Détroit de Malacca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détroit de Malacca
Carte du détroit de Malacca.
Carte du détroit de Malacca.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Drapeau de la Malaisie Malaisie
Drapeau de Singapour Singapour
Géographie physique
Type Détroit
Localisation Mer d'Andaman (océan Indien)-mer de Chine méridionale (océan Pacifique)
Coordonnées 1° 55′ 00″ N 102° 15′ 00″ E / 1.916667, 102.251° 55′ 00″ Nord 102° 15′ 00″ Est / 1.916667, 102.25  

Géolocalisation sur la carte : Malaisie

(Voir situation sur carte : Malaisie)
Détroit de Malacca

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Détroit de Malacca

Le détroit de Malacca est un long couloir maritime du sud-est de l'Asie situé entre la péninsule Malaise et l'île indonésienne de Sumatra, et reliant la mer d'Andaman, mer bordière de l'océan Indien, à la mer de Chine méridionale, au sud.

Le détroit est long d'environ 800 km, s'étend du sud-est vers le nord-ouest et est d'une largeur comprise entre 50 km et 320 km. Il ne fait que 2,8 km de large dans son point le plus étroit, le détroit de Philips dans le détroit de Singapour. Plusieurs îles se trouvent dans sa partie méridionale.

Il a pris une importance stratégique de premier ordre, en étant la principale route d'approvisionnement en pétrole de deux des principaux consommateurs mondiaux, le Japon et la Chine. Les plus grands ports sont Melaka (Malaisie) et Singapour.

Importance géostratégique[modifier | modifier le code]

Le détroit de Malacca est l'une des plus importantes voies de navigation au monde, et connaît un trafic équivalent à celui du canal de Suez. Il constitue l'une des principales voies de passage entre l'océan Indien et l'océan Pacifique, reliant quatre des pays les plus peuplés au monde : l'Inde, l'Indonésie, le Japon et la Chine. Quelques chiffres en témoignent :

  • plus de 50 000 navires l'empruntent chaque année ;
  • entre 20 et 25 % du transport maritime mondial y passe chaque année ;
  • la moitié du commerce maritime de pétrole y transite (plus de 11 millions de barils en 2003, soit 1 700 000 m³), et ce trafic est en constante augmentation, suivant la croissance économique chinoise.

Cet important trafic et son étroitesse en ont fait une zone privilégiée pour la piraterie et une cible potentielle du terrorisme. La piraterie est devenue un problème majeur depuis une décennie, le nombre d'attaques passant de 25 en 1994 à 220 en 2000, avant de redescendre à 150 en 2003, soit le tiers de la piraterie mondiale. On estime qu'en 2004, le record de l'année 2000 devrait être rejoint. Certains spécialistes estiment que seule une moitié des attaques fait l'objet d'un rapport. Les marines malaisienne, indonésienne et singapourienne ont augmenté leurs patrouilles à partir de juillet 2004 mais la géographie du détroit le rend quasiment impossible à sécuriser : il sépare la Malaisie de l'Indonésie, connues pour entretenir des relations houleuses, ce qui complique encore un peu plus les questions de sécurité. Selon l'organisation maritime internationale (OMI), 135 navires ont été attaqués, 44 saisis et 600 marins pris en otage et échangés contre rançon en 2008. Large de 320 km à son embouchure septentrionale, le détroit se resserre jusqu'à 2,8 km vers son extrémité méridionale. Il est émaillé de centaines d'îles inhabitées envahies par des mangroves qui offrent un nombre infini de cachettes à toutes sortes de criminels.

Contournements[modifier | modifier le code]

La Thaïlande a élaboré plusieurs plans afin de réduire l'importance économique du détroit de Malacca. Elle a ainsi proposé plusieurs projets de canal à travers l'isthme de Kra, épargnant ainsi 600 miles de navigation entre l'Afrique ou le Moyen-Orient et le Pacifique.

Toutefois, ce canal couperait la Thaïlande en deux, en isolant les provinces du sud, notamment Narathiwat, Pattani et Yala à la minorité musulmane, du reste du pays. En outre, son coût prohibitif laisse penser que ce canal ne verra pas le jour avant longtemps, malgré les désirs des hommes politiques thaïlandais.

Article détaillé : Canal thaï.

Un autre moyen de contourner le détroit serait de construire un oléoduc à travers l'isthme, ce qui permettrait de transporter le pétrole vers des navires attendant de l'autre côté, pour un coût de 50 cents le baril.

Ce projet d'oléoduc est concurrencé par un autre projet à travers la Birmanie, ou directement par le Xinjiang (en Chine continentale), dont la construction a commencé en octobre 2004.

En dehors de ces projets de canal et d'oléoduc, il existe deux routes maritimes alternatives :

Ces deux routes sont également exposées à la piraterie et au terrorisme. De plus, le détroit de la Sonde est trop peu profond pour permettre le passage des navires de type Malaccamax.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]