Genevreuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Genevreuille
Genevreuille
L'ancienne gare de Genevreuille.
Blason de Genevreuille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lure
Maire
Mandat
Antoinette Marchal
2020-2026
Code postal 70240
Code commune 70262
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2018 en diminution de 7,34 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 15″ nord, 6° 22′ 43″ est
Altitude Min. 291 m
Max. 411 m
Superficie 6,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lure
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lure-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Genevreuille
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Genevreuille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Genevreuille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Genevreuille
Liens
Site web pays-de-lure.fr/vie-communautaire/genevreuille.htm

Genevreuille est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 642 hectares ; son altitude varie entre 291 et 411 mètres[1].

Le territoire communal repose sur le bassin houiller keupérien de Haute-Saône, il fait partie de la concession de Vy-lès-Lure exploitée de 1839 à 1944[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Genevreuille est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lure, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 33 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (36,7 %), zones agricoles hétérogènes (33,4 %), prairies (25 %), zones urbanisées (4,9 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Projet d'aménagement et paysage[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) de la communauté de communes du pays de Lure (CCPL), document d'urbanisme de référence pour la commune et toute l'intercommunalité approuvé le [10]. Genevreuille fait également partie du SCOT du pays des Vosges saônoises, un projet de territoire visant à mettre en cohérence l'ensemble des politiques sectorielles, notamment en matière d’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement et de paysage[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune disposait de 1858 à la fin du XXe siècle de la gare de Genevreuille sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville. La gare n'est désormais ouverte pour des opérations d'infrastructure[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Amblans-et-Velotte fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

La commune était historiquement rattachée depuis la Révolution française au canton de Lure. Celui-ci a été scindé en 1985 et la commune rattachée au canton de Lure-Nord. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Lure-2[13].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes des Franches-Communes (CCFC), créée en 2001 et qui comptait environ 4 200 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du de réforme des collectivités territoriales[14], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion de la CCFC avec d'autres petites intercommunalités[15].

Toutefois, la commune a préalablement été détachée le de la CCFC pour rejoindre à cette date la communauté de communes du pays de Lure[16].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981   Camille Gauthier DVG  
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[18] En cours
(au 2 décembre 2020)
Antoinette Marchal   Adjointe des cadres hospitaliers[19]
Réélue pour le mandat 2020-2026[18],[20]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune de Genevreuille comptait 164 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360386405461531469422412401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
326374382356353306310347262
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
261226230204202193162166173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
156139131138175138156159179
2017 2018 - - - - - - -
165164-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[22] mais un monument est répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel : la fonderie de seconde fusion Meyer, devenue en 1959 l'usine de traitement de surface des métaux Amet[23] (liquidée en 2010 et reprise en 2014 sous le nom d'Amet anodisation).

Par ailleurs, elle compte deux objets « classés » et deux objets « inscrits » à l'inventaire des monuments historiques[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Genevreuille Blason
Parti: au 1er de gueules à la bande d'or, au 2e d'argent à la branche de genévrier de sinople fruitée de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lure », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « Plan Local d'Urbanisme Intercommunal », sur le site de la communauté de communes du pays de Lure, (consulté le ).
  11. « SCOT du pays des Vosges saônoises » [PDF], sur haute-saone.gouv.fr (consulté le ).
  12. Site data.gouv.fr Plateforme française d'ouverture des données publiques (open data), Gares ferroviaires de tous types, exploitées ou non, publié le 2 janvier 2012 par Réseau ferré de France lire fichier exel (consulté le 24 août 2012).
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  15. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le ), p. 5.
  16. « Présentation du projet de SDCI révisé » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le ).
  17. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  18. a et b « Genevreuille - Antoinette Marchal brigue un nouveau mandat », sur le site du quotidien L'Est républicain, (consulté le ).
  19. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  20. Réélu pour le mandat 2020-2026 : « Antoinette Marchal réélue maire de la commune », sur L'Est républicain, 25 mai 2020 mis à jour le 2/6/2020 (consulté le ).
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Liste des monuments historiques de la commune de Genevreuille », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Liste des lieux et monuments de la commune de Genevreuille à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Liste des objets historiques de la commune de Genevreuille », base Palissy, ministère français de la Culture.