Mer de Beaufort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaufort.
Mer de Beaufort
Carte de la mer de Beaufort.
Carte de la mer de Beaufort.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Géographie physique
Type Mer épicontinentale
Localisation Océan Arctique
Coordonnées 71° N 132° O / 71, -13271° Nord 132° Ouest / 71, -132  
Superficie 450 000 km2

Géolocalisation sur la carte : océan Arctique

(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Mer de Beaufort

La mer de Beaufort est une partie de l'océan Arctique et s'étend sur une superficie d'environ 450 000 km2 au nord des côtes de l'Alaska (États-Unis), du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest (Canada) et à l'ouest des îles arctiques de ce dernier territoire. Sa frontière nord est déterminée par une ligne reliant Point Barrow en Alaska et Lands End sur l'île du Prince-Patrick (tracé de la ligne contesté entre le Canada et les États-Unis). Elle n'a été vraiment explorée pour la première fois qu'en 1914 par le canadien Vilhjalmur Stefansson. Elle tire son nom de l'hydrographe anglais Sir Francis Beaufort.

Le fleuve Mackenzie ainsi que plusieurs fleuves de moindres importances se jettent dans la mer de Beaufort. Elle abrite de nombreuses colonies d'oiseaux marins et constitue une route migratoire et un lieu de reproduction importants pour les baleines boréales et les bélugas. Elle reste relativement à l'écart des routes commerciales. Elle est perpétuellement recouverte d'une banquise qui ne se brise que l'été, pendant 2 à 5 mois.

Elle donne à l'est sur le golfe d'Amundsen, début du passage du Nord-Ouest vers l'océan Atlantique

La mer de Beaufort renferme en son sous-sol de larges réserves de pétrole et de gaz. Ces réserves ont été explorées à partir des années 1960, mais ne sont exploitées que depuis 1986, date à laquelle la première plate-forme pétrolière a été mise en service. Cependant, afin de ne pas gêner la reproduction et la migration des baleines, l'exploitation de ces réserves n'est autorisée que pendant les mois d'hiver.

Le Nord-ouest de l'Arctique pourrait renfermer jusqu'à un quart des réserves mondiales d'hydrocarbures[1], dont l'exploitation serait facilitée ou rendue possible par le réchauffement climatique. Cette perspective ravive la querelle frontalière entre Canada et États-Unis sur le tracé de leur frontière maritime en mer de Beaufort. La position canadienne est qu'elle doit suivre le 141e méridien, alors que les États-Unis revendiquent une frontière à équidistance des côtes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde, 27 mai 2006, p. 24