Leers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leers (homonymie).

Leers
Leers
La rue principale ( Rue des Patriotes) et le clocher de l'église.
Blason de Leers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Roubaix-2
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Jean-Philippe Andriès
2016-2020
Code postal 59115
Code commune 59339
Démographie
Gentilé Leersois(se)
Population
municipale
9 620 hab. (2015 en augmentation de 3,6 % par rapport à 2010)
Densité 1 781 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 57″ nord, 3° 14′ 41″ est
Altitude Min. 16 m
Max. 37 m
Superficie 5,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Leers

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Leers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Leers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Leers
Liens
Site web https://www.ville-leers.fr/

Leers est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Leers dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Située à la frontière belge, la commune de Leers est limitrophe des communes françaises de Wattrelos, Roubaix, Lys-lez-Lannoy et Toufflers et en Belgique de la ville d'Estaimpuis (dont les sections ou anciennes communes de Néchin et Leers-Nord).

Communes limitrophes de Leers
Wattrelos
Roubaix Leers Estaimpuis Leers-Nord (Belgique)
Lys-lez-Lannoy Toufflers Estaimpuis Néchin (Belgique)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Leers

Les armes de Leers se blasonnent ainsi :

« De sable à quatre clefs d'argent mises en pal, 2 et 2, les pannetons en haut et à dextre. »

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Leers a été bâtie sur un marais asséché. Elle avait un protecteur dont le blason affichait quatre clés. Le blason des quatre clés est devenu aujourd'hui le symbole de la ville, avec son moulin.

Le nom de Leers est mentionné dès 1106 alors que l'entité dépend de l'abbaye de Hasnon.

La grande particularité de la ville réside dans sa division en 1779.

Dans le cadre du traité des limites de Louis XV et Marie-Thérèse d'Autriche une frontière qui découpe la commune est imposée. Ce partage est entériné en 1820 par le traité de Courtrai. Ainsi, 2/5 du territoire initial (940 ha) se situe aujourd'hui en Belgique sous le nom de Leers-Nord.

L'histoire de la ville est aussi marquée par son activité industrielle. Dès le XVIIIe siècle, les habitants vivent de l'agriculture et travaillent le lin à l'"otil", à domicile.

En 1870, Édouard Motte, déjà propriétaire d'une usine textile à Roubaix, ouvre un tissage à Leers qui cessera son activité en 1982. La tour Motte-Bossut (1895) domine encore la commune et témoigne de ce passé industriel qui a grandement modifié les aspects démographiques et sociaux de Leers.

La ville de Leers a été la scène d'un drame le samedi 19 février 2011. En effet, deux adolescents de 16 et 17 ans avaient tenté de fabriquer une bombe artisanale qui a explosé entre leurs mains. Tous deux ont dû être amputés des bras et ont été victimes de graves mutilations aux jambes et au visage[1].

Leers a été victime d'une tornade (EF1), endommageant 150 pavillons et faisant 3 blessés légers le 3 janvier 2014 vers 16 h, détruisant également la cheminée de la briqueterie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Leers fait partie de l'arrondissement de Lille et de la Septième circonscription du Nord.

La commune était historiquement membre du canton de Lannoy. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Roubaix-2.

La commune relève du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, et du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing et de la cour d'appel de Douai. Elle dépend également du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 1964 de la Communauté urbaine de Lille (CUDL) renommée en 1996 communauté urbaine Lille Métropole (LMCU).

Cette structure intercommunale est transformée le en Métropole européenne de Lille.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats du 1er tour des élections municipales du 23 mars 2014[réf. nécessaire]
Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 8 371
Abstentions 3 445 41,15 %
Votants 4 926 58,85 %
Exprimés 4 757 56,83 % 96,57 %
Blancs ou nuls 169 2,02 % 3,43 %
Etiquette Voix % Exprimés Sièges
Nys, Lucien[2] Divers droite 870 18,28 % 3
Vanbelle, Jean-Claude Divers droite 2 382 50,07 % 23
Johnston, Mathieu Socialiste 479 10,06 % 1
Nowak, André Modem 520 10,93 % 1
Boone, Catherine Divers gauche 506 10,63 % 1

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1790 1793 Jacques Braquaval   Fermier de la cense du château de Bretagne
1793 1795 André Plouvier    
1795 1808 Pierre Joseph Spriet    
février 1808 1815 Louis-Joseph Salembier   Fermier de la cense de Quevaucamps
1815 1821 Jean-Baptiste Delannoy    
1821 1832 Louis-Joseph Salembier   Fermier de la cense de Quevaucamps
1832 1840 Jacques-Joseph Delannoy   Fermier de la cense du Coulombier
1840 1848 Napoléon Favier-Duthoit   Fermier de la cense de La Haverie
1848 1890 Henri Salembier   Fermier de la cense de Quevaucamps
1891 1916 Louis Courier   Fermier de la cense du Pret ou Maison Blanche
1916 1919 Désiré Plouvier    
décembre 1919 1927 Joseph Leroy    
1927 1945 Émile Duez    
mai 1945 mars 1977 André Kerhove   Agent en douane
mars 1977 juin 1995 Lucien Demonchaux[4] DVD Directeur CPAM Roubaix
juin 1995 mars 2001 Gérard Willocq DVD  
mars 2001 mai 2016[5],[6] Jean-Claude Vanbelle[7],[8] DVD Décédé en cours de mandat, Guy Deschamps assure l'intérim
18 juin 2016[9] en cours
(au 18 juin 2016)
Jean-Philippe Andriès    

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2015, la commune comptait 9 620 habitants[Note 1], en augmentation de 3,6 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0607301 3821 3571 8211 9912 2252 4402 540
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7853 2103 1923 2863 4093 4593 6133 6803 738
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 0964 2164 6064 3574 6194 6774 9074 4534 762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 3605 8487 7888 5589 6279 6519 2909 2409 189
2013 2015 - - - - - - -
9 4569 620-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Leers en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
5,0 
75 à 89 ans
8,8 
14,7 
60 à 74 ans
16,1 
22,5 
45 à 59 ans
22,4 
19,4 
30 à 44 ans
19,6 
18,1 
15 à 29 ans
15,6 
20,1 
0 à 14 ans
17,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Moulin de Leers.
  • Le moulin de Leers, qui fut rebâti sur décision préfectorale en 1851. C'est un moulin à vent à tour tronconique maçonné et à calotte charpentée. Le « vieux moulin » ou « Moulin blanc » est situé dans le quartier du « Vert-Bois ». Avec le moulin de Terdeghem il est le dernier représentant de la tradition meunière possédant un mécanisme complet. En 1914 son activité fut arrêtée par les troupes d'occupation allemandes qui soupçonnaient le meunier d'envoyer des signaux codés aux Alliés par le rythme des ailes du moulin. En 1973, 76 % des Leersois approuvent par voie référendaire la restauration de celui-ci. Il est inauguré en 1976. En 1991, le moulin est rénové entièrement à la suite d'un accident survenu lors des fêtes annuelles organisées en son honneur en juin 1986. Depuis 1992 l'édifice est ouvert au public.
  • L'église Saint-Vaast, qui a subi de nombreuses modifications à la suite des guerres, brigandages, pillages (1566, 1658 et 1693) ou cataclysmes naturels (la foudre en 1748). En 1779, lors du partage de Leers en deux territoires, Leers Nord (Pays-Bas autrichiens) et Leers (France), la paroisse est elle aussi divisée. L'église, datant des XIIIe, XVe et XVIIe siècles, est constituée en pierres de Tournai et en briques. L'ogive centrale rappelle l'essor de l'art gothique du XIIe siècle que l'on retrouve dans les églises flamboyantes artésiennes telles l'église Saint-Vaast de Béthune ou l'église d'Ablain-Saint-Nazaire. Elle est bâtie d'après le « nombre d'or » et la symbolique des nombres. Les nefs latérales ont nettement élargi l'édifice. L'année 1663 est inscrite sur la nef ouest. Quant à la nef est, elle remonte à 1688. Le pignon est semble être la partie la plus ancienne encore visible. Il est bâti en gros moellons de pierres de Tournai. Le clocher est contemporain du règne de Charles Quint. Afin de pallier sa fragilité, des armatures ferronées ceinturent l'édifice. Les villages voisins l'ont alors appelé « le clocher relié ». Le portail en forme d'anse de panier est caractéristique de la Renaissance. Georges Fauvel, curé entre 1695 et 1709, est inhumé sous la pierre du grand portail. Le vaisseau, conçu initialement en bois peint, a été restauré en 1969. Il est plus élevé que les nefs latérales. Des tirants, qui étayent les murs latéraux ont remplacé la structure boisée du passé très endommagée par les incendies. La tour (38 mètres) est représentative des clochers peuplant la châtellenie de Lille entre la fin du XVe et le début du XVIIe siècle. Ses fondations remontent probablement au XIIIe siècle. Elle est flanquée sur son aile gauche d'une petite tourelle. La petite porte sur la gauche à l'entrée de l'église, qui autrefois menait au clocher via la tourelle, daterait selon toute vraisemblance de 1630.
  • Le Bourloire du cercle Saint-Louis, 29 rue Jean Jaurès, inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 2006[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anthony Knoeckaert.
  • Alfred Joseph Vanoote, né le 30 août 1887, mort pour la France à Leers (1914-1918), fils de Louis Joseph Vannoote et de Marie-Joseph Desmulier.

Sports[modifier | modifier le code]


Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/02/21/article_leers-deux-adolescents-ont-les-mains-arr.shtml
  2. Florent Moreau, « Leers: Lucien Nys reçoit le soutien de Gérard Willocq et Christine Chirez », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  3. « Les maires de Leers », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 18 juin 2016).
  4. Florent Moreau, « Décès de Lucien Demonchaux, maire de Leers de 1977 à 1995 », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  5. Florent Moreau, « Contraint par la maladie, le maire de Leers annonce sa démission », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  6. Flo. M., « Démission du maire de Leers : qui pour assurer la succession ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  7. Florent Moreau, « Le maire de Leers, Jean-Claude Vanbelle, face à ses promesses », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. Florent Moreau, « Décès du maire de Leers : la majorité rend hommage à « l’un des meilleurs serviteurs de la ville » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  9. Youenn Martin, « Jean-Philippe Andriès est le nouveau maire de Leers : Le nouveau maire de Leers a été élu ce matin, deux semaines après le décès de Jean-Claude Vanbelle. Il s’agit de Jean-Philippe Andriès, 56 ans, qui était jusqu’alors conseiller délégué aux sports et à la communication », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Leers, consultée le 30 octobre 2017
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. « Évolution et structure de la population à Leers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  17. « Bourloire du cercle Saint-Louis », notice no PA59000118, base Mérimée, ministère français de la Culture