Phoque annelé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phoque annelé

Description de cette image, également commentée ci-après

Pusa hispida

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Famille Phocidae
Genre Pusa

Nom binominal

Pusa hispida
(Schreber, 1775)

Répartition géographique

Description de l'image  Phoca hispida distribution.png.

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le phoque annelé ou phoque marbré (Pusa hispida) est une espèce de phoque qui tire son nom des taches plus claires en forme d'anneaux parsemées sur son corps.

On pense souvent qu'il est le plus petit phoque au monde, alors que c'est le phoque de Sibérie qui détient le record, si l'on compare les moyennes de poids et taille[1].

Description[modifier | modifier le code]

Tête et pelage de Pusa hispida

L’adulte, dont la taille moyenne se situe entre 122 et 165 cm, a le dos gris foncé parsemé d’anneaux pâles et le ventre argenté. Son poids moyen est 68 kg. La femelle est légèrement plus petite que le mâle. Le jeune sevré est uniformément gris avec une taille de 82 cm et un poids de 18 kg. Le nouveau-né est quant à lui tout blanc, mesurant 66 cm et pesant 4,5 kg[2].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

De tous les phoques ayant une répartition circumpolaire dans l’hémisphère nord, le phoque annelé est celui qui est le plus largement répandu[3]. On le retrouve dans l’océan Arctique, l’archipel Arctique, la baie d’Hudson, la mer du Labrador, le nord du golfe du Saint-Laurent, la mer Baltique, la mer de Béring, la mer d’Okhotsk ainsi qu’au nord de la mer du Japon[2].

Les phoques annelés habitent sur la banquise pendant toute l’année. On retrouve les plus fortes concentrations de ces phoques près des côtes. Cependant, ils ont la capacité de construire et de maintenir des trous de respiration dans la glace ce qui leur permet d’utiliser des habitats loin de la côte et ce beaucoup plus loin que les autres phocidés. Ces trous de respiration sont aussi les entrées de leurs abris qu’ils construisent dans la banquise pour se protéger du froid et de la prédation. Ces constructions sont uniques à cette espèce[3].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le régime du phoque annelé se compose de morues arctiques et de crustacés planctoniques. Il peut aussi se nourrir de crevettes et de chaboisseaux[2].Dans le lac Saimaa, un lac finlandais, situé à proximité de la frontière russo-finlandais, la proie favorite du phoque annelé est le lavaret( appelé aussi corégone).

Reproduction[modifier | modifier le code]

La maturité sexuelle est atteinte vers 6 ans chez les femelles et vers 7 ans chez les mâles. Les femelles donnent naissance à un blanchon par année et ce vers la fin du mois de mars dans leur abri dans la banquise. La gestation dure entre 9 et 11 mois. Les femelles élèvent ensuite leur petit dans leur abri où elles l’allaitent pendant 2 mois avant de l’abandonner[4]. Lors de ces deux mois, le blanchon va renouveler ses poils pour acquérir un pelage imperméable gris et ainsi pouvoir aller dans l'eau. L’accouplement a lieu un mois après la naissance des blanchons mais l’implantation est retardée de quelques semaines voire quelques mois[5].

Mue[modifier | modifier le code]

La mue annuelle dure environ 3 semaines et fait suite à la reproduction, deux périodes pendant lesquelles le phoque reste sur la banquise, ainsi hors de l'eau les poils deviennent secs, caractéristique facilitant leur chute[5].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Ses principaux prédateurs sont l'ours polaire, le requin du Groenland, l'orque, le renard arctique et l'homme. Il est effectivement chassé par les Inuits[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marion R. et Sylvestre J. P. (1993) Guide des Otaries, Phoques et Siréniens. Delachaux et Niestlé, Lausanne, Paris, 159 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Marc Giraud, naturaliste connu.
  2. a, b et c Prescott, J., P. Richard. 2004. Mammifères du Québec et de l'est du Canada. Éditions Michel Quintin. Waterloo, Québec.
  3. a, b et c Furgal, C. M., S. Innes et K. M. Kovacs. 2002. Inuit spring hunting techniques and local knowledege of the ringed seal in Arctic Bay (Ikpiarjuk) Nunavut. Polar research. 21(1), 1-16.
  4. Freitas, C., K. M. Kovacs, R. A. Ims, C. Lydersen. 2008. Predicting habitat use by ringed seal (Phoca hispida) in a warming Arctic. Ecological Modelling. 217, 19-32.
  5. a et b Freitas, C., K. M. Kovacs, R. A. Ims, M. A. Fedak et C. Lydersen. 2008. Ringed seal post-moulting movement tactics and habitat selection. Behavioral Ecology. 155, 193-204.