Église Sainte-Catherine de Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Sainte Catherine
Image illustrative de l'article Église Sainte-Catherine de Lille
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Diocèse de Lille
Début de la construction 1485
Fin des travaux 1727
Style dominant Hallekerque
Protection Logo monument historique Classé MH (1991)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Ville Lille
Coordonnées 50° 38′ 21.5″ N 3° 03′ 24.4″ E / 50.639306, 3.05677850° 38′ 21.5″ Nord 3° 03′ 24.4″ Est / 50.639306, 3.056778

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte Catherine

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Église Sainte Catherine

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Église Sainte Catherine

L'église Sainte-Catherine est située dans le quartier du Vieux-Lille à Lille. C'est une église-halle à trois nefs de même hauteur dédiée à Sainte Catherine d'Alexandrie. Elle a été classée Monument historique en août 1991[1].

Ce site est desservi par la station de métro Rihour.

Historique[modifier | modifier le code]

De style gothique flamboyant, l'église actuelle a été élevée à partir de la fin du XVe siècle sur l'emplacement d'un lieu de culte antérieur, l'existence de la paroisse étant attestée depuis 1273. La plus ancienne cloche porte la date de 1403.

La nef est érigée entre 1485 et 1487, la tour entre 1500 et 1504 et le chœur entre 1539 et 1542. Les chapelles latérales qui l'encadrent ont été agrandies au début du XVIIIe siècle, en 1725, côté nord, et entre 1726 et 1727, côté sud.

L'église a été à de nombreuses reprises réaménagée. Transformée en grange pendant la révolution, elle perd alors une grande part de ses boiseries et de son mobilier : les confiscations révolutionnaires sont rassemblées à l'ancien couvent des récollets, rue des arts à Lille[2]. Rendue au culte en 1797, elle sera remeublée tout au long du XIXe siècle, parée de fausses voûtes d'ogives en plâtre entre 1857 et 1862 puis restaurée dans les années 1960.

Sa tour a accueilli le télégraphe optique de Claude Chappe de 1795 à 1846, et elle a servi de vigie au guetteur au feu jusqu'en 1891.

Description[modifier | modifier le code]

Vue arrière de l'église Sainte-Catherine

Sainte-Catherine est une église-halle à 3 vaisseaux de 4 travées dont la nef centrale est précédée d'une tour carrée. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau et tous les vaisseaux sont de même hauteur et de même largeur.

Les vitraux de la nef ont été réalisés par le peintre verrier lillois Henri Evaldre (1829-1900) et celui de la baie axiale du chevet, représentant le Triomphe de sainte Catherine, a été exécuté par le peintre verrier parisien Félix Gaudin (1851-1930).

Aux plafonds, les fausses voûtes d'ogives en plâtre posées entre 1857 et 1862 ont été enlevées dans les années 1960 pour restituer les berceaux lambrissés d'origine.

Mobilier[modifier | modifier le code]

La nef

L'intérieur contient un important mobilier de bois sculptés réalisés par les ateliers Buisine-Rigot au cours de la seconde moitié du XIXe siècle (autels, stalles, lambris, confessionnaux).

Il présente également un ensemble de tableaux parmi lesquels quatre tableaux figurant les Docteurs de l'Église, généralement attribués à Gerard Seghers (1591-1651), peintre de l'école flamande, et des représentations de Saint Mathieu, Saint Jean l'Évangéliste, Saint Marc et Saint Luc par Victor Mottez (1809-1897), placées dans le chœur et les chapelles latérales, ainsi que le Christ au Jardin des Oliviers, le Reniement de saint Pierre et le Christ au tombeau du même auteur. Sur l'autel, on peut admirer un magnifique tableau appelé La Cène attribué au peintre flamand Pierre-Joseph Witdoeck.

Une sculpture en bois d'origine allemande représentant Sainte Catherine se trouve depuis peu sur l'un des piliers de la nef ainsi qu'un tableau représentant le martyre de la même sainte par Jean-Antoine-Raymond Balze.

L'église renferme aussi le plus ancien buffet d'orgue de Lille, daté de 1644. La partie instrumentale est plus récente (Schyven, 1884).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Yvette Henel, Les rencluses du cimetière de Sainte-Catherine à Lille, Lille, Association des amis de l'église Sainte-Catherine, 1998. - 136 p.
  • Yvette Henel, "Sainte-Catherine Contribution à l'histoire de la plus ancienne église de Lille" Les amis de l'église Sainte-Catherine. 2005. - 68 p
  • Bulletins des amis de l'église Sainte-Catherine publiés entre 1990 et 2008
  • L'église Sainte-Catherine de Lille, ouvrage collectif,1991
  • Catherine Guillot, Une peinture de Raymond Balze à l'église paroissiale Sainte-Catherine de Lille. Lille simplement n°4, décembre 2013, 13-25.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00107578 », base Mérimée, ministère français de la Culture et « Notice no IA59001050 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Armand Gaston Camus, Voyage fait dans les départements nouvellement réunis et dans les départements du Bas-Rhin, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme, à la fin de l'an X, Paris, Baudoin,‎ (notice BnF no FRBNF36280083)

Liens externes[modifier | modifier le code]