Aller au contenu

Faches-Thumesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Faches-Thumesnil
Faches-Thumesnil
Mairie de Faches-Thumesnil.
Blason de Faches-Thumesnil
Blason
Faches-Thumesnil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Patrick Proisy (d)
2020-2026
Code postal 59155
Code commune 59220
Démographie
Gentilé Faches-Thumesnilois
Population
municipale
18 110 hab. (2021 en augmentation de 4,19 % par rapport à 2015)
Densité 3 920 hab./km2
Population
agglomération
1 058 439 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 58″ nord, 3° 04′ 28″ est
Altitude Min. 30 m
Max. 58 m
Superficie 4,62 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lille (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Faches-Thumesnil
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Faches-Thumesnil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Faches-Thumesnil
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
Faches-Thumesnil
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
Faches-Thumesnil
Liens
Site web Site

Faches-Thumesnil est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Mélantois en Flandre romane au sud de l'agglomération lilloise, longée par l'autoroute A1 et à deux pas de l'aéroport de Lille - Lesquin. Elle est limitrophe des communes de Lille, Ronchin, Lesquin, Vendeville, Templemars et Wattignies.

Faches-Thumesnil est à l'intersection des grands axes autoroutiers conduisant à Valenciennes, Bruxelles et Paris.

Communes limitrophes de Faches-Thumesnil
Lille Ronchin
Wattignies Faches-Thumesnil Lesquin
Templemars Vendeville

Géographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 698 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Lesquin à 3 km à vol d'oiseau[3], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 740,0 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Faches-Thumesnil est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lille (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 60 communes[10] et 1 058 439 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lille (partie française) est la quatrième de France en nombre d'habitants, derrière celles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (82 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (67,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (67 %), terres arables (18 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (15 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Qualité de l'environnement[modifier | modifier le code]

Lors de sa réunion du 17 septembre 2020, le conseil municipal déclare l'urgence climatique pour la commune et s'engage notamment "à faire tout son possible pour réduire d'au moins 45% l'empreinte carbone de [la] ville et de ses habitants d'ici 2030 par rapport à 2010"[16]. La mesure est adoptée malgré l'abstention de l'opposition.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie, en 2023, par les Lianes 1 et 7, les lignes 67, CO1, 919, 920 et Z2 du réseau Ilévia[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est sur le plateau du Mélantois que s'est implanté le village de Faches, et son hameau Thumesnil, très nettement séparés jadis par plus d'un kilomètre de terres ou de champs. C'est en 1104 qu’apparaît pour la première fois le nom de "Faches", plus précisément "Facis" qui signifierait "terre inculte".

Le mot Thumesnil apparaîtra en 1184 dans le registre de Seclin, mais l’étymologie de ce mot reste difficile à définir. Ce terme aurait été décomposé en 2 parties "Thu" et "Mesnil". "Mesnil" aurait pour origine le mot "mansionile", terme de la « latinité barbare » (ou bas latin), qui désignait une habitation entourée de terres. "Thu" ce préfixe d’origine germanique aurait pour signification le mot "ferme".

Plus de huit cents ans ont été nécessaires pour former le nom de cette commune. Même si la halte des Chemins de fer (établie en 1846) porte déjà le nom de Faches-Thumesnil, la séparation du village de Faches et de son hameau Thumesnil va être requise par les habitants de Faches dans une lettre adressée au Maire le 22 janvier 1899. Le problème de la délimitation des deux communes empêchera cette séparation[18].

Pendant la Première Guerre mondiale, en octobre 1914, des troupes française situées à Faches, Thumesnil, Ronchin, vont participer aux combats qui vont conduire à la chute de Lille, prise par les Allemands le 12 octobre 1914, après un siège de deux jours. Lille restera occupée jusqu'en 1918[19].

En 1951, le conseil municipal du 28 juin approuva l’orthographe jusqu’alors incertaine de Faches-Thumesnil (sans accent circonflexe sur le "a").

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Faches-Thumesnil est membre de la Métropole Européenne de Lille[20].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Lille, au département du Nord et à la région Hauts-de-France. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Faches-Thumesnil pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014[21], et de la première circonscription du Nord pour les élections législatives[22].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs [23] ,[24]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 mai 1945 Georges Thibaut    
mai 1945 octobre 1947 Cyprien Bocquet[28] SFIO Professeur agrégé de mathématiques
octobre 1947 mai 1953 Édouard Mioux RPF Agent SNCF
mai 1953 octobre 1974 Arthur François DVD Commerçant, ancien 1er adjoint
Conseiller général de Lille-Sud-Est (1961 → 1967)
Démissionnaire pour raison de santé
octobre 1974 mars 1977 Étienne Plancq   Ancien 1er adjoint
mars 1977 mars 2001 Jean-Claude Gosselin PS Vice-président de la communauté urbaine de Lille
mars 2001 30 novembre 2019 Nicolas Lebas (d) UDF
puis MoDem
puis UDI
Ancien cadre d'entreprise
Conseiller régional des Hauts-de-France (2015 → 2021)
Vice-président du conseil régional[Note 3]
Président de l'association des maires du Nord
Démissionnaire
30 novembre 2019 23 mai 2020 Nicolas Mazurier (d) UDI Chef d'entreprise dans le numérique
Il succède à Nicolas Lebas, à la suite de la démission de ce dernier.
Il est élu maire le lors d’un conseil municipal
extraordinaire.
23 mai 2020[29] En cours Patrick Proisy (d) LFI Professeur de lycée professionnel

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 18 septembre 2023, Faches-Thumesnil est jumelée avec[30] :

De plus, la ville parraine la ville d'Adămuş ( Roumanie)[31].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Alphonse-Daudet
  • École maternelle Florian
  • École maternelle La Bruyère
  • École maternelle La Fontaine
  • École maternelle Mozart
  • École maternelle Pascal
  • École Notre-Dame
  • École primaire Anatole-France
  • École primaire Louise-de-Bettignies
  • École primaire George-Sand
  • École primaire Kléber
  • École primaire Pasteur-Curie
  • École primaire Victor-Hugo-Lamartine
  • Collège Jean-Mermoz
  • Collège Jean-Zay

Santé[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[32],[Note 4].

En 2021, la commune comptait 18 110 habitants[Note 5], en augmentation de 4,19 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8057888411 4421 6921 8832 0472 1882 316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3612 5052 7052 8512 9283 0953 2793 4133 800
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 6725 4976 0885 7686 2666 7667 6487 8758 491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
12 09516 80118 64516 93115 77415 90216 35617 59017 591
2021 - - - - - - - -
18 110--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,0 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 8 542 hommes pour 9 623 femmes, soit un taux de 52,98 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,5 
6,3 
75-89 ans
9,1 
12,8 
60-74 ans
13,4 
17,8 
45-59 ans
17,6 
22,0 
30-44 ans
21,0 
18,0 
15-29 ans
16,9 
22,4 
0-14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • FTBad (Faches Thumesnil Badminton)
  • les Archers de Faches THUMESNIL ( tir à l'arc)
  • FTFC (Faches-Thumesnil Football Club)
  • FTTT (Faches Thumesnil Tennis de Table)
  • GAC (Gym Athletic Club)
  • CEFT (Club des Escrimeurs de Faches-Thumesnil)
  • LMBC (Lille Métropole Basket Club)
  • ECFTR (Entente Cycliste Faches Thumesnil Ronchin)
  • LFF (Lille Faches Futsal)
  • ACFT (Arts chinois Faches-Thumesnil)
  • FitRun Faches-Thumesnil
  • Nord Shogun - Arts Martiaux Faches-Thumesnil (Budo Defense, Kobudō, Iaï Do, Aïkido Yoseikan)

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2020, le revenu médian disponible par unité de consommation est de 21 860 €, alors que la moyenne départementale s'établit à 20 750 € et que celle de la France métropolitaine est de 32 409 €[Insee 1]. Le taux de pauvreté est de 15 % des ménages fiscaux à Faches-Thumesnil alors qu'il s'établit à 18,4 % au niveau départemental[Insee 1].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2020, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 11 066 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,8 % d'actifs dont 67,0 % ayant un emploi et 9,8 % de chômeurs[Insee 2].

On comptait 3 945 emplois dans la zone d'emploi, contre 4 132 en 2009. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 7 510, l'indicateur de concentration d'emploi est de 52,5 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour deux habitants actifs[Insee 3].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Pierre-Vinoc Geslot est à l'origine du Sablé des Flandres, biscuit célèbre, d'une épaisseur relativement fine, de type "quart de cercle". La production de cette usine était expédiée dans toute la France depuis la gare voisine de Ronchin[37]. Plus d'une centaine de produits différents y furent fabriqués avant la seconde guerre mondiale.

En 1912, la biscuiterie Geslot-Voreux est transférée de Lille à Faches après l'incendie de l'usine lilloise. Dans les années 1970, l'entreprise Geslot dépose le bilan puis est rachetée par différentes enseignes avant de devenir, en 1979, la propriété de la Biscuiterie Nantaise.

En 1984, un incendie ravage l'usine qui est définitivement fermée.

C'est à Faches-Thumesnil que fut fabriquée la limonade Reina, "la reine des limonades" dont la publicité a été jouée par Fernandel. L'ancienne fabrique située rue Carnot est devenue un atelier de travail protégé avant de laisser la place à un ensemble de logements, l'ilot Reina.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le mont de Faches : un petit mont situé dans le sud de la ville, vers l'autoroute et le centre commercial. On peut en apercevoir Euralille et les terrils du Pas-de-Calais.
Église Sainte Marguerite d’Antioche à Faches-Thumesnil
Église de Faches, Sainte Marguerite d'Antioche.
  • L'église Sainte Marguerite d'Antioche : l'église possède 4 colonnes de grès du XIIIe siècle, un autel avec médaillons de forme ovale peints en 1699, des fonts baptismaux du XVe siècle, ainsi que des lambris et des confessionnaux du XVIIIe siècle. L'église Sainte Marguerite est située place du Général de Gaulle.
  • L'église du Sacré-Cœur : construite vers 1850 par Charles Leroy, célèbre architecte lillois de la cathédrale Notre-Dame de la Treille.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Odette Vercruysse (1925-2000), auteur-compositrice française de chants et de poèmes, notamment religieux et chrétiens, établie à Faches Thumesnil depuis 1952.
  • Alain Griset (1953- ), ministre délégué chargé des PME dans le gouvernement de Jean Castex, du au .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Faches-Thumesnil se blasonnent ainsi :Écartelé : aux 1 et 4 : de sable à six besants d'or 3 et 3, au lion du même, armé et lampassé de gueules brochant sur le tout (d'après Faches), aux 2 et 3 : d'azur à l'écusson d'argent plain, surmonté de trois étoiles à six branches d'or rangée en chef.(Thumesnil)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Chargé de l'enseignement supérieur, de la recherche et des universités
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b Comparateur de territoires
  2. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  3. EMP T5 - Emploi et activité.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Faches-Thumesnil et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Lille-Lesquin » (commune de Lesquin) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Lille-Lesquin » (commune de Lesquin) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. « Délibération n°2020/068 du Conseil municipal », sur Ville de Faches-Thumesnil, .
  17. « Plan du réseau Ilévia 2022-2023 » [PDF], sur ilevia.fr, (consulté le ).
  18. Sources : Histoire de Faches Thumesnil - du village… à la ville… Association culturelle et historique de Faches Thumesnil (M. Lustremant) Histoire de Faches Thumesnil de D. Thelliez
  19. « Visionneuse - Mémoire des Hommes » (consulté le )
  20. « Annuaire des communes » (consulté le ).
  21. Décret no 2014-167 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Nord.
  22. « Géographie administrative et d’étude Commune – Faches-Thumesnil ».
  23. Bulletin municipal de Faches-Thumesnil du mois de mars 2005.
  24. Bulletin Municipal de Faches-Thumesnil n°69 du mois de mars 2007 Bulletin Municipal de Faches-Thumesnil n°69 de mars 2007
  25. Le Grand écho du Nord de la France du 19 décembre 1923.
  26. Le Grand écho du Nord de la France du 5 mai 1941.
  27. « Faches-Thumesnil : M. Edouard Degryse est nommé maire », Le Grand Écho du Nord de la France, sur gallica.bnf.fr, 19 décembre 1941 (lire en ligne).
  28. Alain Dalançon, « BOCQUET Cyprien, Victor : Né le 22 janvier 1913 à Fâches-Thumesnil (Nord), mort le 25 décembre 1993 à Fâches-Thumesnil ; professeur agrégé de mathématiques ; militant syndicaliste du SNES, secrétaire du S3 de Lille (Nord) (1961-1973), secrétaire national des retraités (1979-1987) ; maire de Fâches-Thumesnil (1945-1947) puis conseiller municipal (1977-1989). », Le Maitron en ligne, mis à jour le .
  29. « À Faches-Thumesnil, Patrick Proisy a pris les rênes de la commune : Ce samedi matin, Patrick Proisy, 34 ans, a été élu maire de Faches-Thumesnil. Avec son équipe, il a fait basculer la commune à gauche après les trois mandats divers droite de Nicolas Lebas et Nicolas Mazurier. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  30. « Jumelages », sur ville-fachesthumesnil.fr (consulté le ).
  31. [1]
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Faches-Thumesnil (59220) », (consulté le ).
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  37. Cf. Association historique et culturelle de Faches-Thumesnil