Emmerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emmerin
Emmerin
Blason de Emmerin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Danièle Ponchaux
2020-2026
Code postal 59320
Code commune 59193
Démographie
Gentilé Emmerinois, Emmerinoises
Population
municipale
3 108 hab. (2019 en diminution de 3,03 % par rapport à 2013)
Densité 633 hab./km2
Population
agglomération
1 051 609 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 39″ nord, 3° 00′ 09″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 41 m
Superficie 4,91 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lille (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Faches-Thumesnil
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Emmerin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Emmerin
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Emmerin
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Emmerin
Liens
Site web www.ville-emmerin.net

Emmerin est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Emmerin dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Emmerin se situe à 3,5 km au sud de Lille dans le canton d'Haubourdin, localisé dans le Mélantois, à la frontière des Weppes en Flandre romane.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 674 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944[8] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[10] à 10,8 °C pour 1981-2010[11], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Emmerin est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lille (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 60 communes[16] et 1 051 609 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lille (partie française) est la quatrième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42 %), zones urbanisées (18 %), mines, décharges et chantiers (12,3 %), zones agricoles hétérogènes (11 %), prairies (10,4 %), forêts (6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,2 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Emmerin (Nord)

Les armes d'Emmerin se blasonnent ainsi :

De gueules au lion [rampant] d'or, armé, lampassé et couronné d'azur.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Noms anciens :Hamerin en 1104, Amerin, en 1158, titre de l'abbaye du Mont-St- Eloi. Amerin , 1160, 1177, cart. du prieuré d'Àubigny., Enmerin en 1603 puis Emmerin

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française[modifier | modifier le code]

Faits historiques : Terre dépendante de l'empire, longtemps réunie à celle d'Haubourdin. — La châtellenie d'Emmerin contenait 104 bonniers 600 verges. — Même coutume qu'Haubourdin.

Le marais d'Emmerin, par suite de contestations commencées en 1689, fut partagé et séparé de celui d'Haubourdin par arrêt du Conseil, du .

Avant 1789 : le village est divisé en 2 fiefs et régi par 2 familles nobles :

  • Emmerin Empire, cœur du village actuel (180 familles) est tenu par le comté de Hainaut avec la famille De Houchin résidant à Paris.
  • Emmerin Chatellenie, comprenant le quartier de Ghermanez et celui du Faubourg (80 familles), sous la gouvernance de Lille avec la famille d'Hespel résidant au château de Ghermanez (Ets strada aujourd'hui).
  • 486 : Naissance probable du village à l'époque du baptême de Clovis (le Roi des Francs)
  •  : Une bulle pancarte écrite par le pape Pascal II mentionne le nom du village d'Amerin (Nom provenant de Amerinium ou Ameringhem signifiant : domaine d'Aymard, un chef franc installé le long du chemin des moines).
  • 1303 : Construction d'un château féodal par Jean Ier de Namur, comte de Flandre. Celui-ci se trouvait à l'emplacement des bassins de décantation, près du chemin de Santes, (traces d'une motte féodale).
  • 1603 : Henri IV (Henri de Bourbon) propriétaire du village le vendit à Nicolas du Chastel de la Howardries, avec la seigneurie d'Haubourdin. Le , les terres et seigneuries d'Haubourdin et d'Emmerin sont érigées en vicomté au bénéfice de Nicolas du Chastel, seigneur de la Howardrie[23].
  • 1614 : Robert de Fourmestraux, fils de Mahieu, bourgeois de Lille et de Marie Blondel, est seigneur de Guermanez (fief d'Emmerin). Marchand, bourgeois de Lille le , il épouse à Lille son arrière-petite-cousine Jacqueline de Fourmestraux, fille d'Étienne et de Catherine Imbert, baptisée à Lille le , puis il se marie à Lille avec Marie de le Deusle, décédée le . Son fils Bon de Fourmestraux seigneur de Guermanez, et du châtel d'Emmerin lui succède. Il nait à Lille en février 1627 (baptisé le ), devient bourgeois de Lille le , puis est échevin de Lille. Il est anobli par lettres données à Saint-Germain en Laye en avril 1670, devient donc écuyer. Il se marie à Lille le avec Marie Lucrèce Costa, fille d'Antoine, écuyer et de Marie Gillès[24].
  • 1641 : Incendie du château féodal.
  • 1644 : Construction de "l'estaminet de la maison commune" (ou café Keller). Tenu pendant la période révolutionnaire par Barthelemy Wallart. Ce bâtiment remarquable servira de Mairie de 1790 à 1852.
  • 1714 : Marie Thérèse de Lannoy (1687-1756), fille de Jean Baptiste François Olivier de Lannoy, chevalier, seigneur de Salomé, bourgeois de Lille, grand bailli de Furnes et de Françoise Henriette de Tramecourt, est dame (équivalent de seigneur au féminin) d'Emmerin en 1714. Elle nait à Lille en novembre 1687 (baptisée le ) et meurt à La Madeleine le . Elle épouse à Lille le Philippe François Le Clément de Saint-Marcq (1674-1728), écuyer, fils de Philippe et de Marie Catherine Dubus. Il nait à Lille en juillet 1674 (baptisé le ). Il est colonel d'infanterie, chevalier de Saint-Louis et meurt à La Madeleine le , dont postérité[25].

Depuis 1789[modifier | modifier le code]

  • 1790 : élection du premier maire Louis François Dupont le .
  • 1791 : Union de Emmerin Empire et Emmerin Chatellenie.
  • 1840 : Construction de la nouvelle église sur les fondations de l'ancienne qui menaçait de s'effondrer. À cette époque et dans la décennies qui a suivi, selon le géologue Jules Alexandre Alphonse Meugy (1852) Haubourdin et Emmerin ont intensément exploité la tourbe qui s'est lentement autrefois formée dans les vastes marais de l'ancienne vallée alluviale de la Deûle, « principalement dans le but d'utiliser la cendre de tourbe comme engrais » La tourbe se trouve souvent à la surface du sol dans ceslocalités où elle forme « une couche de 1 à 3 m d'épaisseur reposant sur un lit d'argile blanche. On l'extrait à la drague. La tourbière d'Haubourdin occupe ving-cinq ouvriers pendant cinq à six mois. Elle produit journellement 20 mètres cubes de tourbe humide ou 20 mètres cubes de toube sèche pesant 600 kil. le mètre cube. 10 ares fournissent au moins 30 000 tourbes équivalent chacune à 2 décimètres cubes et valant 6 Fr?50 le mille. Les cendres se vendent 0,75 l'hectolitre. » En 1850, la tourbe n'est plus exploitée pour le chauffage dans le département du Nord, car l'industrie minière fournit en abondance un charbon vendu à moindre coût[26].
  • 1855 : ouverture de la colonie de Guermanez, une des deux colonies pénitentiaires de Loos, dans le château et les dépendances de Guermanez.
  • 1867 : Concession des eaux d'Emmerin à la ville de Lille (Champ captant primitif).
  • 1867 : Peu avant qu'il ne soit fermé, visite le de l'Impératrice Eugénie de Montijo à l'institut agricole pénitentiaire de Ghermanez (1855-1868).
  • 1918 : Le Kaiser Guillaume II passe en revue le les troupes de sa garde impériale derrière la ferme "Bailly".
  • 1940 : Au cours de bataille d'Haubourdin, le , 12 civils (9 belges et 3 français) sont "fusillés" à Emmerin à l'arrière d'une maison, exécutés sur ordre de l'officier commandant la 6ème compagnie du 497e régiment de la Wehrmacht, reconnu ultérieurement coupable " d'homicides volontaires non justifiés par les lois et coutumes de guerre" (Jugement du du tribunal militaire de Metz siègeant à Lille). 8 autres civils (3 belges et 5 français) seront abattus au hasard des rues au cours de la même journée par les soldats de la même 6ème compagnie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Louis François Dupont   Laboureur
1792 1795 Jean Baptiste Bauduin   Laboureur
1795 1798 Simon Joseph Castel   Fermier
1798 1799 Jean Baptiste Lutun   Fermier
1799 1800 Stanislas Lutun   Laboureur
1800 1802 Simon Joseph Castel   Fermier
1802 1813 Honoré Joseph Testelin    
1813 1821 Simon Joseph Castel fils    
1821 1846 Magloire Debuchy    
1846 1861 Pierre Joseph Cazier    
1861 1877 Pierre Joseph Cazier fils    
1878 1899 Jean Baptiste Castel    
1899 1907 Narcisse Gruyelle    
1907 1908 Charles Vaillant    
1908 1919 Arthur Roussel   Paveur
1919 1925 Pierre Cazier    
1925 1947 Arthur Roussel (1)   Paveur
1947 1964 Raphael Godin    
1964 mars 1971 Louis Crespel    
mars 1989 Eugène Lejeune   Marâicher
juin 1995 Yves Dupont    
mars 2014 Bernard André DVG Retraité
En cours Danièle Ponchaux DVD Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.
        (1) Mandat suspendu de 1939 à 1944 par la parenthèse de la délégation (municipale) spéciale de 3 membres (Charles Elipot, président; Jules Delaru et Narcisse Dumont, membres), délégation mise en place par décret du  du gouvernement Daladier.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal de proximité de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai, du Conseil d'État à Paris.Et les instances judiciaires européennes.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2019, la commune comptait 3 108 habitants[Note 7], en diminution de 3,03 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8228038421 0161 1611 2061 2921 3401 400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5821 6881 7701 5281 5611 5711 5951 5881 612
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6661 6841 6261 5531 5561 5811 6081 6321 682
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 8752 1092 3132 4112 9973 0292 8152 9333 199
2015 2019 - - - - - - -
3 1733 108-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,6 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 502 hommes pour 1 638 femmes, soit un taux de 52,17 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
0,8 
5,2 
75-89 ans
7,2 
17,7 
60-74 ans
20,0 
20,7 
45-59 ans
21,2 
20,3 
30-44 ans
20,7 
15,4 
15-29 ans
11,8 
20,5 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'estaminet de la maison commune.
  • L'église Saint-Barthélémy : en 1158, « Amerin » avait déjà une église paroissiale sous le vocable de saint Barthélémy. En 1840, une nouvelle église est construite sur les fondations de l'ancienne qui menaçait de s'effondrer.
  • L'estaminet de la maison commune, construit en 1644, en rouge barre, lieu de restauration et d'exposition.
  • Les marais et le bois d'Emmerin - inscrits à l'Inventaire National du patrimoine Naturel - qui relèvent de l'Espace naturel Lille Métropole.
  • Le château d'Emmerin, jadis habité par le sire d'Haubourdin, fut brûlé en 1641.
  • Le château de Guermanez, style du XVe siècle, était affecté, avec ses dépendances, à l'institut agricole pénitentiaire fondé par le docteur Faucher, en 1855.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Réseaux Cars & Bus[modifier | modifier le code]

Emmerin est desservie par le réseau urbain Ilévia mais aussi le réseau régional Hauts de France, avec les lignes :

Réseau Urbain et Interurbain desservant Emmerin
Type Réseau Ligne Destinations Tarification en vigueur
BUS ILEVIA 58 Loos Eurasanté Epi de Soil <> Santes Marais

Via Lille CHU Eurasanté Métro

ILEVIA
TAD ILEVIA 21R Lille CHU Eurasanté Métro > Emmerin Mairie

Sur reservation de 21h30 à 00h30 uniquement

ILEVIA
CAR ILEVIA 912 Seclin Apolda <> Haubourdin Canteraine Lycée Beaupré ILEVIA
CAR ILEVIA 913 Emmerin Daudet <> Haubourdin Collège Jules Ferry ILEVIA
CAR Hauts de France 879 Lille CHU Eurasanté Métro <> Chemy Croisette

Via Seclin Hôtel de Ville

ILEVIA

Hauts de France si descente à Gondecourt ou Chemy

CAR Hauts de France 882 Lille CHU Eurasanté Métro <> Gondecourt Lycée Marguerite de Flandre

Via Houplin Ancoisne Le Bac

ILEVIA

Hauts de France si descente à Gondecourt

CAR Hauts de France 858 Lille CHU Eurasanté Métro <> Billy Berclau École Maternelle ou Annoeulin Maison d'Arrêt

Circule uniquement le Dimanche

ILEVIA
CAR Hauts de France 882 Sainghin en Weppes Place de Gaulle <> Loos Institut St Vincent de Paul ILEVIA
CAR Hauts de France 880 Noyelles Les Seclin Coperche <> Beaucamps Ligny Institution Ste Marie ILEVIA
CAR Hauts de France 880 Beaucamps Ligny Institution Ste Marie > Haubourdin Canteriaine Lycée Beaupré

Uniquement le Mercredi

ILEVIA

Les lignes scolaires traversant la commune sont utilisable par tous les usagers du réseau même non scolarisés, néanmoins les élèves restent prioritaires pour utiliser ces lignes.

Les lignes : Liane 2 (de 5h à 01h tous les jours) et CO2 (de 5h à 22h tous les jours) desservent la fin de Loos (Nord) à l'arrêt : La Marlière. Bénéficiant d'amplitudes et de fréquences horaires plus importantes, Il faut ensuite marcher 10 min pour arriver a Emmerin

Emmerin dispose de six arrêts de bus tous gérés par Ilévia.

Réseau Ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas de gare mais se situe proche de plusieurs régionales mais aussi nationale et internationale

Gare ferroviaire proches d'Emmerin
Réseaux Gare Distance Tarifications en vigueur
Hauts de France Haubourdin 2km ILEVIA

SNCF TER Hauts de France

Hauts de France Loos 3km ILEVIA

SNCF TER Hauts de France

Hauts de France Lille Centre Hospitalier Régional 3,5km ILEVIA

SNCF TER Hauts de France

Hauts de France

TGV INOUI

TGV OUIGO

SNCB NMBS

Lille Flandres 7,5km ILEVIA

SNCF TER Hauts de France

SNCF

Hauts de France

TGV INOUI

Eurostar

Lille Europe 7,8km SNCF TER Hauts de France

Eurostar

SNCF

Les abonnements et titres ILEVIA (sauf ticket ZAP) sont valables à bord des TER Hauts de France dans les limites de la Métropole Européenne de Lille.

Réseau Aérien[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d'aéroport sur son territoire, mais se situe proche de plusieurs selon la distance parcourue souhaitée:

Aéroports les plus proches selon l'utilité
Type Vocation Pays Aéroport Distance
Low Cost et

Classique

Europe

France

Maghreb

France Aéroport de Lille Lesquin 10km
Low Cost Europe

Maghreb

Moyen-Orient

Belgique Aéroport de Charleroi Bruxelles Sud 104km
Low Cost et

Classique

Monde Belgique Aéroport de Bruxelles Zaventem

Brussel Nationaal Zaventem Luchthaven

110km
Low Cost Europe France Aéroport de Paris Beauvais Tillé 141km
Low Cost Europe

Maghreb

Moyen-Orient

Pays Bas Aéroport de Rotterdam La Haye

Rotterdam Den Haag Luchthaven

180km
Classique Monde France Aéroport de Paris Roissy Charles de Gaulle 179km

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Pour venir à Emmerin en voiture, il existe plusieurs moyens :

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Lejeune "Regards sur le Passé...de 1800 à 1976 " (Bulletins municipaux 1972-1976)
  • René-Henri Delporte « Amerin hier, Emmerin aujourd'hui » (1993 - Foyer culturel du Houtland)
  • René-Henri Delporte « Emmerin, 900 ans d'histoire » (2004 - Ed. Le Livre d'Histoire - Lorisse)
  • Michel Grave – Gaëtan Lassue « Petites histoires emmerinoises –Illustrées » (2007)
  • René-Henri Delporte « Emmerin, quelques pages d’histoire –Recueil no 1 » (2014 –ENFC)
  • René-Henri Delporte « Les fusillés d’Emmerin - Retour sur les journées tragiques des 28, 29, 30 et  »  (2017 – IPNS)
  • René-Henri Delporte "Emmerin, de nouvelles pages d'histoire' - recueil d'articles - 84 pages (2020-IPNS)..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La commune de Houplin-Ancoisne est séparée par un étroit corridor de la commune de Noyelles-lès-Seclin
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station météofrance Lille-Lesquin - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Emmerin et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Lille (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 197, lire en ligne.
  24. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises - tome I », Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, vol. 12,‎ 1906-1909, p.247-254-257 (lire en ligne).
  25. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises - tome I », Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, vol. 12,‎ 1906-1909, p.105 (lire en ligne).
  26. Essai de géologie pratique sur la Flandre française, par M. Meugy, Membre résident, in Mémoires de la Société royale des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille ; imprimerie L. Danel, 1852 (Livre numérique Google : [1])
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Emmerin (59193) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).