Tilloloy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 'Tilloloy (Canton de Roye), ne doit pas être confondue avec Fresnes-Tilloloy (canton d'Oisemont), toutes deux communes du département de la Somme.
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Tilloloy
Le château.
Le château.
Blason de Tilloloy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Roye
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Roye
Maire
Mandat
Gérard Comyn
2014-2020
Code postal 80700
Code commune 80759
Démographie
Population
municipale
346 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 38″ nord, 2° 44′ 55″ est
Altitude Min. 87 m – Max. 109 m
Superficie 6,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Tilloloy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Tilloloy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tilloloy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tilloloy

Tilloloy est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tilloloy, village situé dans le Santerre, à mi-chemin entre Roye (au nord) et Conchy-les-Pots (au sud), est traversé par l'ancienne route nationale RN17 (actuelle RD 1017). Les deux tracés parallèles de l'autoroute A1 et du TGV Nord longent la localité à l'est et la séparent de Beuvraignes.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Le principal employeur est le Foyer de Vie de 60 lits.
Une société spécialisée dans la conservation de la pomme de terre est la seule activité industrielle.
Il y a environ quinze chambres d'hôtes.
Il n'y a plus d'artisans et commerçants.
Le territoire, implanté dans le Santerre réputé pour la richesse de ses terres agricoles, est très favorable à la culture de l'oignon, dont la production est destinée à l'industrie agro-alimentaire. Une société s'est spécialisée, la SARL Lambert.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ruines du château, en 1915, pendant la Première Guerre mondiale.

L'histoire du village a été longtemps liée à celle de la Maison de Soyécourt, propriétaire du château.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1987 Marcel Comyn    
1987 en cours
(au 6 mai 2014)
Gérard Comyn   Réélu pour le mandat 2014-2020[1], [2]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 346 habitants, en diminution de -8,95 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
516 462 567 505 489 532 543 522 466
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450 431 402 405 436 430 413 385 380
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
370 336 361 307 297 287 268 280 333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
340 386 414 378 372 388 385 359 346
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-Lorette[modifier | modifier le code]

(classée lors du premier inventaire des Monuments historiques en 1840). Elle a été représentée par le peintre Maurice Denis.

Le château[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Tilloloy.
  • Il date du XVIIe (MH), en brique et pierre.
  • Fontaine des Filles de la Révolution ( rappelle la création du réseau d'adduction d'eau potable en 1921 par la NDSAR ).
  • Observatoire d'artillerie construit par les soldats du génie de la 26 D.I. en septembre 1915.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason-Tilloloy.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : De sable fretté d'argent semé de fleurs de lys.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Blaise Cendrars raconte dans "La Main coupée" que l'escouade de la Légion étrangère qu'il commandait a combattu de février à mai 1915 à Tilloloy. Dans le potager, existe toujours dans le mur la mémoire de son copain Rossi (soldat ERASO du 3e régiment de marche de volontaires étranger).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 10 avril 2009)
  2. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .