Erquinghem-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Erquinghem-le-Sec
Erquinghem-le-Sec
Blason de Erquinghem-le-Sec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Éric Pauron
2020-2026
Code postal 59320
Code commune 59201
Démographie
Gentilé Erquinghemois
Population
municipale
598 hab. (2018 en augmentation de 8,14 % par rapport à 2013)
Densité 342 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 49″ nord, 2° 55′ 57″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 42 m
Superficie 1,75 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lille-6
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Erquinghem-le-Sec
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Erquinghem-le-Sec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Erquinghem-le-Sec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Erquinghem-le-Sec
Liens
Site web erquinghemlesec.fr

Erquinghem-le-Sec (en néerlandais : Erkegem) est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Erquinghem-le-Sec dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Petite commune située dans les Weppes, à 10 km de Lille près d'Haubourdin. Erquinghem-le-Sec fait partie de la Communauté urbaine de Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Erquinghem-le-Sec
Escobecques
Beaucamps-Ligny Erquinghem-le-Sec Hallennes-lez-Haubourdin

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Erquinghem-le-Sec est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Erkengem en flamand[6].

Toponyme germanique composé de trois termes: erqu-ing-hem, traduisible par «demeure du peuple de Erk».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1348, Gilles d'Hallennes, chevalier et seigneur d'Erquighem, lieu longtemps lié à Hallennes, est cité pour sa participation à la bataille de L'Écluse en 1340.

Le 23 juillet 1641, sont données à Madrid, des lettres de chevalerie en faveur de Jean de Harchies, écuyer, seigneur de Millomez, Hallennnes, Erquinghem-le-Sec, Basinghem, Rodesel, Caetheu. Il est le fils de feu Léon de Harchies, lui-m̩ême fils d'Arnould de Harchies, à son trépas chevalier, seigneur du dit Millomez, et neveu en ligne collatérale et héritier universel de feu Arnould de Harchies, chevalier, seigneur de Hallennes, Erquinghem-le-Sec, également fils dudit feu Arnould. Jean de Harchies est d'ancienne et noble extraction. À l'exemple de ses ancêtres, il a porté les armes pour le service du roi à Zantvliet et autres endroits, et en 1635, a été un des premiers gentilhommes volontaires qui se sont rendus auprès du cardinal Infant, don Ferdinand (Ferdinand d'Autriche ) à Tilemont en Brabant, pour résister à l'armée française et à celle des provinces rebelles. Il a toujours été prêt, en toutes occurrences, en étant requis par les gouverneurs de Lille, Douai, Orchies, Tournai et Tournaisis, à les accompagner comme gentilhomme du quartier, à ses frais, pour le service du roi. Il est allié par mariage à la fille de Floris de Griboval, chevalier, seigneur de Sweveghem, toujours au service du roi, comme ses deux fils dont l'un est mort des suites d'une blessure reçue devant la ville de Salses, en notre comté du Roussillon, et l'autre encore capitaine au régiment du sieur de Ribaucourt aux Pays-Bas[7].

En 1665, par lettres données à Madrid, est érigée en comté la terre et seigneurie de Sweneghem, située dans la châtellenie de Courtray, en y incorporant les villages de Hallennes et Erquinghem-le-Sec, en faveur de Charles Philippe d'Oignies, fils de feu Claude d'Oignies, comte de Couppignies, et de Anne de Croÿ (maison de Croÿ), pour revenir après son décès au fils aîné de feu Jean de Harchies de Ville et de Marie Florence de Griboval, dame dudit Sweneghem[8].

Erquinghem-le-Sec fut totalement détruite lors de la Première Guerre Mondiale, ses habitants furent même évacués. La commune a d'ailleurs reçu la croix de guerre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Erquinghem-le-Sec (Nord)

Les armes de Erquinghem-le-Sec se blasonnent ainsi :"D'or à cinq cotices de gueules, au canton dextre du même".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Michel Lambin    
avril 2006 Jean-Marie Thorez SE Vice-président de Lille Métropole Communauté urbaine
mars 2008 Pascal Fontaine SE  
En cours Éric Pauron SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 598 habitants[Note 3], en augmentation de 8,14 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
239238240266253244237224224
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222233229225221264270249253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
246232220101114132130133140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
139234246255345434514534580
2018 - - - - - - - -
598--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Erquinghem-le-Sec en 2007 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
0,4 
1,9 
75 à 89 ans
4,0 
12,5 
60 à 74 ans
11,6 
12,1 
45 à 59 ans
14,1 
26,0 
30 à 44 ans
32,5 
17,0 
15 à 29 ans
14,1 
30,2 
0 à 14 ans
23,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Diverses associations[modifier | modifier le code]

  • AEPGH (Association de l'école publique Ghislain Henniart)
  • ACSE (Association Culturelle et Sportive d'Erquinghem le sec)
  • Association Princesse Clélia (Association de défense pour la mémoire de Clélia Médina)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vaast, la plus modeste des Weppes : 1799 - 1841 - 1926.
  • Cloche Marie-Vedastine : fondue, fendue, refondue en 1868, prise par les Allemands pendant 14-18, retrouvée en 2005 à Geispolsheim, volée en 2006.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  7. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 254, lire en ligne.
  8. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 330, lire en ligne.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Évolution et structure de la population à Erquinghem-le-Sec en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010).
  14. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010).