Le Jour de gloire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jour de gloire, de Richard Escot.
Le Jour de gloire
Réalisation Jacques Besnard
Scénario Jacques-Henri Marin
Acteurs principaux
Sociétés de production Promocinéma
TF1 Films Production
Tele-Cine Film- und Fernsehproduktion
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 94 min.
Sortie 1976

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le jour de gloire est un film franco-allemand réalisé par Jacques Besnard, sorti en 1976.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1944, le petit village de Saint-Laurent (petit village gardois) est bouleversé le jour où des soldats allemands s'installent, bloqués dans leur retraite par la destruction d'un pont. Ils sont accueillis en héros à la suite d'une méprise du curé qui, myope comme une taupe, les avait pris pour des Américains.

Tous les moyens sont bons aux habitants pour dissimuler leurs bêtes et leur nourriture à l'occupant, qui doivent se contenter d'ersatz, de rutabagas et de topinambours.

À la suite d'une farce des enfants du village, un soldat allemand est tué. Les Allemands menacent de tuer tous les hommes du village si le coupable ne se dénonce pas. Les habitants poussent alors le facteur Grégoire, un « étranger » de Paris, à se dénoncer, et pour arriver à leurs fins décident de céder à toutes ses volontés. Il accepte, mais après avoir secrètement obtenu du Commandant allemand qu'il oublie l'affaire...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Ce film fut tourné en partie sur le Camp des Garrigues (Mas Mailhan l'ancien Mas, Val de Cabanes) pour la poursuite avec les chars, dans les Gorges du Gardon pour la traversée à vélo sous le Pont Saint-Nicolas de Campagnac. La maison cantonnière longeant la RD979 (Uzès - Nîmes) fut détruite en partie lors du tournage[1].
  • Lors d'un dialogue entre Jean Lefebvre et Hans Verner, ce dernier en réponse à « La France c'est quand même joli » réplique « Je trouve aussi, plus tard je reviendrai certainement. » Cette phrase peut s'apparenter à un clin d'œil, puisque quatorze ans auparavant, Hans Verner joua dans Un singe en hiver le rôle d'un touriste allemand venant visiter la France après la Libération.

Diffusion en France[modifier | modifier le code]

Dans son enquête de septembre 2014 concernant les 20 films de cinéma les plus regardés par les Français entre 1989 et 2014 lors de leur diffusion à la télévision française, Médiamétrie indique que le film avait été vu par 13,61 millions de téléspectateurs le 22 avril 1990 ; il arrivait donc en 10e position de la liste des films les plus vus [2] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sources : Archives du Camp Gérard JOYON responsable "Domaines Défense".
  2. Indication de Programme.tv

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :