Lesquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lesquen.
Lesquin
La mairie.
La mairie.
Blason de Lesquin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Templeuve
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Dany Wattebled
2014-2020
Code postal 59810
Code commune 59343
Démographie
Gentilé Lesquinois
Population
municipale
7 249 hab. (2014)
Densité 862 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 26″ nord, 3° 06′ 42″ est
Altitude Min. 35 m
Max. 58 m
Superficie 8,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Lesquin

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Lesquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lesquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lesquin
Liens
Site web ville-lesquin.fr

Lesquin (prononcer « lékin » [lekɛ̃]) est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la métropole lilloise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lesquin se situe dans le Mélantois en Flandre romane à 5,7 km au sud-est de Lille (8 km par la route).

En raison du Centre Régional de Transport et de l'aéroport de Lille-Lesquin situés en partie sur le territoire de la commune, la ville tire une grande partie de sa richesse de la circulation des passagers et marchandises. Dans la proche banlieue Sud-Est de Lille, c'est une ville essentiellement résidentielle, en pleine croissance.

Communes limitrophes de Lesquin
Ronchin Lezennes
Faches-Thumesnil Lesquin Sainghin-en-Mélantois
Vendeville Fretin

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Lesquin se situe en climat océanique tempéré. Les précipitations sont relativement faibles (680 mm), mais très régulières dans le temps.

Valeurs moyennes
Températures l'hiver 1 °C à 6 °C
Températures l'été 10 °C à 22 °C avec moins de quatre journées chaudes à plus de 30 °C
Novembre à mai 60 jours avec gelées matinales
Précipitations annuelles 680 mm
Ensoleillement annuel 1 600 heures
Vent 60 jours à plus de 16 m/s (vent sensible)
Données du dernier tiers du XXe siècle de la station Lille-Lesquin
Lille-Lesquin record depuis 1945
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Record de froid (°C) −19,5 −17,8 −10,5 −4,7 −2,3 0 3,4 3,9 1,2 −4,4 −7,8 −17,3 −19,5
Record de chaleur (°C) 15,2 18,9 22,7 27,9 31,7 34,8 36,1 36,6 33,8 27,8 20,1 15,9 36,6
Source : [1]


Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

L’orthographe du nom de la commune a beaucoup évolué au cours des siècles : Lechin au XIe siècle, Leschin au XIIe siècle, Leskin au XIIIe siècle, Lesking au XIVe siècle, Lecquyn au XVIe siècle.

Lechin est mentionné en 1066 dans l'acte de fondation du chapitre Saint-Pierre de Lille, que le comte de Flandre dota d'une résidence située dans le village.

« On a dit que Lesquin, Lechin était pour le chin, le clos… Mais Lekin est plus vraisemblablement un nom d’origine germanique et paraît être Lekem, Lec-Hem, composé de la finale « hem », « hein » : demeure, habitation, et d’un préfixe… Diversement interprété : Leckem, village de la Flandre-Occidentale : demeure humide, de Lecken, suinter ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Lesquin dans son canton et son arrondissement

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Lesquin
Données gracieusement fournies par la mairie de Lesquin
Période Identité Étiquette Qualité
1804 1823 Auguste Lamblin    
1824 1831 Charles François Lamblin    
1832 1840 Delemer Masquelier    
1840 1855 Charles François Lamblin    
1855 1870 Désiré Marchant    
1870 1871 Adolphe Duront Buisine    
1871 1892 Jules Descat    
1892 1894 Désiré Marchand    
1894 1895 Jules Descat    
1895 1896 Jean-Baptiste Delannoy    
1896 1898 Jules Descat    
1898 1899 Jean-Baptiste Delannoy    
1899 1904 Jules Descat    
1904 1908 Henri Delobel    
1908 1919 Félix Leclercq    
1919 1925 Alexis Defretin    
1925 1939 Victor Vanheren    
1939 1939 Henri Sury    
1939 1944 Florent Willems    
1944 1947 Etienne Coulon    
1947 mars 1971 Lucien Bernard    
juin 1995 Claude Senepart    
en cours Dany Wattebled UDF puis MoDem puis UDI Conseiller général du Canton de Seclin-Nord
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mars 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Au XIXe siècle, Lesquin connut de nombreux troubles politiques et administratifs. Le bi-partisme étant très présent dans la commune, il laissa au fur et à mesure place à de réelles querelles d'opinion, le village se retrouva très vite scindé en deux, dès 1855 Désiré Marchant imposa sa loi et mis au pouvoir ses partisans alors que le parti adverse rongeait son frein. Ils subirent pendant plus de quinze ans, ce qu'ils considéraient comme une tyrannie pur et simple. En 1870, n'y tenant plus, et inspirés par le climat de révolte ambiant à cette époque, ils prirent les armes et envahirent la mairie. Voilà donc la partie gauche du village se révoltant face à quinze ans d'oppression. Mais la partie droite, toujours dirigé par Désiré Marchant, ne comptait pas se laisser faire, ils répliquèrent avec tout autant d'entrain. Pendant un an le village s'affronta sans répit. À sa tête on nomma un pantin sans charisme, juste bon à trier les dossiers, le temps de retrouver le calme ou du moins que l'un des camps impose son choix. Ce fut le cas en 1871, Jules Descat bras droit de Désiré Marchant, qui pendant le conflit s'était enfui pour sauver sa vie, prit le pouvoir. La droite était victorieuse. La gauche accepta relativement sa défaite, mais à une condition, Désiré devait rester en exil, trop de mal avait été fait en son nom, il ne devait plus remettre les pieds au village, le chef de la gauche, Jean-Baptiste Delannoy y tenait dur comme fer. Jules Descat qui passait pour un être plus raisonnable que son mentor y consentit. Tout en gardant contact secrètement avec son ami, dans le but d'ourdir un complot pour son retour, Jules et Jean-Baptiste signèrent l'accord. Le village fut en fête pendant une semaine et l'on commença à reboucher les tranchées qui avaient fleuri un peu partout lors du conflit. Mais Jules prit gout au pouvoir et celui qui ne devait être à la tête du village que pour quelques mois tout au plus, le temps de préparer le retour de Désiré, prit ses aises à la mairie. Désiré fut patient au début, son ami l'inondait de lettre expliquant à quelle point la situation était au plus mal ici bas, les manœuvres fourbes de Jean Baptiste pour contrer son pouvoir et empêcher la stabilité. Il fallait retrouver un semblant de stabilité sinon le peuple ne comprendrait pas, et nous nous retrouvions avec une révolte à la clé. Devant ses belles paroles, Désiré prit son mal en patience, un an, puis deux et trois, et bientôt cela faisait dix ans, il n'en pouvait plus, il fallait faire quelque chose, Jules ne lui répondait plus, il sut qu'il s'était fait trahir. Jules, sous ses dehors d'hommes sages, n'était lui aussi qu'un potentiel tyran, certes il sut aplanir les angles mais ce n'était que pour tirer profit autre part, les villageois encore traumatisés de ce qu'ils avaient pu vivre auparavant, baissèrent les bras et Jean-Baptiste se retrouva bien vite sans partisans. Il fallut encore presque dix ans à Désiré pour préparer son retour et c'est ce qu'il fit en grande pompe, un matin de 1892. Il avait réussi lors de son exil à enrôler à sa cause tous les paysans environnants et les villageois, las de Jules, virent une bonne occasion de se venger, tout en oubliant que Désiré n'était pas mieux. Au grand dam de Jean Baptiste qui compris que son heure n'était pas encore venue, tous s'unirent comme un seul homme contre Jules. La suite des évènements fut très rapide, Jules fut destitué, Désiré repris son poste en 1892, mais il retomba très vite dans ses travers. Il était hors de question pour Jules d'abandonner, Jean-Baptiste lui aussi avait repris espoir, après tout les choses pouvaient changer. Le village était maintenant reparti en trois. Les affrontements furent terribles. En 1894, à force de manigance, Jules repris la mairie. Très brièvement car Jean-Baptiste, bouillonnant depuis des années, fit tout pour le destituer, il y arriva en 1895. Enfin ses efforts avaient payé. Il n'eut pas le temps de s'en féliciter, Jules était incapable de renoncer au pouvoir quitte à y jouer sa vie, il fit tout sans répit et sans vergogne pour le retrouver, et il réussit en 1896. Désiré mourut dans un affrontement, mais personne n'eut vraiment le temps de le pleurer, le village était à feu et à sang, son corps fut enterré dans les fosses communes. Jean-Baptiste, rempli de violence face à la mort de Désiré, attaqua la mairie un soir de 1898. Il gagna, Jules s'enfuit. Mais cela dura si peu de temps, la force n'y faisant rien Jules décida de se débarrasser de ce rival là aussi, il empoissonna Jean-Baptiste qui mourut dans l'exercice de ses fonctions en juin 1899. Des élections furent mises en place, Jules les remporta sans surprise.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2008, la commune a été classée deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[1],[2].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 249 habitants, en augmentation de 14,77 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
888 786 946 980 1 118 1 180 1 213 1 249 1 274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 297 1 296 1 293 1 329 1 361 1 335 1 356 1 403 1 414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 810 1 925 2 112 2 243 3 019 3 893 3 721 3 559 4 073
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 010 4 319 5 302 5 311 5 660 6 010 6 347 6 316 7 249
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Du XVe siècle, jusqu’à la fin du XIXe siècle, la population s’accroît lentement. En effet, on comptait 500 habitants en 1498. Au milieu du XVIIIe siècle, on n’en comptait encore que 550. Au cours du XIXe siècle, de 1180 habitants en 1836, la population passe à 1389 habitants en 1891 ; soit une croissance 10 fois inférieure à la moyenne nationale. Par contre, à la suite de l'implantation d’usines (notamment l'aciérie Haine-Saint-Pierre), l’évolution sera plus rapide entre 1891 et 1911 (2125 habitants). Cet accroissement durera jusqu’en 1931, où l’on compte 3893 habitants. L’accroissement est alors 2 fois supérieur à la moyenne nationale. La seconde guerre mondiale entraînera une régression des naissances et l’accroissement des décès à Lesquin. Jusqu’en 1954, le nombre des naissances variera de 36 à 52. Entre 1964 et 1972, la création du lotissement « le petit hameau » amènera à Lesquin une nouvelle masse de population (plus de 1500 habitants).

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lesquin en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
4,1 
75 à 89 ans
7,1 
12,8 
60 à 74 ans
14,0 
20,2 
45 à 59 ans
19,1 
21,4 
30 à 44 ans
21,4 
20,9 
15 à 29 ans
18,2 
20,6 
0 à 14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

  • Clinique Lille Sud : chirurgie, orthopédie, stomatologie, otho-rhino-laryngologie et urgence de la main. (Services maternité fermés en 2008)[9]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Banteux fait partie de l'académie de Lille. Lesquin compte plusieurs écoles, dont :

  • L'école maternelle Henri-Ghesquière
  • L'école maternelle Victor-Hugo
  • L'école primaire Louis-Pasteur (CP et CE1)
  • L'école primaire Jean-Mermoz (CE2, CM1 et CM2)
  • Le collège Charlemagne
  • Le collège Théodore-Monod, anciennement collège Paul-Verlaine (le nom a changé en l'an 2000) rue Sadi-Carnot
  • CFA de Lesquin (dépend de l'institut de Genech) formation en alternance

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade Jean-Pierre Papin, où joue l'US Lesquin.
  • Arts martiaux Lesquin : club de Taï-Jitsu et de Karaté.
  • Escapade Lesquinoise : club d'escalade (en salle).
  • ESM Gymnastique Volontaire Féminine
  • Pétanque Club Lesquinois
  • Lesquin, ça marche : Randonnée pédestre.
  • Top Forme : Musculation et body-building.
  • A.S. Monod : Association scolaire.
  • A.S. Charlemagne : Association scolaire.
  • Club Aérien Lille Métropole (CALM) : aéroclub basé sur l'aéroport international de Lille-Lesquin

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Barthélémy.
  • Tradition : les géants Hippolyte et Titée.
  • Église Saint-Barthélemy, construite vers 1854 par Charles Leroy, l'architecte lillois de la cathédrale Notre-Dame de la Treille.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Eth (Nord).svg

Les armes de Lesquin se blasonnent ainsi : « D'or, à la croix engrêlée de gueules. » [réf. nécessaire]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Harmonie municipale La Concorde
  • Brass Open de Lesquin : Festival Européen de cuivres.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]