Michel de Ré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir .
Michel de Ré
Nom de naissance Michel-Alexandre-Jean-Lucien Gallieni
Naissance
Paris 7e
Nationalité française
Décès (à 54 ans)
Paris 2e
Profession acteur
metteur en scène
Séries notables Commandant X

Michel de Ré est un acteur et metteur en scène français né le à Paris 7e et mort le à Paris 2e.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a seize ans lorsqu'une maladie grave l'oblige à renoncer à la carrière militaire envisagée pour lui par ses parents. Aimant dessiner, il entre alors dans l'atelier de Paul Colin, découvrant la vie parisienne il se lance de le théâtre et monte "Victor ou les Enfants au pouvoir" de Roger Vitrac qui ne connaît qu'une quinzaine de représentations[1].

Il se produit au cabaret La Rose rouge en 1947 avec son spectacle En famille (ou Vie de famille) sur un texte de Jacques Prévert. En 1948, il monte "La Tour Eiffel qui tue" de Guillaume Hanoteau, puis "Les Aveux les plus doux" de Georges Arnaud[2].

Il a également été le héros d'une série télévisée populaire, Commandant X de Guillaume Hanoteau et Jean-Paul Carrère, entre 1962 et 1964.

Petit-fils du maréchal Gallieni, il a été, jusque vers 1950, le mari d'Heddy Einstein, fille du peintre William Einstein, puis le compagnon de la comédienne Martine Sarcey.

Théâtre[modifier | modifier le code]

En tant que comédien[modifier | modifier le code]

En tant que metteur en scène[modifier | modifier le code]

  • 1970 : Et à la fin était le bang de René de Obaldia, Festival de Vaison-la-Romaine
  • 1971 : Un songe pour une nuit d'été de Michel de Ré, Festival de Vaison-la-Romaine

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours no 136, semaine du 27 octobre au 2 novembre 1962, page 28
  2. Télé 7 Jours no 136, semaine du 27 octobre au 2 novembre 1962, page 29

Liens externes[modifier | modifier le code]