Jean-Paul Le Chanois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dreyfus.
Jean-Paul Le Chanois
Nom de naissance Jean-Paul Étienne Dreyfus
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau : France Française
Décès (à 75 ans)
Passy (Haute-Savoie)
Profession Réalisateur
Scénariste
Dialoguiste
Acteur
Films notables ...Sans laisser d'adresse
Les Évadés
Le Cas du docteur Laurent
Les Misérables
Monsieur
Le Jardinier d'Argenteuil

Jean-Paul Dreyfus, dit Jean-Paul Le Chanois, né le à Paris et mort le à Passy (Haute-Savoie), est un cinéaste et homme de théâtre français.

Il est également connu pour son engagement politique au sein du Parti communiste français, son syndicalisme dans le milieu de cinéma et ses activités dans la Résistance sous l'Occupation allemande.

Il est également auteur-compositeur de chansons, telle que Un monsieur me suit dans la rue (interprétée par Édith Piaf et Barbara).

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en droit et en philosophie, il poursuit un temps des études de médecine qu'il abandonne pour exercer divers petits métiers : marin, manœuvre, ouvrier typographe. En 1930, il entre à La Revue du Cinéma puis joue dans les films de la société Pathé avant de devenir attaché de direction de la société. Il quitte son poste et travaille comme assistant aux côtés de Julien Duvivier, Alexandre Korda, Maurice Tourneur et Jean Renoir avant d'exercer le métier de monteur.

Dans les années trente, il est l'un des animateurs du Groupe Octobre, groupe artistique lié au Front populaire.

Jean-Paul Le Chanois réalise ses premiers films avant la guerre (Le Temps des cerises en 1938 et L'Irrésistible rebelle en 1940).

Communiste, et d'origine juive[1], il travaille comme scénariste sous un prête-nom pour la Continental-Films, société de production de films français dirigée par les Allemands sous l'Occupation[2].

Jean-Paul Le Chanois a dirigé le Comité de libération du cinéma français, organisme de résistance sous l'Occupation, sous le pseudonyme de Marceau et signe un film unique : Au cœur de l'orage (1944). Réalisé à partir de séquences filmées dans le Maquis du Vercors, c'est le seul film sur la résistance tourné sous l'Occupation.

Après la guerre, il écrit quelques scénarios et dialogues pour d'autres cinéastes avant de réaliser en 1945 Messieurs Ludovic. En 1948, L'Ecole buissonnière (Grand Prix du Festival de Knokke-le-Zoute), film assorti d'un beau succès commercial. Après La Belle que voilà (1949), il allie le populisme traditionnel du cinéma français au néoréalisme italien d'après-guerre avec Sans laisser d'adresse (1950, Ours d'or au Festival de Berlin en 1951).

Jean-Paul Le Chanois se tourne ensuite vers un cinéma moins élaboré, exploitant une veine souriante et comique. C'est, en 1953, Village magique avec Robert Lamoureux et Lucia Bosè, et en 1954, l'un de ses plus grand succès, Papa, maman, la bonne et moi, une comédie de mœurs sur la famille française type.

Cinéaste engagé, ses films portent un regard sur les avatars contemporains : la crise du logement pour Papa, maman, la bonne et moi, l'accouchement sans douleur pour Le Cas du docteur Laurent (1956) ou l'éducation permissive des enfants avec Par-dessus le mur (1961).

Puis Le Chanois tourne Les Misérables (1958), une des productions les plus coûteuses du cinéma français, avec Jean Gabin dans le rôle de Jean Valjean, Bourvil dans celui de Thénardier et Bernard Blier en inspecteur Javert. En 1964 et 1966 il réalise encore deux films avec Jean Gabin, devenu son acteur fétiche, Monsieur et Le Jardinier d'Argenteuil, avant de mettre un terme à sa carrière cinématographique. Pour l'ORTF, il réalise Madame, êtes vous libre ? (1969).

À la fin des années 1970, il crée une association, L'Image et la Mémoire, « destinée à recueillir les témoignages filmés de tous les vétérans qui avaient fait le cinéma français[3]».

Il écrit quelques chansons pour Édith Piaf et Yves Montand et met en scène au théâtre plusieurs pièces dont Phèdre et Don Quichotte. Jean-Paul Le Chanois est élu en 1972 vice président du Syndicat national des auteurs et des compositeurs CGT.

Jean-Paul Le Chanois a été le mari de la comédienne et metteur en scène Silvia Monfort.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Renard (préface de Gérard Oury), Un cinéaste des années 50 : Jean-Paul Le Chanois, Dreamland Éditeur, Paris, 2000, (ISBN 2910027562)

Essai[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Le Chanois obtint néanmoins un « certificat de non-appartenance à la race juive », grâce à un baptême catholique secret par sa grand-mère lors de son enfance.
  2. Alfred Greven, le patron de la Continental, aurait déclaré : « pour le cinéma, les Juifs sont les plus forts […] J'ai un juif chez moi, mais il ne sait pas que je le sais » (cf. Roger Richebé, Au-delà de l'écran, Pastorelly, 1977, p. 152).
  3. Claude Beylie et Philippe d'Hugues, Les Oubliés du cinéma français, préface de Jean-Charles Tacchella, Éditions du Cerf, 1999, p. 49.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]