Jacques Marin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Marin
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Marin dans Charade (1963).
Nom de naissance Jacques Raymond Marin
Naissance
11e arrondissement de Paris (Seine, France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 81 ans)
Cannes (Alpes-Maritimes, France)
Profession Acteur
Films notables Jeux interdits
Le Poulet
Charade
Les murs ont des oreilles
L'Île sur le toit du monde
La Coccinelle à Monte-Carlo
Te marre pas... c'est pour rire !

Jacques Raymond Marin, né le dans le 11e arrondissement de Paris[1] et mort le à Cannes[2], est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Ancien élève du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, sa carrière cinématographique démarre vraiment en 1951 grâce à son rôle dans Jeux interdits.

Il tourne pas moins de 18 films avec son ami Jean Gabin.

Physiquement proche du stéréotype français, avec sa rondeur bougonne et sa moustache en brosse, il a joué dans de nombreuses productions américaines. Il maîtrise en effet parfaitement l'anglais, grâce à son épouse Patricia Hutchinson.

Cela lui permettra d'approcher de nombreuses stars, telles que Marlon Brando, Audrey Hepburn, Cary Grant, Errol Flynn, Orson Welles, Burt Lancaster, Julie Andrews, Dustin Hoffman, Michael Caine, Anthony Quinn... Il doublera également de nombreux films américains en français, et notamment des dessins animés de Walt Disney.

En 1963, il joue le rôle du père dans la première réalisation de Claude Berri, Le Poulet, qui sera récompensée par une distinction au festival de Venise et un Oscar à Hollywood.

Il a joué aussi dans de nombreuses pièces de théâtre, diffusées à la télévision dans Au théâtre ce soir, et dans des séries télévisées comme Les Cinq Dernières Minutes.

Les cinéphiles le reconnaîtront dans le rôle de l'épicier collaborateur dans Mais où est donc passée la septième compagnie ?

Il fut l'un des fondateurs de l'Adami, association qui défend les droits des artistes.

Il habita longtemps à Meudon, dans les Hauts-de-Seine, avant de se rendre sur la Côte d'Azur à Mouans-Sartoux.

En 1994, le cinéaste Gérard Courant l'a filmé pour sa série cinématographique Cinématon. Il est le numéro 1650 de la collection. C'est sa dernière apparition au cinéma.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié avec Patricia, il a deux filles : Hélène (née en 1955) et Valérie (née en 1956).

En 1967, il achète un grand terrain au hameau de Reculet à Rochefort-en-Yvelines où il fait bâtir sa maison[3].

Décès[modifier | modifier le code]

Il meurt à 81 ans, le , dans une clinique cannoise des suites d'un œdème du poumon.

Il est inhumé dans le cimetière du Grand Jas à Cannes.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Au théâtre ce soir[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Dessins animés[modifier | modifier le code]

Séries animées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 2079 (vue 9/22) avec mentions marginales du mariage et du décès. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 11e arrondissement, registre des naissances de 1919.
  2. Insee, « Acte de décès de Jacques Raymond Marin », sur MatchID
  3. Almanach de la télévision 1972 de Télé 7 jours, p.142-143

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]