47e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

47e Régiment d'Infanterie
Image illustrative de l’article 47e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 47e Régiment d’Infanterie.

Création 1642
Dissolution 1962
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Rôle Infanterie
Garnison Saint-Malo
Devise Semper fidelis
Toujours fidèle
Inscriptions
sur l’emblème
Fleurus 1794
La Corogne 1809
Constantine 1837
Sébastopol 1855
Artois 1915
Verdun 1917
La Marne 1918
AFN 1952-1962
Anniversaire Saint-Maurice
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 47e régiment d'infanterie (47e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de Lorraine, un régiment français d'Ancien Régime

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]



Colonels / Chef de brigade[modifier | modifier le code]

  • 17 juillet au 1er septembre 1918 : Colonel Louis-Gaston Zopff
  • 1938-1939 : Colonel Voillot
  • 1939-1940 : lieutenant-colonel Binet puis commandant Perier puis lieutenant-colonel de la Vernette.

Historique des garnisons, combats et batailles du 47e RI[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le Prince Thomas de Savoie Carignan accepte en 1642 de rejoindre le camp des Français.
En 1658 le Roi Louis XIV regroupe ses régiments et décide de réunir le Régiment de Carignan et celui de Salière, du fait que ces deux régiments étaient chargés de la protection du Roi et avaient donc même vocation.
En 1659 il devient alors Régiment français de Carignan Salière. Le Régiment de monsieur de Salières était un régiment de Mousquetaires qui devient par la suite Régiment de Soissons. C' était donc bien un Régiment de valeur, apprécié par le Roi, complété par d'autres compagnies de plusieurs autres régiments qui fut envoyé en Nouvelle France.
Retour du régiment, peu de compagnies rentrent en France, ce qui laisse à penser au Roi que seulement l'équivalent d'environ 2 compagnies du régiment de Carignan-Salières rejoignent leur unité, le reste retournant dans leur régiment d'origine. Plusieurs compagnies reformées reviendront en Nouvelle France, en 1670, quelques-unes sous le nom du régiment, d'autres sous l'appellation de leur régiment d'origine, voire en compagnie Franche de la Marine.
Il participe à toutes les guerres de Louis XIV et de Louis XV, ainsi qu'à la guerre d'Indépendance de l'Amérique.
Un détachement envoyé en Amérique (1781).
Le régiment est à Givet (1791).

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Le régiment reçoit le drapeau tricolore (1792).
En 1792, où les régiments furent désignés définitivement par des numéros. Chacun prit le numéro qui lui avait été donné au dernier classement général fait en 1776.
Devenu le 47e de Ligne il est présent à la bataille de Fleurus (1794, puis il est intégré à l'armée du Rhin et Moselle (1796) et en 1799 il est une des unités de l'armée des Alpes.
De 1808 à 1814 il prend part à la guerre d'Espagne, et reçoit du maréchal Bessières une épée d'honneur.

insigne de béret d'infanterie

1815 à 1852[modifier | modifier le code]

Dissous en 1815, il est reconstitué en 1830 et participe à la conquête de l'Algérie de 1835 à 1839.

  • 1830 : Une ordonnance du 18 septembre créé le 4e bataillon et porte le régiment, complet, à 3 000 hommes[2].

Le 15 octobre 1837, au cours de l'assaut de Constantine, après l'explosion qui se produit causant "La Brêche", le colonel Combes du 47e de Ligne se jette devant les soldats qui reculent, fait battre la charge et franchit la "Brêche" à leur tête. Atteint de 3 balles, il continue à marcher en tête de sa troupe dans les ruelles de Constantine.

Ses forces l'abandonnant, il se retire lentement et regagne la "Brêche" afin de rendre compte au général en chef de la prise de la ville.
Il termine son rapport par ces mots: " Ceux qui ne sont pas blessés à mort auront à se réjouir d'un aussi beau succès. Pour moi je suis heureux d'avoir pu encore, à ma dernière heure, faire quelque chose pour le Roy et pour la Patrie"
Il succombe de ses blessures le lendemain et fut inhumé en face de la "Brêche", théâtre de sa gloire.
Une rue de Constantine porta le nom, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie, de "Rue du 47e de Ligne".

Second Empire[modifier | modifier le code]

En Crimée de 1855 à 1856, il participe au siège de Sébastopol et à la bataille de Tratkir.

Par décret du 2 mai 1859 le 47e régiment d'infanterie fourni 1 compagnie pour former le 102e régiment d'infanterie de ligne.

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

En 1870, il combat à Frœschwiller, puis à Sedan, il dépose les armes après la capitulation de Napoléon III .
Son 2e bataillon est envoyé en Tunisie en 1881.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 : casernement Saint-Malo, Saint-Servan, 40e brigade d'infanterie, 20e division d'infanterie, 10e corps d'armée.

Le 247e régiment d'infanterie et son porte-drapeau, le servannais Alexandre Miniac, durant la Grande Guerre.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Alexandre Miniac en uniforme du 247e régiment d'infanterie

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Le 15 octobre 1918 il pénètre en Alsace. Il apprend à Frizon la signature de l'armistice.
Parti de Saint-Malo, le 47e R.I. finit la guerre à Strasbourg le 22 novembre 1918, après un début à Charleroi.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Insigne régimentaire du 47e régiment d'infanterie (1939).jpg

Formé le 9 septembre 1939 sous les ordres du lieutenant-colonel Binet puis commandant Perier puis lieutenant-colonel de la Vernette, il appartient à la 20e division d'infanterie. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie; réserve A type NE; il est mis sur pied par le CMI 44 Saint-Malo.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1955 le 47e régiment d'infanterie est recréé et devient le 47e bataillon d'infanterie - unité de rappelés. Il rejoint Barika dans le secteur de Batna;
En 1956 il est transféré à El Kantara et installe le PC à l’hôtel Bertrand dans les gorges et devient le "quartier nord", ZSC, 21e DI, secteur de Biska.
La troupe se répartit dans les PK de surveillance de la voie ferrée Biskra - Batna par où transitent, outre les trains de voyageurs et de marchandises, les trains de pétrole brut.
Secondé par un peloton cynophile stationné à la gare d'El Kantara, ne nombreuses mines seront neutralisées, néanmoins de nombreux convois ferroviaires seront victimes de ces mines à l'exception des .....trains de pétrole.
En juin 1959, et par décision du général Boucher de Crèvecœur commandant la 21e DI, la 3e Compagnie occupe Beni Ferrah, abandonné depuis 1954 et la 2e Compagnie stationne à Djémorah où elle remplace une unité de tirailleurs algériens. Le commando de chasse restera stationné à El Outaya sur la RN Biskra - Batna.

Insigne régimentaire du 47e Régiment d’Infanterie..jpg

Les chefs de bataillon ayant commandé l'unité en Algérie furent:

  • Chef de bataillon Rubin
  • Chef de bataillon Lagrange

De 1956 à 1962 le bataillon aura 43 morts et 78 blessés.

À la veille du cessez-le-feu (19/03/1962), 5 soldats seront assassinés au PK 159 près d'El Kantara par 3 déserteurs algériens. Dès le 19 mars 1962 les PK 121, 131, 136, 139, 159, 169, 185, 193 de surveillance de la voie ferrée sont supprimés et le PK 123 - "col des juifs" le sera le 27 mars. Les 5 soldats littéralement "égorgés et mutilés " sont le Sergent Pireaux André, le 1er cl. Dayriat André, 2° cl Touboul Maurice Prosper, 2° cl Bernard Roger et le 2° cl. Fernand Brun. à cause de la trahison des 3 éléments F.S.N.A de la garnison qui ont déserté. Il y eut deux rescapés.
En mai les 11 mulets du bataillon et les 23 chiens du 16e peloton cynophile sont reversés respectivement aux centres vétérinaires de Saint-Arnaud et Compiègne.
En juillet 1962 le bataillon embarquera à Bône et sera dissous au camp de Sissonne.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, brodées en lettres d'or, les inscriptions[3],[4]:

Fourragère CG.png

47e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes.
  • Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 (OG n°124/F du 16/09/1918).
  • Le 47e Bataillon d'Infanterie gardera les décorations et insigne du 47e Régiment d'Infanterie. Il sera le dépositaire du drapeau jusqu'à sa dissolution en 1962. Le drapeau faisant partie des "collections" est déposé au Fort de Vincennes.

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Pigeard, Dictionnaire de la Grande Armée, Tallandier, (ISBN 2-84734-009-2), p. 731
  2. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  3. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  4. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]