Telly Savalas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Telly Savalas
Telly Savalas Kojak 1973.JPG
Telly Savalas en 1973.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Aristotelis Savalas
Nationalité
Formation
Université Columbia
Columbia University School of Engineering (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Enfant
Ariana Savalas (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Arme
Conflit
Tessiture
Baryton-basse (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Western (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
Ellis Island Medal of Honor (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Films notables
Séries notables
Kojak (1973-1978)
Telly Savalas et Sally Field en 1971 dans la série télévisée Mongo's Back in Town.

Aristotelis Savalas, dit Telly Savalas (Αριστοτέλης "Τέλλυ" Σαβάλας), né le à Garden City (État de New York) et mort le [1] à Universal City (Californie), est un acteur et chanteur américain d'origine grecque.

Il est particulièrement connu pour avoir interprété dans les années 1970 le rôle principal dans la série télévisée policière Kojak. On l'a également vu dans un film de James Bond, Au service secret de Sa Majesté (1969), où il interprète le rôle de Ernst Stavro Blofeld et dans divers films à succès comme Les Douze Salopards (1967) ou De l'or pour les braves (1970).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, famille et débuts[modifier | modifier le code]

Telly Savalas naît à Garden City dans l’État de New York, de parents immigrés grecs. Sa mère est originaire de Sparte.[réf. souhaitée]

Entre 1943 et 1946, il est militaire de carrière, travaillant pour le Département d'État des États-Unis. Il anime après la guerre des émissions pour l'Armée américaine avec la série radio Your Voice of America sur ABC News[2],[3]. Il travaille ensuite comme journaliste pour cette entreprise.[réf. souhaitée]

Dans les années 1950, après avoir été un réalisateur de télévision reconnu, il commence une carrière de comédien en interprétant des rôles de truand, du fait de son physique expressif[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1961, le réalisateur John Frankenheimer offre à Telly Savalas son premier grand rôle dans le film Le Temps du châtiment, aux côtés de la star Burt Lancaster, où l'acteur incarne déjà le rôle d'un d'un flic dans le quartier de Harlem. L'année d'après, Frankenheimer lui confie l'interprétation du taulard sadique dans Le Prisonnier d'Alcatraz, qui vaut à l'acteur une nomination pour l'Oscar du meilleur second rôle[1] et une nomination aux Golden Globes.

En 1965, pour son rôle de Ponce Pilate dans La Plus Grande Histoire jamais contée de George Stevens, il doit se raser le crâne ; par la suite, l'acteur conservera cette apparence[1].

En 1967, il interprète le rôle d'Archer Maggott dans Les Douze Salopards, un film d'action réalisé par Robert Aldrich. Il apparaît également en 1969 dans un James Bond, Au service secret de Sa Majesté, où il interprète le rôle de Ernst Stavro Blofeld.

De 1973 à 1978, il connaît le succès en interprétant le rôle du lieutenant de police Theo Kojak dans la série télévisée Kojak.

Plus tard, il joue un rôle différent dans les deux suites télévisuelles, Les Douze Salopards : Mission Suicide (The Dirty Dozen: The Deadly Mission) en 1987 et dans Les Douze Salopards : Mission fatale (The Dirty Dozen: The Fatal Mission) en 1988.

Producteur et réalisateur[modifier | modifier le code]

Avant d'apparaître devant la caméra, Telly Savalas travaillait comme réalisateur et producteur chez ABC. Alors qu'il supervisait le programme Gillette Cavalcade of Sports (en), il embaucha le journaliste Howard Cosell (en), donnant à l'animateur sportif légendaire son premier travail pour le petit écran[4].

En tant que producteur de la série Kojak, Savalas a donné leur première chance à nombre de futures stars.[réf. souhaitée]

Autres activités[modifier | modifier le code]

Telly Savalas a obtenu un diplôme en psychologie à l'université Columbia[4]. Il était également joueur de poker de classe mondiale (il arrive à la 21e place lors du tournoi des World Series of Poker 1992, remportant 8 080 $)[4] ainsi que pilote de moto et maître nageur. Ses autres passe-temps et intérêts incluaient le golf, la natation, la lecture de livres romantiques, les matchs de football à la télévision, les voyages, la collection de voitures de luxe et le jeu[réf. nécessaire].

Savalas a aussi sorti cinq albums studio de musique au cours de sa carrière, entre 1972 et 1980. Le morceau « If », de son troisème album, Telly, était une curiosité qui a vu l'acteur réciter sensuellement les paroles du succès du groupe Bread en 1971, sur une musique facile à écouter (easy listening). La chanson a échoué aux États-Unis, mais a pris la première place des charts pop britanniques pendant deux semaines, en mars 1975[4].

Amateur de courses de chevaux, il a acheté un cheval de course avec le réalisateur et producteur Howard W. Koch. Avec ce cheval, nommé Telly's Pop (en), il a gagné plusieurs courses en 1975, ainsi que la Norfolk Stakes et la Del Mar Futurity[5],[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Telly Savalas a été marié trois fois. En 1948, après la mort de son père d'un cancer de la vessie, il épouse sa petite amie de collège, Katherine Nicolaides. Leur fille, Christina, nommée en hommage à sa propre mère, naît en 1950. Katherine demande le divorce en 1957, après avoir découvert que Telly fuit ses créanciers. Elle lui conseille de retourner chez sa mère au cours de cette même année.[réf. nécessaire]

Alors que l'acteur est sans argent, il fonde le Center Theater Garden City dans sa ville natale, Garden City. Tout en y travaillant, il y rencontre Marilyn Gardner, professeur de théâtre. Ils se marient en 1960. Marilyn donne naissance à leur fille, Pénélope, en 1961, et à une seconde fille, Candace, en 1963.[réf. nécessaire]

En 1969, alors qu'il travaille sur le film Au service secret de Sa Majesté, il rencontre Sally Adams qui donnera naissance à leur fils, Nicholas, en . Telly et Sally n'ont apparemment jamais été mariés. Marilyn Gardner demande le divorce en 1974.[réf. nécessaire]

En 1977, au cours de la dernière saison de Kojak, il rencontre Julie Hovland, agent de voyages du Minnesota. Ils se marient en 1984 et ont deux enfants ensemble, Christian et Ariana Savalas. Julie et Telly sont restés mariés jusqu'à la mort de l'acteur. Christian Savalas est acteur, chanteur et compositeur[réf. nécessaire] ; Ariana Savalas est actrice et chanteuse/auteur-compositeur[réf. nécessaire]. Julie Savalas est inventeur et artiste[réf. nécessaire].

Savalas était un ami proche de l'acteur John Aniston[4] et le parrain de sa fille, l'actrice Jennifer Aniston[7],[4]. Il était aussi le beau-père de l'actrice Nicollette Sheridan.[réf. nécessaire]

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Les frères Savalas (de g. à d.) : Teddy, Telly, Gus et George.

Alors que Telly Savalas revient devant les caméras dans les années 1980, pour reprendre son rôle dans la série Kojak, il commence à perdre ses proches : son frère, George Savalas, qui a interprété le détective Stavros dans Kojak, meurt en 1985 d'une leucémie à l'âge de 60 ans. George avait enregistré une série populaire de chansons folkloriques grecques qui sont depuis devenues très précieuses à collectionner.[réf. nécessaire] Par ailleurs, sa mère, Christina Savalas, qui avait toujours été sa meilleure amie, son défenseur et sa parente dévouée, meurt en 1989.[réf. nécessaire]

Toujours en 1989, l'acteur est diagnostiqué d'un cancer de la vessie. [réf. nécessaire] Il refuse de voir un médecin jusqu'en 1993 [réf. nécessaire], mais il lui reste peu de temps à vivre. Luttant alors pour sa vie, il continue de jouer dans de nombreux rôles, y compris un rôle récurrent dans L'As de la crime (The Commish).

Telly Savalas meurt le [1] à l'âge de 72 ans, au lendemain de son anniversaire, à la suite de complications d'un cancer de la vessie et de la prostate, à l'hôtel Sheraton-Universal à Universal City[1]. Il est inhumé dans la section George Washington du cimetière Forest Lawn Memorial Park. Ses funérailles ont eu lieu dans l'église orthodoxe grecque Sainte-Sophie. Les membres de la famille présents étaient sa troisième épouse, Julie, son frère Gus, ses deux premières femmes, Katherine et Marilyn, avec leurs propres enfants, ainsi que plusieurs personnalités, parmi lesquelles Angie Dickinson, Nicollette Sheridan, Jennifer Aniston (sa filleule), Kevin Sorbo, Sally Adams, Frank Sinatra, Don Rickles, et plusieurs cocélébrités de Kojak, comme Kevin Dobson, Dan Frazer et Vince Conti.[réf. nécessaire]

Autour de l'acteur[modifier | modifier le code]

  • Telly Savalas avait un handicap physique mineur : l'index gauche déformé. Dans l'épisode « Conspiracy of Fear » de la série Kojak, un gros plan de Telly tenant son menton dans sa main montre clairement le doigt plié de façon permanente.[réf. nécessaire]
  • Les fameuses sucettes associées à son personnage de la série Kojak étaient en réalité un moyen pour l'acteur d'arrêter de fumer[4].
  • Influencé par ses racines grecques orthodoxes, l'acteur était un contributeur important aux cathédrales Sainte-Sophie et Saint-Nicolas à Los Angeles, un commanditaire pour apporter l'électricité dans les années 1970 dans la ville de ses ancêtres, Yeraka, en Grèce.[réf. nécessaire]
  • En tant que philanthrope et philhellène, il a appuyé de nombreuses causes helléniques et se lie d'amitié à travers le monde, dans des grandes villes notamment. À Chicago, il rencontre souvent les sénateurs de l'Illinois, Steven Nash et Samuel G. Maragos, d'origine grecque, mais également le millionnaire Frangos Simeon qui possède alors la discothèque « Athènes du Nord » et l'hôtel « Flying Carpet » près de l'aéroport O'Hare.[réf. nécessaire]
  • Il a été client régulier de l'hôtel Sheraton pendant vingt ans. À tel point que le bar de l'hôtel a été baptisé de son prénom, le Telly's[réf. nécessaire].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Kojak meurt à soixante-dix [sic] ans », sur L'Humanité.fr, .
  2. (en) Greeks Around the World, Apopsē Cultural Centre, (ISBN 9789608513938, lire en ligne), p. 178
  3. (en) « Face Of The Day: Telly Savalas; Still suckers for a seventies cop », sur The Herald, .
  4. a b c d e f et g (en) « 9 things you never knew about Telly Savalas and Kojak », sur .metv.com, Me-TV, .
  5. (en) « TIME Story (3 of 3) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur time.com, Time, .
  6. (en) « Owner Koch dead at 84 », sur thoroughbredtimes.com, Thoroughbred Times, .
  7. (en) « Jennifer Aniston turns 49 today », sur greekcitytimes.com, Greek City Times, .
  8. https://www.programme-tv.net/programme/telefilm/1775252-lassassin-du-metro/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :