Peuples finno-ougriens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les peuples finno-ougriens sont un groupe de peuples d'Europe qui parlent des langues finno-ougriennes, tels les peuples finniques (Finnois, Estoniens...) et ougriens (Hongrois...)[1]. Les langues finno-ougriennes ne sont pas apparentées aux langues indo-européennes, telles les langues germaniques parlées par les populations germaniques ; les langues slaves parlées par les Slaves et les langues romanes par les peuples romans.

D'un point de vue ethnique et génétique, les finno-ougriens ne diffèrent pas de leur voisins s'exprimant dans des langues indo-européennes, sauf les Samis, chez qui le patrimoine génétique est fondé sur deux lignées maternelles fréquentes qui sont moins courantes parmi les Européens modernes : le premier habitant Homo sapiens d'Europe (haplogroupe U5 (en)) et le second, descendants d'ancêtres (haplogroupe V (en)) communs avec les Basques, qui sont parmi les premiers habitants de la Péninsule Ibérique[2].

Identité finno-ougrienne[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les peuples ouraliens.

Les quatre plus grands peuples finno-ougriens sont les Hongrois (14 800 000), les Finnois (6 000 000–7 000 000), les Mordves (850 000) et les Estoniens (1,100,000). Trois d'entre eux (les Hongrois, les Finnois, et les Estoniens) ont leur propre État indépendant (la Hongrie, la Finlande et l'Estonie). L'aire traditionnelle des Sámis indigènes (appelée Sápmi) est la Fenno-Scandinavie du nord et la Péninsule de Kola en Russie du nord-ouest.
Quelques autres peuples finno-ougriens ont des républiques autonomes en Russie : les Caréliens (République de Carélie), les Komis (République des Komis), les Oudmourtes (République oudmurte), les Maris (République Mari El) et les Mordves (Mokchanes (en) et Erzianes ; République de Mordovie). Les Khantys et les Mansis vivent dans le district autonome Khantys-Mansis en Russie, alors que les Komi-Permyaks vivent dans le district autonome des Komis-Permiak, qui anciennement était un Okroug autonome de Russie, mais de nos jours est un territoire au statut spécial au sein du Krai de Perm.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Sociétés finno-ougriennes internationales[modifier | modifier le code]

Génétique de la population[modifier | modifier le code]

L'haplogroupe le plus répandu au sein des populations finno-ougriennes est le N1c1, remontant à la période néolithique et décelables très antérieurement chez les populations anté-indo-européennes composant les terres escarpées de l'Oural.

Liste des peuples[modifier | modifier le code]

Les peuples finno-ougriens sont répartis en deux branches[3].

La branche finnoise :

La branche ougrienne :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Hajdu, 1975, Finno-Ugrian Languages and Peoples, Andre Deutsch Ltd (translated by G.F. Cushing); Toivo Vuorela, 1997, The Finno-Ugric Peoples, RoutledgeCurzon
  2. (en) Markku Niskanen, « The Origin of the Baltic-Finns » [PDF], The Mankind Quarterly,‎ 2002 (consulté le 6 octobre 2008)
  3. Bulletin de la Société royale belge de géographie, Société royale belge de géographie, vol. 54 à 55, 1930, p. 107

Source[modifier | modifier le code]

(en) Denis Sinor, The Cambridge History of Early Inner Asia, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1990, 1e éd. (ISBN 978-0-521-24304-9, LCCN 88018887, lire en ligne), p. 229–252

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

en anglais