Camphin-en-Pévèle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Camphin-en-Pévèle
Camphin-en-Pévèle
La mairie, le monument aux morts et l'église.
Blason de Camphin-en-Pévèle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle Carembault
Maire
Mandat
Olivier Vercruysse
2020-2026
Code postal 59780
Code commune 59124
Démographie
Gentilé Camphinois(es)
Population
municipale
2 493 hab. (2018 en augmentation de 14,41 % par rapport à 2013)
Densité 387 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 46″ nord, 3° 15′ 38″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 56 m
Superficie 6,45 km2
Élections
Départementales Canton de Templeuve
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Camphin-en-Pévèle
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Camphin-en-Pévèle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Camphin-en-Pévèle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Camphin-en-Pévèle
Camphin-en-Pévèle dans son canton et son arrondissement

Camphin-en-Pévèle est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la Pévèle à 17 km de Lille. Pour y venir il faut sortir à la sortie "Baisieux" de l'autoroute A27 direction Bruxelles.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Camphin-en-Pévèle
Baisieux
Gruson Camphin-en-Pévèle Lamain (Belgique)
Cysoing Bourghelles Wannehain

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin Confinium, de confinis avec le suffixe -ium, (« Contigu, voisin »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Camphin-en-Pévèle Plaque de la voie romaine Tournai-Estaires

Vers le milieu du Ve siècle, Clodion le Chevelu, un chef des Francs saliens, ayant appris que les villes de la province romaine de Belgique seconde étaient sans défense[1], pénétra avec son armée en territoire romain et s’empara du Cambrésis et de l’Artois méridional. Il aurait conquis et gouverné la ville de Camphin-en-Pévèle en 430 [2]. Une plaque signifiant l'emplacement de la voie romaine Tournai-Estaires est visible sur le secteur pavé de la Justice.

Le Camphaing [2] fut l'un des sites de la bataille de Bouvines au Carrefour de l'Arbre. Le roi de France, Philippe II Auguste, soutenu par des milices communales, y vainquit une coalition menée par l'empereur Othon IV et ses alliés, Jean sans Terre et le comte Ferrand de Flandre[3]. Guillaume le Breton, chroniqueur de Philippe II et auteur de La Philippide, relate que l’armée française a traversé la rivière Marque pour emprunter le pont de Bouvines situé entre Cysoing et Sainghin-en-Mélantois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1962 1981 René Parent    
1981 mars 2001 André Hoyaux    
mars 2001 mars 2018
(démission)
Michel Dufermont DVD Retraité
mars 2018 En cours Olivier Vercruysse DVD Maître d’oeuvre
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2018, la commune comptait 2 493 habitants[Note 1], en augmentation de 14,41 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4108111 0071 2021 4481 4491 4901 4791 459
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4301 4081 3761 3591 3811 3711 3251 2891 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1881 1741 1401 0311 0459871 0621 0361 094
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0381 0761 1231 2121 3411 5701 6202 1152 363
2018 - - - - - - - -
2 493--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Camphin-en-Pévèle en 2007 en pourcentage[8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
3,1 
75 à 89 ans
6,0 
10,7 
60 à 74 ans
11,9 
23,8 
45 à 59 ans
24,1 
23,1 
30 à 44 ans
23,3 
16,6 
15 à 29 ans
16,2 
22,6 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[9].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les armoiries des seigneurs de Roques se retrouvent sur la porte du presbytère de Camphin-en-Pévèle avec la devise : « E rupe salus »[10].
  • Les comtes de Brigode, maires de la commune de Camphin-en-Pévèle de 1815 à 1905.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Camphin-en-Pévèle (Nord).svg

Les armes de Camphin-en-Pévèle se blasonnent ainsi :"D'azur à sept besans d'or, 3, 3 et 1".

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le domaine de Luchin, aujourd'hui propriété du LOSC, remonte au IXe siècle et fut un temps propriété des comtes de la Hamaide Belgique et de succession en succession, ou de cession, revient aux comtes de Brigode qui furent maire de la commune de Camphin-en-Pévèle de 1815 à 1905.

Mairie de Camphin-en-Pévèle
  • On retrouve dans le chœur de l'église quatre vitraux qui furent offerts par la famille de Brigode.
Paris-Roubaix secteur du Pavé de Luchin
  • Le secteur pavé du Carrefour de l'Arbre (ou Pavé de Luchin) se situe aussi à cheval sur le territoire de la commune et de la commune voisine de Gruson.
Paris-Roubaix secteur du Pavé de la Justice

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Plateaux et Fabien Éloire, Le Domaine de Luchin, à Camphin-en-Pévèle, de Charlemagne au LOSC, Société historique du Pévèle, Templeuve-en-Pévèle, 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Demougeot 1979, p. 489:

    « Selon Grégoire de Tours, Clodion, auquel il donne le titre de roi, résidait avant son incursion en Belgique II « dans la forteresse de Dispargum, dans le pays des Thuringiens », pays identifié au petit royaume des Warnes voisin de celui des Thuringiens du bas Rhin, car Dispargum si situerait aux confins de la Hollande et de la Belgique actuelles. »

  2. a et b Site officiel de la commune de Camphin-en-Pévèle
  3. Entrée « Paris-Roubaix » de l'Encyclopédie Larousse [en ligne], sur le site des éditions Larousse [consulté le 9 avril 2017]
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  8. « Évolution et structure de la population à Camphin-en-Pévèle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  10. .« Ascq sous la féodalité », « Le fief d'Ascq », Part. 1, Chap. 3, , pages 19 à 23, Essai de l'histoire d'Ascq et de ses environs, Pierre Delebart, Imprimerie R. Boulonnais, Ascq, 1952.
  11. « Le parcours 2013 », sur letour.fr,