Le Diamant du Nil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Diamant du Nil

Titre original The Jewel of the Nile
Réalisation Lewis Teague
Scénario Mark Rosenthal
Lawrence Konner
Musique Jack Nitzsche
Acteurs principaux
Sociétés de production SLM Production Group
Stone Group Pictures
20th Century Fox
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie d'aventures
Durée 106 minutes
Sortie 1985

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Diamant du Nil (The Jewel of the Nile) est un film américain réalisé par Lewis Teague et sorti en 1985. Il s'agit de la suite du film À la poursuite du diamant vert de Robert Zemeckis, sorti l'année précédente. On y retrouve Jack Colton, Joan Wilder et Ralph cette fois embarqués pour l'Égypte, sur la piste d'un fabuleux joyau, celui du Nil.

La sortie du film est accompagnée de la chanson When the Going Gets Tough, the Tough Get Going de Billy Ocean, qui sera un immense succès, en se classant n°1 dans de nombreux pays.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Maquette d'avion utilisée dans le tournage du film à Ouarzazate.

Six mois après les événements liés à la quête du diamant vert[1], Jack et Joan sillonnent en amoureux les mers depuis plusieurs mois, jusque sur la Côte d'Azur. Au cours d'un banquet organisé à Cannes, Joan rencontre Omar Khalifa, un émir auto-promu « Empereur du Nil ». Victime du syndrome de la page blanche depuis quelque temps, elle accepte d'écrire sa biographie. Omar l'invite alors dans son palais. La romance tournant au vinaigre, Jack décide de continuer la croisière seul. Mais sur le chemin du départ, il tombe sur Ralph qui veut se venger de lui puis échappe de justesse au plasticage de son bateau. Un terroriste lui demande son aide pour retrouver Al-Jawhara, Le « Joyau du Nil », un symbole sacré dérobé par Omar pour légitimer son pouvoir despotique et son plan d'invasion de l’Égypte. Ralph décide de l'accompagner pour lui faire éponger sa dette.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le scénario de cette suite est écrit par Mark Rosenthal et Lawrence Konner. Ken Levine et David Isaacs travaillent comme script doctors mais ne sont pas crédités[2]. Pris par la production de Retour vers le futur, Robert Zemeckis (réalisateur du premier film) a cédé sa place à Lewis Teague pour cette suite[réf. nécessaire].

Kathleen Turner est d’abord très réticente à reprendre son rôle car elle n'apprécie pas le script.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé d'avril à juillet 1985[3].

Lieux de tournage[3]

Bande originale[modifier | modifier le code]

The Jewel Of The Nile
Music From The 20th Century Fox Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Jack Nitzsche et divers artistes
Genre musique de film, pop rock, rap, funk
Label Arista / Jive

La musique du film est composée par Jack Nitzsche. L'album de la bande originales contient par ailleurs des chansons pop rock dont le tube When the Going Gets Tough, the Tough Get Going de Billy Ocean.

Liste des titres[4]
  1. When the Going Gets Tough, the Tough Get GoingBilly Ocean (4:09)
  2. I'm in LoveRuby Turner (3:30)
  3. African BreezeHugh Masekela & Jonathan Butler (6:00)
  4. Party (No Sheep Is Safe Tonight) – The Willesden Dodgers (5:10)
  5. Freaks Come Out at NightWhodini (4:45)
  6. The Jewel of the NilePrecious Wilson (4:18)
  7. Legion (Here I Come)Mark Shreeve (4:49)
  8. Nubian Dance – The Nubians (3:35)
  9. Love ThemeJack Nitzsche (2:26)
  10. The Plot Thickens – Jack Nitzsche (4:15)

Accueil[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Le film est dédié à la mémoire de Diane Thomas, scénariste du premier film, décédée dans un accident de voiture peu avant la sortie du Diamant du Nil. Il est ainsi dédié à la mémoire de trois membres de l'équipe de production morts dans un accident d'avion lors de repérages au Maroc[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]