La Villeneuve-lès-Charleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Villeneuve-lès-Charleville
La Villeneuve-lès-Charleville
L'église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie Champenoise
Maire
Mandat
Raymond Chauvet
2020-2026
Code postal 51120
Code commune 51626
Démographie
Population
municipale
118 hab. (2019 en diminution de 3,28 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 31″ nord, 3° 41′ 44″ est
Superficie 11,17 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sézanne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sézanne-Brie et Champagne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
La Villeneuve-lès-Charleville
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
La Villeneuve-lès-Charleville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Villeneuve-lès-Charleville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Villeneuve-lès-Charleville

La Villeneuve-lès-Charleville est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Villeneuve-lès-Charleville
Corfélix
Charleville La Villeneuve-lès-Charleville Soizy-aux-Bois
Lachy Mondement-Montgivroux, Broyes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Villeneuve-lès-Charleville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sézanne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73 %), forêts (22,1 %), zones agricoles hétérogènes (3 %), prairies (2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence de la commune est attestée depuis le XIIe siècle par une charte d'Hatton, évêque de Troyes entre 1122 et 1145[8], qui mentionne déjà le nom actuel en latin : Villanova juxta Carolivillam.

Au XVIIe siècle, la seigneurie de La Villeneuve appartenait à Claude II de Champagne, vicomte de Condry[Note 3]. Son mariage avec Suzanne de Geps, fille de Paul de Geps, seigneur de Flavigny, la Godine et Chapton est à l'origine du rattachement des deux lieux[9].

Durant la campagne de France de 1814, 400 chevaux d'une des divisions du 6e corps d'Armée furent stationnés à la Villeneuve et à Charleville[10]. Sur un plan du cadastre napoléonien datant de 1813, on remarque les fortifications qui devaient correspondre au casernement à l'entrée ouest du village[11].

Le , arrive à La Villeneuve-lès-Charleville le 19e BCP, qui s'installe au château de Chapton. Des combats ont lieu le lendemain à l'est du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1995 François Pietrement   Agriculteur
1995 2001 Jacky Maltaverne   Agriculteur
2001 En cours
(au 4 juillet 2014)
Raymond Chauvet   Ancien employé municipal à Sézanne
Réélu pour le mandat 2014-2020[12],[13]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2019, la commune comptait 118 habitants[Note 4], en diminution de 3,28 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
224238247254249266263273299
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300306273262243268255272268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262228224198174192175176180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1371571341238189114116119
2015 2019 - - - - - - -
114118-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Chapton des XVIIIe et XIXe siècles.
  • L'église est classée monument historique le [18]. Il s'agissait de la paroisse Saint-Nicolas dont la dîme était levée en partie par l'abbaye bénédictine de Molesme[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le hameau de Condry aujourd'hui rattaché à la commune de Neuvy fut une vicomté qui incluait « Morsins », Leuze, Neuvy, Lignières, La Villeneuve, Beauregard et en partie Joisel mais il ne reste que quelques ruines de l'ancienne maison forte.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Henri d' Arbois de Jubainville, Pouillé du diocèse de Troyes rédigé en 1407, A. Durand, , 318 p. (lire en ligne), p. 172 (note 339 en bas de page), 173, 304.
  9. Antoine Marie Hozier de Serigny, Armorial général de la France, vol. 1 à 5, Collombat, (lire en ligne).
  10. Maurice-Henri Weil, La campagne de 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne : La cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814, vol. 2, Librairie militaire de L. Baudoin, (présentation en ligne), p. 172.
  11. Cadastre napoléonien, 1813, Archives de la Marne, section Au, cote 3 P 1358/2
  12. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, [xls], consulté le 22 décembre 2008
  13. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Église à La Villeneuve-lès-Charleville », notice no PA00078898, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. M. D'Arrois de Jubainville, Iventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : département de la Marne, (lire en ligne), p. 194.
  20. Charles Le Goffic, La guerre qui passe, Bloud & Gay, , 383 p. (présentation en ligne), p. 115-118.