Hem (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hem
Hem (Nord)
L'église Saint-Corneille.
Blason de Hem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Francis Vercamer
2020-2026
Code postal 59510
Code commune 59299
Démographie
Gentilé Hémois
Population
municipale
18 636 hab. (2019 en diminution de 0,45 % par rapport à 2013)
Densité 1 931 hab./km2
Population
agglomération
1 051 609 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 50° 39′ 21″ nord, 3° 11′ 19″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 52 m
Superficie 9,65 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lille (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Croix
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Hem
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Hem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hem
Liens
Site web http://www.ville-hem.fr/

Hem [ɛm] est une commune française, située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Hem et des communes limitrophes

Situation[modifier | modifier le code]

Hem est une ville du Nord, située dans la vallée de la Marque entre Roubaix et Villeneuve-d'Ascq.

Hem est située à la lisière entre les zones très densément urbanisées de Roubaix et les zones plus rurales de Forest-sur-Marque ou Cysoing.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Situé dans le sud du Ferrain, dit Ferrain des plaines, le sous-sol de Hem est formé d’argile de l'Yprésien recouvert de limons argilo-sableux[1].

L'altitude minimale est de 20 m, autour de la marque. La maximale est de 52 m, sur un axe qui part de la zone d'activité des Quatre-Vents et suit les rues de la Vallée et des Trois-Baudets[2],[3].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Au sud de la commune, la frontière avec Villeneuve-d'Ascq est délimitée par la Marque. Ses affluents, la Petite Marque et le Ruisseau de la Petite Marque traversent la commune au sud de la RD700, dans le quartier du Château-d'Hem.

Les crues centennales de la Marque peuvent inonder les quartiers du Château-d'Hem et d'Hempempont, comme en , et la commune fait donc l'objet d'un plan de prévention du risque inondation[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 693 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Roubaix », sur la commune de Roubaix, mise en service en 1965[11] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[12],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,2 °C et la hauteur de précipitations de 833,2 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 9 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[15] à 10,8 °C pour 1981-2010[16], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[17].

Faune et Flore[modifier | modifier le code]

Hem se situe au confluent de trois ZNIEFF dont le principal est celui de la Vallée de la Marque entre Ennevelin et Hem[18].

Espèces recensées

L'Inventaire national du patrimoine naturel recense 374 taxons finaux[19] sur la commune dont :

  • 82 du règne animalia (animaux)
    • 5 amphibia (amphibiens, batraciens)
    • 50 aves (oiseaux)
    • 14 hexapoda (insectes s.l.)
    • 12 mammalia (mammifères)
  • 287 du règne plantae (plantes)
    • 287 equiseptosida
  • 5 du règne funghi (champignons)
    • 5 lecanomorycetes

Parmi ces espèces, 336 sont indigènes, 39 sont envahissantes, 1 est cryptogénique, 2 sont domestiques et 1 douteuse.

Espèces menacées

Aucune espèce de Hem ne figure sur la liste rouge de l'UICN au niveau mondial.

En revanche l'INPN dénombre quatre espèces menacées sur la liste rouge française en catégorie vulnérable (VU) à Hem, dont une (le martin-pêcheur d'Europe) est aussi sur la liste rouge européenne, toujours en catégorie vulnérable.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hem est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[20],[21],[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lille (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 60 communes[23] et 1 051 609 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lille (partie française) est la quatrième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence[24],[25].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[26],[27].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (60,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (49,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (48,7 %), terres arables (25,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,4 %), prairies (7,5 %), zones agricoles hétérogènes (7,3 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[29].

Quartiers[modifier | modifier le code]

La ville de Hem n'a pas de quartiers officiels. Cependant, l'INSEE, via les îlots regroupés pour l'information statistique, sous-divise la commune en 10 quartiers qui correspondent peu ou prou aux différentes dénominations qu'on peut lire sur les cartes de la ville.

Beaumont
Hauts Champs
La Vallée - Petit Lannoy
Le Trie
Lionderie
Longchamp
Trois Baudets
Trois Fermes
Civron
Tribonnerie

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Bus

La ville de Hem est desservie par trois lignes de bus et une Liane exploitées par Ilévia :

Métro

Hem n'est pas desservie par le métro directement, cependant les différentes lignes de bus y mènent.

Réseau routier

Avec environ 30 000 véhicules par jour, le principal axe routier est la route départementale 700, parfois appelée Antenne Sud ou Antenne Sud de Roubaix, qui relie Estaimpuis (Belgique) à Villeneuve-d'Ascq. Voie de communication entre les villes du nord et de l'est de Hem (Leers,Lys-lez-Lannoy,Lannoy,Toufflers ainsi que Forest-sur-Marque via la D952) et le réseau autoroutier de la métropole lilloise via la RD6d, la D700 est très congestionnée. Un projet d'élargissement et d'aménagement des ronds-points est souhaité de longue date, les concertations avaient commencé en 2014 pour un démarrage des travaux en 2017[30] mais avec le passage de compétences au niveau de la Métropole européenne de Lille il est reporté[31].

Réseau aérien

L'aéroport de Lille-Lesquin est à moins de 20 km de Hem, soit environ 15 min à 20 min de voiture.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ham en flamand[32].

Deux étymologies différentes sont proposées sur l'origine du mot Ham

  • Selon Maurits Gysseling, le nom Ham viendrait de l'allemand Hamma, langue de terre se projetant en terrain d'inondation, probablement les marais de la Marque. Ce nom, Ham, serait attesté dès le début du XIIe siècle[33].
  • Le mot Ham, signifie "la demeure" et comporte l'idée de quelques maisons, de foyers, regroupés en hameau.

Le nom Ham a pris la forme Hem au cours du XIVe siècle. Ainsi on le retrouve sous cette nouvelle forme dans la carte Exactissima Flandriae descriptio de 1558[34].

La prononciation du H de Hem n'est pas certain. Si on peut le retrouver en H muet, comme pour le Château d'Hem ou l'ancien titre de Marquis d'Hem ainsi que dans le nom d'un certain nombre d'associations actuelles, il semble que le conseil municipal privilégie le H aspiré, comme sur son site officiel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hem compte parmi les bourgades les plus anciennes du Nord de la France.[réf. nécessaire]

À partir de 1672, l'industrie textile domine la vie économique du village.

Hem, territoire de 965 hectares, compte moins de 5 000 habitants au début du XXe siècle. D'abord essentiellement agricole avec ses belles plaines des Hauts-Champs, Longchamp, Beaumont et du Civron, la commune est à l'apogée de sa prospérité industrielle en 1900 tout en conservant 41 cultivateurs.

À cette époque, les usines étaient florissantes : 7 teintureries, 2 fabriques de tapis, 5 brasseries, 1 distillerie, 1 fabrique d'arcs, 1 fabrique de tuiles, 1 fabrique de sabots et une autre de bouteilles, 1 meunerie, 1 briquèterie et 2 tonnelleries composaient alors son patrimoine industriel. Autour de ces 23 établissements on avait construit, en bandes, en cours ou en impasses, les maisons dites « maisons d'ouvriers » qui composent une partie du patrimoine architectural.

C'est après la Seconde Guerre mondiale que la ville va commencer son processus de croissance démographique. En effet, en vingt ans, Hem va voir sa population quadrupler. Noyau de base de la commune, le centre ancien va alors bien vite se retrouver en marge du territoire, les logements de la ville nouvelle vont se concentrer sur le secteur nord et regrouper près de 50 % de la population. Ces logements représentent 72 % des habitations de la commune mais n'occupent que 15 % de la superficie du territoire.

Malheureusement, les emplois fournis par les entreprises et commerces divers de la ville n'ont pas suivi sa croissance rapide. En 1975, seulement 2 200 emplois sont offerts sur le territoire de la commune à une population active forte de 7 890 salariés (dont près de la moitié sont ouvriers). À partir du milieu des années 1970, avec la désindustrialisation, la population de la commune enregistre une décrue légère mais régulière.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Hem (59) Nord-France.svg

Les armes de Hem se blasonnent ainsi :"D'argent au chef de gueules."


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Hem dans son canton et son arrondissement.

En France, la commune de Hem fait partie du département du Nord en région Hauts-de-France.

Au sein de l’arrondissement de Lille, la commune appartient à la Métropole européenne de Lille, et y est représentée par deux élus, Françoise Plouvier et Francis Vercamer, au sein du groupe « Métropole Passions Communes » (centre-droit)[35]. De ce fait elle fait partie de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, comme l'ensemble des communes de la MEL.

Auparavant dans le canton de Lannoy, Hem appartient au canton de Croix depuis le redécoupage cantonal de 2014[36] pour les élections départementales. Le canton est représenté au conseil départemental du Nord par Régis Cauche et Barbara Coevoet, au sein du groupe « Union pour le Nord » (centre-droit et droite)[37].

Hem fait partie de la 7e circonscription du Nord pour les élections législatives. La circonscription est représentée à l'Assemblée Nationale par Francis Vercamer au sein du groupe Les Constructifs (centre-droit)[38].

La commune fait partie de la circonscription Nord-Ouest pour les élections européennes. Cette circonscription est représentée par dix députés européens.

Administration[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, le conseil municipal de Hem est composé de 33 élus : le maire, Francis Vercamer puis Pascal Nys à partir du , 9 adjoints au maire, 6 conseillers délégués, 15 conseillers municipaux et 2 élus d'opposition[39],[40].

Liste des adjoints au maire de Hem
Élu Fonction
Jean-François Leclercq Adjoint à la Vie Culturelle et Associative, au Patrimoine et à la Communication
Philippe Sibille Adjoint à la Solidarité entre les Générations, à l’Habitat et au Logement
Pascal Nys (jusqu'au ) Adjoint aux Ressources Humaines, à l’Administration Générale et aux Affaires juridiques
Joëlle Cottenye Adjointe à la Vie Éducative et au Patrimoine scolaire.
Vice-Présidente du Conseil départemental du Nord
Ghislaine Buyck Adjointe aux Relations avec la Population et à l’Animation
Laurent Pastour Adjoint aux Travaux, aux Infrastructures et à l’Aménagement
Safia Oulmi Adjointe à la Qualité de la Ville et à la Proximité
Said Laouadi Adjoint à la Vie Économique, à l’Emploi et à l’Insertion
Annie Lefebvre Adjointe aux Espaces Naturels et au Développement Durable
Etienne Delepaut (depuis le ) Adjoint aux Sports et aux Équipements sportifs

Par ailleurs, le conseil municipal a mis en place d'autres conseils pour approfondir les sujets qu'il traite, ou en proposer de nouveaux[39] :

  • le conseil des seniors, composé de 21 membres, dont 3 sont nommés par le maire et le reste est tiré au sort,
  • le conseil de la jeunesse, composé de 18 membres de la 4e à la 2de élus par leurs pairs,
  • le conseil citoyen, composé de 16 membres, issus d'associations ou tirés au sort parmi les volontaires des habitants des quartiers prioritaires, tels que définis par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine.

Budget[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le centre-droit a fait de bons scores à chacune des dernières élections.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : P. J. Florin[46].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  Denis Joseph Mulliez   Cabaretier[47]
mai 1925 Henri Delecroix Front républicain Brasseur, député
mai 1929 Julien Lallart SFIO  
mai 1935 Émile Delmet Républicain Représentant de commerce
  Jules Delesalle Républicain  
1945 Pierre Duchatelet   Instituteur, président du comité de Libération
1945 octobre 1947 Louis Jourdin   Employé
mars 1983 Jean Leplat Ind. Médecin
mars 1983 Jean-Claude Provo PS Professeur
mars 1998 Marie-Marguerite Massart UDF Infirmière, conseillère générale du canton de Lannoy
Francis Vercamer UDF puis UDI-NC Chef d'entreprise, député de la 7e circonscription du Nord
2020 Pascal Nys LR Chef d'entreprise
mai 2020 En cours Francis Vercamer UDI-LC Député de 2002 à 2020
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du Conseil des Prud'hommes de Lannoy, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[48],[Note 8]

En 2019, la commune comptait 18 636 habitants[Note 9], en diminution de 0,45 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5901 5391 6141 7321 9862 0702 1072 2092 289
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3902 5162 6882 8143 0613 3203 7124 1854 312
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 7004 8214 8764 8225 2445 8956 7336 1059 059
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
13 68716 74223 18321 93320 20019 67518 24817 98818 914
2019 - - - - - - - -
18 636--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Hem en 2007 en pourcentage[51].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
4,7 
75 à 89 ans
8,3 
11,0 
60 à 74 ans
12,8 
19,4 
45 à 59 ans
19,8 
20,2 
30 à 44 ans
20,1 
20,7 
15 à 29 ans
17,1 
23,9 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[52].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Labels de qualité de vie[modifier | modifier le code]

Ces labels cités ci-dessous ne sont pas des labels officiels mais des « pseudo-labels ».

En 2010, la commune de Hem a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[53]. Elle ne figure plus sur le palmarès depuis, peut-être ne l'a-t-elle plus demandé.

La commune de Hem est récompensée par « 3 fleurs » au concours des villes et villages fleuris[54].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Hem dépend de l'académie de Lille.

Les écoles maternelles et élémentaires sont dans la circonscription du premier degré de Roubaix-Hem[55].

Hem compte onze écoles primaires, ainsi que deux collèges mais aucun Lycée[56].

Nom de l'établissement Public / Privé Maternelle Élémentaire Collège
Sainte Geneviève Privé Oui
Marie Curie Public Oui Oui
Saint Exupéry Public Oui Oui
Jean de la Fontaine Public Oui
Marcel Pagnol Public Oui Oui
Victor Hugo Public Oui Oui
de Lattre de Tassigny Public Oui Oui
Notre Dame de Lourdes Privé Oui Oui
Saint Charles-Sainte Marie Privé Oui
Sainte Thérèse Privé Oui Oui
Jules Ferry Public Oui
Raymond Devos[* 1] Public Oui
Saint Paul Privé Oui
  1. Le collège Raymond Devos est issu de la fusion en 2011 des collèges Elsa Triolet et Albert Camus. Consulté le 24 avril 2017

Santé[modifier | modifier le code]

Hem compte deux maisons de retraites:

  • Les Aulnes, rue Jules Guesde
  • La Résidence de la Marque, rue du Dr Coubronne

Culte[modifier | modifier le code]

Hem compte 2 églises catholiques, une église protestante évangélique et une mosquée.

Catholique[modifier | modifier le code]

Les églises de Hem dépendent de l'archidiocèse de Lille, et sont réparties sur deux paroisses :

L'église Saint-Joseph, rue des Écoles, construite en 1908 a été démolie en 1999. À sa place a été érigé un campanile inauguré en 2001[57].

L'église Saint-André, avenue Schweitzer, construite en 1968, est fermée en 2011. Désacralisée en 2016, elle est devenue une épicerie solidaire[58].

Protestant[modifier | modifier le code]

Musulman[modifier | modifier le code]

  • Mosquée al-Fateh, avenue Laennec, construite en 1984

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les maisons d'Hempempont.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La ville est active sur le plan culturel et dispose d'une bibliothèque, d'écoles de musique, d'un théâtre "l'Aventure", d'une salle de spectacle le Zéphyr. Des événements ponctuels sont organisés, comme le printemps musical où se produisent des formations locales (Decibel, Coyote & Co, Instant Karma, Cedre Acajou, Raiman, etc.).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

André Camion et Jacky Delaporte, Hem d'hier et d'aujourd'hui, Dunkerque, Westhoek éditions, 1982 (ISBN 2-903077-70-3). lire en ligne sur Gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[7].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[8].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les éléments constitutifs des paysages naturels du territoire communautaire sur le site de la Métropole européenne de Lille. Consulté le 25 avril 2017
  2. Plans, Cartes et Relief de Hem. Consulté le 25 avril 2017
  3. Carte topographique de Hem. Consulté le 25 avril 2017
  4. PPRI de la vallée de la Marque sur le site de la préfecture de Lille. Consulté le 25 avril 2017
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  8. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  11. « Station Météo-France Roubaix - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Hem et Roubaix », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Roubaix - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Hem et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. Liste des ZNIEFF pour la commune de Hem, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel. Consulté le 25 avril 2017.
  19. Liste des espèces recensées sur le site de l'INPN. Consulté le 25 avril 2017
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Unité urbaine 2020 de Lille (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  24. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  25. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  27. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  29. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  30. « Le doublement de la RD700 entre (enfin) en concertation - La Chronique du BTP », sur La Chronique du BTP (consulté le ).
  31. FLORENT MOREAU, « MÉTROPOLE LILLOISE : Antenne sud : il faudra encore attendre avant de faire sauter le bouchon », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  33. Maurits Gysseling, « Toponymisch woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland vóór 1226 », sur http://bouwstoffen.kantl.be (consulté le ), p. 472.
  34. Exactissima Flandriae descriptio - S25.50-O50.30 sur Gallica.
  35. Les élus de la Métropole, sur le site de la MEL.
  36. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028626173
  37. Les conseillers départementaux, sur le site du département du Nord.
  38. Fiche de Francis Vercamer sur le site de l'Assemblée Nationale
  39. a et b Site de la mairieVoir et modifier les données sur Wikidata.
  40. Charles-Olivier Bourgeot, « Sans surprise, Pascal Nys-succède à Francis Vercamer », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Résultats officiels des élections présidentielles de 2017 à Hem, sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  42. Résultats officiels des élections législatives de 2017 à Hem, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  43. Résultats officiels des élections européennes de 2014 à Hem, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  44. Résultats officiels des élections régionales de 2015 à Hem, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  45. Résultats officiels des élections municipales de 2014 à Hem, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  46. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 274, lire en ligne.
  47. Archives de la commune d'Hem (BMS1761-1792) page 484/547
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  51. « Évolution et structure de la population à Hem en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  52. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  53. Palmarès des Villes Internet sur le site de l'association.. Consulté le 24 avril 2017.
  54. Toutes les communes fleuries, sur le site des villes et villages fleuris. Consulté le 24 avril 2017.
  55. Circonscription de Roubaix-Hem sur le site de l'académie de Lille. Consulté le 24 avril 2017
  56. Annuaire des écoles sur le site du Ministère de l'Éducation nationale. Consulté le 24 avril 2017
  57. Histoire de Saint-Joseph sur le site de l'association Historihem. Consulté le 27 avril 2017
  58. Quand une église devient un centre solidaire
  59. Notice no PA00135484, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. Notice no PA00135483, base Mérimée, ministère français de la Culture.