Pierre Mondy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Mondy
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Mondy au Centre culturel d'Uccle en 2007.

Nom de naissance Pierre Cuq
Naissance
Neuilly-sur-Seine
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 87 ans)
Paris 13e
Profession Acteur
Metteur en scène
Films notables Austerlitz
Mais où est donc passée la septième compagnie ?
Le Fils préféré
Séries notables Les Cordier, juge et flic
Site internet www.armedia.fr

Pierre Cuq, dit Pierre Mondy, né le à Neuilly-sur-Seine et mort le à Paris, est un comédien et metteur en scène français.

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Pierre Cuq naît le à Neuilly-sur-Seine. Son père est le directeur de l'externat Saint-Joseph, sa mère en est l'économe. Il effectue ses études secondaires pendant la guerre au lycée Lapérouse d'Albi jusqu'à l'obtention de son baccalauréat. Avec le SC Albi, il découvre le rugby à XV et en deviendra président d'honneur. Il a également été lycéen à Gaillac[1]. Après le cours Simon auquel il s'inscrit en 1946, il débute comme doublure au théâtre en 1948 avant d'obtenir un petit rôle au cinéma dans Rendez-vous de juillet (1949)[2]. Dans ce film, il tourne avec Louis de Funès, qu'il retrouvera à plusieurs reprises au cinéma, et notamment sous la direction d'Yves Robert dans Ni vu, ni connu en 1957. Il le mettra aussi en scène dans Oscar au théâtre du Palais-Royal en 1972[3].

Au cinéma, il obtient la reconnaissance internationale en 1960 pour son rôle de Napoléon Bonaparte dans Austerlitz d'Abel Gance, une prestation qui lui permet de montrer une facette plus dramatique de son talent[4].

Carrière au théâtre[modifier | modifier le code]

Parallèlement, Pierre Mondy entame une carrière d'acteur sur les planches en apparaissant dans l'émission Au théâtre ce soir. Aux côtés de plusieurs autres comme Jacqueline Maillan, Sophie Desmarets, Jean Le Poulain, Michel Serrault ou Jean Poiret il s'illustre dans des pièces de Feydeau, Achard, Guitry, Francis Veber, Louis Calaferte, Arthur Miller ou Neil Simon[4]. Au théâtre, Pierre Mondy devient ainsi l'un des plus prolifiques metteurs en scène de la scène française, des années 1960 aux années 2000 avec plus de 64 pièces[4]. En 1974, il devient le premier scénographe de la pièce La Cage aux folles de Jean Poiret. Pierre Mondy fera, comme un clin d'œil, la voix française d'Ugo Tognazzi dans l'adaptation cinématographique réalisé par Édouard Molinaro en 1978. En 1982, Pierre Mondy succède à Jean Poiret dans Joyeuses Pâques. Il a souvent déclaré qu'entre eux deux, c'était une belle amitié, doublée d'une grande admiration pour l'artiste talentueux qu'était Poiret. À sa mort, Pierre Mondy avouera s'être senti orphelin.

Il met en scène La fille sur la banquette arrière avec Anny Duperey et Bernard Giraudeau en 1983, le Dîner de cons de Francis Veber en 1993, Bagatelle(s) en 1996 avec Michel Sardou qu'il dirigera pour la première fois.

Suite de carrière au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, il poursuit sa carrière cinématographique le plus souvent dans des comédies populaires telle la trilogie de la 7e compagnie de Robert Lamoureux, dans laquelle il incarne le sergent-chef Chaudart. Dans Le Téléphone rose d'Édouard Molinaro, il succombe aux charmes de Mireille Darc et dans Vas-y maman de Nicole de Buron, il affronte Annie Girardot[4].

Pierre Mondy fut pressenti pour jouer l'adjudant Gerber, dans la série des Gendarmes, avec Louis de Funès, finalement remplacé par Michel Galabru, faute de temps (tournée).

De 1992 à 2004, on le voit à la télévision dans la série Les Cordier, juge et flic au côté de Bruno Madinier. Puis de 2005 à 2007 dans la série dérivée Commissaire Cordier. Dans ces deux séries, il est accompagné de l'actrice Antonella Lualdi qui interprète Lucia Cordier, sa femme.

En 2002, Pierre Mondy publie ses mémoires dans La Cage aux souvenirs. Il aimait citer son professeur René Simon pour amener une des raisons de son succès : « Qu'à talent égal, la chance fait la différence. Moi j'en ai beaucoup, j'ai rencontré des gens importants du spectacle qui ont été déterminants dans mon existence ».

En 2008, il joue le rôle d'un empereur romain vieillissant et fatigué dans le Livre VI de la série Kaamelott.

Maladie et décès[modifier | modifier le code]

En juillet 2009, il est hospitalisé à la suite d'un malaise, et les médecins diagnostiquent un lymphome, qui est soigné en février 2010[5]. Il meurt à Paris le , à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, des suites d'une récidive du lymphome[6],[7],[8]. Ses obsèques ont lieu cinq jours plus tard à l'église Saint-Honoré-d'Eylau de Paris, en présence de nombreuses personnalités du monde du cinéma et du théâtre[9]. Il est ensuite inhumé au « Cimetière nouveau » de Neuilly-sur-Seine[10].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il a été marié quatre fois, en premières noces le avec l'actrice Claude Gensac (divorce le ) ; en deuxièmes noces avec l'actrice Pascale Roberts le 25 octobre 1957 et ils ont divorcé quelques années plus tard ; en troisièmes noces avec l'actrice Annie Fournier le 16 décembre 1967 qui lui donnera deux enfants, Laurent et Anne. En quatrièmes noces, il épouse, à Cannes, le , l'actrice Catherine Allary.

Pierre Mondy par sa femme l'actrice Catherine Allary avait une maison près de Brive-la-Gaillarde en Corrèze.[réf. nécessaire]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Réalisateur téléfilms[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hommage à l'acteur Pierre Mondy, ancien lycéen à Gaillac », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎  : « Mais il avait été aussi élève du lycée de Gaillac ».
  2. Interview radio du dans l'émission Les Grandes Gueules de RMC.
  3. « Le dernier bain du chef Chaudard », sur autourdelouisdefunes.fr.
  4. a, b, c et d « Mort de Pierre Mondy : Retour sur la riche carrière du comédien », sur purepeople.com,‎ .
  5. Pierre Mondy : « Comment j'ai vaincu la maladie » Le Parisien, 27 juillet 2010.
  6. « L'acteur Pierre Mondy est mort » sur Le Figaro.fr, 15 septembre 2012
  7. Véronique Cauhapé, Isabelle Regnier et Brigitte Salino, « Pierre Mondy » [nécrologie], Le Monde, 19 septembre 2012, p. 24.
  8. [vidéo] « L'acteur français Pierre Mondy s'est éteint à l'âge de 87 ans », 19:30 le journal, sur rts.ch, Radio télévision suisse romande,‎ (consulté le 16 septembre 2012). Homme de théâtre et de télévision, acteur, metteur en scène, il incarne notamment treize années durant le rôle du populaire commissaire Cordier associé à la série télévisée policière les Cordier, juge et flic.
  9. Des stars et des centaines d'anonymes rendent hommage à Pierre Mondy sur Le Parisien, 20 septembre 2012
  10. Les obsèques de Pierre Mondy célébrées en l'église Saint-Honoré-d'Eylau à Paris sur RTL, 20 septembre 2012