Petite Ourse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petite Ourse
Image illustrative de l'article Petite Ourse
Vue de la constellation
Désignation
Nom latin Ursa Minor
Génitif Ursae Minoris
Abréviation UMi
Observation
(Époque J2000.0)
Ascension droite Entre 0° et 360°
Déclinaison Entre 70° et 90°
Taille observable 256 deg2 (56e)
Visibilité Entre 90° N et 10° S
Méridien 20 avril, 21h00
Étoiles
Brillantes (m≤3,0) 2 (α, β)
À l’œil nu 39
Bayer / Flamsteed 23
Proches (d≤16 al) 0
La plus brillante étoile Polaire (1,97)
La plus proche ? (? al)
Objets
Objets de Messier 0
Essaims météoritiques Oursides
Constellations limitrophes Céphée
Dragon
Girafe

Ursa Minor, abrégé UMi, soit en français la Petite Ourse est une constellation assez petite et faiblement lumineuse, qui doit sa célébrité à sa plus brillante étoile, α Ursae Minoris, qui est l'étoile marquant le pôle Nord céleste.

Histoire de la Petite Ourse[modifier | modifier le code]

La constellation de la Petite Ourse, bien qu'elle soit d'origine antique (Ptolémée la cataloguait dans son Almageste), n'avait pas à cette époque l'intérêt qu'elle présente maintenant puisqu'elle n'indiquait pas du tout le pôle Nord céleste.

Faisant vraisemblablement partie à l'origine d'une constellation disparue depuis longtemps nommée l'Aile du Dragon, on dit qu'elle fut créée par le philosophe grec Thalès au VIe siècle avant notre ère.

La mythologie grecque s'y est rattachée : la nymphe Callisto fut aimée par Zeus. Quand son épouse jalouse Héra découvrit leur relation, Zeus convertit Callisto et le fils qu'elle a eu avec lui, Arcas, en la Grande et la Petite Ourse. Héra, outragée par cette offense à son honneur, demanda justice à l'Océan, et les ourses furent alors condamnées à tourner perpétuellement autour du pôle Nord, jamais autorisées à se reposer sous la mer.

Le mot « arctique » vient du mot grec arktos, « ours ». Un mythe, selon lequel la constellation ne serait pas une ourse mais un chien, a conduit l'étoile Polaire à être parfois nommée cynosure, « queue du chien », terme signifiant également « objet d'intérêt » en anglais.

Observation des étoiles[modifier | modifier le code]

Localisation de la Petite Ourse
Localisation à partir de la Grande Ourse.

La Petite Ourse se repère généralement par rapport à la Grande Ourse. Une méthode très connue permet de déterminer l'emplacement de α Ursae Minoris : en traçant une ligne de Merak à Dubhe (les deux étoiles du bord extérieur de la casserole), et en la suivant sur cinq fois la distance entre ces deux étoiles, après avoir passé la queue du Dragon si elle est visible, et on tombe sur l'étoile Polaire, qui est la seule étoile brillante de ce secteur. Arrivé sur l'étoile Polaire par cet alignement, le « petit chariot » est à angle droit vers la gauche, dessinant un petit arc de cercle orienté vers la Grande Ourse. Une méthode alternative pour trouver Polaris consiste à partir de la constellation de Cassiopée.

Forme de la constellation

La constellation de la Petite Ourse est assez pauvre et peu lumineuse. On ne voit initialement (Mag 2) que les deux étoiles extrêmes, (α Ursae Minoris, l'étoile Polaire) et Kochab (β UMi). Quand les conditions sont un peu meilleures (Mag 4), on distingue la chaîne liant les deux : α UMi, δ UMi, ε UMi, ζ UMi et Kochab (β UMi).

Traditionnellement, on voit la Petite Ourse sous forme d'un « petit chariot », la chaîne étant complétée après Kochab en tournant à droite, par γ UMi et η UMi. En fait, l'étoile symétrique de γ UMi par rapport à Kochab, 5 UMi, est plus lumineuse que η UMi, et cet alignement de trois étoiles est plus facilement visible que la forme de « casserole ».

Les étoiles qui entourent Kochab à plus grande distance forment la constellation du Dragon.

Constellation Petite Ourse
Visibilité nocturne de la constellation.

Étoiles principales[modifier | modifier le code]

α Ursae Minoris (l'étoile Polaire)[modifier | modifier le code]

α Ursae Minoris (l'étoile Polaire) — également nommée « Polaris » — est l'étoile la plus brillante de la constellation de la Petite Ourse, d'ailleurs la seule relativement intéressante. Il s'agit de l'étoile visible à l'œil nu la plus proche du pôle nord céleste, dont elle est éloignée de 44' 9". Du fait du phénomène de précession des équinoxes, cela n'a pas toujours été le cas : il y a plus de 4 millénaires, vers 2700 avant notre ère, c'était α Draconis (Thuban) qui se trouvait dans sa situation. Et dans un avenir lointain, cet honneur passera à Véga (α Lyrae). L'étoile Polaire se rapproche d'ailleurs en ce moment du pôle et en sera au plus proche en 2102, à 27' 31".

L'étoile Polaire est une supergéante jaune, d'une magnitude apparente de 1,97. C'est la 52e étoile la plus brillante de la voûte céleste. Elle est assez éloignée, distante de 430 années-lumière du système solaire.

C'est une étoile variable céphéide, évoluant d'un centième de magnitude sur une période de 4 jours. Cette amplitude a fortement décru en deux siècles pour devenir quasiment nulle de nos jours, sans que l'on en sache la raison.

L'étoile Polaire possède également un petit compagnon qui orbite autour d'elle en 29,6 ans.

Il est facile de trouver l'étoile Polaire en suivant une ligne tracée à partir de Merak (β Ursae Majoris), passant par Dubhe (α Ursae Majoris), les deux étoiles au bout du bol de la casserole de la Grande Ourse. On peut aussi suivre la pointe centrale du « W » de Cassiopée.

Autres étoiles[modifier | modifier le code]

Les deux autres étoiles notables de la constellation, Kochab (β UMi) et Pherkad (γ UMi) se situent respectivement à 130 et 500 années-lumière. La première est de magnitude apparente 2,07 et brille comme 190 soleils (magnitude absolue : -0,87), la seconde est de magnitude apparente 3,00 et de magnitude absolue -2,84 (mille soleils).

Les sept étoiles principales de la Petite Ourse (l'étoile Polaire, Kochab, Pherkad, Akhfa Al Farkadain (ζ UMi), Anwar Al Farkadain (η UMi), Yildun (δ UMi) et ε UMi) forment un astérisme comparable à celui de la Grande Ourse, en forme de « chariot » ou de « casserole ». Contrairement à celui de la Grande Ourse, il n'est pas très lumineux, l'étoile Polaire mise à part, et il est difficile de le repérer dès lors qu'on se trouve dans une zone un tant soit peu éclairée.

HD 150706 possède une planète d'une masse à peu près égale à celle de Jupiter, orbitant en moyenne à 0,82 ua de distance en 264 jours.


Étoile Magnitude apparente Magnitude absolue Distance
(années-lumière)
Type spectral
Étoile polaire (α UMi) 1,97 -3,64 431 F7:Ib-IIv SB
Kochab (β UMi) 2,07 -0,87 126 K4IIIvar
Pherkad (γ UMi) 3,00 -2,84 480 A2II-III
Urodelus (ε UMi) 4,21 -0,92 347 G5IIIvar
5 UMi 4,25 -0,87 345 K4III
Akhfa Al Farkadain (ζ UMi) 4,29 -1,02 376 A3Vn
Yildun (δ UMi) 4,35 0,61 183 A1Vn
RR UMi 4,63 -0,80 398 M5III
4 UMi 4,80 -1,13 500 K3III
Anwar Al Farkadain (η UMi) 4,95 2,58 97 F5V
θ UMi 5,00 -2,03 832 K5III
Pherkad Minor (11 UMi) 5,02 -0,37 390 K4III
HR 5691 5,15 3,13 83 F9IV
HR 5334 5,18 -0,50 446 M2III
19 UMi 5,48 -1,07 666 B8V
HR 5139 5,50 0,05 401 K2III

N.B. : Les valeurs numériques proviennent des données mesurées par le satellite Hipparcos [1]

Objets célestes[modifier | modifier le code]

La constellation de la Petite Ourse contient plusieurs galaxies : NGC 3172, NGC 5034, NGC 5144, NGC 5939, NGC 6071, NGC 6324 et NGC 6331.

La galaxie spirale barrée NGC 6217 (16 h 32 min 29 s d'ascension droite, 78° 11' 48" de déclinaison) est la plus brillante, bien qu'elle soit assez peu lumineuse (magnitude 12,10). Elle nous apparaît penchée de trois-quarts.