Annœullin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Annœullin
Annœullin
L'hôtel de ville.
Blason de Annœullin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Philippe Parsy
2020-2026
Code postal 59112
Code commune 59011
Démographie
Gentilé Annœullinois
Population
municipale
10 471 hab. (2019 en augmentation de 2,2 % par rapport à 2013)
Densité 1 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 48″ nord, 2° 56′ 01″ est
Altitude Min. 19 m
Max. 31 m
Superficie 9,01 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Annœullin
(ville-centre)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Annœullin
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Annœullin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Annœullin
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Annœullin
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Annœullin

Annœullin est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Annœullin a fait partie de la communauté de communes de la Haute Deûle, en Flandre française, qui a choisi de rejoindre la Métropole européenne de Lille en 2020.

Géographie[modifier | modifier le code]

Annoeullin

Localisation[modifier | modifier le code]

Annœullin se situe dans le Carembault en Flandre romane à 15 km de Lille, 5,7 km de Carvin et 7,4 km de Seclin.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 697 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944[7] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[9] à 10,8 °C pour 1981-2010[10], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Annœullin est traversée par la ligne de Lens à Don - Sainghin. La commune disposait d'une halte sur cette ligne qui n'est plus en service. La ligne de Templeuve à Don-Sainghin, désaffectée, traversait également la commune qui disposait d'une gare sur cette ligne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Annœullin est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Annœullin, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[15] et 13 888 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,3 %), zones urbanisées (30,3 %), forêts (2 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %), prairies (1,2 %), eaux continentales[Note 7] (0,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noms anciens. Ennelin, titre de l'abbaye de St-Aubert, 1159, Hist. de Cambray, Preuves, 86. Anulin, titre de Gossuin, évêque de Tournai, pour l'abbaye de St-Martin, 1210, Mir. III, 378.

Dans les vieux documents mentionnant la commune d'Annœullin, on pouvait lire les noms de : Anolinum, Ennelin, Aneulyin, Anulin, Annelin. Mais le dictionnaire de 1733 donne l'orthographe actuelle d'Annœullin.

Ennelin en flamand[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'avouerie d'Annœullin était dévolue au châtelain de Lille.

Grand marais dépendant de S -Vaast, d'Arras, qui, à ce titre, percevait annuellement, de chaque ménage, une poule et un demi-gros.

Origines, légendes et premières traces d’habitat[modifier | modifier le code]

Des fouilles préventives ont permis de trouver des traces d'habitations datant du néolithique et du gallo-romain. Elles mettent fin à une croyance qui voulait que le territoire d'Annœullin soit occupé par un seul grand marais au bord duquel des habitations primaires étaient présentes. Le marais présentait deux avantages :

  • un avantage nourricier : présence de gibier, de cultures primaires ;
  • un avantage de protection : lieu difficile d'accès.

La découverte des traces d'habitations gallo-romaines peuvent aussi confirmer l'hypothèse de l'origine du nom d'Annœullin car Anolinus, officier romain, aurait pu siéger dans cette commune.

Mais Annœullin aurait pu avoir une autre origine comme la déformation du bas germain all man révélant la trace de peuplades saxonnes que Charlemagne aurait déportées dans la zone après leur capture (vers l’an 800).

Premières mentions d’Annœullin[modifier | modifier le code]

Il faut attendre le XIIe siècle pour trouver mentions écrites du terroir. La première d’entre elles remonte à 1165 où l’évêque de Tournai concède, à l’abbaye Saint-Martin de Tournai, l’église d’Annœullin avec ses dépendances au nombre desquelles l’église d’Allennes (Annœullin fit partie de l’évêché de Tournai sous l’Ancien Régime).

Puis, en 1169, un cartulaire du pape Alexandre III confirme la possession d’Annœullin dans les biens de l’abbaye Saint-Vaast d’Arras. On voit déjà apparaître le clivage entre ce qui sera la Flandre et l’Artois.

Ensuite, Annœullin apparaîtra régulièrement dans les comptes de l’évêché (1177, 1184, 1210, 1219, 1242, 1278). À noter que Mons-en-Pévèle et Don sont fréquemment associés à ces actes. La charte de Roger IV, châtelain de Lille en 1220, va entre autres répartir les droits et responsabilités civiles et pénales entre le châtelain de Lille et l’abbaye d’Arras pour Annœullin, Bauvin et Mons-en-Pévèle.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Albert Ball, as de l'aviation britannique de la Première Guerre mondiale, trouve la mort à Annœullin le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Annœulin dans son canton et son arrondissement.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[23]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1795 Eugène Ledoux    
1795 1801 Charles Defrance    
1801 1803 Augustin Lejeune    
1803 1809 Antoine Watterlot    
1809 1816 Pierre Cuvelier    
1816 1821 André Watterlot    
1821 1835 Pierre Cuvelier    
1835 1846 Florentin Laden    
1846 1848 Charles Delannoy    
1848 1855 Valérien Couvreur    
1855 1865 Charles Mauroy    
1865 1876 Charles Delannoy    
1876 1887 Auguste Parsy    
1887 1890 Achille Leleu    
1890 mai 1896 Antoine Mauroy Rad. Brasseur[24]
mai 1896 mai 1908 Oscar Coupey[25]
(1864-1929)
Catholique
libéral
Minotier
mai 1908 mai 1912 Auguste Courmont    
mai 1912 mai 1934 Auguste Parsy[26] SFIO Ouvrier mineur, adjoint au maire (1909 → 1912)
Député de la 6e circonscription de Lille (1928 → 1932)
Conseiller général de Seclin (1913 → 1919 et 1920 → 1931)
Conseiller d'arrondissement (1910 → 1913)
Décédé en fonction
1934 1944 Henri Dal[27]
(1900-1983)
SFIO Commerçant
Conseiller d'arrondissement (1937 → 1940)
1945 1947 Antoine Parsy SFIO  
1947 1949 Aline Lohez SFIO Ancienne institutrice et directrice d'école
1949 mai 1953 Marie-Louise Lheureux MRP  
mai 1953 mars 1959 Aline Lohez SFIO Ancienne institutrice et directrice d'école
mars 1959 mars 1971 Henri Bonte
(1890-1971)
SFIO Cheminot
Réélu en 1965
mars 1971 juin 1995 José Poggi[28]
(1930-2020)
PS Médecin généraliste
Réélu en 1977, 1983, 1985 et 1989
juin 1995 mars 2001 Anne-Marie Brice    
mars 2001 En cours Philippe Parsy
(1963- )
PS Fonctionnaire
Réélu en 2008 et 2014
Réélu pour le mandat 2020-2026[29]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, la commune a un centre pénitentiaire de 688 places.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Leinefelde-Worbis (Allemagne) depuis 2000.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[30],[Note 8].

En 2019, la commune comptait 10 471 habitants[Note 9], en augmentation de 2,2 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 4182 5142 6393 0203 0533 1783 2103 4163 405
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3683 8833 8053 9804 1484 1564 4934 7485 013
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 1215 2815 7315 3225 8796 1906 2836 4085 676
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 9766 3196 1277 2148 7879 7199 8029 59210 490
2019 - - - - - - - -
10 471--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,0 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 5 369 hommes pour 5 117 femmes, soit un taux de 51,2 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,1 
4,5 
75-89 ans
7,4 
14,1 
60-74 ans
16,8 
19,4 
45-59 ans
20,6 
23,0 
30-44 ans
19,8 
20,8 
15-29 ans
16,7 
17,9 
0-14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Annœullin fait partie de l'académie de Lille et comporte plusieurs écoles publiques. Il y a trois écoles maternelles : l'École Frédéric Chopin, l'École Jacques Prévert et l'École Arthur Rimbaud, ainsi que deux écoles primaires: l'École Jean Carpentier et l'École Arthur Rimbaud. Il y a en plus un Groupe scolaire trois écoles de niveaux différents: l'École Auguste Parsy (Cycle 1), l'École Anne Frank (Cycle 2) et l'École Ch. Baudelaire (Cycle 3). Il y a un collège public, le collège Albert Ball.

Il y a aussi une école privée Sainte-Anne qui enseigne aux niveaux maternelles et primaires et un service de santé scolaire : Protection maternelle et infantile (P.M.I).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie d'une très bonne présence médicale, pharmaceutique, de services et de soins infirmiers avec :

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Il y a deux églises catholiques à Annœullin, le Sacré-Cœur et Saint Martin.

(voir chapitre Culture Patrimoine ci-dessous)

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes en 2006 (avant la réhabilitation de 2007).
Église Saint-Martin.

Il y a deux églises à Annœullin, le Sacré-Cœur et Saint Martin. L'église du Sacré-Cœur est située dans le quartier du Marais et a été construire au début du XXe siècle. Quant à l'église Saint-Martin, elle a été construite dans le centre-ville, au croisement des routes de Carnin et de Provin, en 1898 par Bondin, architecte à Lille. Elle a remplacé une précédente église qui portait la date de 1574 et qui se situait dans l'axe de la porte du clocher et qui était devenue vétuste à la fin du XIXe siècle. Toutefois, le clocher date du XVIe siècle. L'église de Bondin a brûlé en 1997 mais a été reconstruite en 2002, dans des proportions plus modestes et dans un style très moderne. Le clocher et la façade ont néanmoins subsisté.

On pouvait aussi découvrir la brasserie d'Annœullin où l'on pouvait goûter la bière Angelus. Elle a quitté ses locaux en 2012 pour la Chapelle-d'Armentières[35].

Annœullin abrite également un cimetière militaire allemand. Il rappelle l'occupation du secteur par l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. C'est dans ce cimetière qu'a été inhumé l'as de l'aviation britannique Albert Ball.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

En 673, le roi de France Thierry III, faisant repentir du meurtre de saint Léger, accorde une charte en faveur de l’abbaye Saint-Vaast d’Arras et octroie le terroir d'Annœullin. La dépendance à l’abbaye bénédictine durera jusqu’à la Révolution française. Il n’en reste plus aujourd’hui comme signe que le blason de la commune dont les armes étaient celles de l’évêque Saint-Vaast.


Armes d'Annœullin (Nord)

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

D'or à la croix ancrée et alaisée de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station météofrance Lille-Lesquin - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Annœullin et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 d'Annœullin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois.
  23. Les maires d'Annœullin
  24. [1]
  25. Oscar COUPEY, sur arpha59112.fr, Association pour la Recherche et la mise en valeur du Patrimoine et de l’Histoire d’Annœullin.
  26. Notice PARSY Auguste par Yves Le Maner et Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010
  27. Notice DAL Henri, Joseph par Yves Le Maner, Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008
  28. Anne-Gaëlle Dubois, « Maire bâtisseur d’Annœullin pendant 24 ans, le docteur José Poggi est décédé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
    « José Poggi, ancien maire d’Annœullin et ancien médecin, est décédé fin décembre. Ses funérailles ont eu lieu le 31 décembre, dans la plus stricte intimité familiale, selon les volontés du défunt. De 1971 à 1995, il a impulsé une dynamique qui a profondément transformé l’urbanisme de la commune. »
  29. https://reader.cafeyn.co/fr/1926580/21599491
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Annœullin (59011) », (consulté le ).
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  35. Stéphane Hubin, « Installée depuis 1905, la brasserie d'Annœullin devra poursuivre son développement à La Chapelle », sur La Voix du Nord, (consulté le ).