Sainghin-en-Mélantois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainghin-en-Mélantois
Sainghin-en-Mélantois
L'église Saint-Nicolas.
Blason de Sainghin-en-Mélantois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Jacques Ducrocq
2020-2026
Code postal 59262
Code commune 59523
Démographie
Gentilé Sainghinois
Population
municipale
2 792 hab. (2018 en augmentation de 10,31 % par rapport à 2013)
Densité 266 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 16″ nord, 3° 10′ 06″ est
Altitude Min. 25 m
Max. 52 m
Superficie 10,48 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Cysoing
(ville-centre)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Templeuve-en-Pévèle
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Sainghin-en-Mélantois
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Sainghin-en-Mélantois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainghin-en-Mélantois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainghin-en-Mélantois
Liens
Site web sainghin-en-melantois.fr

Sainghin-en-Mélantois est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille. C'est l'une des deux villes-centres d'une petite agglomération de cinq communes, l'unité urbaine de Cysoing, qui appartient à l'aire urbaine de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainghin-en-Mélantois est un bourg campagnard qui se situe dans la plaine du Mélantois en Flandre romane à 8,6 km au sud-est de Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sainghin-en-Mélantois dans son canton et son arrondissement

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainghin-en-Mélantois est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Cysoing, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[4] et 10 993 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Singem en flamand[9].
  • Syngin (972), Senghin (1131), Senghinio (1253), Sainghin en Melantois (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du nom de Sainghin est relevé dans un document daté du . Le premier seigneur de Sainghin connu est Rogier de Sengin et sa demeure féodale se trouvait au centre du bois.

L'abbaye de Saint-Quentin-en-l'Isle possédait à Sainghin-en-Mélantois un domaine assez considérable affranchi de toute juridiction exercée par le comte et ses officiers. Le , Lothaire, sur la demande de l'abbé Arnoul, confirmait cette immunité judiciaire du domaine de Sainghin[10] ,[11]. Toute possession ecclésiastique était au Moyen Âge, administrée par un maire, major, villicus, chargé de faire acquitter les redevances et les services dus par les hôtes et colons, de donner par les échevins l'investiture des héritages, de saisir les malfaiteurs et de faire les autres exploits de justice. Ainsi en était-il à Sainghin où un maire exerçait toute l'autorité féodale de l'abbaye de Saint-Quentin-en-l'Isle[12].

Entre 1896 et 1932, la ligne de chemin de fer de Saint-Amand à Hellemmes de 32 km dessert la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Sainghin-en-Mélantois (Nord).svg

Les armes de Sainghin-en-Mélantois se blasonnent ainsi : « D'or au franc-canton de gueules. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie le bâtiment de 1875
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1884 Jules Antoine Pollet    
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Jean-Baptiste Brasseur   Menuisier-charpentier
novembre 2009
(démission)
Jacques Edmé[13] DVD Ancien ingénieur textile
En cours
(au 28 mai 2020)
Jacques Ducrocq[14] DVD Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 2 792 habitants[Note 3], en augmentation de 10,31 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1801 0281 1421 4131 5281 6751 7021 7061 751
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7651 8281 8201 7851 8441 7921 8121 8641 757
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7141 6211 5901 5611 6171 5561 5401 5431 635
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 6961 7241 9012 3962 5622 5442 3342 3052 524
2017 2018 - - - - - - -
2 7602 792-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Sainghin-en-Mélantois en 2007 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,6 
5,2 
75 à 89 ans
9,0 
14,0 
60 à 74 ans
16,1 
27,7 
45 à 59 ans
27,5 
16,7 
30 à 44 ans
15,8 
18,6 
15 à 29 ans
16,3 
17,5 
0 à 14 ans
14,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[20].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Bâtiment de Verisure en 2020.

Une partie du Centre de transport régional de Lesquin se situe sur la commune, ainsi que le parc d'activité de la Haute-Borne.L'entreprise Verisure y a ouvert un bâtiment en 2014, employant environ 300 personnes[réf. nécessaire].

Un camp de camping, le Grand Sart, est en activité sur la commune

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tumulus dit Mont des Tombes
  • L'église Saint-Nicolas, dont la tour et la nef datent du XVIe siècle.
  • Le musée lapidaire Gabriel Mouvaux, aménagé dans une des sacristies, qui présente des silex taillés et des vestiges gallo-romains trouvés sur le site de l’église après son incendie le .
  • Le tumulus dit mont des Tombes, site archéologique gallo-romain inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1970[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Sainghin-en-Mélantois est présente avec Villeneuve-d'Ascq dans le jeu de rôle en ligne massivement multijoueur post-apocalyptique Leelh.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le , Christopher Froome abandonne le Tour de France 2014 à Sainghin-en-Mélantois après avoir chuté pour la seconde fois de la journée. Il était jusqu'alors l'un des grands favoris de cette édition.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bulletins de la Société historique de Sainghin-en-Mélantois : Sainghin se penche sur son histoire ISNN 1150-7780[22]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Cysoing », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  10. Martène et Durand, Amplissima collectio, t. I, col. 326.
  11. Dom Bouquet, Recueil des historiens de la France, t. X, p. 640.
  12. Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 1900 sur Gallica.
  13. « Maire de Sainghin-en-Mélantois depuis 1989, Jacques Edmé vient d'envoyer sa démission au préfet », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord, .
  14. « Jacques Ducrocq élu maire d'une courte tête pour remplacer Jacques Edmé », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord, .
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Évolution et structure de la population à Sainghin-en-Mélantois en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010).
  20. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010).
  21. Notice no PA00107795, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Sainghin se penche sur son histoire, Société historique de Sainghin-en-Mélantois, (lire en ligne).