Beaucamps-Ligny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beaucamps-Ligny
Beaucamps-Ligny
Panorama à proximité de Beaucamps-Ligny.
Blason de Beaucamps-Ligny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Catherine Lefebvre
2020-2026
Code postal 59134
Code commune 59056
Démographie
Gentilé Beaucampois
Population
municipale
856 hab. (2017 en diminution de 2,39 % par rapport à 2012)
Densité 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 19″ nord, 2° 55′ 03″ est
Altitude Min. 24 m
Max. 41 m
Superficie 5,04 km2
Élections
Départementales Canton de Lille-6
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Beaucamps-Ligny
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Beaucamps-Ligny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaucamps-Ligny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaucamps-Ligny
Liens
Site web http://www.beaucamps-ligny.fr/

Beaucamps-Ligny est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Beaucamps-Ligny se situe dans le pays des Weppes en Flandre romane à 10 km au sud-ouest de Lille (13,5 km par la route).

Communes limitrophes de Beaucamps-Ligny
Le Maisnil Radinghem-en-Weppes Escobecques
Fournes-en-Weppes Beaucamps-Ligny Erquinghem-le-Sec
Hallennes-lez-Haubourdin
Fournes-en-Weppes Wavrin Santes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Beaucamps-Ligny

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une légende veut qu'en 1164, Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, se soit arrêté à Beaucamps dans sa fuite du roi d'Angleterre. La légende est tenace puis qu'une relique de la tasse dans laquelle il aurait bu est conservée. Les historiens démentent pourtant formellement son passage dans la commune alors qu'il partait se réfugier à Pontigny.

Beaucamps et Ligny figurent dans les cartes du XIe siècle.

À la Révolution la famille de Flandres est seigneur de Radinghem et de Beaucamps.

En 1832, la comtesse Henry de la Grandville (belle-fille par alliance de la famille de Flandres) née Marie-Caroline de Beauffort (1793-1865) fit venir les Sœurs de l'Enfant-Jésus pour soigner une épidémie de choléra ; en 1842 elle fait venir les frères Maristes pour fonder une école. Les deux écoles fusionnèrent en 1976 pour donner naissance à l'Institution Sainte-Marie qui accueille en 2007 plus de 2 750 élèves.

À la Révolution la famille Lefebvre de Lattre est seigneur de Ligny et de La Fresnoye.

Le château de Ligny a été la possession des familles de Ligny, de Brimeu,, Guillebaut, d'Oignies, Le Sauvage, de Mol, d'Hangouart puis passa par les épouses à  la famille Lefebvre de Lattre . Il furent les derniers seigneurs de la vicomté de Ligny de la fin du XVIIème siècle à 1808. Marie-Alexandre-Joseph Lefebvre de Lattre, possède à cette date 95% du village de Ligny. Il prend part à l’assemblée de la noblesse des Baillages de Lille et d’Arras, tenues  mars 1789, pour l’élection des députés aux Etats-Généraux. Premier Maire de Ligny en 1791, il émigre à Saint-Denis (Pays-Bas autrichiens). Rentré d’émigration, il est à nouveau maire de Ligny de 1800 à 1809. Resté royaliste sous l’Empire, il héberge, en juillet 1804, dans sa résidence de Reims, le célèbre Chevalier de Rougeville, qui avait lors du "complot des œillets" tenté de sauver la Reine Marie-Antoinette de la prison du Temple et est plus connu dans l’Histoire sous le nom du Chevalier de Maison-Rouge. En 1809, le château subit un grave incendie détruisant la façade avant. Ruiné, Marie-Alexandre-Joseph, vend le château et donne sa démission. Lui succédera comme maire et châtelain Marie Louis Ignace Cardon de Garsignies. Cette dernière famille restaure le château et le conserve jusqu'en 1892. Il passe alors à Hubert d'Espagne, marquis de Venevelles qui sera lui aussi Maire et châtelain. Ce dernier le conservera jusqu'à la fin de la première guerre mondiale.

Durant la première guerre mondiale, le château de Ligny est occupé par les troupes allemandes et tout particulièrement par l'armée bavaroise. Dès le 27 octobre 1914 il sert de Quartier Général au Commandement général de la XIIIème armée dirigée par le général von Oppeln et composée, entre autres, des fameux Uhlans bavarois et Wurtembougeois. Il verra passer dans ses murs le Prince héritier de Rupprecht de Bavière à la fin de 1915. Eloigné du front, il sert par la suite et jusqu'au second semestre de 1918 de cantonnement aux différents régiments de réserve de la 6. armée bavaroise. Devant l'avance alliée d'août 1918, la retraite allemande se fait rapidement. Le château est riche des documents qui ne peuvent tomber aux mains de l'ennemi. Ne pouvant les transporter le commandement allemand ordonne la destruction du château. Le marquis de Venevelles, ayant reçu des dommages de guerre prévoit en 1920 une reconstruction du château ainsi que de la ferme et de l'église adjacentes. Seule la ferme "Perche" sera reconstruite. A la fin du conflit il ne reste plus que 34 habitants à Ligny. Son dernier maire, René Delessalle, maire de Ligny-en-Weppes, proposa au village de Beaucamps de fusionner les deux communes [1] et demandera au préfet du Nord son rattachement à la commune voisine de Beaucamps En 1927, Beaucamps-Ligny était né.


Les maires de Ligny


Marie Alexandre Joseph LEFEBVRE de LATTRE, maire de 1792 à 1809

Marie Louis Ignace CARDON de GARSIGNIES, maire de 1809 à 1814

Charlemagne PREMESQUES, maire de 1814 à 1833

Pierre André Joseph RIDON, maire de 1833 à 1848

Eugène Louis Joseph WAYMEL, maire de 1848 à 1860

Louis, Ignace Joseph Anatole CARDON de GARSIGNIES, maire de 1860 à 1886

Alfred Joseph WAYMEL, maire de 1886 à 1892

Herbert de VENEVELLES, maire de 1892 à 1914

René DELESALLE, maire de 1925 à 1927

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Beaucamps-Ligny dans son canton et son arrondissement.

Beaucamps-Ligny fait partie de Lille Métropole Communauté urbaine.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1925 1939 Charles Lictevout    
1939 1940 Jules Desbonnets    
1940 1947 Narcisse Beharel    
1947 1965 Alexandre Desbonnets    
1965 1989 André Courtois    
1989 1995 Jean-Marc Betchem    
1995 2014 Frédéric Motte    
2014 En cours Catherine Lefebvre    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2017, la commune comptait 856 habitants[Note 1], en diminution de 2,39 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
770671715711754766778750762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8839641 0151 0101 1211 1411 2251 1651 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 052680658430526946992864990
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
666697676699857914912904877
2017 - - - - - - - -
856--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Beaucamps-Ligny en 2007 en pourcentage[6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,2 
8,0 
75 à 89 ans
5,7 
9,5 
60 à 74 ans
10,2 
22,5 
45 à 59 ans
22,7 
19,2 
30 à 44 ans
22,4 
16,4 
15 à 29 ans
17,2 
24,4 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[7].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L' institution Sainte Marie de Beaucamps-Ligny (Le bâtiment des 6ème)

Beaucamps-Ligny fait partie de l'académie de Lille. A Beaucamp-Ligny, il y a une institution scolaire se nommant "Institution Sainte Marie" fondée en 1842 par une communauté de Frères Maristes, elle comprend une maternelle, une primaire, un collège, un lycée général et des classes préparatoires PCSI[8]. Cette institution regroupe environ 3000 élèves venant du Nord et du Pas de Calais.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

  • L'ELAN[9] le webzine de Beaucamps-Ligny pour suivre l'actualité du village :

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre. Elle contient notamment une statue en bois de chêne du XVIe siècle représentant saint Michel terrassant le dragon (classée MH en 1935).
  • L'Institution Sainte-Marie. Cet établissement scolaire allant de la maternelle aux classes préparatoires rassemble un très grand nombre d’élèves du village et des alentours[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beaucamps

Les armes de Beaucamps se blasonnent ainsi : « De sinople à la fasce d'hermines. »
En 1927 Beaucamps fusionne avec Ligny et devient Beaucamps-Ligny

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]