Templemars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Templemars
Templemars
La rue Jules Guesde.
Blason de Templemars
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Faches-Thumesnil
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Frédéric Baillot
2014-2020
Code postal 59175
Code commune 59585
Démographie
Gentilé Templemarois
Population
municipale
3 318 hab. (2015 en augmentation de 5,07 % par rapport à 2010)
Densité 720 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 29″ nord, 3° 03′ 18″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 47 m
Superficie 4,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Templemars

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Templemars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Templemars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Templemars
Liens
Site web ville-de-templemars.fr

Templemars est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Canton et arr.

La commune se situe dans le pays du Mélantois en Flandre romane à 6 km au sud de Lille.

Templemars est un village dont l'urbanisation s'étend en continu avec la commune voisine de Wattignies, il marque ainsi la limite urbanisé de Lille métropole, car il est par ailleurs entouré de terres agricoles, exploitées par des agriculteurs.

Une Zone Industrielle (ZI) est implantée en bordure de l'autoroute A1, qui traverse la commune.

La ligne ferroviaire Paris - Lille traverse la commune, la gare de Wattignies - Templemars, aujourd'hui halte[1] de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), est desservie par des trains TER Nord-Pas-de-Calais, qui notamment circulent entre la gare de Lille-Flandres, et les gares de Arras ou Lens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

La commune de Templemars est entourée de cinq autres communes :

Communes limitrophes de Templemars
Faches-Thumesnil
Wattignies Templemars Vendeville
Seclin Avelin

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Templemars (Nord)

Les armes de Templemars se blasonnent ainsi :

D'azur semé de billettes d'argent, au lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Templomartis en 1182.[réf. nécessaire]

Du latin templum (« temple »), « le temple de Mars ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologiquement, Templemars vient de Templum Martis (Temple de Mars) à l'époque romaine, ce qui en ferait l'un des villages les plus anciens de la région. De fait, Templemars figure sur les plus anciennes cartes attestant d'une présence depuis des temps reculés. Le 30 janvier 2010, une conférence historique faite à Wattignies (association Wattignies Pas À Pas) rappelle que le Mélantois (dont fait partie Templemars) est constitué par une colline de 55 m d'altitude, soit 36 m au-dessus du niveau de la Deûle. Les découvertes archéologiques faites au cours des 10 dernières années confortent les découvertes épisodiques antérieures, indiquant une occupation celtique puis gallo-romaine liée à cette structure géophysique. Le Mélantois constituait une citadelle naturelle entourée et protégée par les 2 rivières (la Deûle à l'ouest et la Marque à l'est) complétées par les marais et les bras de rivières. Les découvertes attesteraient de l'existence d'une très grande ville celte inconnue et détruite par Jules César vers 52 avant notre ère, et par là justifieraient la construction d'un temple dédié au dieu de la guerre des Romains, Mars, pour célébrer cette victoire. D'où l'appellation Templemars.

En 1090, le village devint terre d’empire avec franchise et droit d’asile. À partir du XIIIe siècle et jusqu'à la Révolution, la terre de Templemars a appartenu aux seigneurs barons de Cysoing. Au XVIIe siècle, une partie de ses terres appartenait à la seigneurie des Kessel, propriétaires du nouveau château construit en 1640 à Wattignies.

Templemars se trouvait le long de l'ancienne route de Paris à Lille et, au XVIIe siècle, sa grande auberge recevait les diligences la nuit précédant leur arrivée à Lille (située à 1 lieue, soit 7 km) compte tenu de la fermeture des portes de Lille à la tombée de la nuit. Les bâtiments existent toujours, derrière la rue principale, près de l'ancienne brasserie "Rossignol" . En mai 1673, cette auberge accueillit le capitaine d'Artagnan et ses compagnons, mousquetaires du Roi Louis XIV, en route pour Maastricht. C'est là que d'Artagnan passa sa dernière nuit en France car il devait mourir lors du siège qui dura du 13 au 23 juin, donnant la victoire aux français, et où il fut tué d'une balle de mousquet reçue à la gorge.

En 1708, lors du siège de Lille, Templemars se trouvait sur le flanc gauche des troupes britanniques dirigées par le 1er duc de Malborough qui faisaient face aux troupes françaises venues du sud pour tenter la levée du siège. Cette position est attestée par une carte allemande célébrant la victoire des forces alliées britanno-prusso-autrichiennes (prince Eugène) sur les français. On y voit la présence des tranchées faisant le lien entre les eaux de la Deule à l'ouest et les eaux des rivières à l'Est.

La gare.

La section de la ligne Paris - Lille, passant sur la commune, est mise en service par la compagnie des chemins de fer du Nord en 1846. Il faut attendre 1877 pour qu'une demande de halte voyageurs soit acceptée par la compagnie. Elle chiffre la participation des communes intéressées, à dix mille francs, la répartition calculée par importance donne : Wattignies 5 000 fr, Templemars 4 000 fr et Vendeville 1 000 fr. Interpellé, le département attribue à chacune des communes 1 000 fr de subvention. La halte est ouverte le 3 novembre 1879[2] près du « passage à niveau de l'Amiteuse ».

La ville est le siège de la société Castorama, grande entreprise française de bricolage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1815 1815 César Auguste Rose[3]   Cultivateur. Brasseur. Licencié en droit.
1947 1952 René Vasseur    
1952 mars 1971 Henri Desbonnet    
Raymond Fleury RPR  

(décès)
Noël Dejonghe[4] PS Conseiller général du canton de Seclin-Nord (1998 → 2007)
en cours Frédéric Baillot PS Responsable des nouveaux secteurs de formation de l'ESJ de Lille
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 3 318 habitants[Note 1], en augmentation de 5,07 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
568579618682773811836920886
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9098669279329729821 0441 0611 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1901 2461 3051 3361 5881 7851 8281 9012 034
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 3352 6192 6933 0523 3593 4353 3863 1583 318
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Templemars en 2007 en pourcentage[9].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
0,6 
4,4 
75 à 89 ans
7,4 
12,2 
60 à 74 ans
15,0 
23,4 
45 à 59 ans
23,9 
19,6 
30 à 44 ans
21,0 
19,8 
15 à 29 ans
16,8 
20,0 
0 à 14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[10].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École primaire Louis Pasteur
  • Ecole maternelle Françoise Dolto

Culture[modifier | modifier le code]

  • "Tous en Scène!" - Troupe de théâtre
  • Les Templemarsiens - Ateliers théâtre et ateliers courts-métrages

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football Club Templemars Vendeville
  • EP Templemars Vendeville (Ping-pong)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin.
  • Ancienne auberge du XVIIe siècle, placée près de la vieille route de Paris à Lille.
  • Ancien édifice des Bénédictines.
  • Chapelle Notre-Dame-des-champs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site SNCF TER Nord-Pas-de-Calais, Informations pratiques sur les gares : Halte ferroviaire de Wattignies lire en ligne (consulté le 29 août 2010).
  2. Site Gallica, Mémoires de la société d'émulation de Roubaix, deuxième série, tome II, 1886, p. 99-100 lire en ligne (consulté le 29 août 2010).
  3. Annuaire statistique [afterw.] Annuaire du département du Nord. An xi-1890 [1]
  4. [PDF] « PV de la réunion du 10 décembre 2007 », sur http://www.cg59.fr/, Conseil général du Nord,  : « Monsieur le Président indique que Monsieur Noël Dejonghe, Maire de Templemars depuis 1989 et Conseiller Général du canton de Seclin Nord depuis 1998, est décédé dans la nuit du 6 au 7 décembre dernier. »
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Évolution et structure de la population à Templemars en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)