Jules César (Astérix)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jules César (homonymie).
Jules César (Astérix)
Personnage de fiction apparaissant dans
Astérix.

Jules César dans Astérix
Jules César dans Astérix

Alias (latin : Caius Iulius Caesar IV à sa naissance, Imperator Iulius Caesar Divus après sa mort)
Naissance 12 ou 13 juillet 100 av. J.-C. ou 102 av. J.-C.
Origine République romaine
Décès 15 mars 44 av. J.-C.
Sexe Homme
Famille Fils adoptif : Brutus
Concubine : Cléopâtre
Fils : Césarion
Entourage Pompée, Crassus

Créé par René Goscinny et Albert Uderzo
Interprété par Gottfried John (Astérix et Obélix contre César, 1999)
Alain Chabat (Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, 2002)
Alain Delon (Astérix aux Jeux Olympiques, 2008)
Fabrice Luchini (Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté, 2012)
Voix Jean Parédès (1968)
Jean Martinelli (1976)
Serge Sauvion (1985 à 1986)
Robert Party (1994)
Philippe Morier-Genoud (2014)
Séries Astérix
Première apparition Astérix le Gaulois (1961)

Jules César est un personnage de la bande dessinée Astérix, librement inspiré du personnage historique Jules César.

Portrait physique[modifier | modifier le code]

Jules César apparaît dès la première planche de la série dans l'histoire Astérix le Gaulois. Physiquement, il possède alors un visage rond et un long nez droit, mais à la fin de l'album son physique a changé spectaculairement puisqu'il possède désormais un visage fin et un nez toujours long, mais cette fois cassé[1]. De plus, il est représenté avec le front dégarni, un menton volontaire et une glotte proéminente. Cette dernière représentation est son physique définitif, inspirée des figures sur les pièces de monnaies et de la description de l'écrivain Suétone[2].

Traitement du personnage historique[modifier | modifier le code]

Le personnage historique qu'est Jules César est traité dans la série d'une manière plutôt burlesque tout en sachant aussi à la fois sauvegarder la dignité du personnage. S'il n'est jamais atteint physiquement par les coups (à part une pierre lancée par le jeune Ibère Pépé) ni menacé dans sa fonction, du moins par les irréductibles Gaulois, son rôle de grand homme est regulièrement parodié[3]. À commencer par ses célèbres citations, parodiées dans la série, ainsi le célèbre « Veni, vidi, vici » est mis à toutes les sauces et devient « Veni, vidi et je n'en crois pas mes yeux » ou encore « Veni, vidi et j'ai compris ». Dans l'histoire Astérix chez les Belges, il s'écrie à un sénateur qui l'ennuie avec un discours sur la sécheresse dans les plantations de choux « Tu sais où tu peux te la mettre la brassica », le greffier est alors sommé par le président de séance de supprimer la dernière intervention de César, car cela fera mauvais effet pour les générations futures[4]. Sa façon de parler de lui à la troisième personne dans ses livres est également moquée dans l'histoire Le Domaine des dieux avec un dialogue simplement surréaliste entre César et l'un de ses conseillers[5].

La préoccupation de Jules César à vouloir tenir une grande place dans l'Histoire comme un homme digne est aussi moquée en le faisant perdre son sang froid dans certaines situations où il n'arrive pas à se faire craindre et respecter[5]. Ainsi dans le récit Astérix légionnaire, il entre, en pleine conférence militaire, dans une forte colère après avoir été interrompu par l'Égyptien Courdeténis qui le prend pour un organisateur de vacances. De même, dans Astérix chez les Belges, il s'écrie au chef pirate venu le voir pour lui parler du naufrage de son bateau par les légions romaines « Va voir chez les Belges si j'y suis ! ». Il est toutefois rétabli dans son statut de personnage historique, en mettant plusieurs fois sa clémence en avant. Ainsi dans Astérix légionnaire, il laisse repartir librement Tragicomix en Gaule, il en fait de même avec Assurancetourix et les gladiateurs dans l'album Astérix gladiateur. Dans l'histoire Astérix chez les Belges, il conclut la paix avec les Gaulois en échange de sa bienveillance. Finalement, l'aura historique de Jules César n'est jamais atteinte et bien que souvent malmené dans la série, son prestige est toujours rétabli[6].

Lien avec Brutus[modifier | modifier le code]

Dans Astérix, Brutus est considéré comme le fils adoptif à part entière de César, Auguste n'apparaissant pas du tout. Dans le film Astérix aux Jeux olympiques, il semble être aussi son fils biologique[7]. Dans les albums scénarisés par Uderzo, Brutus est généralement vu comme un idiot, mais peu dangereux. Ce personnage sert surtout à placer des blagues adressées à ceux qui connaissent l'histoire : César lui lance en de nombreuses occasions Tu quoque mi fili, l'expression prenant un sens absolument insignifiant par rapport à son utilisation historique. Ou dans Le Devin, un prophète indique à César qu'il n'aura rien à craindre tant que Brutus serait près de lui et comble de l'ironie Brutus tient un poignard au même moment.

Médias[modifier | modifier le code]

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Plusieurs comédiens de doublage ont prêté leurs voix à Jules César :

Jules César n'apparait pas dans les adaptations, Astérix et le Coup du menhir sorti en 1989 et Astérix et les Vikings, sorti en 2006.

Films en prises de vues réelles[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Jules César tient aussi un rôle important dans la plupart des jeux vidéo Astérix où il est souvent l'antagoniste principal :

  • Astérix : La Bataille des Gaules, 2001 développé et édité par Infogrames : Panoramix envoie Astérix et Obélix à la recherche d'ingrédients pour une nouvelle potion disséminés dans toute la Gaule qu'il faut reconquérir face aux légions de César. Le visage de César apparaît en médaillon sur la carte lorsque c'est le tour des Romains d'attaquer. La dernière mission du jeu consiste à se rendre à Rome pour s'emparer des lauriers de César comme dans l'album Les Lauriers de César et comme dans cet album, Astérix se rend au Palais de César puis au Cirque Maxime pour affronter les fauves et tenter de s'emparer de la couronne de lauriers que César a sur sa tête dans la tribune d'honneur.

Et il est notamment présent dans les trois jeux développés par Étranges Libellules et édités par Atari, dans ces trois jeux, il est doublé par un comédien non crédité :

  • Astérix et Obélix XXL, 2004 : Il a fait enlever les habitants du village pendant qu'Astérix, Obélix et Idéfix étaient à la chasse au sanglier et les a fait embarquer sur deux galères qui doivent les disséminer des prisons de différentes parties de l'Europe et de l'Empire romain. Il est aussi le boss de fin du jeu mais on ne l'affronte pas directement, il pilote à distance la machine infernale qu'il faut affronter.
  • Astérix et Obélix XXL 2 : Mission Las Vegum, 2005 : Il semble avoir rallié Panoramix de son côté et fait enlever trois puissants druides grâce à son aide, Septantesix le druide belge, Garmonparnas le druide grec et Kerøsen le druide viking, dont il compte utiliser les pouvoirs pour bâtir une armée de légionnaires incincibles au parc de Las Vegum qui lui permettra ensuite de vaincre enfin les irréductibles Gaulois, il est à nouveau l'un des boss du jeu mais cette fois l'avant-dernier. Contrairement à la bande dessinée, aux adapations à l'écran et aux précédents jeux vidéo, on le voit pour la première fois lutter au corps à corps avec les Gaulois et pouvant être atteint par leurs coups dans ce jeu. César s'est en fait multiplié en de nombreux clones de lui-même grâce à une potion magique, peut-être s'agit-il de la potion de Panoramix augmenté du lait de licorne à deux têtes comme dans le film Astérix et Obélix contre César sorti en 1998, cette potion permettant de dédoubler le consommateur en plus de la force surhumaine qu'elle lui accorde. Il s'agit d'une référence à l'Agent Smith qui crée de multiples doubles de lui-même dans Matrix. Il est cependant possible que seuls les doubles de César affrontent les Gaulois et que l'original ne prenne pas part au combat.
  • Astérix aux Jeux olympiques, 2007 : Brutus et ses complices étant les principaux antagonistes, il ne fait ici que de brèves apparitions dans les cinématiques où on voit sa tête en médaillon et où on entend parfois sa voix crier "Brutuuuuuus !" quand une des tentatives de tuer son père échoue, on le voit aussi de loin dans la tribune d'honneur du stade au côté du roi Samagas et de sa fille la princesse Irina pendant les épreuves olympiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Andrieu, Le livre d'Astérix le Gaulois, p. 84
  2. Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités, p. 83
  3. Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités p. 88
  4. Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités p. 85
  5. a et b Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités, p. 86
  6. Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités, p. 87
  7. cf la réplique "Arrête avec ta mère"