. Rénet, (notice BnF no FRBNF37004781).
  14. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 14.
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  17. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  18. « Scrutin du 29 mai 2005 sur la constitution Européenne à Saulx », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 mai 2016).
  19. « Scrutin du 29 mai 2005 sur la constitution Européenne pour la France », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 mai 2016).
  20. « Résultats de l’élection présidentielle 2007 à Saulx », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 mai 2016).
  21. « Résultats de l’élection présidentielle 2012 à Saulx », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 mai 2016).
  22. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  23. « Résultats officiels pour la commune Saulx », sur interieur.gouv.fr (consulté le 11 mai 2016).
  24. « Michel (Jean Simon Eugène) », base Léonore, ministère français de la Culture
  25. L.V., « Christian Bresson repart à Saulx : Le maire sortant brigue un deuxième mandat », La Presse de Vesoul,‎ (lire en ligne).
  26. « Saulx Christian Bresson pour un dernier mandat », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  27. « Les comptes de la commune », sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 25 septembre 2016).
  28. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 9 septembre 2016).
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  30. « Inspection académique de la Haute-Saône », sur le site de l'Académie de Besançon (consulté le 9 mai 2016).
  31. « Le CHI de Haute-Saône », sur http://www.chi70.fr (consulté le 9 mai 2016).
  32. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 16 avril 2016).
  33. « Carte judiciaire » [PDF], sur le site du ministère de la Justice (consulté le 11 mai 2016).
  34. « Equipement de sport Saulx » (consulté le 11 mai 2016).
  35. « L'Est républicain », sur http://www.estrepublicain.fr/ (consulté le 11 mai 2016).
  36. « France 3 Franche-Comté », sur http://france3-regions.francetvinfo.fr/ (consulté le 11 mai 2016).
  37. « Unité pastorale de Saulx », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 11 mai 2016).
  38. « Doyenné des Plateaux de Vesoul », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 11 mai 2016).
  39. « Orientation technico-économique de la commune », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 11 mai 2016).
  40. « Rénovation de l'église de Saulx », sur L'Est républicain,‎ (consulté le 11 mai 2016).
  41. « Synthèse des relevés - Saulx (70 - Haute-Saône) », sur memorialgenweb.org (consulté le 13 mai 2016).
  42. « En souvenir des libérateurs de 1944 », sur L'Est républicain,‎ (consulté le 13 mai 2016).
  43. « Demeure dite Le Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. INPN, « Liste des ZNIEFF de Mélisey », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 10 mai 2016).
  45. INPN, « Plaine du Durgeon » [PDF], sur inpn.mnhn.fr (consulté le 10 mai 2016).