Vos gueules, les mouettes !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vos gueules, les mouettes!
Réalisation Robert Dhéry
Scénario Colette Brosset
Acteurs principaux
Sociétés de production Télécip
Artistes Associés
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 76 minutes
Sortie 1974

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vos gueules, les mouettes ! est un film français, réalisé par Robert Dhéry, sorti en 1974. Il s'agit de son sixième et dernier film en tant que réalisateur et acteur. Le film est librement inspiré de la comédie musicale éponyme, créée par Robert Dhéry, Colette Brosset et Françoise Dorin, et présentée au théâtre des Variétés en 1971.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La famille Kenavec habite « Saint-On », tout petit port de Bretagne. Passionnés de photographie et de tournage cinéma, ils apprennent que la télévision nationale ORTF organise un grand concours primé pour réaliser des films amateurs, dont le lot principal s'élève à 5 000 francs. Le film récompensé doit également être diffusé à l'antenne nationale. Ils décident alors de filmer le quotidien de leur « pays » et mettent toute la population à contribution, sous la houlette de Bibi...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sainte-Marine : l'"Abri du Marin", ici au début du XXe siècle, un des lieux du tournage

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame-de-Tronoën avec son calvaire, un des lieux de tournage du film

Vos gueules, les mouettes ! est la dernière réalisation de Robert Dhéry, qui à la suite de problèmes financiers survenus sur le tournage du Petit Baigneur, a dû attendre six ans avant de revenir au cinéma, comme acteur.

On y retrouve la plupart des membres de la troupe des Branquignols : Robert Dhéry, Colette Brosset, Christian Duvaleix, Jacques Legras, Robert Rollis, Micheline Dax et Pierre Tornade.

Le film est tourné en Bretagne, dans le Finistère sud, à Bénodet, Pont-Croix, Combrit, Sainte-Marine, Plomeur, la pointe de la Torche [1] et Tronoën [2]. Le comédien Robert Rollis, qui présente les différents acteurs lors du générique de fin, précise : « ... et les mouettes de Léchiagat »[3].

Le titre du film s'explique par le cri des mouettes qui gêne nos "reporters en herbe" lors des scènes du tournage du film amateur sur leur région. Le caméraman improvisé peut alors s'écrier « Vos gueules les mouettes » !

Les sœurs Goadec de Carhaix, qui apparaissent dans le film

Les sœurs Goadec - fameux trio de chanteuses de kan ha diskan, responsables d'un renouveau de la culture bretonne dans les années 1960 - apparaissent dans leur propre rôle dans ce film, chantant l'air traditionnel « E Garnison ». Le bagad Ar Re Goz de Quimper joue quelques airs à la sortie d'une messe sur le placître de Tronoën. Ce film est également l'occasion de voir de « vraies » bigoudènes en coiffes et costumes traditionnels, figurantes dans le film, et au nombre encore important dans le pays Bigouden en 1974.

Appréciation critique[modifier | modifier le code]

« On aime bien les Branquignols, mais leur humour, ici, est passablement lourd et déplacé. »

— Jacques Siclier, Le Monde, 2 février 1997

« De la scène à l'écran, l'esprit branquignol a énormément perdu de son comique. Seules quelques scènes burlesques peuvent être sauvées de la médiocrité de l'ensemble. »

— Claude Bouniq-Mercier[4]

Box-office[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France : 1 045 135 entrées[5]

Ce chiffre constitue un relatif échec pour Dhéry (il ne réalisera d'ailleurs plus de film), au regard de ses précédents succès, tels La Belle Américaine (4 151 247 entrée en 1961), Allez France ! en 1964 (quinzième film de l'année avec 2 612 635 entrées) ou bien sûr Le Petit Baigneur et ses 5 542 755 entrées en 1968 (quatrième film de l'année[6]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Berthomé et Gaël Naizet, Bretagne et Cinéma, Cinémathèque de Bretagne/éditions Apogée, octobre 1995, p. 181.
  2. Curieusement, le très sérieux ouvrage cité ci-dessus ne mentionne pas Tronoën - qui apparaît nettement dans le film -, alors qu'il le fait pour d'autres longs métrages.
  3. Qu'il prononce "Leuchiagat" !
  4. Guide des films, sous la direction de Jean Tulard, collection Bouquins, éditions Robert Lafon, 2002, p. 3 239
  5. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=8424
  6. http://www.boxofficestory.com/france-1968-c22750489

Liens externes[modifier | modifier le code]