Les Désaxés (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Misfits et Les Désaxés.
Les Désaxés
Description de cette image, également commentée ci-après
Titre original The Misfits
Réalisation John Huston
Scénario Arthur Miller
Acteurs principaux
Sociétés de production Seven Arts Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 124 minutes
Sortie 1961

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Désaxés (The Misfits) est un film américain de John Huston sorti en 1961.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Reno dans le Nevada, la ville des mariages expéditifs… et aussi celle des divorces rapides.

Le mécanicien d'automobiles Guido conduit Roslyn au tribunal pour le divorce de celle-ci ainsi que son amie et logeuse Isabelle. Guido rencontre son ami le cow-boy Gay, un aventurier dilettante qui a pour projet de capturer un troupeau de chevaux sauvages. Le hasard fait que tous se retrouvent dans un bar après l'officialisation du divorce, et que tous ont envie d'« autre chose ». Ils décident d'aller faire un tour et se rendent à la maison de campagne de Guido. Guido et Gay tombent sous le charme de Roslyn et lui demandent de rester quelques jours de plus à Reno avant de retourner chez elle. Ils boivent et ils dansent. Guido essaie même de l'embrasser, sans succès. Gay lui propose de la ramener chez elle mais ils retournent finalement dans la maison de Guido où ils se retrouvent seuls pour leur première nuit.

Ils passent ensemble quelques jours heureux, même si Gay doit accepter l'amour qu'elle porte aux animaux. Il aimerait aussi savoir pourquoi elle est toujours aussi triste.

Quelques jours plus tard, Guido et Isabelle leur rendent visite. Pour aller capturer des chevaux sauvages, Gay et Guido ont besoin d'un troisième homme : ils vont aller le chercher au tout prochain rodéo. Sur le chemin, ils rencontrent le cow-boy Perce à qui ils proposent la chasse aux mustangs. Isabelle les quitte. Après un verre dans un bar, Perce participe au rodéo, mais cela ne se passe pas très bien pour lui puisqu'il se blesse. Ils reviennent ensuite tous au bar et deviennent plus ou moins saouls. Perce tombe lui aussi amoureux de Roslyn.

Le lendemain, ils vont chasser les quelques chevaux repérés, les attrapent et finalement les relâchent sur l'insistance de Roslyn. Elle annonce qu'elle partira le lendemain[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Cascades 

Jack N. Young (Doublure de Clark Gable)

Analyse[modifier | modifier le code]

John Huston choisit de réaliser un drame intimiste en noir et blanc, de filmer au plus près des visages, et d'ignorer les déserts hypnotiques du Nevada[2]Arthur Miller, au printemps 1956, a écrit dans un cabanon loué à Reno, capitale des divorces, une nouvelle (qui deviendra le scénario du film) alors qu'il attend que soit prononcé le divorce qui lui permettra de se marier avec sa maîtresse, l'actrice Marilyn Monroe. Alors que l'écrivain new-yorkais se saoule dans des bars miteux avant de se jeter dans l'arène du rodéo, il découvre à cette occasion que ce désert est « un refuge des déracinés, des vagabonds, des paumés, des criminels en cavale[3] ».

Le film est un poème désenchanté sur la fin des mythes américains : mythe de l'Ouest américain, mythe de l'innocence, mythe de La Frontière, mythe des cow-boys libres dans la nature. « En cela, le scénario de l'écrivain Arthur Miller dresse un constat grinçant et particulièrement sombre de l’Amérique d'Eisenhower de la fin des 50's, une nation qui a du mal à communiquer et dont le rêve des "Pères fondateurs" a échoué[1] ».

Réception[modifier | modifier le code]

Alors que le film a coûté de plus de 4 millions de dollars, les recettes recueillies sur le territoire américain s'élèvent à seulement 4,1 millions de dollars. Les Désaxés sont d'abord un échec public et critique[1].

Autour du film[modifier | modifier le code]

De nombreux photographes de premier plan ont pris des clichés lors du tournage: Eve Arnold, Cornell Capa, Henri Cartier-Bresson, Bruce Davidson, Elliott Erwitt, Ernst Haas, etc.

Le film, qui n'eut guère de succès à sa sortie, est aujourd'hui connu pour des raisons qui tiennent moins à son contenu qu'à la vie de ses interprètes. Clark Gable mourut d'un infarctus quelques semaines après la fin du tournage, et Monroe ne termina jamais son film suivant, Something's Got to Give (George Cukor, 1962). Montgomery Clift tourna encore trois films et mourut à quarante-cinq ans. Il n'en fallait pas davantage pour établir l'image « crépusculaire » des Misfits – fin du mythe de l'Ouest, fin de l'âge d'or d'Hollywood[1].

En 2016, le dessinateur Luz entame sous forme de feuilleton mensuel dans les Cahiers du Cinéma la publication d'une bande-dessinée consacrée au tournage, Misfits[4].

Clark Gable[modifier | modifier le code]

Les Désaxés est le dernier film de Clark Gable, né le 1er février 1901, décédé le , soit quelques jours après la fin du tournage (4 novembre). Il avait 59 ans. Les relations avec Marilyn Monroe furent tendues sur le plateau, au point que certains témoignages rapportent une réflexion de Gable au sujet de sa partenaire : « She damn near gave me a heart attack” » (« elle a failli me donner une crise cardiaque »)[5].

Marilyn Monroe[modifier | modifier le code]

Dans son 29e et dernier film (achevé) où elle se trouve seconde au générique, derrière Clark Gable et devant Montgomery Clift, Marilyn Monroe interprète un rôle spécialement écrit pour elle par son mari Arthur Miller, celui d'une femme qui vient de divorcer, qui est perdue, qui ne sait pas où aller et que faire, et qui est très déçue des hommes. Le personnage de Roslyn conçu par Miller s'inspire à beaucoup d'égards de Marilyn qui hésite longtemps avant d'accepter le rôle[6]. Monroe est morte quelques mois après la fin du tournage, à 36 ans.

Marilyn Monroe a été désignée responsable de la rapide chute de santé de Gable, puis de sa subite mort quelques jours plus tard, en raison de son mode de travail (retards incessants, tournage arrêté en août 1960 car en proie à une grave dépression nerveuse, elle est hospitalisée pendant 12 jours, prises des scènes multipliées à l'envie, etc.), notamment par la dernière femme de Gable, Kay (enceinte à cette époque), ce qui l'a jetée dans une nouvelle phase de dépression[7]. Elle n'alla pas assister à la cérémonie funéraire de la star défunte. Kay l'invita cependant au baptême du fils que Clark Gable ne connut jamais. On a ensuite mentionné le fait que Gable avait tenu à jouer toutes ses scènes dans le film, y compris les cascades, qui l'ont beaucoup sollicité et fatigué.

Eli Wallach[modifier | modifier le code]

Eli Wallach, le dernier des quatre acteurs principaux, est décédé plus de 50 ans après avoir tourné le film (24 juin 2014). Il gagnera la célébrité 3 ans après le film en interprétant le rôle de Tuco (« Le Truand ») dans le western spaghetti Le Bon, la Brute et le Truand (1966) de Sergio Leone.

Montgomery Clift[modifier | modifier le code]

Après le tournage du film, Marilyn Monroe déclare à propos de l'acteur : « Il est le seul être qui soit encore plus perdu que moi »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Ludovic Béot, « Pourquoi "Les Désaxés" de John Huston est-il l'un des films les plus morbides de l'histoire du cinéma ? », sur lesinrocks.com, .
  2. Christophe Leclerc, Le cinéma de John Huston : entre l'épique et l'intime, Editions Publibook, , p. 94.
  3. Christiane Desafy-Grignard, Arthur Miller: une vie à l'œuvre, Sémaphore, , p. 101.
  4. Cahiers du Cinéma, « Édito n°725, septembre 2016 La rentrée cinéma », sur www.cahiersducinema.com (consulté le 21 juin 2017)
  5. (en) Ann Lloyd, Marilyn: a Hollywood life, Mallard Press, , p. 94.
  6. (en) Serge Toubiana, The misfits: story of a shoot, Phaidons, , p. 56.
  7. (en) Kenneth T. Jackson, The Scribner Encyclopedia of American Lives: 1986-1990, Charles Scribner's Sons, , p. 447.
  8. Olivier Rajchman, « Montgomery Clift - Une place en enfer », Studio Ciné Live n°76,‎ , p. 130

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Goode, The Story of The Misfits, Bobbs-Merrill, 1963
  • Serge Toubiana, The Misfits : chronique d'un tournage par les photographes de Magnum, Cahiers du cinéma, 1999

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]