Illies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Illies
Illies
L'église Saint-Vaast.
Blason de Illies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Daniel Hayart
2020-2026
Code postal 59480
Code commune 59320
Démographie
Gentilé Illilois
Population
municipale
1 635 hab. (2019 en augmentation de 16,04 % par rapport à 2013)
Densité 207 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 33′ 43″ nord, 2° 49′ 55″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 41 m
Superficie 7,91 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Annœullin
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Illies
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Illies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Illies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Illies
Liens
Site web http://www.illies.fr/

Illies [ili] est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Illies
Aubers Herlies
Lorgies Illies
La Bassée Salomé Marquillies

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 701 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Richebourg », sur la commune de Richebourg, mise en service en 1990[7] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 762,1 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 20 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Illies est desservie par la rocade des Weppes, qui la relie à l’agglomération lilloise, et par la route nationale 47 qui la relie à Lens et à la rocade minière.

La gare de Salomé sur la ligne de Fives à Abbeville est proche de la commune d’Illies et assure sa desserte par des TER Hauts-de-France (ligne C50 reliant Béthune et Lille−Flandres).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Illies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[17] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,7 %), zones agricoles hétérogènes (10,8 %), zones urbanisées (6,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,8 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La particularité essentielle du village d'Illies est d'avoir un Bourg qui concentre l'essentiel des activités de la commune, mais aussi des hameaux présentant image, personnalité et fonctions propres. La Toponymie d'Illies et de ses lieux-dits a été étudiée en détail dans l'ouvrage "Illies et ses lieux-dits" de Chantal Dhennin-Lalart[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française[modifier | modifier le code]

La seigneurie et les seigneurs[modifier | modifier le code]

La seigneurie d'Illies, tenue du châtelain de Lille, comprenait un manoir sur motte entourée d'eau, sept bonniers d'héritages, un moulin à vent, des rentes dues par vingt hôtes et tenants et plusieurs hommages.

Le seigneur d'Illies avait le droit de faire porter la chandelle chaque année, le mercredi de la Pentecôte, en certain lieu de sa seigneurie, nommé le Riez de l'Escoeul, et d'y faire l'ébattement ordinaire du jour ; de faire tirer l'oiselet ou le gay le jour de Pâques closes, en tel lieu de sa seigneurie que bon lui semblait, en donnant une quenne[Quoi ?] d'étain; de se faire rendre les comptes des marguilliers et des ministres des pauvres.

L'abbaye de Loos possédait des biens à Illies, entre autres le manoir de l'Escoeul, près du grand chemin conduisant au moustier d'Illies. Pierre Carpentier, trentième abbé de Loos, était né à Illies[25].

Dans un acte de la fin du XIIe siècle, Wautier, doyen de La Bassée, fait savoir que se trouvant dans l'église d'Illies, où étaient beaucoup d'ecclésiastiques et de laïques, Hugues, chevalier d'Illies s'approcha de l'autel, en présence de l'assemblée, et offrit, per virgam et cespitem, à l'abbaye de Loos un jardin et le champ voisin, provenant de Godin, avec la seule réserve d'un cens annuel de onze deniers, payables à la Noël[26].

Pierre dit Bruniel ou Bruniau, écuyer, était sire d'Illies et homme du châtelain de Lille en 1344 et 1347[27]. On rencontre successivement comme seigneur d'Illies : Pierre Le Brun, chevalier, en 1389 ; Marc d'Illies ; Pierre d'Illies, écuyer, fils de feu Marc et de demoiselle Jeanne de Canteleu, en 1455 ; Jennin  d'Illies fils de Pierre, en 1456. Après eux vint, en 1467, Jean de Ligny, dit Gallois, le conseiller du châtelain Louis de Luxembourg. Gallois trépassa, le , et eut sa sépulture à gauche du grand autel d'Illies. Marguerite de Ligny, sans doute fille de Gallois, était dame d'Illies en 1478 ; elle avait épousé Robert de Marquillies, dit Jennart, et lui avait donné Antoine de Marquillies, seigneur d'Illies en 1501.

Quelques années plus tard, dès 1510, paraît Frédéric de Melun, seigneur d'Illies, de Gamans à Illies et de Hingettes, fils bâtard de Jean de Melun, chevalier, seigneur d'Epinoy. Le bâtard de Melun, échanson de Charles, archiduc d'Autriche, en 1512, épousa, par contrat du , Antoinette de Willerval, fille de Jean, écuyer, seigneur de Cottenes, et fut gouverneur, bailli et capitaine du château de Béthune, en 1522. Il laissa trois enfants auxquels il partagea ses biens, le et dont l'aîné suit.

Pierre de Melun, chevalier, seigneur de Cottenes/Cottes, de Hingettes, d'Illies et de Gamans, épousa, par contrat du  ; Philippe de Chables, dame de Bailleulmont ; elle était veuve en 1584,ayant eu six enfants, entre autres :

  • Adrien 1er, de Melun, seigneur de Cottenes.
  • Hugues de Melun, qui suit.
  • Anne de Melun, mariée à Louis de Mailly, seigneur de Quesnoysur-Deûle, fils d'Edme et de Gabrielle d'Oignies.

Hugues de Melun, chevalier, seigneur d'Illies et de Gamans, épousa Marguerite Le Vasseur, fille de Jean (ou Julien), seigneur de Werquigneul, dont il eut 13 enfants. Le cinquième, Barthélemy François de Melun, fut seigneur d'Illies et d'Omicourt. Il vivait, en 1696, avec Marie-Elisabeth Obbert, sa femme. Leur fille, Marie Anne-Françoise de Melun, héritière d'Illies, épousa, le , son parent Adrien-Frédéric de Melun, chevalier, seigneur de Cottenes, arrière-petit-fils d'Adrien 1er seigneur de Cottenes. Adrien Frédéric vivait encore en 1725[28], ayant au moins une fille, Adrienne-Louise-Isabelle de Melun, qui épousa, le , Guy-Louis, chevalier de Guines, titré ensuite comte de Guines de Souastre. Il mourut à Paris en , ayant pour successeur son fils Adrien-Louis de Bonnières, comte de Souastre, dit le comte de Guines et ensuite le duc de Guines, naquit le , fut colonel du régiment de Navarre en 1761, brigadier des armées du roi, en 1762. Sa femme, Caroline-Françoise-Philippine de Montmorency, était fille de Louis-François, appelé prince de Montmorency, seigneur de Neuville-Witasse, et de Marie-Anne-Thérèse, baronne de Blin. Adrien-Louis, duc de Guines, seigneur d'Illies, prit part en ces qualités à l'assemblée des nobles du Bailliage de Lille, appelée à élire les députés aux États-Généraux de 1789.

Fiefs sis à Illies[modifier | modifier le code]

Charlet (le demi-bonnier), à Illies, tenu du châtelain de Lille et consistant en un demi-bonnier de terre. A Frédéric de Melun, seigneur d'Illies, au commencement du XVIe siècle. Gamans, à Illies, fief vicomtier tenu du châtelain de Lille à dix livres de relief, comprenait dix bonniers de terre ahanable près du Moulin d'Illies et du lieu nommé le Martinoy, des rentes et plusieurs hommages.

Jeanne de Gamans, veuve de Louis d'Estaimbourg, possédait ce fief en 1456. En 1509, le bâtard de Melun, Frédéric, fils de Jean de Melun, seigneur d'Espinoy, était seigneur de Hingettes et de Gamans. Il eut pour successeur son fils, Pierre de Melun, seigneur de Cottenes, Saint Hilaire, Hingettes, Gamans, allié à dame Philippe de Bailleulmont. Leur fils, Hugues de Melun, chevalier, fut seigneur d'Illies et de Gamans.

Le Hus, à Illies, fief vicomtier tenu du châtelain de Lille à dix livres de relief, comprenait sept mencaudées de terre, des rentes, les rejets et plantis sur les chemins et flégards du fief[pas clair]. Messire Estout d'Estouteville possédait ce fief du chef de sa femme Bonne de Herbamez, en 1456. Puis Jacques de Le Candèle, époux d'Isabelle Deliot, par achat ; leur fils Guillemot de Le Candèle, en 1504. Ensuite Jean de Buns, fils de Lancelot, en son vivant maître d'hôtel de Madame Honorine de Melun, douairière de Mastrecq.

Leauwe, à Illies, fief vicomtier tenu du châtelain de Lille à trente sous de relief, comprenait trois bonniers d'héritage et des rentes. Les possesseurs de ce fief étaient Colart Ly Auwe, en 1389 ; Porrus de Leauwe, chevalier, seigneur de Lambres et de Cambrin en 1456 ; Jeanne Du Pret, fille de Jacques et d'Isabeau Watepate, et épouse de Jean du Mez de Croix, 1505, seigneur de la Corbeillerie, à Croix, mort sans génération ; Wallerand de Croix, du chef de sa femme, Catherine de Waes, fille de Laurent et de Marie Du Pret, dame de Triestres. Catherine de Waes était veuve de Jean de La Rivière, seigneur de Warnes, dont le fils Philippe de La Rivière, seigneur de Warnes, hérita du fief de Leauwe qu'il transmit à son fils Philippe, écuyer, seigneur de Warnes, lequel le releva en 1608. Willy et Gavelin, à Illies, fief vicomtier tenu du châtelain de Lille à 7 sous parisis de relief, consistait en rentes. Les possesseurs de ce fief furent successivement Jeanne de Lepierre,1389 ; Henri de La Vacquerie ; Pierre de La Vacquerie, son frère ; La dame de Rabodenghes, 1456 ; Bertrand de Beaufremez, écuyer, licencié ès-lois, 1504; — Jean de Zellebecque, dit Tacon, écuyer, seigneur de La Cessoye à Lambersart ; sa fille Jeanne de Zellebecque, épouse de Floris de Penin, écuyer. Le Transloy, à Illies, faisait originairement partie du domaine des châtelains, mais il en fut détaché avec le comté de Herlies, la ville de La Bassée et la terre de Garnin, pour former ensemble un seul fief sous le nom et titre de Comté de Herlies et seigneurie de La Bassée, à tenir directement de la salle de Lille, lequel fief fut vendu le .

Le Transloy, tenu de la salle de Lille en toute justice haute, moyenne et basse exercée par les hommes cottiers du lieu, lesquels allaient prendre conseil a la loi de La Bassée et connaissaient de tous cas criminels et civils et de toutes amendes jusqu'à soixante livres, consistait en rentes sur plusieurs hôtes et tenants qui devaient pour relief double rente au décès des hommes seulement, le relief n'étant point dû au décès des femmes. L'Escoeul, à Illies, comprenait un manoir possédé par l'abbaye de Loos qui en tenait une partie en franc-alleu et tenait le reste en fief du Châtelain de Lille en justice de vicomte et à un éperon d'or de relief sans autre service ni redevance[29].

Depuis la Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1802-1803, Illies fait partie des quelques communes du département du Nord où existe un culte protestant, de même qu'à Lecelles, Walincourt, Saulzoir...[30].

Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Le village d'Illies a été envahi par l'armée allemande dès l’automne 1914 et a été occupé totalement par les Allemands jusqu’à la fin de 1918. Tout le village a évacué. Trois ans, quatre, voire cinq années de combat, d’exil, de séparation. Ce sujet a été longuement étudié dans l'ouvrage "Illies, lieu de mémoire de la Grande Guerre".[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Illies dans son canton et son arrondissement.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1950 Victor Delerue    
1950 1970 Jean Carle    
1970 1973 Marcel Malbranque    
1973 1983 Mme Victor Delerue    
1983 1989 Roland Bacquet    
1989 1995 Eric Decramer    
1995 2001      
2001 En cours Daniel Hayart PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2019, la commune comptait 1 635 habitants[Note 8], en augmentation de 16,04 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1491 1021 1981 1641 2851 3381 4191 4761 468
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4511 5401 6091 5141 4501 4161 3881 3631 368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3671 3791 4711 2051 2031 2021 2051 1781 193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1981 2361 1561 0831 1941 2581 3881 4061 409
2017 2019 - - - - - - -
1 6241 635-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 41,6 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 16,9 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 801 hommes pour 834 femmes, soit un taux de 51,01 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,1 
2,4 
75-89 ans
5,8 
11,8 
60-74 ans
12,1 
18,6 
45-59 ans
19,8 
21,5 
30-44 ans
23,2 
19,7 
15-29 ans
15,9 
25,6 
0-14 ans
22,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Illies fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Illies Vert Parc Golf Club
  • Le Vert Parc Golf Club .- [38].

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Vaast. Détruite au cours de la première guerre mondiale, elle a été reconstruite après 1918 sur l'emplacement de l'édifice néogothique de Charles Leroy, l'architecte de la basilique-cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille de Lille.
  • Le cimetière allemand de la première guerre mondiale où reposent 2 890 soldats allemands.
  • La chapelle du village de Ligny-le-Grand

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Chantal Dhennin-Lalart, docteure en Histoire et Civilisations (Laboratoire HLLI à ULCO[pas clair], Université Lille-III−Charles-de-Gaulle) a vécu une grande partie sa vie à Illies. Elle a publié plusieurs ouvrages sur ce village, dont La Mémoire de l'Écuelle ou Une certaine histoire d'Illies et du pays de Weppes[39].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Illies (Nord).svg

Les armes d’Illies se blasonnent ainsi : « D'azur à sept besants d'or, 3, 3 et 1 au chef du même. »


Le blason de Carvin est très ressemblant.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Richebourg - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Illies et Richebourg », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Richebourg - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Illies et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Chantal Dhennin-Lalart, Illies et ses lieux-dits, Paris, 2003, réédité en 2020 (présentation en ligne).
  25. J. Le Groux, La Flandre gallican
  26. Charles de l'abbaye de Loos, no 43.
  27. Abbaye de Loos, no 258 et 261.
  28. P. Anselme, T.V, pages 238-241
  29. Th. Leuridan, Les Châtelains de Lille, Cartulaire no 203.
  30. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 169-170, lire en ligne.
  31. Chantal Dhennin-Lalart, Illies, lieu de mémoire de la Grande Guerre, Paris, 2007, réédité en 2020 (présentation en ligne).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Illies (59320) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  38. « Golf Du Vert Parc . ».
  39. Chantal Dhennin-Lalart, La Mémoire de l'Écuelle ou une certaine histoire d'Illies et du pays de Weppes, Paris, 2003, réédité en 2020 (présentation en ligne).