Des gens sans importance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Des gens sans importance
Réalisation Henri Verneuil
Scénario Henri Verneuil et
François Boyer, d'après le roman de Serge Groussard
Acteurs principaux
Sociétés de production Cocinor
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 101 minutes
Sortie 1956

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Des gens sans importance est un film français d'Henri Verneuil sorti en 1956.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Routier, Jean Viard ne trouve aucune compréhension auprès de sa famille avec laquelle il ne s'entend guère. Il lui est reproché ses longues absences, ses retours souvent retardés, le peu de temps à séjourner chez lui entre deux missions. Avec son fidèle coéquipier Berty, il s'arrête souvent au relais « La Caravane » où il rencontre Clotilde, une petite bonne d'une vingtaine d'années. Lassitude, solitude des deux êtres qui, irrésistiblement attirés l'un vers l'autre, se rapprochent. Un amour solide naît. De multiples contretemps vont empêcher Jean et Clotilde de former un couple durable. Jean perd momentanément son emploi. Clotilde, enceinte, n'osera lui avouer son état et se fera avorter. Elle meurt dans l'ambulance qui l'a prise en charge trop tard, d'une septicémie consécutive à l'avortement réalisé dans la clandestinité quelques jours plus tôt, alors qu'ils avaient enfin décidé de se retrouver et partir refaire leur vie ensemble...

Fiche technique[modifier | modifier le code]


Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Au delà de l'intrigue amoureuse entre Jean et Clotilde,le film est aussi un témoignage assez fidèle de la vie des routiers de l'époque, bien différente de ce qu'elle peut être aujourd'hui. Gabin est en quelque sorte capitaine et maître à bord de son camion (un Bernard "huile lourde" des années 50) et a une certaine latitude dans le choix de ses itinéraires et de ses horaires. Il se révolte et perd son emploi après être entré dans une colère noire lorsque son patron lui impose un controlographe (que les routiers de l'époque préféraient appeler "mouchard") à bord, ce qu'il ressent comme une marque de défiance .

Film sur la classe ouvrière, Des gens sans importance, porte témoignage d'une certaine deshumanisation des conditions de travail sous l'influence de la course aux rendements. C'est aussi un film qui aborde avec courage le problème de l'avortement, sujet encore très tabou à l'époque.

Liens externes[modifier | modifier le code]