Linselles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Linselles
Linselles
Blason de Linselles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Paul Lefebvre
2020-2026
Code postal 59126
Code commune 59352
Démographie
Gentilé Linsellois(ses)
Population
municipale
8 275 hab. (2019 en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013)
Densité 707 hab./km2
Population
agglomération
1 051 609 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 50° 44′ 17″ nord, 3° 04′ 50″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 52 m
Superficie 11,71 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lille (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lambersart
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Linselles
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Linselles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Linselles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Linselles
Liens
Site web www.ville-linselles.com

Linselles est une commune française du département du Nord et de la région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille. Ses habitants sont appelés les Linsellois(ses).

Géographie[modifier | modifier le code]

Au nord de Lille (12 km) et à l'ouest de Tourcoing (6 km), elle se trouve dans le canton, Tourcoing-Nord et est membre de Lille métropole communauté urbaine.

La Chatellenie de Lille, citée en 1039, était divisée en 6 quartiers et Linselles se situait en celui du Ferrain.

Linselles, avec un peu plus de 8 000 habitants, appartient à un bassin de population de près de 90 000 habitants du versant nord de la métropole lilloise. Elle voisine la Belgique.

Linselles s'est formée sur une pointe de terre « Le Caillou » et est arrosée par la Deûle et la Lys. On distingue deux parties : * la partie centrale en étoile ; * la partie près de la Place, avec ses maisons datant du XVIIIe siècle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Linselles est desservie par les lignes de bus 86 (Lille), 87 (Tourcoing), mais aussi par de nombreuses lignes soclaires, de la société Ilévia, qui s'arrêtent aux 17 arrêts de bus présents dans la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 680 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Roubaix », sur la commune de Roubaix, mise en service en 1965[7] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,2 °C et la hauteur de précipitations de 833,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 17 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Linselles est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lille (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 60 communes[17] et 1 051 609 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lille (partie française) est la quatrième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,8 %), zones urbanisées (18 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,3 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Leinseele en flamand[24].

Lentsales (890), Lincelis (1156).

Histoire[modifier | modifier le code]

Lentsales pourrait être le premier nom de la ville cité en 867 dans un diplôme du Roi de France Charles II le Chauve, petit-fils de Charlemagne. La forme latine "Lencelam" apparaît en 1114. Le comte de Flandre Baudouin VII confirme la perception de la dîme sur des terres à Linselles au profit de l’abbaye de Zonnebeke en Belgique.

Josse d’Halluin, époux de Jeanne de Wazier, fille du premier seigneur connu, accorde en 1363 aux gens de Linselles, le droit de fabriquer des draps de laine et d'y apposer leur sceau. Ce privilège drapier prouve l’existence d’une fabrication textile prospère. Les draps de Linselles et de la vallée de Lys étaient exportés en Allemagne du Nord dans les villes de la Hanse.

Au XVIe siècle, la réforme protestante étant combattue par les Espagnols, l’église est saccagée par les gueux et ses archives perdues. Philippe de Mérode, gouverneur de Tournai, obtient du Roi d’Espagne, en 1622, le droit de faire figurer ses armes sur le sceau de Linselles où elles resteront jusqu’en 1791.

Louis XIV chasse les Espagnols de Lille. Après avoir été flamande, bourguignonne, espagnole, Linselles rejoint, en 1668, le Royaume de France mais conserve ses privilèges de Terre Franche. La seigneurie est transmise à la famille le Vilain de Gand. Linselles donne à la Révolution française, un député, Pierre-François Lepoutre, fermier des Wattines.

Le , dans le cadre de la bataille d'Hondschoote, des combats opposèrent à Linselles les Français aux Alliés coalisés : attaque de la ville tenue par les Français par les Hollandais, reprise par les Français qui furent à leur tour assaillis et vaincus par les Anglais[25].

Après 25 ans de guerres civiles et militaires, Linselles est un bourg rural de 3 000 habitants. La culture du tabac, le commerce et l’artisanat textile assurent sa prospérité. Les cultivateurs et les marchands fortunés dirigent, font payer les routes et construisent écoles, hospice et orphelinat aidés par les riches propriétaires terriens.

Au milieu du XIXe siècle, la révolution industrielle transforme le bourg rural en petite ville du textile. Les industriels viennent de Lille, Roubaix, Tourcoing. La population atteint 4 800 habitants dont 20 % de Belges.

Le XXe siècle est aussi agité que les précédents. La Troisième République se heurte aux royalistes et aux catholiques conservateurs. L’enseignement public est laïcisé. En 1907, la dernière diligence lilloise fait toujours le trajet Lille-Bondues-Linselles[26]. Les querelles politiques s’estompent pendant la Première Guerre mondiale. La région est occupée, la population civile est séparée de ses soldats par la ligne de front proche et elle doit évacuer. La ville perd sa mairie et son église.[27] Les pertes matérielles et humaines sont considérables et la reconstruction est à peine achevée quand survient la crise économique de 1929.

Le syndrome de la première guerre mondiale occupe encore les esprits : le , le maréchal Pétain préside à la préfecture du Nord une conférence sur la protection contre d'éventuelles attaques aériennes. Il vient à Linselles assister à des expériences de brouillard artificiel[28].

Linselles compte alors 5 000 habitants. Une usine disparaît et le chômage s’étend. Les esprits sont désemparés par la défaite de juin 1940, la guerre étant moins meurtrière et dévastatrice pour Linselles que les précédentes mais l’horreur des camps, les années de captivité ou d’occupation, la rende aussi détestable. La libération en 1944 a failli engendrer une guerre civile.

Les guerres ont marqué les esprits et vingt noms de rues l'attestent. En 1962, 58 % des actifs travaillaient dans le textile dont les trois quarts à Linselles. Puis ce tissu économique, existant depuis un siècle, a progressivement disparu (fermeture d'une deuxième filature et d'un tissage).

Linselles a refusé de considérer le déclin industriel comme une fatalité. La première usine Boutemy a été reconvertie en salle des fêtes et en centre sportif. La friche Masurel, en centre-ville, a été réhabilitée en logements. Linselles s’est donnée les moyens d’attirer des urbains, recherchant un cadre de vie agréable et des créateurs d’activités économiques. Sa situation géographique privilégiée, au plan européen (12 km de Lille et 6 de Tourcoing), a permis un important développement des zones d’activités industrielles du Blaton et de la Vignette.

La ville s’est agrandie, embellie et équipée : salles omnisport, plateau multisports, mini stade, salle polyvalente, maison de retraite, Maison Enfance Famille, écoles, collèges, centre jeunesse culture… De l'importante agriculture de l’Ancien Régime, il reste les moulins, la tour pigeonnier de Hautevalle et de belles portes de la rue des Chaudronniers. Sur la place, face à l’église, la municipalité a recréé la fontaine de 1840.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1826 1831 Pierre Joseph VENANT    
1831 1837 Pierre Joseph DELOBEL   nommé par l'Empereur
1837 1866 Jean Baptiste Joseph LEFEBVRE    
1866 1901 Charles Joseph DHALLUIN    
1901 1910 Alphonse HOPSOMER   Révoqué en 1904, réélu en 1905
1910 1916 Firmin BONENFANT    
1917 1918 Léon DELACHERIE   Maire faisant fonction,
Conseiller Général (1919-1925)
1919 1941 Robert DESCAMPS   Conseiller Général (1925 à 1940)
1941 1947 Guillaume DESCAMPS    
1947 1965 Paul DELMOTTE MRP Député (1951-1955)
Conseiller général (1945-1965)
1965 mars 1989 Michel DEPLANCKE SE  
mars 1989 15 septembre 2016 Jacques REMORY DVD  
septembre 2016 mai 2020 Yves LEFEBVRE DVD  
mai 2020 En cours Paul LEFEBVRE DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[31].

En 2019, la commune comptait 8 275 habitants[Note 8], en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 4403 0573 1573 3693 5473 6813 5923 6563 638
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 7114 0864 1774 1944 4274 4024 6144 6474 634
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8634 8414 8414 2355 0895 4665 4815 2075 499
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5 5225 7966 5046 7547 6747 8768 1978 2428 104
2017 2019 - - - - - - -
8 3718 275-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,5 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 935 hommes pour 4 394 femmes, soit un taux de 52,76 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,8 
6,1 
75-89 ans
10,5 
16,0 
60-74 ans
15,7 
22,0 
45-59 ans
22,0 
17,9 
30-44 ans
17,5 
18,4 
15-29 ans
15,8 
18,9 
0-14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Taux de natalité et de mortalité[modifier | modifier le code]

Mortalité - Natalité.JPG

  1. Taux de natalité de 1990 à 1999 (en %) : 13,7 %
  2. Taux de mortalité de 1990 à 1999 (en %) : 8,6 %

Économie[modifier | modifier le code]

3518 personnes actives à Linselles / 7958 habitants

352 demandeurs d’emplois

54 commerces

35 professions libérales

83 industries ou lieux artisanats

25 exploitations agricoles

  • Au total : 163 entreprises à Linselles

Dynamisme de l’emploi (sur 5) : 3.3

Création d’entreprise (sur 5) : 3.3

Dynamisme du tourisme (sur 5) : 2.3

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • La Ferme d'Hautevalle, datée de 1714, et son porche, inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1984[36].

Patrimoine Chrétien[modifier | modifier le code]

  • L'église De la Nativité Notre-Dame, réalisée de 1923 à 1926 par les architectes tourquennois Jean-Baptiste Maillard et son fils Henri Maillard.
  • Calvaire de la rue Castelnau - Situé rue Castelnau, il a été béni le .
  • Calvaire de la Brasserie - Situé rue de Wervicq au Blaton.
  • Calvaire de la Ferme du Moulin - Situé rue de Linselles, son socle est constitué des meules de l'ancien moulin.
  • Chapelle-Calvaire de Jésus Flagellé - Aussi nommée "Chapelle du Caillou". Elle est située rue du Maréchal Joffre     Elle est reconstruite en 1953 par le curé de Linselles, Nestor Compère, Antoine Crespel et des ouvriers de l'usine Tiberghien.
  • Chapelle Notre-Dame - Aussi Nommée "chapelle Delannoy".  Située rue de Wambrechies.  Reconstruction en 1951, à l'initiative de l'abbé Tack, d'une ancienne chapelle du XIXe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame de Délivrance - Aussi nommée "chapelle du petit chemin".  Située chemin de la Vigne.  Son architecture reproduit en taille réduite l'ancienne chapelle du Triez.
  • Chapelle Sainte Barbe - Située chemin de la chapelle Sainte-Barbe.    
  • Chapelle Saint Roch - Située rue de Wervicq au Blaton. Reconstruction en oculus, intégrée à une habitation, d'une ancienne chapelle.
  • Chapelle Virgo Potens, dîte Chapelle du Triez. Située à l'angle de la place de la victoire et de la rue du Maréchal Foch. Sa sculpture est une œuvre d'Henri Derycke. Elle est construite après la seconde guerre mondiale et succède à une chapelle bâtie à cet endroit en 1733 par le maçon Pierre Deroubaix.

Toponymes Chrétiens[modifier | modifier le code]

Pèlerinage des trois Marie[modifier | modifier le code]

L'église de la Nativité est un des sanctuaires, avec ceux d'Hollebeke et de Dadizele, visités lors du pèlerinage des trois Marie, le . Les trois lieux de cultes présentent la particularité d'être voués à la Nativité de Notre-Dame. On trouve pour la première fois mention de ce pèlerinage en 1380, lorsque Marguerite d'Oultre, abbesse de l'abbaye de Messines, y prend part.[37] A l'origine, ce pèlerinage s'effectuait de nuit, à pied, en partant de Linselles. Aujourd'hui, le pélérinage s'effectue de jour, en autocar[38].

Au XVIIe siècle, on se rendait aussi en pèlerinage au sanctuaire de Linselles, réputé pour posséder une statue miraculeuse, lors des périodes de sécheresse, pour demander la pluie[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Linselles (59) Nord-France.svg

Les armes de Linselles se blasonnent ainsi :"D'argent à une face de sable."


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théodore Leuridan, Histoire de Linselles, Lille : Imprimerie L. Danel, 1883? Texte en ligne disponible sur NordNum

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Roubaix - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Linselles et Roubaix », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Roubaix - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Linselles et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Lille (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  25. Commandant Lévi, La défense nationale dans le Nord en 1793 Hondschoote, Dunkerque, (lire en ligne), p. 64 à 68.
  26. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 51
  27. Notre-Dame du Partage et Notre-Dame de la Lys'. Le 17 octobre 1918, l’armée allemande (Deutsches Heer) bat en retraite. Elle quitte Linselles en dynamitant l’ancienne église (afin que leur tour ne puisse pas etre utilisée comme tour d'observation.
  28. Cent ans de vie dans la région, Tome II : 1914-1939, La Voix du Nord éditions, n° hors série du 17 février 1999, p. 53
  29. Gaëtan Wagnon, « Linselles: l’association Via Zogoré toujours au soutien du Burkina-Faso », La Voix du Nord, 10 février 2020.
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Linselles (59352) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  36. Notice no PA00107729, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. (nl) Philip Woets, Onze-Lieve-Vrouw van Hollebeke, , 8 p., p. 3
    (Brochure en vente au Sanctuaire d'Hollebeke)
    .
  38. « Pèlerinage des 3 Marie », sur www.ndlyspartage.com (consulté le ).
  39. Martin l'Hermite, Histoire des saints de la province de Lille, Douay, Orchies, avec la naissance progres, lustre de la religion catholique en ces chastellenies par un R. Pere de la Compagnie de Jesus., Douai, imprimerie de Barthelemy Bardou, (lire en ligne), p. 547.