Gas-oil (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gas-oil
Réalisation Gilles Grangier
Scénario Michel Audiard
Jacques Marcerou
d'après le roman de
Georges Bayle
Acteurs principaux
Sociétés de production Intermondia Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre film policier
Durée 92 minutes
Sortie 1955


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Gas-oil est un film réalisé par Gilles Grangier en 1955 et sorti sur les écrans la même année.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alors qu'il fait nuit noire et qu'il pleut à verse, le camion de Jean Chappe roule sur un corps étendu sur la chaussée, à côté de sa voiture. Cet homme avait participé quelques heures auparavant à un braquage sanglant. Ses complices retrouvent Jean et tentent de l'intimider, pensant qu'il a récupéré le butin du braquage lors de l'accident.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

  • Intérieurs dans les Studios Éclair à Épinay-sur-Seine,
  • Extérieurs à :
    • Paris dans les rues de Jessaint (18e arrondissement), Stephenson (18e) et Jules Bourdais (17e) (scènes de préparation et de fuite liées au braquage),
    • Maisons-Alfort (Val-de-Marne) dans l'avenue du Général-de-Gaulle et sur le pont de Charenton (camion qui passe la Marne),
    • Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) sur le quai Auguste-Deshaies (déchargement de la marchandise venant de Clermont-Ferrand),
    • Gennevilliers (Hauts-de-Seine) devant l'ancienne gare et les entrepôts attenants (déchargement du papier), dans une ancienne gravière au 92 avenue du Général-de-Gaulle (chargement du papier),
    • Épinay-sur-Seine rue de Paris ex-RN 310 (camion qui part sur Paris) et cimetière (1er plan de la scène),
    • Montmorency (Val-d'Oise) sur la place du Château-Gaillard (lieux où habite Jean Chape) et sur la place des Cerisiers (lieu du braquage),
    • Quincy-Voisins (Seine-et-Marne) dans l'avenue Maréchal-Foch (routier où Jean Chape a ses habitudes),
    • Jumeauville (Yvelines) sur la place de la Mairie (gendarmerie après l'accident),
    • Goussonville (Yvelines) au croisement D 130/D 158 (lieux de l'accident),
    • Guerville (Yvelines), hameau de Senneville, dans la rue Saint-Jean (école d'Alice),
    • Dans le Puy-de-Dôme :
      • Durtol sur la route de Champiot (camion qui descend sur Clermont),
      • Beaumont / Ceyrat sur le pont de Boisséjour (scènes avec le tram électrique),
      • Orcet, hameau de Petit Orcet, D 978 (routier de la rixe), *
      • Clermont-Ferrand devant la gare et dans l'enceinte des Ateliers de Construction du Centre (ACC), rue Pré-la-Reine (chargement pour Paris),
      • Murol dans la rue du Tartaret,
      • sur les routes du plateau des Dômes autour d'Aydat, Saulzet-le-Froid, le Vernet-Sainte-Marguerite et Murol (scènes des poursuites sur les D 5, D 90, D 213, D 788, et D 2089 ex-RN 89, scène finale au carrefour de D 5 et D 788).

Autour du film[modifier | modifier le code]

Gas-oil marque la première collaboration cinématographique entre Jean Gabin et Michel Audiard. Le film ne contient cependant aucun des éléments qui feront plus tard la réputation de ce duo : ni prestance seigneuriale pour l'un, ni répliques mémorables pour l'autre.

Le film montre une véritable collection de poids-lourds d'époque, dont le Willème LD 610 conduit par Jean Gabin. Autre rareté dans un film noir, on peut voir de nombreux paysages ruraux, dans une France encore très paysanne, aux routes étroites. La scène de l'arrivée à Paris, notamment, montre au spectateur du XXIe siècle des routes et rues, et un rythme de déplacement, aujourd'hui révolus.

Critique TV[modifier | modifier le code]

Pour le magazine Télé 7 jours, « Grangier à la mise en scène, Audiard aux dialogues, sur l'écran Jean Gabin et Jeanne Moreau : une très bonne série noire française. »[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 jours n° 1377, du 18 au 24 octobre 1986, p. 84

Liens externes[modifier | modifier le code]